compteur de visite

Catégories

1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 21:51
Voir la nudité de son conjoint

Cheikh Al Albani رحمه الله a dit :

 

« Il est permis à la femme de dévoiler sa 'Awra devant son mari et donc, il est permis à l’homme de regarder la 'Awra de sa femme.

 

En somme, il n’y a pas de 'awra entre la femme et son mari.

 

Dénonçons à cet effet un Hadith inventé :

 

« Quand l’un d’entre vous a des rapports avec sa femme ou son esclave (femme), qu’il ne regarde pas ses parties intimes car cela rend aveugle »
(Voir as-Silsilat ad-Da’ifa)

Montrons en quoi ce Hadith est faux

 

Interdire à l'homme de regarder les parties intimes de sa femme pendant des rapports s'inscrirait dans l'interdiction  du moyen le but étant les rapports charnels.

 

Mais comme Allah a permis à l'homme d'avoir des rapports avec sa femme serait-il censé que paralléllement Il lui interdise de regarder ses parties intimes ?!

 

Non, et d'ailleurs un hadith de 'Aîcha va dans ce sens, elle dit :

 

« Je me lavais avec le Messager d’Allah dans un même récipient qui se trouvait entre lui et moi et il me dépassait jusqu’à ce que j’en arrive à lui dire, laisse-m’en, laisse-m’en »

 (Rapporté par Boukhari et Mouslim)

 

Ce qui apparaît clairement à travers ce Hadith c’est que cela est permis et cette chaîne de narration est appuyée par celle de ibn Hibban d’après Soulayman ibn Moussa qui fut interrogé de la sorte :

 

« L’homme peut-il regarder les parties intimes de sa femme ?

Il dit : j’ai demandé à ‘Atta, et il dit : j’ai demandé à ‘Aïcha... »

et elle mentionna le Hadith ci-dessus. »

Source : Nazmoul Fara-id vol.2 page 25

 

Al Hafidh ibn Hadjar ah: dit à propos du hadith suivant ou 'Aïcha a dit :

 

« Je me lavais avec le Messager d’Allah dans un même récipient qui se trouvait entre lui et moi et il me dépassait jusqu’à ce que j’en arrive à lui dire, laisse-m’en, laisse-m’en »

 

« C’est un argument permettant à l’homme de regarder la 'Awra de sa femme, et vice-versa »

Source : Fath al Bari volume 1, page 295

trzyrz

Cheikh Al Albani رحمه الله a dit

 

« Il leur est permis de se laver ensemble dans un même endroit, même si elle voit de lui ce qu’il voit d’elle.

 

 A ce sujet, plusieurs ahadith ont été rapportés :

 

LE PREMIER :

 

D’après 'Aïcha qui a dit :

 

« Je me lavais, moi ainsi que le Prophète , d’un seul récipient pour moi et lui [nos mains s’y entrelaçaient].

Alors, il me devançait jusqu’à ce que je dise : « Laisse-m’en, laisse-m’en. »

Elle dit : « Alors qu’ils étaient en état de souillure majeure. »

 (Rapporté par Al-Boukhari, Mouslim et Abou 'Awana dans leur Sahih, le contexte est de Mouslim, le rajout est de lui et d’Al-Boukhari dans une autre version. Celui-ci consacra un chapitre intitulé « Le lavage de l’homme avec son épouse »)

 

L’érudit Ibn Hadjar ah: a dit :

 

« Al-Dawoudi s’est basé sur cela quand à la permission pour l’homme de voir la nudité de son épouse et l’inverse, cela est appuyé par ce qu’a rapporté Ibn Hibban selon Soulayman Ibn Moussa qui fut questionné au sujet de l’homme qui regarde le sexe de son épouse.

 

Il dit :

 

« J’ai questionné 'Ata qui a dit : « J’ai questionné 'Aïsha, elle cita alors ce hadith dans ce sens, et c’est un texte dans le sujet. »

 

Je (Cheikh Al Albani) dis :

 

« Cela prouve l’invalidité de ce qui a été rapporté selon elle qui aurait dit :

 

« Je n’ai jamais vu la nudité du Messager d’Allah . »

 (Rapporté par At-Tabarani dans Al-Saghir p. 27 et selon sa voie Abou Nou’aym (8/247) et Al-Khatib (1/255))

 

Dans sa chaîne de transmission, se trouve Baraka Ibn Mouhammad Al-Halabi, qui n’a aucune bénédiction en lui !

C’est un menteur et un forgeur.

 

Et Al-Hafidh Ibn Hadjar a cité dans Al-Lissan ce hadith mensonger.

 

Ce hadith connaît une deuxième voie rapportée par Ibnou Madja (1/226,593) et Ibn Sa’d (8/136) comportant une affranchie de 'Aïcha qui est inconnue, raison pour laquelle al-Bousayri a affaibli sa chaîne de transmission dans al-Zawa’id.

