388 articles avec communaute musulmane - أُمَّة

Que répondre à celui qui te dit : «Untel te passe le salam» ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Que répondre à celui qui te dit : «Untel te passe le salam» ?

Abu Dawud rapporte dans ses Sunanes au chapitre : « Lorsqu’un homme te dit : "Untel te Salut " » 

 

Le Hadith n°5231 déclaré Hassan par Shaikh Al Albani. :

 

" Un homme vint au prophète sallallahou 'alaihi wa sallam et lui dit : " Mon père te passe le Salam "

 

Le messager d'Allah sallallahou 'alaihi wa sallam répondit :

 

عليك و على أبيك السلام

 (Que la paix soit sur toi et ton père)

Allayka Wa ‘Ala Abika As-salam

 

fds

- Les savants ont donc déduit de ce hadith, le fait qu'il est recommandé lorsque quelqu’un t'annonce qu'une autre personne te Salut de répondre en saluant ces deux personnes.

 

- Ibn Hajar mentionne [dans Fath Al Bari vol 11 p 41] :

 

« On tire de ce hadith le fait qu’il est recommandé de répondre en saluant le Transmetteur ».

 

- Ibn l-Qayim mentionne [dans Zad Al Mi’ad vol 2 p 437] : 

 

« Il était de l’habitude du messager d’Allah lorsqu’une personne lui annoncait le Salam de la part de quelqu’un d’autre, de répondre en saluant le transmetteur ainsi que celui qui nous Salut»

 

- Sheikh Abdul Muhssine Al Abbad [Sharh Sunane Abi Dawud K7 370 1 h 05 min ]:

 

« Ce hadith démontre que lorsqu’une personne t’annonce le Salam de la part d’une autre, on répond en disant : «Que la paix sois sur toi et sur lui A(llayka wa ‘Allayhi salam).»

 

- Et il est tout a fait permis et suffisant de répondre uniquement par :

 

« Que la paix sois sur lui» (Allayhi salam) cependant répondre en saluant ces deux personnes est préférable.»

 

Et ceci fut aussi rapporté et mise en pratique par deux épouses du prophète sallallahou 'alaihi wa sallam :

 

Khadija

 

Anas rapporte que Djibril vint au messager d’Allah et Khadidja était à ses cotés.

Le messager d’Allah dit alors à Khadidja : « Allah te Salut ! »,

elle répondit : « Allah est As-Salam, et que la paix et la miséricorde d’Allah soient sur toi et Djibril »

 [Hadith rapporté par Al Hakim Vol 4 p 175, par An-nassâi dans al Kubra n°10134]

 

Ibn Hajar a dit dans Fath Al Bari Vol 4 p 127 :

 

« On tire comme bénéfice de ce hadith, le fait de répondre en saluant le transmetteur et celui qui nous Salut. »

 

Aicha

 

Aicha rapporte que le messager d’Allah sallallahou 'alaihi wa sallam lui a dit :

« Oh Aîcha voici Djibril qui te passe le Salam ».

Elle répondit : « Que la paix, la bénédiction d’Allah et sa miséricorde soient sur lui ».

[Hadith rapporté par Boukhari n°3217 et Muslim n°2447]

 

Cependant il y a un ajout dans le Musnad de l’Imam Ahmad Vol 6 P 117 qui est :

 

« Que la paix, la bénédiction d’Allah et sa miséricorde soient sur toi et sur lui »

 

A propos de cet ajout Sheikh Al Albani a dit dans sa correction de Adab Al Mufrad de l’Imam Al Boukhari:

 

« Et cet ajout dans ce Hadith est très important».

Partager cet article

Terre d’islam, de mécréance et ses diverses situations

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Terre d’islam, de mécréance et ses diverses situations

Les statuts des contrées changent selon le changement de situation de leurs habitants.

 

Une contrée peut être terre de mécréance quand ses habitants sont des mécréants.

 

Elle devient ensuite terre d’Islâm quand ses habitants deviennent musulmans.

 

Ainsi, la Mecque – qu’Allâh l’ennoblisse – était au début terre de mécréance et de guerre, et Allâh a dit (traduction rapprochée) :

 

« Et que de cités, bien plus fortes que ta cité qui t’a expulsé, avons-Nous fait périr, et ils n’eurent point de secoureur. » [1]

 

Ensuite, quand le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) la libéra, elle devint terre d’Islâm.

 

Et, en elle-même, elle est mère des cités et la terre la plus aimée d’Allâh. De même, pour la Terre sanctifiée où se trouvaient les colosses qu’Allâh a mentionnés.

 

Allâh – Ta’âla – dit (traduction rapprochée) :

 

« (Souvenez-vous) lorsque Moïse dit à son peuple : Ô, mon peuple ! Rappelez-vous le bienfait d’Allâh sur vous, lorsqu’Il a désigné parmi vous des prophètes. Et Il a fait de vous des rois. Et Il vous a donné ce qu’Il n’avait donné à nul autre au monde. Ô mon peuple ! Entrez dans la terre sainte qu’Allâh vous a prescrite. Et ne revenez point sur vos pas [en refusant de combattre] car vous retourneriez perdants. Ils dirent : Ô Moïse, il y a là un peuple de géants. Jamais nous n’y entrerons jusqu’à ce qu’ils en sortent. S’ils en sortent, alors nous y entrerons ». [2]

 

Allâh – Ta’âla – dit encore, quand il sauva Moïse et son peuple de la noyade (traduction rapprochée) :

 

« Bientôt Je vous ferai voir la demeure des pervers. » [3]

 

Ces demeures étaient les demeures des pervers quand, en ces temps, les pervers les habitaient.

 

Par la suite, quand les vertueux les habitèrent, elles devinrent la demeure des vertueux.

 

Ceci est un fondement qu’il faut connaître : un pays peut être loué ou blâmé à certains moments du fait de la situation de ses habitants ; par la suite, la situation de ses habitants change et le jugement les concernant change alors.

 

L’éloge et le blâme, la récompense et le châtiment résultent en effet seulement de la foi et de l’action vertueuse, ou de son contraire, la mécréance, la perversion et la désobéissance.

 

Allâh – Ta’âla – dit (traduction rapprochée) :

 

« Ô hommes ! Craignez votre Seigneur qui vous a créés d’un seul être, et a créé de celui-ci son épouse, et qui de ces deux-là a fait répandre (sur la terre) beaucoup d’hommes et de femmes. Craignez Allâh au nom duquel vous vous implorez les uns les autres, et craignez de rompre les liens du sang. Certes Allâh vous observe parfaitement. » [4]

 

Et le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) a dit :

 

« Un arabe n’a pas de prééminence sur un non-arabe, ni un non-arabe sur un arabe, ni un blanc sur un noir, ni un noir sur un blanc, si ce n’est par leur piété. Les gens sont tous issus des fils d’Âdam et Âdam est issu de la terre. »

 

Quand il établit un lien de fraternité entre les Emigrés et les Auxiliaires, le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) en établit un entre Abû ad-Dardâ du Yémen et Salmân d’Irâq, comme délégué de ‘Oumar Ibn al-Khattâb.

Il lui écrivit : « Viens vers la Terre sanctifiée ! ».

Salmân lui répondit : « Une terre ne sanctifie personne. C’est seulement les actions qui sanctifient l’homme. » [5]

 

Ibn Taymiyyah explique encore que la Mecque – qu’Allâh la préserve – est le plus noble des endroits.

 

Durant l’exclusion de l’Islâm, elle fut une demeure de mécréance et de guerre où il fût interdit d’y résider.

