compteur de visite

Catégories

20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 21:18
Les preuves claires de l'interdiction de la mixité selon le coran et la sounna (dossier)

Abou Hammaad Sulaiman Dameus Al-Hayiti

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 03:10
Comment vivre parmi les non musulmans en occident ?

Ce conseil fut probablement le dernier que ce noble Savant a donné aux Musulmans de l'Occident avant qu'il ne décède, durant une conversation téléphonique avec Salafi Publications en Juillet 2000.


A noter qu'il donna ce conseil avant les attaques du 11 Septembre 2001 à New York, avant les bombes dans les trains de Madrid et dans le métro de Londres le 7 juillet 2005.

Donc ce conseil n'est pas motivé par le désir de rectifier avec le recul, mais un sincère et véridique désir de guider et de conseiller les Musulmans de l'Occident sur la manière de coexister dans la manière correcte légiférée. 
 
Le respecté et décédé Shaykh Muhammad bin Salih al-'Uthaimin d'Arabie Saoudite dit, durant une conversation téléphonique durant la nuit du Vendredi 28 Juillet 2000 :
 
"... Aussi, je vous encourage à avoir du respect pour ces gens qui ont le droit d'être respectés, ceux entre qui il y a un accord (de protection) pour vous.

Car le pays dans lequel vous vivez est tel qu'il y a un accord entre vous et eux. Si ce n'était pas le cas, ils vous auraient tués ou expulsés.

Donc maintenez cette accord, et n'y soyez pas déloyal, puisque la traîtrise est un signe des hypocrites, et cela ne fait pas partie de la voie des Croyants.

Et sachez qu'il a été authentiquement rapporté du Prophète qu'il a dit:
 
« Quiconque tue une personne qui est sous accord de protection ne sentira pas le parfum du Paradis ». 
 
Ne soyez pas dupé par les dires de ces insensés, ceux qui disent "ces gens sont des Non musulmans, donc leur biens nous sont licites (à détourner ou prendre par le biais du meurtre et de l'assassinat)."

Car par Allah, ceci est un mensonge. Un mensonge au sujet de la Religion d'Allah, et un mensonge au sujet des sociétés islamiques.
 
Ainsi, nous ne pouvons pas dire que c'est licite d'être déloyal envers des gens avec qui nous avons un accord.
 
Ô mes frères, ô la jeunesse, ô Musulmans.

Soyez véridiques dans vos achats et vos ventes, dans vos locations, et vos leasings, et dans toutes les transactions mutuelles.

Car la véridicité est une caractéristique du Croyant, et Allah - le Très Haut - nous a ordonné la véridicité dans la parole d'Allah - le Très Haut - (traduction rapprochée) :
 
« O vous qui croyez - craignez et gardez vos devoirs envers Allah et soyez avec les véridiques »
 
Et le prophète a encouragé à la véridicité et a dit:
 
« Adhérez à la véridicité, car la véridicité mène au bien, et le bien mène au Paradis, et une personne continuera à être véridique, et s'efforcera à être véridique jusqu'à ce qu'il soit noté auprès d'Allah comme étant une personne véridique ».
 
Et il a avertit contre le mensonge, et il a dit : 
 
« Faites attention au mensonge, car le mensonge mène à l'immoralité, et l'immoralité mène à l'Enfer. Et une personne continuera à mentir, et s'efforcera à mentir jusqu'à qu'il soit noté auprès d'Allah comme étant un grand menteur ».
 
Ô mes frères Musulmans, ô la jeunesse.

Soyez véridiques dans vos paroles avec vos frères, et avec ces Non Musulmans avec qui vous vivez. - afin que vous soyez des gens qui invitent à la Religion de l'Islam par vos actions et dans la réalité.

Ainsi combien de personnes y a t- il qui sont entrées en Islam en raison du comportement et des manières des Musulmans, et leur véracité, ainsi que leur véracité dans leur transactions.
 
Donc ceci est la voie de la Législation Sage, qui guide les Musulmans. Ceci est la voie des Savants Salafi, les savants qui possèdent la sagesse et qui guide à la Voie Prophétique.
 