 

Il a aussi une troisième voie chez Abou Al-Shaykh dans Akhlaq Al-Nabi p. 251 comportant Abou Salih qui est un transmetteur faible, et Mouhammad Ibn al-Qasim Al-Asadi qui est un menteur.

 

Il existe aussi un hadith semblable :

 

« Si l’un de vous va à son épouse, qu’il se couvre, et qu’ils ne se découvrent pas à la façon des nudistes. »

 (Rapporté par Ibnou Madja d’après 'Outba Ibn 'Ad al-Soulami)

 

Dans sa chaîne de transmission se trouve al-Ahwas Ibn Houkaym, qui est faible, défaut cité par al-Bousayri.

 

Qui présente en outre un autre défaut qui est la faiblesse d’al-Walid Ibn al-Qasim al-Hamdani, celui de qui cela est transmis, considéré comme faible par Ibn Ma’in et d’autres. C’est pourquoi al-'Iraqi a affirmé catégoriquement dans Takhrij al-Ihya la faiblesse de transmission. An-Nassaï a dit : « C’est un hadith Mounkar et Sadaqa Ibn ‘Abd Allah (l’un des transmetteurs) est faible. »

 

Al-Bayhaqi le rapporte dans son sounnane (7/193) d’après Ibn Mas’oud et il l’a jugé faible en disant : « Mindil Ibn 'Ali est le seul à l’avoir rapporté, et il n’est pas fort. » Et selon le hadith d’Anas, il dit : « Il est Mounkar. »

 

LE DEUXIEME :

 

D’après Mou’awiya Ibn Hida qui a dit :

« Je dit : « Ô Messager d’Allah ! Notre nudité, qu’en apportons-nous (qu’en montrons nous) et qu’en laissons-nous (qu’en cachons-nous) ? » Il dit : « Préserve ta nudité sauf de ton épouse ou des esclaves que tu possèdes. » Je dis : « Ô Messager d’Allah ! Si les gens se trouvent entre eux ? » Il dit : « Si tu peux faire en sorte que personne ne la voit, qu’ils ne la voient guère. » Je dis : « Ô Messager d’Allah ! Si l’un d’entre nous se retrouve seul ? » Il dit : « Allah a plus le droit que tu éprouves de la honte envers Lui qu’envers les gens. »

(Rapporté par les auteurs des sounnanes sauf An-Nassaï, dans al-'Ishra (76/1), al-Rtyani dans al-Mousnad (5/3-4), al-Bayhaqi (1/199), et les termes sont de Abou Dawoud (2/171), sa chaine de transmission est fiable, elle a été authentifié par al-Hakim et confirmé par al-Dhahabi, Ibn Daqiq al-‘Id l’a fortifié dans al-Ilmam (126/2))

Ibn 'Awra al-Hanbali a dit dans al-Kawakib (1/29/575) :

« Et il est permis à chacun des deux époux de regarder la totalité du corps de son conjoint, ainsi que de le toucher, même le sexe selon ce hadith, car il est permis de jouir du sexe, de ce fait, le regarder et le toucher est permis, comme le reste du corps. »

Cela est le madhab de Malik et d’autres, Ibn Sa’d rapporte d’après al-Waqidi qu’il a dit :

« J’ai vu que Malik Ibn Anas et Ibn Abou Dhi’b ne voyaient aucun mal à ce qu’il le regarde d’elle et qu’elle le regarde de lui (le sexe). »

Puis, Ibn 'Awra a dit :

« Il est détestable de regarder le sexe car 'Aïsha a dit :

« Je n’ai jamais vu le sexe du Messager d’Allah . »

Je (Cheikh Al Albani) dis : Il lui a échappé que la chaîne de transmission est faible, comme nous l’avons montré.

An-Nassaï a consacré à ce hadith un chapitre intitulé « Le regard de la femme de la nudité de son mari », Al-Boukhari l’a cité au chapitre « Sur celui qui se lave nu seul, et sur celui qui se couvre, car se couvrir est meilleur ». Il cita ensuite un hadith d’Abou Hourayra concernant Moussa et Ayoub s’étant lavés seuls tout nu. Il souligna que sa parole dans le hadith : « Allah a plus le droit que tu éprouves de la honte envers Lui » est a considéré comme ce qui est meilleur et préférable, et non, selon le sens apparent, marquant l’obligation.

Al-Manawi a dit :

« Les Chafi’ites l’ont considéré selon la préférence, et Ibn Djarir est d’accord avec eux ayant interprété l’information dans les Athar selon la préférence, il a dit :

« Car à Allah rien n’échappe de Sa création, nu ou pas nu »

Al-Hafidh a mentionné quelque chose de semblable dans Al-Fath (1/307)

Source : Adab Az-Zafaf Chapitre 9 « Le lavage en commun des deux époux »

 

copié de darwa.com

 

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mariage - divorce - الزواج و الطلاق