compteur de visite

Catégories

1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 20:01
La fraternité sincère

AbduLlâh Ibn AlMoubârak رحمه الله a dit :

 

"Rien ne m'a autant fatigué comme m'a fatigué le fait que je ne trouve pas de frère en Allâh"

 

Al-Hiliya d'Ibn Nou'aym 168/8

Traduit par Oum Omayr

 

 قال عبد الله بن المبارك رحمه الله

"ما أعياني شيء كما أعياني أني لا أجد أخا فِي اللَّه"

حلية الأولياء لأبي نعيم ٨-١٦٨

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 19:36
Le qât - القات

Question :

 

La culture du qât s'est largement répandue au Yémen, et on demande l'avis religieux sur sa culture ou sa commercialisation.

 

Réponse :

 

Le qât est interdit.

 

Il n'est permis au musulman ni de le consommer, ni de le commercialiser, ni d'en faire aucun usage habituellement fait avec l'argent licite.

 

Son Eminence, le Cheikh Mohammad ibn 'Ibrâhîm رحمه الله avait publié une fatwa concernant son interdiction, dont voici le texte:

 

Communiqué de Cheikh Mohammad ibn 'Ibrâhîm رحمه الله, sur l'interdiction du qât :


Louange à Allâh. 

Auprès d'Allâh nous sollicitons l'aide et le Pardon. 

A Allâh nous nous repentons. 

Nous implorons Allâh de nous préserver contre les maux de nous même et contre nos mauvais actes. 

Ne s'égarera point celui qu'Allâh aura guidé, et ne sera point guidé celui qu'Allâh aura égaré. J'atteste qu'il n'est d'autre dieu qu'Allah, sans autre associé, et j'atteste que Mohammed est Son serviteur et son messager صلى الله عليه وسلم et prière et salut sur sa famille et ses compagnons.

Après ce préambule, on nous a adressé une question sur la consommation du qât et son interdiction:

 

Il s'agit d'un arbre cultivé au Yémen, et qui est consommé de la manière connue là bas.

 

Il contient des bienfaits aussi bien que des nuisances, ce qui entraîne des divergences entre les gens à son égard.

 

Vu que c'est une question d'actualité, et l'avis y afférent dépendrait des conclusions tirées sur les propriétés de cet arbre, concernant ses bienfaits et ses méfaits, et lequel des deux domine l'autre.

 

Et vu que cet arbre n'existe pas chez nous, nous avons rassemblé toutes les informations possibles, à partir des études et recherches des spécialistes.

 

Après avoir analysé toute la documentation disponible, il s'est avéré que les méfaits de cet arbre sont tels qu'il faut interdire sa culture, sa commercialisation ou son utilisation.

 

Ces méfaits affectent aussi bien les esprits que les corps, comme ils entraînent un gaspillage de l'argent, un égarement des esprits, comme ils détournent les gens de l'invocation d'Allâh, et de la prière.

 

Il représente un moyen vers le mal.

 

Les moyens subissent les mêmes jugements que les conséquences auxquelles ils aboutissent. Or, il a été formellement établi que cette plante alanguit, voire enivre.

 

Aucun avis contraire ne sera considéré, et celui qui avance le contraire doit en apporter la preuve.

 

Cette plante est à interdire par analogie avec le haschisch, puisqu'ils représentent de nombreux points communs.

 

Il n'y a pas de différences entre ces deux plantes, chez les chercheurs.


La preuve sur cet avis existe dans le Livre d'Allâh, dans la tradition de son Prophète صلى الله عليه وسلم, ainsi que l'avis des savants, exposé comme suit :
 

Allâh تعالى a dit (traduction rapprochée) :  

 

"Et Nous avons fait descendre sur toi le Livre, comme un exposé explicite de toute chose, ainsi qu'un guide, une grâce et une bonne annonce aux Musulmans." (Sourate les abeilles verset 89)

 

et dans le hadith :  

 

"Le Messager d'Allâh a rendu l'âme et n'a pas manqué de nous informer de tout, même de l'oiseau qui vole de ses ailes dans le ciel."

 

Ainsi, les preuves dans le Livre et la tradition sont suffisants pour démontrer ce dont les gens ont besoin concernant leur religion et leur vie ici bas.


Et du fait de Sa Sagesse et Sa Miséricorde, Allâh a rendu licite pour nous les bonnes nourritures et tout ce qui représente des bienfaits absolus ou dominants, et il a rendu pour nous illicites toutes les souillures et tout ce qui représente des méfaits absolus ou dominants.

 

Allâh تعالى a dit (traduction rapprochée) :  

 

"Ils t'interrogent sur le vin et les jeux de hasard. Dis: "Dans les deux il y a un grand péché et quelques avantages pour les gens; mais dans les deux, le péché est plus grand que l'utilité"". (Sourate la vache verset 219)

 

Allâh تعالى a ainsi rendu illicites le vin et les jeux de hasard, en dépit des bienfaits qu'ils contiennent.

 

Allâh تعالى a dit (traduction rapprochée) :  

 

"Ô les croyants! Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées, les flèches de divination ne sont qu’une abomination, œuvre du Diable. Ecartez-vous en, afin que vous réussissiez.

Le Diable ne veut que jeter parmi vous, à travers le vin et le jeu de hasard, l’inimitié et la haine, et vous détourner d’invoquer Allâh et de la Salât. Allez-vous donc y mettre fin?" (Sourate la table servie verset 90-91)

 

Par ailleurs, dans le hadith rapporté par l'imam 'Ahmad dans son Mousnad, et 'Abou Dâwoud dans ses Sounan avec une chaîne de transmission authentique, 'Omm Salama رضي الله عنها dit:  

 

"Le Prophète صلى الله عليه وسلم a interdit tout ce qui rend ivre et tout ce qui alanguit."

 

Les savants ont dit: est défini comme alanguissant tout ce qui provoque l'alanguissement dans le corps et l'enivrement dans les membres.

 

Et en ce qui concerne le qat, si l'on suppose qu'il contient quelques bienfaits, les méfaits certains et prouvés sont largement supérieurs à ses bienfaits.


C'est pour cela que de nombreux savants, ayant connu ses caractéristiques, ont statué sur son illicéité.

 

Chacun s'est fondé sur le méfait constaté.

 

Parmi ces savants, le cheikh Ahmad Ibn Hadjar Al-Haytamî en faisant l'analogie avec le haschisch et la noix de muscade, et il a compté son utilisation parmi les péchés capitaux.

 

Par ailleurs, il l'a mentionné dans son ouvrage (Az-Aawâdjir `an 'iqtirâf al-kabâ'ir), dans le chapitre sur les aliments, sous le péché majeur no. 170.

 

En plus, il lui a également dédié une note indépendante intitulée : (Tahdhîr athiqât min isti`mâl al-kafta wa al-qât).

 

Ce cheikh a affirmé qu'il a reçu à La Mecque honorée trois courriers provenant de savants de San`â' et Zoubayd : dont deux déclaraient l'illicéité du qât et une le déclarait licite.

 

Dans cette note, il dit : parmi les gens qui l'ont déclaré illicite: l'érudit Abou Bakr Ibn 'Ibrâhîm Al-Moqrî Al-Harrâzî Ach-Chafi`î dans son ouvrage sur (Tahrîm Al-Qât), il a dit : j'en consommais quand j'étais jeune, ensuite je l'ai considérée comme une chose équivoque, et le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit:  

 

"Celui qui se garde de l'équivoque purifie sa foi et son honneur."

 

Puis j'ai considéré que sa consommation impliquait des méfaits sur ma santé et ma religion, alors, j'y ai renoncé.

 

Les savants رحمهم الله ont considéré que le qât fait partie des interdits les plus renommés.

 

Parmi ses méfaits: celui qui en consomme s'assoupit dans un premier temps et devient gai, puis deux heures plus tard environ, il ressent un grand chagrin, une grande tristesse et adopte un mauvais comportement.

 

Lorsque je me trouvais dans cette situation, quand quelqu'un me lisait quelque chose, il m'était difficile de la répéter après lui, et j'éprouvais une grande difficulté et un grand ennui à le faire.

 

De même, le qât annihile l'appétit pour les aliments et leur goût, comme il entraîne des insomnies.

 

Parmi ses méfaits également, il fait écouler un liquide, après l'urine, semblable au liquide pré-éjaculatoire, qui dure assez longtemps.

 

Il était si gênant que souvent, j'allais refaire les ablutions, voire la prière.

 

Lorsque j'en ai parlé à d'autres personnes qui consommaient le qat, ils m'ont confirmé ce phénomène.

 

C'est donc une calamité pour la religion, et un malheur pour les musulmans.

 

D'autre part `Abd-Allâh Ibn Youssouf Al-Moqrî m'a rapporté d'après l'érudit Youssouf Ibn Younous Al-Moqrî qu'il disait : le qât est apparu à l'époque de savants qui n'osaient ni interdire ni autoriser.

 

Et s'il était apparu au temps de savants prédécesseurs, ils l'auraient interdit.

 

Un irakien est arrivé au Yémen et il se prénommait : le faqih Abraham ; Celui-ci déclarait ouvertement l'illicéité du qât et désapprouvait ceux qui le consommaient.

 

Il a dit qu'il l'avait déclaré prohibé après ce qui lui fut rapporté sur l'état des consommateurs.

 

Il l'a même testé plusieurs fois puis a déclaré son interdiction, au regard de ses méfaits et l'enivrement qu'il provoque.

 

Il disait : après sa consommation, ce qui est secrété après l'urine est du sperme.

 

Puis je l'ai rencontré et lui ai dit : Nous avons appris que vous déclarez l'illicéité du qat.

 

Il m'a répondu : Oui.

 

Puis je lui ai dit : Quelle est la preuve?

 

Il répondit : Ses méfaits et l'ivresse qu'il provoque.

 

Ses méfaits sont évidents, par contre, peut-on le qualifier d'enivrant parce qu'il est euphorisant?

 

J'ai répondu oui.

 

Il a dit : Les Châfi`tes et autres ont répondu aux Hanéfites qui jugent licite le vin qui ne cause pas l'ivresse : Le vin est illicite par analogie à l'alcool, vu leur caractéristique commune d'euphorisation.

 

Alors, j'ai dit : ils rapportent que vous dites : Il entraîne l'écoulement de sperme, alors que le liquide secrété n'a pas les caractéristiques du sperme.

 

Il dit: il s'écoule sans être maîtrisé.

 

J'en ai vu plus d'un qui est devenu fou à force de le consommer.

 

Ces propos sont extraits de la thèse d'Al-Harrâzî sur la question.


Concernant cet homme irakien qu'il a mentionné et dont il a rapporté le jugement portant sur l'illicéité du qat, j'ai appris de certains étudiants qu'il est venu à Mecque, et y a longuement étudié.

 

Par ailleurs, il a étudié plusieurs de ses écrits et a amplement fait ses éloges.

 

Et parmi ce qui corrobore ces paroles interdisant le qât, celle de l'érudit Hamza An-Nâchirî, qui représente une référence dans le domaine des fatwas, comme le démontre sa biographie dans (Târikh Ach-Chams As-Sakhâwî) dans son célèbre poème.

 

Le conteur de La Mecque qu'Allâh l'honore, m'a affirmé qu'il a récité devant son auteur et lui en a certifié la récitation:


Ne consommez point le qât, frais ou sec
Il entraine la maladie grave
Et de grands érudits ont dit que
cette nourriture est interdite, puisqu'elle est néfaste.

 

Dans le même contexte, le Prophète صلى الله عليه وسلم :

 

"Il interdit tout ce qui rend ivre et tout ce qui alanguit."

 

Enfin, il a dit : Ce qui alanguit, c'est ce qui entraîne une élévation de la température du corps et un affaiblissement.

 

Or, ceci fut observé et connu auprès des consommateurs du qât, à l'instar des autres substances enivrantes.

 

Même si celles-ci entraînent une illusion de dynamisme et de vivacité, ce n'est que l'effet de l'euphorie et de l'ivresse résultant du produit.

 

On observe le même phénomène chez les personnes abusant de la consommation des substances enivrantes, y compris le vin. Il arrive une sorte d'étourdissement qui peut s'accompagner de tremblement, d'hémiplégie et de sécheresse au niveau du cerveau, et une altération définitive de la raison, en plus d'autres méfaits.

 

Mais le qât ne comporte, de par sa nature, que des méfaits pour la religion et pour la vie ici bas, car ses propriétés sont la sécheresse et le froid, qu'il ne contient aucune propriété de chaleur et de douceur, avec lesquelles les méfaits ne paraissent qu'après une consommation bien prolongée.

 

D'ailleurs, ses effets néfastes sont, la plupart du temps, semblables à ceux de l'opium, qui engendrent un changement de la physionomie, de la nature de la personne et de son comportement.

 

Voire, il est plus dangereux que l'opium, car on n'en connaît aucun bienfait, et les méfaits sont plus graves que ceux de l'opium, et ils entraînent un desséchement du cerveau, un changement de comportement, une perte de l'appétit, un dysfonctionnement sexuel, un desséchement des intestins et de l'estomac, en plus de leur refroidissement, etc..


Parmi les effets du qât également, est qu'il renferme toutes les propriétés négatives du haschisch, en plus de ses effets néfastes sur la santé, en provoquant la perte de l'appétit à la nourriture, de l'appétit sexuel et un gaspillage d'argent.


Parmi les arguments sur lesquels on se fonde : si l'on considère qu'il apporte un avantage quelconque, il ne saurait dépasser ses méfaits.
 

En plus, il a des propriétés communes avec l'ensemble des substances enivrantes, dont, faire apparaître les vaisseaux sanguins sous la peau, avec un desséchement du cerveau.

 

D'ailleurs il ne contient pas, contrairement au haschich et au vin, cette chaleur et cette douceur qui compenseraient la chaleur et la douceur qu'il retire du corps, et de ce fait, il est plus nuisible que ces deux substances.
 

Il a également dit : un des savants hanafites a dit : J'ai rendu visite à un disciple du soufisme du Yémen à la Mosquée Bénite qui m'a donné un peu de qât, et m'a dit: mange de cela, sa consommation est bénite.

 

J'en ai alors mangé et j'ai trouvé que ça produisait l'effet de drogue.

 

Alors, je lui ai rapporté les avis qui interdisent sa consommation, alors, il m'a dit: j'ai une certaine connaissance de la médecine et mon corps est parfaitement équilibré, de même que mon caractère.

 

Ce que je saisis par ceci, personne d'autre ne saura saisir.

 

Or, je suis bien conscient que ce qât a l'effet de la drogue et étourdit; je n'en prendrai plus jamais.

 

Une personne honorable a dit : Il entraîne une perte de la conscience, et si on en consomme, on demeure longtemps sans pouvoir distinguer le ciel de la terre, ni la longueur de la largeur.

 

Tels sont les propos d'Ibn Hadjar dans (Tahdhîr Athiqât `an isti`mâl Al-kafta wal-qât).

 

Il l'a également mentionné dans son discours sur le haschisch et la noix de muscade : Ceci justifie l'évocation de leurs propriétés afin de les comparer à l'arbre du qât.

 

Puis, il a dit qu'on lui avait demandé une fatwa sur la noix de muscade, à laquelle il répondit par l'interdiction, car elle est euphorisante comme le haschich.

 

Puis il a dit : Les quatre imâms l'ont déclarée illicite : les chafiites, les malékites et les hanbalites, en se fondant sur le texte, et les hanafites sur la jurisprudence,.. jusqu'à cette parole: enivrement signifie en général, ce qui obscurcit la raison, et plus particulièrement ce qui enveloppe la raison tout en entraînant un état d'euphorie et d'excitation.

 

Ainsi, l'enivrement couvre un champ beaucoup plus large que les euphorisants: en effet, toute substance stupéfiante est enivrante mais toute substance enivrante n'est pas stupéfiante.

 

Lorsqu'on qualifie le haschisch et la noix de muscade de stupéfiants, on fait allusion à leur propriété euphorisante, et celui qui dénie cette propriété veut se limiter à leur signification restreinte.

 

En résumé, l'enivrement causé par le vin provoque l'excitation, l'euphorie, l'ivresse, la colère et l'emportement, tandis que l'enivrement causé par le haschisch ou la noix de muscade entraîne un engourdissement du corps, un long silence, le sommeil et l'absence d'emportement.

 

Il a conclu en disant : Ma réponse concernant la noix de muscade prend fin ici.

 

Cette réponse implique ce qui se rapporte au qât, l'interdiction du qât est ainsi évidente, car l'effet de la noix de muscade est variable selon les individus, certains s'en engourdissent, et d'autres non.

 

Ainsi, si les imams ont tous interdit la noix de muscade, malgré son effet variable selon les individus, ils devraient à fortiori interdire le qât, dont l'effet néfaste est général.

 

Fin de la citation de Ibn Hadjar رحمه الله.

 

Il a fait la liste exhaustive des propriétés du qât et l'a décrit comme une substance enivrante qui nuit à la raison, à la religion et au corps.

 

Comme il a déclaré l'interdiction et la prévention, voire la prohibition de l'usage de cette substance.

 

Dans un autre endroit, il a insisté sur le statut de prohibition.

 

En d'autres endroits, il a hésité à statuer la prohibition d'une manière absolue, ce qui signifie soit qu'il manquait de texte religieux pour fonder son jugement, soit qu'il allait l'établir ultérieurement.


Le cheikh Mohammad ibn Sâlim Al-Bayhânî a dit, dans son ouvrage (Isslâh Al-Moujtama`) en commentant le hadîth d' Ibn `Omar selon lequel le Prophète d'Allâh صلى الله عليه وسلم avait dit:  

 

"Tout ce qui enivre est du vin et tout ce qui enivre est illicite. Celui qui consomme le vin dans ce bas monde, et meurt étant alcoolique, ne goûtera pas au vin de l’au-delà (qui n’est point enivrant.)"

Rapporté par Al-Boukhârî et Mouslim.

 

Puis, il a dit, après avoir évoqué ce hadîth : Ici, je saisis l'opportunité d'évoquer le qât et le tabac, dont de nombreuses personnes chez nous sont dépendantes, et ceci fait partie des fléaux sociaux destructeurs, et même s'il ne s'agissait pas de substances enivrantes, leur nocivité les rend proches du vin et des jeux de hasard, par le gaspillage de l'argent et du temps qu'ils entraînent, par leurs effets nocifs sur la santé, par le détournement de la prière et d'autres actes nuisibles qu'ils induisent.

 

Jusqu'à cette parole : Il est connu que le qât entraîne des effets néfastes sur la santé, détruit les dents, provoque les hémorroïdes, détruit l'estomac, réduit l'appétit, entraîne des écoulements, voire peut affaiblir la fécondité et entraîner la stérilité.

 

Il peut également causer la constipation chronique et les maladies rénales.

 

D'ailleurs, à leur naissance, les enfants de celui qui s'adonne au qât sont, le plus souvent, physiquement faibles, minces, anémiques, atteintes de plusieurs maladies chroniques.

 

Ceci implique d'importantes dépenses pour les soins médicaux.

 

Celles-ci auraient plutôt dû être versées pour la nutrition saine, l'éducation des enfants, ou dans des actes de bienfaisance pour l'amour d'Allâh.

 

Notre poète a bien raison lorsqu'il dit:

 

J'ai décidé de ne plus consommer le qât
pour préserver mon physique et mon temps
et j'ai milité contre ce mal
un long moment où j'élevais la voix
mais, une fois le mal est découvert,
et sa vérité dévoilée, je l'ai abandonné
sa nature est faite de froideur mêlée de sécheresse
ô frère de la mort, quelle part de notre dignité tu nous as dérobée
la valeur de celui qui achète le qât dans son marché
est égale à la valeur qu'il verse pour acheter le qât

 

Ils se réunissent pour le manger de la mi-journée au coucher du soleil, voire au milieu de la nuit.

 

Ils mangent les arbres, passent leur temps à calomnier et à évoquer les sujets qui ne les concernent pas.

 

Certains disent qu'ils l'utilisent pour avoir la force de faire les prières nocturnes, comme ils prétendent que c'est l'aliment des personnes pieuses.

 

Ils disent aussi: cet aliment a été apporté par Al-Khidr du mont Qâf au roi Dhoul Qarnayn.

 

Ils en narrent de nombreux contes et récits, et certains vont jusqu'à élever leur voix en disant:

 

Mes moments sont bénis lorsque je mange le qat

...

Mange-le pour toute fin dans cette vie ici bas et dans l'au delà

pour éloigner le mal et attirer la joie

 

Parmi les hommes âgés ayant perdu leurs dents, à cause du qât, ceux qui le battent avec le marteau, puis le mâchent et sucent son eau.

 

Parfois, ils le sèchent et l'emmènent avec eux en voyage.

 

Il leur arrive de subir l'ironie de celui qui ne sait pas ce qu'est le qât.

 

Ainsi, un égyptien a composé le poème suivant, où il dénigre les yéménites:

 

Ô esclaves du qât ne vous estimez pas supérieurs à celui

qui considère le qât comme une médecine qui ne soigne point

 

Quant au tabac, ses méfaits sont encore plus graves. 

 

Il n'est pas loin de faire partie des souillures qu'Allâh a interdites, et s'il ne contenait que les méfaits attestés par les médecins, ce serait un argument suffisant pour l'interdire et pour s'en éloigner. 

 

Certaines communautés musulmanes lui ont attribué la même règle que l'alcool, ont lutté contre lui par tous les moyens, et ont déclaré comme débauché celui qui s'y adonne. 

 

D'autres en ont fortement abusé. 

 

Cet arbre néfaste a pénétré dans les pays musulmans en 1012 H, environ, puis s'est propagé partout.

 

Jusqu'à cette parole : Ce qui est encore plus nocif, c'est lorsque la personne mâche le tabac, ou le mélange avec d'autres matières, puis le met entre ses lèvres et ses dents (connu par Ach-chamma), elle fait des crachats dégoutants qui salissent le milieu. 

 

D'autres encore inhalent le tabac, après l'avoir moulu: c'est le "bordoqân" qu'ils inhalent, détruisant ainsi leur cerveau, la vue et l'ouïe, alors que ces personnes ne cessent d'éternuer, de se moucher dans leur main, dans leur mouchoir ou sur le sol, devant les autres.

 

Un ami m'avait dit: un de ses proches s'adonnait au bourdhouqân, et quand il mourut, des souillures ont continué à couler de son nez pendant trois heures. 

 

Ainsi, si les gens se limitaient aux vivres essentiels, ils feraient des économies substantielles et se préserveraient de ces malheurs.

 

Je ne compare pas le qât et le tabac, au vin, du point de vue de l'interdiction et du châtiment encouru dans l'au delà, mais je dis qu'il s'en approche. 

 

En plus, tout ce qui s'avère nuisible pour la santé, le corps, la raison ou les biens, devient illicite.

 

La bienfaisance, c'est tout ce qui inspire la confiance, et la sécurité. 

 

Le péché, c'est tout ce qui a un effet nuisible sur l'esprit, et se répercute dans la pensée, même si l'on vous donnait des fatwas stipulant le contraire. 

 

Allâh تعالى dit (traduction rapprochée) :  

 

"Ô les croyants! Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées, les flèches de divination ne sont qu’une abomination, œuvre du Diable. Ecartez-vous en, afin que vous réussissiez. Le Diable ne veut que jeter parmi vous, à travers le vin et le jeu de hasard, l’inimitié et la haine, et vous détourner d’invoquer Allâh et de la Salât. Allez-vous donc y mettre fin?" (Sourate la table servie verset 90-91)

 

Fin de la citation de Cheikh Mohammad ibn Sâlim Al-Bayhânî sur ce sujet.

 

Il a cité les propriétés du qât et l'a qualifié de nuisible et lui a attribué la nocivité, l'interdiction et l'illicéité, mais sa parole : Je n'assimile point le qât et le tabac au vin, etc., il semble qu'il voulait dire que la prohibition concernant le qât et le tabac n'est pas aussi grave que celle frappant le vin. 

 

Ce dernier implique le had (punition légale prévue en cas de péché capital) dans cette vie ici bas et la punition dans l'au delà. 

 

D'ailleurs, ils demeurent d'autant similaires en ce qui concerne le principe de l'interdiction.

 

Cheikh-Al-Islam Ibn Taymiyya رحمه الله a dit, dans (Al-Ikhtiyârât) chapitre : Si vous avez des doutes quant à la propriété enivrante d'un aliment ou d'une boisson, ils ne deviennent pas illicites par le simple fait du doute, et le consommateur ne subit pas la peine légale (had). 

 

D'ailleurs, il ne faut pas le rendre licite aux gens, vu la possibilité qu'il soit enivrant. 

 

En effet, faire passer l'illicite pour licite, c'est comme faire passer le licite pour illicite: on tranche sur la question en faisant appel à l'attestation d'une personne dont la parole compte : Comme quelqu'un qui l'a déjà goûté, puis s'en est repenti, ou quelqu'un qui l'a goûté, en ignorant que c'est illicite, ou qui le croyait licite pour le soin médical, etc., ou qui adoptait le koufisme, qui approuvait la consommation d'une faible quantité de vin. 

 

Si un groupe de ceux qui en ont consommé attestent sa prohibition, il faudrait donc adopter ce jugement, quand un nombre important d'entre eux, qui ne peuvent s'accorder sur un mensonge, ont transmis l'information. 

 

Cette règle est assimilable à celle des faits établis par la transmission et les faits répandus parmi les gens. 

 

En effet, parmi les faits répandus parmi les dépravés et les mécréants: la mort, la lignée, le mariage et le divorce. 

 

On se trouve alors devant deux cas de figure: soit on établit ce jugement, car la transmission n'exige pas un témoin musulman, ni n'exige l'intégrité; soit on établit l'attestation sur ce fait, en se fondant sur la réalité répandue parmi les gens, qui aura cependant l'effet de la transmission. 

 

Soit, encore, l'on interroge certaines personnes intègres l'ayant consommé, dans deux cas :

 

Le premier : Le témoin n'était pas au courant de l'interdiction avant de connaître les motifs ; Il lui est alors licite d'en consommer. 

 

D'ailleurs, la répréhension de procéder aux actes sujets à équivoque s'oppose à l'intérêt d'en déterminer les effets. 

 

Le deuxième cas, c'est que les aliments illicites sont parfois rendus licites en cas de nécessité; d'ailleurs, il est nécessaire de déterminer les cas de nécessité y afférent. 

 

Fin de la citation de Cheikh Taqî-Ad-Dîn رحمه الله.

 

De ce que Cheikh Al-Islam رحمه الله a déclaré ici, il nous apparaît la justesse de la voie que nous avons adoptée dans notre interdiction du qât, et sa conformité aux principes de la jurisprudence islamique et des règles suivies et légalement approuvées. 

 

De ce qui précède, on constate l'authenticité du jugement qui interdit définitivement tout acte lié au qât: sa culture, son importation, sa consommation, etc..

 

Et ceci apparaît évident à toute personne ayant un certain savoir des principes et des règles de la jurisprudence islamique. 

 

En outre, éloigner les méfaits est à privilégier par rapport à attirer les bienfaits. 

 

Allâh (Exalté Soit-Il) dit la vérité et Guide vers la juste voie.


Dicté par celui qui aspire au Pardon de son Seigneur : Mohammad ibn ‘Ibrâhîm ibn `Abd-Al-Lattîf 'Al Ach-Chaykh, Prière et salut d'Allâh sur notre Prophète Mohammad ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Rédigé le 11/04/1376 H.

