compteur de visite

Catégories

28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 07:02
Le sang qui revient chez la femme après son état de pureté

Question :

 

J'ai remarqué suite à la douche après les règles au terme de ma période coutumière qui est de cinq jours, qu'il me vient parfois une quantité infime de sang directement après avoir fait la grande ablution.

Après quoi, il ne se produit plus rien.

Je ne sais que faire, dois-je considérer uniquement ma période de cinq jours et ne pas faire attention à ce qui se produit après en me permettant de prier et de jeûner sans n'avoir rien à ma charge, ou dois-je considérer ce jour ayant dépassé ma période habituelle, en m'abstenant de faire mes rituels... tout en sachant que cela ne se produit pas tout le temps, mais tous les deux ou trois cycles environ.

J'aimerai éventuellement que vous m'expliquiez ? 

 

Réponse :
 
Si le sang qui se produit après la purification est de couleur jaunâtre ou terne, il est tout à fait insignifiant, il aura le même statut que l'urine... 
 
Mais, s'il s'avère vraiment du sang, il faudra le considérer comme les règles.

Cela exige donc le cas échéant de refaire la grande ablution conformément aux paroles de Oum 'Atiya, qui fait partie des Compagnons :


« Nous ne considérions pas après la purification le liquide jaunâtre ou terne. » 

copié de dourous.free.fr
 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Femme en islam - المرأة في الإسلام
22 octobre 2008 3 22 /10 /octobre /2008 20:23
Les conditions de la parure de la femme musulmane

Lorsqu'il est permis à la femme de laisser apparaître sa beauté, et bien celà nécessite certaines conditions.

 

Voici donc ma sœur quelques règles relatives à ta beauté qui te serviront en quelque sorte de baromètre.

 

Et si tu constates que ta beauté n'est pas conforme à l'un de ces points alors fais attention qu'elle ne devienne égarement et malédiction !  

 

Traduction relative et approchée :

Dis : « Qui a interdit la parure d'Allah, qu'Il a produite pour ses serviteurs, ainsi que les bonnes nourritures ? » Dis : « Elles sont destinées à ceux qui ont la foi, dans cette vie, et exclusivement à eux au Jour de la Résurrection. » Ainsi exposons-nous clairement les versets pour les gens qui savent. Dis : « Mon Seigneur n'a interdit que les turpitudes (les grands péchés), tant apparentes que secrètes, de même que le péché, l'agression sans droit et d'associer à Allah ce dont Il n'a fait descendre aucune preuve, et de dire sur Allah ce que vous ne savez pas " (S7 V32-33 )
 

Il ne faut pas que la parure soit interdite 
de manière catégorique et définie par un texte religieux

 

Traduction relative et approchée : 
 
" Prenez ce que le Messager vous donne ; et ce qu'il vous interdit, abstenez-vous en ; et craignez Allah car Allah est dur en punition" (S59 V7)
 

Ainsi tout ce qu'Allah et Son Messager -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- ont interdit est interdit quand bien même la raison ne le conçoit pas. Allah dit: 

 

Traduction relative et approchée : 
 
"Il n'appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois qu'Allah et Son Messager ont décidé d'une chose d'avoir encore le choix dans leur façon d'agir. Et quiconque désobéit à Allah et à Son Messager s'est égaré certes d'un égarement évident " (S33 V36)

Ainsi le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- a interdit de se teindre les cheveux en noir :    
 
« Il y aura un groupe de gens qui se teindront les cheveux en noir, à la fin des temps, semblables à des pigeons, ils ne sentiront pas l'odeur du paradis ». (1)

L'imam Nawawi  dit également : 
 
« Chapitre concernant l'interdiction à l'homme et à la femme de se teindre les cheveux  en noir » (2)
 

Maintenant, si tu n'arrives pas à comprendre pourquoi le noir, en particulier, est interdit, cela reste une question de soumission aux commandements d'Allah et de Son Messager.   
 

Il faut que la parure soit destinée avant tout au mari
 

Le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit :
« La meilleure des femmes est celle qui te plaît lorsque tu la regardes, qui t'obéit lorsque tu lui ordonnes une chose et qui préserve tes biens ainsi que sa personne lorsque tu t'absentes » (3)
 

Pourtant si la parure est catégoriquement interdite, tu n'as pas à la revêtir, pas même pour faire plaisir ou obéir à ton mari, car il ne lui appartient pas de rechercher la satisfaction dans la désobéissance d'Allah. Le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit : « Pas d'obéissance dans la désobéissance d'Allah mais uniquement une obéissance dans le bien » (4)
 

De même, si tu t'embellis pour ton mari, c'est avant tout pour conserver l'amour qu'Allah a instauré entre vous. Et comment alors prétendre conserver ce lien étroit en désobéissant à Celui qui les a tissés !
    

Il ne faut pas que la parure ressemble à celle des mécréantes
 

Le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit : « Celui qui ressemble à un peuple en fait partie »(5)

Aussi les savants furent-ils interrogés au sujet du vernis à ongle :


Cheikh ibn Baz dit : « Délaisser cela est meilleur, cependant il est obligatoire de l'enlever avant d'effectuer ses petites et grandes ablutions » (6)


Cheikh 'Othaymine dit : « Il n'est pas permis à la femme d'utiliser le vernis alors qu'elle prie car le vernis est imperméable et empêche donc l'eau d'atteindre l'ongle. Et toute chose qui empêcherait l'eau d'atteindre les parties à purifier est interdite pour celui qui s'apprête à accomplir ses ablutions. Par contre lorsque la femme est réglée et donc ne prie pas, rien ne l'empêche de se mettre du vernis si ce n'est la ressemblance aux femmes mécréantes, et donc ceci devient illicite de part la ressemblance faite » (7)    


Il ne faut pas que la parure ressemble à celle des hommes


Cheikh 'Otheymine a dit :    
« Les savants déconseillent à la femme de se couper les cheveux et ont dit qu'il était déconseillé à la femme de se couper les cheveux sauf pour le pèlerinage ou une 'Omra. D'autres savants l'ont interdit formellement et d'autres au contraire l'ont permis sous certaines conditions : ne pas ressembler aux non musulmanes ou aux hommes. En effet ressembler à l'homme est interdit à la femme et ceci s'inscrit dans les grands péchés, tout comme le fait de ressembler aux femmes mécréantes [...] » (8)
 
Cheikh ibn Baz a dit :
« Je ne connais rien au fait de couper les cheveux, ce qui en revanche est clairement interdit  est le fait de se raser les cheveux pour la femme, maintenant si la femme se coupe les cheveux parce qu'ils sont trop longs ou trop épais, je ne connais rien de mal en cela [...] » (9)


Donc ce qui ressort des paroles des savants c'est que se couper les cheveux n'a rien d'interdit à la base, mais ce qui peut le rendre interdit c'est la ressemblance faite aux hommes ou aux mécréantes. 


Il ne faut pas que ce soit une parure qui change la création d'Allah


Allah dit en citant les paroles de chaytan :

 

Traduction relative et approchée :


" Je leur commanderai et ils altèreront la création d'Allah " (S4-V119)     
 
Le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit : 
 
« Maudites soient celles qui tatouent les autres et celles qui se font tatouer, celles qui  épilent les sourcils et celles qui se les font épiler, celles qui se font espacer les dents pour s'embellir, celles qui changent la création d'Allah » (10)
 
Ibn Mas'oud cita ce Hadith puis dis :
 
« N'est-ce pas que je maudis celles que le Messager d'Allah a maudites, et d'ailleurs ceci (cette interdiction) se trouve dans le Coran ».