Traduit par le frère Amadou
copié de alminhadj.com
 
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymineالشيخ محمد بن صالح العثيمين
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 10:58
Le nationalisme

Question : 

 
Son excellence a exposé le jugement sans équivoque de l'islam, à propos des prétentions qui sèment la confusion et qui cherchent à substituer le nationalisme arabe à l'islam, et les liens de la patrie à la fraternité islamique....


Réponse : 
 

Ces prétentions sont sans valeur.
Le nationalisme, le panarabisme, le socialisme, le communisme sont tous des propagandes vaines et des appels dignes de l'ignorance pré-islamique qui doivent être éliminés et dont l'existence n'est pas permise. 
 
Il incombe aux notables du pays, à ses dirigeants et savants de combattre ces idées.
 
L'arabisme doit servir l'islam et n'est pas un fondement autour duquel on doit se rassembler, car le Coran est descendu en langue arabe afin que les arabes appliquent la Loi d'Allah et qu'ils servent Sa législation grâce à ce qu'Allah leur a accordé comme langue et comme force. 
 
Ils (les arabes) ne valent rien sans l'islam et l'application de la Loi de l'islam. 
 
Ils étaient déchirés par des querelles intestines, dans l'ignorance, dans une division extrême et Allah les a rassemblés par l'islam, la guidée et le fait de suivre le Messager, prière et salut d'Allah sur lui, et non pas par leur arabisme. 
 
S'ils perdent cela, ils s'égareront et iront à leur perte. 


Le prêcheur, L'homme.
traduit par fatawaislam.com

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
12 mars 2009 4 12 /03 /mars /2009 21:09
Le fait de saluer d’un signe de la main

Question :

Quel est le regard de la religion sur le salut par un signe de la main ?

Réponse : 

 

Il n'est pas permis de saluer d'un signe de la main, mais le salut par la parole est ce qui conforme à la Sunna
 
Le salut d'un signe de la main ressemble au salut de certains mécréants et est contraire à ce qu'Allah a prescrit.

Cependant, il n'y a pas de mal à saluer d'un signe de la main, en l'accompagnant de la parole, si on est loin, car il existe des preuves pour cela dans la Sunna.
 
De même, quand le musulman est occupé par la prière, il peut rendre le salut par un signe de la main.
 
Il est prouvé de manière authentique dans la Sunna, que le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, l'a fait.
      

Majmuc Fatâwâ wa Maqâlât Mutanawicat, (6/352)

copié de alifta.net

 
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 11:49
Comment conseille-t-on les gouverneurs ?
Un nombre considérable d'imams, qu'Allah nous guide et les guide, sont en totale contradiction avec la sounnah lorsqu'il s'agit de traiter du sujet du conseil aux gouverneurs.
 
L'un d'eux les dénigre ouvertement sur le minbar le jour de la prière du vendredi, l'autre joue avec la corde sensible des pulsions (hamas) de nos frères et soeurs pour ancrer dans leurs coeurs la haine de nos gouverneurs, qu'ils sachent que ceci est contraire à la sounnah de notre prophète, 'alayhi salat wa salam, ainsi que celle de ses compagnons, radhi Allahou 'anhoum, qu'ils craignent Allah dans leurs paroles.
 
Voici, une question qui a été posée à Cheikh Ibn Baz, raHimahoullah, à ce sujet et lisons ce que fut sa réponse :
 
Question :
 
Est-ce que dénigrer les gouverneurs du haut des chaires (manâbir) fait partie de la voie laissée par les pieux prédécesseurs (As-salaf) ? Et comment ces derniers conseillaient les gouverneurs ?
 
Réponse :
 
Evoquer au grand jour les défauts des gouverneurs du haut des chaires ne fait pas partie de la voie de nos pieux prédécesseurs en ce sens que ce comportement mène à l'anarchie, à la désobéissance aux gouverneurs dans ce qui est convenable et à une situation qui n'est d'aucune utilité.

S'isoler avec les gouverneurs dans le but de les conseiller en tête-à-tête, les conseiller par l'écriture et se servir des savants pour qu'ils entrent en contact avec eux dans le but de les guider vers le bien, telle était la voie qu'empruntaient nos pieux prédécesseurs.

Désapprouver un acte blâmable se fait sans en évoquer son auteur car il suffit de désapprouver et de mettre en garde contre l'acte blâmable sans pour autant dénoncer la personne responsable de cet acte, fut-ce un gouverneur ou non.
 
Certaines personnes à l'époque de 'Uthmân, qu'Allah soit satisfait de lui, au moment de la période de désordre (al fitnah), dirent à Usâma bni zayd, qu'Allah l'agrée :

Ne désapprouves-tu pas 'Uthmân ?!" Il répondit : " vais-je me comporter de cette façon auprès des gens ?! Je lui ferai part de ma désapprobation en tête-à-tête car je ne veux pas être responsable de l'ouverture d'une porte qui mène au mal auprès d'eux "
(Muslim : 2989).

Lorsque cette porte fut ouverte à l'époque de 'Uthmân et que les gens commencèrent à le désapprouver en public, il s'est alors passé l'inévitable, à savoir la "fitnah", la tuerie et le désordre, dont nous en subissons toujours les conséquences aujourd'hui. Une "fitnah" d'une telle intensité qu'elle mit en opposition 'Ali et Mu'âwiyah .

C'est à cause de celle-ci que 'Uthmân et 'Ali, qu'Allah les agrée, furent tués, ainsi qu'un nombre important de compagnons, qu'Allah les agrée, et d'autres, tout cela en raison de la désapprobation au grand jour et l'évocation des défauts en public jusqu'à ce que les gens détestèrent leurs gouverneurs au point de les tuer et nous demandons à Allah le bien-être.

"Al fatâwa al muhima fi tabsîr al umah", Chapître : Takfîr Al Hukâm, page 17.
Auteur : Sheikh Ibn Baz
Traducteur : Abou Abdillah.

copié de sounna.com
 
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 23:04
Comment conseiller son frère ?

Question :

 

Dans une lettre provenant du Koweït l'auteur se plaint d'un de ses frères qui commet certains péchés.

 

L'auteur de la lettre l'a conseillé plusieurs fois, mais ces conseils répétitifs l'on mené a commettre ses péchés publiquement.

 

Il souhaite que vous le dirigiez dans cette affaire.

 
Réponse :

 

Il est obligatoire pour les mouslimîn de se conseiller et de s'entraider dans la bienfaisance et la piété et de se recommander la vérité, la patience, l'endurance sur cela comme Allah le Très Haut a dit (traduction rapprochée) : 

(Et entraidez-vous dans la bienfaisance et la piété, et ne vous entraidez pas dans le péché et l'injustice,et craignez Allah car Il est certainement dur en châtiment)

Et Il dit, Gloire à lui (traduction rapprochée) : 

(Par le temps, l'homme est certes en perdition, sauf ceux qui croient et accomplissent des œuvres pieuses, et se recommandent mutuellement la vérité et se recommandent mutuellement la patience)

Et l'illustre Prophète Mouhammad salallahou 'alayhi wa sallam a dit :

"La religion c'est le conseil » on lui a dit pour qui donc ô Messager d'Allah ? Il dit « Pour Allah, pour Son Livre, pour Son Messager, pour les gouverneurs des mouslimin et pour les gens du commun." 
Rapporté par l'imâm Mouslim dans son Sahih.

Ces deux versets et cet honorable Hadith montre l'obligation de se conseiller et de s'entraider dans le bien et de se recommander mutuellement la vérité.

Lorsque le mouslim voit chez son frère du relâchement dans ce que Allah lui a rendue obligatoire ou qu' il le voit accomplir des choses qu'Allah lui a rendue illicite, il lui est obligatoire de le conseiller, de lui ordonner le convenable et de lui interdire le blâmable jusqu'à ce que la communauté s'améliore, que le bien apparaisse et que le mal disparaisse comme Allah a dit gloire a lui le Très Haut (traduction rapprochée) :

(Et les croyants et les croyantes sont alliés entre eux, ils s'ordonnent le convenable et interdisent le blâmable.)