Qu'Allâh vous accorde la réussite et que les prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

(Numéro de la partie: 22, Numéro de la page: 159 à 175)

La Fatwa numéro (2159)

✅ Publié par alifta.net

القات
س: مضمونه: إن زراعة القات انتشر بشكل واسع في اليمن، ويطلبان بيان حكم زراعته وبيعه وشرائه
ج: القات محرم لا يجوز لمسلم أن يتعاطاه أكلاً وبيعًا وشراء وغيرها من أنواع التصرفات المشروعة في الأموال المباحة، وقد صدر من سماحة الشيخ محمد بن إبراهيم - رحمه الله - فتوى في تحريمه، هذا نصها
رسالة الشيخ محمد بن إبراهيم - رحمه الله - في تحريم القات
إن الحمد لله، نحمده ونستعينه ونستغفره ونتوب إليه، ونعوذ بالله من شرور أنفسنا وسيئات أعمالنا. من يهده الله فلا مضل له، ومن يضلل فلا هادي له، وأشهد أن لا إله إلا الله وحده لا شريك له، وأشهد أن محمدًا عبده ورسوله، صلى الله عليه وعلى آله وصحبه وسلم تسليمًا كثيرًا
أما بعد: فقد ورد علينا سؤال عن حِل أكل القات وتحريمه، وهو الشجر الذي يزرع في أرض اليمن، ويؤكل على الصفة المعروفة عندهم، وما فيه من المنافع والمضار؛ نظرًا لما يرى السائل من اضطراب أقوال الناس فيه. وحيث إن هذه المسألة حادثة الوقوع، والحكم عليها يتوقف على معرفة خواص هذه الشجرة وما فيها من المنافع والمضار، وأيهما يغلب عليه فيحكم عليها بموجبه، وحيث إننا لا نعرف حقيقتها لعدم وجودها لدينا؛ فقد تتبعنا ما أمكننا العثور عليه من كلام العلماء فيها، فظهر لنا بعد مزيد من البحث والتحري وسؤال من يعتد بقولهم من الثقات أن المتعين فيها المنع من تعاطي زراعتها وتوريدها واستعمالها؛ لما اشتملت عليه من المفاسد والمضار في العقول والأديان والأبدان، ولما فيها من إضاعة المال، وافتتان الناس بها، ولما اشتملت عليه من الصد عن ذكر الله وعن الصلاة، فهي شر، ووسيلة لعدة شرور، والوسائل لها أحكام الغايات. وقد ثبت ضررها وتفتيرها وتخديرها، بل وإسكارها، ولا التفات لقول من نفى ذلك، فإن المثبت مقدم على النافي، وقياسًا لها على الحشيشة المحرمة؛ لاجتماعهما في كثير من الصفات، وليس بينهما تفريق عند أهل التحقيق
والدليل على ما قلناه من كتاب الله، وسنة رسوله - صلى الله عليه وسلم -، وكلام العلماء ما يأتي
قال الله تعالى

 وَنَـزَّلْنَا عَلَيْكَ الْكِتَابَ تِبْيَانًا لِكُلِّ شَيْءٍ وَهُدًى وَرَحْمَةً وَبُشْرَى لِلْمُسْلِمِينَ

  وفي الحديث

 لقد توفي رسول الله - صلى الله عليه وسلم - وما من طائر يقلب جناحيه في السماء إلا ذكر لنا فيه علمًا

 فنصوص الكتاب والسنة كفيلة بتبيان ما يحتاجه الناس في أمور دينهم ودنياهم ومن حكمة الله ورحمته أنه أحل لنا الطيبات وكل ما منفعته خالصة أو راجحة، وحرم علينا الخبائث وكل ما كانت مفسدته خالصة أو راجحة، قال الله تعالى

 يَسْأَلُونَكَ عَنِ الْخَمْرِ وَالْمَيْسِرِ قُلْ فِيهِمَا إِثْمٌ كَبِيرٌ وَمَنَافِعُ لِلنَّاسِ وَإِثْمُهُمَا أَكْبَرُ مِنْ نَفْعِهِمَا

 فحرم تعالى الخمر والميسر مع ما فيهما من المنافع، وقال تعالى

 يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا إِنَّمَا الْخَمْرُ وَالْمَيْسِرُ وَالأَنْصَابُ وَالأَزْلامُ رِجْسٌ مِنْ عَمَلِ الشَّيْطَانِ فَاجْتَنِبُوهُ لَعَلَّكُمْ تُفْلِحُونَ (90) إِنَّمَا يُرِيدُ الشَّيْطَانُ أَنْ يُوقِعَ بَيْنَكُمُ الْعَدَاوَةَ وَالْبَغْضَاءَ فِي الْخَمْرِ وَالْمَيْسِرِ وَيَصُدَّكُمْ عَنْ ذِكْرِ اللَّهِ وَعَنِ الصَّلاَةِ فَهَلْ أَنْتُمْ مُنْتَهُونَ

وفي الحديث الذي رواه الإمام أحمد في (مسنده)، وأبو داود في (سننه) بسند صحيح، عن أم سلمة - رضي الله عنها - قالت

 نهى رسول الله - صلى الله عليه وسلم - عن كل مسكر ومفتر

 قال العلماء: (المفتر) كل ما يدرك الفتور في البدن، والخدر في الأطراف. وهذا القات لو فرضنا أن فيه بعض النفع، فإن ما فيه من المضار والمفاسد المتحققة تربو وتزيد على ما فيه من النفع أضعافًا مضاعفة
ولهذا جزم بتحريمه جملة من العلماء الذين عرفوا خواصه، واستدل كل منهم على تحريمه بما ظهر له. فمن جملة من نهى عنه وحذر عنه وأفتى بمنعه الشيخ أحمد بن حجر الهيتمي، وقاسه على الحشيشة وجوزة الطيب، وعد استعمال ذلك من كبائر الذنوب كما ذكره في الكبيرة السبعين بعد المائة في كتابه (الزواجر عن اقتراف الكبائر) في كتاب الأطعمة. ثم إنه صنف فيه رسالة مستقلة سماها: (تحذير الثقات من استعمال الكفتة والقات) وقال: إنه ورد عليه بمكة المشرفة ثلاث رسائل من علماء صنعاء وزبيد : اثنتان بتحريمه، وواحدة بتحليله
ومن جملة ما ذكر في تلك الرسالة قوله: وممن قال بتحريمه: الفقيه أبو بكر بن إبراهيم المقري الحرازي الشافعي في مؤلفه في (تحريم القات) قال: كنت آكلها في سن الشباب، ثم اعتقدتها من المتشابهات، وقد قال رسول الله - صلى الله عليه وسلم

 من اتقى الشبهات فقد استبرأ لدينه وعرضه

 ثم إني رأيت من أكْلِها الضرر في بدني وديني فتركت أكلها، فقد ذكر العلماء - رحمهم الله - أن القات من أشهر المحرمات، فمن ضررها: أن آكلها يرتاح ويطرب، وتطيب نفسه، ويذهب حزنه، ثم يعتريه قدر ساعتين من أكله هموم متراكمة، وغموم متزاحمة، وسوء أخلاق، وكنت في هذه الحالة إذا قرأ علي أحد يشق علي مراجعته، وأرى مراجعته جبلاً، وأرى لذلك مشقة عظيمة ومللاً، وأنه يذهب بشهوة الطعام ولذته، ويطرد النوم ونعمته، ومن ضرره في البدن أنه يخرج من آكله شيء بعد البول كالودي ولا ينقطع إلا بعد حين، وطالما كنت أتوضأ فأحس بشيء منه فأعيد الوضوء، وتارة أحس به في الصلاة فأقطعها أو عقب الصلاة بحيث أتحقق خروجه فيها فأعيدها، وسألت كثيرًا ممن يأكلها فذكروا ذلك عنها، وهذه مصيبة في الدين، وبلية على المسلمين. وحدثني عبد الله بن يوسف المقري، عن العلامة يوسف بن يونس المقري، أنه كان يقول: ظهر القات في زمن فقهاء لا يجسرون على تحريم ولا تحليل، ولو ظهر في زمن الفقهاء المتقدمين لحرموه
ودخل عراقي اليمن، كان يسمى: الفقيه إبراهيم، وكان يجهر بتحريم القات وينكر على آكله، وذكر أنه إنما حرمه على ما وصف له من أحوال مستعمليه، ثم إنه أكله مرة ومرارًا لاختباره، قال: فجزم بتحريمه لضرره وإسكاره، وكان يقول: ما يخرج عقب البول بسببه مني، ثم اجتمعت به فقلت له: نسمع عنك أنك تحرم القات. قال: نعم. فقلت له: وما الدليل؟ قال: ضرره وإسكاره؛ فضرره ظاهر، وأما إسكاره فهل هو مطرب؟ فقلت: نعم، فقال: فقد قالت الشافعية وغيرهم في الرد على الحنفية في إباحتهم ما لم يسكر من النبيذ: النبيذ حرام قياسًا على الخمر بجامع الشدة المطربة. فقلت له: يروون عنك أنك تقول: ما يخرج عنه مني وليس فيه شيء من خواص المني، فقال: إنه يخرج قبل استحكامه. وقد رأيت من أكثر من أكله فجن. هذا كله ملخص كلام الحرازي
وهذا الرجل العراقي الذي أشار إليه ونقل عنه حرمة القات أخبرني بعض طلبة العلم أنه جاء إلى مكة المشرفة، ودرس بها كثيرًا، وأنه قرأ عليه وزاد في مدحه والثناء عليه. ووافق هؤلاء القائلين بحرمة القات قول الفقيه العلامة حمزة الناشري، وهو ممن يعتمد عليه نقلاً وإفتاءً، كما يدل عليه ترجمة المذكور في (تاريخ الشمس السخاوي) في منظومته المشهورة، وقد أخبرني محدث مكة - شرفها الله - أنه قرأها على مؤلفها حمزة المذكور، وأجازه بها
لاتـــــأكلن القـــــات رطبًــــا ويابسًــــا    فــــذلك مضــــر داؤه فيــــه أعــــضلا
فقــــد قـــال أعلام مـــن العلمـــاء إن    هــــــذا حــــــرام للتضـــــرر مـــــأكلا

ومنها: أنه - صلى الله عليه وسلم -  نهى عن كل مسكر ومفتر  ، قال في النهاية ما معناه: إن المفتر ما يكون منه حرارة في الجسد وانكسار. وذلك معلوم ومشاهد في القات ومستعمليه كسائر المسكرات، وإن كان يحصل منها توهيم نشاط أو تحققه، فإن ذلك مما فضل من الانتشاء والسكر الحاصل من التخدير للجسد، وكذلك يحصل من الإكثار والإدمان على المسكر، حتى الخمر - خدر يخرج إلى الرعشة والفالج ويبس الدماغ، ودوام التغير للعقل، وغير ذلك من المضار. لكن القات لم يكن فيه من الطبع إلا ما هو مضرة دينية ودنيوية؛ لأن طبعه اليبس والبرد، فلا يصحبه شيء من الحرارة واللين، فلا يظهر الضرر فيها إلا مع الإدمان عليها، وهذا محصل من الضرر في الأغلب ما في (الأفيون) من مسخ الخلقة وتغيير الحال المعتدلة في الخَلْق والخُلُق، وهو يزيد في الضرر على الأفيون من حيث إنه لا نفع فيه يعلم قط، وأن ضرره أكثر، وفيه كثرة يبس الدماغ والخروج عن الطبع، وتقليل شهوة الغذاء والباءة ويبس الأمعاء والمعدة وبردها وغير ذلك
ومنها: أن جميع الخصال المذمومة التي ذكروها في الحشيشة موجودة في القات مع زيادة حصول الضرر فيما به قوام الصحة وصلاح الجسد من إفساد شهوة الغذاء والباءة والنسل، وزيادة التهالك عليه الموجب لإتلاف المال الكثير الموجب للسرف
ومنها: أنه إن ظن أن فيه نفعًا فهو لا يقابل ضرره
ومنها: أنه شارك كل المسكرات في حقيقة الإسكار وسببه من التخدير وإظهار الدم وترقيقه ظاهر البشرة مع نبذ الدسومة من الدماغ والجسد إلى الظاهر، وليس فيه حرارة ولين يبدلان ما نبذه من الحرارة واللين إلى ظاهر الجسد بخلاف الخمر والحشيش؛ فهذا أكثر ضررًا
إلى أن قال: وقال بعض مدرسي الحنفية: زرت بعض متصوفة اليمن بالمسجد الحرام فأعطاني قليلاً من القات، وقال لي: تبرك بأكل هذا فإنه مبارك. فأكلت منه فوجدت فيه تخديرًا، فذكرت له كلام من ينفي ذلك، فقال: إن عندي معرفة بالطب وبدني معتدل المزاج والطبع فالذي أدركه بواسطة ذلك لا يدركه غيري، وقد أدركت منه التخدير ودوران الرأس، ولا أعود لأكله أبدًا
كذلك قال بعض الأشراف: إن فيه غيبة عن الحس، وإنه استعمله فغاب مدة طويلة لا يدري السماء من الأرض، ولا الطول من العرض. هذا كله كلام ابن حجر في تحذير الثقات عن استعمال الكفتة والقات
وقال أيضًا فيه في الكلام على الحشيشة وجوزة الطيب : وهذا يستدعي ذكر أوصافهما لتقاس بهما شجرة القات، ثم ذكر أنه استفتي عن جوزة الطيب فأفتى بتحريمها لإسكارها كالحشيشة. ثم قال: فثبت بما تقرر أنها حرام عند الأئمة الأربعة: الشافعية والمالكية والحنابلة بالنص، والحنفية بالاقتضاء.. إلى أن قال: وذلك أن الإسكار يطلق ويراد به مطلق تغطية العقل، وهذا إطلاق أعم، ويطلق ويراد تغطية العقل مع نشوة وطرب. وهذا إطلاق أخص، وهو المراد من الإسكار حيث أطلق. فعلى الإطلاق الأول بين المسكر والمخدر عموم مطلق، إذ كل مخدر مسكر، وليس كل مسكر مخدر
فإطلاق الإسكار على الحشيشة والجوزة ونحوهما المراد منه التخدير، ومن نفاه عنهما أراد به معناه الأخص. وتحقيقه: أن من شأن السكر بنحو الخمر أنه يتولد عنه النشوة والطرب والعربدة والغضب والحمية.. ومن شأن السكر بنحو الحشيشة والجوزة: أنه يتولد عنه ضد ذلك من تخدير البدن وفتوره ومن طول السكوت والنوم وعدم الحَميَّة.. إلى أن قال: انتهى جوابي في الجوزة، وهو مشتمل على نفائس تتعلق بهذا القات، بل هو ظاهر في حرمة القات؛ لأن الناس مختلفون في تأثير الجوزة؛ فبعض آكليها يثبت لها تخديرًا، وبعضهم لا يثبت لها ذلك. فإذا حرمها الأئمة مع اختلاف آكليها فليحرموا القات ولا نظر للاختلاف في تأثيره. انتهى كلام ابن حجر - رحمه الله
وقد استقصى صفات القات ووصفه بصفات المسكر المضر بالعقل والأديان والأبدان. وصرح في بعض عباراته بالمنع والنهي، والتحذير، بل والتحريم. وجبن في موضع آخر عن إطلاق التحريم. فإما أن يكون ذلك توقفًا منه وتأدبًا لعدم وقوفه على نص في ذلك، أو أنه قوي على القول بالتحريم بعد ذلك
وقال الشيخ محمد بن سالم البيحاني في كتابه (إصلاح المجتمع) في الكلام على حديث ابن عمر : إن رسول الله - صلى الله عليه وسلم - قال

 كل مسكر خمر، وكل مسكر حرام، ومن شرب الخمر في الدنيا فمات وهو يدمنها لم يشربها في الآخرة

 رواه البخاري ومسلم، فقال بعد الكلام على هذا الحديث: وهنا أجد مناسبة وفرصة سانحة للحديث عن القات والتنباك، والابتلاء بهما عندنا كثير، وهما من المصائب والأمراض الاجتماعية الفتاكة، وإن لم يكونا من المسكر فضررهما قريب من ضرر الخمر والميسر؛ لما فيهما من ضياع المال، وذهاب الأوقات، والجناية على الصحة، وبهما يقع التشاغل عن الصلاة وكثير من الواجبات المهمة.. إلى أن قال: ومعلوم من القات أنه يؤثر على الصحة البدنية، ويحطم الأضراس، ويهيج الباسور، ويفسد المعدة، ويضعف شهية الأكل، ويدر السلاس، وهو: الودي، وربما أهلك الصلب، وأضعف المني، وأظهر الهزال، وسبَّب القبض المزمن، ومرض الكلى، وأولاد صاحب القات غالبًا يخرجون ضعاف البنية، صغار الأجسام، قصار القامة، قليل دمهم، مصابين بعدة أمراض خبيثة، وهذا مع ما يبذل أهله فيه من الأثمان الغالية المحتاج إليها، ولو أنهم صرفوها في الأغذية الطيبة وتربية أولادهم أو تصدقوا بها في سبيل الله - لكان خيرًا لهم، وصدق شاعرنا القائل
عـــزمت علــى تــرك التنــاول للقــات    صيانــة عــرضي أن يضيــع وأوقــاتي
وقــد كــنت مــن هــذا المضـر مدافعـا    زمانًـــا طـــويلاً رافعـــا فيــه أصــواتي
فلمــــا تبينــــت المضــــرة وانجــــلت    حقيقتـــــــه بادرتــــــه بالمنــــــاواتي
طبيعتــــــه اليبس الملـــــم بـــــبردة    أخا المـوت كـم أفنيـت منـا الكرامـاتي
وقيمـة شـاري القـات في أهل سوقه    كقيمــة مــا يدفعــه فــي ثمـن القـاتِ

وإنهم ليجتمعون على أكله من منتصف النهار إلى غروب الشمس، وربما استمر الاجتماع إلى منتصف الليل؛ يأكلون الشجر، وَيَفْرُون أعراض الغائبين، ويخوضون في كل باطل، ويتكلمون فيما لا يعنيهم
ويزعم بعضهم أنه يستعين به على قيام الليل، وأنه قوت الصالحين. ويقولون: جاء به الخضر من جبل قاف للملك ذي القرنين، ويروون فيه من الحكايات والأقاصيص شيئًا كثيرًا، وربما رفع بعضهم عقيرته بقوله
...      صفــت وطــابت بــأكل القــات أوقـاتي

كُلْـــهُ لمـــا شــئت مــن دنيًــا وآخــرة    ودفــــع ضـــــر وجــــلب للمســــرات
ومن الشيوخ الذين قضى القات على أضراسهم من يدقه ويطرب لسماع صوت المدق، ثم يلوكه ويمص ماءه، وقد يجففونه ثم يحملونه معهم في أسفارهم، وإذا رآهم من لا يعرف القات سخر بهم وضحك منهم، وإن أحد المصريين ليقول في قصيدة يهجو بها اليمنيين
أســارى القـــات لا تبغــوا علــى مــن    يــرى فــي القــات طبًّــا غـير شـافي
أما (التنباك) وهو التبغ فضرره أكبر، والمصيبة به أعظم، ولا يبعد أن يكون من الخبائث التي نهى الله عنها، ولو لم يكن فيه من الشر إلا ما تشهد به الأطباء لكان كافيًا في تجنبه والابتعاد عنه. وقد أفرط جماعات من المسلمين في حكمه حتى جعلوه مثل الخمر، وحاربوه بكل وسيلة، وقالوا بفسق متعاطيه. كما أن آخرين قد بالغوا في استعماله إلى حد بعيد. وهو شجرة خبيثة دخلت بلاد المسلمين في حوالي عام 1012 هـ وانتشر في سائر البلاد.
إلى أن قال: وأخبث من ذا وذاك من يمضغ التنباك ويجمعه مطحونا مع مواد أخرى ثم يضعه بين شفتيه وأسنانه، ويسمى ذلك ب: (بالشمة)، فيبصق متعاطيها حيث كان، بصاقًا تعافه النفوس ويتقذر به المكان، ولربما لفظها من فمه كسلحة الديك في أنظف مكان، وللناس فيما يعشقون مذاهب. وبعضهم يستنشق التنباك بعد طحنه، وهو (البردقان) يصبه في أنفه صبًّا يفسد به دماغه، ويجني به على سمعه وبصره، ثم لا ينفك عاطسًا، ويتمخط بيده، وفي منديله أو على الأرض، وأمام الجالسين
أخبرني أحد أصدقائي: أن قريبه الذي كان يستعمل البردقان لما مات مكث ثلاث ساعات وأنفه يتصبب خبثًا. ولو اقتصر الناس على ما لا بد منه للحياة لاستراحوا من التكاليف والنفقات الشاقة، ولما عرضوا أنفسهم لشيء من هذه الشرور
وأنا لا أقيس القات والتنباك بالخمر في التحريم وما يترتب عليه من عقاب الآخرة، ولكن أقول: هذا قريب من هذا، وكل مضر بصحة الإنسان؛ بدنه أو عقله أو ماله فهو حرام، والبر: ما اطمأنت إليه النفس، واطمأن إليه القلب، والإثم: ما حاك في النفس، وتردد في الصدر، وإن أفتاك المفتون، والله تعالى يقول

 يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا إِنَّمَا الْخَمْرُ وَالْمَيْسِرُ وَالأَنْصَابُ وَالأَزْلامُ رِجْسٌ مِنْ عَمَلِ الشَّيْطَانِ فَاجْتَنِبُوهُ لَعَلَّكُمْ تُفْلِحُونَ (90) إِنَّمَا يُرِيدُ الشَّيْطَانُ أَنْ يُوقِعَ بَيْنَكُمُ الْعَدَاوَةَ وَالْبَغْضَاءَ فِي الْخَمْرِ وَالْمَيْسِرِ وَيَصُدَّكُمْ عَنْ ذِكْرِ اللَّهِ وَعَنِ الصَّلاَةِ فَهَلْ أَنْتُمْ مُنْتَهُونَ

 انتهى كلام الشيخ محمد بن سالم البيحاني في ذلك
وقد ذكر صفات القات وحكم عليها بالضرر والنهي والتحريم، لكن قوله: وأنا لا أقيس القات والتنباك بالخمر.. إلى آخره - الظاهر أن مراده: أن غلظ تحريم القات والتنباك ليس كغلظ تحريم الخمر وما يجب عليه من حد في الدنيا وعقاب في الآخرة، مع اتفاقهما في أصل التحريم
وقال شيخ الإسلام ابن تيمية - رحمه الله - في (الاختيارات)  (فصل) وإذا شككت في المطعوم والمشروب هل يسكر أم لا؟ لم يحرم عليك بمجرد الشك، ولم يُقَم الحد على شاربه، ولا ينبغي إباحته للناس، إذ كان يجوز أن يكون مسكرًا، لأن إباحة الحرام مثل تحريم الحلال، فيكشف عن هذا بشهادة من تقبل شهادته؛ مثل أن يكون طَعِمَه ثم تاب منه، أو طعمه غير معتقد تحريمه، أو معتقدًا حله لتداو ونحوه، أو مذهب الكوفيين في تناول يسير النبيذ . فإن شهد به جماعة ممن تناوله معتقدا تحريمه فينبغي إذا أخبر عدد كثير لا يمكن تواطؤهم على الكذب أن يحكم بذلك، فإن هذا مثل: التواتر والاستفاضة، كما استفاض بين الفساق والكفار: الموت والنسب والنكاح والطلاق، فيكون أحد الأمرين: إما الحكم بذلك؛ لأن التواتر لا يشترط فيه الإسلام والعدالة، وإما الشهادة بذلك بناء على أن الاستفاضة يحصل بها ما يحصل بالتواتر. وإما أن يمتحن بعض العدول بتناوله لوجهين
أحدهما: أنه لا يعلم تحريم ذلك قبل التأويل، فيجوز الإقدام على تناوله، وكراهة الإقدام على الشبهة تعارضها مصلحة بيان الحال. الوجه الثاني: أن المحرمات قد تباح عند الضرورة، والحاجة إلى البيان موضع ضرورة، فيجوز تناولها لأجل ذلك. انتهى كلام الشيخ تقي - الدين رحمه الله
وبما قرره شيخ الإسلام - رحمه الله - هاهنا يتبين صحة الطريقة التي سلكناها فيما تقدم في تحريم (القات)، وتمشيها على الأصول الشرعية والقواعد المعتبرة المرعية، وبما قدمناه يتضح صحة القول بتحريم القات، والنهي عنه ومنعه منعًا باتًّا، زراعة وتوريدًا واستعمالاً وغير ذلك
وهذا ظاهر لكل من تدبر ما ذكرنا وعرف أصول الشريعة وقواعدها، ودرء المفاسد مقدم على جلب المصالح

والله يقول الحق وهو يهدي السبيل
أملاه الفقير إلى عفو ربه: محمد بن إبراهيم بن عبد اللطيف آل الشيخ . وصلى الله على محمد وآله وصحبه وسلم

حرر في 11 / 4 / 1376 هـ
وبالله التوفيق، وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

(الجزء رقم : 22، الصفحة رقم: 175-159)

الفتوى رقم - 2159

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Distraction - musique - image - sport et internet
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 19:26
Mise en garde contre les médias chiites

Certes, les chiites s’opposent aux musulmans concernant les fondements de leur religion.

 

Ils portent atteinte au Noble Qour’ên, et suspectent le fait qu’il soit préservé de toute modification ou interpolation.

 

En effet, en 1292 de l’hégire, «un de leurs notables, qui se nomme Houceyn ibn Mouhammed Taqiyy An-Noûrî Et-Tabracî, écrit un livre en quatre cent pages, qu’il intitula Fasl El Khitâb Fî Ithbêt Tehrîf Kitêb Rabb El Arbâb (signifiant en français Trancher la discussion en prouvant l’interpolation du Livre du Seigneur des seigneurs). Il y a compilé des centaines de citations et des dizaines de textes provenant des émérites chiites et de leurs imams, qui affirment cette prétention vaine et perdue. Cet ouvrage est publié en Iran en 1298 H.»
 

De même, les chiites divergent avec les musulmans sur le statut des Compagnons -qu’Allâh les agrée-, qui sont en fait les témoins de la Révélation, et les rapporteurs de l’islam.

 

Les chiites les blasphèment de façon franche et claire, et jugent qu’ils ont tous apostasié, excepté six ou sept Compagnons.

 

Ils utilisent à leur encontre les jurons les plus offensifs et les pires insultes, plus particulièrement les deux Ministres du Messager d’Allâh -prière et salut d’Allâh sur lui- : Aboû Bakr et ‘Oumar, ainsi que leurs filles respectives : ‘Â’icha et Hafsa, qu’Allâh les agrée tous.
 

En outre, les chiites ont anciennement fondé un État dans notre pays (l’Algérie), qui est l’État des Oubeydites (les Fatimides), dont on a ensuite transféré la capitale au Caire, en Égypte.

 

Durant leur règne, les gens ont goûté aux plus amères misères. Ils ne se sont délivrés de leurs jougs qu’après la chute de leur pouvoir.
 

À ce sujet, Ibn Kathîr a dit dans sa Chronique (16/456) :

 

«Ils furent des califes des plus arrogants, des plus tyrans et des plus iniques ; Et ils furent des rois ayant la conduite la plus impure, et le tréfonds le plus pernicieux.

Dans leur État, les hérésies (innovations religieuses) et les actes répréhensibles se propagèrent, et les corrupteurs se multiplièrent ; Les pieux parmi les savants et les adorateurs se firent de plus en plus peu fréquents, et, sur la terre du Cham, An-Nousayriyya, Ed-Dourziyya (les Druzes) et El-Houcheychiyya foisonnèrent, et les Européens dominèrent entièrement les côtes du Cham.»
 

Dans ce même rapport, Edh-Dhahabî rapporte dans sa Chronique (7/460), qu’Aboû El Hacèn El Qâbicî a dit :

 

«Ceux que ‘Oubeyd Allâh et ses fils avaient tués étaient au nombre de quatre mille hommes, d’entre les adorateurs et les savants, et ce à Dâr An-Nehr dans le supplice [littéralement, la demeure de l’immolation] ; Ils tentaient de les amener à renoncer à invoquer l’agrément d’Allâh pour les Compagnons, mais ils ont choisi de mourir [que de satisfaire les ‘Oubeydites NDT].»


Et, aujourd’hui, quand ils ont instauré un État en Orient, fondé depuis plus de trente ans avec le soutien des juifs et des chrétiens, ils se sont adonnés à la diffusion de leur fausse religion, et tâchent de répandre le chiisme et d’exporter leur révolution dans toutes les contrées du globe.

