La définition de la `aqîqa

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La définition de la `aqîqa

Question :

 

Quelle est la définition exacte de la `Aqîqa ?

 

Est-il détesté de l’appeler `Aqîqa ?

 

Réponse :

 

Louange à Allâh, Maître des Mondes; et paix et salut sur celui qu'Allâh عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection. Ceci dit :

 

La `Aqîqa ou Nassîka est le nom que l’on donne à la bête qu’on immole à l’occasion d’une naissance, le 7e jour.

 

Cette définition est usitée pour celui qui considère licite le fait de procéder à la Nassîka avec une autre bête que les ovins et les caprins parmi les quatre espèces connues, comme les bovins et les chameaux, et cela conformément au consensus des savants tel que rapporté par Ibn `Abd Al-Barr رحمه الله selon qui, la `Aqîqa n’est valable que parmi les quatre espèces de bêtes à sacrifier pour l’Aïd ou l’offrande du pélerin (ovins, caprins, bovins, et chameaux), à l’exception de certains avis de savants dont la divergence n’est pas prise en compte.

 

Concernant ce qu’a dit Mâlik رحمه الله :

 

«La `Aqîqa est permise même fût-ce avec un oiseau»

 

Il n’a dit cela que pour exprimer l’exagération dans le strict minimum, car il a dit aussi :

 

«La `Aqîqa est au même niveau que l’offrande [du pèlerin] et les bêtes égorgées à l’occasion de l’Aïd.»

 

Il est connu qu’il n’est permis pour effectuer l’offrande [du pèlerin] et les bêtes égorgées à l’occasion de l’Aïd que les quatre espèces (ovins, caprins, bovins, et chameaux) (1).

 

Quant à celui qui a limité la permission du sacrifice de la `Aqîqa uniquement aux bêtes ovines ou caprines, il a défini celle-ci (la `Aqîqa) comme étant :

 

«La bête ovine ou caprine immolée au 7e jour du nouveau-né».

 

Cela dit, le sens étymologique du mot arabe «`Aqîqa» renvoie au poil avec lequel tout nouveau-né vient au monde soit parmi les hommes ou les animaux.

 

Plus tard, les Arabes ont appelé la bête à immoler au moment de la coupe des cheveux du nouveau-né «`Aqîqa» conformément à leur coutume de nommer la chose selon sa cause ou ce qui s’en rapproche.

 

Quant à la deuxième partie de la question (Est-il détesté de l’appeler `Aqîqa ?), il y a des avis qui considèrent comme détesté de l’appeler ainsi, car le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم détestait l’ingratitude (2), ils l’appellent plutôt la Nassîka.

 

D’autres avis affirment qu’il est permis de l’appeler ainsi sans que cela soit détesté car le mot «`Aqîqa» est cité dans plusieurs hadiths du Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم, comme rapporté par Salmân Ibn `Âmir Adh-Dhabbî رضي الله عنه, lorsque le Messager d’Allâh صلَّى الله عليه وسلَّم avait dit, par exemple :

 

«Pour l’enfant une `Aqîqa ; coulez pour lui du sang (c’est-à-dire sacrifiez) et repoussez de lui le mal.» (3)

 

Selon Samura رضي الله عنه, le Messager d’Allâh صلَّى الله عليه وسلَّم a dit :

 

«Chaque enfant est lié à sa `Aqîqa qui sera immolée le 7e jour où on lui rasera les cheveux et on lui donnera un nom.» (4)

 

`Â'icha رضي الله عنها a dit :

 

«Le Messager d’Allâh صلَّى الله عليه وسلَّم nous a ordonnés de faire la `Aqîqa : immoler une bête ovine ou caprine pour la fille et deux pour le garçon.» (5)

 

Le terme Nassîka est, également, cité en plusieurs endroits des hadiths, par exemple lorsque le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم a dit :

 

«Celui chez qui naît un nouveau-né et aimerait faire une Nassîka pour lui, qu’il le fasse.» (6)

 

Ce qui est semblable à cela il y a le fait d’appeler Al-`Ichâ' par `Atama..

 

Ce qui ressort de plus plausible dans cette question est qu’il est préférable de l’appeler la Nassîka de crainte d’abandonner cette appellation en plus du fait que le terme `Aqîqa a, (dans la langue arabe), un certain rapprochement (phonétique) avec l’ingratitude.

 

Certes, l’appeler ainsi s’oppose à ce qui est prioritaire.

 

Cela veut dire qu’il est permis de lui donner ce nom à condition de ne pas délaisser l’appellation religieuse qu’est la Nassîka, même si elle est appelée `Aqîqa, comme on dit aussi pour la salât d’Al-`Ichâ' au lieu de `Atama, et il n’y a aucun mal en cela.

 

En fait, ce qui est détestable c’est l’abandon de son nom juridique.

 

Le savoir parfait appartient à Allâh عزّ وجلّ, et notre dernière invocation est qu’Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que paix et salut soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

 

(1) Al-Istidhkâr d’Ibn `Abd Al-Barr (5/ 320-321).

(2) Dans un hadith, le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم avait dit : «Je déteste l’ingratitude», rapporté par Abû Dâwûd (2842) ; An-Nassâ'î (4212) et Ahmad (6783), d’après `Amr Ibn Chu`ayb d’après son père d’après son grand-père رضي الله عنه. Ce hadith est considéré comme Sahîh par Ahmad Châkir dans son authentification du Musnad d’Ahmad (11/ 65) ; par Al-Albânî dans As-Sahîha (4/ 1655) et Sahîh Al-Jâmi` As-Saghîr (1849), Michkât Al-Massâbîh (2/ 4156).

(3) Rapporté par Al-Bûkhârî (5471) ; Abû Dâwûd (2839) ; At-Tirmidhî (1515) ; An-Nassâ'î (4214) et Ibn Mâja (3164) et Ahmad (15796) d’après Salmân Ibn `Âmir Adh-Dhabbî رضي الله عنه.

(4) Rapporté par Abû Dâwûd (2838) ; At-Tirmidhî (1522) ; An-Nassâ'î (4220) ; Ibn Mâja (3165) ; Al-Hâkim (7587) et Ahmad (19676) d’après Samura Ibn Jundub رضي الله عنه. Ibn Hajar dans Fat’h Al-Bârî (9/ 507) a dit au sujet de ce hadith : «Ses rapporteurs sont de confiance.» Authentifié par Ibn Al-Mulaqqin dans Al-Badr Al-Munîr (9/ 333) et Al-Albânî dans Sahîh Al-Jâmi` (4184).

(5) Rapporté par At-Tirmidhî (1513) ; Ibn Mâja (3163) et Ahmad (24722) d’après `Â'icha رضي الله عنها, hadith authentifié par Ibn Al-Mulaqqin dans Al-Badr Al-Munîr (9/ 333) et Al-Albânî dans Al-Irwâ' (1166) et As-Sahîha (6/ 2720).

(6) Rapporté par Abû Dâwûd (2842) ; Al-Hâkim (7592) ; Ahmad (6783) et Al-Bayhaqî (19676) d’après `Amr Ibn Chu`ayb d’après son père d’après son grand-père رضي الله عنه. Ce hadith est considéré fort par Ibn Hajar dans Fat’h Al-Bârî (11/ 3) et authentifié par Al-Albânî dans Sahîh Al-Jâmi` As-Saghîr (7630), Al-Michqât (2/ 4156) et considéré comme Sahîh dans As-Sahîha (4/ 213).

 

Fatwa n° : 329                                                                                                 

Catégorie : fatwas relatif à la `Aqîqa

 Traduit et publié par ferkous.com

 

في تعريف العقيقة

السؤال : ما هو التعريفُ الصحيحُ للعقيقة؟ وهل يُكْرَهُ تسميتُها بالعقيقة؟ وجزاكم الله خيرًا

الجواب : الحمدُ لله ربِّ العالمين، والصلاة والسلام على مَنْ أرسله اللهُ رحمةً للعالمين، وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدِّين، أمَّا بعد
فالعقيقةُ أو النسيكةُ: اسْمٌ لِما يُذْبَح عن المولود، أو هي: الذبيحةُ التي تُذْبَح عن المولودِ يومَ سابِعِه. وهذا التعريفُ إنَّما هو جارٍ على مَن يُجيزُ النسيكةَ بغيرِ الشاة مِن الأصناف الثمانية كالبقر والجَزور، عملًا بالإجماع الذي نَقَله ابنُ عبد البرِّ ـ رحمه الله تعالى ـ عن العلماء أنَّه لا يجوز في العقيقةِ إلَّا ما يجوز في الضحايا مِن الأزواج الثمانية، إلَّا مَن شذَّ مِمَّن لا يُعْتَدُّ بخلافه.
أمَّا قولُ مالكٍ ـ رحمه الله ـ

«تُسْتحَبُّ العقيقةُ ولو بعصفورٍ»

فإنَّه خَرَجَ مَخْرَجَ التقليلِ والمبالَغةِ لقوله ـ رحمه الله

«العقيقةُ بمنزلةِ النُّسُك والضحايا»

، ولا يخفى أنَّه لا يجوز في النُّسُك والضحايا إلَّا الأنعامُ وهي الأصنافُ الثمانية(١).
أمَّا مَن قَصَرَ إجزاءَ العقيقةِ في الشاة(٢) دون غيرِها، فقَدْ عرَّف العقيقةَ بأنَّها

«الشاةُ التي تُذْبَح عن المولودِ يومَ سابِعِه»

هذا، والأصلُ في معناها اللغويِّ هو الشَّعرُ الذي يُولَدُ عليه كُلُّ مولودٍ مِن الناس والبهائم، ثمَّ أَسْمَتِ العربُ الذبيحةَ عند حَلْقِ شعرِ المولود عقيقةً على عادتهم في تسميةِ الشيء بسببه أو ما يُجاوِره.
أمَّا الجزئية الثانية مِن السؤال وهي: هل يُكْرَه تسميتُها بالعقيقة؟ ففيه مَن يرى كراهةَ تسميتها بالعقيقة لكراهةِ النبيِّ صلَّى الله عليه وسلَّم للعُقوق(٣)، وإنَّما تُسمَّى عندهم بالنسيكة، وذَهَبَ آخَرون إلى أنه يُباح تسميتُها بذلك مِن غيرِ كراهةٍ لورودِ لفظِ العقيقة في أحاديثَ متعدِّدةٍ منها: قولُه صلَّى الله عليه وسلَّم مِن حديثِ سلمانَ بنِ عامرٍ الضبِّيِّ رضي الله عنه

«مَعَ الغُلَامِ عَقِيقَةٌ؛ فَأَهْرِيقُوا عَنْهُ دَمًا، وَأَمِيطُوا عَنْهُ الأَذَى»

(٤)

، وعن سَمُرَةَ رضي الله عنه ـ أيضًا ـ قال: قَالَ رَسُولُ اللهِ صلَّى الله عليه وسلَّم

«كُلُّ غُلَامٍ مُرْتَهَنٌ بِعَقِيقَتِهِ، تُذْبَحُ عَنْهُ يَوْمَ السَّابِعِ، وَيُحْلَقُ رَأْسُهُ، وَيُسَمَّى»

(٥)

، وعن عائشة رضي الله عنها قالت

«أَمَرَنَا رَسُولُ اللهِ صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ أَنْ نَعُقَّ عَنِ الجَارِيَةِ شَاةً وَعَنِ الغُلَامِ شَاتَيْنِ»

(٦)

كما ورَدَتْ لفظةُ النسيكة في مَواضِعَ أخرى مِن الأحاديث منها: قولُه صلَّى الله عليه وسلَّم

«مَنْ وُلِدَ لَهُ وَلَدٌ فَأَحَبَّ أَنْ يَنْسُكَ عَنْهُ فَلْيَنْسُكْ»

(٧)

 ونظيرُ ذلك تسميةُ العشاء بالعَتَمة
والراجحُ الصحيحُ في هذه المسألةِ أنَّ الأَوْلَى تسميتُها بالنسيكة خَشْيَةَ هَجْرِ هذا الاسْمِ، ولِمَا في العقيقة مِن الإشعار بالعقوق؛ فالتسميةُ بها خلافُ الأَوْلَى، بمعنى أنَّه يجوز تسميتُها بالعقيقة، لكِنْ شريطةَ أَنْ لا يُهْجَرَ الاسْمُ الشرعيُّ لها وهو النسيكة، وإنْ أُطْلِق عليها اسْمُ العقيقةِ كما هو الشأنُ في تسميةِ العشاء بالعَتَمةِ فلا يضرُّ ذلك، وإنَّما الكراهةُ في هَجْرِ الاسْمِ الشرعيِّ لها.
والعلمُ عند الله تعالى، وآخِرُ دعوانا أنِ الحمدُ لله ربِّ العالمين، وصلَّى الله على محمَّدٍ وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدِّين، وسلَّم تسليمًا

(١) «الاستذكار» لابن عبد البرِّ (٥/ ٣٢٠، ٣٢١
٢) ويدخل فيها الضأنُ والمعز دون البقر والإبل، قال الأصمعيُّ في «الشاء» (٥٣): «باب أسماءِ أولادها: فإذا وَلَدَتْ فوَلَدُها سَخْلَةٌ، والجميع سِخَالٌ؛ فإِنْ كان ولَدُ الشاةِ مِن المعز ذَكَرًا فهو جَدْيٌ، وإِنْ كانَتْ أنثى فهي عَنَاقٌ؛ فإن كانَتْ ضائنةً وكان ولَدُها ذَكَرًا فهو حَمَلٌ، وإِنْ كانَتْ أنثى فهي رخلٌ». وانظر الفتوى رقم: (٥٨١) الموسومة ﺑ: «في حكم العقيقة بغير الشاة»
٣) كما في قوله صلَّى الله عليه وسلَّم: «لَا أُحِبُّ العُقُوقَ»: أخرجه أبو داود في «الضحايا» بابٌ في العقيقة (٢٨٤٢)، والنسائيُّ في «العقيقة» (٤٢١٢)، وأحمد (٦٨٢٢)، مِن حديث عمرو بنِ شعيبٍ عن أبيه عن جدِّه رضي الله عنه. والحديث صحَّحه أحمد شاكر في تحقيقه ﻟ «مسند أحمد» (١١/ ٦٥)، والألبانيُّ في «السلسلة الصحيحة» (٤/ ٢١٣) رقم: (١٦٥٥) و«صحيح الجامع الصغير» (١٨٤٩) و«مشكاة المصابيح» (٢/ ١٢٠٨) رقم: (٤١٥٦).
٤) أخرجه البخاريُّ في «العقيقة» بابُ إماطة الأذى عن الصبيِّ في العقيقة (٥٤٧١) مِن حديث سلمانَ بنِ عامرٍ الضبِّيِّ رضي الله عنه
٥) أخرجه أبو داود في «الضحايا» بابٌ في العقيقة (٢٨٣٨)، والترمذيُّ في «الأضاحي» بابٌ مِن العقيقة (١٥٢٢)، والنسائيُّ في «العقيقة» باب: متى يُعَقُّ؟ (٤٢٢٠)، وابنُ ماجه في «الذبائح» بابُ العقيقة (٣١٦٥)، مِن حديث سَمُرَة ابنِ جندبٍ رضي الله عنه. والحديث قال عنه ابنُ حجرٍ في «فتح الباري» (٩/ ٥٩٣): «رجالُه ثِقاتٌ»، وصحَّحه ابنُ الملقِّن في «البدر المنير» (٩/ ٣٣٣)، والألبانيُّ في «صحيح الجامع» (٤١٨٤)
٦) أخرجه الترمذيُّ في «الأضاحي» بابُ ما جاء في العقيقة (١٥١٣)، وابنُ ماجه في «الذبائح» بابُ العقيقة (٣١٦٣)، وأحمد في «المسند» (٢٥٢٥٠)، مِن حديث عائشة رضي الله عنها. والحديث صحَّحه ابنُ الملقِّن في «البدر المنير» (٩/ ٣٣٣)، والألبانيُّ في «الإرواء» (١١٦٦) و«السلسلة الصحيحة» (٦/ ٤٨٩) رقم: (٢٧٢٠)
٧) أخرجه أبو داود في «الضحايا» بابٌ في العقيقة (٢٨٤٢)، والنسائيُّ في «العقيقة» (٤٢١٢)، مِن حديث عمرو بنِ شعيبٍ عن أبيه عن جدِّه رضي الله عنه. والحديث قوَّاه ابنُ حجرٍ في «فتح الباري» (٩/ ٥٨٨)، وصحَّحه الألبانيُّ في «صحيح الجامع الصغير» (٧٦٣٠) وفي «المشكاة» (٢/ ٤١٥٦)، وحسَّنه في «السلسلة الصحيحة» (٤/ ٢١٣)

الفتوى رقم: ٣٢٩
الصنف: فتاوى الأشربة والأطعمة - العقيقة

الفتوى رقم: ٣٢٩
الصنف: فتاوى الأشربة والأطعمة - العقيقة

Cheikh Abou Abdil-Mou'iz Mouhammad 'Ali Farkouss - الشيخ أبي عبد المعزّ محمد علي فركوس

Partager cet article

Safran, l'or rouge (زعفران)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Safran, l'or rouge (زعفران)

Connu depuis l'Antiquité comme remède à tous les maux, le safran sans être un médicament universel n'en reste pas moins une solution naturelle pour quelques problèmes de santé de notre temps.

 

En orient, le safran était couramment employé pour lutter contre la dépression légère à modérée, il avait la réputation d'apporter gaieté et sagesse.

 

De part ce fait, on lui confère des qualités d’aphrodisiaque féminin.

 

Elle serait l'un des végétaux les plus riches en riboflavine, c'est-à-dire en vitamine B12. Elle renferme à la fois l'huile essentielle, le safranal, et des crocétines, qui sont des caroténoïdes, soit de la pro-vitamine A.

 

On utilise toujours le pouvoir tinctorial du safran pour colorer en jaune d’or certains tissus comme les robes des bouddhistes, les voiles des mariées dans certains pays du Maghreb, surtout dans les tapis puisqu’il aurait aussi un pouvoir antimite…

 

Le fameux blond vénitien des femmes de la renaissance italienne, était obtenu en s'enduisant les cheveux d'un mélange de Safran et de citron, puis en s'exposant au soleil.

vbn,

Bienfaits

 

-contre la dépression légère à modérée

-apporter gaieté et sagesse

-aphrodisiaque féminin

-stimulant de la digestion

-possède une activité sédative

-agir sur le système nerveux : il serait à la fois analgésique et tonique

-plante comme stomachique(bon pour l'estomac)

-dans la médecine chinoise, on s'en sert comme calmant pour les crampes et l'asthme, il est aussi utilisé pour traiter les hématomes

-ralentir le rythme cardiaque

-abaisser la pression artérielle

-stimuler la respiration

-facilite la digestion

-soulage le foi

-fluidifiant du sang

 

vbn,

Remèdes

 

-Au Maroc, il entre dans la composition de remèdes de grand-mères qui soignent encore les nourrissons à l'arrivée des premières dents, en massant les gencives (usage externe: analgésique de la muqueuse gingivale.) des bébés avec une bague en or enduite de miel et de safran, une lotion naturellement antiseptique.

En France, le célèbre "sirop delabarre" adopta la même recette. 

Les grand-mères apaisaient également les règles douloureuses des jeunes filles en leur donnant du thé ou du lait chaud au safran...

 

-Les pigments jouent un rôle de stimulant digestif (aux doses de 0.5 gramme par litre d'eau)

 

-En tisane: apaise la toux et soulage du rhume. Le bon dosage pour la tisane : 0.5g par litre d’eau.

 

-En massage: Il soulage la douleur, notamment celle des gencives.

On l’utilise en poudre pur ou mélangé à du miel, pour une application directe dans la bouche, ou bien mélangé à de la la glycérine pour dénouer les zones de tension du corps.

 

-En bouillon: Il stimule la digestion( le bon dosage: 0.5 g par litre)

 

-En comprimé: les laboratoires utilisent un extrait de la partie supérieure du pistil, qui agit sur les neuromédiateurs comme un antidépresseur naturel.

Où le trouver ? Au naturel (Filaments ou poudre) chez les producteurs-récoltants.

 

vbn,

Contre-indication

 

Consommé à très fortes doses, le safran peut devenir dangereux (> à 10g en une seule prise), il s'agit d'une hypothèse exceptionnelle car le dosage habituel est de 0.01 à 0.02 gramme par personne.

 

copié de hijama-specialiste.fr

Partager cet article

La mort des savants

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La mort des savants

La louange est à Allah, le Seigneur des Mondes, et puisse-t-Il louer et envoyer la paix sur Son serviteur et Messager, notre Prophète Muhammad, sur sa famille et tous ses Compagnons.

 

Quant à ce qui suit:

 

Nous nous souvenons de la parole du messager d'Allah صلى الله عليه وسلم dans le hadith dont l'authenticité est unanime, rapporté par 'Abdullah ibn' Amr ibn al-As, qu'Allah soit satisfait des deux, que le Messager صلى الله عليه وسلم a dit: 

 

"En vérité, Allah n'enlève pas la science en l'arrachant, l'arrachant du cœur des hommes, mais il enlève la science par la mort des savants." 

 

Ce noble hadith montre l'importance de la science et de la grandeur du rang des savants, et que leur perte et leur éloignement (par la mort) n'est rien d'autre qu'un enlèvement de la science, et qu'Allah, le Puissant et le Majestueux, ne l'enlève pas du cœur des hommes, par laquellle une personne l'a posséderait et puis alors deviendrai une personne qui ne la possède plus, mais il l'enlève par la mort des savants, et il a dit, صلى الله عليه وسلم :

 

"Et en effet, les savants sont les héritiers des prophètes. Et en vérité, les prophètes ne laissent pas un dinar ou un dirham en héritage, mais ils laissent derrière eux la science. Donc, quiconque s'en empare, a acquis une part énorme."

 

C'est le rang des savants, et c'est l'état des savants que le Messager choisi صلى الله عليه وسلم a décrit comme étant les héritiers des prophètes.

 

Et comment cela est un excellent héritage, la science bénéfique : la science légifére tirée du Livre d'Allah, le Puissant et le Majestueux, et la Sunna de Son Messager صلى الله عليه وسلم, parce que c'est la vraie science, celle du Livre et de la Sunna.

 

Et comme cela est connu et mentionné dans les paroles de certains des gens de science : la mort des savants est un vide dans la religion et une perte pour les musulmans quand ces savants à qui ils se référent, de qui ils bénéficient, qui les dirigent et leur donnent de la perspicacité et les éclairent, en effet, c'est une perte énorme pour les gens.

 

Et parmi cela ce qui a eu lieu dans les derniers jours de la mort du remarquable savant, l'autorité illustre du Hadith, al ’Allamah : 

 

le cheikh Muhammad Naasir Din al-Albani, qu'Allah lui fasse miséricorde et lui pardonne.

 

Il était, en vérité, un savant magnifique et une célèbre autorité dans le hadith, qui a fait d'énormes efforts au service de la Sunna et dans la protection des Hadith du messager d'Allah صلى الله عليه وسلم, dans la clarification des sources de ces hadiths et les livres qui les mentionnent et la clarification de leur classement en termes d'authenticité et de faiblesse.

 

Parmi ces livres auquels Cheikh al-Albani a accordé une attention considérable, est le livre même que nous étudions (Cheikh al "abbad enseigne dans la Mosquée du Prophète), le Sunan d'Abu Dawud, car il a dépensé un grand effort sur lui et d'autres, en consacrant son attention à la mention de ce qu'il a déclaré être authentique et faible. 

 

Ainsi, ses efforts sont énormes, et son service pour la sunna s'est distingué et l'étudiant en science ne peut pas agir sans se référer à ses livres et à ses œuvres, car en vérité il y a une abondance de bien, et de la science à profusion.

 

La mort d'un savant comme celui là est en réalité une perte et une calamité pour les musulmans, et nous demandons à Allah, le Puissant et le Majestueux à qui appartient ce qu'Il a pris et ce qu'il a donné, de remplacer cette perte avec un bien pour les musulmans, et de leur accorder le succès pour atteindre ce dans quoi se trouve leur bien-être et leur bonheur, et qu'il facilite aux étudiants en science pour qu'ils accordent l'attention voulue pour atteindre, rechercher, et se familiariser avec elle (la science), en effet, Lui, l'Unique, exempt de tous les défauts et le Très-Haut, est le Généreux.

 

Et comme on le sait, ses livres sont excellents et renommés, et la plupart des bibliothèques ne sont pas dépourvues d'entre eux ou certains d'entre eux, car ils sont des dizaines, certains grands, d'autres petits et un peu de taille moyenne.

 

En bref, la mort d'un tel savant, qu'Allah lui fasse miséricorde, est une grande perte pour les musulmans, nous demandons à Allah, le Puissant et le Majestueux, de le remplacer avec le bien pour eux, et qu'Il facilite les étudiants en science d'acquérir la science et l'action bénéfique sur cette science, en effet, Lui, l'exempt de tout défaut et le Très-Haut, est le Généreux.

 

Et même si il, qu'Allah lui fasse miséricorde, a eu quelques avis que nous considérons comme étant des erreurs, elles sont cependant une vague dans la mer, ou dans les mers, par rapport à ce qu'il a eu de juste et sont submergés par le bien et le bénéfice qu'il a apporté aux musulmans en servant la Sunna d'al-Mustafaa, صلى الله عليه وسلم.    

 

Nous considérons que les questions qui émanaient de lui comme étant des erreurs dans lesquelles il s'efforçait de parvenir à un jugement légiféré et ainsi il sera récompensé pour son ijtihad, mais que cela ne fait pas de lui une personne rabaissée ou une diminution légère de sa vaste science, de sa science abondante, de son service exceptionnel, de son énorme bénéfice, car il, en vérité, est parmi des savants incomparables de cette époque et parmi ceux qui ont fait de gros efforts au service de la Sunna du Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم.

 

Dans la première moitié de cette année, 1420 AH [1999 CE], les musulmans ont perdu un grand savant, un savant Rabbaani, nous le considérons comme tel, basé sur ce qui est évident pour nous et nous confions la réalité de sa situation et sa fin à Allah , et ce savant, qu'était son Excellence, le cheikh, l'érudit 'Abdul Aziz ibn Baz, qu'Allah lui fasse miséricorde, et dans le deuxième trimestre de la même année, ce grand savant, le célèbre mouhaddith, le cheikh Muhammad Naasir Din al-Albani est décédé, puisse Allah, le Puissant et le Majestueux, avoir pitié de lui. 

 

Et entre la date de leurs deux morts, le cheikh Atiyyah Muhammad Salim, qu'Allah lui fasse miséricorde, qui avait l'habitude d'enseigner dans la mosquée du Prophète, est décédé. 

 

Donc, nous avons perdu ces trois savants et nous demandons à Allah, le Puissant et le Majestueux, de leur pardonner à tous, de laisser leurs péchés et d'élever leurs rangs.

 

En effet, ces deux savants, à notre avis, sont des grands savants, spécialistes, et investis qui avaient un intérêt supérieur et une détermination résolue au service de la Sunna et une abondance de bien entre leurs mains, un avantage énorme est parvenu à l'Islam et aux musulmans par eux, donc Puisse Allah, le Puissant et le Majestueux, les récompenser avec la meilleure récompense, leur pardonner, délaisser leurs péchés, et sceller tous nos morts avec une fin heureuse, en effet Lui, l'exempt de tout défaut et le Très-Haut , et le Généreux...

 

tiré du magazine, Al-Asaalah, numéro 23, page 13-14.

suite à la mort de cheikh Muhammad Naasir Din al-Albani

Publié par minhaj sunna

 

Cheikh ‘Abdel Mouhsin Ibn Hamed Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبدالمحسن بن حمد العبَّاد البدر

Partager cet article

La différence entre «chercher refuge» et «prendre refuge»

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La différence entre «chercher refuge» et «prendre refuge»

L'Imam Ibn Al-Qayyim رحمه الله :

 

"Sa signification essentielle est de fuir ce que vous craignez qui vous fera du mal vers ce qui vous préservera de cela"

 

Le sens de a'oudhu (أعوذ) est la suivante:

 

"Je me réfugie, je me protége et je prend des précautions."

 

Par ailleurs, Ibn Al-Qayyim a expliqué la différence entre la recherche de refuge (أستعيذ - asta'idhu) et de prendre refuge (أعوذ - a'oudhu):

 

Si on lui demande: Quand on reçoit l'ordre de se réfugier auprès d'Allah, pourquoi la forme de l'ordre porte un « sin » et un « ta »? 

 

Par exemple, dans Sa parole :

فَٱسۡتَعِذۡ بِٱللَّهِ مِنَ ٱلشَّيۡطَـٰنِ ٱلرَّجِيمِ

 

"Cherchez refuge auprès d'Allah contre Sheitan, le maudit." (An-Nahl, verset 98) 

 

Et pourtant on dit: Je prends refuge (a'oodhu) et «Je me suis réfugié» (ta'awwadhtu) sans y inclure le «sin» et le «ta»?

 

La réponse est : Le «sin» et le «ta» sont grammaticalement utilisé pour désigner quelque chose qu'une personne recherche . 

 

Par conséquent :

 

-Quand on dit: "أستعيذ - Asta'idhu" auprès d'Allah, il dit : "Je cherche refuge auprès de Lui. "

 

-Quand il dit: "أستغفر الله - Astaghfirullaah" il dit : "je cherche le pardon d'Allah."

 

Toutefois, lorsque la personne dit : "Je prends refuge (a'oudhu) auprès d'Allah", il met effectivement en œuvre et réalise ce qu'il cherche, parce qu'il a cherché refuge et protection auprès d'Allah.

 

Il y a une nette différence entre réellement "prendre refuge" et "chercher refuge". 

 

Par conséquent, parce que celui qui prend refuge, a recours effectivement à Allah, et se tenant fermement à Lui, il dit le verbe qui désigne cela plutot que de dire le verbe qui indique qu'il cherche seulement cela.

 

L'inverse est vrai pour la parole :

 

"أستغفر الله - Astaghfirullaah" (Je cherche le pardon d'Allah), car dans ce cas, la personne demande à Allah de lui pardonner.

 

Par conséquent, quand il dit: "Astaghfirullaah", il met en œuvre ce qu'il désire parce que le sens de cette parole est : "je demande à Allah qu'Il me pardonne. "

 

C'est alors la meilleure façon de chercher refuge, et c'est pour cette raison que le Prophète paix et bénédiction d'Allah sur lui disait : 

 

"Je me réfugie auprès d'Allah contre Satan le maudit" et "Je prends refuge auprès des parfaites paroles d'Allah " et "Je prends refuge auprès de la force et la puissance d'Allah" disant: 

 

"أعوذ - a'oudhu" plutôt que "أستعيذ - asta’idhu" , c'est ce qu'Allah lui a appris à dire avec ses mots (traduction rapprochée) :

 

"Dis: Je prends refuge auprès du Seigneur de l'aube" (Al-Falaq, verset 1)

 

"Dis: Je prends refuge auprès du Seigneur des hommes" (An-Nas, verset 1)

 

Employant le mot "أعوذ - a'oudhu" plutôt que "أستعيذ - asta'idhu."

 

L'imam Ibn Al-Qayyim rahimouhou Allah dans Bada`i al-Fawa`id vol 1, page 439-441, et dans son Tafsir, page 538-541

copié de twitter.com/Minhajsunna
 

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Partager cet article

Embrasser le mort

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Embrasser le mort

Question :

 

Est-t-il permis d'embrasser une personne morte ?

 

Réponse :

 

Il n'y a pas de mal à embrasser une personne décédée, si celui qui l'embrasse fait partie des Mahârim du mort homme ou femme comme l'a fait `Abou Bakr As-Siddîq (Qu'Allah soit satisfait de lui) lorsqu'il a embrassé le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) à sa mort. 

 

Fatwa tirée du recueil de fatwa : Tome 13, page 102.

 Publié par salat-janaza.com

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

«Tu m'as rendu heureuse, puisse Allah te rendre heureuse»

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

«Tu m'as rendu heureuse, puisse Allah te rendre heureuse»

Il est rapporté que 'Aisha رضي الله عنها a dit:

 

"Umm Habibah رضي الله عنها m'a appelé sur son lit de mort et a dit : 

 

"Il y a eu entre nous le genre de choses qui se passent entre co-épouses (الضرائر  - al-Dara` ir), donc puisse Allah me pardonner et toi ces choses. "

 

'Aisha رضي الله عنها :

 

"J'ai dit, qu'Allah te pardonne toutes ces choses et te libérer de toute responsabilité pour cela."

 

Elle répondit رضي الله عنها 

 

"tu m'as rendu heureuse, puisse Allah te rendre heureuse."

 

Et elle envoya chercher Umm Salamah رضي الله عنها et lui dit les mêmes choses. "

 

L'imam Al-Dhahabî rahimuohou Allah dans Siyar A'lam Al-`Nubalâ Vol. 2 Page 223

 Publié par 3ilmchar3i.net

Partager cet article

La prière à voix haute pour la femme

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La prière à voix haute pour la femme

Question :

 

Lors des prières à voix haute, la femme doit elle réciter à voix haute ou à voix basse ?

 

Réponse de Cheikh Salih Al Fawzan :

 

Il est recommandé à la femme de prier à haute voix ; qu'il s'agisse d'une prière obligatoire ou d'une prière surérogatoire, pourvu qu'elle ne soit pas entendue par un homme pouvant être tenté par sa voix.

 

La femme peut prier à haute voix si elle se trouve dans un endroit où aucun étranger ne l'entend et si elle accomplit une prière de nuit, sauf si elle risque de déranger d'autres prieurs.

 

Quand elle accomplit une prière du jour, elle le fait à voix basse parce que cette prière doit se faire ainsi et que l'élévation de la voix dans une telle prière n'est pas recommandée parce que contraire à la Sounnah.

 

Fatâwa al-mar'â al-muslimah - Sheikh Sâlih al-Fawzân , p.322

bugvu

Réponse de Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn Bâz :

 

L'imam des femmes doit se mettre au milieu du premier rang, et elle lit à haute voix pour les prières à haute voix.

 

Fatawa al-mar'a al-muslima, p.141 shaikh ibn Baz 

bugvu

Réponse de Cheikh Nacer-dine Al-Albany :

 

Tout ce qui a été mentionné dans la description de la prière du prophète s'applique aussi bien aux hommes qu'aux femmes, car il n'y a rien dans la Sunna qui montre l'exception de la femme dans toutes ces descriptions.

 

En fait, la généralité de sa parole :

 

 « Priez comme vous m'avez vu prier »

 

inclut les femmes.

 

copié de el-ilm.net

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Le coeur du coran est la «sourate YâSîn»... hadith fabriqué !

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le coeur du coran est la «sourate YâSîn»... hadith fabriqué !

D'après Anas qui dit que le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : 

 

إن لكل شيء قلبا, وقلب القرآن يس, ومن قرأ يس كتب الله له بقراءتها قراءة القرآن عشر مرات

 

"En effet, tout a un coeur et le coeur de la Coran est : La sourate YâSin.

Quiconque récite YâSîn, alors Allah écrit pour sa récitation qu'il a récité dix fois le Qur'an."

Rapporté dans le Sunan de l'imam At-Tirmidhi, numéro 2887

Cheikh al Albâni l'a rendu inventé (موضوع) dans : Ad-Da'ifah (169) - Da'îf Taghrîb (885) - Da'îf Tirmidhi (2887) - Da'îf Jâmi' (1935) - (تخريج مشكاة المصابيح - (2089

 

As-Suyuti l'a rendu faible (ضعيف) dans : Jâmi' As-Saghîr (2423)

 

Ibn Al 'Arabi l'a rendu faible (ضعيف) dans : (عارضة الأحوذي - (6/35

 

Ibn Kathir dit que le hadith n'est pas authentique et que la chaîne de transmission est faible (لا يصح لضعف إسناده) dans : Tafsir Ibn Kâthir (6/547)

 

-As-San'âni l'a rendu faible (ضعيف) dans : (النوافح العطرة - (76

 

At-Tirmidhi l'a rendu faible (ضعيف) et dit qu'il est étrange dans : Sunan At-Tirmidhi (2887)

 

Voir aussi Ibn Al-Moundhir dans : (الترغيب والترهيب) (2/319)

 

Voir aussi Adh-Dhahâbi dans : Mizân al I3tidal (4/288)

 

Lajnâ Ad-Dâ-Ima Al Ifta' l'a rendu faible dans : Al Majmou' (2/3/141)

 Publié par 3ilmchar3i.net

Partager cet article

La dépression

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La dépression

La dépression constitue un problème préoccupant de santé publique.

 

Selon une enquête réalisée en 2005 par l’Inpes (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé), 8 % des Français de 15 à 75 ans, soit près de 3 millions de personnes, ont vécu une dépression au cours des douze mois précédant l’enquête.

 

Elle atteint plus les femmes que les hommes, à tout âge, et multiplie par 30 le risque de suicide.

 

La dépression est ainsi la première cause de suicide : près de 70 % des personnes qui décèdent par suicide souffraient d’une dépression, le plus souvent non diagnostiquée ou non traitée.

trter

Dépression/déprime/troubles anxieux

 

Pour beaucoup de gens, dépression rime avec « déprime » mais pourtant il s’agit de 2 choses bien différentes.

 

La « déprime » ou « coup de blues » est un sentiment que chacun d’entre nous éprouve dans sa vie lorsqu’il fait face à une situation difficile: maladie, décès, rupture affective, perte d’emploi...

 

Allah nous dit dans le Coran (traduction rapprochée) :

 

« Ainsi faisons-Nous alterner les jours (tantôt bons et tantôt mauvais) parmi les gens » S3V140

 

Cet épisode de « déprime » dure quelques heures voire quelques jours puis l’on se ressaisit.

 

La dépression, ou plus justement, « l’épisode dépressif caractérisé » prend des proportions plus grandes et affecte l’individu d’une manière que seuls ceux qui l’ont vécu peuvent décrire.

 

Les 2 principales caractéristiques sont :

 

-une tristesse intense marquée par des pleurs spontanés et difficilement contrôlables.

Cet état est mêlé à un sentiment d’angoisse et de fatalité que rien n’apaise.

 

-une perte de plaisir et d’intérêt pour des activités qui nous étaient agréables.

Cet état doit durer presque tous les jours durant au moins 15 jours consécutifs avant d’évoquer un épisode dépressif.

 

Il s’accompagne, par ailleurs, de toute une batterie de symptômes qui reflètent un ralentissement général tant physique que psychologique :

 

-une fatigue permanente, même sans avoir fait d’efforts particuliers, que ni le repos ni le sommeil n’atténuent.

 

-la dépression ralentit tous les gestes, il faut donc plus de temps pour accomplir les tâches habituelles. Les mouvements du visage sont diminués, la parole est lente, traînante.

 

-le patient dépressif est hésitant et indécis, les émotions, les pensées et les actions sont comme «engluées » par la maladie.

 

-une perte de confiance en soi et de l’estime de soi-même ce qui explique que la seule volonté ne suffit plus pour avancer.

 

-une culpabilisation excessive avec des idées noires, des pensées de mort et des idées suicidaires.

 

-une perturbation du sommeil: difficulté d’endormissement, réveil précoce avec sentiment de ne pas avoir "terminé sa nuit"

 

-des troubles alimentaires: amaigrissement ou prise de poids significatif (>5% du poids).

 

D’autres symptômes sont également décrits mais pas spécifiques de la dépression.

 

Ces autres signes sont le témoin d’une anxiété et peuvent aussi se voir dans d’autres maladies regroupées sous le nom de troubles anxieux: trouble anxieux généralisé, trouble panique, phobie, obsession, état de stress post traumatique.

 

Dans la population générale âgée de 18 à 65 ans, l’ensemble de ces troubles anxieux a une prévalence sur 12 mois d’environ 15 % ce qui signifie que près de 6 millions de personnes en France rapportent la survenue d’une maladie anxieuse durant l’année précédant ce recensement (données tirées de la Haute autorité de santé, 2007).

 

Ces différentes maladies anxieuses ont la particularité de s’articuler autour d’une source de stress, de peur ou d’angoisse mais il n’y a pas de perte d’énergie, de tristesse intense comme dans la dépression.

 

Cependant ces troubles anxieux peuvent entraîner une dépression s’ils ne sont pas traités.

 

Le diagnostic de trouble anxieux est évoqué lorsque il existe des signes d’anxiété durant plus de 1 an avec un retentissement sur les activités de la vie quotidienne.

 

Parmi ces signes d’anxiété, on note :

 

-des douleurs et courbatures musculaires, secousses cloniques (=petites contractions musculaires non contrôlées, paupières,joues…), grincements des dents, voix mal assurée.

 

-vision brouillée, bouffées de chaleur ou de froid, sensations de faiblesse, sensations de picotements.

 

-palpitations, douleurs dans la poitrine, battement des vaisseaux (cou par exemple).

 

-soupirs, sensations d’étouffement.

 

-sensations de brûlure ou de creux à l’estomac, ballonnement, nausées, vomissements, difficultés pour avaler.

 

-envie d’uriner fréquente, perturbation du cycle menstruel (métrorragies, ménorragies).

 

-bouche sèche, accès de rougeur, pâleur, vertiges, tendance à suer, maux de tête.

 

Cependant, tous ces symptômes peuvent être en rapport avec une pathologie organique (ulcère, hypertension, maladie du rythme cardiaque…), il convient donc de consulter son médecin traitant lorsque ces symptômes sont récidivant et qu’ils ne peuvent s’expliquer par la seule anxiété.

 

Gardons en tête « qu’un train peut en cacher un autre ».

trter

Cas particuliers

 

Certaines situations ainsi que certaines catégories de population présentent des particularités :

 

-la femme enceinte

 

l’épisode dépressif après l’accouchement ne doit pas être confondu avec le baby blues .

 

Ce dernier est un moment de doute passager, facilement surmontable, qui se caractérise par le sentiment d’être débordé, de ne pas comprendre les demandes du bébé.

 

Il se manifeste chez de nombreuses femmes (près de 50%) quelques jours après l’accouchement.

 

L’épisode dépressif du post-partum est, quant à lui, une véritable dépression qui répond à tous les critères de la maladie et qui débute dans le mois qui suit l’accouchement.

 

-en cas de deuil

 

au cours des semaines qui suivent, il est courant de ressentir des symptômes dépressifs liés au deuil.

 

Mais si les symptômes persistent sur une longue période (>2 mois) ou sont très intenses, il est alors nécessaire de consulter son médecin traitant afin de mettre en place un suivi psychologique.

 

-les enfants et les adolescents

 

certains symptômes dépressifs peuvent être spécifiques à ces tranches d’âge.

 

En effet, la dépression peut se manifester à travers des comportements de retrait, d’absence ou, à l’opposé, d’irritabilité, d’agitation, de violence verbale.

 

La dépression peut aussi se manifester par des comportements nuisibles pour la santé : tabac, alcool, drogues, abus de médicaments.

 

-les personnes âgées

 

les symptômes sont similaires mais la reconnaissance de la maladie peut être plus difficile à faire, en raison de la diminution de l’activité physique et parfois intellectuelle.

 

Pourtant, le fait d’être triste ou pessimiste ne doit pas être considéré comme normal lorsque l’on est âgé.

trter

Ses conséquences

 

-Le patient dépressif a parfois recours à des conduites addictives: tabac, cannabis, ecstasy, alcool à travers lesquelles, il cherche à apaiser son anxiété.

 

En plus d’être nuisibles pour la santé et interdites en Islam, je le précise car certains de nos frères et soeurs malades ont recours à ces substances, ces conduites peuvent aussi être un frein à la guérison de par la dépendance qu’elles entraînent.

 

-L’autre conséquence des troubles anxieux et plus particulièrement de la dépression est de provoquer une exclusion sociale.

 

Il devient de plus en plus difficile de côtoyer ses proches: sa famille, ses amis, le monde en générale.

 

Cette mise à l’écart est due à l’impression d’abandon, d’inutilité et de solitude : ces impressions cohabitent avec le sentiment de « ne pas être aimé des autres », « de n’avoir rien à dire qui puisse les intéresser ».

 

Cet isolement est aussi lié à l’incompréhension et parfois à la moquerie que subissent ces patients.

 

Certains ont tendance à minimiser l’impact de ces maladies sur les intéressés: « penses à autre chose, ça passera », « toujours triste celui-là », « il va nous rendre fou à force de rester avec lui », « faut pas en faire toute une histoire »…

 

Ce sont des paroles que j’ai déjà entendu et qui révèle le manque d’empathie (=art de se mettre à la place d’autrui) entre nous.

 

Allah n’a-t-il pas dit (traduction rapprochée) :

 

« Les croyants sont des frères, établissez donc la concorde entre vos frères et craignez Allah afin que l’on vous fasse miséricorde » S49V10

 

-La complication la plus redoutée: la crise suicidaire.

 

« Il s’agit d’une période critique, marquée par un envahissement des émotions, par de grandes difficultés pour se concentrer et par le sentiment profond d’avoir tout essayé et que rien ne marche pour être soulagé.

Le vécu d’impuissance est majeur.

Cette crise suit souvent un processus qui comporte plusieurs étapes: la personne a d’abord des « flashs » (visions brèves qui donnent l’impression de devenir fou), puis des idées de suicide plus ou moins fréquentes et intenses contre lesquelles elle va lutter mais qui peuvent éventuellement l’envahir ; elle risque alors de passer aux stades de l’intention (prise de décision), de la planification (recherche du moyen, du lieu, des circonstances et du moment) et de la mise en œuvre de son suicide. »

 

Cette description de la crise suicidaire a été obtenue par les témoignages de malades dépressifs et recueillis par l’Anpes.

 

A cet effet, un site informatif, complet et ludique a été élaboré afin de sensibiliser sur la dépression et que je vous invite à consulter: www.info-depression.fr

 

Si de telles idées traversent votre esprit, sachez qu’il est urgent d’en parler à un professionnel de santé. Rappelons aussi qu’il est possible de se rendre aux urgences de l’hôpital le plus proche.

trter

Les traitements

 

-L’hygiène de vie

 

La bonne hygiène de vie aide à prévenir la survenue d’un état anxieux ou d’une dépression mais elle permet aussi d’en diminuer les symptômes:

 

- pratiquer une activité physique régulière

- préserver son sommeil

- assurer une alimentation équilibrée et adaptée aux besoins

- s’éloigner de toute conduite addictive: alcool, tabac, cannabis…

 

-La psychothérapie

 

Dans les troubles anxieux et les formes précoces de la dépression, la psychothérapie joue un rôle primordiale.

 

En décortiquant le ou les éléments anxiogènes (=responsables de l’anxiété), par son soutien psychologique, son écoute attentive, ses conseils pratiques mais aussi par des psychothérapies plus structurées: self help (=autogestion du stress), technique de relaxation (respiratoire, gestion des émotions…), thérapie comportementale, le psychothérapeute, bien formé et entraîné, a un rôle essentiel dans le parcours de soin.

 

Parce que la connaissance et la compréhension des particularités culturelles et religieuses des patients sont importants dans la démarche de soin, le psychothérapeute doit naturellement être instruit de ce savoir.

 

Je rappelle que les consultations de psychologues ne sont pas pris en charge par la sécurité sociale.

 

Précisons, enfin, que cette recommandation est exclusivement d’ordre professionnelle et qu’il ne s’agit pas d’une attestation d’honorabilité en matière de dogme religieux.

 

-Les traitements médicamenteux

 

- Le traitement de première intention reste les anti-dépresseurs qui ont un effet anxiolytiques(=anti stress) et surtout stimulent l’humeur.

 

Lorsqu’ils sont prescrits assez tôt dans la maladie +/- associé à une psychothérapie, les résultats sont satisfaisants.

 

Ils ne provoquent pas de dépendance.

 

Leurs effets secondaires: prise de poids, trouble du sommeil, nausée sont tolérables à la condition de maintenir une bonne hygiène de vie.

 

L’autre effet secondaire est le rebond d’anxiété dans les premiers jours de traitement ce qui rend nécessaire un suivi régulier toutes les semaines ou toutes les 2 semaines pendant le premier mois.

 

Le traitement est ensuite réévalué au bout de 6 semaines environs et devra être maintenu 6 mois à 1 an après guérison pour éviter les rechutes.

 

- les anxiolytiques d’action rapide permettent de diminuer les symptômes lorsqu’ils sont envahissant ou de calmer rapidement une crise anxieuse ou une attaque de panique.

 

Les benzodiazépines sont les molécules les plus prescrites.

 

Leur principal effet secondaire est la dépendance qu’ils provoquent.

 

Afin d’y remédier, leur utilisation ne doit pas dépasser 12 semaines et ils doivent être diminués progressivement.

 

On comprend alors que ce traitement n’est pas une solution au long terme mais il doit seulement permettre au malade de suivre son parcours de soin(psychothérapeute, anti-dépresseur) avec plus de sérénité.

 

J’insiste là dessus, beaucoup de personnes ont un usage abusif de ces médicaments, on les voit alors victimes de perte de mémoire, de confusion voire de chute(surtout chez la personne âgée) et surtout ils deviennent dépendants.

 

Lorsqu’une substance provoque une altération de l’esprit et une dépendance, elle devient interdite en Islam.

 

Gardons en tête ce hadith d’Abdullah ibn Omar (qu’Allah soit satisfait de lui) dans le Sahih de Muslim (n°3733), le messager d’Allah (prières et salutations d’Allah sur lui) a dit:

 

« Toute substance enivrante (qui altère l’esprit) est du -khamr- et tout -khamr- est interdit »

 

-La médecine prophétique

 

- Nous pouvons citer le Talbina

 

Il s’agit d’une préparation à base de farine d’orge (idéalement de production traditionnelle), de lait et de miel.

 

A ce sujet, d’après ‘Urwa, Aicha (qu’Allah soit satisfait d’elle) ordonnait la Talbina pour le malade et pour la personne affligée d’un deuil récent.

 

J’ai, disait-elle, entendu le messager d’Allah (prières et salutations d’Allah sur lui) dire ceci :

 

« La Talbîna réconforte le coeur du malade et dissipe un peu le chagrin. »

Sahih al boukhari n°5689, voir également les n°5417 et 5690.

 

Des études scientifiques ont démontré ses bienfaits et sont parues dans de grandes revues comme « the American Journal of Clinical Nutrition » et « Archives of Internal Medicine ».

 

Parmi ceux-ci, il est démontré que la Talbina est une source de tryptophan, c’est un acide aminé qui est à l’origine de la sérotonine.

 

La sérotonine est une substance qui améliore l’humeur, elle est la cible principale des médicaments anti dépresseurs.

 

L’ingrédient principal de la talbina, la farine d’orge d’élaboration artisanale, est sensible à l’humidité et donc présente un haut risque de moisissure, risque d’autant plus élevé que le produit est importé et qu’il n’est pas été soumis à une validation phytosanitaire.

 

Prenez garde donc à vous approvisionner auprès de vendeur peu scrupuleux.

 

Je vous conseille ainsi, la société Mujezat Al Shifa Europe qui travaille en collaboration avec les services phytosanitaires de Roissy ainsi que ses services douaniers.

 

Ses allégations de santé ont, par ailleurs, été élaborées avec l’aide d’un inspecteur de la DGCCRF (direction générale du commerce, de la concurrence et de la répression des fraudes). 

 

- La hijama ou cupping thérapy

 

Est aussi une thérapeutique complémentaire, elle permet de relaxer, d’améliorer le sommeil et d’aider au traitement d’autres symptômes liés à l’anxiété: courbature, mal de tête…

 

L’acupuncture a également été validée dans le traitement complémentaire de la dépression(recommandation de l’Organisation mondiale de la santé) mais elle présente des risques de transmission de maladies par l’utilisation des aiguilles.

 

A ce sujet, une étude publiée dans le « Journal of Biomechanics » en 2005, affirme: « la cupping therapy s’est avérée être une alternative thérapeutique à l’acupuncture en permettant d’utiliser ces mêmes points d’acupuncture avec un avantage majeur qui est l’absence de pénétration de la peau évitant le risque d’une transmission de maladie. »

 

L’autre avantage et non des moindres, il s’agit de la recommandation de notre prophète (prières et salutations d’Allah sur lui) dans le Sahih de Boukhari et de Muslim, d’après Anas (qu’Allah soit satisfait de lui):

 

« Parmi les meilleurs moyens de vous guérir, il y a la Hijama »

 

Sources: Haute autorité de santé(HAS), « troubles anxieux graves », juin 2007

Agence nationale d’accréditation et d’évaluation en santé(Anaes), « Prise en charge d’un épisode dépressif de l’adulte en ambulatoire », mai 2002

Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes), info-dépression.fr

trter

Quelle(s) solution(s) apporte notre foi ?

 

Ce point est crucial, quelle particularité présente le musulman qui lui permet de surmonter ces maladies anxio-dépressives avec plus d’efficacité ?

 

Pense-t-il à y recourir?

 

Pour aborder ce point et afin de clore ce sujet, je vous propose quelques extraits d’un ouvrage exemplaire.

 

Il s’agit d’un livre du cheikh Abdurrazaq al badr, qui figure parmi les savants de Médine, « L’effet des supplications légiférées dans la dissipation des préoccupations mondaines et des inquiétudes sur l’avenir », voici le lien :  أثر الأذكار الشرعية في طرد الهم و الغم

 

Le cheikh explique qu’en arabe, 3 termes sont généralement utilisés pour définir l’anxiété :

 

- الحزن : al houznou, il s’agit de l’anxiété éprouvée en rapport avec un évènement passé.

- الغم : al ghamou, il s’agit de l’anxiété éprouvée pour une situation actuelle, une préoccupation du présent.

- الهم : al hamou, il s’agit de l’anxiété, de l’inquiétude en rapport avec l’avenir.

 

Il explique comment ces sentiments d’incertitude, de tristesse concernant des évènements passé, présent et futur affectent l’individu.

 

Lorsque ces sources d’anxiété atteignent le coeur (c’est à dire qu’elles envahissent son existence), elles affaiblissent l’intéressé puis troublent son humeur.

 

Ce trouble peut ensuite s’étendre et perturber l’ensemble du corps et en premier lieu son visage qui devient dès lors le témoin du mal qui le touche.

 

Il précise que beaucoup de gens s’alarment et s’interrogent lorsqu’ils sont atteints par ces maux cherchant à se traiter.

Pourtant, il n’y a pas de guérison totale et profonde si ce n’est dans le retour véridique vers son Seigneur en lui vouant un culte exclusif, en le glorifiant et en le mentionnant par ses plus beaux noms.

 

Pour expliciter ses propos, il cite un certain nombre de supplications(présentes dans l’ouvrage « Le rappel authentique », recueil de ahadith tirés des ouvrages du cheikh Al-albani, p184-187).

 

Pour éviter d’être trop long, je vais en citer 2, je vous invite à lire le livre pour les autres:

 

-D’après Abu Bakra (qu’Allah soit satisfait de lui), hadith cité dans le sahih de Abou Dawoud (n°5090), le prophète (prières et salutations d’Allah sur lui) a dit:

 

« Celui qui est en situation de détresse qu’il dise: Ô Allah, c’est à ta miséricorde que j’aspire. Ne m’abandonne donc pas à mon sort ne serait-ce le temps d’un clin d’oeil et améliore ma situation de tout point de vue. Nul ne mérite d’être adoré en dehors de toi »

 

- « Ô Allah, c’est à ta miséricorde que j’aspire », cette parole renvoie au tawhid, à vouer un culte exclusif à Allah. Il faut comprendre: dans ma détresse, je recherche et implore ta miséricorde et je ne la recherche auprès de nul autre.

 

- « Ne m’abandonne donc pas à mon sort ne serait-ce le temps d’un clin d’oeil », il s’agit de se rabaisser devant Allah en affirmant qu’il n’est pas possible de se passer de Lui même le temps d’un clin d’oeil.

 

En aucun cas, je ne souhaite être livré à moi-même car je me perdrai et je m’égarerai.

 

Je me rabaisse devant le Seigneur de l’univers et je place toute ma confiance en Lui car Il est le détenteur de la force et de la puissance que nul n’égal, rien ne Lui résiste.

 

Allah dit (traduction rapprochée) :

 

« Allah ne suffit-il pas à son serviteur comme soutien » S39V36

 

Si tu places ta confiance en Allah alors tu ne craindras le mal de personne plus encore Allah te fera redouté mais si tu ne places pas ta confiance en Lui alors Il te fera craindre toute chose.

 

- « et améliore ma situation de tout point de vue », il s’agit d’affirmer ton besoin vis à vis d’Allah afin qu’Il améliore ta situation dans ta pratique de la religion, dans ta vie ici-bas et dans l’au-delà.

 

- « Nul ne mérite d’être adoré en dehors de toi », il rappelle ensuite la parole du tawhid, on ne place notre confiance qu’en Toi, on ne s’appuie que sur Toi.

 

-D’après Abdullah ibn mas’oud(qu’Allah soit satisfait de Lui), dans un hadith rapporté par l’imam Ahmed, le prophète (prières et salutations d’Allah sur lui) a dit:

 

« Nul d’entre vous n’est touché par al _ham ni al hazn (voir plus haut) et qui dit: Ô Allah, je suis Ton serviteur, fils de ton serviteur, fils de ta servante. Mon toupet est dans Ta main.

Ton jugement à mon sujet s’accomplit.

Ton décret me concernant n’est que justice.

Je Te demande par tous les noms qui T’appartiennent, par lesquels Tu t’es nommé ou que Tu as révélé dans Ton livre ou que Tu as enseigné à une de Tes créatures ou que Tu as gardé pour Toi dans la science de l’invisible, de faire du coran une ondée pour mon coeur, une lumière pour ma poitrine et qu’il dissipe ma tristesse (huzn) et fasse disparaître mes soucis (_ham et gham); sans qu’Allah ne dissipe ses soucis (_ham et huzn) et sans qu’Allah ne lui change sa situation en mieux.

On lui dit alors: ô messager d’Allah, ne devrions-nous pas l’apprendre?

Il répondit: certes, il appartient à quiconque l’entend de l’apprendre »

 

Cette parole est importante et il importe à chacun d’entre nous de l’apprendre, d’en saisir son sens et de l’employer lorsque l’on est en proie à ces maux.

 

- le premier point: réaliser l’adoration d’Allah en lui vouant un culte exclusif. « je suis Ton serviteur » signifie que j’affirme être l’adorateur d’Allah, je L’adore, je L’invoque, je Lui demande, je m’en remets à Lui.

 

J’atteste aussi qu’Il est mon créateur, qu’Il est celui qui m’a crée à partir du néant et celui qui gère mes affaires.

 

« fils de ton serviteur, fils de ta servante », je suis ton serviteur, mes ancêtres sont tes serviteurs depuis Adam jusqu’à mon père, depuis Hawa(Eve) jusqu’à ma mère, Tu es leur créateur.

 

J’affirme ainsi le droit à l’adoration à Allah et à personne d’autre.

 

- le deuxième point: la foi en la prédestination. « Mon toupet est dans Ta main. Ton jugement à mon sujet s’accomplit. Ton décret me concernant n’est que justice », ce qu’Allah veut se réalise et ce qu’il ne veut pas, ne se réalise pas.

 

« Mon toupet est dans Ta main », cela signifie que je suis à la disposition de mon Seigneur.

 

Il gère mes affaires comme Il le souhaite, Il fait vivre et mourir qui Il veut, Il enrichit et appauvrit qui Il veut, Il rend malade et guérit qui Il veut.

 

La foi au décret d’Allah apaise notre coeur car nous savons alors que tout ce qui se produit émane d’une sagesse divine.

 

A ce sujet, le prophète (prières et salutations d’Allah sur lui) a dit, dans un hadith de Muslim (n°2999):

 

« L’affaire du croyant est surprenante.

Tout ce qui lui arrive, lui est bénéfique et ceci ne concerne que le croyant seul.

S’il est touché par un évènement heureux, il est reconnaissant et il sera rétribuer pour cela.

S’il est touché par un évènement malheureux, il est endurant et il sera rétribuer pour cela »

 

- le troisième point: la foi aux noms et attributs d’Allah et leur utilisation pour se rapprocher de Lui.

 

« Je Te demande par tous les noms qui T’appartiennent, par lesquels Tu t’es nommé ou que Tu as révélé dans Ton livre ou que Tu as enseigné à une de Tes créatures ou que Tu as gardé pour Toi dans la science de l’invisible », la connaissance et l’utilisation des noms et attributs d’Allah pour se rapprocher de Lui font partis des meilleurs moyens par lesquels nous pouvons dissiper nos tourments.

 

Allah dit (traduction rapprochée) :

 

« C’est à Allah qu’appartiennent les noms les plus beaux, invoquez le donc par ces derniers » S7V180

 

Nous devons donc chercher à se rapprocher d’Allah par la mention de ses noms et attributs, en mentionnant Sa science, Sa miséricorde, Sa puissance.

 

Plus notre connaissance d’Allah sera grande et plus notre pratique de la religion sera meilleure et plus facilement on s’éloignera de ses interdits.

 

C’est pour cette raison qu’Allah dit:

 

« Ceux qui craignent le plus Allah sont les savants parmi ses serviteurs » S35V28

 

A travers ce hadith, on apprend que la connaissance des noms et attributs d’Allah permet de dissiper nos inquiétudes.

 

- le quatrième point: revenir au Coran, combien nos soucis se sont amplifiés dès lors que nous nous sommes éloignés du Coran, de sa lecture, de sa méditation, de la mise en oeuvre de ce qu’il contient comme enseignement.

 

Si nous étions attachés au Coran, si nous le récitions comme il se doit alors nous serions parmi les plus heureux des gens.

 

Allah dit (tradcution rapprochée) :

 

« Ô gens! Une exhortation vous est venue de votre Seigneur, une guérison de ce qui est dans les poitrines, un guide et une miséricorde pour les croyants » S10V57

 

On voit la personne affligée, attristée, lorsqu’elle se saisit du Coran, qu’elle le médite ne serait-ce qu’un court instant, voilà que son coeur est soulagé, serein et tranquille comme s’il s’était déchargé d’un poids.

 

Pour obtenir cet apaisement et bien plus, la guérison de nos maux, il ne suffit pas d’avoir un exemplaire du Coran que l’on attache à un fil ou que l’on pose à l’avant d’un véhicule!

 

Non, pour se traiter par le Coran, il est nécessaire de le lire, de le comprendre, de le méditer et d’agir en conséquence.

 

On comprend alors la fin du hadith: « de faire du coran une ondée pour mon coeur, une lumière pour ma poitrine et qu’il dissipe ma tristesse (huzn) et fasse disparaître mes soucis (_ham et gham) », le coeur est comme un réservoir, s’il est rempli par la mention d’Allah, sa glorification et le Coran, il ne restera pas de place pour tous ces maux.

 

Au contraire, si la foi et la mention d’Allah dans le coeur sont faibles, que le lien qui te rattache à ton Seigneur est faible alors ces troubles se frayeront un chemin dans ton coeur.

 

« une ondée pour mon coeur », c’est à dire à l’image d’une pluie bénie qui arrose des jardins et dont émerge des fruits variés, je demande à mon Seigneur de permettre au Coran de faire germer dans mon coeur toute forme de bien.

 

« une lumière pour ma poitrine », si mon coeur est illuminé par le Coran alors c’est toute ma vie qui sera illuminée et éclaircie.

 

« et qu’il dissipe ma tristesse (huzn) et fasse disparaître mes soucis(_ham et gham) », qu’il ne reste plus aucune trace de tristesse, d’inquiétude, de préoccupation par l’effet thérapeutique du Coran.

 

Fin de citation (se référer au livre pour la suite).

 

Enfin, je vous recommande vivement un ouvrage du Cheikh Abdurrahman bnu nassr as-saadi, éminent savant de Unayza (en Arabie Saoudite), « Les moyens utiles pour une vie heureuse ».

 

Il s’agit d’une véritable psychothérapie où le cheikh propose un certain nombre de techniques d’auto-gestion du stress et de l’angoisse en se basant sur des recommandations tirées du coran et de la sunnah.

 

Parmi celles-ci: être bienfaisant envers autrui car le bien appelle le bien, vivre au jour le jour en se donnant tous les moyens licites de concrétiser nos projets, méditer sur les bienfaits dont Allah nous a pourvu et dont il a privé d’autres, penser aux bon traits d’une personne lorsque l’on ai déçu par certains traits de celle-ci… Voici le lien de téléchargement en arabe et en français.

 

C’est ainsi que s’achève cet article.

 

Retenons que toutes ces maladies anxio-dépressives sont une réalité et qu’elles affectent un grand nombre d’entre nous.

 

Il est donc nécessaire d’être attentif aux symptômes exprimés par ces maladies qui nous touchent mais qui atteignent aussi nos proches.

 

En rejoignant le précédant article, il est primordial d’exprimer nos inquiétudes à une oreille attentive, bienfaisante, qui sera nous conseiller dans la maladie.

 

Les rôles du médecin traitant et du psychothérapeute prennent ainsi tout leur sens.

 

Il existe aussi des traitements destinés à nous aider à surmonter le ou les sources d’anxiété qui nous affligent et nous permettre d’entreprendre un parcours de soin avec plus de confiance et de sérénité.

 

Enfin, le musulman détient une particularité de taille, sa foi exclusive en son Seigneur, en Sa prédestination, en Son Livre qui lui assurent une guérison totale et profonde à la condition d’utiliser tous les moyens licites qui lui ont été mis à sa disposition.

 

Le prophète (prières et salutations d’Allah) n’a t-il pas dit, dans un hadith de Abu Houraira (qu’Allah soit satisfait de lui) et cité dans le sahih de Boukhari et de Muslim:

 

« Allah n’a pas fait descendre une maladie, sans avoir descendu en même temps son remède »

 

Dr Ait m’hammed Moloud - Médecin généraliste et auteur du livre : « La Hijama, fondements-techniques-conseils » aux éditions Tawbah

copié de muslim.sante.free.fr

 

Dr Ait M’hammed Moloud

Partager cet article

Peut-elle exiger que son mari n’épouse pas d’autre femme ? (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Peut-elle exiger que son mari n’épouse pas d’autre femme ? (audio)

 

 

Question :

 

La dernière question est :

 

Est-il permis à la femme lors de son acte de mariage d’exiger comme condition que son mari n’épouse pas d’autre femme ?

 

Réponse :

 

Il est préférable qu’elle n’exige pas cette condition.

 

Car autre qu’elle a également besoin de ce dont elle a eu besoin.

 

Allâh a permis aux époux qui en ont les capacités d’épouser jusqu’à quatre femmes.

 

Il est donc mieux pour elle qu’elle n’exige pas cette condition.

 

Et par la grâce d’Allâh ceci arrive très rarement.

 

Mais si cela est indispensable, car elle sait qu’elle ne supportera pas d’avoir une coépouse, et qu’elle a exigé cette condition, alors sa condition est valide.

 

Et si un jour son mari épouse une autre femme, il lui est permis de demander l’annulation du mariage.

 

Mais il n’est pas interdit au mari d’épouser une autre femme s’il en a besoin.

 

Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh Zayd Ibn Mohammed Al Madkhali - الشيخ زيد بن محمد بن هادي المدخلي

Partager cet article

La guérison de celui qui est victime d'un sort qui le rend impuissant lors des rapports intimes

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La guérison de celui qui est victime d'un sort qui le rend impuissant lors des rapports intimes

-On doit prendre 7 feuilles vertes de jujubier (Al Sidr) et les écraser par une pierre ou quelque chose de ce genre.

 

Puis, on met la poudre dans un pot et on y verse une quantité d'eau suffisante pour se laver le corps entier.

 

-Ensuite, on y récite :

 

- le verset du Koursy (Chaise, Siège),
- la Sourate "Les Infidèles",
- les "Muwawizhaytan" : les Sourates (Falaq : l'Aube naissante, et An-Nas : Les Hommes),
- la Sourate le Monothéisme Pur "Al Ikhlâs".

-On récite également les versets coraniques de la Sourate Al-Araf concernant la magie :

 

 وَأَوۡحَيۡنَآ إِلَىٰ مُوسَىٰٓ أَنۡ أَلۡقِ عَصَاكَ‌ۖ فَإِذَا هِىَ تَلۡقَفُ مَا يَأۡفِكُونَ (١١٧) فَوَقَعَ ٱلۡحَقُّ وَبَطَلَ مَا كَانُواْ يَعۡمَلُونَ (١١٨) فَغُلِبُواْ هُنَالِكَ وَٱنقَلَبُواْ صَـٰغِرِينَ (١١٩) وَأُلۡقِىَ ٱلسَّحَرَةُ سَـٰجِدِينَ (١٢٠) قَالُوٓاْ ءَامَنَّا بِرَبِّ ٱلۡعَـٰلَمِينَ (١٢١) رَبِّ مُوسَىٰ وَهَـٰرُونَ (١٢٢)

 

"Et nous révéelâme à Moïse : "Jette ton Baton". Et voila que Celui-ci se mit à engloutir ce qu'ils avaient fabriqué. Ainsi la vérité se manifesta et ce qu'ils fîrent fut vain. Ainsi ils furrent battus et se trouverent humiliés. Et les magiciens se jetèrent prosternés. Ils dirent : "Nous croyons au Seigneur de l'Univers, au Seigneur de Moïse et d'Aaron". (sourate 7 Al-Araf versets 117 à 122)

 

-On y ajoute ces versets de la Sourate Yunus : 

 

فَلَمَّآ أَلۡقَوۡاْ قَالَ مُوسَىٰ مَا جِئۡتُم بِهِ ٱلسِّحۡرُ‌ۖ إِنَّ ٱللَّهَ سَيُبۡطِلُهُ ۥۤ‌ۖ إِنَّ ٱللَّهَ لَا يُصۡلِحُ عَمَلَ ٱلۡمُفۡسِدِينَ (٨١) وَيُحِقُّ ٱللَّهُ ٱلۡحَقَّ بِكَلِمَـٰتِهِۦ وَلَوۡ ڪَرِهَ ٱلۡمُجۡرِمُونَ (٨٢

 

" Et Pharaon dit : "Amenez-moi tout magicien savant ! ". Puis, lorsque vinrent les magiciens, Moïse leur dit : "Ce que vous avez produit est magie ! Allâh l'annulera. Car Allâh ne fait pas prospérer ce que font le fauteurs de désordre. Et par ses paroles, Allâh fera triompher la Vérité, quelque répulsion qu'en aient les criminels"". (sourate 10 Younous versets 81 et 82)

 

-On y ajoute également ces versets de la Sourate Taha : 

 

قَالُواْ يَـٰمُوسَىٰٓ إِمَّآ أَن تُلۡقِىَ وَإِمَّآ أَن نَّكُونَ أَوَّلَ مَنۡ أَلۡقَىٰ (٦٥) قَالَ بَلۡ أَلۡقُواْ‌ۖ فَإِذَا حِبَالُهُمۡ وَعِصِيُّهُمۡ يُخَيَّلُ إِلَيۡهِ مِن سِحۡرِهِمۡ أَنَّہَا تَسۡعَىٰ (٦٦) فَأَوۡجَسَ فِى نَفۡسِهِۦ خِيفَةً۬ مُّوسَىٰ (٦٧) قُلۡنَا لَا تَخَفۡ إِنَّكَ أَنتَ ٱلۡأَعۡلَىٰ (٦٨) وَأَلۡقِ مَا فِى يَمِينِكَ تَلۡقَفۡ مَا صَنَعُوٓاْ‌ۖ إِنَّمَا صَنَعُواْ كَيۡدُ سَـٰحِرٍ۬‌ۖ وَلَا يُفۡلِحُ ٱلسَّاحِرُ حَيۡثُ أَتَىٰ (٦٩)

 

"Ils dirent : "O Moïse, ou tu jettes (le premier ton baton) ou que nous soyons les premiers à jeter ?". Il dit : "Jetez plutôt". Et voilà que leurs cordes et leurs bâtons lui parurent ramper par l'effet de leur magie. Moïse ressentit quelque peur en lui même. Nous lui dîmes : "N'aie pas peur, c'est toi qui auras le dessus. Jette ce qu'il y a dans ta main droite ; cela dévorera ce qu'ils ont fabriqué. Ce qu'ils ont fabriqué n'est qu'une ruse de magicien, et le magicien ne réuissit pas, où qu'il soit". (sourate 20 Ta-Ha versets 65 à 69)

 

-A l'issue de la récitation de ces versets coraniques sur de l'eau, le malade doit en boire et se laver par le reste.

 

Ainsi, il sera guéri, par la grâce d'Allâh.

 

En cas de nécessité, on peut faire la même chose une deuxième fois et même plusieurs fois jusqu'à sa guérison complète.

 

Fatwas du Traitement par le Coran et la Sunna, op. Cit. page 24-26
Madjmou’atou Fatawa wa maqalat mutanawwia vol. 8, p. 144.
Publié par darwa.com

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article