compteur de visite

Catégories

1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 12:19
Ô toi qui me lis, il se peut qu'aujourd'hui soit mes derniers écrits !

Lettre ouverte...

 

Ô toi qui me lis, il se peut qu'aujourd'hui soit mes derniers écrits ! 


Il se peut que tu m'aies connue de près ou de loin mais ne te détrompe pas à mon égard !

Le fardeau de mes péchés m'écrasent le dos et si tu connaissais la hauteur de ces derniers tu aurais honte de me saluer.

 

Ô toi qui me lis, la paresse et la faiblesse ont enchaînés mon coeur et l'ont privés de la douceur. 

 

Je m'apprête à quitter ce monde telle une voyageuse ayant pour unique bagage l'amour, l'espoir, la peur et la crainte de son Seigneur.

Et si Allâh est sévère en Son châtiment, Sa Miséricorde l'emporte sur Sa Colère.

A Lui Seul appartient Les Plus Beaux Noms et Les Hauts Attributs.

 

Ô toi qui me lis, je me suis leurrée à amasser des biens et la course aux richesses a distrait mon âme de ma véritable demeure.

 

Tout ce que je pensais avoir acquis en ce bas-monde me sera jeté en plein visage.

Je serai dès lors rongée de remord.

Qu'ai-je fait de la recommandation du pieux qui tant de fois me répétait d’œuvrer avant ma mort ?

 

Ô toi qui me lis, pardonne-moi ! 

 

Pardonne-moi tout mal que j'aurais pu te causer avant que la mort ne s'empare de moi.

 

Ta soeur en Allâh, Ummu Isma3il, qui ne peut se passer du pardon de Son Seigneur.

 

 Publié par 3ilmchar3i.net

Partager cet article

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Poèmes islamiques - قصائد الإسلامي