compteur de visite

Catégories

1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 21:30
Il n’est pas permis de se baser sur les calculs

D'après Abou Houreira رضي الله عنه, le Prophète صلى الله عليه و سلم a dit :

 

«Jeûnez à sa vision (1) et rompez le jeûne à sa vision (2) et si vous êtes empêchés par des nuages alors complétez le nombre de jours de Cha'ban à 30 jours (3)».

 

Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°1909 et Mouslim dans son Sahih n°1081

 

(1) C'est à dire que si vous voyez le croissant de lune du mois de Ramadan la 29e nuit de Cha'ban alors jeûnez le lendemain.

(2) C'est à dire que après avoir jeûné 29 jours de Ramadan, si vous voyez le croissant de lune de Chawal alors rompez le jeûne le lendemain qui sera le jour du 'Id sinon jeûnez un 30e jour.

(3) C'est à dire qui si vous n'avez pas vu la lune durant la 29e nuit de Cha'ban alors complétez le mois de Cha'ban 30 jours et jeûnez le 1er jour de Ramadan le jour suivant.

 

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم

صوموا لرؤيَتِهِ وأفطِروا لرؤيتِهِ . فإنْ غبِّيَ عليكم فأكملوا عدةَ شعبانَ ثلاثينَ 

رواه البخاري في صحيحه رقم ١٩٠٩ و مسلم في صحيحه رقم ١٠٨١

D'après 'AbdAllâh Ibn 'Omar رضي الله عنهما, le Prophète صلى الله عليه و سلم a dit :

 

«Nous sommes certes une communauté -oumiya- (1), nous n'écrivons pas et ne calculons pas. Le mois est comme cela et comme cela».

Et il fit signe avec ses mains une fois 29 et une fois 30.

 

Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°1913 et Mouslim dans son Sahih n°1080

 

(1) Ce terme est explicité juste après, c'est à dire : nous n'écrivons pas et ne calculons pas.

 

عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه و سلم

إنَّا أمةٌ أميةٌ لا نكتبُ ولا نَحْسُبُ . الشهرُ هكذا وهكذا . يعني مرةً تسعةً وعشرينَ ومرةً ثلاثينَ

رواه البخاري في صحيحه رقم ١٩١٣ و مسلم في صحيحه رقم ١٠٨٠

L'imam Ibn Hajar (mort en 852) a dit :

 

«Le sens apparent du hadith montre que le jugement n'a absolument rien à voir avec le calcul. 

Ceci est éclairci par l'autre hadith : 

"Si vous êtes empêchés par des nuages alors complétez le nombre de jours à 30 jours".

La sagesse dans cela est qu'ainsi tout le monde est au même niveau (c'est à dire que nous ne sommes pas dans une situation où des gens connaissent les calculs astronomiques et jeûnent un jour tandis que d'autres ne les connaissent pas et jeûnent un autre jour) et donc cela lève la divergence et les polémiques entre les gens.

Certes des gens ont été d'avis qu'il faille retourner vers les astronomes pour cela, il s'agit des Rawafid (les chiites extrémistes) et il a été rapporté que certains juristes ont été d'accord avec eux sur cela.

Al Baji (savant de l'école malikite mort en 474) a dit : Le consensus des anciens est une preuve contre eux».

 

Fath Al Bari 4/127

Remarque :

 

Les savants sont en consensus sur le fait qu'il n'est pas permis de se baser sur des calculs astronomiques pour déterminer les dates du mois de Ramadan.


Plus de 20 savants issus de chacune des 4 écoles juridiques ont mentionné ce consensus.

 

Parmi eux :

 

L'imam Ahmed Ibn 'Ali Al Jasas Al Hanafi (mort en 370) a dit dans Ahkam Al Quran 1/250 

 

«Celui qui dit qu'il faut prendre en compte la position de la lune et les calculs des astronomes est sorti du jugement de la charia et cette question n'est pas une question dans laquelle l'ijtihad (1) est possible car le Coran, les textes de la Sounna et le consensus montrent l'inverse».

 

(1) C'est à dire l'effort d'interprétation des savants.

 

Chaikh Al Islam Ibn Taymiya (mort en 728) a dit dans Majmou' Al Fatawa 25/132

 

«Nous savons forcément que dans la religion de l'Islam, concernant la vision de lune pour le jeûne, le pèlerinage, le délai de viduité et autres parmi les règles en rapport avec la lune qu'il n'est pas permis de mettre en pratique le calcul de l'astronome. 

Les textes du Messager d'Allâh صلى الله عليه و سلم montrant cela sont nombreux et les musulmans sont en consensus sur cela».

 

L'imam Siddiq Hassan Khan (mort en 1307) a dit dans Rawdatou Nadiya 2/11

 

«La détermination des jours et des mois par les calculs en fonction des positions de la lune est une innovation par consensus de la communauté».

 

Le comité des grands savants du Royaume d'Arabie Saoudite 

 

«Les membres du comité ont regardé les textes du Coran et de la Sounna, ainsi que les paroles des savants sur le fait d'affirmer la venue de la nouvelle lune par les calculs.

Ils ont donc confirmé le consensus sur le fait qu'il ne faille pas prendre en compte les calculs astronomiques pour affirmer la nouvelle lune dans les questions concernant la Charia.

Ceci étant prouvé par la parole du Prophète صلى الله عليه و سلم 

"Jeûnez à sa vision et rompez le jeûne à sa vision"

Ainsi que sa parole : 

"Ne jeûnez pas jusqu'à ce que vous la voyez et ne rompez pas le jeûne jusqu'à ce que vous la voyez" 

Et les autres preuves ayant le même sens».

Fatawa Al Lajna Daima vol 10 p 104

 

 Publié par 3ilmchar3i.net

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Jeûne - ramadan - رمضان و الصيام
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 21:29
La musulmane qui passe du temps à préparer la nourriture, est-elle récompensée pour cela ? (vidéo)

Question :

 

Une sœur dit : en général la femme musulmane passe beaucoup de temps dans la cuisine occupée à préparer la nourriture.

 

Elle ne peut donc pas profiter de l’occasion de ce mois. Pouvez-vous l’orienter ?

 

Et est-elle récompenser pour sa préparation de la nourriture ? 

 

Réponse :

 

Oui, elle est récompensée pour cela car elle prépare la nourriture pour les jeuneurs.

 

Et ceci fait partie de l’entraide dans le bien et la piété.

 

Elle est donc récompensée pour cela. 

 

Et faire la cuisine ne l’empêche pas de faire du tasbih (sobhanAllah), du tahlil (la ilaha illa Allah) et du takbir (Allahu Akbar) ou de réciter ce qu’elle a mémorisé du Coran.

 

Faire la cuisine ne l’empêche pas de faire du rappel d’Allah (عز و جل). 

 

copié de forum.daralhadith-sh.com

 

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Jeûne - ramadan - رمضان و الصيام
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 21:16
Comment comprendre le coran ?

Au Nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux,

Louange à Allah, nous Le louons, Lui implorons soutien et pardon, et nous Lui demandons protection contre notre propre mal. Préserve-nous du châtiment de nos mauvaises actions. 

J’atteste que seul Allah mérite qu’on L’adore, l’Unique sans associé, et j’atteste que Mohammed est Son serviteur et messager. 

Certes, Allah le Très Haut fit descendre le Coran glorifié sur les gens, pour qu’ils l’apprennent, méditent dessus et le mettent en pratique ;

 

Allah le Très Haut a dit (traduction rapprochée) : 

 

<[Voici] un Livre que Nous avons fait descendre sur toi, chargé de bénédictions, afin qu’ils méditent sur ses versets et que les doués d’intelligence réfléchissent !> [38:29]

 

et Allah a rendu facile sa compréhension pour celui qui veut en tirer profit,

 

Allah le Très Haut a dit (traduction rapprochée) :

 

<Nous avons rendu le Coran facile, en vue de Rappel - Seulement est-il un homme pour méditer le rappel ?> [54:17] 

 

En plus, Allah l’a fait descendre en langue arabe pour que les arabes le comprennent, aient foi en Lui (le Coran) et le transmettent, ainsi, au reste de la communauté, le Très Haut a dit (traduction rapprochée) : 

 

<Nous l’avons fait descendre, un Coran en [langue] arabe, afin que vous raisonniez> [12:2] 

 

Et la compréhension du Coran exige parfois la consultation des livres de l’exégèse, surtout lorsqu’il s’agit de versets qui ont besoin d’interprétation et d’éclaircissement. 

 

J’invite, donc, le lecteur vers certaines catégories d’interprétation qui aident à la compréhension du Coran et à son explication ; pour évoquer, ensuite, l’interprétation de certains versets dont le style général demande une interprétation et un éclaircissement tout en cherchant parmi les paroles des exégètes, l’interprétation la plus vraisemblable avec parfois l’évocation de l’argument. 

 

J’implore Allah qu’Il en fasse bénéficier les musulmans et qu’Il le rende sincère ne cherchant que Son visage glorifié.

iobo.png

L’interprétation du coran par le coran

 

L’interprétation du Coran par le Coran est le plus haut degré d’interprétation car les termes du Coran s’interprètent les uns les autres. 

 

Premier exemple :

 

Le Très Haut a dit (traduction rapprochée) :

 

<par le ciel et par le tariq - et qui te dira ce qu’est le tariq ? C’est l’étoile perçante> [86:1 à 3] 

 

[l’étoile perçante] est l’explication du terme [tariq] 

 

Deuxième exemple : 

 

Allah a dit (traduction rapprochée) :

 

<Ils t’interrogent sur le vin et les jeux de hasard. Dis : « En l’un comme en l’autre résident un péché (ithm) grave et certaines utilités pour l’homme, mais dans les deux cas, le péché l’emporte sur l’utilité> [2:219] 

 

En fait, dans un autre verset, on trouve l’interdiction du « ithm » qui réside dans le vin (traduction rapprochée) : 

 

<Dis : « Mon Seigneur m’a interdit que les turpitudes, tant apparentes que secrètes, de même que le " ithm" (péché), l’agression sans droit »> [7:33] 

 

Le ithm regroupe toute désobéissance dont résulte un péché, d’autres savants disent que c’est spécialement le vin.

 

Ces vers de poème le confirment : 

 

J’ai bu le « ithm » jusqu'à ce que ma raison s’est égarée. 

Certes, le « ithm » fait perdre la raison. 

Cependant le terme « ithm » ne se limite pas au seul vin, mais il est l’un des termes qui s’y appliquent. 

Il est dit dans certains livres authentiques : qu’on peut nommer le vin par « ithm ».

 

[voir « Fath al Qadir » de Chawkani : tome 2, p.200] 

 

Troisième exemple :

 

Le Très Haut a dit (traduction rapprochée) :

 

<En vérité les bien-aimés d’Allah (awliyya’ Allah) seront à l’abri de toute crainte, et ils ne seront point affligés > [10:62] et Il a expliqué les bien-aimés (awliyya’) par : < Ceux qui croient et qui craignent [Allah]> [10:63] 

 

Je dis :

 

Dans cette interprétation il y a réponse à ceux qui prétendent que le bien-aimé [d’Allah] « le wali » est celui qui connaît l’inconnaissable « al ghayb » ou celui qui fait des prodiges, ou celui dont la tombe est surmontée d’un dôme ou autres parmi les fausses croyances. 

 

A vrai dire, tout homme qui croit en Allah obéit à Ses ordres et s’éloigne de Ses interdits fait partie des bien-aimés d’Allah - awliyya’ Allah - et le prodige n’est pas une condition (pour être wali), elle apparaît parfois et elle disparaît. 

 

Certaines choses prodigieuses peuvent apparaître par les mains de certains soufis et innovateurs et ceci fait partie de la sorcellerie dont Allah dit (traduction rapprochée) : 

 

<Et voilà que leurs cordes et leurs bâtons lui parurent ramper par l’effet de leur sorcellerie> [20:66] 

 

Des choses semblables apparaissent chez les mages en Inde et autres endroits.

iobo.png

L'interprétation du coran par le hadith authentique

 

L’interprétation du Coran par le hadith authentique est très importante car l’envoyé d’Allah est plus connaisseur que quiconque de ce qu’Allah a voulu dire. Il est comme Allah l’a décrit dans le Coran (traduction rapprochée) : 

 

<Il ne prononce rien sous l’effet de sa passion ; ce n’est rien d’autre qu’une révélation inspirée> [53:3-4] 

 

et Allah a fait descendre (le Coran) pour que le prophète صلى الله عليه وسلم l’explique aux gens, le Très haut a dit (traduction rapprochée) :

 

<Et Nous avons fait vers toi descendre le Coran pour que tu explicites aux humains ce qui à plusieurs reprises était vers eux descendu : Nous les engagions ainsi à réfléchir> [16:44] 

 

Le prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

« J’ai reçu le Coran et son semblable avec ».

[Authentique rapporté par Abou Daoud] 

 

Premier exemple :

 

Allah a dit (traduction rapprochée) :

 

<Et préparez contre eux tout ce que vous pouvez comme force>

 

L’interprétation de force (quwah) se trouve dans ce qu’a dit le Prophète صلى الله عليه وسلم :

 

«Attention ! La force c’est le tir (il répéta ceci trois fois) ».

[Rapporté par Moslim] 

 

Al Qortobi a dit :

 

"Il a expliqué la force par le tir bien que la force se manifeste par la préparation d’autres armes de guerre, et ceci parce que le tir a beaucoup d’effet sur l’ennemi, et il est plus pratique car il se peut qu’en tirant on atteint le chef de l’armée ce qui peut l’effrayer [l’armée] et la mettre en déroute."

[al Hafiz l’a évoqué dans son livre « Fath al Bari »] 

 

Je dis :

 

Jusqu'à nos jours l’efficacité des armes de guerre modernes dépend du tir, c’est pour cela que l’Islam insiste à l’apprendre surtout dans le milieu des jeunes.

 

Si seulement ils l’auraient appris avec la natation au lieu d’apprendre d’autres sports.

 

L’envoyé d’Allah  صلى الله عليه وسلم a dit :

 

« Celui qui a appris le tir puis l’a abandonné, soit n’est pas des nôtres soit a certainement désobéi ».

[Rapporté par Moslim] 

 

Et le prophète صلى الله عليه وسلم passa auprès de gens qui s’exerçaient à l’arc leur dit : Tirez, fils d’Ismaïl ! Votre père était un grand tireur, tirez et je fais partie des fils de tel, certains parmi l’un des deux groupes s’abstinrent de tirer. 

 

- Pourquoi ne tirez-vous donc pas, demanda l’envoyé d’Allah 

- Comment oserions-nous tirer si vous faisiez partie de l’autre groupe ? répondirent-ils» 

- Tirez, dit le prophète  صلى الله عليه وسلم et je fais partie de vous tous ».

[Rapporté par al Boukhari] 

 

Deuxième exemple :

 

Le Très Haut a dit (traduction rapprochée) : 

 

<Aux bel-agissants reviendra la plus belle, avec un surcroît (ziyadah)> [10 : 26] 

 

Le prophète صلى الله عليه وسلم a expliqué le surcroît par le fait de voir la face d’Allah le Très Haut lorsqu’il a dit : 

 

« Il (Allah) soulève le voile et voilà qu’ils n’ont jamais rien reçu de plus cher que la vue de leur Seigneur, puis il récita le verset : <Aux bel-agissants reviendra la plus belle, avec un surcroît>».

[Rapporté par Moslim] 

 

Troisième exemple :

 

Allah a dit (traduction rapprochée) :

 

<Le jour où une jambe sera découverte> . [68:42] 

 

Dans le livre de l’exégèse (Kitab attafsir) al Boukhari évoqua pour l’interprétation du verset ci-dessus, le hadith suivant : 

 

L’envoyé d’Allah صلى الله عليه وسلم a dit :

 

« Notre Seigneur découvre Sa jambe et tout croyant et croyante vont se prosterner devant Lui, celui qui se prosternait ici-bas par ostentation devant les gens ou pour s’acquérir un rang élevé parmi eux, va essayer de se prosterner mais son dos va former un seul bloc (qui l’en empêchera) ».

[Chapitre : le jour où une jambe sera découverte, tome 6, p. 72] 

 

Et ceci n’implique pas une assimilation ou un anthropomorphisme (traduction rapprochée) :

 

<Il n’y a rien qui Lui ressemble> [42:11]

 

car les gens de la Sunna et de la communauté affirment la description qu’Allah a donné de Lui-même tels que les mains, le visage (al wajh), l’ouïe et la vue, et affirment la description que lui a donné Son envoyé comme la jambe, les doigts, le pied, des attributs dignes de Sa souveraineté, et on ne connaît pas comment ils sont. 

 

Quatrième exemple :

 

Ibn Mass’ud رضي الله عنه a dit :

 

"Quand Allah fit descendre (traduction rapprochée) : <ceux qui croient et n’ont pas obscurci leur foi d’iniquité> [6:82], cela pesa lourd pour les compagnons et dirent au prophète صلى الله عليه وسلم : 

 

- Qui parmi nous n’a jamais été inique envers lui-même ? 

- Ce n’est pas ce que vous pensez, répondit l’envoyé d’Allah, l’iniquité (dans ce verset) c’est l’association, n’avez-vous donc pas entendu ce qu’a dit Loqmane à son fils (traduction rapprochée) : 

 

<Ô mon fils, n’associe à Allah personne. Lui associer est iniquité> [31:13] 

 

Parmi les leçons qu’on peut tirer du hadith : c’est que l’iniquité a plusieurs degrés (qui diffèrent selon la gravité du péché) et que les péchés ne s’appellent pas association, et que celui qui n’associe rien à Allah a la sécurité et fait partie des bien-guidés.

 

[évoqué par al Hafiz dans le livre « Al Fath »] 

 

Je dis :

 

Il y a de nombreux exemples de l’interprétation de l’envoyé d’Allah du Coran, je les réunirai bientôt - si Allah l’a voulu - dans un livre intitulé : « L’interprétation prophétique du Saint Coran » ou « Interprétation du Coran par le hadith authentique du prophète »).

iobo.png

L’interprétation du coran par les paroles des compagnons

 

Certes, les interprétations des compagnons (qu’Allah les agrée) comme Ibn ‘Abbas, Ibn Mass’ud et autres, sont très importantes parce qu’ils ont accompagné le messager d’Allah et ont acquis le savoir de lui. 

 

Premier exemple :

 

Le Très Haut a dit (traduction rapprochée) :

 

<Le Tout Miséricordieux istawa sur le trône> . [20 : 5]

 

Dans son livre (Al Fath), al Hafiz (Ibn Hajar) a dit :

 

"Celui qui a fait revivre et fleurir la Sunna ; (l’Imam) al Baghawi a dit que selon Ibn ‘Abbas et la majorité des exégètes, le sens de [Istawa] est [s’est élevé]. Puis, il évoqua la parole d’Oum Salama, Rabi’a, Malek et autres : L’istiwa n’est pas inconnu, le reconnaître est signe de la foi, le renier est signe de mécréance."

[Tome 3, p. 406]

 

Deuxième exemple :

 

Le Très Haut dit (traduction rapprochée) :

 

<Ou si vous avez touché à des femmes> . [4 : 43]

 

Dans l’interprétation de ce verset Ibn Kathir évoqua la parole d’Ibn ’Abbas qui dit qu’il signifie : le rapport sexuel (al djima’).

 

Ibn ‘Abbas a dit également que l’attouchement (lams), le toucher (al mass) et le contact (al moubachara) signifient le rapport sexuel, car Allah donne à ce dernier les surnoms qu’Il veut (beaucoup de savants ont attribué cette interprétation à Ibn ‘Abbas).

 

Selon Ibn Mass’ud le terme - lams - signifie ce qui est en dehors du rapport sexuel.