 

Pour y parvenir, ils utilisent tout ce qu’ils peuvent comme moyens, consacrant ainsi les moyens d’information massive et les télécommunications, notamment par la création de chaînes satellitaires en commençant avec la chaîne (El Kewthar), créée en 1980, et ensuite la chaîne (El Manâr) en 1991, qui dépend du Hezbollah (cette dernière a débuté en tant que chaîne terrestre, puis ils l’ont transformée en chaîne satellitaire en 2000) ; Et après, l’apparition des chaînes chiites a pris un rythme vertigineux pour ainsi donner naissance à des chaînes multiples telles que (Ehl El Beyt), (El ‘Êlem), (El Ma‘êrif), (El Fourât), (El Anwâr), (El ‘Irâqiyya), (El Michkêt), (Ez-Zahrâ’), (El Îmên), (El Ghadîr), (Ed-Dou‘ê’), (El Mehdî), (El Feyhê’), (Eth-Theqaleyn), (El Ewhed), (Bilêdî), (El Mècêr), (El Fourqân), (Êfêq), (Kerbalê’), (El Eflêm El Îrâniyya), (An-Na‘îm), (El Wihda), (El Houdjdja), (Es-Salêm), (El ‘Ehd), (El ‘Adêla), (El Koût), (NBN), (El Hêdî), (El Imêm El Houceyn), (12 imams), (El ‘Aqîla), (Nabe’), (Sawt El ‘Itra), (Es-Sirât), (El Ittidjêh), (El Walêya), (An-Nadjef), (Nehnou), (El Baqî‘), (Qanêt Fewrateyn), ou les (quatorze) faisant allusion aux quatorze hommes impeccables, qui sont les quatorze imams, le Prophète -prière et salut d’Allâh sur lui- et sa fille Fâtima -qu’Allâh l’agrée-.

 

D’autres chaînes ont été conçues spécialement pour les enfants, telles que la chaîne (Tâha), (El Hêdî) et (Houd’houd).

 

Parmi les dernières chaînes, il y a celle nouvellement ouverte par le pernicieux Yêcir, ainsi que d’autres dont le nombre dépasse trente-cinq chaînes chiites.
 

Beaucoup d’entre elles s’infiltrent dans nos domiciles afin de propager leurs fabulations, leurs faux, leurs égarements et leurs impostures en faisant croire que les chiites sont le symbole de la résistance à la mécréance et la tyrannie, qu’ils sont le modèle unique qui défend la communauté islamique et protège ses objets saints, et que leurs révolutions frayent la voie à l’instauration de l’État que va fonder leur mahdi disparu dans le sirdêb (qui signifie cave ou sous-sol) depuis environ 1200 ans !

 

Ce dernier n’acceptera dans cet État que celui qui est chiite !
 

Par ailleurs, les chiites ne se lassent jamais de vilipender toute personne qui les contredit, et ce en jetant sur elle l’opprobre et en s’efforçant de déformer son image.

 

Ainsi réservent-ils la plus grande part de défiguration et de profanation aux deux termes d’El-Wahhêbiyya et d’As-Salafiyya.

 

De fait, ils leur imputent la conséquence de toutes les calamités et les crises dont souffrent aujourd’hui les musulmans.

 

Ils considèrent également qu’ils (les salafis) sont une entrave insurmontable face au rapprochement entre le chiisme et le sounnisme.

 

C’est pourquoi ils taxent de wahhêbi ou de salafi toute personne ayant dévoilé leur faux, ou dénoncé leur défaut.

 

Ils veulent de la sorte jeter de la cendre dans les yeux (dissimuler la vérité), et faire penser à quiconque les regarde ou les écoute que leur différend avec ces derniers est pareil à celui du reste des Gens de la Sounna avec eux.

 

Alors que cela constitue en réalité un faux on ne peut plus catégorique.

 

C’est une analogie asymétrique.

 

Car le différend des chiites avec tous les partisans de la qibla (les musulmans) concerne bel et bien les fondements même de l’islam.


Ainsi, les chaînes télévisées sont devenues l’arme redoutable dont se servent les chiites.

 

Cette arme peut être plus dangereuse et plus destructrice que leur arme nucléaire.

 

Cela parce que plusieurs sphères s’opposent à cette dernière, contrairement à la première (les chaînes télévisées), qui s’affaire dans la douceur et accède à nos foyers en s’y faufilant, afin d’agir dans les cerveaux de nos garçons, nos filles, nos hommes et nos femmes sans pour autant qu’il y ait quelqu’un pour lui faire front de la façon la plus appropriée.


Néanmoins, il se peut que certains parmi nous sous-estiment le danger qu’encourent ces télévisions, et en conçoivent qu’il s’agit de médias par lesquels on remplacerait la déchéance médiatique prévalant.

 

Mais, ces pauvres hommes n’ont pas su qu’ils sont telle une personne qui se protège de la chaleur par le feu.

 

En effet, la réalité de même que la fonction de ces chaînes est d’aplanir le chemin pour la terrible expansion chiite, qui menace les États et les sociétés sounnis (sunnites), non seulement dans leur religion et croyance, mais aussi dans leur identité, leur sécurité territoriale !

 

Y a-t-il alors quelqu’un d’attentif ?    


Les chiites n’ont également pas manqué d’exploiter l’internet.

 

Ils ont de ce fait créé nombre de sites chiites dépassant des centaines et en plus en différentes langues.

 

Afin d’exposer leur obédience, ils procèdent par des styles séduisants propres à duper ceux qui ont un savoir faible en la matière et une clairvoyance insuffisante.

 

Et peut-être la chose qui attire davantage l’attention de celui qui visite leurs sites et forums spécifiques aux chiites d’Algérie -prétendent-ils-, est qu’ils parlent de gens qui se sont convertis à l’obédience chiite, après avoir abandonné la croyance des Gens de la Sounna, ils les nomment «les clairvoyants», et relatent leurs histoires, la manière de leur conversion, leurs activités après leur conversion, les causes d’avoir embrassé la croyance chiite, les obstacles qu’ils ont affronté et comment sont-ils parvenus à les surpasser ; tout cela avec un style trompeur avec lequel ils leurrent le visiteur en lui faisant croire que leur nombre est en croissance !

 

Qu’ils sont sortis des ténèbres à la lumière !

 

Qu’ils ont renoncé à l’égarement pour choisir la guidée !

 

Qu’ils sont en train de vivre une paix psychologique hors pair après s’être éclairés et avoir adhéré à l’obédience chiite !

 

Et que leur souhait consiste dans le fait de voir tous les Algériens les rejoindre !!


En vérité, la majorité de ces propos ne sont que futilités et mensonges.

 

C’est une falsification de la réalité, une diffusion d’histoires inventées, pour tenter de brader leur marchandise périmée et leur religion faussée pour les faibles de raison et d’esprit dans le pays de la Sounna.

 

Sinon si leurs histoires-ci étaient conformes à la réalité, ils auraient cité ces clairvoyants «hypothétiques» et ces chiites «informatiques» par leurs vrais noms et en indiquant leurs endroits réels, et non pas en se cachant derrière des surnoms imaginaires et des pseudonymes, au point de ne même pas savoir s’ils sont des hommes ou des femmes, des humains ou des djinns ?!


Aussi, il est des planifications dévoilées qui ne sont plus inconnues, le fait que parmi la stratégie de l’Occident et de l’État juif, leur choix privilégié de répandre le chiisme dans le Monde Islamique.

 

Car les chiites constituent le meilleur allié et l’assistant exemplaire contre l’ennemi commun : «Les Gens de la Sounna».

 

Pourtant, cette vérité est malheureusement non admise par beaucoup de dupés parmi les gens de la Sounna.

 

Cela par ce qu’ils sont imprégnés par les «gorgées» médiatiques provenant de ces chaînes satellitaires et ces sites Internet qui confondent le faux et la vérité, qui montrent que les chiites ont fait disparaitre les misères des musulmans, qu’ils sont un groupe courageux qui se dresse contre l’Injustice mondiale, et que leur parti a combattu les juifs !

 

Ainsi que d’autres slogans brillants et fallacieux qui n’ont pas d’existence dans la réalité.

 

Mais ce sont des illusions et des représentations avec lesquelles ils trompent le commun des musulmans.

 

C’est en fait l’aspect exporté pour la consommation publique.

 

Quant à l’aspect caché, c’est ce qui se trame dans les coulisses et dans les salles à huis clos qui les réunissent avec les juifs et les croisés, pour mettre ainsi en route leur alliance et leur entraide dans beaucoup de domaines.

 

Un aspect auquel les  caméras n’ont pas accès, que les radios ne captent pas, que les médias ne transmettent pas et dont les gens ne prennent pas connaissance.

 

Car seul un homme éveillé et bien informé en la matière peut découvrir tout cela.


Voilà la conduite des chiites qui ont fondé leur religion sur le Mensonge et la taqiyya (fait qu’ils exhibent l’inverse de ce qu’ils dissimulent. NDT).

 

Leurs âmes sont alors emplies de complots et d’impostures ; et leur Histoire abonde en ruses et en trahisons contre les Gens de la Sounna.


Nous demandons à Allâh de protéger notre pays ainsi que le reste des pays musulmans des croyances des chiites qui égarent, des maux de leurs médias qui font dévier (les gens), et de nous raffermir dans la Sounna.

 

Traduit de l’arabe par Aboû Fahîma ‘Abd Ar-Rahmên El Bidjê’î

 Publié par rayatalislah.com

احذروا الإعلام الشِّيعي

إنَّ الشِّيعةَ تُناقضُ أهلَ الإسلام في أصول دينهم؛ فيطعنون في القرآن الكريم ويشكِّكون في حفظه من التَّبديل والتَّغيير، ففي سنة (1292هـ) ألَّف أحدُ أعيانهم المسمَّى حُسَين بن محمَّد تقي النُّوري الطَّبرسي كتابًا في أربعمائة صفحة أسماه: «فصل الخطاب في إثبات تحريف كتاب ربِّ الأرباب»، جمع فيه مئات النُّقول وعشرات النُّصوص عن كبراء الشِّيعة وأئمَّتهم الَّتي تؤكِّد هذه الدَّعوى الخاسرة الخائبة، وقد طبع في إيران سنة (1298هـ)
كما تُناقضُ الشِّيعةُ أهلَ الإسلام في منزلة الصَّحابة ـ رضي الله عنهم ـ الَّذين هم شُهود الوحي ونَقَلة الإسلام؛ فيطعنون فيهم طعنًا صريحًا، ويحكمون بردَّتهم جميعًا ما عدا ستَّة أو سبعة منهم، ويستَعملون معهم أقبحَ السَّبِّ وأقذع الشَّتم، وبخاصَّة وزيرَيْ رسول الله صلَّى الله عليه وسلَّم أبي بكر وعُمَر، وابنتَيْهما عائشة وحفصة ـ رضيَ الله عنهُم أجمعين ـ
وقد سبق للشِّيعة أن أقاموا دولةً في بلادنا، وهي دولة العُبيديِّين (الفاطميِّين) الَّتي نُقلت عاصمتُها بعد ذلك إلى القَاهرة بمصر، فذاق معهُم النَّاس آنذاك الأمرَّين، ولم يتنفَّسوا الصُّعداء إلَّا بعد زوال ملكِهم
قال ابنُ كثير في تاريخه (16/456): «وكانُوا مِن أَعْتَى الخُلفاءِ وأجْبَرِهم وأظْلَمِهم، وأنْجَس الملُوكِ سيرةً، وأَخْبَثِهم سريرةً؛ ظهَرت في دولتِهم البدعُ والمنكَراتُ، وكثُرَ أهلُ الفسادِ، وقلَّ عندَهم الصَّالِحون من العُلَماءِ والعُبَّادِ، وكَثُرَ بأَرْضِ الشَّام النُّصَيْرِيَّةُ والدُّرْزِيَّةُ والحُشَيْشِيَّةُ، وَتَغَلَّبَ الفِرنْجُ على سواحِل الشَّام بكَمَالِه.. »
ونقل الذَّهبي في تاريخه (7/460) عن أبي الحسن القابسي أنَّه قال: «إنَّ الَّذين قتلَهُم عُبَيْد الله وبنوه أربعة آلاف رجل في دار النَّحر في العَذاب، ما بينَ عابد وعالم؛ ليَردَّهُم عن التَّرضِّي عن الصَّحابة، فاختاروا الموتَ»
ولـمَّا صارت لهم اليومَ دولة في المشرق، وأُقيمت قبل أكثر من ثلاثين سنة بتأييدٍ من اليهود والنَّصارى، راحوا يروِّجون لدينهم الباطل ويعمَلون على نشر التَّشيُّع وتصدير ثورتهم إلى كلِّ أنحاء المعمُورة، بكلِّ وسيلة متاحة، فاستغلُّوا وسائل الإعلام والاتِّصال وأنشأوا القَنوات الفضائيَّة بدءًا بـ «قناة الكَوثر» الَّتي أُنشئت سنة (1980م)، ثمَّ بعدها «المنار» التَّابعة لحزب الله عام (1991م) بدأت أرضيَّةً، ثمَّ تحوَّل بثُّها فضائيًّا عام (2000م)، ثمَّ تتابع ظهور القَنوات الشِّيعيَّة كـ «قناة أهل البيت»، «العالم»، «المعارف»، «الفُرات»، «الأنوار»، «العراقيَّة»، «المشكاة»، «الزهراء»، «الإيمان، «الغدير»، «الدعاء»، «المهدي»، «الفيحاء»، «الثقلين»، «الأوحد»، «بلادي»، «المسار»، «الفرقان»، «آفاق»، «كربلاء»، «الأفلام الإيرانية»، «النعيم»، «الوحدة»، «الحجة»، «السلام»، «العهد»، «آفاق»، «العدالة»، «الكوت»، «NBN»، «الهادي»، «أهل البيت»، «الإمام الحسين»، «12 إمام»، «العقيلة»، «نبأ»، «صوت العترة»، «الصراط»،  «الاتجاه»، «الولاية»، «النجف»، «نحن»، «البقيع»، و«قناة فورتين» أو الأربعة عشر إشارة إلى الأربعة عشَر معصومًا، وهُم الاثنا عَشَر إمامًا والنَّبيُّ صلَّى الله عليه وسلَّم وفاطمة ـ رضي الله عنها ـ، وبعضها خاصٌّ بالأطفال كـ «قناة طه»، «قناة الهادي» و«هدهد»؛ ومن آخرها «قناة فَدَك» الَّتي أنشأها حديثًا «ياسر الخبيث»، وغيرها من القنوات الَّتي فاق عددها خمسًا وثلاثين قناة شيعيَّة، وكثير منها يتسلَّلُ إلى بيوتنا لتروِّج لأباطيلِهم وأضاليلِهم وأكاذيبِهم من أنَّ الشِّيعَةَ هُم رمزُ المقاومَة ضدَّ الكُفر والطُّغيان، وأنَّهم الأنموذج الوحيد الَّذي يدافعُ عن الأمَّة ويحمي مقدَّساتها، وأنَّ ثوراتهم ممهِّدةٌ للدَّولة الَّتي سيقيمُها مهديُّهم المفقُود في السِّرداب منذ قرابة (1200) سنة، والَّتي لا يقبلُ فيها إلاَّ مَن كان شيعيًّا، كما أنَّهم لا يفتُرون عن الطَّعن في كلِّ مَن يخالفُهم ويرمونه بكلِّ عيب ونقيصة، ويبذلون جهدَهم لتشويهه، ويحظى عندهم مصطَلح «الوهَّابية» ومصطلح «السَّلفيَّة» بالقسط الأكبر من هذا التَّشويه والتَّدنيس، ويحمِّلونَه تبعةَ جميع ما يعاني منه المسلمون اليوم من مصائب وأزمات؛ وأنَّهم العقبة الكؤود في وجه التَّقريب بين الشِّيعة والسُّنَّة، ولذلك يُلصِقون بكلِّ مَن كشَفَ زيفَهم أو فضَحَ عوَارَهم تهمة أنَّه وهَّابي أو سلفيٌّ؛ وهُم بذلك يريدون أن يذروا الرَّماد في الأعين ويُوهموا السَّامع والرَّائي أنَّ خلافَهم مع هؤلاء كخلاف سائر أهل السُّنَّة معهم، وهذا من أبطل الباطل، وقياسٌ مع الفارق؛ لأنَّ خلافَ الشِّيعة مع جميع أهل القِبلة في أصول الإسلام
فالقنوات التِّلفزيونيَّة باتت السِّلاح الَّذي يستَخدمه الشِّيعة، وقد يكونُ أخطر وأشدَّ فتكًا من سلاحِهم النَّووي؛ لأنَّ جهاتٍ كثيرةٍ تعتَرضُ على هذا السِّلاح بخلاف الأوَّل فهو سِلاحٌ ناعمٌ يدخل بيوتَنا متسلِّلاً ليعمل عملَه في عقول أبنائنا وبناتِنا ورجالِنا ونسائِنا دون أن يجد من يُجابهه بما يستَحقُّ، وقد يوجد بيننا مَن يهوِّن من خطورتِه؛ ويراه إعلامًا بديلاً عن الابتذال الإعلامي الموجود؛ وما علمَ المسكين أنَّه كالمستَجير من الرَّمضاء بالنَّار؛ لأنَّ حقيقةَ ووظيفة هذه القنوات تعبيد الطَّريق للمدِّ الشِّيعي الرَّهيب، الَّذي يهدِّدُ الدُّول والمجتَمعات السُّنِّيَّة ليس في دينِها وعقيدتِها  فحسب؛ بَل في هويَّتها وأمنِها القَومي؛ فهل من منتَبه
كما لم يفُت الشِّيعةَ استغلالُ الشَّبكة العنكبوتيَّة العالميَّة للمعلومات (الأنترنت)؛ فقد أنشأوا عددًا من المواقع الشِّيعيَّة فاقت المئات وبمختلف اللُّغات، ولهم في عَرض مذهبهم أساليب جذَّابة، ينخدع بها من ضَعُف علمُه وقلَّت بصيرتُه، ولعلَّ أبرز ما يشُدُّ النَّاظر في مواقعِهم ومنتدياتهم الخاصَّة ـ في زعمهم ـ بشيعة الجزائر؛ أنَّهم يتكلَّمون عن أناس تحوَّلوا إلى المذهب الشِّيعي، وتركوا عقيدةَ أهل السُّنَّة يُطلقُون عليهم اسمَ (المستَبصِرين)، فيسردون قصصَهم، وكيفيَّة تحوُّلهم، ونشاطاتهم بعد التَّحوُّل، وأسبابَ اعتناقهم عقيدةَ الشِّيعة، والعَقَبات الَّتي واجهتهم، وكيفَ تغلَّبوا عليها، كلُّ ذلكَ بأسلوب خادع يوهمون النَّاظر أنَّ عددهم يتزايد، وأنَّهم خرجوا من الظُّلمات إلى النُّور، وتركوا الضَّلالة إلى الهداية، وأنَّهم يعيشون راحةً نفسيَّةً لا مثيلَ لها بعد استبصارهم واعتناقهم مذهب الشِّيعة؛ وأمنيَّتهم أن يلحقَ بهم جميعُ أهل الجزائر
وهذا غالبه هراءٌ وكذبٌ، وتزييفٌ للحقائقِ، وترويجٌ للحكايات المختَلَقة، محاولةً منهم إنفاق سلعتِهم البائدة ودينِهم المحرَّف على ضِعاف العقول والنُّفوس في بلد السُّنَّة، وإلاَّ فلو كانت قصصهم هذه مطابقةً للواقع لذكروا هؤلاءِ المستَبصرين (الافتراضيِّين)، والمتشيِّعين (الإلكترونيِّين) بأسمائهم الصَّريحة، ومواطنهم الصَّحيحة، ولم يختفوا وراءَ كنًى وهميَّة وألقابٍ مستَعارةٍ، حتَّى إنَّك لا تدري ذكورًا كانوا أم إناثًا؛ أو إنسًا كانوا أم جنًّا
إنَّ من المخطَّطات المكشوفة الَّتي لم تعد خافيةً أنَّ من استراتيجيَّة الغَرب ودولة اليهود، وخيارهم المفضَّل أن ينتشر التَّشيُّع في العالم الإسلامي؛ لأنَّ الشِّيعةَ هُم أفضلُ حليف، وأمثلُ نصير ضدَّ العدوِّ المشتَرك «أهل السُّنَّة»؛ لكن هذه الحقيقة ـ للأسف الشَّديد ـ لا يستَسيغُها كثيرٌ من أهل السُّنَّة المغرَّر بهم؛ بسبب ما تشبَّعوا به من جُرُعات إعلاميَّة من هذه القنوات الفضائيَّة والمواقع الإلكترونيَّة الَّتي تلبسُ الحقَّ بالباطل، وتُظهر أنَّ الشِّيعة رفعوا الغُبن عن المسلمين، وأنَّهم الطَّائفة الشُّجاعة الَّتي تقف في وجه الظُّلم العالمي، وأنَّ حزبَهم حارب اليهود!!.. إلى غير ذلك من الشِّعارات البرَّاقة المزيَّفة الَّتي لا وجودَ لها في الواقع، إنَّما هي خيالاتٌ يخدعون بها عمومَ المسلمين، وهو الجانبُ المصدَّر للاستهلاك العامِّ، وأمَّا الجانب الخفيِّ فهو ما يدور في الكواليس والقاعات المغلقة بينهم وبين اليهود والصَّليبيِّين من التَّحالف والتَّعاون في كثير من المجالات؛ وهذا جانبٌ لا تلتقطه عدسات (الكاميرات)، ولا أمواج (الإذاعات)، ولا تتناقله وسائل الإعلام، ولا يُطلَعُ عليه النَّاس، ولا يكتشفه إلاَّ الفطن الخبير المتتبِّع؛ هذا هو دأب الشِّيعة الَّذين بنوا دينَهم على الكذب والتَّقيَّة؛ فشُحنت أنفسُهم بالمكر والخديعة، وامتلأ تاريخُهم بالكيد والخيانة لأهل السُّنَّة
نسأل الله أن يقي بلادَنا وسائر بلاد المسلمين من عقائدهم المضلَّة، وشرور إعلامهم الغاوي, وأن يثبِّتنا على السُّنَّة

Cheikh Toufiq 'Amrouni - الشيخ توفيق عمروني

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Groupes égarés - الفرق الضالة
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 18:57
Mise en garde contre le fléau du takfir (dossier)

Louange à Allah, Prière et Salut sur le Messager d’Allah, ses proches, ses Compagnons et ceux qui sont guidés par son droit chemin.

 

L’Assemblée du Conseil des Grands Savants, dans sa quarante-neuvième séance, tenue à Taïf et datée du 02/04/1419 H., a étudié les événements ayant eu lieu dans beaucoup de pays musulmans et autres, concernant le fait de juger les gens comme mécréants et l’organisation d’attentats, et tout ce que cela entraîne comme effusion de sang et destruction d’édifices. Vu la gravité de ce problème et les conséquences qu’il entraîne, comme l’anéantissement de vies innocentes, la destruction de biens protégés, la terreur engendrée chez les gens et l’ébranlement de leur sécurité et de leur tranquillité, l’Assemblée a décidé d’émettre un communiqué expliquant le statut de ces actes, par sincérité envers Allah et Ses adorateurs, par acquit de conscience et écartant ainsi toute ambiguïté chez ceux qui n’ont pas bien compris cette question.

 

Nous disons donc, par la grâce d’Allah :

 

1. Juger les gens comme mécréants est un avis religieux, qui ne revient qu’à Allah et Son Prophète, de même que le licite, l’illicite et l’obligatoire ne reviennent qu’à Allah et Son Prophète – Prière et Salut sur lui.

Toute parole, ou action décrite comme incroyance n’est pas forcément une incroyance majeure qui exclut de l’Islam... 

 Publié par dinealhaqq.fr

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Groupes égarés - الفرق الضالة
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 18:48
Parmi les droits de l'épouse

ٱلرِّجَالُ قَوَّٲمُونَ عَلَى ٱلنِّسَآءِ بِمَا فَضَّلَ ٱللَّهُ بَعۡضَهُمۡ عَلَىٰ بَعۡضٍ۬ وَبِمَآ أَنفَقُواْ مِنۡ أَمۡوَٲلِهِمۡ‌ۚ فَٱلصَّـٰلِحَـٰتُ قَـٰنِتَـٰتٌ حَـٰفِظَـٰتٌ۬ لِّلۡغَيۡبِ بِمَا حَفِظَ ٱللَّهُ‌ۚ وَٱلَّـٰتِى تَخَافُونَ نُشُوزَهُنَّ فَعِظُوهُنَّ وَٱهۡجُرُوهُنَّ فِى ٱلۡمَضَاجِعِ وَٱضۡرِبُوهُنَّ‌ۖ فَإِنۡ أَطَعۡنَڪُمۡ فَلَا تَبۡغُواْ عَلَيۡہِنَّ سَبِيلاً‌ۗ إِنَّ ٱللَّهَ كَانَ عَلِيًّ۬ا ڪَبِيرً۬ا

 

"Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu'Allâh leur accorde, et aussi à cause des dépenses qu'ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses obéissent (à Allâh) et préservent ce qui doit être préservé (même en l'absence de leurs époux), avec l'aide d'Allâh. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, (si elles persistent) ne dormez plus avec elles, (et si elles persistent) corrigez-les. Si elles vous obéissent, cessez vos réprimandes car Allah est certes, Élevé et Grand." (Sourate An-Nisaa' verset 34)

 

Mais cela ne veut pas dire que l'époux doit s'enorgueillir devant elle.

 

Ce verset doit au contraire le pousser à faire preuve de plus de miséricorde encore envers elle, car c'est une femme faible et fragile qu'il a en face de lui.

 

Il ne doit pas faire les éloges d'une autre femme devant elle.

 

Il ne doit pas lever la main sur elle surtout en présence de la famille.

 

Il doit cacher les problèmes qu'il y a entre lui et son épouse, et tout faire pour la préserver afin de ne pas briser son coeur, car il la meurtrirait en dévoilant ses problèmes à ses proches.

 

Et la chose la plus grave, la plus laide et la plus mauvaise est de la frapper surtout en présence de ses enfants, afin que ces derniers ne la méprisent pas et que son autorité sur eux ne diminue pas, de sorte qu'elle ne puisse plus éduquer ses enfants convenablement.

 

Souviens-toi donc lorsque tu lèves la main sur ton épouse, qu'Allâh سبحانه وتعالى est plus fort que toi, et si ta force te pousse à être injuste envers elle, souviens-toi du pouvoir d'Allâh sur toi.

 

Abu Mas3ud al Ansari رضي الله عنه rapporte :

 

"J'étais en train de corriger un de mes servants lorsque j'ai entendu une voix derrière moi qui disait : " Sache Abu Mas3ud qu'Allâh a plus de pouvoir sur toi que tu n'en as sur lui."
Je me suis retourné et il s'agissait du Messager d'Allâh.
Je lui dis : "Ô Messager d'Allâh, le voilà affranchi et libre pour Allâh."
Il dit : "Si tu ne l'avais pas fait, le feu t'aurait brûlé-ou touché."

Muslim.

 

Faire triompher le droit des croyantes - Chapitre les droits de l'épouse sur son mari.

Parmi les droits de l'épouse p102-103.

Retranscrit par Ummu Isma3il

Publié par 3ilmchar3i.net

 

 

Umm Salamah bint 'Ali Al-Abbâsia - أم أسامة بنت علي العباسية

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Mariage - divorce - الزواج و الطلاق
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 18:33
Le jugement de l'appellation : «Cheikh al Islam»

Question :

 

Est-ce que le surnom «Cheikh al Islam» (Cheikh de l'Islam) est permis ?

 

Réponse : 

 

Si le surnom «Cheikh al Islam» est attribué d'une manière inconditionnée, cela ne sera alors pas permis, cela reviendrait à dire que l'Islam revient d'une manière absolue vers tel Cheikh, à ce moment, il ne sera pas permis de qualifier une personne par cela. 

 

En effet, personne n'est exempt d'erreur dans ce qu'il dit au sujet de l'Islam si ce ne sont les Messagers عليهم الصلاة والسلام. 

 

Cependant, si ce qui est sous-entendu par «Cheikh al Islam» désigne un grand Cheikh, dont la présence est méritée au sein de l'Islam, il n'y aura alors pas de mal à qualifier et surnommer le Cheikh avec cela. 

 

Majmou3 al fataawaa, 25/261. 