 

Il  sous-entendait la parole d'Allah :

 

Traduction relative et approchée : 

 

" Prenez ce que le Messager vous donne ; et ce qu'il vous interdit, abstenez-vous en ; et craignez Allah car Allah est dur en punition " (S59 V7)
 
Cheikh ibn Baz dit : 
« Il n'est pas permis de s'épiler les sourcils ni même de les émincer, du fait que le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- a maudit celle qui épile et celle qui se fait épiler, et les savants ont démontré que s'émincer les sourcils revenait à se les épiler ». (11)
 
L'Imam Nawawi dit :
« An-Nams (12)  est interdit sauf s'il pousse à la femme de la barbe ou des moustaches. Dans ce cas les épiler  n'est pas interdit, bien au contraire cela est conseillé ». Al Hafidh ibn Hajar a dit : « Et sa permission (celle de Nawawi) dépend d'une condition : Que ce soit en connaissance et avec la permission du mari.  Sans quoi, ceci devient interdit car ce serait de la tromperie ». (13)
 
Asma bint abi Bakr dit :
« Le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui-  a maudit celles qui allongent (les cheveux) et celles qui se les font allonger ». (14)
 

Donc, allonger ses cheveux avec d'autres cheveux (ce qui porterait à confusion) est interdit.


Ibn Hajar dit :
« Certains savants ont fait une différence entre ce qui porterait à confusion et entre ce qui serait apparent. Ainsi, certains ont interdit la première catégorie seulement car cela reviendrait au mensonge et à la tromperie ; et leur parole est forte ». (15)

 

L'imam Nawawi rapporte les paroles de al Qadhi 'Iyadh : 
« Quant au fait d'attacher des fils de soie en couleurs ou autres et qui ne ressemblent aucunement aux cheveux, ceci n'est pas interdit et n'entre pas dans le « Wasl » (l'allongement), ni ne s'en rapproche, mais ce n'est plutôt qu'une parure par laquelle la femme s'embellit ». (16)    

 

Il ne faut pas que ce soit une parure qui soit constante et ne puisse plus s'enlever


Cheikh al Albani a dit : 
« En fait ce point se rapproche du précèdent à une différence prés : l'une n'est pas constante et s'estompe avec le temps, l'autre est constante et ne s'estompe pas. Ainsi « al wachm », le tatouage, qui est une parure qui ne s'estompe pas, est catégoriquement interdit ». (17)


« Et si la femme possède un tatouage et qu'il lui serait difficile de l'enlever alors qu'elle le laisse car Allah ne fait supporter à une âme que ce dont elle est capable »; ainsi répondit Cheikh ibn Baz. (18)    


Il ne faut pas que cela cause du tort à l'organisme


Le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit: 
 
« On ne nuit pas et on ne répond pas à un dommage par un dommage ». (19)
 
Cheikh ibn Baz dit : 
« Quant aux produits de beauté, il est important de faire la part des choses : si cela peut embellir sans pour autant nuire, ni être néfaste au visage, alors, il n'y a aucun mal. Mais si au contraire, cela est néfaste pour le visage, alors cela est interdit à cause de cet effet néfaste ». (20)
 
Cheikh 'Othaymine dit : 
« Le maquillage, nous l'interdisons. Même si effectivement il embellit le visage une courte durée, il cause beaucoup de dommage au visage comme cela fut scientifiquement  prouvé. En effet lorsque la femme prend de l'âge, son visage est tellement endommagé que plus rien ni même le maquillage ne peut lui être utile ».(21)  


Il ne faut pas que cela empêche l'eau d'atteindre le corps lors des ablutions
 

Cheikh Fawzan dit :


« Comme le vernis à ongle, par exemple, qui empêche le contact entre l'eau et l'ongle ». (22)
 

 Il ne faut pas que cela entraîne des dépenses excessives
 

Allah dit :

 

Traduction relative et approchée :

"Car les gaspilleurs sont les frères des diables(S17 V27)
 
Cheikh Salih al Fawzan dit :    
« Mettre des lentilles parce que l'on se trouve dans le besoin de le faire est permis (lentilles de contact). Par contre si la personne n'en a pas réellement besoin (lentilles de couleur), il vaut mieux dans ce cas éviter d'en porter, d'autant plus si ces lentilles coûtent chers, car cela entre dans le gaspillage qui est illicite, sans oublier ce que cela renferme comme mensonge et tromperie ; car l'œil prend alors une couleur qui n'est pas la sienne et ce, sans aucune raison valable ». (23)  
 

Il ne faut pas que cela entraîne une perte de temps excessive


Le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit :


« Il y a deux bienfaits que les gens ne savent apprécier : la santé et le temps libre ».   (24)
 

Il ne faut pas que cela rende la femme fière et orgueilleuse
 

Al Mousnad a dit :
« Lorsque la femme s'embellit devant d'autres femmes, il faut néanmoins que celle-ci s'impose certaines limites quant à sa parure, même si cette parure est permise et ce, pour des raisons multiples :

*         La femme peut être sujette au mauvais oeil à cause de sa parure et il est demandé à l'individu de réunir les causes le protégeant avant même de s'en remettre à Allah.

*         La femme peut susciter l'envie, être imitée, sans compter la jalousie, les dépenses excessives, la rancune que cela peut instaurer. » (25)  

 

Traduction relative et approchée : 
 
"Entraidez-vous dans l'accomplissement des bonnes œuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression " (S5 V2)
 

Il ne faut pas qu'elle contredise la nature innée
 

D'après Abou Horeyra le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit : 
« Cinq choses font partie de la nature innée : raser le pubis, la circoncision, se tailler les moustaches, s'épiler les aisselles, se couper les ongles ». (26)
 
Cheikh ibn Baz dit : 
« Avoir des ongles longs est contraire à la Sounnah d'après la parole du Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui (ci-dessus) et ce, à une fréquence maximum de quarante jours comme le dit Anas :   
« Le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- nous a fixé une date quant au fait de se tailler les moustaches, se couper les ongles, se s'épiler les aisselles et le pubis, et nous a recommandé de ne pas délaisser cela plus de quarante jours, d'autant plus que le contraire revient à imiter les bestiaux et certains mécréants ». (27)
 

Cheikh ibn Baz dit aussi :
« Il est mieux d'épiler les aisselles et de raser le pubis ». (28)
 

Cheikh 'Othaymine dit : 
« Il est étonnant de constater que des gens qui revendiquent le progrès et la civilisation soient des personnes qui laissent pousser leurs ongles avec toutes les impuretés que les ongles peuvent contenir, ce qui rabaisse plus l'individu à l'état animal ». (29)
 

Qu'en est-il de l'épilation des jambes et des bras ?
 

Cheikh 'Otheymine répond :
« Si la pilosité est grande, il n'y a pas de mal à s'épiler car cela relève de la malformation. Mais si la pilosité est normale, alors certains savants disent qu'il ne faut pas avoir recours à l'épilation car cela revient à transformer la création d'Allah. Et d'autres disent qu'il est permis car cela entre dans les choses sur lesquelles Allah s'est tût. Et le Prophète  -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit :
 

« Ce sur quoi Allah s'est tût, est pardon ».
 

Donc ce n'est ni obligatoire pour vous, ni illicite.