 

Puis Ibn Kathir évoqua la parole suivante d’Ibn Jarir :

 

Entre ces deux paroles ; la plus proche de la vérité est celle de celui qui a dit que les paroles suivantes (traduction rapprochée) : <Ou si vous avez touché - lamastoum - des femmes> font allusion au rapport sexuel - al djima’ - à l’exclusion des autres significations que peut porter le terme - lams - (évoqué dans le verset) vue l’authenticité de l’information dans laquelle le messager d’Allah a embrassé l’une de ses femmes puis pria sans faire d’ablutions.

[Ibn Kathir : tome 1, p. 502]

 

NB : Si l’interprétation du verset par le hadith est différente de l’interprétation du compagnon ou du successeur, on doit essayer de mettre les deux interprétations en accord, si ce n’est pas possible, il faut mettre l’interprétation du prophète صلى الله عليه وسلم  de préférence à celle d’autrui quel qui soit, parce que le messager d’Allah صلى الله عليه وسلم est plus connaisseur de ce qu’a voulu Allah que quiconque, il est celui qui ne prononce rien sous l’effet de la passion, et parce qu’Allah le Très Haut dit (traduction rapprochée) :

 

<Ô vous qui avez cru ! Ne devancez pas Allah et Son messager> [49:1]

 

c’est à dire ne les devancez pas dans vos paroles et actes. [évoqué par Ibn Kathir]

 

Exemple :

 

Le Très Haut a dit (traduction rapprochée) :

 

<Le jour où une jambe sera découverte> [68 :42]

 

ce verset a été interprété par al Boukhari par le hadith :

 

« Quand notre Seigneur découvre Sa jambe, tout croyant et toute croyante vont se prosterner devant Lui... ».

[Boukhari et Moslim]

 

Dans une version, Ibn ‘Abbas a interprété le verset (Le jour où une jambe sera découverte) par jour d’affliction et d’horreur. [évoqué par Ibn Jarir]

 

S’il s’avère que ce texte (interprétation) appartient avec certitude à Ibn ‘Abbas il ne contredira pourtant pas le hadith qui explique le verset par la vraie jambe d’Allah et ceci sans recourir à des comparaisons .

 

En effet, notre Seigneur découvre sa jambe et c’est en même temps un jour d’affliction et d’horreur.

 

De plus, il n’est pas loin de dire que le hadith de Abou Sa’id Al Khoudri qui interpréta le verset n’est pas parvenu à Ibn ‘Abbas.

 

(Ce genre de situation peut arriver) comme il est rapporté dans le Sahih d’Al Boukhari que Abou Moussa demanda la permission d’entrer chez ‘Omar, et ceci trois fois de suite, sans que ce dernier l’y autorise, et il (Abou Moussa) rebroussa chemin.

 

Puis ‘Omar a dit : « N’ai-je pas entendu ‘Abdallah Ibn Qays demander la permission d’entrer ? Laissez-le entrer. »

On le chercha mais on le trouva déjà parti.

Quand Abou Moussa est revenu voir ‘Omar, celui-ci demanda :

- « Pourquoi es-tu parti ? » 

- « J’ai demandé la permission d’entrer trois fois, mais on ne me l’a pas donnée et j’ai entendu le Prophète  صلى الله عليه وسلم     dire : 

« Quand tu demandes la permission d’entrer, répète la trois fois. Si on te la donne entre, sinon rebrousse chemin. » 

‘Omar a dit : 

- « Si tu ne me montres pas une preuve évidente de ce que tu viens de me dire, je t’infligerai une punition douloureuse. » 

Il partit voir un groupe d’auxiliaires (Ançars), leur fit part de ce qu’a dit ‘Omar. 

Ils dirent à ‘Omar : 

- « Ne témoignera en sa faveur que notre cadet. » 

Aussitôt, Abou Sa’id Al Khoudri se leva et cita le hadith à ‘Omar. Sur quoi ‘Omar fit cette réflexion : 

- « Ce sont les transactions dans les marchés qui m’ont pris mon temps. »

iobo.png

L’interprétation du coran par les suiveurs (tabi’ounes)

 

L’interprétation du Coran par les propos des Suiveurs -Qu’Allah leur soit Miséricordieux- est très intéressante car ils ont acquis le savoir des Compagnons qui l’ont acquis de l’Envoyé d’Allah . 

 

Exemple :

 

Dans son livre de l’Unicité -Kitab Attawhid- Al Boukari rapporte [Tome 8, p.175] que Abou Al Alia a interprété le verset (traduction rapprochée) :

 

<Puis Istawa vers le Ciel> [Sourate 2,verset 29] par « S’est élevé »

 

Moujahid a dit : « Istawa » signifie « monta sur le Trône.» [Tome 8, p.175].

 

De même At-Tabari rapporte selon Anas Ibn Rabi’ (traduction rapprochée) :

 

<Puis Istawa vers le Ciel> - « S’est élevé sur le Ciel » [L’exégèse de At-Tabari].

iobo.png

L’interprétation du coran par la langue arabe

 

L’interprétation du Coran par la langue arabe est très importante car Allah le Très-Haut a dit (traduction rapprochée) :

 

<Nous l’avons fait descendre, un Coran en [langue] arabe, afin que vous raisonniez.> [Sourate 12, verset 2]

 

Premier exemple :

 

Dans son livre « Al Fath » (Fath Al Bari) Al Hafedh (Ibn Hajar) rapporte qu’Ibn Battal a dit :

 

- « Les gens ont divergé entre eux à propos du vrai sens de « Istawa » dans le verset (traduction rapprochée) : <puis Istawa vers le Ciel.> [Sourate 2, verset 29]. 

 

Les Mou’tazilites l’ont interprété par : « l’envahissement, la domination et la supériorité », ils ont pris comme argument les paroles d’un poète : 

 

- « Bichr Istawa (a envahi) sur l’Iraq sans se servir d’épée ni couler de sang. » 

 

Puis Al Hafedh répondit à cet avis en disant : 

 

- « L’interprétation des Mou’tazilites est fausse car Il (Allah) est toujours dominateur supérieur et envahisseur. » 

 

Il évoqua plusieurs interprétations puis conclut par la parole suivante : 

 

- « …et l’interprétation de Istawa par « s’est élevé » est la plus juste ; c’est la voie de la vérité et la parole des Gens de la Sounna -Ahl Al Sounna- parce que la description qu’Allah a donnée de Lui-même c’est qu’Il est le Très-Haut -Al A’la- 

 

Allah a dit (traduction rapprochée) :

 

< Pureté à Lui, Il est Très élevé -ta’ala- au-dessus de ce qu’ils Lui associent.> 

 

Al A’la : C’est un Attribut de l’Essence "Sifat ad-dhat"

 

[Fath Al Bari Tome 13 / P.406]. 

 

Je dis : 

 

« Le plus juste est de dire que l’Istawa est un Attribut qui concerne les Actes d’Allah -Sifat fi’liyyah- et qui est en relation avec Son Essence. -Allah est plus Connaisseur- [voir l’explication de la Profession de Foi -Al Wassitiyya- de Al Harras / P.91] 

 

Dans son livre « Al Fath » Al Hafedh a dit que Abou Ismail Al Harawi rapporte dans son livre « Kitab Al Farouq » avec une chaîne de rapporteurs -Sanad- qui remonte jusqu’à Daoud Ibn Ali Ibn Khalaf que ce dernier a dit : « Nous étions chez ‘Abdallah Ibn Al ’Arabi (il s’agit du célèbre lexicographe: Mohammed Ibn Zayad), quand un homme lui demanda l’explication du verset (traduction rapprochée) :

 

<le Tout-Miséricordieux Istawa sur le Trône> 

 

- Il est sur le Trône comme Il nous a informé , répondit-il. 

- O Abou ‘AbdAllah, son sens (le sens de Istawa) c’est dominer (Istawla). 

- Tais-toi, répliqua Mohammed Ibn Zayad, on ne dit que quelqu’un n’a envahi ou dominé -Istawla- qu’après avoir combattu un adversaire. 

 

D’autres ont dit : « Si le terme Istawa signifiait dominer (Istawla) Allah n’aurait pas privilégié le Trône puisqu’Il domine toutes ses créatures ». [Tome 13 / P.406]. 

 

Le plus étonnant est que les ‘Acharites ont pris des Mou’tazilites l’explication de « Istawa» par dominer «Istawla», et cette interprétation s’est répandue dans les livres de l’exégèse de l’Unicité -Tawhid- et dans les lèvres de beaucoup de gens . 

 

Ils renièrent ainsi qu’Allah Glorifié est Élevé par rapport à Ses créatures, comme c’est prouvé par les versets, les hadiths authentiques, les paroles des Compagnons, des Suiveurs et des Imams Moudjtahid. Ils allèrent jusqu’à contredire la langue arabe par laquelle le Saint Coran fut descendu. 

 

Ibn al Qayyem - qu’Allah lui accorde sa miséricorde - a dit : Allah a ordonné aux Juifs de dire « Hittah » - Rémission - (de vos péchés) tandis qu’eux ont falsifié le mot et ont dit : « Hintah» qui signifie « froment ». 

 

De même Allah (Exalté soit-Il) nous a informé qu’il s’est élevé « Istawa » sur le Trône , les Mouta-awwilounes- ( Ceux qui font passer le terme de la signification prépondérante à la signification non prépondérante sans argument solide ) ont dit : « Istawla ». 

 

Remarquez qu’en ajoutant la lettre L « Lam » à Istawa ils ont ressemblé aux Juifs qui ont ajouté la lettre N « Noun » à « Hittah ». [voir le poème -announiah- d’Ibn Al Qayyem]. 

 

Deuxième exemple :

 

Ce que raconte Allah à propos de Ibrahim (traduction rapprochée) :

 

<Quand il dit à son père et à son peuple : « Que sont ces statues -tamathil- auxquelles vous vous attachez ? »> [Sourate 21, verset 52] 

 

Le sens de « tamathil » ce sont les idoles comme le signale l’Imam Ach-Chawkani dans son livre d’exégèse « Fath Al Qadir . » 

 

Il a dit : « Les « tamathil » sont les idoles, et le timthal -à l’origine- est la matière modelée pour ressembler à l’une des créatures d’Allah (Exalté soit-Il) . 

 

On dit : « math-thaltou » telle chose à telle chose ; c’est à dire j’ai rendu telle chose semblable à telle chose, et la chose rendue semblable s’appelle « timthal » [ Tome 12 / P.411]. 

 

Les idoles que les associateurs adoraient représentent les Saints -awliyya’- la preuve dans ce qui suit : 

 

a) Al Boukhari rapporte que dans l’explication du verset coranique (traduction rapprochée) : 

 

<Se disant : « Ne laissons pas nos Dieux, ne laissons ni Wadd, ni Sunâ, ni Yaghûth, non plus Ya’uq, ni même Nasr> [Noé 23] . 

 

Ibn ‘Abbas رضي الله عنه a dit : « les idoles que le Peuple de Noé adorait se retrouvèrent chez les arabes… ce sont les noms d’hommes vertueux du Peuple de Noé. Lorsqu’ils périrent, Satan inspira à leur Peuple de dresser des idoles aux endroits où ils s’installaient. Ils leurs donnèrent les noms de ces hommes. Ils s’exécutèrent, mais les idoles ne furent pas adorées jusqu’à ce que ceux-ci périrent et le Savoir fut oublié, puis ces statues furent adorées. 

 

b) Al Boukhari rapporte également que dans l’explication de la Parole Divine (traduction rapprochée) : 

 

<Ainsi, vous auriez vu [des divinités] Al-Lat et Al-Uzzah> [53 :19]. 

 

Ibn ‘Abbas a dit : « Al-Lat » (l’idole) était un homme qui approvisionnait les pèlerins d’un aliment qui s’appelle Sawiq (c’est un mélange de blé et de beurre ou de l’eau) [Tome 6 / P.51]. 

 

Je dis : c’est pour cela qu’Allah les a appelé « awliyya’ » (hommes vertueux) à plusieurs reprises dans le Coran , par exemple, le Très-Haut a dit : < Ont-ils pris des « awliyya’ » en dehors de Lui > [42:9]. 

 

A partir de ces explications, on découvre l’erreur dans laquelle ont été induits beaucoup de musulmans ; ils prétendent ainsi, que les associateurs évoqués dans le Coran invoquaient des statues en pierre et ce ne sont pas des gens vertueux « awliyya’ », alors qu’en fait, elles représentent des hommes vertueux. 

 

Troisième exemple d’explication par la langue arabe :

 

Le Très-Haut a dit (traduction rapprochée) : 

 

<Sache donc qu’en vérité, il n’y a point de « ilah » à part Allah > [47:19]. 

 

« Al-ilah » c’est un dieu au sens passif de « ma’luh », c’est à dire celui qui est adoré « ma’bud ». 

 

Cependant, les choses adorées en dehors d’Allah sont nombreuses : les Hindous en Inde adorent les vaches, les Chrétiens adorent le Messie (Jésus), certains musulmans, malheureusement, adorent les hommes vertueux « Awliyya’ » et les invoquent en dehors d’Allah, alors que le Hadith est clair là-dessus: « L’invocation c’est l’adoration ». 

[Rapporté par Tirmidhi : authentique, hadith hassane sahih]. 

 

En effet, il est devenu nécessaire d’ajouter le mot « en droit » ou « vrai » (haqq) à l’explication de la formule de l’Unicité qui devient: « Nul n’est en droit (haqq) d’être adoré (ma’bud) qu’Allah », ce qui fait sortir tous les faux objets d’adoration « Al ma’budat al batilah ». 

 

La preuve de cette explication se trouve dans le Coran, Allah a dit (traduction rapprochée) : 

 

<Il en est ainsi parce qu’Allah est la vérité (Haqq), et tout ce qu’ils invoquent en dehors de Lui est le Faux « Al Batil »> [31:30]. 

 

Et à partir de cette explication du terme « ilah », on découvre l’erreur dans laquelle ont été induits beaucoup de musulmans qui renient qu’Allah (Glorifié soit-Il) soit élevé (par rapport à Ses créatures) et qu’Il soit au-dessus « fawq » de Son Trône « al uluw ». 

 

Ils prennent comme argument le verset suivant où le Très-Haut a dit (traduction rapprochée) :

 

« C’est Lui qui est « ilah » dans le ciel et « ilah » sur terre » [43,84]. 

 

Or, s’ils connaissaient le vrai sens de « ilah », ils ne prendraient pas ce verset comme argument, car « ilah » signifie « celui qui est en droit d’être adoré » comme c’est évoqué ci-dessus. 

 

Le sens du verset est : < C’est Lui Qui est en droit d’être adoré dans le ciel et c’est également Lui Qui est en droit d’être adoré sur terre, sachant que d’autres versets affirment qu’Allah est au-dessus de Son Trône.

 

Allah a dit : [ puis « Istawa » sur le Trône > [7:54], c’est à dire « S’est élevé » (sur le Trône). 

 

Ainsi, beaucoup de musulmans se trompent quand ils expliquent « La ilaha illa Allah » par « Il n’y a de créateur qu’Allah -La khaliqa illa Allah- » ou bien « Nul n’attribue la nourriture en dehors d’Allah -La raziqa illa Allah- », parce que les associateurs reconnaissaient pourtant ceci (alors même qu’ils étaient des associateurs) et c’est parce qu’ils savaient que « al ilah » signifie « Celui qui est en droit d’être adoré » qu’ils refusèrent par orgueil de prononcer cette formule « La ilaha illa Allah » « Nul n’est en droit d’être adoré qu’Allah », le Très-Haut a dit à leur propos (traduction rapprochée) : 

 

<Quand on leur dit : « Nul n’est en droit d’être adoré qu’Allah », ils se gonflent d’orgueil. Et disent : « Allons-nous abandonner nos divinités pour un poète fou ? »> [37:35-36]. 

 

Quatrième exemple :

 

Ce qui aide à l’interprétation c’est la connaissance des règles de grammaire de la langue arabe « qawa’id al lugha al ‘arabiyyah » concernant les mots que l’on peut avancer et les mots que l’on peut mettre en arrière (dans une phrase) « taqdime wa ta’khir » 

 

Par exemple, Allah le Très-Haut a dit (traduction rapprochée) : 

 

<C’est Toi -Iyyaka- que nous adorons « na’budu » et c’est Toi -Iyyaka- que nous implorons aide « nasta’ine> [1:5]

 

Il (Allah) mit le complément -al maf’oul- « C’est Toi (Iyyaka) » avant le verbe -fi'l- adorer (nous adorons -na'budu-) et le verbe implorer aide (nous implorons aide -nasta'ine-) pour désigner la spécificité et la particularité, c’est à dire nous n’adorons que Toi, nous n’implorons aide que de Toi O Allah !

 

Et nous attribuons particulièrement à Toi Seul nos adorations et nos implorations d’aide. 

 

Extrait du livre "Comment comprendre le coran ?" 
traduit par abou abdallah al maghrebi
copié de albidayah.forum-actif.net

 

Cheikh Muhammad Ibn Jamil Zinou - الشيخ محمد بن جميل زينو
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Coran - القرآن الكريم
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 21:16
Le port de vêtements sur lesquels se trouvent des croix

Question :

 

Ces derniers temps, la représentation de la croix sous ses différentes formes s’est beaucoup répandue dans la mode féminine, que ce soit sur les tissus ou dans le prêt-à-porter, et beaucoup de femmes n’éprouvent aucune gêne à porter de tels vêtements.

 

Quel en est le statut juridique, sachant que l’on dit que vous autorisez de porter ces vêtements à condition de les ôter lors de la prière ?

 

Est-ce vrai ?

 

Que doit-on faire si on ne s’aperçoit de l’existence de la croix qu’après l’achat, et que le commerçant refuse de reprendre l’habit ?

 

Nous vous prions de nous expliquer tout cela.

 

Réponse :

 

Il est absurde de m’attribuer un avis favorable au port de vêtements comportant une croix.

 

Je n’ai jamais donné de Fatwa permettant ce genre de vêtements ni dans la prière, ni en dehors de celle-ci.

 

Celui qui a déjà acheté un tel habit doit, si possible, effacer ou cacher la croix, sinon il ne doit plus le porter et le jeter.

 

Fatâwâ Mucâsira (Fatwas contemporaines), page 45.

copié de fatawaislam.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Homme musulman - رجل مسلم
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 21:15
Les limites et les dimensions légales de la barbe

Question :

 

Quelles sont les limites et les dimensions légales de la barbes?

 

Réponse :

 

Les limites de la barbe sont, d'après les philologues  (note du webmaster : ceux qui étudie la langue et analyse une civilisation par ses textes) eux-mêmes, l'os saillant sur le côté droit du visage jusqu'à l'os saillant sur le côté gauche du visage.

 

Ces deux os se situent au dessous du tympan de l'oreille.

 

La barbe comprend aussi le poil sur le visage, le menton et les joues.

 

Gâmûs al-Muhît (p.387 vol.4) définit la barbe "Al-Lihyah" comme :

 

"Le poil sur le menton et les joues".

 

Ainsi, quiconque prétend que les poils sur les joues ne font pas partie de la barbe aura commis une faute.

 

Majmu' al-Fatawas (11/124).

copié de twitter.com/MohamedIbnAdam

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Homme musulman - رجل مسلم
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 21:00
Quelle est la durée minimale de l'i'tikâf ? (audio)

 

Question :

 

La durée minimale de l'itikaf est-elle d'une nuit ou d'un jour comme dans le hadith de 'Omar ?

 

Réponse :

 

Il n'a pas de durée délimitée, même si c'est une heure.

 

Les jurisconsultes ont dit : même une heure, car il n'a pas été rapporté de durée délimitée dans la législation

 

traduit par forum.daralhadith-sh.com

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Jeûne - ramadan - رمضان و الصيام
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 20:59
Qu'est-ce que la haddadiya ? Quelle est leur méthodologie ?

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction d'Allah soient sur Son Messager, ainsi que sur sa famille et ceux qui ont suivi sa guidée. Ceci dit :

 

En raison de ce qui s'est produit comme fitna entre les jeunes (étudiants) du Yémen : Fitna, qui semble se développer et ses branches se ramifier, allant [même] jusque s’étendre à d’autres pays.

 

Parce qu’aussi les aspirations des gens se sont accentués pour obtenir une clarification de la vérité et savoir qui à raison, qui a tord ; Et que l’une des raisons de cette fitna entre les étudiants en religion du Yémen, était qu’ils s’accusaient mutuellement de suivre le manhaj Haddadi, j'ai donc été obligé de clarifier ce qu’est ce manhaj, sans doute que cela permettra d'ouvrir les yeux à la vérité pour beaucoup de ces étudiants, tout comme cela leur permettra de faire la différence entre le manhaj des gens de la Sounna et le manhaj Haddadi.

 

Peut-être alors, cela contribuera de manière significative à étouffer cette fitna, avec pour promesse de continuer la clarification relative à d’autres problèmes : ceci, en réponse à ces demandes pressantes et en contribution à ce qui peut mettre fin à cette fitna.

9856

La méthodologie de la Haddadiya 

 

-Leur haine envers les savants contemporains qui suivent le minhaj Salafi, ils les rabaissent, ils les font passer pour des ignorants, des égarés et ils profèrent des mensonges à leur égard, notamment à l’égard des gens (de science) de Médine.

Puis ils ont été plus loin que cela en s’en prenant à Ibn Taymiyya, Ibn Al-Qayyim, Ibn Abi Al’iz - l’auteur de l’explication du livre « At-Tahawiya », ils passent leur temps à parler d’eux dans le but d’amoindrir leur rang et rejeter leurs paroles.

 

-Leurs paroles qui consistent à juger innovateur toute personne qui commet une innovation, pour eux Ibn Hajar est pire et plus dangereux que Sayyed Qutb.

 

-Ils rendent innovateur celui qui ne rend pas innovateur celui qui commet une innovation, ils le prennent pour ennemi et lui font la guerre.

Ça ne leur suffit pas que tu dises : « Untel a – par exemple - de l’Ash’arisme ou c’est un Ash’arite », tu dois absolument dire (de lui) : « (c’est un) innovateur ! » car sinon, tu as droit à l’affrontement, au boycott et on te taxe d’innovateur.

 

-L’interdiction formelle de souhaiter "la miséricorde" [Ndt : dire qu’Allah lui fasse miséricorde] aux gens de l’innovation, [pour eux] : il n’y a pas de distinction entre le rafidite, le qadarite, le jahmite et entre un savant qui commet une innovation.

 

-Ils rendent innovatrice toute personne qui souhaite "la miséricorde" à Abou Hanifa, Ash-Shawkani, Ibn Al-Jawzi, Ibn Hajar ou encore An-Nawawi.

 

-L’agressivité extrême qu’ils manifestent à l’égard des Salafis, quelque soient leurs efforts dans la propagation de la da’wa Salafiya et sa défense.

Peu importe qu’ils fournissent (ou non) des efforts dans la lutte contre les innovations, le sectarisme et les égarements.

Ils concentrent (leurs attaques) sur les gens (de science) de Médine et [aussi] sur Sheikh Al-Albani (qu’Allah lui fasse miséricorde) : parce qu’il fait partie des grands savants du minhaj Salafi – c'est-à-dire – qu’il fait partie de ceux qui sont les plus à même de refréner les sectaires, les gens des innovations et du sectarisme.

 

En ma présence, l’un d’eux a traité Ibn Al’Outhaymine de menteur plus d’une dizaine de fois durant cette assise, je me suis donc mis vraiment en colère contre lui et je l’ai chassé de mon assise.

[Après cela], ils ont rédigé un écrit à ce propos et ils ont également propagé un audio.

Ils ont aussi répandu des rumeurs à leur encontre pour remplir leurs livres et leurs enregistrements de propagandes, de mensonges et de calomnies.

 

Et parmi les esclandres d’Al-Haddâd, le fait d’avoir écrit un livre dans lequel il calomnie Sheikh Al-Albani et le rabaisse ; il contient environ quatre cents pages dans lesquelles il le dénigre – s’il avait été publié, il aurait probablement atteint les mille pages – il l’a nommé : "Al-Khamîs" c’est-à-dire : l’armée acharnée ; il contient une avant-garde, une arrière-garde, le noyau, l’aile droite, l’aile gauche (Ndt : termes qu’on utilise dans l’armée).

Et [avec ça], il prétendait mettre en garde contre les frères musulmans, Sayed Qutb et Al-Jouhaymaniya (Ndt : en référence à Jouhaymane Al Otaiba), alors que nous n’avons lu aucun écrit de lui les concernant, même pas de petites notes groupées ce qui aurait été préférable à son livre du genre : "Al-Khamîs".

 

-L’exagération qu’ils ont à l’égard d’Al-Haddâd et le fait qu’ils prétendent sa supériorité dans la science. Prétention derrière laquelle ils cherchent à rabaisser les grands hommes de science et le minhaj Salafi, de la même manière qu’ils cherchent derrière cela à élever leur Sheikh au rang d’Imam (grand savant) sans contestataire, comme le font leurs semblables, ces personnes atteintes de paranoïa aiguë qui disent : « Untel et Untel, parmi ceux qui ont un rang élevé dans la science, ils devraient aller s’assoir devant Al-Haddâd et sa femme (pour prendre la science) ».

 

-[Au début], ils ont pris le dessus sur les savants Salafis à Médine et autres qu’eux, [tant] ils les accusaient de mentir (en disant) : « Untel est un menteur et Untel est aussi un menteur ».

Ils se sont présenté sous l’image de l’amour pour la véracité et [de ceux qui ne recherchent] qu’elle, mais dès lors que nous leur avons montré le mensonge d’Al-Haddâd avec les preuves et les arguments, Allah dévoila la réalité de leur situation et ce qu’ils dissimulaient comme perfidie.

Cela n’a fait qu’augmenter en eux l’obstination et l’exagération qu’ils ont à son égard.

 

-Ils ont pour marques distinctives : Le fait de maudire, l’absence de douceur et la violence au point de menacer de frapper les Salafis, et c’est ce qu’ils ont fait avec certains d’entre eux.

 

-Ils maudissent la personne en particulier au point que certains d’entre eux en arrive à maudire Abou Hanifa, d’autres à le déclarer mécréant.

