compteur de visite

Catégories

1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 20:07
Le statut de celui qui instaure des lois autres que celles d'Allah (audio-vidéo)

Question :

 

Les gouverneurs qui jugent avec autre que ce qu’Allah a fait descendre sont-ils considérés mécréants ?

 

Et si nous disons qu’ils sont musulmans, que disons-nous de la parole d’Allah : 

 

وَمَنْ لَمْ يَحْكُمْ بِمَا أَنْزَلَ اللَّهُ فَأُولَئِكَ هُمُ الْكَافِرُونَ

 

« Et ceux qui ne jugent pas d'après ce qu'Allah a fait descendre, sont certes les mécréants » 

 

Réponse de Cheikh Abdel Aziz ibn Baz :

 

Ceux qui jugent avec autre que ce qu’Allah a fait descendre sont de plusieurs catégories.

 

Leur jugement diffère selon leur croyance et leurs œuvres.

 

Celui qui juge par autre que ce qu’Allah a fait descendre en voyant que cela est meilleur que la législation d’Allah est un mécréant à l’unanimité des musulmans. 

 

De la même manière, celui qui juge avec les lois forgées à la place de la législation d’Allah et qui voit que cela est permis, même s’il dit que juger avec la législation est meilleur, c’est un mécréant, car il a rendu licite ce qu’Allah a interdit. 

 

Quant à celui qui juge par autre que ce qu’Allah a fait descendre par suivi des passions, par corruption,  pour une animosité qu’il y a entre lui et entre celui qui est jugé ou pour une autre cause, tout en sachant qu’il désobéit à Allah en faisant cela et qu’il lui est obligatoire de juger avec la législation d’Allah, celui-ci est considéré parmi les désobéissants et les grands pécheurs et il a commis de la petite mécréance, de la petite injustice et de la petite perversion.

 

Comme cela a été rapporté d’ibn Abbas, qu'Allah l’agrée, et également de Tawouss et d’un groupe parmi les pieux prédécesseurs et c’est ce qui est connu chez les gens de science. 

 

Et Allah est le Garant de la réussite. 

 

حكم من يحكم بغير ما أنزل الله

هل يعتبر الحكام الذين يحكمون بغير ما أنزل الله كفارا وإذا قلنا إنهم مسلمون فماذا نقول عن قوله تعالى

 وَمَنْ لَمْ يَحْكُمْ بِمَا أَنْزَلَ اللَّهُ فَأُولَئِكَ هُمُ الْكَافِرُونَ - المائدة الآية 44

الحكام بغير ما أنزل الله أقسام، تختلف أحكامهم بحسب اعتقادهم وأعمالهم ، فمن حكم بغير ما أنزل الله يرى أن ذلك أحسن من شرع الله فهو كافر عند جميع المسلمين، وهكذا من يحكّم القوانين الوضعية بدلا من شرع الله ويرى أن ذلك جائز ، ولو قال: إن تحكيم الشريعة أفضل فهو كافر لكونه استحل ما حرم الله

أما من حكم بغير ما أنزل الله اتباعا للهوى أو لرشوة أو لعداوة بينه وبين المحكوم عليه أو لأسباب أخرى وهو يعلم أنه عاص لله بذلك وأن الواجب عليه تحكيم شرع الله فهذا يعتبر من أهل المعاصي والكبائر ويعتبر قد أتى كفرا أصغر وظلما أصغر وفسقا أصغر كما جاء هذا المعنى عن ابن عباس رضي الله عنهما وعن طاووس وجماعة من السلف الصالح وهو المعروف عند أهل العلم. والله ولي التوفيق

مجلة الدعوة العدد 963 في 5/2/1405هـ - مجموع فتاوى ومقالات متنوعة الجزء الرابع

separador-2

Question :

 

Le cheikh Mohamed ibn Ibrahim –qu’Allah lui fasse miséricorde- était-il d’avis que les gouverneurs étaient mécréants sans distinction ?

 

Réponse de Cheikh Abdel Aziz ibn Baz :

 

Il voyait la mécréance de celui qui rend licite le jugement par autre que ce qu’Allah a fait descendre, car par cela il devient mécréant.

 

Ceci est la parole de tous les gens de science.

 

Celui qui rend licite le jugement par autre ce qu’Allah a fait descendre mécroit. 

 

Mais celui qui fait cela par passion, ou pour d’autres causes, sans le rendre licite, alors ceci est de la petite mécréance.

 

Source : Majmou' fatawa Ibn Baz 28/271

separador-2

Cheikh Al Albani رحمه الله a dit dans « L’avertissement contre la fitna du takfir » concernant la parole d’Allah :

 

وَمَن لَّمْ يَحْكُم بِمَا أَنزَلَ اللّهُ فَأُوْلَـئِكَ هُمُ الْكَافِرُونَ

 

« Et ceux qui ne jugent pas d'après ce qu'Allah a fait descendre, sont certes les mécréants »

 

Qu’est-ce qui est voulu par la mécréance dans ce verset ?

 

Est-ce la sortie de la religion ou autre que cela ?

 

Je dis : Il est indispensable d’être précis dans la compréhension de ce verset.

