compteur de visite

Catégories

5 juillet 2015 7 05 /07 /juillet /2015 23:47
Cheikh Ar-Râjihî sur le takfîr de l’individu spécifique qui commet un acte de grande association (audio-vidéo)

 

Question :

 

Est-il permis de faire le takfîr (1) sur un individu spécifique qui demande secours (istighâthah) à autre qu’Allah et immole (dhabaha) pour autre qu’Allah comme de dire par exemple : "Untel est un associateur !".

 

Qu’Allah vous récompense en bien !

 

La réponse du cheikh :

 

...(2) Demander secours à autre qu’Allah et immoler pour autre qu’Allah, (tout) cela est de l’association !

 

Al-istighâthah (demander secours) c’est l’invocation de celui qui est affligé, l’invocation de celui qui est affligé.

 

L’invocation est générale mais al-istighâthah (la demande de secours) est l’invocation de celui qui est affligé.

 

Allah Le Très-Haut dit (ce dont la traduction rapprochée du sens est) :

 

"Tandis que ceux que vous invoquez, en dehors de Lui, ne sont même pas maîtres de la pellicule d’un noyau de datte. Si vous les invoquez, ils n’entendent pas votre invocation; et même s’ils entendaient, ils ne sauraient vous répondre. Et le jour du Jugement ils vont nier votre association. Nul ne peut te donner des nouvelles comme Celui qui est parfaitement informé". Sourate Fâtir v.13 (en partie) et v.14.

 

Donc, quiconque invoque autre qu’Allah cela est l’association comme cela est stipulé dans le texte coranique et de même pour le fait d’immoler pour autre qu’Allah cela est une association (à Allah).

 

Allah Le Très-Haut dit (ce dont la traduction rapprochée du sens est) :

 

"Dis: "En vérité, ma prière, mes actes de dévotion (C’est-à-dire mon sacrifice, mon immolation), ma vie et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur de l’Univers. A Lui nul associé!". Sourate Al-An’âm v.162.

 

Et Allah Le Très-Haut dit (ce dont la traduction rapprochée du sens est) :

 

"Accomplis la prière pour ton Seigneur et sacrifie". Sourate Al-Kawthar v.2.

 

Et donc quiconque aura immolé pour autre qu’Allah aura certes associé mais l’individu spécifique on ne le juge pas mécréant : on dit cette action est une mécréance et une association.

 

Et donc demander secours à autre qu’Allah est une association et immoler pour autre qu’Allah est une association mais quant à l’individu qui a immolé pour autre qu’Allah ou a demandé secours à autre qu’Allah, il y a alors un détail : s’il est savant (qu’il a la science à ce sujet) et que la da’wah lui est parvenue et connaît le jugement religieux alors celui-là on le juge comme étant mécréant.

 

Mais s’il ne sait pas, alors on lui apprend et on lui clarifie et s’il persiste après cela il est alors jugé en fonction de son association et de sa mécréance mais avant cela il n’est pas jugé en fonction de son association car on ne connaît pas sa situation.

 

Il se peut qu’il soit ignorant et il se peut qu’il ait une ambiguïté et donc il est obligatoire que son ambiguïté soit dissipée et que la vérité lui soit clarifiée et donc si la vérité lui est clarifiée et qu’il persiste, il est alors après cela jugé en fonction de son association.

 

Mais l’action, elle, est une association : demander secours à autre qu’Allah est une association et immoler pour autre qu’Allah est une association mais quant à l’individu il y a un détail à faire.

 

S’il connaît le jugement (religieux), si le jugement lui est parvenu c’est alors un associateur et s’il ne connaît pas le jugement ou s’il a une ambiguïté ou s’il est ignorant, alors il est obligatoire de lui clarifier (la chose) et de lui expliquer la chose et que l’ambiguïté soit dissipée.

 

Et donc si cela lui a été expliqué et que l’ambiguïté lui a été dissipée après cela on le juge en fonction de son association.

 

Oui.

 

(1) N.d.t : Juger un individu spécifique comme étant mécréant (kâfir). 

(2) N.d.t: Au tout début de l’audio le son n’est pas clair et il est difficile de savoir avec certitude si le cheikh a dit : "na’am, na’am" (Oui ! Oui !) ou "lâ lâ" (Non ! Non !) ; Et donc après l’avoir écouté plus d’une dizaine de fois et l’avoir fait écouté à des frères arabophones qui n’ont pas pu se prononcer avec certitude, j’ai laissé un vide à la place des deux premiers mots car cela ne change rien au détail fait par le cheikh mais par souci de précision. 

 

Source : questions/réponses de Sheikh ‘Abdel-‘Azîz Ar-Râjihî - qu’Allah le préserve.

Traduit de l’arabe par votre frère Mehdi Abou Abdirrahman - le 28-06-2015

Cheikh ‘Abdel‘Azîz Bnou ‘Abdillah Ar-Râjihî - الشيخ عبد العزيز بن عبد الله الراجحي

Partager cet article

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Croyance et innovations - الإيمان، العقيدة و بدع