Et l'illustre Prophète Mouhammad 'alayhi wa salâtou wa sallam a dit : 

"Celui d'entre vous qui voit une chose blâmable (un acte interdit) qu'il le change par sa main, s'il ne le peut pas qu'il le change par sa langue, s'il ne le peut pas, par son cœur, et cela est le degré de foi le plus faible." 
Rapporté par l'imâm Mouslim dans son Sahih.

Et toi Ô le questionneur (celui qui a envoyer la lettre) puisque tu n'as cessé de le conseiller et de le diriger vers le bien, et cela ne la conduit qu'à l'augmentation et l'aggravation de ses péchés jusqu'à les montrer publiquement, il est impératif pour toi de le délaisser et que tu ne le prennes plus comme ami.

Et il est impératif aussi pour toi d'encourager quelqu'un d'autre que toi, parmi ceux qui pourraient plus l'influencer en le conseillant et en l'appellant à Allah dans l'espoir qu'Allah l'en fasse profiter.

Si au contraire tu vois que le délaisser et le bannir ( Hajr) augmente le mal, et que dans ton contacte directe avec lui il y a plus de bien que de mal alors ne le délaisse pas , ne l'exile pas.

Parce que le bannissement, (al Hajrou) a pour but de traiter car c'est un remède, et s'il ne profite pas, mais qu'au contraire il aggrave et augmente la maladie alors fais ce qui est le mieux pour lui en le contactant, en répétant le conseil, en ordonnant le convenable et en interdisent le blâmable sans pour autant le prendre comme compagnons et ni comme ami, seulement dans l'espoir qu'Allah l'en fasse profiter.

Et ceci est la meilleure façon qui a été rapportée dans ce sujet-ci parmi les paroles des gens de science (les savants) qu'Allah leur fasse Miséricorde (Rahmah).

Source : son recueil Fatâwâ wa maqâlât, al jouz al khâmis
copié de assounnah.com
 
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 20:16
Les obligations reconnues des relations entre gouvernant et gouvernés (dossier)

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 18:03
L’avis concernant celui qui parle avec une personne afin de lui rappeler ses défauts ?
Question :
 
Quel est l'avis concernant celui qui parle avec une personne afin de lui rappeler ses défauts ?
 
Est-ce que cela est permis ?
 
Réponse :
 
Cela est permis, s'il ne s'agit que de donner des conseils et de réprouver les actes blâmables [commis par l'auteur], aussi afin qu'il délaisse ses actes de désobéissance, tant que l'on fait cela d'une belle façon et dans le but de faire accepter ses conseils.

Ceci dit, s'il ne s'agit que de se divertir du mal d'autrui, de le dénoncer sans raison ou de faire du chantage, il n'est alors pas permis de faire cela.

 

Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-'Ilmiyyah wal-Iftâ, 12/342

copié de manhajulhaqq.com
 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 19:35
Conseil aux jeunes en période de troubles

Notre éminent SHeikh Sâlih al-Fawzân (qu'Allâh le préserve) a été interrogé sur la différence qu'il y a entre le silence (des savants) à l'égard des discordes (troubles) et désordres blâmables, et celui qui est nécessaire et recommandé parfois.

 
Sheikh a répondu que concernant les discordes et désordres en période de troubles, seuls les gens de science et de clairvoyance doivent s'exprimer sur le sujet.
 
Car lorsque les ignorants s'expriment sur cela, ils ne font que l'amplifier.
 
Alors que lorsque les savants s'expriment sur ces choses, ils les éclaircissent et mettent fin à cela avec la volonté d'Allâh.
 
Dans ce sens, SHeikh a été interrogé encore sur le conseil qu'il pourrait donner aux jeunes en période de troubles ?
 