 

Après l’hégire, il fut aussi interdit aux Emigrés d’y retourner y résider.

 

Au temps de Moïse (‘alayhi as-salam) avant qu’il ne sorte d’Egypte avec les fils d’Isrâël, la Syrie était la demeure des Sabéens associateurs (adorateurs du feu), des colosses pervers.

 

Et Allâh – Ta’âla – de dire à son sujet (traduction rapprochée) :

 

« Bientôt Je vous ferai voir la demeure des pervers. » [6]

 

Le fait qu’une terre soit terre de mécréance ou terre d’Islâm ou de foi, terre de paix ou de guerre, terre d’obéissance ou de désobéissance, terre des croyants ou des pervers, ce sont des propriétés particulières et pas nécessairement comparables.

 

Une terre passe donc d’une propriété à une autre comme l’homme, en son âme, passe de la mécréance à la foi et au savoir, et vice-versa.

 

Quand la grandeur dure en tout temps et en tout lieu, elle se trouve dans la foi et l’action vertueuse. [7]

 

Ce que l’on trouve généralement dans les paroles anciennes concernant la grandeur d’Ascalon [8] ou d’Alexandrie [9], d’Acre (ville d’Israël, située au nord de la baie de Haïfa, sur un promontoire et dotée d’un port en eaux profondes.), de Qazwîn [10] ou d’autres lieux encore, ce qu’on y trouve comme récits fait qu’il s’agissait de lieux forts (symboliques), non à cause de quelques particularités que tel lieu aurait.

 

Et terre d’Islâm ou terre de mécréance, terre de guerre ou terre de paix, terre de savoir et de foi ou terre d’ignorance et d’hypocrisie, ceci varie en fonction des habitants et de leurs caractéristiques, à la différence des trois mosquées.

 

En effet, elles ont une caractéristique commune, c’est ce qui les distingue, et il n’est pas possible de les en déposséder. [11]

 

[1] Coran, 47/13

[2] Coran, 5/20-22

[3] Coran, 7/145

[4] Coran, 4/1

[5] Majmu’ Fatâwa de Ibn Taymiyyah, 27/144.

[6] Coran, 7/145

[7] Majmu’ Fatâwa de Ibn Taymiyyah, 27/44.

[8] Ville balnéaire d’Israël sur la côte méditerranéenne dans le district sud, au nord de la Bande de Gaza. Elle est située à 64 km au sud de Tel-Aviv.

[9] Ville d’Égypte comptant plus de quatre millions d’habitants, fut fondée en -331 par Alexandre le Grand. Elle devint dans l’Antiquité le premier port d’Égypte, la capitale du pays, un grand centre de commerce et d’éducation universitaire et un des plus grands foyers culturels de la mer Méditerranée, centré sur la fameuse Bibliothèque, qui fonda sa notoriété. C’est la deuxième ville du pays.

[10] Ville d’Iran située à l’ouest de Téhéran et au pied des monts Elbourz. Qazvin est la capitale de la province portant son nom.

[11] Majmu’ Fatâwa de Ibn Taymiyyah, 27/53.

 

copié de manhajulhaqq.com

 

Cheikh Ul-Islam Taqiyud-din Ibn Taymiyyah - الشيخ الإسلام بن تيمية

Partager cet article

Tu critiques les gens pour leurs péchés et tu oublies les tiens !

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Tu critiques les gens pour leurs péchés et tu oublies les tiens !

D'après Abou Houreira رضي الله, le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit:

 

« L'un d'entre vous voit le petit morceau de bois dans l'oeil de son frère mais oublie le tronc d'arbre qui se trouve dans son propre oeil ».

(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°5761 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°2331)

 

Le sens du hadith est que la personne doit se concentrer sur ses propres défauts et faire ce qu'il faut pour les corriger et ne pas chercher les défauts des autres.

 

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم

يبصر أحدكم القذاة في عين أخيه وينسى الجذع في عينه 

(رواه بن حبان في صحيحه رقم ٥٧٦١ و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٢٣٣١)

222

Al Hassan al Basri رحمه الله a dit :

 

"Ô fils d'Adam!

 

Comme tu es faible et comme est grande ton inattention!

 

Tu critiques les gens pour leurs péchés et tu oublies les tiens!

 

Tu vois le brin de paille dans l'œil de ton frère et tu ne vois pas le tronc qui est étalé dans ton œil!

 

Comme tu es injuste et comme est grande ton injustice!".

 

الحسن البصري

يا ابن آدم ، تبصر القذاة في عين أخيك وتدع الجذع معترضا في عينك

 

Livre hassan al basri

 

      Imam Ibnoul Jawzih - الإمام أبي الفرج عبد الرحمن بنُ عليّ بن الجوزي

Partager cet article

Au téléphone... c'est celui qui appelle qui doit passer le «salâm»

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Au téléphone... c'est celui qui appelle qui doit passer le «salâm»

Intérêt bénéfique de la part d'un imâm dans la science, la salafiya et dans le hadith "Cheikh el Albânî" رحمه الله qu'un de ses élèves a transmis, (Son élève -Abou Islam- a dit) :

 

Cheikh el Albânî رحمه الله m'a contacté un jour à (mon) téléphone alors que je n'étais pas présent, donc ma petite fille a répondu en disant, au moment où elle a pris l'écouteur du téléphone : "As-Salâmou 3alaykoum wa Rahmatou Allah"

 

Cheikh a demandé après moi, ensuite il lui a dit : "Informe ton père que Mohammed Nâsir adDin el Albânî a appelé"  

 

(Et il n'a pas dit "Cheikh"... et ceci fait partie de sa modestie, qu'Allah relève son degré au Paradis)

 

Ensuite lorsque je suis revenus chez moi, ma petite fille m'a informé (en me disant) : "Un homme t'a appelé et il s'appelle : Mohammed Nâsir adDin el Albânî ."

 

Je l'ai donc appelé de suite, et juste après qu'il m’ait demandé ce qu'il voulait, il m'a dit : "Ô Abâ Islam ! Lorsque je t'ai appelé, ta petite fille m'a répondu et elle a dit : "As-Salâmou 3alaykoum wa Rahmatou Allah" !

Est-ce que cette attitude est provenance d'une science ?

Ou c'est seulement une attitude personnelle d'une petite fille ?

Nous voulons apprendre Ô Abâ Islam !"

 

(et ceci aussi fait partie de sa modestie et sa sagesse dans la prêche qu'Allah lui fasse miséricorde )

 

Je lui ai dis : "Ceci est une attitude d'un petite fille et même que c'est la première fois !

"Et ce que je sais concernant cela , que la personne doit prendre l'écouteur du téléphone en disant : Oui ?

 

Et c'est celui qui l'appelle qui doit passer le salam et ensuite il lui répond au salam et non pas qu'il commence (lui) à passer le salam ."

 

Il dit (qu'Allah lui fasse miséricorde ) :

 

"voila ce qui est exact dont nous savons !

Car celui qui appelle au téléphone et semblable à celui qui frappe à la porte !

Il n'y a pas de différence entre les deux..."

       

هذه فائدة من الشيخ العلَّامة الألباني رحمه الله نقلها تلميذه الشيخ صالح بن طه أبو إسلام (حفظه الله) في كتابه العقيدة أولاً لو كانوا يعلمون (المجلد الأول /صفحة 16_17) حيث قال

واتصل بي رحمه الله ( أي الشيخ الألباني ) يوماً بالهاتف ولم أكن موجوداً فردَّت ابنتي الصغيرة عليه قائلةً عند رفع سمَّاعة الهاتف : السلام عليكم و رحمة الله , فسأل الشيخ عني , ثم قال لها : أخبري أباك أن محمد ناصر الدين الألباني اتصل . ( ولم يقل " الشيخ " وهذا من تواضعه رفع الله درجته في الجنة ) فلما عدتُ إلى البيت أخبرتني ابنتي أنه اتصل بك رجل اسمه : محمد ناصر الدين الألباني , فاتصلت به على الفور وبعد أن طلب مني ما كان يريده قال لي : يا أبا إسلام , عندما اتصلت بك ردَّت عليَّ ابنتك الصغيرة وقالت : السلام عليكم ورحمة الله , فهل هذا التصرف عن علم ؟ أم هو تصرُّف شخصيٌّ من الصغيرة ؟ نريد أن نستفيد يا أبا إسلاموهذا أيضا من تواضعه وحكمته في الدعوة رحمه الله)

فقلت له : إن هذا تصرف من الصغيرة وللمرة الأولى ,والذي نعلمه في هذا الأمر أن يرفع الإنسان سمَّاعة الهاتف قائلاً : نعم , فيُسلم عليه من يطلبه , فيرد هو السلام عليه لا أن يبدأه بالسلام , فقال رحمه الله : هذا هو الصحيح الذي نعلمه لأن الطالب على الهاتف كالطارق على الباب لا فرق بينهما

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

Juge-toi avant d'être jugé !

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Juge-toi avant d'être jugé !

L'imam Ibn Al-Qayyim rahimahoull-Lahu ta`ala a dit : 

 

« Celui qui connait vraiment son âme, s'occupe tellement de sa réforme qu'il se désintéresse des défauts des gens.

 

Celui qui connait vraiment son Seigneur, s'occupe tellement de Lui qu'il oublie les passions de son âme.

 

Le plus grand perdant des gens dans le "marché de la vie" qu'il a conclu, est celui qui s'est tellement occupé de lui-même qu'il a oublié Allah.

 

Pire que lui, celui qui s'est tellement occupé des gens qu'il a oublié sa propre personne. »

 

Al-Fawâ-id page 104, 105

 

Imam Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Partager cet article

La musulmane ne rompt jamais avec ses soeurs (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La musulmane ne rompt jamais avec ses soeurs (audio)

D'après Abû Hurayra رضي الله عنه, le messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم a dit et a juré par Allâh :
 
"Par Celui qui détient mon âme en Sa Main (Allâh), vous n'accéderez au Paradis que lorsque vous acquerrez réellement la foi.
Or, ceci ne se réalisera que lorsque vous témoignerez de l'affection les uns envers les autres.
Voulez-vous donc que je vous indique une oeuvre dont l'accomplissement vous permet de manifester votre affection les uns envers les autres ?
Echangez fréquemment les salutations ".

Rapporté par Muslim

Une musulmane ayant une connaissance suffisante de sa religion sait que les sources même qui ont recommandées la fraternité et l'amour pour Allâh عز وجل, ont interdit d'autre part la rupture des liens et la haine entre les croyants.

 

Ces sources même affirment aussi que les erreurs accidentelles ne sauraient séparer deux croyants qui s'entraiment sincèrement pour Allâh, car une telle relation est censée être solide et profonde au point qu'aucune inconvenance ne parvient à la rompre.

 

Ce que veut dire ici l'auteur c'est que : Quand il y a vraiment l'amour en Allâh entre deux personnes, même si il y a une erreur accidentelle, cette erreur ne pourra pas séparer ces deux personnes qui se sont aimées car la personne qui a fait du tord va demander le pardon et la personne à qui on a fait du tord va pardonner même si on ne va pas lui demander pardon.

 

Pourquoi ?

 

Parcequ'il y a quelque chose de plus solide... Il y a l'amour en Allâh qui a dépassé l'amour de mon nafs, l'amour de ma personnalité, qui a dépassé et surpassé mon orgueil, ma vanité.

 

Il y a l'amour en Allâh عز وجل qui est plus important !

 

Il arrive cependant, qu’une femme succombe à sa faiblesse humaine et se laisse emporter par la colère à l'encontre de sa sœur en Allâh عز وجل.

 

Il arrive même que cette colère la pousse à offenser sa soeur, entrainant ainsi la rupture entre les deux.

 

Dans ce cas, elle doit se rappeler que la durée de cette rupture ne doit pas dépasser 3 jours.

 

Sachant que la nature humaine est succeptible de céder à de tels emportements, et que juste après la mésentente, la réconciliation reste difficile, l'islam a accordé cette durée de 3 jours pour un renouement dans le calme et la sérénité.

 

Le messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Il n'est pas permis à un musulman de rompre avec son frère en religion plus de 3 jours, au point où quand ils se rencontrent, chacun d'eux se détourne de l'autre.

Le meilleur des deux est celui qui commence par saluer l'autre."

Hadith rapporté par Al-Bukhâry et Muslim, voir charh as-sounnah vol 13 p100

 

Il est naturel et il est possible, et cela arrive que, emportée par la colère (ou sous l'emprise de la colère), une soeur (ou bien même un frère succombe) à sa faiblesse et offense l'autre personne.

 

Il arrive même qu'il ne va pas lui parler ce jour-là, ou bien il ne va pas lui parler cette heure-là, ou bien il ne va pas lui parler pendant un certain laps de temps.

 

Mais l'essentiel ici c'est qu'il est interdit de dépasser 3 jours parce qu'Allâh عز وجل, qui nous a créé, sait que des fois c'est difficile de se réconcilier sur le champ, des fois on est tellement blessé qu'on ne peut pas excuser sur le champs.

 

On doit attendre un peu que shaitan parte et s'en aille et me laisse un peu seul et me laisse le temps de dire : "أعوذ بالله من الشيطان الرجيم", de dire : "أستغفر الله", de lire un peu et de faire un peu des invocations pour que mon coeur s'apaise de nouveau.

 

C'est pour cela que l'islam a donné 3 jours ; Tu as 3 jours devant toi pour essayer de faire le maximum pour apaiser ton coeur et de trouver les excuses pour celui (ou celle) qui vient de t'offenser.

 

Rappelons qu'à l'instar de tous les textes législatifs à portée générale, le terme "musulman" inclut la femme.

 

Quand vous m'avez entendu lire le hadith qui dit : "Il n'est pas permis à deux musulmans...", çà veut dire aussi : à deux musulmanes.

 

A chaque fois que le mot "musulman" vient dans le coran ou bien la sounnah, la musulmane rentre dans "le musulman", elle aussi elle est impliquée, elle est visée aussi.

 

Une vraie musulmane ne doit pas persister à prolonger la rupture entre elle et sa soeur, quelque soit les raisons ou les conséquences de cette rupture.

 

Elle doit plutôt manifester son désir de réconciliation en prenant l'initiative de lui adresser ses salutations car elle sait qu'elle aura un grand mérite demain devant Allâh عز وجل, en agissant de la sorte.

 

Quand quelqu'un s'est disputé avec son frère en ensuite c'est lui qui revient le premier le saluer, ce n'est pas parce que mon frère est mieux que moi ou il a plus de piété que moi ou il est plus fort que moi... Je l'ai fait pour Allâh عز وجل !

 

Moi qui suis venu le premier vers toi, j'ai plus que piété que toi ; C'est moi qui aime Allâh تعالى plus que toi car Allâh nous a montré qu'Il aimait celui qui fait le premier pas.

 

Donc, ayant fait le premier pas, çà veut dire que chez Allâh عز وجل, je suis mieux que toi ou à la rigueur : J'escompte la grande récompense demain quand je rencontrerai Allâh عز وجل.

 

Toutes les personnes qui se disputent et qui ne peuvent pas faire le premier pas pour réconcilier çà veut dire qu'elles n'ont pas mis entre leurs yeux la récompense qui les attends demain devant Allâh عز وجل.

 

En d'autres termes, toutes personnes qui aime Allâh عز وجل et veut de Lui la récompense, elle fait le premier pas et pardonne.

 

La grande récompense attendra celui qui pardonnera et qui fera ce premier pas pour Allâh عز وجل ; Si c'est pour moi, c'est difficile de faire ce premier pas... on a le shaitan, on a la vanité, etc... Là il oublie tout parce qu'il a dit : "Je fais cette chose pour Allâh عز وجل, j'attends la récompense de Lui c'est tout, çà ne m'interresse pas ce que vont dire les gens ou bien ce que va dire la personne avec laquelle je me suis disputée".

 

On rapporte à ce sujet que le messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Il n'est pas permis à une personne de rompre avec un croyant plus de 3 jours.

Une fois ces 3 jours passés, il doit aller à sa rencontre et le saluer.

Si celui-ci répond à son salut, ils se partageront la récompense d'Allâh.

Si par contre l’autre ne répond pas, il se sera disculpé du péché de la rupture."

Al-Bukhâry dans adhab almoufrad vol 1, son sens est vrai.

 

Quand tu fais le premier geste, tu demandes le pardon : Ou bien on te pardonne, ou bien on ne te pardonne pas.

 

Si on te pardonne, الحمد لله les deux vous avez gagné dans cette vie et vous gagnerez dans l'au-delà.

 

Si on ne te pardonne pas, tu as fais ce qu'il fallait faire devant Allâh عز وجل.

 

Quand quelqu'un s'oublie et oublie son nafs et il met la récompense d'Allâh عز وجل qui l'attend, entre les yeux, il fait le premier pas et il ne donne pas d'importance à sa propre personnalité parce qu'il s'oublie.

 

La rupture en tant que péché s'aggrave en fonction de sa durée.

 

Il a dit صلى الله عليه وسلم :

 

"Celui qui rompt avec son frère en religion durant une année sera considéré comme s'il avait fait couler son sang."

Al-Bukhâry dans adhab almoufrad n°404, Cheikh Al-Albany a dit que ce hadith est authentique.

 

Donc là celà devient plus grave, çà veut dire que celui qui reste une année sans parler avec son frère en religion c'est comme si il l'avait tué, comme si il avait fait le crime d'avoir tué cette personne.

 

Et malgrè tout celà bien sûr, il nous arrive tous que l'on reste beaucoup de temps à ne pas parler avec des gens que la faute vienne de nous ou bien des autres, celà arrive presque à tout le monde.

 

Le messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم lui même est resté un mois à ne pas parler avec ses femmes, ses épouses lorsqu'elles lui ont demandé la parure et le hadith est authentique.

 

Des fois, la personne essaye de faire la réconciliation et c'est l'autre côté qui répond par la négative, des fois la personne essaye de faire ce qu'elle peut et c'est l'autre côté qui ne veut pas et qui reste toujours sur ses positions ; Dans ce cas, la personne qui a essayé, Allâh تعالى sait et a vu dans son coeur qu'elle voulait et que c'est l'autre qui ne veut pas, dans ce cas, c'est l'autre qui endossera d'avoir coupé les liens en Allâh عز وجل.

 

Le messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Ne rompez pas vos liens de fraternité, ne vous détournez pas les uns des autres, ne soyez pas envieux les uns vis-à-vis des autres, soyez plutôt frères, comme Allâh vous l'a ordonné."

Rapporté par Muslim

 

Allâh a dit (traduction rapprochée) :

 

"Ceux qui dominent leur ressentiment et pardonnent à autrui car Allâh aime les bienfaiteurs" (sourate 3 verset 134)

 

Quand tu pardonnes, cela ne veut pas dire que tu pardonnes parce que cette personne est mieux que toi, tu as pardonné pour le visage d'Allâh.

 

"Je ne t'ai pas pardonné... (parce que peut-être même tu ne mérite pas le pardon), mais je t'ai pardonné parce que Allâh تعالى aime les pardonneurs, aime les bienfaiteurs"

 

Quand quelqu'un fait une chose pour Allâh, il doit s'oublier.

 

(...)

 

Il a dit صلى الله عليه وسلم :

 

"Méfiez-vous de la conjoncture car la conjoncture est le propos le plus mensonger, ne soyez pas indiscret, n'espionnez pas, ne rivalisez pas, ne soyez pas envieux les uns vis-à-vis des autres, ne soyez pas haineux les uns vis-à-vis des autres, ne vous détournez pas les uns des autres, soyez plutôt frère Ô serviteurs d'Allâh".

Rapporté par Al-Bukhâry et Muslim

 

Ensuite il a dit صلى الله عليه وسلم :

 

"Ne soyez pas envieux les uns vis-à-vis des autres, ne renchérissez pas pour pousser les autres à l'achat, ne soyez pas haineux les uns vis-à-vis des autres, ne vous détournez pas les uns des autres, que l'un d'entre vous ne supplante pas son frère en proposant au client de celui-ci la vente de la même marchandise à un prix plus bas."

 

(...)

 

En méditant ces traditions recommandant l'affection, la fraternité, l'entraide et l'altruisme, une musulmane au sentiment raffinée par l'islam ne saurait nourrir une haine à l'encontre de sa sœur en religion ou bien rompre avec elle.

 

Une musulmane vertueuse ne s'abaisse jamais à un tel niveau car il n'y a que la femme à mentalité complexée et à l'esprit rigide qui s'enferme dans ces sentiments plein de haine et de rancune.

 

A cette catégorie de gens aux coeurs pétrifiés et aux esprits rigides, à ces gens qui se sont égarés  et se sont refusés à la tolérance prônée par l'islam en persistant à rompre les liens de fraternité avec les autres croyants, un sort horrible est réservé dans la vie présente et dans la vie future.

 

Le messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"On ouvre les portes du Paradis chaque lundi et chaque jeudi et on pardonne à toutes personnes n'associant aucun être à Allâh excepté un homme en discorde avec son frère (Une soeur en discorde avec une soeur jusqu'à ce qu'ils se réconcilient). 

Allâh qui alors aux anges : "Accordez un délai à ces deux personnes jusqu'à ce qu'ils se réconcilient ! (3 fois)""

Hadith rapporté par Al-Bukhâry dans adhab al-moufrad et Muslim

 

Quand deux personne ne se parlent pas dans la religion, chaque lundi et chaque jeudi ils font passer le mérite d'être pardonnés car Allâh تعالى pardonne chaque lundi et chaque jeudi à tous croyants sauf aux deux personnes qui ne se parlent pas Il dit : "Laissez ces deux-là de côté jusqu'à ce qu'ils se réconcilient".

 

Elle est indulgente envers elles (ses soeurs) :

 

La musulmane est tolérante à légard de ses amies et ses soeurs en religion, elle n'éprouve à leur encontre ni rancune ni haine.

 

Quand une de ses soeurs la contrarie, elle retient sa colère et fait preuve d'indulgence de la manière la plus naturelle et la plus spontanée.

 

Dans sa réaction indulgente, elle ne doit ressentir ni honte ni humiliation, elle y voit plutôt un acte de haute bienfaisance, qu'Allâh apprécie et rapproche ceux qui s'appliquent à l'observer.

 

Quand quelqu'un fait le premier pas pour se réconcilier, il ne doit pas se dire : "Je suis humilié" mais il doit mettre entre ses yeux que l'amour d'Allâh est plus important que l'amour de sa propre personne, que Allâh تعالى même est plus important que je m'aime moi et que les gens disent de moi... Tout cela ne m'interresse pas devant ce qui m'attends devant Allâh سبحانه عز وجل qui m'a créé pour Lui obéir.

 

Lorsque Allâh تعالى a dit (traduction rapprochée) :

 

"Ceux qui dominent leur ressentiment et pardonnent à autrui car Allâh aime les bienfaiteurs" (sourate 3 verset 134)

 

Ce verset nous enseigne qu'il ne suffit pas de contenir son ressentiment mais qu'il faut manifester son indulgence et son pardon.

 

Une musulmane qui a atteint le degré de haute bienfaisance ne aisse pas le ressentiment s'installer dans son coeur. 

 

Dès qu'une contrariété provoque sa colère, elle s'empresse de pardonner avec mansuétude.

 

(...)

 

Il est certes difficile de contenir son ressentiment dans certaines situations avec certaines personnes... on entend des choses... on nous apprend des choses... Il est difficile des fois de se contenir, cependant la meilleure façon de réagir c'est le pardon car il vaut mieux pardonner et oublier les offenses de l'autre que vivre en portant le fardeau de la rancune à son encontre.

 

(...)

 

Acquérir cette qualité morale est certes une tâche difficile mais pour y parvenir il suffit de se rappeler que l'indulgence est un comportement qui reflète la noblesse d'esprit et non la faiblesse.

 

Les gens, quand ils pardonnent, ils croient que c'est un défaut.

 

Il dit : "Je ne pardonne pas" pour montrer que je suis (comme font certains ignorants), je suis un homme... Ce n'est pas çà qui montre la virilité ou que tu es un homme mais c'est la piété qui le montre car si tu etais pieux tu aurais pardonné.

 

Le messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Pour l'indulgence du serviteur, Allâh ne lui accorde que plus de considération.

Aucun serviteur ne fait montre de modestie par amour d'Allâh, sans qu'Allâh élève son rang​".

Rapporté par Muslim

 

Il n'y a aucune personne à laquelle tu vas pardonner sans que Allâh تعالى ne te fasse élever un rang.

 

L'indulgence n'est pas seulement un acte de haute bienfaisance mais c'est aussi un acte de noblesse qui accroît la considération du croyant aux yeux d'Allâh, d'où le grand honneur à ceux qui font montre de pardon et de tolérance.

 

La rancoeur et la haine ne sauraient trouver leur place dans le coeur de la musulmane imprégnée des principes de la religion car elle est consciente de la valeur de l'indulgence et de sa contribution à l'obtention du pardon et de l'agrément d'Allâh.

 

Le messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Chaque lundi, chaque jeudi les portes du Paradis s'ouvrent, Allâh pardonne à la personne qui ne fait pas le shirk sauf à une personne qui a de la rancune envers son frère.

Allâh تعالى dit : "Accordez un délai à ces deux-là jusqu'à ce qu'ils se réconcilient"".

 
La musulmane, quand elle rencontre une musulmane, elle la rencontre avec un visage radieux.

 

Extrait la personnalité de la musulmane (Al Hachimi), cours audio 26 à partir de 4 mn 04

 Retranscription par une soeur de l’équipe du site 3ilmchar3i.net

 

Cheikh Abou Abdillah Mohamed Tchalabi Al Djazairy - الشيخ أبو عبد الله محمد تشلابي

Partager cet article

La solitude

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La solitude

'Umar ibn al-Khattâb رضي الله عنه a dit : 

 

" Il y a, dans la solitude, une volonté de fuir les mauvaises fréquentations." 

(ou il a dit : " ... des mauvais comportements.")

 

Az-zuhd al-kabîr, d'Al-Bayhaqî n°118.

Partager cet article

Prends connaissance des avis des deux partis avant de t'empresser de juger !

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Prends connaissance des avis des deux partis avant de t'empresser de juger !

Oumar Ibn Abdel Azîz رحمه الله a dit :

 

«Si vient à toi un des deux antagonistes pour se plaindre qu'on a crevé son oeil, ne t'empresse pas de juger en sa faveur avant que ne te vienne son opposant.

 

Car peut-être qu'on lui a crevé à lui ses deux yeux !»

 

إذا أتاك أحد الخصمين وقد فُقِئَتْ إحدى عينيه فلا تقض له حتى يأتيك خصمه فلعله قد فُقِئَتْ عيناه

Cette parole de sagesse insinue simplement que :

 

Lorsque tu dois juger en face de deux parties adversaires, de ne pas t'empresser de juger après avoir écouter et pris connaissance des dégâts que l'un d'entre eux t'a exposé, sans attendre d'écouter et voir le cas de son adversaire.

-Et cette parole est exacte car elle est basée sur des règles et textes de notre religion, comme les Paroles suivantes d'Allah Le Très Haut :

 

وإن حكمت فاحكم بينهم بالقسط إن الله يحب المقسطين 

(Traduction rapprochée ) :

 

".. Et si tu juges, alors juge entre eux en équité.

Car Allah aime ceux qui jugent équitablement." (Sourate 5 ; verset 42)

 

 خصمان بغى بعضنا على بعض فاحكم بيننا بالحق ولا تشطط واهدنا إلى سواء الصراط 

(Traduction rapprochée): 

 

"..Nous sommes tous deux en dispute; l'un de nous a fait du tort à l'autre.

Juge donc en toute équité entre nous, ne sois pas injuste et guide-nous vers le chemin droit." (Sourate 38 ; verset 22)

 

-Et le Hadith authentique suivant : 

 

فإذا جلس بين يديك الخصمان فلا تقضينّ حتّى تسمع من الآخر كما سمعت من الأوّل ، فإنّه أحرى أن يتبيّن لك القضاء 

 

"S'il te viennent deux antagonistes, ne juge surtout pas (entre eux) tant que tu n'auras pas entendu du deuxième comme tu auras entendu du premier !

Car il te sera certes plus apte à juger ..."

Sahîh sunnan Abi Dâdoùd ,v/2 , page/684 , n° de hadîth/3054

 

Partager cet article

L'homme a la même religion que son ami (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

L'homme a la même religion que son ami (vidéo)

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

N'oublions pas nos propres défauts...!

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

N'oublions pas nos propres défauts...!

"Ne t'occupes pas des défauts d'autrui en oubliant les tiens ...

car tu auras commis deux erreurs."

 

Vers d'Al Qahtani dans sa Nuniyyah p. 39

Partager cet article

L’interdiction d’avoir de mauvaises fréquentations

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

L’interdiction d’avoir de mauvaises fréquentations

Les preuves du Coran

 

(Traductions rapprochées)

 

-« Quand tu vois ceux qui se perdent dans des discussions à propos de Nos versets, éloigne-toi d'eux jusqu'à ce qu'ils entament une autre discussion. Et si le Diable te fait oublier, alors, dès que tu te rappelles, ne reste pas avec les injustes ». (S6/V68)

      

-« Dans le Livre, Il vous a déjà révélé ceci: lorsque vous entendez qu'on renie les versets d'Allah et qu'on s'en raille, ne vous asseyez point avec ceux-là jusqu'à ce qu'ils entreprennent une autre conversation. Sinon, vous serez comme eux. Allah rassemblera, certes, les hypocrites et les mécréants, tous, dans l'Enfer ». (S4/V140)

 

-Ibn ‘Aoun رحمه الله a dit :

 

« Ibn Sirin رحمه الله était d’avis que les gens les plus prompts à apostasier étaient Ahl Al Ahwa et que ce verset fût descendu à leurs sujet « Quand tu vois ceux qui se perdent dans des discussions à propos de Nos versets, éloigne-toi d'eux ».

