compteur de visite

Catégories

12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 11:07
Si les parents refusent d'un commun accord une prétendante

Question :

 

Je suis un jeune homme qui désire se marier.

 

J’ai demandé la main à une fille qui n’est pas de notre famille.

 

Quand j’en ai informé mon père et ma mère, ils ont refusé catégoriquement ce mariage, bien que je voulais absolument me marier avec cette fille.

 

Dès lors, ma mère m’a déclaré :

 

«Si tu te maries avec elle, je ne te pardonnerais jamais ni sur terre, ni dans l’autre monde, et ne viens plus jamais nous voir !»

 

Tous mes frères ainsi que mon père ont eu la même réaction ; je ne sais absolument pas pourquoi ils ont refusé ce mariage.

 

Je ne vois aucune raison du côté de la fille m’obligeant à y renoncer, d’autant plus que j’y tiens absolument.

 

Par conséquent, suis-je en tord, si je persiste dans mes démarches de mariage, cela est-il considéré comme un acte de désobéissance aux parents et comme un manque de respect ?

 

Que dois-je faire ?

 

Dois-je continuer mes démarches ou carrément tout arrêter ?

 

Réponse :

 

Si tous les membres de ta famille sont d’un commun accord pour refuser ce mariage avec cette fille, en sachant que tu ne peux trouver meilleurs conseillers, et qu’ils éprouvent le plus de bienveillance à ton égard, tu dois te soumettre à leur volonté.

 

S’ils n’étaient pas convaincus qu’une chose n’allait pas, ils ne t’auraient jamais empêché de te marier.

 

Surtout de la part des parents dont la bienveillance connue envers leurs enfants ne peut échapper à personne.

 

Surtout si l’on sait également qu’ils t’ont conseillé et mis en garde contre ce mariage en particulier.

 

Des femmes, il y en a d’autres !

 

Si tu délaisses quelque chose pour Allah, Il te donnera en échange une chose bien meilleure.

 

Par conséquent, suis les conseils de ta famille et soumets-toi à leur exigence.

 

Allah a révélé :

 وَعَسَىٰٓ أَن تُحِبُّواْ شَيۡـًٔ۬ا وَهُوَ شَرٌّ۬ لَّكُمۡ‌ۗ وَٱللَّهُ يَعۡلَمُ وَأَنتُمۡ لَا تَعۡلَمُونَ 

 

« Pourtant il se peut que vous détestiez une chose et qu'elle vous soit un bien comme il se peut que vous aimiez une chose et qu'elle vous soit un mal ; Allah sait ce que vous ne savez pas ». (Sourate El-Baquara verset 216)

 

recueil de fatwas Tome 3 fatwa n°355

traduit par fatawaislam.com

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mariage - divorce - الزواج و الطلاق