SHeikh a dit :
 
« Mon conseil aux jeunes comme aux autres est celui du Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) en période de troubles qui a conseillé l'attachement ferme au Qor'ân et à la tradition ainsi qu'au groupe des musulmans et leur imâm.

 

Cela est le conseil du Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) en période de troubles.
 
Le Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit lors d'un sermon qui remplit les cœurs de crainte et fit couler les larmes, tel le sermon d'une personne qui fait ses adieux, les compagnons lui ont demandé quelles recommandations donnait-il.
 
Il dit : 
 
« Je vous recommande la piété envers Allâh, d'écouter et d'obéir même si votre émir est un esclave. Celui d'entre vous qui vivra, verra de grandes divergences. Suivez ma tradition et celle des successeurs bien droits et bien guidés. Accrochez-vous à cette tradition, mordez-y avec vos dents (molaires). Méfiez-vous des nouveautés, car toute innovation est un égarement. »
 
Ce conseil comprend deux aspects
 
- Le premier aspect : l'ordre de s'accrocher au groupe dans la parole du Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) : 
 
« Je vous recommande la piété envers Allâh, d'écouter et d'obéir » 
 
Ecouter et obéir les détenteurs de l'autorité comprend ainsi le fait de se rassembler.
 
- Le deuxième aspect : le fait de s'accrocher au Livre d'Allâh et la Sounnah. Dans un autre hadîth, les compagnons interrogèrent le Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) au sujet des grands troubles de la fin des temps : 
 
« Ô Messager d'Allâh, comment sortir de ces troubles ou quel est le secours ? » - Il répondit : « Le Livre d'Allâh ». [1]
 
Le Livre d'Allâh est le secoureur des troubles à la fin des temps, d'où le fait que les gens doivent s'y accrocher et mettre en application celui-ci avec la tradition de Son Envoyé (sallallahu 'alayhi wa sallam).
 
Le Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) a encouragé en période de troubles le fait de s'accrocher au groupe des musulmans avec l'interdiction de la division entre eux. L'accroche au Livre et l'accroche à la Sounnah est véritablement le chemin du secours en période de troubles, et il n'y a pas d'autre voie que celle-ci.  [2].
 
SHeikh Dr Muhammad Ibn 'Abdel-Wahhâb al-'Aqîl (qu'Allâh le préserve) a dit : 
« Il est obligatoire pour la Communauté en période de troubles de revenir au Livre d'Allâh avec piété et véritable crainte, et de mettre en application les obligations d'Allâh qui y figurent en unicité et piété, de s'éloigner des actes de désobéissance, d'ordonner le convenable et d'interdire le blâmable comme Allâh - 'Azza wa Djal - l'a légiféré, sans éxagération aucune, mais plutôt avec excellence et juste milieu comme le Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) et ses compagnons l'ont fait. » [3]
 
Tel est le rappel des savants auquel il faut revenir.
 
[1] Rapporté par at-Tirmidhî
[2] Kitâb « al-Idjâbât al-Mouhimmah fîl-Machâkil al-Mouslima » du SHeikh Sâlih al-Fawzân, p.193-199
[3] Kitâb « Al-Fitnah wa mawqîf al-Mouslim minha » du SHeikh Muhammad al-'Aqîl, p.54

 

copié de manhajulhaqq.com
 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Cheikh Mohammad Ibn 'Abdul-Wahhaab Al-'Aqil - للشيخ محمد بن عبد الوهاب العقيل
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 22:47
Les effets de l’amour en islam

L'amour a des effets, des subordonnés, des nécessités et des conséquences, ils peuvent être bons comme mauvais, utiles ou inutiles. 

 
L'amour utile est celui qui nous donne profit dans les deux mondes ; Elle est à la tête de notre joie.

Quant à l'amour nuisible ou le mauvais amour, c'est celui qui fait porter à son auteur le mal dans les deux mondes.

Il est à la tête de sa détresse et de son chagrin. Il est la cause de tout mal.

Le sage, est celui qui ne choisit pas ce qu'il le nuit et ce qui le rend triste, cela se passe chez l'ignorant, l'âme choisit quelque fois ce qu'il le nuit.