 

Il est possible qu’il parle du koufr ‘amali (mécréance mineure) qui est la sortie par les œuvres de certaines règles de l’Islam.

 

Et nous sommes aidés  dans la compréhension de ce verset par le grand savant de la communauté, l’interprète du Coran, 'Abdullah ibn 'Abbas -qu'Allah l'agrée-.

 

Celui dont les musulmans sont unanimes, à part les groupes égarés, pour dire que c'est un imam unique dans l'explication du Coran. 

 

C'est comme s’il avait entendu à l'époque exactement ce que nous entendons aujourd'hui, c'est à dire qu'il y a des gens qui comprennent ce verset d'une compréhension formelle, sans détail.

 

Il a donc dit -qu'Allah l'agrée- :

 

« Ce n'est pas la mécréance que vous pensez, ce n'est pas la mécréance qui fait sortir de la religion, c'est de la mécréance mineure. » 

 

Et il visait surement par cela les khawarij qui sont sortis contre le prince des croyants, 'Ali -qu'Allah l'agrée-.

 

Et les conséquences de cela ont été qu'ils ont fait couler le sang des musulmans et leur ont fait ce qu'ils n'ont pas fait aux associateurs.

 

Il a donc dit : l’affaire n'est pas telle qu'ils l’ont dit, ou comme il pense, mais c'est de la mécréance mineure.

separador-2

Cheikh Al Othaymin رحمه الله a dit dans la cassette « at-tahrir fi massail at-takfir » (22/04/1420) :

 

En ce qui concerne le jugement par autre que ce qu'Allah a fait descendre, ceci se divise comme dans Son Noble Livre, en trois catégorie : mécréance, injustice et perversion, selon les causes sur lesquelles est fondé ce jugement. 

 

Si l'homme juge avec autre que ce qu'Allah a fait descendre en suivant ses passions tout en sachant que la vérité est dans ce qu'Allah a décrété, celui-ci ne mécroit pas, mais c’est un injuste ou un pervers.

 

Mais s'il instaure un jugement général que la communauté suit, qu'il voit un intérêt en cela alors qu’il a été trompé ce sujet, il ne mécroit pas également.

 

Car beaucoup de gouverneurs ont de l'ignorance dans la science de la législation et sont en contact avec ceux qui ne connaissent pas le jugement religieux et les considèrent comme grands savants.

 

De ce fait, il se produit des transgressions.

 

Et s'il connaît la législation, qu'il juge par cela ou le légifère cela et le met comme une constitution pour les gens.

 

Nous croyons qu'il est injuste dans cela, mais d’après la vérité qui est venue dans le Livre et la Sunna, nous ne pouvons pas le rendre mécréant. 

 

Mais nous rendons mécréant celui qui voit que le jugement par autre que ce qu'Allah a fait descendre est plus approprié pour les gens, ou qu'il est équivalent au jugement d'Allah, celui-ci est un mécréant car il a démenti la parole d'Allah :

 

أَلَيْسَ اللَّهُ بِأَحْكَمِ الْحَاكِمِينَ

 

« Allah n'est-Il pas le plus sage des Juges »

 

Ainsi que sa parole : 

 

أَفَحُكْمَ الْجَاهِلِيَّةِ يَبْغُونَ وَمَنْ أَحْسَنُ مِنَ اللّهِ حُكْمًا لِّقَوْمٍ يُوقِنُونَ

 

« Est-ce donc le jugement du temps de l'Ignorance qu'ils cherchent? Qu'y a-t-il de meilleur qu'Allah, en matière de jugement pour des gens qui la certitude. »  

separador-2

 

Question :

 

Changer la législation islamique par des lois forgés est-il de la mécréance en soi ou bien faut-il qu'il rende cela licite dans son cœur et croit que cela est permis ?

 

Et y a-t-il une différence entre juger une seule fois par autre que ce qu'Allah a révélé et entre le fait de mettre des lois comme  législation générale en ayant la croyance que ce n'est pas permis ?

 

Réponse de Cheikh AbdelMohsin Al ‘Abbad :

 

Il apparaît qu'il n'y a pas de différence entre le jugement dans une affaire, dix, cent, mille, ou plus ou moins.

 

Tant qu'il considère qu’il est dans l'erreur et qu'il a fait une chose blâmable et un péché, et qu'il a peur du péché, ceci est de la mécréance mineure. 

 

Mais s'il croit que ceci est licite, même dans une seule affaire, et qu'il permet le jugement par autre que ce qu'Allah a révélé, s'il considère que c'est licite, ceci est de la mécréance majeure.

separador-2

 

Question :

 

Si la personne juge dans une affaire par autre que ce qu'Allah a révélé, ceci est-il considéré comme de la mécréance ou faut-il obligatoirement qu'il impose des lois forgées dans toutes les affaires de la vie ?

 

Vous avez dit qu’il n’y avait pas de différence… nous n’avons pas compris ce que vous avez dit après.

 

Réponse de Cheikh AbdelMohsin Al ‘Abbad :

 

S’il rend cela licite, il n'y a pas de différence entre le fait de juger dans une seule affaire ou dans de nombreuses affaires.