Et ces savants-là disent la pilosité se divise en trois parties :
 

1.     Une partie que la législation a interdit de toucher.  
2.     Une partie que la législation a demandé de toucher.  
3.     Une partie sur quoi Allah s'est tût.
 

- Ce que la législation a interdit de toucher, comme la barbe pour l'homme, les sourcils pour la femme et l'homme.  

- Ce que la législation a demandé de toucher : comme les aisselles, les parties intimes et les moustaches de l'homme. 
  
 
-   Et ce sur quoi la législation s'est tût est miséricorde. Car si Allah ne le voulait pas Il aurait ordonné qu'on les enlève. Et si Allah le voulait Il aurait ordonné qu'on le laisse. Par conséquent le fait de s'être tût sur la question revient à laisser le choix à l'individu ; s'il veut, il l'enlève et s'il veut, il le laisse ». (30)    
 

Il ne faut pas que par cela la femme puisse être reconnue par les hommes
 

Abou Sa'id al Khoudri rapporte que le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit : 
« Il y avait au temps des Bani Israël une femme de petite taille, alors elle confectionna deux pieds en bois et marchait avec entre deux femmes de petite taille également. Elle prit également une bague en or et y mit à l'intérieur du parfum parmi les meilleurs : du musc. Et lorsqu'elle passait devant une assemblée elle bougeait sa bague et l'odeur s'en dégageait - et dans une autre version - elle avait doté sa bague d'un bouchon et lorsqu'elle passait devant un groupe de gens ou une assemblée elle l'ouvrait et l'odeur s'en dégageait ».  
 

Cheikh Albany dit : 
« Ce Hadith démontre bien que les femmes perverses ont pour habitude de porter ce qui attire le regard vers elles [...] ». (31)
 

Il ne faut pas qu'à cause de cela la femme délaisse une obligation religieuse
 

Certaines femmes, le jour de leur mariage, par exemple, de peur d'abîmer leur Brushing n'iront pas faire leurs ablutions et par conséquent regrouperont leurs prières ou encore feront leurs ablutions au Tayamoum pour ne pas avoir à se remaquiller ! (la traductrice)

 

(1) Rapporté par abou Dawoud, Nassa-i. Sahih al Jami' (n°815).
(2) Ryad as-Salihine  
(3) Sahih al Jami'as-Saghir (n°3299).
(4) Rapporté par Boukhari et Mouslim.
(5) Rapporté par Ahmad dans son Mousnad, par abou Dawoud. Cheikh al Albani l'a authentifié dans Sahih al Jami' as Saghir (n°6025).
(6) Zinat al Mar-a ; page 31.
(7) Voir Fatawal Mar-a (page 167).
(8) Fatawa Manar al Islam, volume 3, page 862.
(9) Fatawal Mar-a, page 85.
(10) As-Silsila as-Sahiha, n°2792.
(11) Fatawa el Mar-a (page 167).
(12) Ce point est sujet à divergences car ce terme désigne chez certains l'épilation des sourcils, chez d'autres l'épilation du visage et chez d'autres l'épilation du corps.
(13) Fath al Bari  (tome 10, page 377).   
(14) Rapporté par Mouslim, Nassa-i et ibn Majah.
(15) Fath al Bari (tome 10, page 385).   
(16) Charh Mouslim (volume 4, page 835).
(17) Je t'invites à consulter dans Silsila Sahiha de Cheikh al Albany la réponse faite par ce dernier au Cheikh al Ghoumari qui prétend que seul ce qui est constant change la création d'Allah.
(18) Ad-Da'wa 1375.
(19) Hadith Hassan, voir Sahih al Jami' (n°7393) et Silsila as-Sahiha (n°250).
(20) Zinat al Mar-a ; page 23.
(21) Fatawa Manar al Islam (volume 3, page 731).
(22) Tanbihat 'ala Ahkam Takhtas bil Mouminate    
(23) Magazine ad-Da'wa, n°1311.   
(24) Rapporté par Boukhari.
(25) Zinat al Mar-a ; page 72/73
(26) Rapporté par Boukhari, Mouslim, abou Dawoud, Tirmidhi, Nassa-i, ibn Majah.
(27) Fatawal Mar-a, page 167.
(28) Fatawal Mar-a, page 101.
(29) Fatawal Mar-al Mouslima, vol.1 page 243
(30) Majmou' Fatawi wa Rassa-il  (volume 4, page 134).
(31) As- Sahiha (n°486). 

copié de al.baida.online.fr

Publié par 3ilm char3i - La science légiférée - dans Femme en islam - المرأة في الإسلام
22 octobre 2008 3 22 /10 /octobre /2008 16:10
La sortie d'air par le sexe de la femme

Question :

 

Est-ce que la sortie d'air par le sexe de la femme annule les ablutions ?

 

Réponse :

 

Cela n'annule pas les ablutions car l'air ne sort pas d'un endroit impur du corps comme l'air évacué par l'anus. 

 

Recueil des fatawa - Vol 11 p.197 n°137

Publié par fatawaislam.com

السؤال: هل خروج الهواء من فرج المرأة ينقض الوضوء؟

الإجابة: هذا لا ينقض الوضوء لأنه لا يخرج من محل نجس كالريح التي تخرج من الدبر

مجموع فتاوى و رسائل

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i - La science légiférée - dans Femme en islam - المرأة في الإسلام
14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 18:15
L’explication du hadith « dévêtues bien que vêtues »

Question :

 
Que signifie ce passage d'un hadith prophétique :
 
« dévêtues bien que vêtues » ? (1)
 
Réponse :
 
 Dévêtues bien que vêtues » signifie que ces femmes portent des vêtements mais qui ne les couvrent pas convenablement.

Les savants ont cité de nombreux exemples pour celles qui sont dévêtues bien que vêtues.

C'est l'exemple de celles qui portent un vêtement léger qui laisse transparaître la peau en dessous, ou celles qui portent des vêtements opaques mais courts, ou encore celles dont les vêtements sont tellement serrés et collants au corps qu'on a l'impression qu'elles ne sont pas habillées.

Tous ces exemples sont basés sur le sens propre des mots « vêtues » et « dévêtues ».

-Si l'on cherche à présent le sens figuré de ce passage, le mot « vêtues » peut signifier celles qui font semblant d'être chastes et pudiques, et « dévêtues » celles qui cachent leur perversité aux yeux des gens.

Elles sont donc vêtues dans un sens, mais dévêtues, dans un autre.

 

(1) Rapporté par Muslim dans le chapitre du vêtement (n°2128). 
 
Recueil de Cours et Fatwas de la Mosquée Sacrée de la Mecque, vol. 3, page 219.
copié de fatawaislam.com
 
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين
Publié par 3ilm char3i - La science légiférée - dans Femme en islam - المرأة في الإسلام
14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 14:40
Se saluer entre soeurs

La soeur :

 

Assalamou 3alaykoum shaykh ahsan allahou ilaykoum ,

La sunna pour le musulman est de serrer la main à son frère lorsqu'il le rencontre, cette sunna s'applique t'elle aussi pour les femmes?

Car des soeurs refusent de serrer la main en disant que ceci est une imitation des hommes.

Qu'est il donc preferable quand je rencontre une soeur, lui serrer la main ou lui faire la bise ?


Barakallahou fikoum.
      

Réponse du shaykh :

 

La sunna pour la femme est aussi de serrer la main, il n'y a aucune différence entre l'homme et la femme.