 Traduit par l'équipe al Miirath - @al_miirath

 

س١٩٧: سئل فضيلة الشيخ- رحمه الله-: عن لقب "شيخ الإسلام" هل يجوز؟

فأجاب بقوله: لقب شيخ الإسلام عند الإطلاق لا يجوز، أي أن الشيخ المطلق الذي يرجع إليه الإسلام لا يجوز أن يوصف به شخص؛ لأنه لا يعصم أحد من الخطأ فيما يقول في الإسلام إلا الرسل عليهم الصلاة والسلام
أما إذا قصد بشيخ الإسلام أنه شيخ كبير له قدم صدق في الإسلام فإنه لا بأس بوصف الشيخ به وتلقيبه به

مجموع فتاوى الشيخ ابن عثيمين رحمه الله ٢٥/٢٦١

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Savants - العلماء
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 18:25
Tenir son épouse par la main dans des endroits publics ? (audio)

 

Question :

 

Est-il permis que l'homme tienne sa femme par la main, ou bien qu'elle lui tienne le bras dans les endroits publics ?

 

Réponse :

 

Il n'y a pas de mal, cela est une habitude (entrée) dans les mœurs.

 

Il n'y a aucun mal.

 

✅ Traduit par Oum Hafsah

 

نص السؤال : هل يجوز للزوج أن يمسك يد زوجته أوهي تمسك ذراعه عند السّيْر في الأماكن العامة ؟

الجواب : لا شيء، هذا عائد إلى العرف لا شيء

 

Cheikh Mohamed Ibn Hady Al Madkhaly - الشيخ محمد بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Mariage - divorce - الزواج و الطلاق
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 18:02
Prépare, Ô mon frère, des réponses pour l'interrogatoire !

Rappelle-toi ce qu'il y a après la mort comme épreuve de la tombe, et celle-ci est l'interrogatoire des deux anges, Munkar et Nakîr, à toute personne qui meurt.

 

Qu'elle soit enterrée dans les tombes, mangée par un lion, happée par les oiseaux ou dispersée par les vents dans les déserts et les mers.

 

L'interrogatoire au sujet du Seigneur, de la religion et du Messager est inévitable.

 

Alors prépare, Ô mon frère, des réponses pour l'interrogatoire, et évalue bien cette épreuve, lorsqu'il n'y aura ni issues ni échappatoires.

 

Et lors de celle-ci, Allâh raffermira ceux qui auront cru par la parole solide, et Il égarera les injustes.

 

At-ta3lîq al-matîn 'ala kitâb as-sunna wa ossol ad-dîn 107

Traduit par Oum Omayr

Publié par 3ilmchar3i.net

Traduit par Oum Omayr

فأعد يا أخي للسؤال جوابا

قال الشيخ العلامـة زيد بن محمد المدخلي -رحمه الله تعالى
وتذكر ما بعد الموت من فتنة القبور ، وهي سؤال الملكين منكر ونكير لكل من مات ، سواء دفن في القبور أو أكلته السباع أو تخطفته الطيور أو ذرته الرياح في البراري والبحور
ﻻبد من السؤال عن الرب وعن الدين وعن الرسول ، فأعد يا أخي للسؤال جوابا ، واحسب لهذه الفتنة حسابا ، إذ ﻻ مفر وﻻ محيص منها
 وعندها يثبت الله الذين آمنوا بالقول الثابت ، ويضل الله الظالمين

التعليق المتين على كتاب السنة وأصول الدين ١٠٧

Cheikh Zayd Ibn Mohammed Al Madkhali - الشيخ زيد بن محمد بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Mort et funérailles - الموت والجنازة
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 17:58
Enseignement des sourds-muets

Question :

 

Si j'avais un frère sourd-muet (ni il entend ni il parle) et qui ne connaissait rien sur la prière, le jeûne, l'aumône obligatoire, ni sur les règles de l'Islam, ni sur le coran, comment puis-je l'orienter dans ce cas-là ?

 

Réponse :

 

Il faut lui apprendre selon son degré de conscience, avec des gestes s'il est voyant.

 

Il faut lui apprendre la prière de manière pratique, son tuteur ou autre prie devant lui, en lui expliquant avec les gestes de faire de même, et en lui apprenant de façon à ce qu'il comprenne l'heure des prières, ou en faisant devant lui chaque prière à son heure, ceci après qu'il soit en âge de distinction.

 

S'il comprend l'écriture, alors il faut lui écrire le dogme islamique et les piliers de l'Islam, avec l'explication de la signification des deux attestations de foi, et ainsi le reste des règles de la religion.


Parmi celles ci les règles de la prière en commençant par les ablutions, les grandes ablutions, les heures de prière, ses piliers, ses obligations, et ce qui est légiféré à faire durant la prière.

 

Il convient également de lui indiquer les prières surérogatoires (adh-ouhâ, al-witr, etc..), et tout ce dont a besoin la personne responsable "moukallaf", puisse-t-il en profiter.
 

Dés qu'il commence à distinguer d'une manière quelconque, il fait désormais partie des responsables "moukallaf", et ceci peut être par l'un des signes de la puberté, il doit alors appliquer les règles imposées aux personnes responsables, proportionnellement à sa science et à son aptitude.

 

Par contre s'il apparaît de son état qu'il est inconscient, alors il n'a rien à assumer, car il n'est pas responsable, comme il nous est parvenu dans le hadith authentique :

 

"La plume est levée pour trois (personnes) :

le jeune enfant jusqu’à ce qu'il atteigne la puberté,

le fou jusqu’à ce qu’il retrouve la raison

et le dormeur jusqu’à ce qu'il se réveille."

 

(Numéro de la partie: 5, Numéro de la page: 281)

 Publié par alifta.net

 

تعليم الأصم والأبكم

س : إذا كان لدي أخ أصم وأبكم فهو لا يسمع ولا يتكلم كما هو معلوم، وطبعا لا يعرف شيئا عن الصلاة ولا الصوم ولا الزكاة ولا يعرف شيئاً عن أحكام الإسلام، ولا يعرف شيئا من القرآن. كيف يكون التوجيه والحالة هذه؟

جـ: هذا لا بد أن يفعل معه ما يعلم به عقله بالإشارة إذا كان بصيراً. وينبغي أن يعلم الصلاة بالفعل؛ فيصلي عنده وليه أو غيره ويشار له أن يفعل هذا الفعل، مع بيان الأوقات بالطريقة التي يفهمها أو بتعليمه الصلاة كل وقت بالفعل بعد أن يُعْلم أنه عاقل، ويُكتب له إن كان يعرف الكتابة حقيقة العقيدة الإسلامية، وأركان الإسلام مع بيان معنى الشهادتين. وهكذا بقية أحكام الشرع توضح له كتابة
ومن ذلك أحكام الصلاة من الوضوء والغسل ومن الجنابة وبيان الأوقات وأركان الصلاة وواجباتها وما يشرع فيها، وبيان السنن الراتبة وسنة الضحى والوتر إلى غير ذلك مما يحتاجه المكلف لعله يستفيد من الكتابة
ومتى علم عقله بأي وسيلة، ثبت أنه من المكلفين إذا بلغ الحلم بإحدى علاماته المعلومة ولزمته أحكام المكلفين حسب علمه وقدرته. أما إن ظهر من حاله أنه لا يعقل فلا حرج عليه، لأنه غير مكلف، كما جاء في الحديث الصحيح

(رفع القلم عن ثلاثة الصغير حتى يبلغ، والمعتوه حتى يفيق، والنائم حتى يستيقظ)

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 17:38
Programme audio pour les frères francophones qui reviennent à la voie des pieux prédécesseurs (audio)

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ

Toutes les louanges reviennent à Allâh, nous Le louons et demandons Son aide et nous cherchons refuge en Lui contre nos propres maux et contre nos mauvaises actions ; 

Celui qu’Allâh guide personne ne peut l’égarer et celui qu’Allâh égare personne ne peut le guider. 

J’atteste qu’il n’y a de divinité adorée avec vérité qu’Allâh, Lui Seul, Il n’a aucun associé ; Et j’atteste que Mohammad صلى الله عليه وسلم est Son serviteur et Son Messager. 

La (traduction du sens de la) parole d’Allâh dit : "Ô les croyants ! Craignez Allâh comme Il doit être craint. Et ne mourez qu’en pleine soumission." [ al ‘Imrân : 3 : 102] 

La (traduction du sens de la) parole d’Allâh dit : "Ô Hommes ! Craignez votre Seigneur qui vous a créés d’un seul être, et a créé de celui-ci son épouse, et qui de ces deux-là a fait répandre (sur la terre) beaucoup d’hommes et de femmes. Craignez Allâh au Nom duquel vous vous implorez les uns les autres, et craignez Allâh de rompre les liens du sang. Certes Allâh vous observe parfaitement." [An-Nisâ : 4 : 1] 

La (traduction du sens de la) parole d’Allâh dit : "Ô vous qui croyez ! Craignez Allâh et parlez avec droiture, afin qu’Il améliore vos actions et vous pardonne vos péchés. Quiconque obéit à Allâh et à Son messager obtient certes une grande réussite." [Al-Ahzâb : 33 : 71-72] 

Ensuite : La meilleure parole est la parole d’Allâh et la meilleure guidance est la guidance de Muhammad صلى الله عليه وسلم

Les pires choses sont celles qui sont inventées (dans la religion), et toutes les choses inventées (dans la religion), sont des innovations (religieuses), et toutes les innovations (religieuses) sont des égarements, et tous les égarements sont en Enfer.

Ceci étant dit :

 

Voici un programme audio pour les frères francophones qui désirent apprendre ce qui leur est obligatoire et nécessaire de connaître pour affirmer leur appartenance à la salafiyah, sans prétention, mais en réalité.

 

Car malheureusement beaucoup de frères francophones n'étudient pas la croyance islamique authentique, et encore moins les fondements du Minhaj des Salafs Salihs, et prétendent pourtant être salafi.

 

Et il ne faut surtout pas croire certaines paroles venant tout droit de la hyzbiyah que le musulman est salafi de base.

 

Non, et ceci en aucun cas !

 

L’origine chez le musulman n’est pas la salafiya, mais c'est une caractéristique supplémentaire qui doit être attestée avec preuve, comme nous l’a rappelé notre Cheikh WasiouLlâh ´Abbas (qu’Allâh le préserve). (Ecouter Cheikh WasiouLlâh 'Abbas Ici)

 

Et sachez que la salafiyah n'est pas une affirmation d'appartenance dénuée de science, comme l'a expliqué le grand savant de Ryad : Cheikh Salih Al-Fawzan Ibn Abdillah Al-Fawzan (Qu'Allâh le préserve) lors d'une conférence donnée dans une université d'Arabie Saoudite ; Il a dit :

 

"Ce n'est pas la prétention qui est à prendre en considération, mais c'est la réalité qui doit l'être !" 

 

Ceci exige de nous, toute notre attention, à savoir la connaissance de la voie des Salafs (prédécesseurs) et l’étude de cette voie dans la Croyance, dans l’éthique, dans la mise en pratique, dans tous les domaines que compte la voie des Salafs (prédécesseurs) ; Il s'agit de la voie sur laquelle était le Messager صلى الله عليه وسلم et sur laquelle étaient ses compagnons parmi les émigrés et les auxiliaires et ceux qui les ont pris comme exemple et qui les ont suivis sur le même chemin jusqu'à la dernière heure.

 

Il a aussi dit (Qu'Allâh le préserve) :

 

"Nous devons faire la différence entre l’appellation et la réalité, parce qu’il y a ceux qui s’accaparent l’appellation sans que pour autant cela soit la réalité, celui-là n’est pas un Salafi et les Salafs en sont innocents.

La voie des Salafs, c’est la science utile et la bonne action, fraternité dans la religion d’Allâh et entraide dans l'accomplissement des bonnes œuvres et de la piété ; Voilà ce qu’est la voie des pieux prédécesseurs..." 

 

Et il a aussi dit (Qu'Allâh le préserve) :

 

"Celui qui le désire véritablement et qui a suivi un enseignement correct, arrivera à cela et quant à celui qui s’en revendique sans que pour autant cela soit la réalité ou alors imite (aveuglément) celui qui se prétend être sur la Salafiya, bien qu’il n’est pas sur la voie des Salafs, cela ne lui apportera rien, bien au contraire, cela lui sera néfaste." 

 

Puis, il a fini par dire (Qu'Allâh le préserve) :

 

"Celui qui veut cette voie, il n’a plus qu’à la connaître, il doit l’apprendre, il doit avant tout - la mettre lui-même en application, il doit appeler à cette voie, il doit la montrer aux gens. Voilà le chemin du salut et voilà le chemin de la faction sauvée, celui des gens de la Sounna et du Consensus, ce sur quoi était le Messager صلى الله عليه وسلم et ses compagnons (sahabas) ; et fait preuve d’endurance sur ce chemin et reste ferme dessus et qui ne dévie avec les troubles ni avec les propagandes qui égarent et n’est pas saisit par les ouragans, mais qui au contraire, reste ferme sur ce chemin jusqu'à ce qu'il rencontre son Seigneur - à Lui la louange, Le Très Haut ; Qu'Allâh accorde la facilité à tous dans ce qu'Il aime et ce qu'Il agrée !"

 

Fin de citation (Conférence de Cheikh Al-Fawzan d'où sont extraites ces paroles Ici)

 

Aussi lorsqu'on lui a demandé qui est le vrai salafi ?

 

Voici ce qu'il a répondu : Son excellence, le Cheikh Salih ibn Fawzan al-Fawzan - qu'Allâh le préserve (membre du Comité Permanent de la Fatwa et de l'Organisation des Grands Savants) dit :

 

"[Allah le Très-Haut dit dans la traduction du sens :] «Les tout premiers parmi les Emigrés et les Auxiliaires, ainsi que tous ceux qui les ont suivis convenablement» [Le repentir ; 100].

"Convenablement" : C'est-à-dire avec perfection, non pas par simple prétention en disant "Je suis salafi", "Je suis sur la voie des salafs", puis lorsque tu l'interroges sur la voie des salafs qu'est-ce que c'est ?

[Il répond] : "WaLlâhi… Je ne sais pas… mais mon frère, je suis salafi".

