Les cinq animaux nuisibles (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les cinq animaux nuisibles (audio)

Les cinq nuisibles sont :

 

le rat,

le scorpion,

le chien enragé,

le corbeau et

le milan. [1]  

 

Le Prophète عليه الصلاة والسلام dit à leur sujet : 

 

«Il y a cinq animaux qui sont tous nuisibles et qui doivent être tués en tous lieux, profanes et sacrés [2]  

 

Il est donc recommandé de les tuer en état de sacralisation ou non, à l’intérieur du périmètre sacré (al-Haram) ou en dehors, à cause de leur nuisance et du mal qu’ils causent parfois.

 

Il en est de même pour tout animal qui, par analogie (Qiyâs), serait comparable ou pire.

 

Néanmoins, les serpents trouvés dans les maisons ne sont tués qu’après les avoir sommés trois fois de sortir, de peur qu’ils ne fassent partie des Jinns, sauf pour (deux sortes) : Al-abtar et dhut-Tafifatayn qui sont tués même dans les maisons car le Prophète صلى الله عليه وسلم ne l’a interdit que pour les autres serpents. [3]  

 

Al-abtar (الأبتر) est celui dont la queue est courte, et dhut-tafifatayn (ذو الطفيتين) est celui qui a deux traits sur le dos.

 

Ces deux sortes de serpents doivent  être tués dans tous les cas, contrairement aux autres qui ne sont tués qu’après les avoir sommés trois fois de quitter les lieux, en disant par exemple : «Je te somme de quitter ma maison» ou toute autre phrase qui est une mise en garde et qui lui indique l’interdiction de rester dans la maison.

 

Après cela, si le serpent n’est toujours pas sorti, c’est qu’il n’est pas un Jinn ou, si c’en était un, qu’il ne mérite plus d’être respecté, il est donc tué.

 

Si toutefois le serpent venait à l’agresser, il lui est permis de le repousser, même dès la première fois.

 

Si cela a pour conséquence de tuer le serpent ou qu’on ne puisse repousser l’agression qu’en le tuant, dans ce cas, on a le droit de le faire, c’est une légitime défense. 

 

[1] Il s’agit de deux oiseaux : Ghurab ne désigne pas, ici, le corbeau commun, mais un oiseau charognard, peut-être le vautour ? Quant à la Hidâ’a, c’est un rapace chassant des rats. Voir respectivement Fath ul-Bâri, hadith n°1829 et Lisânul-‘Arab, article h-d-’. [N. du T.]. 

[2] Al-Bukhârî, chapitre du pèlerinage, n°1829 et Muslim, chapitre du pèlerinage, n°1198. 

[3] Al-Bukhârî, chapitre du début de la création, n°3297 et n°3298 et Muslim, chapitre de la paix, n°2233.

 

Fatâwâ Islâmiyya tome 4, pages 450 et 451. 

Publié par fatawaislam.com

ما هي الفواسق الخمس ؟

 الفواسق الخمسة هي: الفارة، والعقرب، والكلب العقور، والغراب، والحدأة. هذه هي  الخمسة التي قال فيها النبي عليه الصلاة والسلام

 خمس كلهن فواسق يقتلن في الحل والحرم

فيسن للإنسان أن يقتل هذه الفواسق الخمسة وهو محرم أو محل، داخل أميال الحرم أو خارج أميال الحرم؛ لما فيها من الأذى والضرر في بعض الأحيان، ويقاس في هذه الخمسة ما كان مثلها أو أشد منها، إلا أن الحيات التي في البيوت لا تقتل إلا بعد أن يحرج عليها ثلاثاً؛ لأنه يخشى أن تكون من الجن إلا الأبتر وذو الطفيتين فإنه يقتل ولو في البيوت؛ لأن الرسول صلى الله عليه وسلم نهى عن قتل الجنان التي في البيوت إلا الأبتر وذو الطفيتين، فإذا وجدت في بيتك حية فإنك لا تقتلها إلا أن تكون أبتر أو ذا الطفيتين. الأبتر يعني قصير الذنب، فالأبتر فهو قصير الذنب، وذو الطفيتين هما خطان أسودان على ظهره. فهذان النوعان يقتلان مطلقاً، وما عداهما فإنه لا يقتل ولكنه يحرج عليه ثلاث مرات؛ بأن يقول لها: أحرج عليك أن تكوني في بيتي. أو كلمة نحوها مما يدل على أنه ينذرها ولا يسمح لها بالبقاء في بيته، فإن بقيت بعد هذا الإنذار فمعنى ذلك أنها ليست بجن، أو أنها وإن كانت جناً فقد أهدرت حرمتها، حينئذٍ يقتلها. ولكن لا يعتبر عليه في هذه الحال، فإن له أن يدافعها لو بأول مرة، فإن أدى إلى قتلها لم تندفع مهاجمتها إلا بقتلها فله أن يقتلها حينئذٍ؛ لأن ذلك من باب الدفاع عن النفس

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

La salat sur le mort qui ne faisait pas la prière

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La salat sur le mort qui ne faisait pas la prière

Question :
 

Quelle est la règle de la Salât sur le mort qui ne faisait pas la prière ou duquel on a des doutes qu'il ne faisait pas la prière ?

Son tuteur doit-il le présenter à la Salât ?


Réponse :
 

Si nous savons qu le mort était une personne qui ne faisait pas la Salât, il n'est pas permis de faire la Salât sur lui et sa famille ne doit pas le présenter à la mosquée pour la Salât funèbre, car il est un mécréant qui abandonne l'Islam.
 
Dans ce cas, il faut creuser une fosse en dehors du cimetière où il est jeté sans Salât et sans respect.

Le jour de la Résurrection, cette personne sera réssucitée avec le Pharaon, Hâmân, Qâroun et Oubayy ibn Khalâf.
 