 

Lorsque une femme rencontre une femme, elle lui serre la main, sauf si cela fait longtemps qu'elle ne l'a pas vu, si elle souhaite l'enlacer ceci n'est pas interdit.


27éme cours  "al aqida wasitya" dès les premières minutes

Retranscription par une soeur de l’équipe du site 3ilmchar3i.net

 
Cheikh Abou Abdillah Mohamed Tchalabi Al Djazairy - الشيخ أبو عبد الله محمد تشلابي
Publié par 3ilm char3i - La science légiférée - dans Femme en islam - المرأة في الإسلام
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 13:18
Les talons hauts (vidéo)

Question :


Quel est le jugement dans l'Islam sur le fait de porter des talons hauts ?
 

Réponse de Cheikh Ben Baz:


-Le moins que l'on puisse dire c'est que c'est détestable, car premièrement il y a en cela une tromperie car la femme apparait plus grande que ce qu'elle est réellement.

-Deuxièmement, la femme risque de tomber avec,

 

-et troisièmement cela nuit à la santé comme l'ont dit les médecins.

 

traduit par assounnah.com

 

حكم لبس الكعب العالي

ما حكم الإسلام في لبس الحذاء ذي الكعب العالي؟

أقل أحواله الكراهة؛ لأن فيه أولا تلبيسا حيث تبدو المرأة طويلة وهي ليست كذلك، وثانيا فيه خطر على المرأة من السقوط، وثالثا ضار صحيا كما قرر ذلك الأطباء

نشرت بـ((المجلة العربية)) ضمن الإجابات في باب ((فاسألوا أهل الذكر)) - مجموع فتاوى و مقالات متنوعة الجزء السادس

 

La question :


Quel est le jugement concernant le fait que la femme mette des chaussures à talons hauts lorsqu’elle est avec les femmes [seulement] ? Et quelle est la limite [permise] de la hauteur du talon ?


La réponse de Cheikh Farkous :


Louange à Allâh, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu’Allâh a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Rétribution. Cela dit :


[Les chaussures] à talons hauts sont interdites vu qu’elles impliquent une ressemblance à la tradition des femmes perverses appartenant au peuple des enfants d’Israël, qui mettaient des chaussures en bois pour séduire les hommes avec des apparences fausses et trompeuses.

 

Le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم avait parlé :

 

«D’une femme parmi les Enfants d’Israël qui décida de mettre des chaussures en bois et une bague dont le chaton était en forme de couvercle bien fermé qu’elle bourra de musc.

Elle sortit alors entre deux femmes qui étaient grandes de taille ou corpulentes.

Un homme fut envoyé pour les suivre [de près].

Il reconnut les deux femmes de grande taille mais ne reconnut point celle qui mettait les chaussures en bois.» (1)

 

De plus et sans aucun doute, lorsque la femme met ce genre de chaussures, elle trompe les gens en voulant paraître d’une haute taille alors qu’elle ne l’est point.

 

Elle suscite, aussi, de la tentation par sa titubation [quand elle marche].

 

Ce genre de chaussures nuit également à sa santé, comme l’ont prouvé les médecins, et la nuisance doit être repoussée comme cela est établi par les jurisconsultes.


Du reste, la limite de la hauteur du talon doit être fixée selon l’usage, de telle manière que lorsque la hauteur du talon amène à tromper les gens [en faisant paraître la femme d’une taille plus grande] et provoque des ondulations lorsqu’elle marche ; dans ce cas, on jugera que la hauteur du talon dépasse la limite permise.


Le savoir parfait appartient à Allâh سبحانه وتعالى, et notre dernière invocation est qu’Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Rétribution.

 

(1) Rapporté par Ibn Khouzayma dans At-Tawhîd (447), par l’intermédiaire d’Abou Sa‘îd Al-Khoudrî ou Djâbir رضي الله عنهما. Ce hadith est jugé authentique par Al-Albânî dans As-Silsila As-Sahîha (591). Voir le hadith rapporté par l’intermédiaire d’Abou Sa‘îd Al-Khoudrî رضي الله عنه. Rapporté par Mouslim (2252) et par Ahmad (11364).

 

Alger, le 3 Safar 1428 H
correspondant au 21 février 2007 G

traduit par ferkous.com

 

في مقدار الكعب العالي المنهيِّ عنه
السـؤال:ما حكم لبس المرأة الحذاء ذا الكعب العالي بين النِّساء، وما هو المقدار الـمُحدَّد في طوله؟
الجـواب:الحمدُ لله ربِّ العالمين، والصلاةُ والسلامُ على مَنْ أرسله اللهُ رحمةً للعالمين، وعلى آله وصَحْبِهِ وإخوانِه إلى يوم الدِّين، أمّا بعد
فالكعبُ العالي لا يجوز، لِما فيه من التشبُّه بالفاسقات من بني إسرائيل، اللواتي كُنَّ يَتَّخِذنَ أَرجُلاً خشبية يَتَشَرَّفْنَ بها الرجال، بالمظاهر الكاذبة الخادعة وقد أخبر النبيُّ صَلَّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم عن «امْرَأَةٍ مِنْ بَنِي إِسْرَائِيلَ كَانَتْ قَصِيرَةً, وَاتَّخَذَتْ رِجْلَيْنِ مِنْ خَشَبٍ وَخَاتَمًا لَهُ غَلْقٌ وَطَبَقٌ, وَحَشَتْهُ مِسْكًا، وَخَرَجَتْ بَيْنَ امْرَأَتَيْنِ طَوِيلَتَيْنِ أَوْ جَسِيمَتَيْنِ, فَبَعَثُوا إِنْسَانًا يَتْبَعُهُمْ فَعَرفَ الطَّوِيلَتَيْنِ، وَلَمْ يَعْرِفْ صَاحِبَةَ الرِّجْلَيْنِ مِنْ خَشَبٍ»(١)، وفي الكعب العالي من الاحتيال على الناس والتغرير بهم ما لا يخفى حيث تبدو طويلةً وليست كذلك، فضلاً عن أنّه يُحدِث فتنة بِتَمايُلِها، وضررا بصحتها، كما قرّره الأطباء، و«الضرر يُزَال» على ما قعَّده الفقهاء
ومقدار طول الكعب يُصار فيه إلى العرف، فمتى أَحدَثَ طولُه تغريرًا وفتنةً بالتمايُلِ فإنّه يحكم على أنّ ذلك المقدار ممنوع شرعًا.
والعلمُ عند اللهِ تعالى، وآخرُ دعوانا أنِ الحمدُ للهِ ربِّ العالمين، وصَلَّى اللهُ على نبيِّنا محمَّدٍ وعلى آله وصحبه وإخوانِه إلى يوم الدِّين، وسَلَّم تسليمًا
الجزائر في: ٣ صفر ١٤٢٨ﻫ
الموافق ﻟ: ٢١ فبراير ٢٠٠٧م

الفتوى رقم: ٧٧٢
الصنـف: فتاوى الأسرة - المرأة
١
أخرجه ابن خزيمة في «التوحيد»، بَاب ذكرِ ما يعْطِي اللَّهُ عَزَّ وَجلَّ منْ نِعمِ الْجَنَّة وَملكِها: (٤٤٧)، من حديث أبي سعيد الخدري أو جابر رضي الله عنهما. والحديث صححه الألباني في «السلسلة الصحيحة»: (٥٩١

ما حكم لبس الكعب العالي ؟

Cheikh Al-’Outheymine

حكم لبس المرأة للكعب العالي

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany

 

حكم لبس الكعب العالي للمرأة ووضع المناكير

Comité permanent [des savants] de l'Ifta

 

فتوى رقم 1678 وتاريخ 13 / 10 / 1397 هـ
الحمد لله ، والصلاة والسلام على من لا نبي بعده وآله وصحبه وبعد
فقد اطلعت اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء على استفسار أحد السائلين وهو
السؤال : ما حكم لبس الكعب العالي للمرأة ، ووضع المناكير بأظافر المرأة وأيهما أفضل المناكير أم الخضاب ، وما حكم وضع الحناء للمرأة أثناء الحيض؟
الجواب : لبس الكعب العالي لا يجوز؛ لأنه يعرض المرأة للسقوط والإنسان مأمور شرعا بتجنب الأخطار ، بمثل عموم قول الله:  وَلاَ تُلْقُوا بِأَيْدِيكُمْ إِلَى التَّهْلُكَةِ  وقوله:  وَلاَ تَقْتُلُوا أَنْفُسَكُمْ  كما أنه يظهر قامة المرأة وعجيزتها بأكثر مما هي عليه وفي هذا تدليس وإبداء لبعض الزينة التي نهيت عن إبدائها المرأة المؤمنة بقول الله سبحانه وتعالى :  وَلاَ يُبْدِينَ زِينَتَهُنَّ إِلاَّ لِبُعُولَتِهِنَّ أَوْ آبَائِهِنَّ أَوْ آبَاءِ بُعُولَتِهِنَّ أَوْ أَبْنَائِهِنَّ أَوْ أَبْنَاءِ بُعُولَتِهِنَّ أَوْ إِخْوَانِهِنَّ أَوْ بَنِي إِخْوَانِهِنَّ أَوْ بَنِي أَخَوَاتِهِنَّ أَوْ نِسَائِهِنَّ أما المناكير فلا تجوز لما فيها من منع وصول الماء في الوضوء والغسل إلى الأظافر ، وقد شملتها الفتوى المشار إليها في الجواب الثاني . وأما الحناء للمرأة أثناء الحيض فلا نعلم مانعا منه كحال الطهر . وصلى الله وسلم على نبينا محمد وآله وصحبه

(الجزء رقم : 9، الصفحة رقم: 65)

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Cheikh Abou Abdil-Mou'iz Mouhammad 'Ali Farkouss - الشيخ أبي عبد المعزّ محمد علي فركوس

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i - La science légiférée - dans Femme en islam - المرأة في الإسلام
11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 01:02
L'insémination artificielle et les bébés éprouvette
Louange à Allah l'Unique, prière et paix sur celui que nul prophète ne viendra après lui ; notre maître et prophète Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
 
Que le salut d'Allah soit sur eux !Le conseil du groupe jurisprudentiel islamique a examiné le dossier d'étude qu'a présenté le membre du conseil Mustapha Ahmad Az-Zârqâ' au sujet de l'insémination artificielle et les bébés éprouvettes, sujet qui a préoccupé les gens et devenu l'un des grands problèmes actuels dans le monde.

Le conseil a exposé ce qui a été réalisé dans ce domaine comme performances médicales grâce à la science et la technique pour résoudre les problèmes qui empêchent la procréation.

S'appuyant sur l'étude complète précitée, le conseil a constaté que l'insémination artificielle ( en dehors de la voie naturelle : celle du rapport sexuel direct entre l'homme et la femme ) peut se réaliser selon deux modes principaux : 

 
Le mode d'insémination intérieur
Il consiste à injecter le sperme de l'homme dans l'endroit qui convient de l'utérus de la femme. 
 
Le mode d'insémination extérieur
Il s'agit d'une insémination obtenue à partir du sperme de l'homme et l'ovule de la femme dans un récipient expérimental dans le laboratoire médical, suivie de l'implantation de l'ovule fécondée dans l'utérus de la femme. 
 
Dans les deux cas, il faut immanquablement que la femme se découvre devant celui qui effectue l'opération. 
 
A partir de l'étude qui a été présentée à ce sujet et de ce qu'on a tiré des débats et des discussions, il est apparu clairement au conseil du groupe que les méthodes et les moyens grâce auxquels s'effectue l'insémination artificielle par ses deux modes intérieur et extérieur, sont au nombre de six selon les différentes situations : l'insémination intérieure comprend deux méthodes, l'insémination extérieure comprend quatre méthodes dans la réalité des choses et ce, en dehors du fait que la méthode serait licite ou illicite. 
Sans titre 1
On distingue les méthodes suivantes 

 
 L'insémination artificielle intérieure 

 
  • La première méthode

Elle consiste à prendre le sperme d'un homme marié et l'injecter dans l'endroit qui convient du vagin de son épouse ou de son utérus, pour qu'il y ait rencontre naturelle entre le sperme et l'ovule émise par l'ovaire (de l'épouse), puis fécondation, puis fixation de l'oeuf dans la muqueuse utérine (nidation) avec la permission de Dieu, comme dans le cas d'un rapport sexuel.

On a recours à cette méthode lorsque le mari se trouve dans l'incapacité de  faire parvenir son sperme dans les organes génitaux de son épouse lors des rapports sexuels. 
 
  • La deuxième méthode

On prend le sperme d'un homme et on l'injecte dans l'endroit qui convient d'une épouse d'un autre homme pour qu'il y ait fécondation interne puis nidation, à l'instar de la première méthode.

On utilise ce moyen lorsque l'époux est stérile ; son sperme est dépourvu de spermatozoïdes, on prélève alors le sperme d'un tiers pour inséminer son épouse.  

-   L'insémination extérieure 
 
  • La troisième méthode
 
Elle consiste à prélever le sperme du mari et l'ovule de son épouse, et à les mettre dans un récipient expérimental sous des conditions physico-chimiques adéquates, jusqu'à ce que le spermatozoïde du mari féconde l'ovule de son épouse dans ce récipient expérimental. Puis lorsque l'oeuf commence à se segmenter et à se multiplier, on l'implante au moment opportun dans la muqueuse utérine de la même épouse (celle dont l'ovule a été fécondé), l'oeuf se développe et prend forme comme n'importe quel autre embryon. A la fin de la période normale de grossesse, l'épouse donne naissance à un garçon ou une fille. Et c'est cette insémination artificielle qu'on appelle "bébé éprouvette", elle a été réalisée grâce à un énorme travail scientifique que allah a rendu aisé. Beaucoup d'enfants aujourd'hui ; garçons, filles, jumeaux, ont vu le jour grâce à cette méthode et dont les nouvelles ne cessent d'être diffusées par les journaux mondiaux et les différents médias. On a recours à cette méthode dans le cas où l'épouse est stérile à cause de l'obstruction du conduit qui va de l'utérus vers l'ovaire (Trompe de Fallope).
 
  • La quatrième méthode
 
A l'aide du sperme du mari, on insémine l'ovule prélevé de l'ovaire d'une femme qui n'est pas son épouse (on l'appelle donatrice) dans un récipient expérimental, ensuite on implante l'oeuf issu de cette insémination dans l'utérus de son épouse. On utilise cette méthode en cas d'ablation des ovaires de l'épouse ou de leur défection, tandis que son utérus est sain ; il permet la fixation de l'oeuf fécondé.
 
  • La cinquième méthode
 
Il s'agit d'une insémination extérieure qui s'effectue dans un récipient expérimental et qui est obtenue à partir du sperme d'un homme et de l'ovule d'une femme qui n'est pas son épouse (on les appelle tous les deux des donateurs). Ensuite on transplante l'oeuf dans l'utérus d'une femme tierce déjà mariée. Ils ont recours à cette méthode, lorsque cette dernière est stérile, à cause d'une défection de ses ovaires mais dont l'utérus est sain, et que son époux est également stérile alors que tous les deux désirent avoir un enfant.
 
  • La sixième méthode
 
Il s'agit d'une insémination extérieure dans un récipient expérimental, obtenue à partir du sperme et de l'ovule du couple. On transplante ensuite l'oeuf dans l'utérus d'une femme qui se propose pour porter le foetus. On utilise cette méthode dans le cas où l'épouse ne pourrait supporter la grossesse à cause d'une maladie dans son utérus mais que ses ovaires fonctionnent normalement. Il peut arriver que la femme ait recours à cette méthode parce qu'elle ne souhaite pas, de son propre gré, subir l'état de grossesse. Ce qui fait qu'une autre femme volontaire porte le oetus à sa place. 
 
Voilà donc les moyens d'insémination artificielle que la science a réalisé pour soigner la stérilité.Le conseil a examiné les publications qui confirment que ces méthodes sont réellement appliquées en Europe et en Amérique pour des raisons diverses ; ce peut être dans un but commercial, ou dans le but de préserver la race humaine comme ils le prétendent, ou pour satisfaire l'instinct de maternité chez des femmes qui ne sont pas mariées, ou des femmes mariées mais qui ne peuvent porter d'enfant à cause de leur stérilité ou de la stérilité de leur mari.
 
Le conseil s'est intéressé à tout ce qui été construit dans ce sens comme banques de spermes qui sont des lieux où on les préserve dans une ambiance adéquate, de sorte qu'on puisse les utiliser pour l'insémination et ce même après une longue période. Ces spermes sont prélevés soit d'hommes qui sont sélectionnés selon des critères bien définis, soit de simples bénévoles, soit d'autres qui le font en échange d'une rétribution...Beaucoup de choses ont été dites à ce sujet. C'est devenu donc un fait réel dans certains pays civilisés. 
Le statut juridique 
 
Après avoir observé les informations sûres, recueillies de ce qui a été écrit et publié à ce sujet, et après avoir appliqué les règles -qawâ'id- de la Sharî'a et ses objectifs -maqâsid- pour connaître le statut juridique de ces méthodes et de leurs conséquences, le conseil du groupe jurisprudentiel est arrivé aux décisions suivantes :
 
Sans titre 1
Premièrement : Règles générales
 
- Le fait qu'une femme se découvre devant une personne à qui la Sharî'a ne permet pas d'avoir des relations sexuelles est interdit, sauf pour des raisons légales que la Sharî'a considère qu'elles autorisent qu'elle se découvre.
 
- Le fait que la femme se trouve dans la nécessité de se soigner d'une maladie dont elle souffre ou d'une situation anormale dans son corps qui lui provoque des complications, est considéré comme une raison légale qui autorise à ce qu'elle se découvre devant quelqu'un d'autre que son mari, pour se soigner. Donc le fait qu'elle se découvre dépend de l'ampleur de la nécessité.
 
- A chaque fois qu'il est permis à la femme de se découvrir devant une personne autre que celle qui lui est licite sexuellement pour des raisons légales, la personne qui pratique les soins doit être, dans la mesure du possible, une femme musulmane, sinon, respectivement, une femme non musulmane, un homme musulman digne de confiance, un non musulman. Le tête-à-tête entre la patiente musulmane et le médecin soignant n'est pas permis, la présence du mari ou de d'une autre femme est obligatoire. 
Sans titre 1
Deuxièmement : Le statut juridique de l'insémination
 
- Le besoin d'une femme mariée qui n'arrive pas à avoir une grossesse et le besoin de l'époux d'avoir un enfant, est considéré comme une raison légale autorisant l'application de la méthode permise (légalement) d'entre les méthodes d'insémination artificielle.

-   La première méthode (qui consiste à prélever le sperme du mari et de l'injecter dans l'utérus de son épouse selon le mode d'insémination intérieur) est un moyen autorisé légalement sous réserve des conditions précitées et ce après avoir déterminé le caractère certain du besoin de la femme à une telle opération.
 
- La troisième méthode (insémination à partir de l'ovule et du sperme d'un couple marié, par le mode extérieur, dans un récipient expérimental, puis implantation de l'½uf dans l'utérus de l'épouse dont est issu l'ovule) est en principe, en elle-même, autorisée par la loi. Cependant, elle n'est pas tout à fait à l'abri des doutes à cause de ses exigences et de ses manipulations délicates. Il convient donc de n'y recourir que dans le cas d'extrême nécessité et après avoir respecté les conditions générales précitées.
 
- Dans les deux cas autorisés, le groupe (jurisprudentiel) a décidé que la filiation est établie entre le nouveau-né et le couple marié dont sont issus les gamètes. De ceci s'ensuit l'héritage et les autres droits. Ainsi, une fois la filiation entre le nouveau-né et le couple marié est établie, l'héritage et les autres règles qui régissent les liens de parenté s'ensuivent.
 
- Quant aux quatre méthodes de l'insémination artificielle selon les deux modes extérieur et intérieur déjà cités, elles sont toutes interdites par la loi islamique. Il n'y a pas de place au caractère licite dans ce qu'elles représentent, car les deux gamètes mâle et femelle, dans ces cas, ne proviennent pas des époux, ou parce que la mère porteuse est étrangère aux époux dont sont issus les gamètes.Or donc, vu ce que comporte l'insémination artificielle comme ambiguïtés, y compris dans les deux cas qui sont permis par la loi, et dans le but de mettre en garde contre un éventuel mélange de spermes ou d'oeufs fécondés dans les récipients expérimentaux, surtout si ces pratiques se répandent et se multiplient, le conseil du groupe jurisprudentiel conseille ceux qui s'attachent à leur religion de ne recourir à ces méthodes qu'en cas de nécessité majeure et avec une extrême prudence. Voilà donc ce que le groupe jurisprudentiel voit dans cette affaire qui est l'une des affaires les plus délicates de l'heure.
 
Ils prient Allah que leur avis soit correct. Allah exalté est plus Savant, Lui qui guide au droit de la voie et permet la réussite. Prière d'Allah sur le meilleur de Ses créatures, notre maître Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses compagnons, paix d'Allah sur eux. 
 
copié de .darwa.com
 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i - La science légiférée - dans Femme en islam - المرأة في الإسلام
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 21:26
Les principes que la femme doit respecter lorsqu'elle sort de chez elle

Lorsqu'elle sort, la femme doit respecter les principes suivants :


-Elle doit être voilée 
 

-Elle ne doit pas être parfumée 
 
-Elle doit marcher avec discrétion afin que l'on n'entende pas le son de ses pas.
 
Allah dit (traduction rapprochée) : 
 
" Et qu'elles ne frappent pas le sol avec leurs pieds de façon que l'on sache ce qu'elles cachent de leurs parures." (sourate An-Nûr) 
 
Hélas, de nos jours, une véritable calamité s'est répandue, à savoir les chaussures à talons hauts.
 
Ainsi certaines femmes portent ce genre de chaussures dont on entend le son des talons sur le sol. 

 

Ajouté à cela, il arrive que ces femmes marchent en se déhanchant... et le prophète salallahou 'alayhi wa salam a bien raison lorsqu'il dit :
 
"Tout le corps de la femme est une partie intime. Lorsqu'elle sort satan l'épie de son regard." 
Ce hadith a été rapporté par At-Tirmidhi d'aprés Ibn Mas'ud. 
 
-Lorsqu'elle est avec une soeur et qu'elles passent à la hauteur d'un ou de plusieurs hommes, elles doivent faire silence. Non pas que leur voix fasse partie des choses à cacher, mais simplement, certains hommes peuvent être troublés par la voix d'une femme. 
 
-Elle doit demander la permission de sortir à son époux si elle est mariée, où à son tuteur si elle est célibataire. 
 
-Si la distance à parcourir est d'une distance de voyage, la femme n'a le droit de sortir qu'accompagnée d'un proche parent (Mahram) en raison de la parole du Prophete salallahou 'alayhi wa salam rapporté par al bukhari d'aprés Ibn 'Abbâs : 
 
" La femme n'a le droit de voyager qu'accompagnée d'un Mahram." 
 
Cette preuve, ainsi que toutes celles allant dans ce sens, est générale et embrasse par sa portée tous les types de voyage même ceux accomplis en avion. Garde donc cela à l'esprit, qu'Allah te soutienne(chère soeur) si tu cherche vraiment la vérité. 
 
-La femme ne doit pas bousculer les hommes, serait-ce lors de la circumambulation autour de la Ka'bah ou des va-et-vient entre les monts Sâfa et Marwâ.
 
Si donc la femme peut marcher sans être contrainte à bousculer, qu'elle le fasse. 
 
-Elle doit faire preuve de pudeur 
 
-Elle doit baisser son regard 
 
-Elle n'a pas le droit d'ôter ses habits ailleurs que chez elle, si elle recherche par là à s'exhiber.
 
En effet le prophète salallahou 'alayhi wa salam a dit :
 

"Quand une femme ôte ses vêtements ailleurs que dans la demeure de son époux, elle déchire le voile de respect s'interposant entre elle et Allah."

Ce hadith est authentique. 

Il a été rapporté par A'ishah comme on peut le voir dans Musnad Ahmad.

 

Conseils aux femmes musulmanes " Nasîhatî linnisâ " 

 

Cheikha Umm ‘Abdillah Al-Wadi’iya - الشيخة أم عبد الله الوادعية
Publié par 3ilm char3i - La science légiférée - dans Femme en islam - المرأة في الإسلام
9 octobre 2008 4 09 /10 /octobre /2008 22:40
Le travail permis pour la femme

Question :


Quels sont les métiers acceptables qu'une femme musulmane peut exercer sans être en contradiction avec les enseignements de sa religion ?
      

Réponse :


Les lieux de travail permis pour les femmes sont les secteurs qui sont spécifiques aux femmes.

Par exemple, elle peut travailler dans l'éducation des filles ou l'administration ou la bureaucratie.

Elle peut travailler chez elle comme tailleur pour femmes et ce qui ressemble à cela.
 

Quand à travailler dans les secteurs spécifiques aux hommes, cela n'est pas permis, car cela la mélangera avec les hommes et cela sera une grande discorde à laquelle il est obligatoire de prendre garde.

 

Et il est obligatoire de savoir ce qui a été authentifié du Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) qui a dit :

« Je n'ai laissé derrière moi aucune tentation plus néfaste pour les hommes que les femmes.

Certes, la première épreuve qui a affligé les fils d'Israël était les femmes. » 

Et certes l'homme doit éviter à sa famille et à son épouse de tomber dans de telles tentations et circonstances en toutes situations.  


Kitâb « Fatâwa al-Mar'â al-Mouslima » 2/406-407

copié de manhajulhaqq.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i - La science légiférée - dans Femme en islam - المرأة في الإسلام
15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 22:28
La statut de la femme en islam

Question :


Quelle est le statut de la femme en Islam ?

 

Réponse :


Louange à Allah, Seigneur des mondes, et paix et prière sur le plus honoré des prophètes et des messagers, sur sa famille et ses compagnons et sur ceux qui les suivent sur leur chemin jusqu'au Jour Dernier, ensuite :

La femme a un statut élevé dans l'Islam et une grande importance dans la vie de tous les musulmans.

Elle est la première école pour le fondement d'une bonne société si elle est sur la voie du Livre d'Allah et de Sounnah de Son Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallem, car les suivre éloigne les musulmans et les musulmanes de l'égarement dans toute chose.

Et l'égarement des nations et leur déviation n'est causé que par leur éloignement du chemin d'Allah et de ce avec quoi sont venus Ses prophètes et Ses messagers, paix et prière sur eux.

 

Le Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallem a dit :

« J'ai laissé entre vous deux choses, ne s'égarent pas ceux qui les suivent, elles sont le Livre d'Allah et ma Sounnah. ».

Et certes est venu dans le Noble Coran ce qui montre l'importance de la femme, mère, épouse, sœur et fille, ce qu'elle a comme droit et ce qui lui incombe comme devoir, et la Sounnah purifiée a détaillé cela.

Cette importance réside dans le fait qu'elle a des charges et qu'elle doit supporter des difficultés qui dépassent parfois celles des hommes.

Et c'est pour cela que l'un des plus importants devoirs et de remercier sa mère, de faire preuve de bonté envers elle et de lui tenir bonne compagnie, et elle est prioritaire en cela sur le père, conformément à ce qu'Allah a dit (traduction rapprochée) :

"Nous avons commandé à l'homme (la bienfaisance envers) ses père et mère ; sa mère l'a porté (subissant pour lui) peine sur peine : son sevrage a lieu à deux ans. Sois reconnaissant envers Moi ainsi qu'envers tes parents. Vers Moi est la destination" (Luqman 14)

Et Allah a dit 
(traduction rapprochée) :


"Et Nous avons enjoint à l'homme de la bonté envers ses père et mère : sa mère l'a péniblement porté et en a péniblement accouché; et sa gestation et sevrage durent trente mois" (Ahqaf 15)

Un homme est venu au Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallem, et lui dit : 

« Ô Messager d'Allah quelle est la personne qui est le plus en droit de bénéficier de ma bonne compagnie ? » Il répondit « ta mère », l'homme demanda « ensuite qui ? », il répondit « ta mère », l'homme demanda « ensuite qui ? », il répondit « ta mère », l'homme demanda « ensuite qui ? », il répondit « ton père ». 

Donc la mère bénéficie du triple de bienfaisance de ce qu'a le père.

Et l'importance de l'épouse sur le bien-être des âmes est prouvé dans ce noble verset 
(traduction rapprochée) :


"Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l'affection et de la bonté" (Ar Roum 21 )

Le hafidh ibnou Kathir, qu'Allah lui fasse miséricorde, a dit dans le tafsir (l'exégèse) de ce verset, que l'affection est en fait l'amour et que la bonté est la clémence, et donc l'homme garde sa femme soit par amour, soit par clémence pour qu'elle ait un enfant de lui.

Et le soutient rare de Khadija, qu'Allah l'agrée, a eu une grande influence sur le Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallem, pour le réconforter quand est venu vers lui pour la première fois l'ange Jibril, ‘alayhi sallem, avec la révélation dans la grotte de Hira.

Il est allé vers elle en tremblant et en disant  « couvrez-moi, couvrez-moi, car j'ai eu peur pour moi. », et elle a dit, qu'Allah l'agrée : « Attend toi à une bonne nouvelle ! Non ! Allah ne te déshonorera jamais ; tu entretiens les liens de parenté, aides le faible et impuissant, assistes le pauvre, offres l'hospitalité à l'hôte et apportes ton concours en cas de sinistres »

Et nous n'oublions pas l'importance de ‘Aïcha, de qui les grands sahabas (compagnons du Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallem) prenaient les ahadith (pluriel de hadith), et chez qui plusieurs femmes prenaient des jugements les concernant.

Et dans un passé assez proche, à l'époque de l'imam Mohamed bnou Sa'oud, qu'Allah lui fasse misericorde, la femme de ce dernier lui a conseillé d'accepté la da'wa de l'imam revivificateur Mohamed bnou ‘Abdel Wahab quand il lui a proposé sa da'wa.

Son conseil a donc joué un grand rôle dans leur entente sur le fait de renouveler la da'wa et de la propager, et on constate aujourd'hui ses répercutions grâce à Allah sur la ‘aquidah (le dogme) des habitants de la péninsule arabique, du fait que celle-ci est bien ancrée dans leur cœur.

Et il n'y a aucun doute que ma mère, qu'Allah lui fasse miséricorde, a eu une grande influence dans le fait de m'encourager et de m'aider dans mes études, qu'Allah lui double la récompense, et lui accorde la meilleure récompense.

Et sans aucun doute, la maison dans laquelle règne la bonté, l'amour, la clémence et l'éducation islamique va influencer l'homme afin qu'il réussisse sa vie, avec la permission d'Allah, qu'il réussisse dans n'importe quel travail que ça soit dans l'étude de la science, dans le commerce, l'agriculture ou autre.

Et je demande à Allah de nous guider tous vers sa satisfaction, vers ce qu'il aime et agrée.

Et prière d'Allah sur notre Prophète Mohammad, sa famille et ses compagnons.

 

copié de assounnah.com

 

ما هي مكانة المرأة في الإسلام؟

الحمد لله رب العالمين، والصلاة والسلام على أشرف الأنبياء والمرسلين وعلى آله وصحبه ومن سار على دربهم إلى يوم الدين وبعد

فإن للمرأة المسلمة مكانة رفيعة في الإسلام، وأثراً كبيراً في حياة كل مسلم، فهي المدرسة الأولى في بناء المجتمع الصالح، إذا كانت هذه المرأة تسير على هدى من كتاب الله وسنة نبيه صلى الله عليه وسلم؛ لأن التمسك بهما يبعد كل مسلم ومسلمة عن الضلال في كل شيء وضلال الأمم وانحرافها لا يحصل إلا بابتعادها عن نهج الله سبحانه وتعالى وما جاء به أنبياؤه ورسله عليهم الصلاة والسلام، قال صلى الله عليه وسلم

((تركت فيكم أمرين لن تضلوا ما تمسكتم بهما كتاب الله وسنتي))

ولقد جاء في القرآن الكريم ما يدل على أهمية المرأة أماً وزوجة وأختاً وبنتاً، وما لها من حقوق وما عليها من واجبات، وجاءت السنة المطهرة بتفصيل ذلك

والأهمية تكمن فيما يلقى عليها من أعباء وتتحمل من مشاق تفوق في بعضها أعباء الرجل؛ لذلك كان من أهم الواجبات شكر الوالدة وبرها وحسن صحبتها وهي مقدمة في ذلك على الوالد قال تعالى: وَوَصَّيْنَا الْإِنْسَانَ بِوَالِدَيْهِ حَمَلَتْهُ أُمُّهُ وَهْنًا عَلَى وَهْنٍ وَفِصَالُهُ فِي عَامَيْنِ أَنِ اشْكُرْ لِي وَلِوَالِدَيْكَ إِلَيَّ الْمَصِيرُ[1

وقال تعالى: وَوَصَّيْنَا الْإِنْسَانَ بِوَالِدَيْهِ إِحْسَانًا حَمَلَتْهُ أُمُّهُ كُرْهًا وَوَضَعَتْهُ كُرْهًا وَحَمْلُهُ وَفِصَالُهُ ثَلاثُونَ شَهْرًا[2] وجاء رجل إلى رسول الله صلى الله عليه وسلم فقال: (يا رسول الله صلى الله عليه وسلم من أحق الناس بحسن صحابتي؟ قال: ((أمك)) قال ثم من؟ قال: ((أمك)) قال ثم من؟ قال: ((أمك)) قال ثم من؟ قال: ((أبوك))، ومقتضى ذلك أن يكون للأم ثلاثة أمثال ما للأب من البر

ومكانة الزوجة وتأثيرها على هدوء النفوس أبانته الآية الكريمة قال تعالى: وَمِنْ آيَاتِهِ أَنْ خَلَقَ لَكُمْ مِنْ أَنْفُسِكُمْ أَزْوَاجًا لِتَسْكُنُوا إِلَيْهَا وَجَعَلَ بَيْنَكُمْ مَوَدَّةً وَرَحْمَةً[3] قال الحافظ بن كثير رحمه الله في تفسير قوله تعالى: مَوَدَّةً وَرَحْمَةً المودة هي: المحبة، والرحمة هي: الرأفة، فإن الرجل يمسك المرأة إما لمحبته لها، أو لرحمة بها بأن يكون لها منه ولد

ولقد كان للوقفة الفريدة التي وقفتها خديجة رضي الله عنها أكبر الأثر في تهدئة روع رسول الله صلى الله عليه وسلم عندما نزل عليه جبريل عليه السلام بالوحي في غار حراء لأول مرة فجاء إليها ترجف بوادره فقال

((دثروني دثروني لقد خشيت على نفسي))

، فقالت: رضي الله عنها

(أبشر فوالله لا يخزيك الله أبداً، إنك لتصل الرحم، وتصدق الحديث، وتحمل الكل وتكسب المعدوم، وتقري الضيف، وتعين على نوائب الحق)

وأيضاً لا ننسى أثر عائشة رضي الله عنها حيث أخذ عنها الحديث كبار الصحابة وكثير من النساء الأحكام المتعلقة بهن. وبالأمس القريب وعلى زمن الإمام محمد بن سعود رحمه الله نصحته زوجته بأن يتقبل دعوة الإمام المجدد محمد بن عبد الوهاب رحمه الله عندما عرض عليه دعوته، فإنه كان لنصيحتها له أكبر الأثر في اتفاقهما على تجديد الدعوة ونشرها، حيث نلمس بحمد الله اليوم أثر ذلك برسوخ العقيدة في أبناء هذه الجزيرة

ولا شك أن لوالدتي رحمة الله عليها فضلاً كبيراً وأثراً عظيماً في تشجيعي على الدراسة والإعانة عليها ضاعف الله مثوبتها وجزاها عني خير الجزاء

ومما لا شك فيه أن البيت الذي تسوده المودة والمحبة والرأفة والتربية الإسلامية سيؤثر على الرجل فيكون بإذن الله موفقاً في أمره، ناجحاً في أي عمل يسعى إليه، من طلب علم أو كسب تجارة أو زراعة إلى غير ذلك من أعمال. والله أسأل أن يوفق الجميع لما يحب ويرضى، وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

[1] سورة لقمان الآية 14

[2] سورة الأحقاف الآية 15

[3] سورة الروم الآية 21

هذا جواب لسؤال وارد من مجلة الجيل بالرياض عن مكانة المرأة في الإسلام - مجموع فتاوى ومقالات متنوعة الجزء الثالث

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm char3i - La science légiférée - dans Femme en islam - المرأة في الإسلام