compteur de visite

Catégories

1 août 2016 1 01 /08 /août /2016 18:41
Parler du pervers n'est pas une médisance

Question :

 

Que dites-vous de ce hadith : "Il est permis de calomnier un pervers" ?

 

S'il s'agit d'un hadîth authentique, alors, est-ce que le fait de prévenir les gens contre une personne envieuse, fait partie de la médisance ou non ?

 

Quelles sont les personnes vis-à-vis desquelles il est permis de prévenir les gens, sans que ce soit de la médisance ou de la diffamation ?

 

Nous vous prions de nous indiquer le bon comportement à suivre, concernant ce sujet.

 

Qu’Allah vous accorde la réussite .

 

Réponse 5 :

 

La médisance est prohibée, et strictement interdite, selon cette parole divine (traduction rapprochée) :  

 

"et ne médisez pas les uns des autres. L'un de vous aimerait-il manger la chair de son frère mort?" (sourate alHoujourât verset 12)

 

et selon ce qui a été authentiquement rapporté d'après 'Anas رضي الله عنه, selon lequel le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Pendant l’Ascension, je passai devant des gens qui avaient des ongles en cuivre, avec lesquels ils se lacéraient le visage et la poitrine.

Je dis : «Qui sont-ils, Ô Gabriel ?».

Il dit : «Ce sont ceux qui calomnient les gens, et évoquent leurs mœurs.»"

Rapporté par l'Imam 'Ahmad et 'Abou Dâwoud avec une chaîne authentique.

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم a expliqué que la médisance consistait à dire des propos sur votre coreligionnaire, qui lui répugneraient.

 

D’ailleurs, il y a des cas très limités, où la charia permet de médire, quand la nécessité l’exige.

 

Par exemple, lorsqu’on sollicite votre avis sur une personne avec qui on désire établir des liens de mariage, de partenariat, ou si quelqu’un porte plainte à son égard auprès du gouverneur, pour rendre justice, ou pour punir.

 

Dans ces cas, il n'y a pas d’inconvénient à médire puisque l’intérêt l’exige.

 

Les situations dans lesquelles il est permis de médire sont évoquées dans deux vers poétiques, qui signifient ce qui suit :

 

Mentionner les défauts n’est pas une médisance dans les six situations suivantes,

quand on subit une injustice, informe autrui, avertit contre quelqu'un

dévoile une perversité, demande une fatwa

ou si l’on demande de l’aide pour mettre fin à un mal

 

Mais, si la médisance ne doit réaliser aucun intérêt, elle serait donc prohibée.

 

En ce qui concerne votre question sur cette expression : "Il est permis de calomnier un malfaisant" ; S'il s'agit d'un hadith ou non ?

 

L’Imam 'Ahmad a dit que ce hadith est rejeté (mounkar), tandis qu’ Al-Hâkim, Ad-Dârqottnî et Al-Khattîb disent qu’il est nul et non avenu.

 

Mais, il existe une preuve rapportée d’après le Prophète صلى الله عليه وسلم, qui désigne qu’il est permis de calomnier le pervers qui commet publiquement son péché :  

 

"Lorsque des hommes passèrent auprès d'un convoi funèbre et firent l'éloge du mort, le Prophète صلى الله عليه وسلم dit : "Il (Le paradis) lui est assuré".

Et quand ils passèrent par un autre convoi et décrièrent le défunt, le Prophète صلى الله عليه وسلم dit : "Il (L'enfer) lui est assuré".

`Omar رضي الله عنه demanda alors : "Qu'est- ce qui est assuré ?- A celui que vous avez loué, répliqua le Prophète صلى الله عليه وسلم, le paradis lui est assuré et à l'autre que vous avez réprouvé, l'Enfer lui est assuré; vous êtes les témoins d'Allah sur terre.""

Le Sahîh d'Al-Boukhârî (Les Funérailles) (1367), Sahîh Mouslim (Les Funérailles) (949), Sounan At-Tirmidhî (Les Funérailles) (1058), Sounan An-Nasâ'î (Les Funérailles) (1932), Sounan Ibn Mâdja (Ce qui est rapporté au sujet des Funérailles) (1491), le Mousnad de Ahmad ibn Hanbal (3/186).

 

En effet, il n’a pas dénoncé le fait que les gens décrient le défunt, connu par sa perversité.

 

C’est donc une preuve qu'il soit permis de calomnier les malfaisants.

 

Qu'Allah vous accorde la réussite et que les prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

La question 5 de la Fatwa numéro (18586)

(Numéro de la partie: 26, Numéro de la page: 20-22)

 Traduit et publié par alifta.net

 

لا غيبة لفاسق
س5 : ما قولكم في هذا الحديث:  لا غيبة لفاسق  ؟

فإذا صح فهل التحذير مثلاً من صاحب العين (العائن) يعتبر غيبة له أو لا، ومن الذي يحذر منه ولا تعتبر في حقه غيبة أو نميمة؟ بينوا الحق في ذلك وفقكم الله تعالى

ج5 : الغيبة محرمة، شديدة التحريم؛ لقوله تعالى

 وَلاَ يَغْتَبْ بَعْضُكُمْ بَعْضًا أَيُحِبُّ أَحَدُكُمْ أَنْ يَأْكُلَ لَحْمَ أَخِيهِ مَيْتًا

 ولما ثبت عن أنس رضي الله عنه، عن النبي صلى الله عليه وسلم أنه قال

 لما عرج بي مررت بقوم لهم أظفار من نحاس يخمشون بها وجوههم وصدورهم، قلت: من هؤلاء يا جبرائيل؟ قال: هؤلاء الذين يأكلون لحوم الناس ويقعون في أعراضهم

 رواه الإمام أحمد وأبو داود بإسناد صحيح ، وقد فسر النبي صلى الله عليه وسلم الغيبة بأنها ذكرك أخاك بما يكره
وتجوز في مواضع معدودة دلت عليها الأدلة الشرعية إذا دعـت الحاجة إلى ذلك؛ كـأن يستشيرك أحـد في تزويجه أو مشاركته أو يشتكيه أحد إلى السلطان لكف ظلمه والأخذ على يده- فـلا بأس بذكره حينئذ بما يكره؛ لأجل المصلحة الراجحة في ذلك. وقـد جمـع بعضهم المواضع التي تجوز فيها الغيبة في بيتين فقال

الذم ليس بغيبة في ستة    متظلـم ومعــرف ومحــذر

ولمظهر فسقًا ومستفت ومن    طلـب الإعانـة في إزالة منكر

أما إذا لم يكن هناك مصلحة راجحة في ذكـره بما يكـره فإنه يكون من الغيبة المحرمة
وأما السؤال عن لفظ: لا غيبة لفاسق هل هو حـديث أو لا؟ فقـد قـال الإمـام أحمـد : منكـر، وقـال الحـاكم والـدارقطني والخطيب : باطل ولكن دل على أنه لا غيبة لفاسق قد أظهر المعصية ما ثبت عن النبي صلى الله عليه وسلم أنه

 مر عليه بجنازة فأثنى عليها الحاضرون شرًّا، فقال صلى الله عليه وسلم: وجبت، ومر عليه بأخرى فأثنوا عليها خيرًا، فقال صلى الله عليه وسلم: وجبت، فسألوه صلى الله عليه وسلم عن معنى قوله وجبت؟ فقال: هذه أثنيتم عليها شرا فوجبت لها النار، وهذه أثنيتم عليها خيرًا فوجبت لها الجنة، أنتم شهداء الله في أرضه

 ، ولم ينكر عليهم ثناءهم على الجنازة شرا الـتي علموا فسق صاحبها، فدل ذلك على أن من أظهر الشر لا غيبة له
وبالله التوفيق، وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

السؤال الخامس من الفتوى رقم - 18586

(الجزء رقم : 26، الصفحة رقم: 20-22)

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Comportement - أخلاق و آداب