Quant à celui duquel on ne sait rien ou dont on a des doutes, il faut faire la Salât sur lui, car il est suposé être musulman jusqu'à preuve du contraire.

Si on a des doutes à son sujet, il n'y a pas de mal à faire une invocation conditionnée et de se contenter de dire :

" Ô Allah ! S'il est un croyant pardonne-lui et sois clément envers lui ".
 
Le fait de faire une condition dans l'invocation fut rapporté au sujet de ceux qui accusaient leurs femmes d'adultère sans présenter quatres témoins et qui, par conséquent avaient recours à la Molaâna qui consiste à ce que le témoignage de l'un d'eux doit être une quadruple attestation par Allah qu'il est du nombre des véridiques et la cinquième attestation est que la malédiction tombe sur lui s'il est du nombre des menteurs.

Pour l'épouse, à la cinquième attestation dit pour sa part :

" Que la colère d'Allah soit sur elle s'il était du nombre des véridiques ".


Fatâwas sur les piliers de l'Islam - Vol 2
 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Parmi les causes aidant à l'étude de la science

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Parmi les causes aidant à l'étude de la science

Parmi les causes aidant pour l''étude de la science :

 

La piété (taqwâ)
 
يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا إِنْ تَتَّقُوا اللَّهَ يَجْعَلْ لَكُمْ فُرْقَانًا
 
Ô vous qui croyez, si vous craignez Allah, Il vous donnera le discernement... [8:29]

C'est à dire ce par quoi vous différencirez entre la vérité et le faux, entre l'innovation et la Sunnah, entre la science utile et celle qui ne l'est pas, etc...

Il dit (تعالى): 
                                                                                             وَاتَّقُوا اللَّهَ وَيُعَلِّمُكُمُ اللَّهُ
Craignez Allah et Il vous enseigne [2:282]

-  Placer sa confiance en Allah (tawakkul) au sujet de la subsistance afin que ça ne te détourne pas de l'étude de la science.

-  Avoir une grande ambition.

-  S'assoir avec ceux qui désirent (la science) et ceux qui ont profité (de la science et dont on profite).

-  S'éloigner des problèmes.

-  Lire la vie des prédécesseurs.

-  Préserver ta santé t'aidera à préserver (garder) le Coran. Quant à la maladie, elle te fait oublier certaines sciences apprises...
 
Cheikh Abou ‘Abdir-Rahman Mouqbil ibn Hâdi al Wâdi’i - الشيخ مقبل بن هادي الوادعي

Partager cet article

Le repentir

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le repentir

-Le Repentir : Signifie revenir de la désobéissance à Allah et Lui obéir.


-Le Repentir : Est aimé d’Allah, comme Il dit (traduction rapprochée) :

"en vérité, Allah aime ceux qui se repentent et ceux qui se purifient." [Sourate Al-Baqara : 222]

-Le Repentir : Est une obligation pour tout croyant. 

Allah dit 
(traduction rapprochée) : 

"Ô vous qui croyez! Revenez à Allah d’un repentir sincère!" [Sourate at-Tahrim : 8]

-Le Repentir : Est un des moyens d'atteindre le succès.

Allah dit 
(traduction rapprochée) 

"Et repentez-vous tous devant Allah, Ô croyants, afin que vous récoltiez le succès." [Sourate Nur : 31]

Le Succès vient lorsque quelqu'un obtient ce qu'il cherche et est sauvé de ce qu'il fuit.


-Par le Repentir Sincère : Allah pardonne des péchés quel que soient leur importance ou leur nombre.

Allah dit 
(traduction rapprochée) 

"Dis : « Ô mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez pas de la miséricorde d’Allah. Car Allah pardonne tous les péchés. Oui, c’est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux." [Sourate Az-Zumar : 53]

Ô mon frère qui est tombé dans des péchés, ne désespère pas de la miséricorde de ton Seigneur, car la porte du repentir est ouverte jusqu'au lever de soleil de l'ouest.

Le prophète – qu’Allah prie sur lui et le salue - a dit :

"en vérité, Allah tend Sa main la nuit pour accepter le repentir du pécheur de la journée. Et Il tend Sa main le jour pour accepter le repentir du pécheur de la nuit, (jusqu'au jour) où le soleil se lèvera de l’ouest." [Rapporté par Muslim]


Et combien de gens se sont repentis à Allah de nombreux et énormes péchés et Allah a accepté leur repentir ?

Allah dit 
(traduction rapprochée) : 

« Ceux qui n’invoquent pas d’autre dieu avec Allah  et ne tuent pas la vie qu’Allah a rendu sacrée, sauf en toute vérité, qui ne commettent pas de fornication – car quiconque fait cela encourra une punition et le châtiment lui sera doublé, au jour de la résurrection, et il y demeurera éternellement couvert d’ignominie ; sauf celui qui se repent, croit et accomplit une bonne œuvre ; ceux là Allah changera leurs mauvaises actions en bonnes, et Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »[Sourate Al-Furqan : 68-70]

-Le Repentir Sincère : Doit remplir cinq conditions (pour être accepté), qui sont :

 

La Sincérité envers Allah, le Très-Haut : la personne doit le faire seulement pour Allah et dans la recherche de Sa récompense et le salut de Sa punition.

 

Le Remords : pour le péché qui a été commis, au point qu'il soit triste pour ce qu’il a fait et souhaite ne l’avoir jamais fait.

 

Arrêter : de commettre le péché immédiatement.
Si le péché était contre Allah, donc il doit arrêter de le faire si c'était un acte illicite, ou s'empresser de le faire si c'était une obligation qu'il a abandonné.
Et si le péché était contre une créature (comme des gens), alors il doit s'empresser de s'en libérer, en cessant de l’affliger ou en recherchant son pardon.

 

Détermination : à ne pas retourner de nouveau à ce péché dans l'avenir.

 

Le repentir ne doit pas arriver après le temps où son acceptation est terminée, par la mort ou par le lever du soleil de l'ouest. 

Allah dit (traduction rapprochée) 

"le Repentir est inefficace pour ceux qui commettent des péchés constamment jusqu'à ce que la mort vienne à l’un d'entre eux, il dit : En vérité je me repens maintenant." 

Le prophète – qu’Allah prie sur lui et le salue - a dit : 

"quiconque se repent avant le lever du soleil de l’ouest, Allah acceptera son repentir." [Rapporté par Muslim]

Ô Allah, accorde-nous le repentir sincère et acceptez-le de nous, en vérité Tu es l’Audient, l’Omniscient.
  
copié de sounna.over-blog.org
 
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Le sang du musulman est interdit à verser, hormis dans trois cas

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le sang du musulman est interdit à verser, hormis dans trois cas

Abdoullah Ibn Massou’d Rapporte: 

« Le messager d’Allah sallallahou 'alaihi wa sallam a dit :

 

" Le sang du musulman est interdit à verser, hormis dans trois cas : le marié qui commet l'adultère, l'auteur d'un homicide volontaire, et l’apostat qui délaisse la communauté. "
Rapporté par Boukhari et Mouslim

printer.gif

Explications


- Sa parole  : « Le marié qui commet l'adultère» 

Il s’agit ici de l’homme marié, la peine qui lui est infligée s’il vient a commettre l’adultère est la lapidation à mort, comme cela a été confirmé par la Sounnah du messager d’Allah ainsi que par le verset de la lapidation dont la lecture a été abrogée mais dont le Hukm est resté. 

-  Quant à sa parole : « L’auteur d’un homicide volontaire » 

Il s’agit de celui tué par application du talion. 

Allah dit (sens du verset) : «Ô les croyants! On vous a prescrit le talion au sujet des tués » V 178 S 2

Allah dit également (sens du verset) : « C'est dans le talion que vous aurez la préservation de la vie » V 179


-  Concernant sa parole : « et l’apostat qui délaisse la communauté » 

Ce qui est visé ici est l’apostat, d’après la parole du prophète sallallahou 'alaihi wa sallam : 

« Celui qui change de religion tuez-le »

 Rapporté par Boukhari n° 3017

printer.gif

Ibn Rajab Al Hambali a mentionné d’autres personnes autre que ceux mentionnées dans ce Hadith dont [la Chari'a exige] d'exécuter 


-  L'homosexuel 

-  Celui qui fornique avec une femme avec laquelle le mariage lui est interdit (mère, sœur, tante..) 

-  Le Zoophile 

-  Le sorcier 

-  Celui qui abandonne la prière 

-  Celui qui est attrapé une quatrième fois pour consommation d’alcool 

-  Celui qui est attrapé une cinquième fois pour vol 

-  Celui qui espionne les musulmans pour le compte des mécréants 

Etc... 

printer.gif

Parmi les enseignements à tirer de ce Hadith


-  La protection du sang du musulman excepté lorsqu’il commet une des trois choses mentionnées dans le hadith. 

-  La peine infligée à l’homme marié qui commet l’adultère est la lapidation à mort avec des pierres 

-  L’exécution de l'auteur d'un homicide volontaire lorsque les conditions pour l’application du Talion sont réunies 

-  L’exécution de l’apostat homme ou femme. 

 

Sources : Fat Al Qawiy Al Matine Fi Charhi Al Arbaîna wa Tamamatou Bi Khamissina Li-Nawawi wa Ibn Rajab p 60 

      

Cheikh ‘Abdel Mouhsin Ibn Hamed Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبدالمحسن بن حمد العبَّاد البدر

Partager cet article

Le bien-être du coeur et sa rectitude

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le bien-être du coeur et sa rectitude

Sache que le bien-être du cœur et sa rectitude dans son cheminement vers Allâh dépendent de son recueillement et de sa concentration sur la voie d’Allâh.

 

En revanche, sans le retour sincère vers Allâh – Ta’âla, le cœur demeure éparpillé.

 

Et les dépassements des mesures [ou des limites permises], des boissons, des fréquentations, du sommeil et de la parole aggravent son éparpillement, lui barrent le chemin vers Allâh – Ta’âla - et l’affaiblissent.

 

En tenant compte de ses finalités, la sagesse du Puissant-Miséricordieux a voulu qu’Il institue à Ses serviteurs le jeûne afin de faire disparaître [du corps] l’excédent de nourriture et de boisson et de vider le cœur des mélanges des désirs lascifs qui l’empêchent de cheminer vers Allâh.

 

Il – Ta’âla – a tenu compte dans la prescription du jeûne, de l’intérêt de Ses serviteurs de manière à ce qu’ils en profitent dans leur vie présente et dans leur vie future sans les nuire.

 

Concernant l’excès de la parole, Allâh a prescrit aux serviteurs d’empêcher leur langue de dire des choses qui ne leur profitent pas dans l’au-delà.

 

Pour ce qui est de l’excès du sommeil, Il leur prescrit la prière de la nuit.

 

Il s’agit d’une veillée pieuse parfaite et dont les effets sont bons, à savoir une veillée de moyenne durée, utile au cœur et au corps et qui ne les gêne pas dans leurs intérêts.

 

Or, l’exercice des maîtres ascètes est orienté sur ces quatre éléments, et le plus heureux d’entre eux est celui qui a cheminé dans ce domaine sur la voie tracée par Muhammad (sallallahu ‘alayhi Wa sallam), sans dévier du côté des rigoristes ni de ceux des laxistes.

 

Zâd ul-Mi’âd fî hadî kheyr al-’Ibâd p.203

copié de manhajulhaqq.com

 

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Partager cet article

Lorsque la personne sort des toilettes elle doit dire : «Ghufranaka - غفرانك - Ô Allah pardonne moi !»