C'est une oppression de l'homme pour soi-même. Peut être l'âme est ignorante à l'égard de son amour au point de ne pas se rendre compte du résultat final.

C'est le cas de celui qui suit ses passions sans se rendre compte du résultat, ou peut être connaît-il le mal qui en résulte ; Mais les passions surmontent et prennent le dessus sur ce qu'il sait, et aboutit pour lui à une fausse croyance et à des passions sans dignité.

L'amour faux ne vient que du résultat de l'ignorance, d'une fausse croyance ou d'une passion qui a vaincu.

L'amour se transforme en convoitise, et celui qui est dans cette convoitise ne distingue plus entre le mal et le bien.

La convoitise a le dessus sur la raison et la foi.

Car chez le faible, l'armée de la convoitise est plus forte que celle de la raison, le succès est à celui qui a le dessus [qui est le vainqueur].

Chaque amour a des subordonnés, les subordonnés dépendent de la force ou de la faiblesse de son amour, un amour qui a une affection utile aura des résultats et subordonnés utiles.

S'il pleure, il sent le profit, s'il est affligé la passion est affligée, mais malgré ça il est heureux d'avoir suivit ces passions.

Il est changé selon les degrés de l'amour, tantôt les résultats de son amour augmentent, tantôt ils diminuent et c'est un gain et une force.

L'amour nuisible et indigne, est suivie des effets nuisibles pour l'homme, elle l'éloigne d'Allâh Ta'âla et elle le fait perdre toute dignité.

Chaque action qui résulte d'une désobéissance conduit à de mauvais effets, mais toute action résulte d'une obéissance qui approche l'homme d'Allâh.

Allâh -Ta'âla- dit (traduction rapprochée) :

« ... Car ils n'éprouveront ni soif, ni fatigue, ni faim dans le sentier d'Allâh, ils ne fouleront aucune terre en provoquant la colère des infidèles, et n'obtiendront aucun avantage sur un ennemi, sans qu'il ne leur soit écrit pour cela une bonne action. En vérité Allâh ne laisse pas perdre la récompense des bienfaiteurs. Ils ne supporteront aucune dépense, minime ou importante, ne traverseront aucune vallée, sans que [cela] ne soit inscrit à leur actif, en sorte qu'Allâh les récompense pour le meilleur de ce qu'ils faisaient. » [
Coran, 9/120-121]

Tout est inscrit auprès d'Allâh. Allâh - Ta'âla - n'oublie pas la moindre chose.

Donc, à l'homme de pratiquer avec piété et Allâh -Ta'âla- le récompensera selon son œuvre le Jour du Jugement dernier.

Quiconque pratique avec piété, recommande le bien et prévient contre le mal, sera heureux dans les deux mondes.

Comment les Cœurs ne tombent-ils pas amoureux de Celui qui est Seul, qui accorde les bienfaits et efface les méfaits, répond aux invocations, pardonne les péchés, dissimule les parties naturelles, et apaise l'affligé ?

Il est véritablement Celui qui mérite l'invocation, Celui qui mérité véritablement qu'on lui rende grâce, qu'on l'adore, qu'on lui demande protection.

Il est satisfait de celui qui se tourne vers Lui et se repend, Il est le Roi qui n'a pas d'associé et qui n'a point d'égal.

Il est le plus juste, il découvre tous les secrets.

Pour Lui, l'invisible est visible, les figures sont soumises à la lumière, toutes les preuves démontrent qu'Allâh n'a pas de pareil, qu'Il est sans égal, la nuit devient jour par l'illumination de Sa Face, la terre s'est éclairée à l'aide de sa clarté.

Ni somnolence ni sommeil ne l'atteignent, Son voile est la clarté, et s'il [son voile] devait à se lever, il brûlerait tous ceux qu'ils le verraient.

Kitâb « ad-Dâ-a wad-Dawâ-a » de Ibn al-Qayyîm - p.343 et 384
copié de manhajulhaqq.com
 
Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة