122 articles avec commerce - usure et metier - تجار- رشوة -ربا و عمل

Sommaire : تجارة, رشوة, ربا وعمل - Commerce, usure, corruption et métier

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Commerce - تجارة

Faire des achats dans un magasin qui vend du vin (audio)

Acheter un «caddie mystère» ou «chariot surprise» ou «bagage perdu» ou «colis perdu»

Est-il permis de travailler dans un magasin qui vend de l’alcool et de la viande de porc ? Et est-ce que mon salaire (perçu en travaillant dans ce magasin) est licite ou illicite ?

Travailler avec un diplôme obtenu en trichant (audio)

Les frais liés à Paypal

Jugement d'échanger de l'or ancien (d'occasion) contre de l'or nouveau, avec compensation pécuniaire (audio)

Vendre du parfum aux femmes exhibant leurs parures (audio-vidéo)

Acheter de l'or via les sites internet (audio)

Profiter des offres et promotions commerciales durant les fêtes et célébrations des mécréants (audio-vidéo)

Si le délégué a vendu plus cher ce que le délégant lui a confié de vendre alors ce surplus revient au délégant

Ce qui est illicite de par sa provenance, sera illicite pour l'acquéreur seulement (audio-vidéo)

Je souhaite ouvrir un commerce pour y vendre des parfums (audio)

Le boycott de l'achat de voitures en Algérie (audio-dossier)

Que faire des gains qui ont été acquis dans l'illicite ?

Le Bitcoin en Islam (audio-vidéo)

Le dropshipping (audio)

Peut-on se rétracter après une vente conclue ? (audio)

Les cadeaux offerts par les magasins (audio)

Acheter un appartement en phase de plan (audio)

Les commerçants musulmans qui participent au «Black friday» (audio)

Jugement de la commission de l'agent de mise en relation entre acheteur et vendeur

Mettre en condition de vente que la maison ne pourra être récupérée qu'après la mort du vendeur

Jugement de la condition du vendeur sur l'acheteur à ce qu'il ne vende la marchandise qu'au prix qu'il a choisi lui

Vendre des vêtements d'intérieur à des femmes non voilées (audio)

Le jugement relatif aux cadeaux publicitaires

Les cartes de réduction - cartes de fidélité (audio)

Ventes entre femmes

Les salons dits «entre soeurs» (vidéo)

Conseils aux commerçants

Le commerce sur Facebook (audio)

La vente de produit de beauté à la femme qui ne se voile pas

Acheter ou vendre un objet volé

Offrir des cadeaux aux clients qui achètent une marchandise particulière

Conseils aux vendeurs

Gagner sa vie en publiant de la poésie

Vendre des fruits avant qu'ils soient mûrs

L'achat en plusieurs versements (vidéo)

La vente de produits visant à embellir

La location de fonds de commerce pour des commerces illicites

Le jugement concernant la vente des parfums et des produits de beauté (maquillage)

Vendre des téléviseurs (vidéo-dossier)

Vendre des articles de contrefaçon au même prix que les articles originaux

La vente de vêtements à des femmes non-musulmanes

Conseils au commerçant

La marge du bénéfice

Vendre ce que l'on ne possède pas

Le commerce de change au marché noir

Les piliers de la vente et ses conditions

Le vendeur souhaitant qu'Allâh bénisse son commerce ne doit pas jurer lors des opérations de vente

Vente de produits illicites

Cacher les défauts réels

Prendre les clients des autres

Ruser pour acheter un objet

La sincérité dans le commerce

Le commerce avec les non musulmans

Le commerce en islam

La variation de prix selon le client

«Toute marchandise vendue ne sera ni échangée, ni remboursée»

Le prêt

Qui casse paie ?

نصيحة للتجار (dossier)

Partager cet article

Acheter une maison à ribâ [intérêt usuraire] (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Acheter une maison à ribâ [intérêt usuraire] (audio-vidéo)

Question :

 

Parmi les questions de la sœur Oum Ilyâs de Belgique, qu'Allâh la bénisse, elle dit qu'ils ont acheté une maison avec un prêt à ribâ [intérêt usuraire] en se basant sur la fatwa qui existe au sujet de l'achat des maisons en cas de daroûrah [nécessité absolue], et d'autres choses semblables, et vous avez peut-être entendu son histoire...

 

Elle dit : "je ne suis pas tranquille dans cette maison et je ne suis pas apaisée et j'ai l'intention de la vendre, parce qu'actuellement, ce prêt s'étend jusqu'à 20 ans, et de plus, nous rembourserons de cette manière."

 

Elle souhaite un conseil.

 

Réponse :

 

● Premièrement, ô ma sœur Oum Ilyâs, qu'Allâh te bénisse, le ribâ [intérêt usuraire] figure parmi les plus mauvaises acquisitions, le ribâ fait partie des revenus les plus impurs.

 

Et c'est pour cela que notre Seigneur جل وعلا a dit quoi ?

 

Il a dit :

 

"278. Ô vous qui croyez ! Craignez Allâh et renoncez à tout reliquat de ribâ si vous êtes [réellement] croyants
279. Et si vous ne le faites pas, soyez certains d'être en guerre contre Allâh et son Messager"

{S2 v278-279 - Traduction rapprochée}

 

"Soyez certains d'être en guerre contre Allâh !" : Qatâdah a dit : "il sera dit à celui qui pratique le ribâ, le Jour de la Résurrection : "Prends ton arme pour la guerre" car il est en guerre contre Allâh et son Messager !"

"Et si vous vous repentez, vous récupérerez [uniquement] vos capitaux, ainsi vous ne léserez personne et ne serez point lésés" {S2 v279 - Traduction rapprochée}

 

Et Allâh جل وعلا dit :

 

"Allâh anéantit [les profits] du ribâ et fait fructifier les aumônes. Et Allâh n'aime pas tout mécréant endurci et pécheur" {S2 v276 - Traduction rapprochée}

 

Allâh جل وعلا dit :

 

"Ceux qui pratiquent le ribâ ne se lèveront (de leur tombe, au Jour de la Résurrection) que comme se lève un possédé que Sheytan a terrassé par le toucher.

Ceci, parce qu'ils disent : «le commerce est tout à fait comme le ribâ», alors qu'Allâh a rendu licite le commerce, et illicite le ribâ" {S2 v275 - Traduction rapprochée}

 

C'est pour cela que certains hommes de science parmi les savants du tafsir (exégèse) ont dit : "Le consommateur du ribâ sera ressuscité le Jour de la Résurrection comme un fou qu'on étrangle !"

 

Et le refuge est auprès d'Allâh !

 

"Ceux qui pratiquent le ribâ ne se lèveront (de leur tombe, au Jour de la Résurrection) que comme se lève un possédé que Sheytan a terrassé par le toucher" {S2 v275 - Traduction rapprochée}

 

Ils ont dit qu'il sera ressuscité comme un fou qu'on étrangle !

 

Nous demandons à Allâh la préservation et la sécurité.

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Éloignez-vous des 7 péchés destructeurs !"

Et il a mentionné parmi eux : "le polythéisme envers Allâh, la sorcellerie et la pratique du ribâ" !

{Hadith rapporté par Al Boukhârî et Mouslim}

 

Le ribâ fait partie des grands péchés et des plus immenses péchés, c'est pour cela que l'imam Mâlik (que la miséricorde d'Allâh soit sur lui) a dit :

 

"J'ai lu attentivement les pages du Livre d'Allâh et je n'ai pas trouvé de chose plus répugnante que le ribâ qui puisse pénétrer dans le corps du fils d'Âdam."

 

L'imam Mâlik s'est assis durant une période et a lu attentivement les pages du Livre d'Allâh puis il a dit :

 

"Je n'ai pas vu une chose plus répugnante que le ribâ que l'Homme puisse consommer ou qui puisse pénétrer dans le corps du fils d'Âdam."

 

 

La deuxième question : le sujet de la daroûrah [nécessité absolue], tu as parfaitement bien agi, ô ma noble sœur, lorsque tu as conseillé ton mari. La daroûrah, c'est quoi ?

 

Fort malheureusement, aujourd'hui, beaucoup de personnes placent le simple besoin [al hâdjah] au niveau de la nécessité absolue [daroûrah], et ceci est une erreur !

 

La daroûrah, c'est une situation dans laquelle si l'Homme ne pratiquait pas le harâm [l'interdit], alors il mourrait, c'est ceci la daroûrah !

 

Et avec grand regret, beaucoup de personnes se sont mises à dire : "Par Allâh, ceci est une daroûrah !"

 

D'accord, comment ça c'est une daroûrah ?!

 

C'est juste un besoin !

 

Et pire que ça, certains ont même dépassé ce degré jusqu'à de simples éléments à améliorer ou à parfaire, et les ont fait passer pour des nécessités absolues !

 

C'est de l'injustice ça !

 

Et qu'Allâh nous en préserve, c'est de la pure invention sur Allâh جل وعلا !

 

C'est pour cela que notre Seigneur جل وعلا a interdit de parler sur Lui sans science !

 

Et concernant ces questions de daroûrah, Allâh a rendu autorisés les interdits uniquement lors de la nécessité absolue :

 

"à moins que vous ne soyez contraints d'y recourir" {S6 v119 - Traduction rapprochée}

 

Aujourd'hui, la question du logement n'est absolument pas une daroûrah !

 

Le maximum que l'on puisse dire est que c'est un besoin !

 

Le maximum que l'on puisse dire est que c'est un besoin !

 

Et c'est pour cela, mâchâ Allâh, comme tu l'as dit, et moi je répète toujours dans ce programme :

 

"l'Homme peut vivre sa vie en louant et payant des loyers sans pratiquer le ribâ !"

 

Et cette maison qui est achetée avec du ribâ : l'Homme y dort, il s'y assoit, il y mange, il y prie, il y côtoie sa famille, il s'y voit accorder comme subsistance des enfants, et il y évoque Allâh, ... il est totalement impossible pour un croyant de s'abriter dans une maison dont l'origine provient du ribâ, nous demandons à Allâh la préservation et la sécurité !

 

Et c'est pour cela, ma noble sœur, il est obligatoire à ton mari qu'il craigne Allâh et qu'il ait peur d'Allâh, et cette vie d'ici-bas, par Allâh, ne compense nullement la vie de l'au-delà.

 

La vie d'ici-bas est une étape, puis elle se termine, et l'Homme s'en va et la délaisse !

 

Ces biens-là, soit ils te délaisseront, soit c'est toi qui les délaissera, c'est-à-dire que la vie d'ici-bas n'est qu'un instant !

 

Par Allâh, dans la vie d'ici-bas il y a des leçons et des signes, cependant peu en tirent des rappels, peu en tirent des enseignements !

 

Ces gens qui possèdent des milliards, lorsqu'ils s'en iront vers la demeure dernière, par Allâh, ils s'en iront sans emporter avec eux un seul dirham !

 

Ils ne s'en iront qu'avec un linceul dont le coût est dérisoire !

 

Cependant, il restera les actes !

 

"Toute âme est l'otage de ce qu'elle a acquis (comme œuvres)" {S74 v38 - Traduction rapprochée}

 

Personne n'échappera au Jour de la Résurrection, comme Allâh تعالى a dit au sujet des criminels qui diront :

 

"Qu'a donc ce livre à n'omettre aucun péché mineur ou majeur, sans le mentionner ? Et ils trouveront devant eux tout ce qu'ils ont accompli. Et ton Seigneur ne fait de tort à personne." {S18 v49 - Traduction rapprochée}

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم, en permanence, annonçait, prévenait, exhortait et mettait en garde !

 

Et il informait que l'Homme se devait de rencontrer Allâh sans endosser d'injustice, et sans endosser de péché, jusqu'à ce qu'il disait :

 

"Savez-vous qui est le moufliss [le ruiné] ?

[Les compagnons] dirent : «le moufliss est celui qui n’a ni dirham ni bien.»

Non ! Le moufliss dans ma communauté est celui qui viendra avec des prières, des jeûnes, des pèlerinages, alors qu'il a commis de l'injustice envers un tel, a insulté un tel, et a volé les biens d'un tel, etc...

Alors, on lui prendra de ses bonnes actions, et si elles sont épuisées, on prendra des mauvaises actions de celui qui a subi l'injustice, et on les transférera aux mauvaises actions de l'injuste."

{Hadith rapporté par Al Boukhârî et Mouslim}

 

Ça signifie que l'Homme doit se présenter le Jour de la Résurrection, le dos léger, avec le moins d'injustices, d'interdits et de péchés, particulièrement les grands péchés !

 

Et le ribâ fait partie des plus immenses péchés !

 

Nous demandons à Allâh le salut et la préservation !

 

Et Allâh تعالى l'a interdit à l'ensemble des communautés, l'ensemble des religions !

 

C'est de la pratique de souht [biens illicites] !

 

Nous demandons à Allâh la préservation et le salut !

 

Ô ma noble sœur, c'est l'occasion maintenant, al hamdoulilâh tant qu'Allâh جل وعلا a accordé un répit et du temps à vivre, que ton mari corrige la situation !

 

Ce n'est pas une honte que l'Homme commette une erreur, mais la honte, c'est de persister dans l'erreur !

 

La catastrophe, c'est que l'Homme persiste dans l'erreur !

 

C'est l'occasion qu'il se repente à Allâh d'un repentir sincère, il se désavoue auprès d'Allâh de ce qu'il a fait, il vend cette maison s'il veut et achète une maison saine, il multiplie les aumônes et se débarrasse au maximum de cet argent.

 

Ainsi, tu trouveras la quiétude avec ton mari ainsi que le bonheur par lequel vous jouirez pleinement par la permission d'Allâh جل وعلا !

 

Traduit par l'équipe du site 3ilmchar3i.net

Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh 'Aziz Ibn Farhan Al-Anazi - الشيخ عزيز بن فرحان العنزي

Partager cet article

Faire des achats dans un magasin qui vend du vin (audio)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Faire des achats dans un magasin qui vend du vin (audio)

Question :

 

Quel est le jugement dans l’achat de pain et autres denrées dans les magasins vendant du vin dans leur pays, alors qu’il existe d’autres magasins, même s’ils sont éloignés et que cela entraîne quelque difficulté ?

 

Réponse :

 

Par Allâh, la base est de s’éloigner de ceux qui exposent publiquement leurs désobéissances.

 

Et la base est que le musulman s’écarte des endroits dans lesquels se trouvent les grands péchés, afin qu’il ne soit pas compté parmi ceux qui les perpètrent, et on craint que le châtiment ne tombe sur eux.

 

Donc qu’il s’en éloigne.

 

Le musulman qui craint pour son âme doit s’éloigner de ces lieux, et ce même si se rendre dans d’autres magasins entraîne quelque difficulté et quelque éloignement.

 

Mais est-ce une obligation ?

 

Et lui est-il illicite d’acheter dans ces magasins-là ?

 

La réponse est non.

 

Mais s’il y achète, il ne doit pas y manger alors que du vin s’y trouve.

 

Non, mais il y achète ce qui est licite et s’en va. Il n’est donc pas illicite d’y acheter, mais permis.

 

Mais, la ligne de conduite pour le musulman sincère est ce que nous avons mentionné en amont.

 

Et Allâh est le plus Haut et le plus Savant.

 

Et qu’Allâh prie et salue sur notre prophète.

 

 Traduit et publié par la chaîne Telegram - دورة العلوم - Les cercle des sciences - @Cercle_des_Sciences

Cheikh Souleyman Ben Salîm Allâh Ar-Ruheylî - الشيخ سليمان بن سليم الله الرحيلي

Partager cet article

Le jugement concernant l’assurance commerciale

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Le jugement concernant l’assurance commerciale

La question :

 

Nous sommes des travailleurs dans une société, et si nous voulons acheter une nouvelle voiture de l’un des agents ou distributeurs agréés dans la vente des voitures par facilité, nous devrons alors payer un taux de 30% comme premier versement de la somme totale de la voiture et le reste sera payé par facilité.

 

De plus, on doit payer une somme d’assurance pour la voiture auprès d’une société d’assurance.

 

Cette assurance doit être payée de deux façons inévitables :

 

La première : payer une assurance tous risques pour la voiture ; ce qui implique une indemnisation complète en cas d’accident.

 

La deuxième : -qui est le sujet de la question- on l’appelle assurance sur la vie, de façon que la société d’assurance paie toutes les parts restantes en cas de décès.

 

Quel est donc le jugement de la Charia ?

 

La réponse :

 

Louange à Allah, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu'Allah عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

Ceci dit :

 

Sachez que l’assurance sous toutes ses formes est interdite par la Charia, qu’elle soit sur les personnes ou sur les choses, vu qu’elle comprend plusieurs interdits tels que : le fait de dépouiller les gens injustement de leurs biens, l’aléa, le jeu de hasard et autres.

 

Allah عزّ وجلّ dit :

 

وَلاَ تَأْكُلُواْ أَمْوَالَكُم بَيْنَكُم بِالْبَاطِلِ وَتُدْلُواْ بِهَا إِلَى الْحُكَّامِ لِتَأْكُلُواْ فَرِيقاً مِّنْ أَمْوَالِ النَّاسِ بِالإِثْمِ وَأَنتُمْ تَعْلَمُونَ - البقرة : 188

 

Traduction du sens du verset :

 

﴾Ne vous dépouillez pas injustement les uns les autres de vos biens ! Ne les offrez pas non plus aux juges dans l’espoir de vous accaparer illégalement et en toute connaissance de cause d’une partie des biens appartenant à autrui﴿ [El-Baqara (La Vache) : 188]

 

Aussi, le Prophète صلّى الله عليه وسلّم a-t-il interdit la vente aléatoire (1).

 

De plus, la société d’assurance effectue des contrats d’assurance de manière à ce qu’elle obtienne des gains d’investissement, alors qu’elle ne présente aucun service tangible pour l’assuré.

 

En effet, elle ne fait que conclure un acte avec l’assuré afin de lui garantir [un remboursement] si un danger lui arrive.

 

Par conséquent, cette société s’impose à elle-même et impose à autrui une chose que la Charia n’a pas imposée, et en réalité, elle ne fait rien de tangible en faveur de l’assuré.

 

Pour ce, ce genre de contrat est interdit –sauf en cas de contrainte-, qu’il soit relié à une vente ou autres, car c’est une entraide dans le péché et la transgression.

 

Le savoir parfait appartient à Allah عزّ وجلّ, et notre dernière invocation est qu'Allah, Seigneur des Mondes, soit Loué et que paix et salut soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

 

Alger, le 24 Dhou El-Qa`ada 1426 H

Correspondant au 26 décembre 2005 G

 

(1)  Rapporté par Mouslim, chapitre des « Ventes » (hadith 3881), par Abou Dâwoûd, chapitre des « Ventes » (hadith 3378), par Et-Tirmidhi, chapitre des « Ventes » (hadith 1275), par En-Nassâ'i, chapitre des « Ventes » (hadith 4535), par Ibn Mâdjah, chapitre du commerce (hadith 2278), par Ahmed (hadith 9119), par Ed-Dârimi (hadith 2609), par Ed-Dâraqotni (hadith 2879) et par El-Bayhaqi par l’intermédiaire d’Abou Hourayra رضي الله عنه.

 

Fatwa numéro : 119

Type : Fatwas relatives aux ventes et aux transactions financières

 Publié par ferkous.com

في حكم اقتناءِ سيَّارةٍ وتملُّكها بالتقسيط مع اشتراط التأمين عليها

السؤال : نحن عمَّالُ شركةٍ، إذا أرَدْنا أَنْ نقتنيَ سيَّارةً جديدةً مِنْ أحَدِ الوكلاء أو الموزِّعين المُعتمَدين في بيع السيَّارات عن طريق التقسيط يَلْزَمنا دفعُ مبلغٍ قدرُه (٣٠%) مِنْ قيمة السيَّارة كدفعةٍ أولى، والباقي على شكل أقساطٍ، بالإضافة إلى دفعِ مبلغ التأمين على السيَّارة بإحدى شركات التأمين وبوجهتين لا مَفرَّ منهما

الأولى: تأمين السيارة مِنْ جميع المخاطر، ويتمُّ التعويض الكامل في حالةِ حدوث حادثٍ

الثانية ـ وهي محل السؤال ـ وتُسمَّى التأمين على الحياة، بحيث تقوم شركةُ التأمين بدفعِ جميع الأقساط المتبقِّية في حالة الوفاة. فما الحكم الشرعيُّ في ذلك؟ وجزاكم الله خيرًا

الجواب : الحمد لله ربِّ العالمين، والصلاةُ والسلام على مَنْ أرسله الله رحمةً للعالمين، وعلى آله وصحبِه وإخوانِه إلى يوم الدِّين، أمَّا بعد

فنظرًا لِمَا في السؤال مِنْ تداخلٍ بين مسألتين فإنه يمكن الإجابةُ عليهما فيما يلي

المسألة الأولى: البيع بالتقسيط، وصورةُ هذه المعاملة: أَنْ يملك المشتري السيَّارةَ بالبيع، وتبقى في ذِمَّته ديونُ الأقساط الباقية يدفعها على دفعاتٍ متتاليةٍ وَفْقَ ما اتَّفق عليه الطرفان، فإِنْ هلكَتِ السيَّارةُ فتهلك على صاحبها المالكِ لها، ويبقى مُطالَبًا بتسديد المبالغ الباقية وإكمالها، فإِنْ أمَّن على سيَّارته جبرًا لِمَا يفرضه عليه نظامُ السير فإنه يؤمِّن سيَّارتَه باعتباره مالكًا لها، ولا معنى للشرط المفروض في العقد، لكنَّه يؤمِّن على سيَّارته بأدنى الأخطار؛ ذلك لأنَّ التأمين التجاريَّ ـ على الراجح ـ غيرُ جائزٍ ـ شرعًا ـ لتضمُّنه للغرر المنهيِّ عنه ـ كما سيأتي بيانُه ـ

المسألة الثانية: الإيجار المنتهي بالتمليك، وصورةُ هذه المعاملة: أنَّ المشتريَ المستأجِرَ لا يملك السيَّارة، وإنما ملكيَّتُها للبائع المؤجِّر، ويبقى المشتري المستأجِرُ مُطالَبًا بالدفعات المالية المقدَّمة وَفْقَ الاتِّفاق على سبيل الإيجار، فضلًا عن أنَّ البائع المؤجِّرَ يفرض كُلْفةَ التأمين ـ ظلمًا ـ على عاتقِ المستأجِر كشرطٍ في هذه المعاملة، ولا تنتقل الملكيةُ إلى المشتري المستأجِرِ إلَّا مِنْ بعدِ أَنْ يسدِّد المشتري المستأجِرُ كافَّةَ الأقساط المالية، ثمَّ يملِّكها له البائعُ المؤجِّر إمَّا بثمنٍ زهيدٍ أو بدونِ ثمنٍ

فهذه الصورة مِنَ المعاملة مَنَعها أهلُ التحقيق مِنَ العلماء؛ لتضمُّنِ العقد الواحد شرطين مُتضادَّيْن في المقتضى مُنصَبَّين على عينٍ واحدةٍ في آنٍ واحدٍ: أحَدُهما تمليكُ العين والمنفعة، والثاني تمليكُ المنفعة دون العين في آنٍ واحدٍ، وقد تقرَّر أنَّ كُلَّ عقدٍ تَضمَّن وصفين متضادَّيْن حكمُه البطلانُ؛ فكأنه قال: أَبيعُك ولا أَبيعُك، ويؤيِّده النهيُ الوارد في بيعِ صفقتين في صفقةٍ (١) وبيعتين في بيعةٍ(٢)

وغالبُ الوكلاءِ أو الموزِّعين المُعتمَدين يتعاملون على نحوِ ما تتعامل به البنوكُ والمصارف المالية، وهي صورة الإيجار المنتهي بالتمليك، واللهُ المستعان

أمَّا حكم التأمين في كافَّةِ صُوَره ـ سواءٌ كان على الأشخاص أو على الأشياء ـ فممنوعٌ شرعًا؛ لِمَا اشتمل عليه مِنْ محاذيرَ شرعيةٍ مِنْ أكلِ أموال الناس بالباطل والغررِ والمقامرة وغيرها؛ قال تعالى:

وَلَا تَأۡكُلُوٓاْ أَمۡوَٰلَكُم بَيۡنَكُم بِٱلۡبَٰطِلِ وَتُدۡلُواْ بِهَآ إِلَى ٱلۡحُكَّامِ لِتَأۡكُلُواْ فَرِيقٗا مِّنۡ أَمۡوَٰلِ ٱلنَّاسِ بِٱلۡإِثۡمِ وَأَنتُمۡ تَعۡلَمُونَ  - ١٨٨ - البقرة

وقد نهى النبيُّ صلَّى الله عليه وسلَّم عن بيع الغرر(٣)، فضلًا عن أنَّ شركة التأمين تُجْري عقودَ التأمين على وجهٍ يعود عليها بربحٍ استثماريٍّ، لم تبذل عملًا للمستأمن، وإنَّما كان منها مجرَّدُ التعاقد مع المستأمن على ضمان الخطر على تقديرِ وقوعه؛ فهذا إلزامٌ بما لم يَلْزَم شرعًا، وعملٌ بما لم تبذله شركةُ التأمين فكان ممنوعًا؛ لذلك لا تجوز مثلُ هذه العقود، سواءٌ وقعَتْ مقرونةً بالبيع أو بغيره، والتعاملُ بها تعاونٌ على الإثم والعدوان

هذا، والمؤمَّن له إذا فرضَتْ عليه قوانينُ بلاده التأمينَ قسرًا ولا محيدَ له عنه فإنه إِنْ أمَّن يؤمِّن أدنى الأخطار ـ كما تقدَّم ـ مع عدم الرِّضا بما أُجْبِرَ عليه مِنْ عملٍ

والعلم عند الله تعالى، وآخِرُ دعوانا أنِ الحمدُ لله ربِّ العالمين، وصلَّى الله على نبيِّنا محمَّدٍ وعلى آله وصحبِه وإخوانِه إلى يوم الدِّين، وسلَّم تسليمًا

الجزائر في: ٢٤ ذي القعدة ١٤٢٦ﻫ
الموافق ﻟ: ٢٦ ديسمبر ٢٠٠٥م

(١) انظر ما أخرجه أحمد (٣٧٨٣) مِنْ حديثِ ابنِ مسعودٍ رضي الله عنه. وانظر: «إرواء الغليل» للألباني (٥/ ١٤٨ ـ ١٥٢).

(٢) انظر ما أخرجه أبو داود في «الإجارة» بابٌ فيمَنْ باع بيعتين في بيعةٍ (٣٤٦١)، وما أخرجه الترمذيُّ في «البيوع» بابُ ما جاء في النهي عن بيعتين في بيعةٍ (١٢٣١)، والنسائيُّ في «البيوع» بابُ بيعتين في بيعةٍ، وهو أَنْ يقول: أبيعك هذه السلعةَ بمائةِ درهمٍ نقدًا، وبمائتَيْ درهمٍ نسيئةً (٤٦٣٢)، مِنْ حديثِ أبي هريرة رضي الله عنه. وانظر: «صحيح الجامع» (٦١١٦، ٦٩٤٣).

(٣) انظر ما أخرجه مسلمٌ في «البيوع» (١٥١٣) مِنْ حديثِ أبي هريرة رضي الله عنه.

الفتوى رقم: ١١٩

الصنف: فتاوى المعاملات المالية

Cheikh Abou Abdil-Mou'iz Mouhammad 'Ali Ferkous - الشيخ أبي عبد المعزّ محمد علي فركوس

Partager cet article

L'assurance maladie (vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

L'assurance maladie (vidéo)

 Publié par minhaj sunna

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Acheter un «caddie mystère» ou «chariot surprise» ou «bagage perdu» ou «colis perdu»

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Acheter un «caddie mystère» ou «chariot surprise» ou «bagage perdu» ou «colis perdu»

Question :

 

Nous présentons à votre excellence ce qui est vendu dans certains marchés commerciaux, il s'agit d'une petite boîte d'une valeur d'un riyal à l'intérieur de laquelle se trouve quelque chose d'inconnu, sa valeur peut être supérieure ou inférieure au riyal.

 

Quel est le jugement d'acheter cette boîte sans savoir ce qu'elle contient ?

 

Est-ce que cette vente est valide ou non autorisée ?

 

Réponse dans le sens :

 

Il n'est pas permis d'acheter cette boîte, car c'est considéré comme de la spéculation (gharar), et le Prophète صلى الله عليه وسلم a interdit la vente de la spéculation.

 

Publié par Fawaïd Islamiya/فوائد إسلامي - @Fawaidislamya

حكم بيع المجهول

السؤال : نعرض على أنظار سماحتكم ما يباع في بعض الأسواق التجارية، وهي عبارة عن صندوق صغير بقيمة (ريال واحد) وبداخله شيء مجهول، قد تربو قيمته على الريال وقد تنقص، ما حكم شراء هذا الصندوق مع جهلي بما يحويه؟ وهل هذا البيع صحيح أم لا يجوز؟

والله يحفظكم

الجواب: شراء هذا الصندوق لا يجوز؛ لأن شراءه من الغرر، وقد: نهى النبي ﷺ عن بيع الغرر [1]

 [1] رواه مسلم في (البيوع)، باب (بطلان بيع الحصاة والبيع الذي فيه غرر)، برقم: 1513

نشر في (مجلة الدعوة)، العدد: 1550، في 3 ربيع الأول 1417هـ. (مجموع فتاوى ومقالات الشيخ ابن باز 19/ 61)

Partager cet article

Contraint à verser un pot-de-vin pour obtenir son droit (audio)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Contraint à verser un pot-de-vin pour obtenir son droit (audio)

Question :

 

Parfois l’homme peut être contraint à verser un pot-de-vin pour obtenir son droit, sans avoir d’autres solutions que d’agir ainsi ?

 

Réponse :

 

Ici, il est nécessaire de détailler.

 

Si son droit est bafoué et qu’il n’y a d’autre moyen pour l’obtenir que de verser de l’argent à quelqu’un qui lui permette de le recouvrer sans nuire à une tierce personne en versant cet argent.

 

Quelqu’un prend ton argent et te porte préjudice, il a une connaissance ou quelqu’un à son service qui est en mesure d’intercéder en ta faveur, tu lui verses une somme d’argent afin qu’il intercède pour toi, qu’il soit la cause pour que tu récupères ton bien de chez cette personne injuste, il n’y a pas de mal à cela.

 

Par exemple :

 

Un campagnard ou un citadin t’a pris une bête de troupeau, ou ton véhicule.

Toi, tu verses à celui à son service, à son frère, à l’un de ses proches ou au chef de tribu quelque chose afin de te sortir de là, même s’il est illicite au chef de tribu ou autre de prendre cet argent.

Mais si tu n’as aucune autre solution, alors dans ce cas, tu n’as transgressé envers personne, tu as seulement demandé à obtenir ton droit qu’on t’a pris injustement.

 

Un autre exemple,

 

Des brigands te prennent ton argent, tu leur en cèdes une partie pour récupérer l’autre, ou bien un voleur te prend 1000 Riyals et tu lui dis : "Donnes m’en 500, et gardes 500 pour toi", cet argent ne lui est pas licite, mais il n’y a pas de mal à ce que tu lui en concèdes une partie afin de récupérer l’autre partie.

 

Site Officiel du Cheikh

Traduit par Abderrahman Abou Abdillah

Publié par la chaîne Telegram - AL - WASSATIYA (Le juste milieu) - @alwassatiya

حكم دفع الرشوة للحصول على الحقوق

السؤال : أحيانًا يضطر الإنسانُ لدفع رشوةٍ في سبيل الحصول على حقٍّ له لا يمكن الحصول عليه إلا بهذه الطريقة؟
الجواب : هذا فيه تفصيل
إذا كان حقُّه يضيع ولا يتيسَّر له أخذ حقّه إلا بمالٍ يبذله لشخصٍ يتوصل به إلى حقِّه، ولا يضرُّ غيره إذا بذل هذا المال، بل إنسانٌ أخذ مالك وضرَّك، وله مثلًا صاحبٌ أو له خادمٌ يستطيع أن يشفع لك، فتُعطيه مالًا ليشفع لك وليتسبب في إخراج مالك من هذا الظالم؛ فلا حرج في ذلك
مثل: بدوي أو حضري أخذ مالك -أخذ غنمك، أخذ سيارتك- فتُعطي خادمه أو تُعطي أخاه أو قريبه أو شيخ القبيلة شيئًا حتى يُخلصك من هذا، وإن كان لا يحلّ لشيخ القبيلة ونحوه، لكن إذا لم يتيسر إلَّا بهذا فأنت ما تعديتَ على أحدٍ، إنما طلبت مالك وحقَّك الذي ظُلمتَ فيه
ومثل: قُطَّاع الطريق أخذوا مالك، فتُعطيهم شيئًا من مالك حتى يردُّوا عليك بعضَه، أو السارق أخذ منك ألفًا فتقول: أعطني خمسمئة، ولك خمسمئة، هو لا يحلُّ له، لكن لا بأس أن تُعطيه بعض الحقِّ حتى يردَّ عليك بعض الحق الثاني

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Travailler pour un juif ou un chrétien ?

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Travailler pour un juif ou un chrétien ?

Question :

 

Est-il permis à un muslim de travailler pour un juif ou un chrétien ?

 

Réponse :


Il est permis à un muslim de travailler pour un chrétien et pour un juif si son travail est légiféré et permis selon la charia' (législation).

 

Mais si son travail est contraire à sa religion, il lui est obligatoire de démissionner au premier moment venu !

 

En ce qui concerne la licéité de travailler pour quelqu'un qui n'est pas muslim, nous avons quelques hadiths :

 

Que 'Alî a travaillé pour un juif pendant une journée, pour chaque seau qu'il remplissait du puits, contre une datte.

Il tirait pour lui un seau du puits contre une datte, ce que 'Alî bnu Abî Tâlib faisait, alors que le propriétaire de l'entreprise était un juif !

 

Quant au fait que celui-ci lui dise : Ne prie pas en groupe (jama'a), comme beaucoup de muslimîn le font aujourd'hui, sans même parler des juifs et des chrétiens ?

 

Beaucoup de frères me posent cette question : "Je travaille dans un restaurant, je travaille dans une entreprise, et l'employeur ne me laisse pas accomplir la prière en groupe au masdjid (mosquée), ainsi que la prière du vendredi au masdjid ?"

 

Je réponds à cela :

 

Il est obligatoire de stipuler que tu accompliras toutes les prières (à la mosquée) ; S'il refuse, alors quitte ce travail, et ta subsistance provient d’Allah !

 

Silsilatu al-Hudâ/261

Traduit et publié par La chaine Telegram -Paroles Précieuses - @parolesprecieuses

 السؤال : هل يجوز للمسلم أن يعمل عند اليهودي والنصراني؟

 الجواب : يجوز للمسلم أن يَعمَلَ عِندَ النَّصراني وعِندَ اليَهودي إذا كان عَمَلُه مَشروعاً جائزاً في الشَّرعِ. أمَّا إذا كان عَمَلُه مُخالِفاً لدِينِه، فيَجِبُ أن يَستَقيلَ منه بأوَّلِ لحظةٍ

أمَّا من حيث جواز العمل عند غير المسلم ، فعندنا بعض الأحاديث
أنَّ علياً عَمِلَ عِندَ يهودي يَوماً مُقابِلَ كُلِّ دَلوٍ يَنضَحُهُ مِنَ البِئرِ بتَمرَةٍ. يَسحَبُ له دَلواً من البئر بتمرة، والذي عمل هو علي بن أبي طالب، وصاحب العمل هو يهودي

أمَّا يقول له : لا تُصَلِّي مع الجَماعَةِ ، كما يَفعَلُ الكثير مِنَ المسلمين اليوم ، فضلاً عن اليهود والنصارى

كثيرٌ مِنَ الإخوةِ يسألونني هذا السؤال: "أنا أعمل في المطعم، أعمل في شركة ، لا يَسمَحُ لي - صاحب العمل - أن أُصَلِّي صلاة الجماعة في المسجد، بل لا يَسمَحُ لي أن أُصَلِّي صلاة الجُمُعَة في المسجد"

 فأقول له:
يَجِبُ أن تَشتَرِطَ عليه أن تُصَلِّي كل الصلوات ؛ فإن أبَى فاترُك العمل، ورِزقُكَ على الله

سِلسِلَةُ الهُدَى/261

      Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

Est-il permis de travailler dans un magasin qui vend de l’alcool et de la viande de porc ? Et est-ce que mon salaire (perçu en travaillant dans ce magasin) est licite ou illicite ?

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Est-il permis de travailler dans un magasin qui vend de l’alcool et de la viande de porc ? Et est-ce que mon salaire (perçu en travaillant dans ce magasin) est licite ou illicite ?

Question :

 

Est-il permis de travailler dans un magasin qui vend de l’alcool et de la viande de porc ?

 

Et est-ce que mon salaire (perçu en travaillant dans ce magasin) est licite ou illicite ?

 

Réponse :

 

Le travail effectué dans les magasins et les lieux où sont vendus du tabac et les magasins proposant des choses obscènes et du vin est interdit ; car ils font partie des mauvaises choses, et leur salaire est mauvais.

 

Et ce dont la base est illicite : sa vente, son achat et le fait de tirer profit du prix de sa vente est aussi illicite.

 

Par conséquent, il n’est pas permis de percevoir des salaires qui font suite au travail dans ces magasins et dans ces lieux où sont vendues ces choses interdites ; car cela est une facilité dans leur propagation, et un préjudice causé aux gens dans leur religion et dans leur vie d’ici-bas, ainsi qu’une entraide dans le faux et le péché.

 

Et Allah a certes dit (traduction rapprochée) :

 

{Entraidez-vous dans l'accomplissement des bonnes œuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression. Et craignez Allah, car Allah est, certes, dur en punition !}

 

L’imam Ahmad a rapporté dans son Musnad, d’après Ibn Umar a dit :

Le Messager d’Allah a dit :

 

“Le vin a été maudit sous dix aspects :

le vin a été maudit en lui-même,

ainsi que celui qui le consomme,

celui qui le verse,

celui qui le vend,

celui qui l'achète,

celui qui le presse,

celui pour qui il est pressé,

celui qui le transporte,

celui pour qui il est transporté

et celui qui consomme son prix de vente.” 

Et l’imam At-Tirmidhi et Ibn Majah ont rapporté un hadith semblable.

 

Et celui qui travaille dans ces magasins précités doit se débarrasser de l'argent qu’il a perçu en y travaillant, et cela en le dépensant dans les causes de biens et de bienfaisance, comme en donnant aux indigents et aux pauvres s’il est en mesure de faire cela.

 

Tout en se repentant à Allah, de même qu’il doit délaisser ce travail et trouver un autre travail avec lequel il percevra un salaire licite et honnête.

 

Et certes celui qui délaisse une chose pour Allah, Il lui remplacera par ce qui est meilleur.

 

Allah dit (traduction rapprochée) :

 

{Et quiconque craint Allah, il lui donnera une issue favorable, Et lui accordera Ses dons par [des moyens] sur lesquels il ne comptait pas.}

 

Et Il dit (traduction rapprochée) :

 

{Quiconque craint Allah cependant, Il lui facilite les choses.}

 

Et c’est à Allah qu’appartient la réussite. Et qu’Allah prie sur notre Prophète Muhammad, et le salue, sa famille et ses compagnons.

 

Traduit par Na'ima Umm Talhah

 Publié par minhaj-an-nubuwwah.com

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

Travailler avec un diplôme obtenu en trichant (audio)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Travailler avec un diplôme obtenu en trichant (audio)

Question :

 

السلام عليكم ورحمة الله وبركاته

 

J’ai un diplôme ou j’ai triché pour l’obtenir dans certaines matières, est-ce qu’il m'est permis de postuler pour un travail ou pour une université (Medine) avec ce diplôme ?

 

Réponse :


وعليكم السلام ورحمة الله

 

Quant à la première question -qu'Allâh vous bénisse-, si la faculté (relève d'une activité) "pratique", alors ce n'est pas permis, c'est-à-dire comme la faculté de médecine ou d'ingénieur.

 

Qu’Allâh vous bénisse

 

Cependant, si la faculté où tu as triché et dont tu as obtenu cette note, et la faculté dans laquelle tu vas candidater est "théorique" alors, il n'y a pas d'inconvénient dans cela, en se repentant et en demandant pardon pour la tricherie.

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم dit :

 

"Celui qui nous trompe ne fait pas partie de nous"

Rapporté par Mouslim

 

Est ce clair ?

 

Il n'y a alors pas d'inconvénient dans cela.

 

Néanmoins, si la faculté est dite "pratique" alors ce n'est pas permis, car tu vas rassembler deux immenses maux, le mal de la tricherie et le mal de ne pas avoir les compétences/aptitudes requises dans ce métier.

 

Qu'Allâh vous bénisse

 

Peu importe que ce soit l'ingénierie de terrain ou de construction ou la médecine ou n'importe quelle faculté "pratique" qui se rattache à la vie des autres.

 

Est ce clair ?

 

Car dans ce cas, le péché dépasse, et ne touche pas que sa propre personne.

 

Quant à si la faculté est "théorique" n'a pas de lien avec les autres et que la faculté à laquelle tu vas postuler aussi alors, il n'y a pas d'inconvénient dans cela.

 

Cela, et Allah est le plus savant.

 

Traduit et publié par la chaîne Telegram - Les clefs du bien - @les_clefs_du_bien

Cheikh 'Ayman Diyab Al-'Abidini - الشيخ أيمن دياب العابديني

Partager cet article

Concours avec des conditions de participation

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Concours avec des conditions de participation

Question que j'ai posée au noble Cheikh 'Ali Al-Ramly , -qu'Allāh le préserve- sur son groupe Telegram :

 

Sur certains réseaux sociaux, des entreprises de vêtements, de livres ou autres annoncent des concours à travers leurs comptes sur ces réseaux.

 

Elles mettent comme conditions pour participer au tirage :

 

- que la personne s'abonne au compte de l'entreprise sur ce réseau,

- qu'elle retweet le message lié au concours,

- qu'elle envoie ce message à deux ou trois personnes.

 

Notre shaykh, est-ce que cela est autorisé ?

 

Réponse du shaykh :

 

Non, ce n'est pas autorisé.

 

Ceci est du jeu de hasard.

 

Une personne du groupe demande :

 

Notre shaykh -qu'Allāh vous préserve-, cela signifie que c'est du jeu de hasard même si on ne paye pas, seulement en suivant (le compte) et en propageant, c'est à dire sans rien payer ?

 

Réponse du shaykh :

 

Un travail n'est-il pas effectué pour pouvoir gagner en contrepartie ?

 

Et il se peut qu'on gagne et il se peut qu'on ne gagne pas.

 

Le jeu de hasard est que tu payes, par une utilité (un travail) ou de l'argent, pour que tu gagnes en fonction d'un risque (de gagner ou pas).

Cliquer pour agrandir

 

Question n°26878 posée à la Commission Permanente pour la fatwa, présidée par le Moufti du Royaume d'Arabie Saoudite, l'éminent savant ۶AbdAl-۶Azīz Āl Ash-shaykh, et comptant parmi ses membres l'éminent savant Ṣālih Al-Fawzān -qu'Allah les préserve tous-:

 

Une chose se propage actuellement qui est que beaucoup de ceux qui possèdent des sites internet par le biais desquels ils font du commerce de choses diverses telles que les vêtements, les portables ou autres, organisent des concours dont la réalité est :


- que tu t'abonnes à leur groupe et que tu propages l'annonce du concours sur d'autres pages internet.

 

Ils t'attribuent alors un numéro et lorsque le concours vient à son terme, l'organisateur désigne le vainqueur en tirant des numéros.


Quel est donc le jugement de cela ?

 

Cela fait-il partie du tirage au sort autorisé ou du jeu de hasard illicite ?

 

Réponse :

 

Après étude de la Commission des fatwas, celle-ci a répondu que l'usage est que le fait de propager des annonces est une chose qui a une valeur.

 

Ainsi, effectuer cet acte afin d'entrer dans ces concours entre dans le jeu de hasard qui a été interdit.

 

En effet, effectuer cet acte est une perte confirmée (ici: l'effort fourni) tandis que sa compensation est un gain éventuel, et cela constitue un pari, qui est le jeu de hasard qui a été interdit dans la parole d'Allāh (traduction approchante du sens des versets) : 

 

﴾Ô les croyants ! Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées, les flèches de divination ne sont qu’une abomination, œuvre du diable. Écartez-vous en, afin que vous réussissiez. Le diable ne veut que jeter parmi vous, à travers le vin et le jeu de hasard, l’inimitié et la haine, et vous détourner d’invoquer Allāh et de la prière rituelle. Allez-vous donc y mettre fin? ﴿

 

Le revenu venant de cela est une manière de dévorer l'argent sans droit, ce qui a été interdit.

 

Et c'est par Allāh que s'obstient la réussite.

 

Que les éloges et le salut d'Allāh soient sur notre Prophète Muḥammad ainsi que sa famille et ses compagnons.

Cliquer pour agrandir

 

Traduit par Zayd Al-Faransi

Publié par @zaydalfaransi

 

Cheikh Abou Al-Hassan 'Ali Al-Ramly - الشيخ أبو الحسن علي الرملي

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاءعلي الرملي

Partager cet article

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>