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Lorsque la personne sort des toilettes elle doit dire : «Ghufranaka - غفرانك - Ô Allah pardonne moi !»
Question : 
 
Pourquoi le serviteur demande pardon à se moment là, alors qu'il sort simplement des toilettes, chose qui ne constitue pas un acte répréhensible ? 
 
Les gens de sciences ont donné plusieurs réponses à cette question: 
 
Certains ont dit :


C'est parce qu'Allah à octroyé à son serviteur cette délicieuse nourriture et cette boisson (Son corps profite de ce qu'ils contiennent comme vitamines, calcium etc..) et il lui a ensuite facilité leur sortie sans souffrance, ni difficulté et ceci constitue un bienfait immense.


Donc ici le serviteur demande pardon pour sa négligence et le fait de ne pas être suffisamment reconnaissant vis à vis d’Allah pour les innombrables bienfaits qu’il lui accordé. 
 
Il suffit pour se rendre compte de l'immense bienfait que constitue le fait de pouvoir faire ses besoins, de méditer sur ceux atteint de certaines maladies comme la constipation chronique ou la rétention aiguë d’urine (incapacité pour un individu d'uriner alors qu'il a la vessie pleine) et sur les conséquences parfois dramatiques de ses maladies. 
 
Ainsi pour ce groupe de savants le terme «Ghufranaka (Ô Allah Pardonne moi) » signifie en fait : «O Allah pardonne moi pour ma négligence à l’égard de tes bienfaits qui sont immenses» 
 
On rapporte qu’un jour ‘Ali (Qu’Allah l’agrée) sorti des toilettes puis tout en passant la main sur son ventre déclara : " Quelle (Immense) bienfait !" 
 
Le point de vue de ses savants repose essentiellement sur un autre hadith rapporté par Ibn Majah et authentifié par Sheikh Al Albani dans lequel le messager d’Allah aurait dit en sortant des toilettes : 
 
« Louange à Dieu qui m'a épargné le mal et m'a donné une bonne santé.»
 
D’autres savants déclarent quant à eux que :

La personne prononce cette invocation car elle est resté un certain temps sans faire le rappel d’Allah (Dhikr).

Après être sorti elle demande à Allah de lui pardonner cette négligence, c'est-à-dire le fait de n'avoir pas pu faire du dhikr. 
 
Pour eux, c’est comme si en restant un moment sans faire le rappel d’Allah, la personne avait perdu une partie de son précieux temps, et cela exige une demande de pardon.

Et il est rapporté de manière authentique que le messager d’Allah faisait le dhikr en toutes situations. 
 
Et enfin d’autres déclarent que : 

C'est à cause de la gêne et des méfaits (sur la santé) que peuvent occasionner le fait de retenir ses besoins que l’individu entre aux toilettes.

Et lorsqu’il sort des toilettes soulagé de la gène et du poids que son corps avait à supporter, cela lui fait penser au poids des péchés et à leurs conséquences néfastes sur le cœur.

Le serviteur demande donc à Allah de lui alléger ses péchés (et de lui faciliter le repentir) comme il lui a épargné le mal de ce que son ventre contenait en lui facilitant sa sortie. 
 
Autrement dit, tout comme le fait de ne pas pouvoir accomplir ses besoins ou de les retenir peut gravement nuire à la santé et au corps, les péchés eux nuisent au cœur si la personne ne se repent pas. 
 
Sharh Bulugh Al-Maram du Sheikh Othaimine, Sharh Sunane Abi Dawud du Sheikh Abdel Muhssine Al-Abbad, Naylou l-Awtar de l’Imam Ashawkani. 

Partager cet article

Les 3 principes fondamentaux et leurs preuves - الاصول الثلاثة - Al-oussoul at-thalatha (dossier)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Les 3 principes fondamentaux et leurs preuves - الاصول الثلاثة - Al-oussoul at-thalatha (dossier)

 Publié par 3ilmchar3i.net

 

Cheikh Mohammad Ibn ‘Abdel-Wahhâb - الشيخ محمد بن عبد الوهاب

Partager cet article

La masturbation (masculine et féminine) (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La masturbation (masculine et féminine) (vidéo)

Cheikh Al-Albany :

 

-... la deuxième partie de la question porte sur quelque chose qui a éprouvé beaucoup de jeunes célibataires, ce qu’on appelle la masturbation.

 

Nous disons : la masturbation est haram, que ce soit pendant ramadhan ou en dehors.

 

Cela est illicite car c’est en divergence avec les textes clairs du Qur’an, et dans les premiers versets de sourate Al-Muminun, Allah a décrit les croyants par certaines qualités, dont celle-ci (traduction rapprochée) :

 

« Ceux qui préservent leur sexe, sauf avec leurs épouses ou ce que leur main possède, et en ce cas ils ne sont pas blâmables. Et ceux qui cherchent au-delà de cela sont les transgresseurs. »

 

Ce verset montre clairement que le croyant a deux voies légales pour assouvir son désir : le mariage avec une femme libre, ou une esclave.

 

Puis Allah dit que ceux qui cherchent au-delà de ces deux voies sont les transgresseurs, c'est-à-dire les désobéissants, les injustes.

 

C’est en s’appuyant sur ce texte, l’imam As-Shafi’i a dit que la masturbation était interdite.

 

(Silsila al-huda wa nur 693)

 

-Quant à nous, nous voyons que la vérité est avec ceux qui ont dit que c’était interdit en s’appuyant sur la parole d’Allah (traduction rapprochée) :

 

« Ceux qui préservent leur sexe, sauf avec leurs épouses ou ce que leur main possède, et en ce cas ils ne sont pas blâmables. Et ceux qui cherchent au-delà de cela sont les transgresseurs. ».

 

Et nous ne disons pas que cela est permis pour celui qui craint de tomber dans la fornication (zina), sauf si on utilise le remède prophétique qui est la parole que le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) a adressé aux jeunes lorsqu’il leur a ordonné de se marier, puis il a dit :

 

« et celui qui ne peut pas (se marier), qu’il jeûne, car cela sera pour lui un bouclier ».

 

C’est pourquoi nous adressons de grands reproches à ceux qui permettent aux jeunes la masturbation par crainte de tomber dans zina, sans leur ordonner le remède prophétique

 

(Tamam Al-Mina p.340).

 

Question :

 

Est-ce que le fait de toucher le sexe de son épouse, et inversement, annule les ablutions ?

 

Réponse :

 

Si cela est fait avec désir, cela annule les ablutions, sinon non. 

 

(Silsila al-huda wa nur 2)

100624-Royalty-Free-RF-Clipart-Illustration-Of-A-Black-And-

Cheikh Ul-Islam Taqiyud-din Ibn Taymiyyah

 

-Qui est interdit, c’est d’arriver seul à la jouissance, par contre il n’y a aucun mal à ce que les époux voient et touchent le sexe de l’autre, comme cela est rapporté de shaikh Al-Islam ibn Taymia :

 

« Il n’est pas interdit à l’homme de regarder et de toucher l’ensemble du corps de son épouse »

 

(Majmu’ Al-Fatawa 32/171)

 

traduit par salafs.com

100624-Royalty-Free-RF-Clipart-Illustration-Of-A-Black-And-

 

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Cheikh Ul-Islam Taqiyud-din Ibn Taymiyyah - الشيخ الإسلام بن تيمية

 Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Il y a six étapes à la connaissance

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Il y a six étapes à la connaissance
Six Protocoles d'apprentissage [1]
 
Ibnul Qayyim a dit, « Il y a six étapes à la connaissance :
 
-Premièrement : Poser des questions d'une bonne façon
 
-Deuxièmement : Demeurer silencieux et écouter attentivement
 
-Troisièmement : Bien comprendre
 
-Quatrièmement : Mémoriser
 
-Cinquièmement : Enseigner
 
-Sixièmement : Et c'est son résultat : Agir sur la science et observé sa limite.» [2]
 
Sans titre 1-copie-2
Résultat de l'humilité

Ibnul Qayyim a dit :
 
« Un des salafs (pieux prédécesseur) à dit : « En effet, le serviteur commet un péché par lequel il entre au paradis ; et un autre fait une bonne action par laquelle il entre en enfer. »
Il lui a été demandé : Comment cela ? 
Ainsi il a répondu : Celui qui a commis le péché, pense constamment à cela ; ce qui lui cause la crainte et le regret de cela ; en pleure et se sent honteux enface de son Seigneur le Très Haut - à cause de cela. Il se tient en présence d'Allah, navré de douleur et avec sa tête abaissée dans l'humilité. Ainsi ce péché lui est plus salutaire que de faire des actes d'obéissance, puisqu'il lui a fait avoir de l'humilité etde la soumission - qui mène au bonheur et au succès du serviteur - dans la mesure ou ce péchédevient la cause pour lui d'entrer au paradis. 
Quant au faiseur de bien, alors il ne considère pas cebien comme une faveur de son Seigneur sur lui.Plutôt, il devient arrogant et impressionner par lui-même, disant : J'ai réalisé ceci et cela, et tels et tels.Ainsi cet accroissement de lui dans l'auto adulation, la fierté et l'arrogance, deviennent la cause poursa destruction. » [3]
 
Sans titre 1-copie-2
Purifier le coeur
 
Ibnul Qayyim a dit :

« Il n'y a pas de doute que le coeur devient couvert de rouille, comme le plat en métal, l'argent, et leurs semblable - devenus rouillé.
Ainsi la rouille du coeur est polie par le dhikr (rappel d'Allah), pour que le dhikr polisse le coeur jusqu'à ce qu'il devienne semblable à un miroir brillant.
Cependant, quand le dhikr est abandonné, la rouille reviens ; et quand cela recommence alors le coeur de nouveau commence à être nettoyé.
Ainsi, le coeur devenu rouillé est dû à deux choses :
Les péchés et ghaflah (négligence du rappel d'Allah).
De même il est nettoyé et polie par deux choses :
istighfaar (la recherche du pardon d'Allah) et le dhikr. »
[4]
 
Sans titre 1-copie-2
Jihaad contre l'ego
 
« Jihaad (effort) contre l'âme a quatre étapes :
 
-Premièrement : S'efforcer dans l'apprentissage et la religion de vérité, il ne peut y avoir aucun bonheur vrai, ni n'importe quel plaisir en ce monde et dans l'au-delà, excepté par elle.

-Deuxièmement : S'efforcer d'agir sur ce qui a été appris, puisque la connaissance sans l'action n'est pas bénéfique, plutôt cela cause la mal.

-Troisièmement : S'efforcer d'inviter d'autres vers lui et d'enseigner à ceux qui ne savent pas,autrement il pourra être considéré de ceux qui cachent ce qu'Allah a révélé de guidance et d'explication clair. Puisque la science ne peut ni profiter ni sauver une personne de la punition d'Allah.

-Quatrièmement : S'efforcer d'être patient et de persévérer contre ceux qui s'opposent à cette da'wah (appel) à Allah et ceux qui cherche à causé le mal - supporter patiemment toutes les difficultés pour Allah.
 
Quand ces quatre étapes sont complétées, alors une telle personne est considérée comme parmi les Rabbaaniyyeen.

Les salafs ont convenu qu'un disciple ne méritera pas le titre de Rabbanee jusqu'à cequ'il reconnaisse et comprenne la vérité, agit sur elle, et l'enseigne aux autres.

Ainsi quiconque à la connaissance, agit sur elle, et enseigne cette science aux autres, est considéré parmi les Rabbaniyyeen. » [5]
 
Sans titre 1-copie-2
Epreuves du coeur
 
Ibnul Qayyim a dit, tout en commentant le hadith suivant :

« Des épreuves et des tourments seront présentés aux coeurs, comme une natte de roseau entre laçant le bâton par le bâton.
N'importe quel coeur qui observe ces épreuves aura une marque noir en lui.
Cependant, n'importe quel coeur qui les rejette aura une marque blanche mise en lui.
Le résultat est que les coeurs seront de deux sortes : Un blanc semblable à une pierre blanche, qui ne sera nuie par des épreuves aussi longtemps que les cieux et la terre supporterons ; et l'autre sombre et rouillé, comme un navire retourné ; incapable d'identifier le bon, ni rejeter le mal, mais plutôt étantabsorbé avec ses passions. »
[6]

« Les fitan (épreuves) qui sont présentées aux coeurs - et qui sont la cause de sa faiblesse - sont :
 
-Les épreuves concernant le shahwah (faux désir)

-Les épreuves concernant la shubhah (doute)… Ainsi, le premier cause l'intention et le désir d'être corrompu, tandis que le second provoque lacorruption de la connaissance et de la croyance. » [7]
Parlant au sujet de telles épreuves, il dit, « Les coeurs - une fois exposé à de telles fitan (épreuves) -sont de deux types :

-Premier type : Un coeur une fois exposé a de telles épreuves, les absorbent comme une éponge qui imbibe l'eau vers le haut, laissant en elle une tâche noire.

Un tel coeur continuera à imbiber vers lehaut les diverses épreuves qui lui sont présentées, jusqu'à ce qu'il deviennent foncé et corrompu -c'est ce qui est signifié par « un navire retourné », ainsi quand ceci ce produit, deux danger et maladies mortelles s'emparent de lui le plongent dans la destruction

 
  • Premièrement : Confondre le bon avec le mal, ainsi il ne reconnaît ni le bon, ni ne rejette le mal.Cette maladie peut s'emparer de lui à tel point qu'il croit le bon être le mal ; et le mal être le bon, lasunnah être la bid'ah (innovation) ; et l'innovation être la sunnah, et la vérité être le faux, et le faux être la vérité.
 
  • Deuxièmement : Juger par ses caprices et ses passions, au dessus et contre ce que le messager d'Allah est venu - étant asservi par ses caprices et désirs et étant mené par eux également.

-Second type : Un coeur blanc dans lequel la lumière de l'imaan est éclatante et son éclat est illuminée.
Ainsi quand des épreuves sont présentées à un tel coeur, elles sont rejetées et tourne loinde lui.
Cela fera augmenter sa lumière, son illumination et sa force.
 
Sans titre 1-copie-2
Quatre principes d'adoration
 
« (La ayaah), « C'est toi seul que nous adorons » [S al-Fatiha V5] est construit sur quatreprincipes : S'assurant que Allah et Son messager aiment et sont satisfait 
 
-des paroles du coeur et 
-de la langue ; et 
-l'action du coeur et 
-des membres.
 
Ainsi Al-'Uboodiyyah (servitude et soumission à Allah) est un terme global pour toute ces quatre étapes.

Celui qui les réalise a en effet réalisé, « C'est toi seul que nous adorons ».

-La parole du coeur : C'est l'i'tiqaad (croyance) dans ce qu'Allah - Le plus Parfait - à informé au sujet de Lui-même, concernant Ses noms, Ses attributs, Ses actes, Ses anges, et tout ce qu'Il a envoyé par la langue du messager .

-La parole de la langue : Elle doit informer et transmettre (ce qu'Allah a révélé), appeler àcela, le défendre, en expliquant les fausses innovations qui s'oppose à cela, en établissant sonrappel et en transmettant ce qui est ordonné.

-L'action du coeur : Tel que l'amour pour Lui, la confiance en Lui, se repentir à Lui, avoir lacrainte et l'espoir en Lui, accomplir la religion purement et sincèrement pour Lui, avoir de lapatience dans ce qu'Il ordonne et interdit, avoir de la patience dans ce qu'Il décrète et êtresatisfait de cela, avoir de l'allégeance et de l'hostilité dans Son bénéfice, se soumettre devant Lui, devenir apaisé avec Lui et autre que cela, des actions du coeur qui sont joint à l'action desmembres… et les actions des membres sans actions du coeur ont peu de bénéfice, si ce n'estaucun bénéfice du tout.

-L'action des membres : Comme la prière et le jihaad, s'occuper de la jama'ah et être avec le jama'ah, aider ceux qui sont dans l'impossibilité et manifester de la bonté et de l'amabilité àla création, et autre que ceci ». [8]

 
[1] Ce qui suit sont quelques points de bénéfices - extrait à partir des divers travaux du cheikh -concernant la purification des âmes et le traitement des maladies du coeur.
[2] Miftaah Daarus-Sa'aadah (p. 283)
[3] al-Waabilus-Sayyib minal-Kalimit-Tayyib (p. 15)
[4] al-Waabilus-Sayyib (p. 80)
[5] Zaadul-Ma'aad fee Hadee Khayril-'Ibaad (p. 9-11)
[6] Rapporté par Muslim (no. 144), de Hudhayfah
[7] Ighaathatul-Lahfaan (p. 40)
[8] Madaarijus-Saalikeen (1/100-101).
 
Al-Fawaa'id : Points de bénéfices
 
 
Imam Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Partager cet article

L'éducation des enfants depuis leur tendre jeunesse

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

L'éducation des enfants depuis leur tendre jeunesse
Première partie :
Veiller à la compagnie de l'enfant
 
- 104 [...] En matière d'éducation, on protègera les enfants contre des fréquentations qui corrompraient leur avenir.
 
Si l'enfant a de la pudeur, de la décence, on peut espérer sa réussite.
 
On le placera dans la compagnie des personnes nobles et des savants et on lui évitera celle des ignorants et des sots : La nature humaine est influençable ! 
 