 

Celui qui rend licite le jugement par autre que ce qu'Allah a révélé, même dans un seul sujet, il devient mécréant s’il rend cela licite.

 

Mais s'il ne rend pas cela licite, il n'y a pas de différence entre le fait qu'il est jugé dans une affaire, mille, quatre, ou dix…

 

Tant qu'il sait qu'il est pécheur et qu'il est dans l'erreur, ce n'est pas de la mécréance.

separador-2

 

Question :

 

Y a t-il une différence entre celui qui juge par autre que ce qu'Allah a révélé dans une affaire et entre celui qui instaure des lois qui contredisent la législation d'Allah et qui revient à celles-ci ?

 

Réponse de Cheikh AbdelMohsin Al ‘Abbad :

 

S'il juge dans une seule affaire en rendant cela licite et en croyant que c'est permis, c'est un mécréant.

 

De la même manière, s'il juge dans de nombreuses affaires en rendant cela licite, c'est un mécréant.

 

Et s'il a mis ces lois en ayant la croyance que la législation islamique ne convient pas et que ce sont ces lois qui conviennent, c'est de la mécréance. 

 

Mais s'il croit qu'il est dans l'erreur, qu'il est pécheur et que son action n'est pas correcte, ceci est de la mécréance mineure. Et il n'y a pas de différence une seule ou cent affaires.

separador-2

Question :

 

Qu’Allah soit bienfaisant envers vous.

 

Noble cheikh, parmi les sujets les plus compliqués qui posent problème à des jeunes, il y a celui du jugement par les lois établies par les hommes.

 

Nous espérons donc un éclaircissement à ce sujet, qu’Allah vous préserve.

 

Réponse de Cheikh Salih al Fawzen :

 

Ce sujet a été éclairci par les savants, et le plus correct est ce qui est mentionné dans l’exégèse d’Ibn Kathir, qu’Allah lui fasse miséricorde.

 

Il a dit que celui qui juge par autre que ce qu’Allah a révélé, s’il voit que cela est mieux que le livre d’Allah, que son jugement est meilleur que celui d’Allah, ou que le jugement d’autre qu’Allah est égal à celui d’Allah et qu’il a le choix entre juger avec ce qu’Allah a révélé ou autre comme il le souhaite, celui-là est jugé mécréant sans aucun doute, c’est un mécréant à l’unanimité.

 

Mais s’il croit que le jugement d’Allah est la vérité et que ces lois sont fausses, mais qu’il juge par passion ou pour une chose qu’il souhaite obtenir, alors c’est un injuste et un pervers.

 

Mais il n’est pas jugé mécréant car il croit que le jugement d’Allah est obligatoire et que le jugement d’autre que lui est faux.

 

Il a fait cela pour obtenir un poste ou une chose quelconque.

 

Mais sa croyance est intacte, sa croyance en le livre d’Allah, que c’est la vérité et qu’il est obligatoire de juger par celui-ci, sa croyance est intacte.

 

On dit donc que c’est un pervers, mais on ne le juge pas mécréant car ceci est de la mécréance mineure.

 

separador-2

Cheikh Mohamed ibn Ibrahim رحمه الله تعالى dit :

 

Fait également partie de la concrétisation de l’attestation que « Muhamed est le messager d'Allah » de juger avec sa législation, en se conformant à celle-ci et en rejetant ce qui s'y oppose parmi les lois instaurées, les institutions et toutes les autres choses sur lesquelles Allah n'a fait descendre aucune preuve.

 

Celui qui juge par celle-ci ou la prend pour jugement en croyant que ceci est authentique et que c'est permis, celui ci est un mécréant, d’une mécréance qui fait sortir de la religion.

 

Mais s'il fait cela sans croire que c'est permis, c'est un mécréant (kufr ‘amali) d’une mécréance qui ne fait pas sortir de la religion.

 

Source : Majmou’ fatawa 1/80 et 9/10

separador-2

Mohamed Amin Ash-Shanqiti رحمه الله تعالى  dit :

 

La mécréance, l'injustice et la perversité, chacun de ces mot a été employé dans la législation en désignant parfois la désobéissance, et la mécréance faisant sortir de la religion d'autres fois.

 

Celui qui juge par autre que ce qu'Allah a fait descendre pour s'opposer aux messagers et pour abolir les lois d'Allah, son injustice, sa perversité et sa mécréance le font toutes sortir de la religion.

 

Quant à celui qui juge par autre que ce qu'Allah a fait descendre en croyant qu'il a commis un péché et qu'il a fait une chose mauvaise, sa mécréance, son injustice et sa perversité ne le font pas sortir de la religion.

 

Source : أضواء البيان2/104

copié de forum.daralhadith-sh.com

separador-2

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Cheikh ‘Abdel Mouhsin Ibn Hamed Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبدالمحسن بن حمد العبَّاد البدر

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Cheikh Mohamed Ibn Ibrahim Al Cheikh - الشيخ محمد بن إبراهيم آل الشيخ 

Cheikh Mouhammad Al Âmîn Ach Chanqitî - الشيخ محمد الأمين الشنقيطي

Partager cet article

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة