compteur de visite

Catégories

15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 14:11
Ne pas confondre vitesse et précipitation dans la hijra (audio)

Question :

 

Quel est votre conseil pour les salafis de France ?

 

Réponse :

 

Il y a des conseils généraux pour tous les gens de la Sounnah, qui sont : La crainte d’Allâh, l’attachement à la vérité, la patience, tout ce qui entre dans l’application des ordres d’Allâh, de l’éloignement de ses interdits, la sincérité, la véracité, de faire des sacrifices, d’espérer la récompense d’Allâh, de faire des sacrifices pour l’appel à la Sounnah.

 

Ce sont des choses qui sont demandées dans tous lieux, plus particulièrement en ce qui concerne la France, beaucoup de frères lisent les versets et ahadith concernant la Hijra d’une terre mécréante vers une terre d’Islam, comme Allâh dit dans les versets suivants (sens rapproché) :

 

«Et quiconque fait la Hijrah dans le sentier d'Allâh trouvera sur Terre maints refuges et abondance.» (sourate An-Nisa verset 100)

 

«Ceux dont les Anges enlèveront leurs âmes alors qu’ils se font du tort à eux-mêmes. Il leur sera dit : ‹Pourquoi êtes-vous restés là ?› - ‹Nous étions incapable de voyager sur terre›, dirent-ils. Alors les Anges diront: ‹La terre d'Allâh n'était-elle pas assez vaste pour vous permettre de faire la Hijrah?›» (sourate An-Nisa verset 97)

 

Et le hadith suivant :

 

«Allâh n’accepte pas les œuvres d’une personne tant qu’il ne quitte pas la terre de mécréance et que l’un ne voit pas le feu de l’autre.» 

 

Ainsi que d’autres ahadith...

 

Tous ces textes sont clairs, et il est obligatoire de les appliquer.

 

Cela étant, bien qu’étant obligatoire, le sens de la Hijra n’est pas de se déplacer d’un pays à un autre sans y faire les causes légiférées par Allâh, qui s’inscrivent dans l’intérêt de la personne, aussi bien dans sa religion que dans sa vie d’ici-bas.

 

Comme cela a déjà été vu chez certains frères, qu’Allâh les guide, qui se lancent dans des pays, sans qu’ils y aient un travail, il se peut qu’ils tombent dans des épreuves, dans des maux, et dans d’autres choses encore.

 

Cela n’est pas en réalité la réalisation du sens de la Hijra légiférée, car ils n’ont pas la capacité dans cela.

 

La Hijra est obligatoire à l’individu que s’il n’arrive pas à appliquer sa religion dans ce pays.

 

Je parle ici particulièrement des musulmans qui sont partis dans ces pays et non des personnes qui étaient mécréantes puis qu’Allâh a guidé à l’Islam, ceux-là ont un autre détail.

 

Mais moi je parle plutôt de nos frères qui sont de majorité arabe, musulmans, dont les parents ont émigré là-bas pour des raisons mondaines.

 

Dans ce cas, lorsqu’ils reviennent dans les pays musulmans, il faut qu’ils entreprennent les causes.

 

Le prophète صلى الله عليه وسلم a vécu des années à la Mecque et a émigré qu’après avoir fait des étapes, établi des causes, comme l’allégeance  de Al ‘Aqaba, la première puis la seconde.

 

Il a trouvé des partisans, des personnes qui l’ont aidé, il a ainsi eu la capacité.

 

Au moment d’émigré Abou Bakr lui a passé un dromadaire, ensuite le prophète صلى الله عليه وسلم lui a donné en monnaie sa valeur, et tout cela rentre dans le fait de prendre des causes.

 

Et il a pris les services d’un guide, pour qu’ils empruntent les chemins sûrs, c’était ‘Abd Allâh Ibnou ‘Orayqit.

 

Donc prendre des causes dans la Hijra est une chose demandée, mais que le musulman se lance précipitamment en raison de son désir d’émigration immédiate, sans même analyser l’ensemble des points légiférés dans ce sujet ; Quitte une fitna pour retomber dans une autre fitna...

 

En réalité les frères doivent revoir et méditer leurs situations.

 

Ils peuvent tomber dans des épreuves, être dans le besoin des gens, et ces derniers ont parfois des objectifs peu scrupuleux, ils les soudoient avec leur argent, ils ont ainsi des effets sur leur religion comme c’est souvent le cas.

 

Donc mon conseil pour les frères est qu’ils entreprennent des causes sans se précipiter, qu’ils soient dotés de savoir et de clairvoyance.

 

Et je demande à Allâh qu’Il nous préserve ainsi que eux par sa préservation et qu’Il nous attribut le bien ainsi qu’à eux.

 

Cheikh Soubay'i, qu'Allâh le préserve, le 09 octobre 2015

Révisé par l'équipe Al Bounyane

Publié par hijra.albounyane.com

Cheikh Ahmed As-Subay'i - الشيخ أحمد السبيعي

Partager cet article

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Emigration - الهجرة