Il faut aussi lui inspirer l'horreur du mensonge et lui éviter la compagnie des enfants sournois.
 
On lui recommandera par contre une grande piété filiale et on le tiendra à l'écart des cercles féminins [1]. [...]
 
Divider2.png
Deuxième partie :
Dès l'âge de la puberté, lui choisir une jeune fille...
 
Lorsqu'il aura atteint l'âge nubile, on le mariera à une jeune fille qui n'aura pas connu d'autres hommes : Ils tireront ainsi profit l'un l'autre. 

C'était là quelques indications sur la manières d'organiser ses affaires en ce bas monde. 
 
Divider2.png
Troisième partie :
L'inciter à apprendre la science bénéfique
En matière de science, il faut pousser l'enfant, dès l'âge de cinq ans, à s'intéresser au Coran, aux questions de droit et aux cours de hadiths.

On lui donnera davantage de choses à mémoriser qu'à écouter, car la période de la mémorisation des connaissances dure jusqu'à quize ans et l'attention se disperse lorsqu'on arrive à l'âge nubile.

Il faut tantôt le battre [2], tantôt lui faire un cadeau pour le récompenser quand il aura appris de beaux textes. 
 
Divider2.png
Quatrième partie :
Par quoi devra-t-il commencer son apprentissage ?
 
La première chose qu'on lui imposera est l'acquisition parfaite du Coran qui sera en lui et se mêlera à sa chair et à son sang.

Ce sera ensuite une introduction à la grammaire grâce à laquelle il pourra éviter les fautes puis, le fiqh, doctrines et divergeances.

Toutes les sciences qu'il lui sera possible de connaître, outre celles que je viens de dire, sont bonnes. 
 
Divider2.png
Cinquième partie :
De certains comportements à éviter
 
Qu'il se méfie des habitudes qu'on les gens de hadith de perdre leur temps à relever les versions différentes dans lesquells les hadith sont les mêmes : La vie passe ainsi sans qu'ils aient pu arriver à y comprendre quelque chose.
Lorsqu'ils atteingent un âge avancé ils demandent la licence de donner des consultations juridiques ou d'enseigner une partie du Coran, mais ils doivent abandonner.

En effet ils ne parviennent plus, quand ils ont vieilli, à retenir ce qu'ils apprennent. Il est essentiel de remplir sa mémoire, dans l'enfance, de ce qu'il y a de plus important (...). 

Soyez attentifs à ces choses dont j'ai parlé et pensez toujours à la pureté d'intention, rien sans elle n'a d'utilité. 

[1] : Bien évidemment, il en est de même pour la fille qu'on tâchera qu'elle ne fréquente les milieux masculins. Au contraire, la femme femme doit veiller sur elle à la maison, afin que cette dernière, puisse observer sa mère dans tous ces travaux et cela afin qu'in châ Allâh, elle soit une bonne mère. 
[2] : Si cela s'avère nécessaire bien sûr. 
 
Ibn Al-Djawzî "Sayd Al-Khâtir." Point n°104. 
(Les titres sont un ajout du retranscripteur)
 

Imam Jamal Ad-Din Abu al-Faraj Ibnoul Jawzih - الإمام أبي الفرج عبد الرحمن بنُ عليّ بن الجوزي

Partager cet article

Par quoi commencer quand on appelle à l'islam ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Par quoi commencer quand on appelle à l'islam ?

Question : 

 
Lorsqu’on désire appeler quelqu’un à l’islam, par quoi doit-on commencer et que doit-on lui dire ?
 
Réponse : 
 
Je suppose que celui qui pose la question veut appeler à Allah, et il faut savoir que l’appel à Allah doit se faire avec sagesse, bonne exhortation, douceur et sans violence, ni reproche, ni remontrance.

On doit commencer par le plus important, puis par ce qui suit, à l’exemple du Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) lorsqu’il a envoyé ses messagers aux quatre coins de l’horizon, il leur a ordonné de commencer par le plus important, et il a dit à Mu’âdh lorsqu’il l’a envoyé au Yémen :

« La première chose vers laquelle tu les appelleras sera l’attestation que le Seul à mériter l’adoration est Allah (lâ ilâha illa llâh) et que Muhammad est l’Envoyé d’Allah ; et s’ils acceptent cela, informe-les qu’Allah leur a imposé cinq prières de jour et de nuit ; et s’ils acceptent cela, informe-les qu’Allah leur a imposé une aumône dans leurs biens qui est prise des riches et donnée aux pauvres. »
(Al-Bukhârî : 1458)
 
On commence par le plus important et on prend le temps nécessaire, on choisit le moment opportun et l’endroit adéquat pour prêcher.

Il peut être opportun d’inviter la personne chez soi et de parler avec elle, et parfois il est plus opportun d’aller jusque chez elle.

Puis, il est bon de choisir certains moments plutôt que d’autres, et quoiqu’il en soit, le musulman doué de raison et de sagesse sait de quelle manière il doit s’y prendre pour appeler les gens vers la vérité.   


Shaykh Ibn ‘Uthaymîn, Kitâb Ad-Da’wah (2/155) 
copié de salafs.com

 
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

متن منظومة البيقونية في مصطلح الحديث (audio-vidéo)‫

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

متن منظومة البيقونية في مصطلح الحديث (audio-vidéo)‫
أَبْدَأُ بِالحَمْـــــدِ مُصَلِّيَـــاً عَلَى مُحَمَّدٍ خَيْرِ نَبِيٍّ أُرْسِلا َ
وَذِي من أقْسَامِ الحَدِيثِ عِــدَّهْ وَكُلُّ وَاحِدٍ أَتَى وَحَدَّه ْ
أَوَّلُهَا الصَّحِيحُ وَهْوَ مَا اتَّصــل إسْنَادُهُ وَلَمْ يَشُذَّ أَوْ يُعَلْ
يَرْوِيهِ عَدْلٌ ضَابِــــطٌ عَنْ مِثْلِه ِ مُعْتَمَدٌ فِي ضَبْطِهِ وَنَقْلِه
وَالحَسَن المَعْرُوفُ طُرْقاً وَغَدَتْ رِجَالُهُ لاَ كَالصَّحِيحِ اشْتَهَرَتْ
وَكُلُّ مَا عَنْ رُتْبَةِ الحُسْنِ قَصرْ فَهْوَالضَّعِيفُ وَهْوَ أَقْسَاماً كَثُرُ 
وَمَا أُضِيفَ لَلنَّبِــــــي المَرْفُوعُ وَمَا لِتَابِعٍ هُوَالمَقْطُوعُ 
وَالمُسْنَدُ المتَّصِلُ الإسْـــنَاد مِنْ رَاوِيهِ حَتَّى المُصْطَفَى وَلَمْ يَبِنْ 
وَمَا بِسَمْعِ كُلِّ رَاوٍ يَتَّصِــــل إسْنَادُهُ لِلْمُصْطَفَى فَالْمُتَّصِل 
مُسَلْسَلٌ قُلْ مَا عَلَى وَصْفٍ أَتَى مِثْلُ أَمَا وَاللهِ أَنْبَانِي الْفَتَى 
كَذَاكَ قَدْ حَدَّثَنِيهِ قَائمـــــــا أَوْ بَعْدَ أَنْ حَدَّثَنِي تَبَسَّما 
عَزِيزُ مَـــــرْوِي اثْنَيْنِ أوْ ثَلاَثَهْ مَشْهُورُ مَـــــرْوِي فوْقَ مَا ثَلاَثَهْ
مُعَنْعَنٌ كَعَنْ سَــعِيدٍ عَنْ كَرَمْ وَمُبْهَمٌ مَا فِيهِ رَاوٍ لَمْ يُسَمْ 
وَكُلُّ مَا قَلَّــتْ رِجَالُهُ عَلاَ وَضِدُهُ ذَاكَ الَّذِي قَدْنَزَلاَ 
وَمَا أَضَفْتَهُ إِلَى الأَصْحَابِ مِنْ قَوْلٍ وَفِعْلٍ فَهْوَمَوْقُوفٌ زُكِنْ 
وَمُرْسَلٌ مِنْهُ الصِّحَابِيُّ سَـقَطْ وَقُلْ غَرِيبٌ مَا رَوَى رَاوٍ فَقَطْ 
وَكُلُّ مَا لَمْ يَتَّصِــلْ بِحَـــــال ِ إسْنَادُهُ مُنْقَطِعُ الأَوْصَال 
والمُعْضل الساقِط مِنه اثنـــــانِ وما أتى مُدلساً نوعانِ 
الأَوَّلُ الاسْقَاطُ لِلشَّــــيْخِ وَأَنْ يَنْقُلَ عَمَّنْ فَوْقَهُ بِعَنْ وَأَنْ 
وَالثَّانِ لاَ يُسقطُهُ لَكِنْ يَصِــفْ أَوْصَافَهُ بِمَا بِهِ لاَ يَنْعَرِفْ 
وَمَا يُخَـــالِفْ ثِقَةٌ بِهِ المــــَلاَ فَالشَّاذ والمَقْلُوبُ قِسْمانِ تَلاَ 
إبْدَالُ رَاوٍ مَا بِرَاوٍ قِسْــــــمُ وَقَلْبُ إسْنَادٍ لمَتْنٍ قِسْــــــمُ 
وَالْفَــــرْدُ مَا قَيَّدْتَـــهُ بِثِقــةِ أَوْ جَمْعٍ أوْ قَصْرٍ عَلَى رِوَايَةِ 
وَمَا بِعِلَّةٍ غُمُوضٍ أَوْ خَفَـــــا مُعَلَّلٌ عِنْدَهُمُ قَدْ عُرِفا 
وَذُو اخْتِلافِ سَنَدٍ أَوْ مَتْــنِ مُضْطَرِبٌ عِنْدَ أُهَيْلِ الْفَنِّ 
وَالمُدْرَجَاتُ فِي الحَدِيثِ مَا أَتَتْ مِنْ بَعْض أَلْفَاظِ الرُّوَاةِ اتَّصَلَتْ 
وَمَا رَوَى كُلُّ قَرِينٍ عَنْ أَخِهْ مُدّبَّجٌ فَأَعْرِفْهُ حَقّاً وَأَنْتَخِهْ 
مُتَّفِقٌ لَفْظاً وَخَطاً مُتَّفِقْ وَضِدُّهُ فِيمَا ذَكَرْنَا المُفْتَرِقْ 
مُؤْتَلِفٌ مُتَّقِقُ الخَطِّ فَقَطْ وَضِدُّهُ مُخْتَلِفُ فَاخْشَ الْغَلَطْ 
وَالمُنْكَرُ الْفَرْدُ بِهِ رَاوٍ غَدَا تَعْدِيلُهُ لاَ يَحْمِلُ التَّفَرُّدَا 
مَتْرُوكُهُ مَا وَاحِدٌ بِهِ انْفَرَدْ وَأَجْمَعُوا لِضَعْفِهِ فَهْوَ كَرَدْ 
وَالكَذِبُ المُخْتَلَقُ المَصْنُوعُ عَلَى النَّبِي فَذلِكَ المَوْضُوعُ 
وَقَدْ أَتَتْ كَالجَوْهَرِ المَكْنُونِ سَمَّيْتُهَا مَنْظُومَةَ الْبَيْقُونِي 
فَوْقَ الثَّلاَثِينَ بِأَرْبَعٍ أَتَتْ أَقْسَامُهَا تَمَّتْ بِخَيْرٍ خُتِمَتْ

Partager cet article