compteur de visite

Catégories

9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 11:59
Mohamed al-Imâm est un innovateur, égaré. C'est un ikhwani ! (audio-vidéo-dossier)

Résumé de la réplique au «pacte de bonne entente et de fraternité» contracté par Muhammad Al Imam et les Houthis

 

Louanges à Allah, Seigneur des mondes. Qu'Allah couvre d'éloges et salue celui après qui il n'y aura plus de prophète.

Ceci dit :

 

Il y a quelques semaines de cela, un pacte fut conclu entre le cheikh Muhammad Al Imam et 'Abde-l-Malik Al Houthi.

 

Ce dernier étant le chef des houthis qui sont des rawafid du Yémen.

 

Ce pacte contient plusieurs accords, parmi lesquels :

 

-Une bonne entente pacifiste entre les deux parties, et le fait de mettre fin aux heurts, confrontations, combats et dissensions, quelques que soient les circonstances. De même que la liberté de penser et d'accès à la culture doit être assurée à tous.

 

-La fin des discours des deux parties à l'encontre de l'autre, attisant la haine et l'inimitié, quels que soient les moyens utilisés, et ce, dans l'ensemble des événements, en plus du fait d'œuvrer pour cultiver un esprit de fraternité et d'entraide.

 

-Que continue la communication entre les deux parties afin d'appréhender au mieux tout incident, problème, agissement isolé, ou tentative de dégradation de la situation entre les deux parties qui pourrait être menée par un autre groupe infiltré, et afin de déterminer la position à adopter face à ce dernier.

 

Ceci dit, ce qui suit est le résumé de la réplique qu'adressa le cheikh 'Arafat Ibn Hassan Al Muhammadi -qu'Allah le préserve- au «pacte de bonne entente et de fraternité» contracté par Muhammad Al Imam et les Houthis.

 

Cette réplique fit suite au fait que plusieurs hommes de science se soient désavoués dudit pacte et que le cheikh 'Arafat en ait consulté un certain nombre.

 

Suite à cela, le cheikh Muhammad Al Imam a abordé la cause de ce pacte durant le sermon qu'il dispensa le jour de l'Aïd Al Fitr de l'an 1435 de l'hégire. Mais au lieu de se repentir et de se désavouer de ce pacte, il confirma la validité de son contenu, en vanta les mérites, et invita les gens à le consulter.

 

S'en suivi que le cheikh 'Arafat écrivit une réplique qu'il intitula A-Ta°kid li ghalat i-l-wathiqa wa ma hawthu khutbat u-l-'id.

 

Cette réplique fut d'ailleurs préfacée par les cheikhs Rabi Ibn Hadi Al Madkhali, 'Ubeyd Al Jabiri et 'Abdellah Al Bukhari -qu'Allah les préserve-.

 

Quant à ce résumé, il vise uniquement la première réplique.

 

Sa rédaction est motivée par les points suivants :

 

-Concrétiser l'ordre qu'Allah a donné d'exposer la vérité.

 

-Prévenir la communauté du danger des idées présentes dans ce pacte.

 

-Prévenir la communauté du danger des Rawafid.

 

-Prévenir la communauté du danger des Ikhwan Al Muslimun, dont les ambiguïtés touchent parfois certains adeptes de la Sunna.

 

-Exposer les causes qui motivent les répliques et mises en garde des gens de science et faire comprendre que c'est la défense de la religion qui est visée, et non pas les intérêts de ce bas-monde.

 

Contrairement à ce que certains personnages, animés de haine vis-à-vis d'une partie des ulémas de la Sunna, essaient de faire croire à la masse des musulmans.

 

On peut, en effet, constater que ces individus abordent d'une manière vicieuse le domaine de la réplique et de la mise en garde -que cela vise des innovateurs ou des adeptes de la Sunna qui ont fait erreur dans un ou plusieurs sujets-.

 

Parmi leurs manières de procéder :

 

-Émettre des doutes sur les intentions qui animent les cheikhs répliquant ou mettant en garde.

 

-Ne pas mentionner ou laisser vagues les causes ayant motivées les répliques ou mises en garde.

 

-Attribuer des implications aux propos des cheikhs en question, alors que les propos de ces derniers ne les impliquent pas.

 

Voici, à présent, quelques points contenus par cette réplique, et c'est d'Allah que provient la réussite et la guidée, nulle divinité ne mérite d'être adorée en dehors de lui:

 

-C'est un pacte nul et non avenu.

 

-Plusieurs cheikhs ont été questionnés le concernant et se sont désavoués de ce genre de pactes. Parmi eux les cheikhs Rabi' Ibn Hadi Al Madkhali, 'Ubeyd Al Jabiri et 'Abdellah al Bukhari.

 

-Ce pacte contient trois parties, toutes plus fausses les unes que les autres.

 

-Les Rawafid sont prêts à signer n'importe quel traité, car leur religion est basée sur le principe de taqiyya (consistant à ce que l'individu fasse apparaître une doctrine autre que la sienne), qui n'est autre que le principe de base de l'hypocrisie.

 

-Ce que Muhammad Al Imam a approuvé dans ce pacte est exactement la même chose qu'avait établie Hassan Al Banna[1], qui a dit : «Sachez que les sunnites et les chiites sont des musulmans unis par la parole «La ilaha illa Allah, Muhammad rasulu-Lah», et c'est là la base de la croyance.»

 

En effet, c'est ce que nous retrouvons dans «le traité de bonne entente et de fraternité» : «nous sommes tous musulmans, notre Seigneur est unique, notre Livre est unique, notre prophète est unique et notre ennemi est unique.»

 

Hassan al Banna avait également dit : «Les sunnites et les chiites y sont identiques et se rejoignent. Quant aux divergences qui surviennent entre eux, elles concernent des domaines dans lesquels il est possible de les rapprocher.»

 

Et c'est ce que nous retrouvons dans «le pacte de bonne entente et de fraternité» : «Quant à nos divergences, elles résident dans des questions secondaires.»

 

C'est là l'essence même de ce qui est appelé : L'appel au rapprochement entre les doctrines, idéologie erronée à laquelle appela Hassan Al Banna tout au long de sa vie.

 

-Comment prétendre que le Livre des sunnites et des chiites est unique, alors que ces derniers ont la conviction que des livres ont été révélés à leurs imams?! D'ailleurs, on peut trouver qu'ils affirment dans leurs livres l'existence de la version de 'Ali, et de la version de Fatima. Certains de leurs leaders étant allés jusqu'à dire que la version de 'Ali est différente de ce Coran.

 

Il est d'ailleurs intéressant de revenir à ce que le cheikh Rabi' -qu'Allah le préserve- a écrit dans Al Intisar li kitab i-l-'aziz i-l-Jabbar, lorsqu'il recensa les interprétations ésotériques[2] que les Rawafid font des versets du Coran.

 

Ihsan Ilahi Zhahir -qu'Allah lui fasse miséricorde- a également composé un volume entier à ce sujet qu'il intitula : Les chiites et le Coran. 

 

-Prétendre que le prophète des sunnites et des chiites est unique est également une grossière erreur, car ces derniers n'accordent aucune importance à ce que ce noble prophète (صلى الله عليه وسلم) a ordonné et interdit, suivant plutôt ce que leur a dicté 'Abdellah Ibn Saba[3].

 

C'est ainsi qu'ils font prévaloir l'obéissance à 'Ali sur celle du prophète (صلى الله عليه وسلم), allant même jusqu'à accuser ce dernier de mensonge et de calomnie!

 

Ils taxent également l'épouse du prophète (صلى الله عليه وسلم) de fornicatrice…

 

-Comment le cheikh a-t-il pu approuver le fait d'affirmer que l'ennemi des sunnites et des chiites est le même?!

 

Les gens que les Rawafid prennent comme ennemis ne sont autres qu'Abu Bakr, 'Umar, 'Uthman, 'Aïcha et l'ensemble des compagnons, excepté une petite partie -qu'Allah les agrée tous-.

 

Il est obligatoire que le cheikh prononce des paroles de vérité et qu'il ne la cache pas, cela par souci de sauvegarde de la religion. Or le fait de ne pas préserver la religion constitue une injustice énorme à l'encontre des musulmans, surtout ceux qui ont confiance au cheikh et en son savoir.

 

Allah a dit (traduction rapprochée) :

 

(Certes ceux qui cachent ce que Nous avons fait descendre en fait de preuves et de guide après l'exposé que Nous en avons fait aux gens, dans le Livre, voilà ceux qu'Allah maudit et que les maudisseurs maudissent) [Al Baqara : 159]

 

-Peut-on dire après cet exposé résumé que nous divergeons dans des questions secondaires?! Quelles sont ces questions secondaires? Concernent-elles, à titre d'exemple, la purification ou la prière?!

 

Nous savons tous ce que contient la croyance des Rawafid concernant le Livre de notre Seigneur, la Sunna de notre prophète (صلى الله عليه وسلم) et ses compagnons.

 

D'ailleurs, ils s'en vantent et le propagent !

 

Peut-on qualifier cela de questions secondaires?

 

-Ce pacte appelle à une entente pacifiste. On y trouve le fait de mettre fin aux confrontations, et ce quelles que soient les circonstances! Cela est également nul et non avenu!

 

Et si nous venions à prendre cela en considération, le principe du Jihad n'aurait plus de sens!

 

Or, il est connu que le Jihad, mené actuellement au Yémen par les adeptes de la Sunna, est un Jihad de défense. Leur revient donc le droit de défendre leurs personnes, leur religion et leurs honneurs, cela à l'unanimité des gens de science.

 

-Le cheikh Muhammad n'est pas, à proprement parler, un détenteur du commandement.

 

Il ne lui appartient donc pas de conclure ce genre de pacte indépendamment du dirigeant en place, sauf si ce dernier le délègue à cet effet.

 

De plus, si ce genre de pactes doit avoir lieu, ce doit être en accord avec les règles et finalités de la religion. Quant aux composantes de ce «pacte de bonne entente et de fraternité» elles sont sans valeur, comme exposé précédemment.

 

-Nous trouvons également, dans ce pacte, l'utilisation du principe de «liberté de penser». Or, ce principe est connu pour :

 

- Avoir été instauré par les laïques et libéraux afin de légitimer la mécréance et l'apostasie, et compter parmi les terminologies utilisées par les francs-maçons.

 

- Faire partie des idéologies adoptées par les Rawafid.

 

- Être l'objet du blâme unanime des ulémas.

 

En effet, l'ensemble des musulmans est en accord sur l'interdiction formelle de juger par autre que la Charia coranique.

 

-Si le cheikh craignait pour sa personne, il lui incombait de sortir de cette région et de se diriger vers une autre, comme l'a fait le prophète (صلى الله عليه وسلم) lorsqu'il quitta La Mecque -alors qu'elle est la terre la plus aimée d'Allah- pour rejoindre Médine.

 

De même, lorsqu'Ahmad Ibn Hanbal fut questionné à propos de régions sur lesquelles les khawarij avaient pris le dessus, il ordonna aux musulmans d'en sortir.

 

Il en est de même concernant les Rawafid! Quiconque sait qu'il ne va pas réussir à endurer leurs préjudices, et qu'il n'aura pas la possibilité de défendre sa personne, sa religion, sa famille et ses biens doit délaisser la contrée dans laquelle ils se trouvent.

 

-Dans la troisième partie du pacte, nous trouvons qu'est mentionné un soit disant groupe d'hérétiques infiltrés cherchant à ce que la situation entre les deux parties se dégrade. Ceci est faux! Et les seuls hérétiques infiltrés sont les Rawafid qui tuent les musulmans comme en témoigne l'actualité, que ce soit en Iran, en Irak, en Syrie, au Yémen ou au Bahrein.

 

Qu'Allah ramène le cheikh Muhammad Al Imam à la vérité, et nous affermisse sur la Sunna jusqu'à Sa rencontre.

 

Qu'Allah couvre d'éloges Son serviteur et messager, notre prophète Muhammad, ainsi que sa famille et l'ensemble de ses compagnons.

 

Et nous conclurons en disant que les louanges reviennent à Allah, le Seigneur des mondes.

 

[1] Fondateur du groupe innové d'Al Ikhwan Al Muslimun (les frères musulmans).

[2] C'est-à-dire des interprétations dont le sens serait caché et réservé à des initiés.

[3] 'Abdellah Ibn Saba est un juif qui se convertit à l'Islam par ruse afin de combattre l'Islam de l'intérieur. Il fut l'instigateur des groupes des chiites Rawafid ainsi que des Khawarij.

 

Résumé et traduit par 'Abde-Rahman Colo

À Gigean, le 16/10/1435

copié de sounnah-publication.com

 

الرد على الشيخ محمد الإمام - للشيخ عرفات المحمدي، تقديم المشايخ: ربيع المدخلي، وعبيد الجابري، وعبد الله البخاري

وَهِيَ رِسَالَةٌ فِيْهَا رَدُّ

شَيْخِنَا الشَّيْخِ أَبِي الرَّبِيْع عَرَفات بن حَسَن المُحَمَّدِي - حفظه الله تعالى

عَلَى شَيْخِنَا الشَّيْخِ مُحَمَّد بن عبد الله الإمام - حفظه الله تعالى

بخصوص

1- الوثيقة التي وقعها الشّيخ محمّد الإمام مع الحوثيّين باليمن

2- كلام شيخنا الشّيخ الإمام في خطبة العيد، لَمَّا أراد أن يُبَيِّنَ سبب هذه الوثيقة

ورسالة شيخنا الشّيخ عرفات بن حسن المحمّدي - حفظه الله

قَدَّمُ له كل من المشايخ الأَجِلَّاء

الشّيخ العلّامة ربيع بن هادي المدخلي - حفظه الله

الشّيخ العلّامة عبيد الجابري - حفظه الله

الشّيخ عبد الله بن عبد الرّحيم البخاري - حفظه الله

فجزاهم الله جميعا خيرا

text-divider (1)

Cheikh Oubeyd Al-Djabiri

 

« Je dis : Mohamed al-Imam est un innovateur, égaré jusqu'à qu'il se repent [à Allah].

C'est un Ikhweni ! »

 

الشيخ عبيد الجابري يقول عن محمد الإمام مبتدع ضال حتي يتوب إلى الله من هذه الوثيقة

 

text-divider (1)

Mohammed Abou At-Tayr :

 

Qu'Allah fasse preuve de bienfaisance à votre égard, honorable Sheykh!

 

Je suis l'ami du frère Ismaîl, [le frère] malade de France, qui vît à Médine.

 

Je souhaiterais vous questionner sur une affaire importante!

 

La question :

 

Est-on autorisé à propager le fait que Sheykh Oubeyd ait rendu innovateur et ait mis en garde contre Mohammed Al-Imam?

 

Réponse de Sheykh 'Arafat Ibn Hassan Al Muhammadi :

 

Oui, on propage !

 

Cheikh 'Arafat ben Hussein al Mohammadi - الشيخ عرفات بن حسن المحمدي

Cheikh Oubeyd Bin Abdoullah Bin Souleymane Al-Djabiri - للشيخ عبيد بن عبد الله الجابري

Partager cet article

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Individus et réfutations - أشخاص و ردود