compteur de visite

Catégories

9 novembre 2008 7 09 /11 /novembre /2008 07:53
Vivre dans un entourage désobéissant

Question :

 
Quelle est votre réponse noble Chaykh si je vous dis que dans nos vies, nous constatons que la plupart des proches et des gens de notre entourage sont des gens désobéissants (fussâq) de telle sorte que nous trouvons parmi eux celui qui prie et celui qui délaisse la prière.

Tous disent que ce n'est pas encore l'heure du repentir (tawbah) mais ce n'est pas pour se moquer (istihzâ') car effectivement, ils ont l'intention de se repentir, leur argument (hujjah) [justifiant leur agissement] est que cette époque est difficile (sa'b), les épreuves (fitan) et les tentations (chahawât) ont augmenté, ils aiment les personnes qui s'attachent à la religion (multazimûn) et les défendent, et si (terme inaudible) sauf qu'ils sont faibles (du'afâ') concernant la mise en pratique et l'application.

 
S'ils sont ainsi, dois-je couper les liens avec eux ?

Je ne sais pas s'ils désirent et espèrent retourner à Allâh car ils ne font aucun effort sur eux-mêmes (djihâd an-nafs). Dois-je donc me voiler en leur présence ?
 
Réponse :
 
La société (mudjtama') est ainsi, et c'est à Allâh que nous implorons Son Aide, la société musulmane est ainsi et nous implorons Allâh -Gloire à Lui et élevé soit-Il- d'accueillir notre repentir à tous ainsi qu'à eux.
 
Il convient de les conseiller et de ne pas donner de l'importance à cette société car le Prophète -Prière et Salut d'Allâh sur lui et sur sa Famille- a dit, dans ce que rapporte Muslim dans son recueil authentique, d'après Ma'qal bn Yasâr -qu'Allâh l'agrée- :
 
« L'adoration en période de trouble (hardj) équivaut à une émigration (hidjrah) vers moi. »
 
et Allâh -à Lui la Puissance et la Gloire- a dit dans Son noble Livre (traduction rapprochée) :
 
(Ô vous qui avez cru ! Repentez-vous à Allâh d'un repentir sincère. [...])
(Coran : Sourate 66 At-Tahrîm/Verset 8)
 
Il est du devoir du musulman de ne pas imiter cette société ignorante dans laquelle nous vivons, c'est une société ignorante car elle ne juge pas avec le Livre d'Allâh et la Sunnah du Prophète -Prière et Salut d'Allâh sur lui et sa Famille- mais cela ne signifie pas que [la personne] est mécréante sauf celle qui délaisse la prière d'après la parole la plus juste des Gens de science.
 
Quant [à la question] si tu dois couper les liens [avec eux] ou t'abstenir. Je te conseille de les appeler [à Allâh] (da'wah) et de ne pas rompre les liens car il se peut que couper les liens (muqâta'ah) avec eux n'apporte [rien de bénéfique].
 
[Par contre, si tu sais] qu'en rompant [tes relations] avec eux, ils reviendront à Allâh -Gloire à Lui et élevé soit-Il- alors [fais-le] mais si [tu] sais que cela ne fera qu'accroître, de leur part, insolence ('utuyy), répulsion (nufûr) et éloignement (bu'd) de la Religion, alors il faut que [tu t'] abstiennes de rompre les liens.
 
Et nous vivons dans une époque (zaman) - et c'est à Allâh que nous nous plaignons - ou nous sommes sommés de nous accrocher fermement au Livre et à la Sunnah et nos états sont semblables à ce qui est décrit dans le hadîth d'Abû Hurayrah -qu'Allâh l'agrée- au sujet de l'Intercession (chafâ'ah) dans lequel les Prophètes disent : « Ma personne ! Ma personne ! Ma personne ! »
 
Il est du devoir de la personne de s'occuper de sa personne et d'appeler [les gens] à Allâh dans les limites de ses capacités. Je ne dis pas qu'elle [doit] s'isoler car, les louanges à Allâh, la société aime le bien, l'Islâm et il n'est pas permis de l'abandonner, cependant nous devons réunir l'isolement ('uzlah) et le prêche. Dès lors que nous réunissons entre [ces deux], nous délaissons les rassemblements de mal. S'il y a des assemblées (nawâdî) et des réunions (idjtima'ât) dans lesquels il y a le mal, nous les quittons.
 
Pour ce qui est du prêche nous nous mêlons aux gens afin de les appeler car Allâh nous a ordonné cela d'après Sa Parole -Gloire à Lui et élevé soit-Il- (traduction rapprochée) :
 
(Que soit issue de vous une communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable, et interdit le blâmable. Car ce seront eux qui réussiront (muflihûn).)
(Coran : Sourate 3 Âli 'Imrân/Verset 104)
 
Toutefois, il convient de choisir de bon compagnons qui nous aident au bien (khayr) car le Prophète -Prière et Salut d'Allâh sur lui- a dit :
 
« La personne est de la même religion que son ami intime (khalîl), que chacun d'entre vous regarde avec qui il se lie d'amitié. »
 
et il dit également dans un hadîth cité dans les deux Recueils Authentiques d'après Abû Musâ Al-Ach'arî -qu'Allâh le Très-Haut l'agrée- :
 
« L'exemple du bon compagnon et du mauvais compagnons est semblable au porteur de musc et au forgeron. Quant au porteur de musc soit il t'en donne soit te le vend soit tu profites de la bonne odeur alors que le forgeron soit il te brûle tes vêtements soit tu supportes l'odeur infecte. »
 
Je conseille donc à la femme pieuse de se soucier de la compagnie de femmes vertueuses car cela accroît la foi (îmân), augmente la science ('ilm) et la clairvoyance (basîrah), comme il convient à l'homme de rechercher la compagnie d'hommes pieux, car en effet les mauvais compagnons peuvent mener la personne en Enfer et le refuge est auprès d'Allâh. Allâh -Gloire et élevé soit-Il- dit au sujet des habitants du Paradis (traduction rapprochée) :
 
(50. Puis les uns se tourneront vers les autres s'interrogeant mutuellement. 51. L'un d'eux dira : « J'avais un compagnon 52. qui disait : « Es-tu vraiment de ceux qui croient ? 53. Est-ce que quand nous mourrons et serons poussière et ossements, nous aurons à rendre des comptes ? » 54. Il dira: « Est-ce que vous voudriez regarder d'en haut ? » 55. Alors il regardera d'en haut et il le verra en plein dans la Fournaise, 56. et dira : « Par Allah ! Tu as bien failli causer ma perte ! 57. et sans le bienfait de mon Seigneur, j'aurais certainement été du nombre de ceux qu'on traîne [au supplice].)
(Coran : Sourate 37 As-Sâffât/Verset 50 à 57)
 
Il convient donc de bien veiller à la compagnie des pieux et de s'éloigner des corrupteurs et des corrompus. Et c'est d'Allâh que nous implorons Son Aide.
 
Ensuite on repose la question au Chaykh à savoir si doit-elle se voiler ?
 
Réponse :
 
Non, car ce sont des proches (qarâbah).
 
Source olamayemen.com
extrait de la cassette « as-ilatu al-akhawât al-djazâ iriyât » face B de 3 min 47 s jusqu'à 10 min 11s.
copié de mukhlisun.over-blog.com
 
Cheikh Abou ‘Abdir-Rahman Mouqbil ibn Hâdi al Wâdi’i - الشيخ مقبل بن هادي الوادعي

Partager cet article

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Famille - أهل