(Voir Al Ibâna de Ibn Batta 431/2)

 

-Layth Ibn Abi Soulaym rapporte de Abou Ja’far cette parole :

 

« ne vous asseyez pas avec Ahl Al Khoussoumates car ce sont eux qui se perdent dans des discussions à propos des versets d’Allâh »

(Tafsir Tabari 229/7 et Tafsir Qourtoubi 12/7).

 

Ahl Al Khoussoumates : ceux qui débattent de la religion sans science et sans vouloir arriver à la vérité

 

-L’imâm Mouhamad Ibn Jarir At Tabari رحمه الله a dit dans son tafsir :

 

« On voit dans ce verset une preuve claire de l’interdiction de s’asseoir avec Ahl Al Bâtil de toutes sortes parmi les innovateurs et les pervers quand ils pataugent dans leurs fautes ».

(Tafsir Tabari 330/5)

 

Ahl Al Bâtil : ceux qui prônent le faux 

111

Les preuves de la Sounna

 

-Le Messager d’Allah صلى الله عليه وسلم a dit :

 

« L’exemple du bon compagnon et du mauvais compagnon est celui de celui qui porte du musc et du forgeron.

 Quant à celui qui porte du musc : ou bien il te fait un cadeau de son parfum, ou bien tu lui en achètes, ou bien tu profites de sa bonne odeur.

 Quant au forgeron : ou bien il brûle tes vêtements, ou bien tu sens de sa part une vilaine odeur. »

 (Al Boukhari et Mouslim)

 

-Ibn Hajar Al ‘Asqalani رحمه الله a dit à propos de ce hadith :

 

« Dans ce hadith, on voit l’interdiction de s’asseoir avec les personnes dont la compagnie est néfaste pour les affaires de la religion et de la vie mondaine de même que l’on y voit l’incitation à s’asseoir avec les personnes dont la compagnie est bénéfique dans ces deux domaines. »

(Fath Al Bari, hadith n° 1959)

 

-An Nawawi رحمه الله a dit :

 

« On voit dans ce hadith le mérite de côtoyer les vertueux et l’interdiction de côtoyer les personnes mauvaises et Ahl al Bida' »

(Sharh Sahih Mouslim par Al Nawawi, hadith n° 4762)

 

-Le Messager d’Allâh صلى الله عليه وسلم a dit :

 

« Ne côtoie que le croyant et ne mange qu’en compagnie du pieux »

( Voir Sahih Al Jami’ n° 7341 et Sahih At Targhib Wat Tarhib n° 3036)

 

-Il صلى الله عليه وسلم a dit également : 

 

« L’homme est sur la religion de son ami intime. Regardez donc qui vous côtoyez »

(Hadith hassan rapporté par Abou Daoud)

111

Paroles de savants

 

-Ibn ‘Abâss رضي الله عنه :

 

« Ne côtoie pas Ahl Al Ahwa, car leurs compagnies rendent les cœurs malades »

(Al Ibâna 438/2)

 

-Ibrâhim An Nakha’i رحمه الله :

 

« Ne côtoyez pas Ahl Al Ahwa car leurs compagnie retirent du cœur la lumière de la Foi, enlaidissent le visage et amènent la haine dans le cœur des croyants »

(Al Ibâna 439/2)

 

-Al Fodeyl Ibn ‘Iyad رحمه الله :

 

« Allâh a des anges qui recherchent les assemblées où l’on fait le Dhikr.

Observe donc avec qui tu t’assoies.

Que ton compagnon ne soit pas un innovateur car Allâh ne les regarde pas. Le signe de l’hypocrisie est que l’homme se lève et s’assoie en compagnie d’un innovateur.

J’ai vécu à l’époque des meilleures personnes, toutes suivaient la Sounna et interdisaient de côtoyer les innovateurs. »

(Hiliat Al Awlia 104/8)

 

-Cheikh Mouhamad Ibn ‘Abdilwahâb رحمه الله :

 

Il écrit dans sa lettre aux habitants de Qassim :

 

« Je prends Allâh comme témoin, ceux qui sont présents parmi les anges, ainsi que vous-mêmes que j’ai la même croyance que Al Firqa An Nâjia (le groupe sauvé), Ahl As Sounna wal Jamâ’a. » 

Ensuite il donne un résumé de la croyance de Ahl As Sounna wal Jamâ’a, dont le point suivant :

«Il faut boycotter Ahl Al Bida’ et les quitter jusqu’à ce qu’ils se repentent.

Je les juge selon ce qu’ils laissent apparaître et je laisse à Allâh ce qu’ils cachent.

Je crois fermement que toute nouveauté dans la religion est une hérésie. »

(Majmou’ mouallafate, partie 5, Ar rassail achakhssia p 11)

 

-Cheikh Mouhamad Ibn Sâlih Al ’Outhaymin رحمه الله :

 

« Fuir Ahl Al Bida’ c’est : s’éloigner d’eux, ne pas les aimer, ne pas les prendre comme alliés, ne pas les saluer, ne pas les visiter etc.…

C’est une obligation, et la preuve est la parole d’Allâh عز و جل : 

 

« Tu n'en trouveras pas, parmi les gens qui croient en Allah et au Jour dernier, qui prennent pour amis ceux qui s'opposent à Allah et à Son Messager ». (S58/V22) »

(Explication de Loum’at Al I’tiqâd page 110)

 

-Cheikh ‘Abdoulaziz Ar Râjihi, qu'Allah le préserve : 

Cheikh nous explique ici la recommandation de l’Imâm ‘Abdoullâh Ibn Al Moubârak à Ismâ’il At Toussi :

 

« Tu côtoies les pauvres, et prends garde de côtoyer l’innovateur car je crains qu’Allâh t’exècre » 

 

Explication

 

« Tu côtoies les pauvres » : cette information est en fait un ordre et son sens est « il faut que tu côtoies les pauvres ». 

 

« Les pauvres » : Ahl As Sounna 

 

« Et prends garde de côtoyer l’innovateur car je crains qu’Allâh t’exècre » : l’exécration c'est-à-dire la plus grande haine.

« Tu côtoies les pauvres » : c'est-à-dire Ahl As Sounna, même s’ils sont faibles et pauvres tant qu’ils se cramponnent à la Sounna. Donc, côtoie- les et prends garde de côtoyer Ahl Al Bida’ même s’ils font partie des personnes de haut rang car je crains que la colère d’Allâh descende sur toi.

 

Ceci montre que les imâms et les savants mettent en garde contre Ahl Al Bida’ et sont d’avis que les assemblées de Ahl Al Bida’ sont des assemblées de colère et d’exécration de la part d’Allâh, ceci car ils sont loin de la Sounna et déviés du droit chemin. »

 

-Cheikh Al Albâni رحمه الله :

 

« C’est pour cette raison que nous trouvons beaucoup de textes rapportés de nos pieux prédécesseurs parmi les savants comme Mâlik, Ahmad et d’autres dans lesquels ils mettent en garde les gens contre le fait de s’asseoir avec Ahl Al Bida’. Plus encore, ils leurs ordonnaient de les boycotter de crainte que ne pénètre dans leurs cœurs une ambiguïté »

 

copié de alminhadj.fr

Partager cet article

Interdiction de sortir contre le gouverneur musulman injuste

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Interdiction de sortir contre le gouverneur musulman injuste

Allah a envoyé le Messager afin de faire le bien, de parachever les bienfaits, et afin d’éliminer le mal, de le diminuer.

 

Lorsqu’un Khalîf parmi les Khoulafâ comme par exemple Yazîd ibn Mou’âwiya, ‘Abdel Malik, Al-Mansour et d’autres prennent le pouvoir, il y a alors deux possibilités : ou bien on dit qu’il est obligatoire de les empêcher de prendre le pouvoir et de les combattre jusqu’à ce qu’un autre le prenne comme le font ceux qui autorisent l’épée, et ceci est une mauvaise idée car le mal qui s’y trouve est supérieur à l’intérêt qu’on en tire : peu furent ceux qui sortir contre les Gouverneurs et à chaque fois le résultat de leur action fut d’engendrer plus de mal que de bien.

 

Comme par exemple les habitants de Médine qui sortirent contre Yazîd ou comme ibn Al-Ach’ath qui sortit contre abdel Malik en Iraq ou comme ibn Al-Mouhlab qui sorti contre son père à Khouraçân ou comme Abi Mouslim le prédicateur qui sorti contre eux aussi à Khouraçân ou comme ceux qui sont sortis contre Al-Mansour à Médine et à Bassora et d’autres comme eux.

 

L’issue finale rencontrée par ces personnes fut : ou bien ils avaient le dessus ou bien ils perdaient.

 

Puis ensuite (lorsqu’ils gagnaient) ils perdaient à leur tour le pouvoir et ils n’en tiraient aucun bénéfice.

 

Abdallah ibn Alî et Abou Mouslim tuèrent beaucoup de gens puis furent tués à leur tour par abou Dja’far Al-Mansour.

 

Quant aux gens de Al-Harra, ibn Al-Ach’ath et Al-Mouhlab, ils furent anéantis eux et ceux qui les accompagnèrent et ne purent rétablir ni Religion, ni préserver les biens de ce monde.

 

Allah n’ordonne pas de faire des choses qui n’apportent aucun profit dans ce monde ou dans l’autre, quand bien même ceux qui l’exécuteraient seraient des serviteurs d’Allah pieux voués au paradis.

 

Ils ne sont pas meilleurs que Alî, Talha, Zoubayr, et ‘Aisha et d’autres (radiallahou 'anhoum), et pourtant ils ne furent pas fiers de ce qu’ils ont provoqué comme combats malgré qu’ils ont un plus haut degré auprès d’Allah et une meilleure intention que les autres.

 

De la même manière les gens de Al-Harra, il y avait parmi eux des gens de Science et de Religion et Allah leur pardonné à tous.

 

Il fut dit à Cha’bî dans la fitna de ibn Al-Ach’ath :

 

« ou était tu ô ‘Âmir ? J’étais comme le dit le poète : « Le loup a hurlé et je me suis montré affable avec le loup lorsqu’il a hurlé, puis un homme a haussé la voix et j’étais à deux doigt de m’envoler [tant je courais vite pour m’en éloigner] ».

Un fléau nous a atteints et nous ne fûmes pas à la hauteur.

 

Et Hassan Al-Basrî a dit : « Certes, Al-Hadjadj est le châtiment d’Allah, vous n’écarterez pas le châtiment d’Allah avec vos mains. Vous devez supplier Allah et vous soumettre à lui.

 

Allah a dit (traduction rapprochée) :

 

« Nous les avons certes saisis du châtiment, mais ils ne se sont pas soumis à leur Seigneur ; de même qu’ils ne le supplient point. » [Les croyants verset 76] ».

 

Et Talaq ibn Habîb disait :

 

« Eloignez-vous de la Fitna par la piété »,

on lui dit : « décris-nous la piété de manière générale »,

il dit : « la piété c’est d’obéir à Allah en t’appuyant sur une lumière provenant d’Allah et en espérant la miséricorde d’Allah. Ainsi que tu délaisses les interdits d’Allah en te basant sur une lumière provenant d’Allah et en craignant le châtiment d’Allah ». 

 Rapporté par Ahmad et ibn abî Dounia.

 

Les hommes de valeurs parmi les musulmans interdisaient de sortir et de combattre pendant la Fitna.

 

Comme le faisait ‘Abdoullah ibn ‘Omar, Sa’îd ibn Al-Moussayyab, ‘Ali ibn Houssein et d’autres, ils ont interdit, à l’époque de Al-Harra, de sortir contre Yazîd. De même que Hassan Al-Basrî, Moudjâhid et d’autres l’interdisaient pendant la Fitna de Al-Ach’ath.

 

C’est pour cela que les gens de la Sounnah ont fini par interdire le combat pendant les troubles à cause des ahadiths authentiques provenant du Prophète sallallahou ‘alayhi wa sallam.

Ils ont introduit cela dans leurs croyances et ont ordonné de patienter face à l’injustice des Gouverneurs et de délaisser le combat, même s’il y a beaucoup de gens de Science et de Religion qui ont combattu.

        

Minhâj assounah tome III page 346

copié de salafiya-contre-terrorisme.over-blog.com

 

Cheikh Ul-Islam Taqiyud-din Ibn Taymiyyah - الشيخ الإسلام بن تيمية

Partager cet article

«Quiconque a commis une injustice contre quelqu’un...»

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

«Quiconque a commis une injustice contre quelqu’un...»

Le Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit :

 

« Quiconque a commis une injustice contre quelqu’un, soit dans son honneur, soit dans une autre chose, doit s’en délier aujourd’hui, avant qu’il n’y ait ni dinar ni dirham ; [Car] s’il avait [dans son actif] de bonnes œuvres, on lui en prendra selon son injustice ; sinon, on prendra des mauvaises actions de sa victime et les posera sur lui. » [1]

 

« Quiconque a commis une injustice contre quelqu’un » signifie quiconque a fait du tort à son frère.

 

Les propos : « soit dans son honneur, soit dans une autre chose » s’appliquent aux différentes sortes de biens et aux blessures, voire la gifle et les coups similaires.

 

Une version de at-Tirmidhî dit : « en fait d’honneur ou de biens ».

 

Les propos« avant qu’il n’y ait plus ni dinar ni dirham » signifient avant le jour de la Résurrection.

 

[Les propos] : « Sinon, on prendra des mauvaises actions de sa victime et les posera sur lui » signifient la victime de l’injustice.

 

L’expression : « on le lui transfère » vise l’auteur de l’injustice.

11

Ce hadîth est cité indirectement par Muslim à partir d’une autre voie.

 

Sa version que voici est plus explicite :

 

« Le membre de ma communauté qui a subi la vraie faillite est celui qui se présentera au jour de la Résurrection au terme d’une vie remplie) de prières, de jeûne et de zakat, mais au cours de laquelle il aurait également injurié celui-ci, versé le sang de celui-là et spolié les biens d’un troisième.

 

L’on prélèvera de ces bienfaits et en donnera à celui-ci et à celui-là.

 

Si ses bienfaits sont épuisés avant la réparation des torts qu’il avait fait, on lui transfèrera leurs mauvaises actions et le jettera en enfer. »

11

Une version de al-Bukhârî rapportée d’après Abû Hurayra affirme que le Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit :

 

« Quiconque a commis une injustice à l’égard de son frère, qu’il lui demande de le pardonner.

 

En effet, il n’y aura là-haut ni dinar ni dirham.

 

[Il faut demander le pardon] avant qu’on les compense par le transfert de ses bonnes actions au profit de son frère [la victime].

 

S’il n’a pas de bienfaits, on lui imputera les mauvaises actions de son frère. » [2].

11

Un hadîth d’Ibn Mass’oûd rapporté par Abû Nou’aym dit :

 

« On saisira la main du serviteur et l’installera devant tout le monde et une clameur dira : voici Un tel fils d’Un tel et dira : que se présente quiconque a un droit à lui réclamer.

 

Des gens se présenteront et le Maître lui dira : donne à ceux-là leurs droits.

 

Et il dira : Ô Maître ! La vie d’ici-bas est finie. D’où je pourrai leur restituer leurs droits ?

 

Allâh dira aux anges : Prenez de ses bonnes actions et donnez-en à chaque [victime] la part à laquelle il a droit.

 

Si l’auteur de l’injustice en sort indemne et s’il lui reste en fait de bienfaits l’équivalent de la graine de moutarde, Allâh le multipliera de façon à lui permettre d’accéder au paradis ».

11

Ahmad et al-Hâkim ont cité un hadîth que Djabir a rapporté d’après Abd-Allâh Ibn Ynays qui attribuait une haute source à ces propos :

 

 « Il ne convient pas qu’un homme devant aller au paradis ou en enfer et qui avait fait du tort à quelqu’un rejoigne sa destination avant que justice ne soit faite à celui ayant subi le tort, même si celui-ci n’était qu’une gifle

 

- Nous avons dit : Ô Messager d’Allâh ! Comment les choses pourraient-elles se passer de cette manière alors que nous serons rassemblés tout nus et sans chaussures ?

 

- Il dit : « Ce sera par l’usage [compensatoire] des mauvaises et des bonnes actions. » [3]

 

[1] Rapporté par al-Bukhârî

[2] Rapporté par al-Bukhârî

[3] Fath ul-Bârî bi-Charh Sahîh al-Bukhârî de Ibn Hajar al-’Asqalânî, 5/126

 

copié de manhajulhaqq.com

 

Imam Ibn Hadjar al-’Asqalânî - الإمام ابن حجر العسقلاني

Partager cet article

Dans un monde où prime de plus en plus le «chacun chez soi» ou le «pas d'ami, pas de souci»...

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Dans un monde où prime de plus en plus le «chacun chez soi» ou le «pas d'ami, pas de souci»...

La fréquentation des gens est préférable à l’isolement

 

Le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit :


 “ المؤمن الذي يخالط الناس و يصبر على أذاهم خير من الذي لا يخالط الناس و لا يصبر على أذاهم “

 

« le croyant qui fréquente les gens et supporte leurs nuisances remportera une récompense plus importante que celui qui ne fréquente pas les gens et n’endure pas leurs nuisances ».

 

Rapporté par At-Tirmidhi 5207 et Ibn Madjia 4032 et déclaré authentique par al-Albani dans Sahihi at-Tirmidhi, 2035.

Partager cet article

Boycotter un musulman (الهجر)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Boycotter un musulman (الهجر)

L'imam Al-Boukhari (10/492) rapporte d'après Abou Ayyoub Al-Ansari que le prophète salallahou'alaihy wa salam a dit :

 

"Il  n'est pas permis au musulman de boycotter son frère plus de trois nuits, au point où lorsqu'ils se rencontrent, l'un et l'autre se tournent le dos. Et le meilleur d'entre eux deux est celui qui salue son frère en premier."

Ce hadith est également rapporté par Muslim (10/1984)

 

L'imam Al-Boukhari (10/492) rapporte aussi d'après Anas Ibn Malik que le Prophète salallahou'alaihy wa sallam a dit :

"Ne vous détestez pas, ne vous jalousez pas, ne vous tournez pas le dos, et soyez des frères, ô serviteurs d'ALLAH. Il n'est pas permis au musulman de boycotter son frère plus de trois nuits.

 

Abou Dawoud (696) rapporte d'après Abou Hourayra que le Prophète salallahou 'alaihy wa sallam a dit :

Il n'est pas permis au croyant de boycotter son frère plus de trois nuits. Après ces trois nuits, qu'il aille à la rencontre de son frère et le salue. Si celui-ci lui répond, ils auront tous deux une part de récompense. S'il ne lui répond pas, ce dernier aura le péché pour lui seul." 

 

Dans une version d'Ahmad, on trouve :

"Celui qui aura salué ne sera alors plus considéré comme fâché avec son frère."

 

Bien que ce hadith soit faible..., il n'y a pas de mal à le mentionner ici pour information.

 

L'imam Abou Dawoud (4914) rapporte d'après Abou Hourayra que le Prophète salallahou 'alaihy wa sallam a dit:

"Il n'est pas permis au musulman de boycotter son frère plus de trois (nuits). Quiconque boycotte son frère plus de trois (nuits) puis meurt entrera en enfer." 

Ce hadith est authentique.

 

L'imam Muslim (4/1987) rapporte d'après Abou Hourayra que le Prophète salallahou 'alaihy wa sallam a dit: "Les portes du paradis s'ouvrent le lundi et le jeudi. Allah pardonne alors à toute personne qui ne Lui associe rien dans son adoration, exceptées deux personnes qui sont fâchées l'une contre l'autre. Allah dit alors (aux anges): Attendez que ces deux personnes soient réconciliées (avant d'effacer leurs péchés). Attendez que ces deux personnes ne soient réconciliées (avant d'effacer leurs péchés). Attendez que ces deux personnes se soient réconciliées (avant d'effacer leurs péchés).

 

Boycotter autrui sans raison valable présente de nombreux préjudices dont les suivants :

 

- Cela fait partie des grands péchés. les preuves à ce sujet ont été mentionnées plus haut

 

- Cela empêche les péchés d'être pardonnés. la preuve à ce sujet a été mentionné plus haut.

 

- Boycotter autrui, c'est suivre les pas de Satan. Or Allah nous a interdit de suivre ses pas.

 

Il a ainsi dit (traduction rapprochée) : 

 

"ne suivez point les pas du diable car il est vraiment pour vous, un ennemi déclaré." (Al baqara V168)

 

Satan n'ordonne pas de faire le bien mais plutôt de faire le mal et de commettre des turpitudes.

Il s'efforce de semer la mésentente entre les gens, comme le rapporte Muslim d'après Jabir:

le Prophète salallahou 'alaihy wa sallam a dit: "Satan n'entretient plus l'espoir de se voir adorer les musulmans fidèles à la prière. En revanche, il espère encore pouvoir semer la mésentente entre eux." 

 

Boycotter son frère sans raison valable est donc une tentation satanique.

 

- Boycotter autrui engendre la violation des liens de parenté dans le cas où la personne concernée est un proche parents.

 

Or violer les liens de parenté est un péché capital.

 

Allah dit (traduction rapprochée) :

 

"si vous vous détournez, ne risquez vous pas de semer la corruption sur terre et de rompre vos liens de parente? ce sont ceux la qu'allah a maudits, a rendus sourds et aveugles." (Muhammad V 22 23)

 

- Boycotter autrui engendre l'altération de l'état du coeur.

 

Certains pieux serviteurs d'Allah ont dit (traduction rapprochée) :

 

"Et ne mets dans nos coeurs aucune rancoeur envers les croyants. Seigneur, Tu es Compatissant et Très Miséricordieux."(Al Hashr- V10)

 

Source: conseils aux femmes musulmans

 

Cheikha Umm ‘Abdillah Al-Wadi’iya - الشيخة أم عبد الله الوادعية

Partager cet article

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 > >>