Nous lui disons : "Eh bien, tu n'es pas salafi ! Tu ne connais pas la voie des salafs, donc tu n'es pas salafi. Comment peux-tu être affilié aux salafs alors que tu ne connais pas leur voie ?!".

[Allâh dit dans la traduction du sens :] «Ainsi que tous ceux qui les ont suivis convenablement», donc si tu veux être sur la voie des salafs, étudie la voie des salafs et le chemin qu'ils suivaient afin de t'y accrocher et de le suivre."

 

Fin de citation (Ecouter Cheikh Al-Fawzan Ici)

 

Et une des plus simples explications du véritable salafi est l'explication de l'illustre Cheikh Muhammad ibn Salih Al Outhaymin lorsqu'il a été questionné sur le grand mouhadith et réformateur de ce siècle Cheikh Muhammad Naser Ad-Dîn al Albani (Qu'Allâh leur fasse miséricorde à tous les deux).

 

Il dit (Qu'Allâh lui fasse miséricorde) :

 

"Il est un homme de la Sunnah.

Et ici j’attire l’attention sur le sens de la parole "Il est un homme de la Sunnah" chez les savants et quand est-ce que cette parole est dite ?

L’imam Al-Barbahârî -et d’autres parmi nos imams- a dit et c’est le sens de ce qu’il a dit :

"Et on ne dit pas d’un homme qu’il est un homme de la Sunnah jusqu’à ce qu’il regroupe toutes les caractéristiques de la Sunnah, jusqu’à ce qu’il ait une croyance correcte et jusqu’à ce qu’il soit conforme à tous les fondements de la Sunnah".

 

(Lire les paroles de Cheikh Al-Outhemine Ici)

 

J'aimerai aussi attirer l'attention sur une exhortation bénéfique qu'à pu donner l'honorable Cheikh Abu 'Abdillah Ahmad ibn Muhammad As-Shihhi dans une épître profitable qu'il a lu à Cheikh Rabi´ Al Madkhali (Qu'Allâh le préserve).

 

Il dit (Qu'Allah le préserve) :

 

"Sache, qu’Allâh t’accorde le succès, qu’il t’est impératif d’emprunter les moyens qui vont t’aider à corriger ton repentir par l'effort, l'ardeur, et la sincérité.

Et la première chose par laquelle tu dois commencer est : La recherche de la science est le fondement de base pour corriger ton repentir."

 

Plus loin il a dit (qu'Allâh le préserve) :

 

"Il t'est impératif, ô toi qui t'es repenti, puisse Allâh t’accorder le succès, de chercher la science bénéfique car c’est elle qui corrigera ton repentir, modifiera ta course et te mettra sur le chemin droit.

Tu seras protégé des ambiguïtés et des filets et pièges (des gens de l’égarement), par la permission d’Allâh."

 

Puis il a dit (Qu'Allâh le préserve) :

 

"Saches que la première des sciences par laquelle tu dois débuter est : Commence par l’apprentissage des fondements d’Ahl Sunnah wal Jama’a.

Saches, qu’Allâh t’accorde de Lui obéir, que je ne désigne pas par principes fondamentaux uniquement les trois sortes de tawhid.

Plutôt, les trois sortes de tawhid en premier, et deuxièmement, les autres fondements sur lesquels Ahl Sunna wal Jama’a sont unanimes et qui sont abandonnés et négligés par les gens de la bid’a (innovation) et de la division : Comme Al-Wala’ wal Barâ’a’ (l’alliance et le désaveu, aimer et détester pour la Satisfaction d’Allâh), recommander le bien et interdire le mal, la position par rapport aux Compagnons en les honorant et les défendant, la position par rapport aux gouvernants, la position par rapport à ceux qui commettent les péchés et ceux qui commettent les péchés majeurs, la position par rapport aux gens de l’innovation : parler sur eux, comment se comporter avec eux, et d’autres fondements parmi les fondements sur lesquels Ahl Sunna wal Jama’a sont unanimes.

Ils (Ahl Sunna wal Jama’a) les ont clairement rapportés (c’est à dire les fondements) dans leurs livres de ‘aqida, propageant ainsi la vérité et se détachant des gens de la déviation, des tribulations, des passions, et de la division même si à la base se sont des questions scientifiques et non dogmatiques.

Si tu saisis avec exactitude ces points et ces fondements, tu seras, par la permission d’Allâh, protégé contre beaucoup d’ambiguïtés qui ont soufflé sur le monde Islamique d’est en ouest.

Lorsque beaucoup de ceux qui se sont repentis ont négligé ce domaine et n’ont pas débuter leur repentir par l’apprentissage des principes fondamentaux d’Ahl Sunna wal Jama’a et leur méthodologie, la moindre ambiguïté les a rendus confus et hésitants.

Nous demandons à Allâh le salut et la protection.

Quiconque réfléchit sur leur condition verra beaucoup de cas et d’exemples de cette confusion et hésitation."

 

Fin de citation (Lire les paroles de Cheikh As-Shihhi Ici)

 

Donc suite au constat de la situation de beaucoup de frères francophones qui négligent le fait d'apprendre ce qui leur est impératif pour faire partie du groupe sauvé et victorieux, j'ai décidé d'écrire un programme en me basant sur les programmes et les paroles des savants concernant les livres à étudier dans le domaine de la croyance et du Minhaj des salafs Salih, tout en sélectionnant les audios, faits par les étudiants en science religieuse connus pour leur salafiyah, correspondant au livre choisi.

 

Car, beaucoup de frères et aussi de sœurs ont le désir d'apprendre la croyance authentique et les fondements et les règles du Minhaj des salafs Salih en langue française mais ne savent pas par quoi commencer... Ou ils commencent par des livres trop durs ne correspondant pas à leurs niveaux, ou approfondissent trop certains sujets et délaissent d'autres sujets, ou alors il ne choisissent pas les bons prêcheurs, comme pour ceux qui ne connaissent pas encore les étudiants en science religieuse salafi et francophones fiables.

 

Certains aussi se suffisent d'acheter des livres et de rentrer tout seul dedans sans professeur salafi ou cours audio d'étudiants en science, connus pour leur salafiyah, pour lui expliquer et clarifier les points qui n'a pas correctement compris, même si eux pensent avoir compris.

 

Ceux-là pensent peut-être que le livre parle ?

 

En bref, j'ai composé ce programme de 3 niveaux : Il est composé de 15 livres très importants et bénéfiques avec un lien audio pour chaque livre, et le nombre total s'élève au nombre de 593 cours audio.

 

Je conseille aux frères et sœurs motivés et endurants de faire 3 cours par jour, de sorte à ce qu'il (ou elle) puisse prendre des notes et les réviser ; A cette cadence, il finira ce programme bénéfique en un peu plus de 6 mois et demi environ.

 

Pour celui (ou celle) qui est moins motivé alors 2 cours par jour, il finira ce programme en 10 mois environ.

 

Et pour ceux qui sont beaucoup moins motivés, alors 1 cours par jour minimum, de sorte qu'il (ou elle) termine ce programme en 19 mois environ.

 

J'ai demandé au frère Abi Hafs Muhammad AbdAllâh, élève de Cheikh Abou 'AbdiLlâh Muhammad Saïd Raslân (depuis maintenant 8 ans, et qui est aussi chargé de la traduction des livres de Cheikh), de bien vouloir me conseiller et de vérifier ce programme ; En espérant qu'il convienne aux frères et aux sœurs qui désirent apprendre leur religion, et en espérant qu'il leur soit profitable et bénéfique.

 

Qu'Allâh accorde à tous la réussite dans ce qu'Il aime et agréé.

 

Et que les éloges d'Allâh et le salut soient sur notre Prophète Muhammad, ainsi que sur sa famille et tous ses compagnons.

 

Fait le jeudi 20 novembre 2014, à Sobk al ahad, Achmoun, Mounoufiah, Égypte et révisé en janvier 2016

 Compilé par عبدالصمد ابو ابراهيم - @abou_ibra 

1 er niveau

 

1) Charh outhoul ath-thalatha 

De l'illustre Cheikh Al-Islam Muhammad Ibn ‘Abd al-Wahâb (Qu'Allah lui fasse miséricorde), avec le sharh de l'illustre Cheikh Salih Al-Fawzan Ibn Abdillah Al-Fawzan (Qu'Allah le préserve).

En écoutant la traduction et l'explication très bénéfique en (48 cours) audio fait par Abou Hamaad Sulaiman Al-Hayiti (Qu'Allah le préserve).

2) Charh qawa´îd al-arba´ah

De l'illustre Cheikh Al-Islam Muhammad Ibn ‘Abd al-Wahâb (Qu'Allah lui fasse miséricorde) avec le sharh de l'honorable Cheikh ‘Abdoullah Al-Boukhârî (Qu'Allah le préserve).

En écoutant la traduction et l'explicitation très bénéfique en (13 cours) audio fait par Mehdi abou Abderrahman (Qu'Allah le préserve).

3) Charh oussoul-sitta

De l'illustre Cheikh Al-Islam Muhammad Ibn ‘Abd al-Wahâb (Qu'Allah lui fasse miséricorde), avec le sharh de l'illustre Cheikh 'Ubayd Al-Jabiri (Qu'Allah le préserve).

En écoutant la traduction et l'explication très bénéfique en (15 cours) audio fait par Mehdi abou Abderrahman (Qu'Allah le préserve).

4) Charh Oussoul Al-Iman

De l'illustre Cheikh muhammad ibn Salih ibn al ´Outhaymin (Qu'Allah lui miséricorde).

En écoutant l'explication très bénéfique en (10 cours) audio fait par Cheikh Mhamed tchalabi (qu'Allah le préserve).

5) Charh nawaaqid al-islam

De l'illustre Cheikh Al Islam Muhammad Ibn 'Abd-Al-Wahaâb (Qu'Allah lui miséricorde)

avec le Charh de l'illustre Cheikh Salih Al-Fawzan Ibn Abdillah Al-Fawzan (Qu'Allah le préserve) .

En écoutant la traduction et explication très bénéfiques en (31 cours) audio fait par Abou Hamaad Sulaiman Al-Hayiti (Qu'Allah le préserve).

6) Koun Salafyan ´Ala-Al-Jadda

De l'honorable Cheikh 'abdel salâm ibn sâlim As-Suhaymi (Qu'Allah le préserve).

En écoutant la traduction et l'explication très bénéfique en (15 cours) audio de Abou Hamaad Sulaiman Al-Hayiti (Qu'Allah le préserve). 

2 ème niveau

 

7) Charh kitab at-tawhid

De l'illustre Cheikh Al Islam Muhammad Ibn 'Abd-Al-Wahaâb (Qu'Allah le préserve), avec le Charh de l'illustre Cheikh Salih Al-Fawzan Ibn Abdillah Al-Fawzan (Qu'Allah le préserve).

En écoutant la traduction et l'explication très bénéfique en (154 cous) audio de Abou Hamaad Sulaiman Al-Hayiti (Qu'Allah le préserve).

8) Kashf ash-shoubouat

De l'illustre Cheikhh Al Islam Muhammad Ibn 'Abd-Al-Wahaâb (Qu'Allah lui fasse miséricorde )

avec le Charh de l'illustre Cheikh Zayd Ibn Mohammad Ibn Haadi Al-Madkhali (Qu'Allah lui fasse miséricorde ).

En écoutant la traduction et l'explication très bénéfique en (17 cours) audio de Abou Hamaad Sulaiman Al-Hayiti (Qu'Allah le préserve).

9) 200 sou'âl wa jawâb

De l'illustre Cheikh Hâfizh Al-Hâkimi (Qu'Allah lui fasse miséricorde).

En écoutant la traduction et l'explication très bénéfique en (46 cours) audio de Sadek abou Yahya (Qu'Allah le préserve).

10) Ad-Dourarou Adh-Dhahabiyatou Fi Oussoul Wa Minhajou Ad-Da´wati As-Salafiyah

De l'honorable Cheikh Hassan Al ´Iraqi (Qu'Allah le préserve).

En écoutant la traduction et l'explication très bénéfique en (40 cours) audio de Abou Hamaad Sulaiman Al-Hayiti (Qu'Allah le préserve).

 3 ème niveau

 

11) Qawâ´id al-muthla fi sifâti-Llahi wa asmâ'ihi wal-husnâ

De l'illustre Cheikh Muhammad ibn Salih Ibn Al ´Outhaymin (Qu'Allah lui miséricorde).

En écoutant la traduction et l'explication très bénéfique en (25 cours) audio d' Abou Adam abdel-malik al-Firansi (Qu'Allah le préserve).

12) ´Aqidatou al-wassityah

De L'illustre Cheikh Al Islam Ibn Taymiyya (Qu'Allah lui fasse miséricorde),

avec le charh de l'illustre Cheikh Salih Al-Fawzan Ibn Abdillah Al-Fawzan(Qu'Allah le préserve).

En écoutant la traduction et l'explication très bénéfique en (38 cours) audio de Abou Hamaad Sulaiman Al-Hayiti (Qu'Allah le préserve).

13) Fatwa al hamawyyah

De L’illustre Cheikh Al IslamIbn Taymiyya (Qu’Allah lui fasse miséricorde),

avec le charh de l’illustre Cheikh Salih Al-Fawzan Ibn Abdillah Al-fawzan (Qu’Allah le préserve).

En écoutant la traduction et l’explication très bénéfique (en 48 cours) audio de Abou Hamaad Soulaiman Al-Hayiti (Qu'Allah le préserve).

14) Charh-sunna

De l'imam al-barbahari (Qu'Allah lui fasse misericorde),

avec le charh de l'illustre Cheikh Salih Al-Fawzan Ibn Abdillah Al-Fawzan (Qu'Allah le préserve).

En écoutant la traduction et l'explication très bénéfique en (60 cours) audio de Abou Hamaad Sulaiman Al-Hayiti (Qu'Allah le préserve).

15) Ad-Da´â'imou Minhaj An-Noubouwah

De l'honorable Cheikh Abou Abdillah Muhammad Saïd Raslan (Qu'Allah le préserve).

En écoutant la traduction et l'explication résume très bénéfique en (33 cours) audio de Abou ´Assim Abbel Karim (Qu'Allah le préserve).

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم