compteur de visite

Catégories

1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 19:01
La location de fonds de commerce pour des commerces illicites

Question :

 

Quel est le regard de la religion sur la location de fonds de commerce et des entrepôts à celui qui vend de l’illicite, comme par exemple, les instruments de musique, les magasins qui vendent des cassettes de musique, les épiceries qui vendent des cigarettes, et les magazines illicites ou les barbiers ?

 

Quel est le regard de la religion sur la location des maisons ou des propriétés, où se réunissent des gens qui jouent de la musique, négligent de la prière, ou ne prient pas du tout ?

 

Quel est le regard de la religion sur l’argent que prennent les agences immobilières pour louer ces locaux ?

 

Réponse :

 

La location des fonds de commerce ou des entrepôts à celui qui y vend ou y entrepose des objets illicites est interdite, car cela fait partie de l’entraide au mal et à la transgression qu’Allah a proscrit (traduction rapprochée) :

 

« Et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression. » [1]

 

Il en est de même pour les commerces où l’on rase les barbes, car le rasage des barbes est interdit, et la location constitue une aide, et facilite la voie vers le péché.

 

Il en est de même également, pour la location des lieux et des maisons dans lesquels se déroulent des réunions pour commettre le péché ou négliger les devoirs religieux.

 

Par contre, la location des maisons à usage d’habitation n’est pas interdite, même si le locataire commet une désobéissance ou néglige un devoir, car le bailleur ne le loue pas à cet effet.

 

Le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, a dit :

 

« Les actions ne valent que par les intentions.

Chacun sera rétribué selon ce qu’il a eu l’intention de faire. » [2]

 

Etant donné que la location des fonds, des lieux et des maisons est illicite, alors l’argent des loyers l’est aussi.

 

Il en est de même pour l’argent et les frais que prend l’agence immobilière, conformément au dire du Prophète, prière et salut d’Allah sur lui :

 

« Quand Allah interdit une chose, Il interdit aussi son prix. » [3]

 

Nous demandons à Allah le Très-Haut de nous guider vers le chemin droit, de rendre licite notre subsistance et qu’elle soit une aide pour L’adorer.

 

[1] La Table Servie, v. 2.

[2] Al-Bukhârî dans le chapitre du début de la révélation (1), Muslim dans le chapitre du gouvernement (1908).

[3] Muslim dans le chapitre de la location des terres (1579).

 

Fatâwâ Contemporaines, page 59

copié de fatawaislam.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Commerce - usure et métier - تجار- رشوة -ربا و عمل