compteur de visite

Catégories

18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 23:06
La tombe du messager d’Allah صلى الله عليه وسلم
Si on te pose la question :
 
"[Pourquoi] dans la mosquée du Messager d'Allâh, il y a une tombe ! ?"
 
Que réponds-tu ?
 
 
Le Chaykh Ibnu Bâz qu'Allâh lui fasse miséricorde va y répondre.
 
Question :
 
Il y en a qui disent qu'il y a divergence (ikhtilâf) [concernant] le jugement (hukm) de l'accomplissement de la prière dans une mosquée ou il y a une, deux ou trois tombe et même plus plus.
 
Nous espérons un éclaircissement (tawdîh) en cela, et quel est le jugement alors que le Prophète -Prière et Salut d'Allâh sur lui- a dit (traduction rapprochée) : 
 
« Allâh a maudit les Juifs et les chrétiens : ils ont fait des tombes de leurs Prophètes, des lieux de prières. » 
 
sachant qu'il y a des gens qui, en revenant de Médine, [appuient leur argumentation pour autoriser la prière dans une mosquée où se trouve une tombe par la présence,] dans la Mosquée du Prophète de sa tombe -Prière et Salut d'Allâh sur lui- ainsi que celles de ses deux Compagnons -l'Agrément d'Allâh sur eux deux-, et que celle-ci (la mosquée) est identique aux mosquées en général et que la prière en son sein est permise.
 
J'espère avoir un éclaircissement.
 
 
Réponse :
 
Le Messager -Prière et Salut d'Allâh sur lui- a maudit celui qui bâti des oratoires sur les tombes et il a [également,] mit en garde contre cela, comme dans le hadîth cité précédemment et il a dit : 
 
« Ceux avant vous ne faisaient-ils pas des tombes de leurs Prophètes et de leurs pieux des sanctuaires ? Ne prenez pas les tombes comme sanctuaire, je vous l'interdis ! »
(Rapporté par Muslim dans [son] « Authentique »). 
 
Les deux Chuyûkh ont rapporté, d'après 'Âichah -l'Agrément d'Allâh sur elle- qui a dit :
 
« Umm Habîbah et Umm Salamah -l'Agrément d'Allâh sur eux deux- ont raconté au Prophète -Prière et Salut d'Allâh sur lui- qu'elles ont vu une église ainsi que ce qu'elle contenait comme images (représentations) en terre Abyssine (al-habachah). Il dit alors : « Parmi ces gens là, lorsqu'un homme mourait, ils construisaient sur sa tombe un lieu de culte (masdjid) et y [introduisaient] ses images (représentations). Ils sont les pires de la création auprès d'Allâh. » 
 
Il -Prière et Salut d'Allâh sur lui- [nous a donc] clarifié que ceux qui construisent des mosquées sur les tombes sont les pires de la création auprès d'Allâh et il a mis en garde contre leur agissement.
 
Cela, prouve que l'on ne prit pas dans une mosquée ou se trouve une ou plusieurs tombes et il n'y a pas de différence [dans l'interdiction] entre une tombe ou plus.
 
Si la mosquée a été construite en dernier (akhîr), [après] les tombes, [alors,] il faut la détruire pour ne laisser que les tombes marquées (bârizah) [1] sans [aucune] construction au-dessus d'elles de la même façon qu'elles étaient en son temps -Prière et Salut d'Allâh sur lui-, dans [le cimetière] de Baqî' et autres et cela [a perduré] jusqu'aujourd'hui dans le Royaume d'Arabie Saoudite ; les tombes y sont marquées sans construction par-dessus, ni coupole (qibâb) et ni oratoire et que louange et grâce soient rendues à Allâh.Mais si la mosquée est ancienne (qadîm) ; [construite avant les tombes] et qu'une ou plusieurs tombes y ont été introduite, alors la tombe doit être retirée et son occupant [déterré].
 
Il devra être transporté vers les cimetières (maqâbir) généraux ('âmmah) dans lesquels il n'y a pas de coupoles, ni de mosquées, ni de constructions et ce, pour que la mosquée soit vidée de [la tombe] afin d'y accomplir la prière.
 
Quant aux arguments (ihtidjâdj) de certains ignorants sur la présence de la tombe du Prophète -Prière et Salut d'Allâh sur lui- ainsi que celles de ses deux Compagnons -l'Agrément d'Allâh sur eux deux- [près de lui], cela n'est pas un argument (hujjah), car le Prophète -Prière et Salut d'Allâh sur lui- a été enterré chez lui [2] et non pas dans la Mosquée, et ont été enterré avec lui ses deux Compagnons Abû Bakr et 'Umar -l'Agrément d'Allâh sur eux deux-, mais lorsque Al-Walîd Ibnu 'Abd-lMalik Ibnu Marwân a agrandi la Mosquée [Prophétique] il a fait entrer la Maison [du Prophète] dans la Mosquée à cause de l'agrandissement (tawsi'ah) et [par son introduction,] il a commis une erreur (ghalat) ; il ne devait pas la faire entrer dans la Mosquée afin que les ignorants et leurs semblables ne prennent pas [ce fait] pour argument.
 
Les gens de science (ahlu-'ilm) ont renié (désavoué) [son geste].
 
Il n'est donc pas permis de suivre son exemple et que personne, ne pense que cela fait parti de la construction sur les tombes ou de leur adoption (ittikhâdh) comme oratoire, car ceci est une maison indépendante (mustaqill) qui a été introduite dans la Mosquée, [à cause de] la nécessitée de l'agrandissement et elle est identique au cimetière [se situant] devant la Mosquée qui est séparée (mafsûlah) de la Mosquée et qui ne lui cause pas de tort de même que la tombe du Prophète -Prière et Salut d'Allâh sur lui- [qui] est séparée par un mur (djidâr) et des barreaux (qudbân).
 
Il est nécessaire que le musulman clarifie cela à ses frères, afin qu'ils ne se trompent pas dans ce sujet (mas alah).Et c'est d'Allah que vient le Succès.

[1] Pour reconnaître qu'il s'agit de tombes. Généralement, les gens, mettent près de la tombe un signe pour la reconnaître : pierre...
[2] Dans la maison de notre Mère 'Âichah -l'Agrément d'Allâh sur elle-.
 
tiré de « barnamadj nûrun 'alâ-ddarbi », cassette n° 62 et : « Rassemblement de fatâwah et d'articles divers », tome XIII.
copié de mukhlisun.over-blog.com

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mohamed صلى الله عليه وسلم - Sounnah السنة
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 23:04
Comment conseiller son frère ?

Question :

 

Dans une lettre provenant du Koweït l'auteur se plaint d'un de ses frères qui commet certains péchés.

 

L'auteur de la lettre l'a conseillé plusieurs fois, mais ces conseils répétitifs l'on mené a commettre ses péchés publiquement.

 

Il souhaite que vous le dirigiez dans cette affaire.

 
Réponse :

 

Il est obligatoire pour les mouslimîn de se conseiller et de s'entraider dans la bienfaisance et la piété et de se recommander la vérité, la patience, l'endurance sur cela comme Allah le Très Haut a dit (traduction rapprochée) : 

(Et entraidez-vous dans la bienfaisance et la piété, et ne vous entraidez pas dans le péché et l'injustice,et craignez Allah car Il est certainement dur en châtiment)

Et Il dit, Gloire à lui (traduction rapprochée) : 

(Par le temps, l'homme est certes en perdition, sauf ceux qui croient et accomplissent des œuvres pieuses, et se recommandent mutuellement la vérité et se recommandent mutuellement la patience)

Et l'illustre Prophète Mouhammad salallahou 'alayhi wa sallam a dit :

"La religion c'est le conseil » on lui a dit pour qui donc ô Messager d'Allah ? Il dit « Pour Allah, pour Son Livre, pour Son Messager, pour les gouverneurs des mouslimin et pour les gens du commun." 
Rapporté par l'imâm Mouslim dans son Sahih.

Ces deux versets et cet honorable Hadith montre l'obligation de se conseiller et de s'entraider dans le bien et de se recommander mutuellement la vérité.

Lorsque le mouslim voit chez son frère du relâchement dans ce que Allah lui a rendue obligatoire ou qu' il le voit accomplir des choses qu'Allah lui a rendue illicite, il lui est obligatoire de le conseiller, de lui ordonner le convenable et de lui interdire le blâmable jusqu'à ce que la communauté s'améliore, que le bien apparaisse et que le mal disparaisse comme Allah a dit gloire a lui le Très Haut (traduction rapprochée) :

(Et les croyants et les croyantes sont alliés entre eux, ils s'ordonnent le convenable et interdisent le blâmable.)

Et l'illustre Prophète Mouhammad 'alayhi wa salâtou wa sallam a dit : 

"Celui d'entre vous qui voit une chose blâmable (un acte interdit) qu'il le change par sa main, s'il ne le peut pas qu'il le change par sa langue, s'il ne le peut pas, par son cœur, et cela est le degré de foi le plus faible." 
Rapporté par l'imâm Mouslim dans son Sahih.

Et toi Ô le questionneur (celui qui a envoyer la lettre) puisque tu n'as cessé de le conseiller et de le diriger vers le bien, et cela ne la conduit qu'à l'augmentation et l'aggravation de ses péchés jusqu'à les montrer publiquement, il est impératif pour toi de le délaisser et que tu ne le prennes plus comme ami.

Et il est impératif aussi pour toi d'encourager quelqu'un d'autre que toi, parmi ceux qui pourraient plus l'influencer en le conseillant et en l'appellant à Allah dans l'espoir qu'Allah l'en fasse profiter.

Si au contraire tu vois que le délaisser et le bannir ( Hajr) augmente le mal, et que dans ton contacte directe avec lui il y a plus de bien que de mal alors ne le délaisse pas , ne l'exile pas.

Parce que le bannissement, (al Hajrou) a pour but de traiter car c'est un remède, et s'il ne profite pas, mais qu'au contraire il aggrave et augmente la maladie alors fais ce qui est le mieux pour lui en le contactant, en répétant le conseil, en ordonnant le convenable et en interdisent le blâmable sans pour autant le prendre comme compagnons et ni comme ami, seulement dans l'espoir qu'Allah l'en fasse profiter.

Et ceci est la meilleure façon qui a été rapportée dans ce sujet-ci parmi les paroles des gens de science (les savants) qu'Allah leur fasse Miséricorde (Rahmah).

Source : son recueil Fatâwâ wa maqâlât, al jouz al khâmis
copié de assounnah.com
 
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 22:43
Ô Seigneur vers Toi nous nous plaignons de notre faiblesse (vidéo)


Cheikh Salah Ibn Mohamed Al-Boudéïr - الشيخ صلاح البدیر
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Rappels - تذكر
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 22:21
La sagesse

Question :

 
Qu'est-ce que la sagesse ? 
 
Comment le musulman peut-il l'obtenir ?
 
Réponse : 
 
La sagesse, c'est se comporter en conformité avec la vérité, et l'erreur dans le comportement est le contraire de la sagesse. 
 
Certains prêcheurs invite les gens vers l'islam sans sagesse ; lorsqu'il voit une personne faire quelque chose qu'ils croient être un acte blâmable, ils dénigrent la personne et lui crient dessus, comme par exemple, celui qui voit une personne entrer à la mosquée et s'asseoir sans prier les deux Rak'at de salutation de la mosquée et certaines personnes lui crient dessus, alors que la sagesse est de lui montrer la règle et lui apprendre le hadith. 
 

Il en est de même dans les obligations et les interdictions dans les autres domaines.
 

Aussi, dans les comportements individuels de la personne comme avec les rapports avec l'argent, il faut qu'il y ait de la sagesse.


Et combien de personne gaspille et s'endette pour la moindre raison et sans nécessité.

Recueil de Cours et de Fatwas de la Mosquée Sacrée de la Mecque, Tome 3 page 362

copié de fatawaislam.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Comportement - أخلاق و آداب
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 20:16
Les obligations reconnues des relations entre gouvernant et gouvernés (dossier)

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 19:45
L’importance et le privilège des récits des prophètes (قصص الانبياء - Qissas al-Anbiyyâh) que le musulman se doit d’étudier

Certes, il nous a été relaté par Allâh dans Son Livre plusieurs récits satisfaisants liés à Ses Prophètes et Il les a décrits comme étant les meilleurs des récits.

 
Et cette description venant d'Allâh le Tout Puissant [al-'Adhîm] indique que ces récits sont les plus véridiques, les plus éloquents et les plus bénéfiques pour les adorateurs [d'Allâh].
 
Parmi les plus importants avantages de ces récits, il y a le fait que :

 

Grâce à eux, la complète perfection de la foi se réalise avec les Prophètes (sallallahu 'alayhim wa sallam).
 
Certes, bien que nous croyions en l'ensemble des prophètes sans exception, il n'en est pas moins que la foi exacte et belle découlant de leurs récits est ce qu'Allâh leur a attribué comme sincérité parfaite [complète] et vertus irréprochables, de même pour ce qui les caractérisent [les Prophètes] comme bienfaits et bienfaisance vis-à-vis de tout le genre humain [al-Inssân], plus encore, comme perfection [excellence] portée à tous les animaux en ce qu'ils [les Prophètes] ont recommandé comme attention et bienfaisance à leur égard, et toutes ces choses -là guident l'adorateur [d'Allâh] à la foi complète.
 
Et cela est un des moyens [les plus efficaces] pour faire augmenter la foi.
 
Parmi [les autres avantages] qu'il y a dans leurs récits :
 
C'est ce qui est en rapport avec la Foi en Allâh, avec l'Unicité d'Allâh, la sincérité dans les actions pour Lui, et la Foi au Jour Dernier, la clarification dans l'excellence de l'Unicité d'Allâh et son obligation, [et à la différence de cela] la laideur du polythéisme [Chirk] et le fait qu'il est la cause de la perdition en ce bas-monde et en l'au-delà.
 
Il y a encore dans leurs récits :
 
Des leçons pour les croyants afin qu'ils les prennent comme exemples dans toutes les stations relatives à la religion comme :
 
- La station de l'Unicité d'Allâh et l'accomplissement de l'adoration.
 
- La station dans l'appel à Allâh et la patience dans la fermeté face à l'ensemble des situations déplaisantes, dans le fait de se confronter à ces situations avec sérénité, quiétude et fermeté absolue.
 
- La station de la sincérité et du dévouement pour Allâh dans tous les faits et gestes, dans l'espérance de la récompense et la rétribution d'Allâh -Ta'âla, et il ne demande rien aux créatures, ni récompense, ni rétribution, ni remerciement, si ce n'est ce qui est utile pour les créatures.
 
Et parmi ces leçons il y a encore  :

 

Le fait qu'ils [les prophètes] se soient entendus sur une seule religion, sur les mêmes fondements, de même que sur le même appel à toutes les nobles créatures et à toute bonne action comme à la réforme des mœurs, en blâmant de la même façon tout ce qui est contraire à cela.


Et il y a aussi :

 

Des leçons avantageuses à tirer sur le plan de la jurisprudence [al-Fiqh] et sur les règles de la Loi Islamique, et des secrets étudiés [d'une gravité affectée] dont aucun étudiant en science ne peut se passer.


Et il y a encore :


Des leçons à tirer dans les exhortations et le rappel [d'Allâh], dans les recommandations et avertissements, sur le soulagement après la gêne, sur la facilité des choses après l'adversité, sur l'ouverture heureuse et l'amour dans les cœurs des créatures...

 

Dans tout cela, il y a [des leçons à tirer] pour les vertueux.

 

Une joie pour les pieux, une consolation pour les attristés et des exhortations pour les croyants.

 

Le but recherché dans ces récits n'est pas de servir [de sujet] de veillées, mais bien plutôt de rappel et de leçon [...]
 

قصص الأنبياء : فصول في ذكر ما قص الله علينا فى كتابه من أخبار الأنبياء مع أقوامهم  - ص 17-19 

 Publié par manhajulhaqq.com

قد قص الله علينا في كتابه قصصا طيبة من أخبار أنبيائه ، ووصفها بأنها أحسن القصص ، وهذا الوصف من الله العظيم يدل على أنها أصدقها وأبلغها وأنفعها للعباد

فمن أهم منافع هذه القصص أن بها يتم ويكمل الإيمان بالأنبياء ، صلى الله عليهم وسلم ، فإننا وإن كنا مؤمنين بجميع الأنبياء على وجه العموم والإجمال ، فالإيمان التفصيلي المستفاد من قصصهم ، وما وصفهم الله به من الصدق الكامل والأوصاف الكاملة التي هي أعلى الأوصاف ، وما لهم من الفضل والفواضل والإحسان على جميع نوع الإنسان ، بل وصل إحسانهم إلى جميع الحيوانات بما أبدوه للمكلفين في الاعتناء بها والقيام بحقها ، فهذا الإيمان التفصيلي بالأنبياء يصل به العبد إلى الإيمان الكامل ، وهو من مواد زيادة الإيمان

فمن ذلك أن في قصصهم تقرير الإيمان بالله ، وتوحيده ، وإخلاص العمل له ، والإيمان باليوم الآخر ، وبيان حسن التوحيد ووجوبه ، وقبح الشرك ، وأنه سبب الهلاك في الدنيا والآخرة

وفي قصصهم أيضا عبرة للمؤمنين يقتدون بهم في جميع مقامات الدين : في مقام التوحيد والقيام بالعبودية ، وفي مقامات الدعوة والصبر والثبات عند جميع النوائب المقلقة ، ومقابلة ذلك بالطمأنينة والسكون والثبات التام ، وفي مقام الصدق والإخلاص لله في جميع الحركات والسكنات واحتساب الأجر والثواب من الله تعالى ، لا يطلبون من الخلق أجرا ولا جزاء ولا شكورا إلا الأمور النافعة للخلق

وفيها أيضا عبرة لاتفاقهم على دين واحد وأصول واحدة ، ودعوة إلى كل خلق جميل وعمل صالح وإصلاح ، وزجرهم عن كل ما يضاد ذلك

وفيها أيضا من الفوائد الفقهية والأحكام الشرعية والأسرار الحكمية شيء عظيم لا غنى لكل طالب علم عنها

وفيها أيضا من الوعظ والتذكير والترغيب والترهيب ، والفرج بعد الشدة ، وتيسير الأمور بعد تعسرها ، وحسن العواقب المشاهدة في هذه الدار ، وحسن الثناء والمحبة في قلوب الخلق - ما فيه زاد للمتقين ، وسرور للعابدين ، وسلوة للمحزونين ومواعظ للمؤمنين - فليس المقصود من قصصهم أن تكون فقط سمرا ، وإنما الغرض الأعظم منها أن تكون تذكير وعبرا

Cheikh Abu 'Abdellah Abder-Rahman ibn Nasr as-Sa'di - الشيخ عبد الرحمن بن ناصر السعدي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Prophètes et messagers - الأنبياء والرسل
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 19:32
Le croyant est tel un palmier (vidéo)

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Rappels - تذكر
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 19:10
Celui qui meurt la barbe rasé et les vêtements sous les chevilles sans se repentir

Question :

 
Un imâm a prêché dans une mosquée le jour du vendredi, le 10/06/1408 H. 

Son sermon était un rappel à l'assistance sur le Paradis et ce qu'Allâh y a préparé comme Bienfaits (na'îm) mais à la fin, il a juré que celui qui se rase ( halq) la barbe et celui qui laisse traînait son vêtement [sous les chevilles] (musbil) n'entreront pas au Paradis !

Nous souhaitons de la part de sa bienveillance, des informations (ifâdah) sur cela et est-ce que [cet imâm, dans ces affirmations,] a juste ou faux ?
 
Réponse :
 
L'acte de se raser la barbe et de laisser traînait ses habits (malâbis) est prohibé (harâm) et celui qui commet ces deux, est désobéissant ('âs) et dépravé (fâsiq) [1] et si le musulman [qui a] insisté [sur cela durant sa vie] meurt [dans cet état], sans se repentir à Allâh - Exalté et élevé soit-Il-, alors, son cas (amr) dépend d'Allâh :

s'Il le souhaite, Il le châtiera ('adhdhaba) proportionnellement à son péché (ma'siyah) [mais] il [finira] par entrer au Paradis et s'Il le désire, Il [lui] sera fait indulgence ('afâ) sans aucun châtiment par Sa Grâce et en [sa] faveur.

Quant au sermonneur, que tu as cité et qui a juré que [ces deux cas de personnes] n'entreront pas au Paradis, il s'est trompé dans son serment (qasam) et a contredit la croyance (madhhab) des Gens de la Sunnah et du Consensus (ahlu-ssunnati wa-ldjamâ'ah) sur le statut du désobéissant qui meurt musulman sans se repentir.

Nous sollicitons Allâh de le guider.

Et c'est par Allâh que le Succès [se concrétise] et que la Prière et le Salut d'Allâh soient sur notre Prophète Mu hammad, Sa Famille et Ses Compagnons.

[1] : La barbe est obligatoire en Islâm.
Dans le livre connu : « âdâbu-zzifâfî fî-ssunnati-lmuttaharah - La bienséance du mariage dans la Sunnah Purifiée », Chaykh Al-Albânî -qu'Allâh lui fasse miséricorde- mentionne 4 gravités sur le fait de se raser la barbe : 
1) C'est un changement de la création d'Allâh,
2) C'est une transgression de l'ordre du Prophète -Prière et Salut d'Allâh sur lui-, 
3) C'est une imitation des incroyants et 
4) C'est une ressemblance aux femmes. Pour les arguments, retournez au livre en question ou dans les recueils de ahâdîth.Pour l'acte de laisser traîner son habit (isbâl), dans le livre : « ar-riyâdu-ssâlihîn - Le jardin des vertueux », l'Imâm An-Nawâwî - qu'Allâh lui fasse miséricorde-, titre le chapitre 119 : 

« La particularité de la longueur du qamîs, des manches (kumm), du izâr, de l'extrémité du turban et de l'interdiction de laisser dépasser (tomber/ isbâl) quelque chose de cela avec vanité (khuyalâ-) et de la répugnance, même [si cela n'est pas fait] avec vanité. », il rassemble des ahâdîth à ce sujet... 

Dans ce chapitre, nous apprenons que (avec le numéro du hadîth pour y retourner facilement) :
-Les manches de l'habit du Messager, arrivaient aux poignets. N°794 (le hadîth est faible : voir le livre da'îfu-ldjâmi'par Chaykh Al-Albânî, n°4479).
-La prescription claire de relever ses vêtements (qamîs, sirwâl, manteau, izâr...) à mi-mollet ou juste au-dessus des chevilles. N°804.
-C'est une caractéristique de l'homme musulman. N°803.
-L'insistance du Prophète à rappeler à l'ordre celui qui laissait traîner son habit. N°804.
-Cet ordre n'incombe pas aux femmes qui, au contraire doivent laisser traîner leur vêtement. N°805.-Tout ce qui dépasse au-delà des chevilles est en Enfer. N°803, 797.
-Celui dont ses habits tombent par inadvertance est excusé. N°795.-Les laisser traîner relève de la vanité. N°800.
-La soumission des Compagnons, leur empressement et leur obéissance lorsque le Prophète souhaite que leur habit soit remonté. N°802.
-Allâh n'accepte pas la prière de celui qui laisse traîner son vêtement. N°801.
-Le Jour de la Résurrection, Allâh ne regardera pas les gens qui ont enfreint ce Commandement. N°805, 795, 796, 797, 799.
-Le Jour de la Résurrection Allâh ne leur adressera pas la parole. N°797.
-Le Jour de la Résurrection Allâh ne les purifiera pas. N°797.
-Un châtiment douloureux les attend. N°797.
-Le châtiment est encore plus grave pour celui les laisse traîner par vanité et orgueil. Voir les numéros ci-dessus. Celui qui ne respecte pas ces deux obligations doit être traité avec douceur car la brutalité et la dureté ne servent à rien. Il faut lui exposer les arguments du Coran, de la Sunnah et les paroles des Savants et patienter en cela.

n° de la fatwah 11398.  
copié de mukhlisun.over-blog.com
 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Homme musulman - رجل مسلم
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 18:54
Etre aimable avec les mécréants pour les appeler vers l'islam
Question : 
 
Qu'en est-il de fréquenter des mécréants et d'être aimable avec eux afin qu'ils embrassent l'islam ? 
 
Réponse : 
 
Nul doute que le musulman se doit de désavouer les ennemis d'Allah, car c'est l'exemple des messagers et de leurs Compagnons.

 

Allah le Très-Haut dit (traduction rapprochée) :

 

 
« Certes, vous avez eu un bel exemple en Abraham et en ceux qui étaient avec lui, quand ils dirent à leur peuple : 'Nous vous désavouons, vous et ce que vous adorez en dehors d'Allah. Nous vous renions. Entre vous et nous l'inimité et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ceque vous croyiez en Allah Seul'. » [1] 
 
et Il dit (traduction rapprochée) :

« Tu ne trouveras pas un peuple qui croit en Allah et au Jour dernier prendre pour amis ceux qui s'opposent à Allah et à Son Messager, fussent-ils leurs pères, leurs fils, leurs frères ou les gens de leur tribu. Il a prescrit la foi dans leurs coeurs et Il les a aidés de Son secours. » (l'Eprouvée, v.4) 
 
Ceci dit, il n'est pas permis au musulman de témoigner de l'amour, de l'affection ou de l'amitié pour les ennemis d'Allah, qui sont aussi ses ennemis. 
 

Allah dit (traduction rapprochée) :

 

« Ô vous qui avez cru ! Ne prenez pas pour alliés Mon ennemi et le vôtre, leur offrant l'amitié. »

Par contre, si le musulman est aimable avec eux afin qu'ils embrassent l'islam, cela est permis, car cela rentre dans le cadre de l'appel vers la voie d'Allah (ad-Da'wa) et à Sa religion.

Mais s'il n'obtient aucun résultat avec eux, il doit alors s'éloigner d'eux et les traiter de la façon qui leur est dûe.

Ce chapitre est très bien explicité dans les ouvrages des grands savants en particulier dans Ahkâm Ahl idh-Dhimma (Les règles concernant les gens du Livre) d'Ibn ul-Qayyim. 


[1] L'Eprouvée, v. 4. 

[2] L'Eprouvée, v. 1. 

 

Fatawa al-'aqidah, p.226-227  
 
 
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Appel à la religion - الدعوة الإسلامية
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 18:03
Invoquer en une autre langue que l’arabe ?

Question :

 

Quelle est la meilleure manière d'implorer ?

 

Est-il permis à la personne, lors de sa prière d'implorer Allah dans n'importe quelle langue, et que sa prière reste valide ?

 

Réponse :

 

L'homme doit invoquer Son seigneur humblement et en secret, sans utiliser d'interdit, lors et en dehors de la prière, en arabe ou dans une autre langue selon son possible, sans que cela rende sa prière invalide, en tachant de suivre ce qui est authentiquement rapporté d'après le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), parmi les invocations et implorations lors des prières, en les utilisant dans les moments appropriés suivant la guidée du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam).

 

D'ailleurs, plusieurs Oulémas ont fait des recueils des invocations du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) et ses implorations lors ou en dehors des prières, dont : "Les Bonnes Paroles" d'Ibn Taymiyya, "L'averse abondante" d'Ibn Al-Qayyim, "Le jardin des vertueux" d'An-Nawawî.

 

Ainsi que son autre livre intitulé "Les Invocations", essayez de vous procurer quelques-uns afin de connaître les invocations et implorations authentiques, ainsi que les moments de les réciter, parce que cela est mieux et plus bénéfique.

 

Qu'Allah vous accorde la réussite et que les prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

(Numéro de la partie: 24, Numéro de la page: 169)

La première question de la Fatwa numéro (5782)

copié de alifta.net

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Invocation دعاء - Evocation ذكر الله