compteur de visite

Catégories

1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 18:49
Prendre une seconde épouse alors que l'on a de richesse que pour la première famille (vidéo)

Question :

 

Celui ci dit qu'il a une femme et des enfants, mais il ne possède pas de maison, il est locataire, et il épouse une autre femme alors qu'il n'a rien mis en place pour ses enfants et sa première épouse, la personne devient-elle pêcheur?

 

Réponse :

 

Oui, il est tout d'abord de son devoir de mettre en place ce qui est actuellement obligatoire pour lui.

 

Quand Allah le Glorifié et le très haut a autorisé la polygamie, IL, le Glorifié et l'Exalté, dit (traduction rapprochée) :

 

"Mais si vous craignez de n’être pas justes avec celles-ci, alors une seule" (Sourate 4 - An-Nissa : Les Femmes verset3)

 

Donc, la justice est une chose.

 

Cependant, ce qui est obligatoire en termes de dépenses, c'est autre chose, ce qui est obligatoire pour toi en termes de dépenses envers eux, c'est autre chose.

 

Donc, si tu ne leur donne pas leur droit ou que tu n'as pas de richesse hormis avec laquelle tu établis leur droit et que tu veux épouser une autre femme alors nous disons : leur droit prend à ce moment la priorité.

 

Et si Allah te bénit (avec plus de richesses) alors épouse, épouse une autre femme. 

 

Il n'y a rien du tout qui t'empêche de cela.

 

Ce qui est visé par la justice entre les épouses est en ce qui concerne les affaires de la dounya avec laquelle la personne est capable de partager. 

 

Quant à celui qui n'est pas capable de partager, alors c'est l'inclination du cœur.

 

Ceci est dans la main d'Allah le Béni et très haut. 

 

Allah rend le cœur incliné vers celle-ci et à l'écart de celle-là; ou vers celle-là et loin de celle-ci.

 

Le Prophète salallahou 'aleyhi wa sallam avait l'habitude de dire:

 

"Ô Allah, ceci est mon partage envers ce sur quoi j'ai le contrôle. 

Donc, ne me punir pas pour ce sur quoi que je n'ai pas de contrôle."

 

Et c'est l'inclination du cœur.

 

Na3am, il n'y a pas de mal (à cela).

 

traduit par minhaj sunna

 

 

Cheikh Mohamed Ibn Hady Al Madkhaly - الشيخ محمد بن هادي المدخلي

Partager cet article

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mariage - divorce - الزواج و الطلاق