compteur de visite

Catégories

1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 20:14
La hijra ?... Oui, mais pas que... (vidéo)

Ô frères, la hijra est désignée en islâm par l’abandon de l’endroit et l’abandon de l’action.

 

Elle est désignée par l’abandon d’un endroit, et la plus immense en cela est la hijra par l’émigration d’une terre de mécréance vers une terre d’Islâm.

 

Et c’est cela le sens de la hijra lorsque le terme est dit de manière générale.

 

Et les gens divergent sur la hijra quant à leurs buts.

 

Parmi les gens, celui qui vise par sa hijra le Visage d’Allâh : Il émigre alors du pays de mécréance vers le pays des musulmans afin d’établir sa religion.

 

Et c’est celui-ci qui aura réussit d’une grande réussite.

 

Et parmi les gens, celui qui émigre pour la dounia : Par exemple, il n’a pas trouvé de travail dans le pays mécréant et il sait que dans le pays musulman, il y a du travail alors il émigra vers le pays musulman pour le travail.

 

Ou il voulut épouser une femme, qui ne viendrait pas à lui en pays mécréant, il alla alors à elle en pays musulman afin de l’épouser.

 

Et celui-ci n’aura (de son action) que son intention et il ne sera pas (compté) parmi ceux qui ont émigré vers Allâh سبحانه و تعالى.

 

Et la hijra Ô frères, il nous incombe de connaître ses règles, car elle perdurera jusqu’à l’arrivée de l’Heure.

 

Sur la hijra, les gens se divisent en groupes : Si la personne qui s’est établie en pays mécréant ne peut pas établir sa religion, et ne peut pas extérioriser sa religion et qu’il a la capacité d’émigrer vers les pays musulmans alors il est pour lui une obligation individuelle d’émigrer vers les pays musulmans.

 

Et si la personne peut établir sa religion en pays mécréant et qu’il peut extérioriser sa religion en pays mécréant et qu’il a la capacité à émigrer alors il lui est moustahab d’émigrer afin d’augmenter le nombre de musulmans et ne pas augmenter le nombre de mécréants.

 

Et si la personne peut extérioriser sa religion en pays mécréant, et qu’il peut établir sa religion en pays mécréant et qu’il a la capacité à émigrer mais que son installation en pays mécréant contient un bénéfice aux musulmans, comme être un enseignant ou un initiateur pour eux vers le bien, et que s’il les quittait, les musulmans seraient perdus car il n’y a pas d’étudiant en sciences parmi eux, alors celui-ci il lui est moustahab de rester.

 

Car l’intérêt quant au fait qu’il reste est plus grand que l’intérêt à ce qu’il parte.

 

Et si la personne n’est pas capable d’extérioriser sa religion dans le pays des mécréants et qu’il ne peut pas établir sa religion dans le pays des mécréants mais qu’il est incapable d’émigrer, il ne peut pas émigrer soit à cause de son état comme être malade et qu’il ne peut pas voyager ou car il ne trouve pas de pays afin d’y émigrer.

 

Il veut émigrer mais il ne trouve pas de pays afin d’y émigrer. Alors sur eux, l’obligation de la hijra tombe les concernant car la règle de la Législation est que l’obligation tombe devant l’incapacité selon la Parole d’Allâh عز و جل (traduction rapprochée) :

 

{craignez donc Allâh autant que vous pouvez}

 

Et la Parole d’Allâh عز و جل (traduction rapprochée) :

 

{Allâh n'impose à aucune âme une charge supérieure à sa capacité}

 

Donc si l’affaire n’est pas dans la capacité de la personne, il n’en est pas imposé par la Grâce d’Allâh.

 

Cela est ce qui concerne la hijra de l’endroit.

 

Et on peut me dire : «Que dis-tu alors de la parole du Prophète صلى الله عليه وسلم : «Pas de hijra après la conquête (de Mekka)» ? Cela signifie-t-il que la hijra n’est plus ? ».  

 

Je réponds : Il n’y a pas de problème ici car ce qui est voulu est qu’il n’y a plus de hijra de Mekka vers Médine après la conquête.

 

Pourquoi ?

 

Car Mekka est devenu terre pour les musulmans.

 

Pourquoi ?

 

Car certains musulmans, après la conquête de Mekka s’étant convertis, ils ont voulu obtenir le bienfait de la hijra et ils voulaient émigrer vers Médine.

 

Alors le Prophète صلى الله عليه وسلم dit :

 

«Pas de hijra après la conquête (de Mekka)… »

 

Car la hijra est le fait de se déplacer d’un pays de mécréance vers un pays de l’Islâm et Mekka était désormais contrée musulmane.

 

(traduction rapprochée)

 

{… Mais, il y a un jihâd et une intention}

 

C’est-à-dire que l’intention vous suffit.

 

Et l’intention dans la hijra vous suffit si Allâh le veut.

 

Et cela est ce que nous montrerons si Allâh le veut (quand on abordera) ce qui est en lien avec ce que récolte la personne selon l’intention car l’empreinte de l’intention est très grande !

 

Tu peux récolter la récompense de l’action par ta seule intention et ce même si tu n’as pas agi.

 

Et ceci est ce que nous éclaircirons si Allâh le veut lors de notre prochain cours.

 

Quant à la hijra des actions Ô frères bénis, son sens en est que tu quittes la désobéissance d’Allâh pour l’obéissance d’Allâh.

 

Et cela comporte deux états :

 

Le 1er cas est que le musulman tombe dans la désobéissance puis il délaisse cette désobéissance.

 

Et il l’abandonne pour (se diriger) vers l’obéissance à Allâh.

 

Et cela fait partie de la hijra.

 

Le 2nd cas est que la personne n’était pas tombée dans la désobéissance mais il l’abandonna afin de s’en éloigner.

 

Et celui-ci est un émigrant dans le Sentier d’Allâh comme l’a dit le Prophète صلى الله عليه وسلم :

 

« et l’émigrant est celui qui abandonne ce qu’Allâh a interdit ».

 

Il t’incombe donc Ô musulman, si tu étais sur une désobéissance, d’émigrer vers l’obéissance d’Allâh.

 

Et il t’incombe Ô musulman d’émigrer toujours vers l’obéissance d’Allâh.

 

En cela, il y a un bien énorme pour toi et en cela il y un énorme succès pour toi.

 

 Traduit par دورة العلوم - Le cercle des sciences - telegram.me/cercle_sciences

Cheikh Souleyman Ben Salîm Allâh Ar-Ruheylî - الشيخ سليمان بن سليم الله الرحيلي

 

Partager cet article

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Emigration - الهجرة