 

-L’orgueil et l’obstination (dont ils font preuve) et qui conduisent à rejeter la vérité, comme c’est le cas pour la plupart des têtes des gens des innovations. Avec tout ce qu’ont apporté les gens (de science) de Médine comme éclaircissement faisant état des déviations d’Al-Haddâd par rapport au manhaj Salafi et ce qu’ils ont rejeté, ils représentent par ces agissements-là, l’une des pires sectes que compte l’Islam et celle qui renferme le pire des comportements et le pire groupe sectaire qu’il soit.

 

-C’étaient des gens qui revenaient sans cesse à l’imam Ahmad, mais quand on leur a montré la position contradictoire qu’avait Al-Haddâd avec l’imam Ahmad sur ses prises de positions à l’égard des gens des innovations, ils nièrent cela et accusèrent celui qui l’avait rapporté en l’attribuant à l’imam Ahmad.

Al-Haddâd dit ensuite : « quant bien même cela est rapporté de façon authentique par l’imam Ahmad, nous n’avons pas à l’imiter !».

 

Ce n’est ni l’amour ni la quête de la vérité qui les motivent, mais ce qu’ils veulent [en réalité], c’est la fitna et diviser les Salafis !

 

En plus de tous leurs excès, les Salafis ont pu observer les relations qu'entretenaient certains d’entre eux avec les Hizbiyyins (les sectaires) et les liens que d’autres parmi eux avaient avec les pervers.

 

Alors qu’au même moment, ils font la guerre aux Salafis et nourrissent une haine féroce envers eux, tout comme il est possible qu’ils cachent d’avantage de mal en eux, et Allah Seul sait ce qu’ils tiennent comme propos la nuit.

 

(Ceci est une réplique à Abou Al-Hassan) : Si Abou Al-Hassan (Al-Ma’ribi) veut bien [se donner la peine de] nous montrer avec des preuves claires que ceux qu’ils accusent de Haddadiya ont réellement ces caractéristiques, alors nous ne ménagerons aucun effort pour leur attribuer cette Haddadiya.

 

Mieux encore, nous les condamnerons par écrit, nous mettrons en garde contre eux et nous les affilierons à la Haddadiya, sans la moindre indulgence (à leur égard).

 

Mais s’il en est incapable, alors il doit se repentir à Allah – Glorifié Soit-Il - et annoncer son repentir publiquement. Car sinon, nous ne ménagerons aucun effort pour secourir les Salafis (dont Abou Al Hassan a accusé de Haddadiya) ainsi que le minhaj Salafi sur lequel ils sont.

 

Et nous ne manquerons pas d’ardeur pour le défendre et défendre les Salafis.

 

Et c’est aux Salafis véridiques, de prendre leur défense et secourir le manhaj sur lequel ils sont.

 

 

Ils doivent stopper ceux qui ont été injustes envers eux et envers leur Manhaj.

 

Et faites attention !

 

Faites attention à ce qu’aucun d’entre eux ne succombe aux égarements de la Haddadiya (dans lesquels ils sont tombés) ou à certains d’entre eux.

 

Car ceci est du ressort de la pratique pour que la distinction soit faite entre les véridiques et les menteurs, comme Allah – Le Très Haut – dit (traduction rapprochée) :

 

« Alif, Lâm, Mîm. * Est-ce que les gens pensent qu'on les laissera dire: «Nous croyons!» sans les éprouver? * Certes, Nous avons éprouvé ceux qui ont vécu avant eux; [Ainsi] Allah connaît ceux qui disent la vérité et ceux qui mentent. » [S29. V01/03]

 

Et j’implore Allah, le Généreux, le Seigneur du Trône Immense, de préserver de la chute tous les Salafis, en tous lieux, durant cette épreuve, particulièrement au Yémen, pays dans lequel la Sounna du Messager d’Allah (paix et bénédictions d’Allah soit sur lui) a été introduite par le biais du minhaj Salafi.

 

Ecrit par Sheikh Rabi' Ibn Hady Al Madkhali (Qu'Allah le préserve) - en date du 20/02/1423

Traduction adaptée et rapprochée : AbuKhadidja Al Djazairy

copié de alghourabaa.com

 

منهج الحدادية

بسم الله الرحمن الرحيم

الحمد لله والصلاة والسلام على رسول الله وعلى آله وصحبه ومن تبع هداه

أما بعد

بسبب ما جرى من الفتنة بين الشباب في اليمن وطالت ذيولها  وتفرعت شعبها، فامتدت إلى بلاد أخرى، وكثرت تطلعات الناس إلى بيان الحق وبيان المصيب من المخطئ، وكان من أسباب هذه الفتن أن طلاب العلم في اليمن رمي بعضهم بالمنهج الحدادي، فاضطررت إلى بيان هذا المنهج لعل ذلك يوضح لكثير من طلاب الحق  أن يميزوا بين منهج أهل السنة والمنهج الحدادي

ثم لعل ذلك يسهم إلى حد بعيد في القضاء على هذه الفتنة مع وعدنا بمواصلة بيان القضايا الأخرى  تلبية لهذه المطالب الملحة، وإسهاماً في إنهاء الفتنة

 منهج الحدادية

1-     بغضهم لعلماء  المنهج السلفي المعاصرين وتحقيرهم وتجهيلهم وتضليلهم والافتراء عليهم  ولا سيما أهل المدينة، ثم تجاوزوا ذلك إلى ابن تيمية وابن القيم وابن أبي العز شارح الطحاوية، يدندنون حولهم لإسقاط منزلتهم ورد أقوالهم

2-             قولهم بتبديع كل من وقع في بدعة، وابن حجر عندهم أشد وأخطر من سيد قطب

3-     تبديع من لا يبدع من وقع في بدعة وعداوته وحربه، ولا يكفي عندهم أن تقول: عند فلان أشعرية مثلاً أو أشعري، بل لابد أن تقول: مبتدع وإلا فالحرب والهجران والتبديع

4-             تحريم الترحم على أهل البدع بإطلاق لا فرق بين رافضي وقدري وجهمي وبين عالم وقع في بدعة

5-             تبديع من يترحم على مثل أبي حنيفة والشوكاني وابن الجوزي وابن حجر والنووي

6-     العداوة الشديدة للسلفيين مهما بذلوا من الجهود في الدعوة إلى السلفية والذب عنها، ومهما اجتهدوا في مقاومة البدع والحزبيات والضلالات، وتركيزهم على أهل المدينة ثم على الشيخ الألباني رحمه الله لأنه من كبار علماء المنهج السلفي، أي أنه من أشدهم في قمع الحزبيين وأهل البدع وأهل التعصب، ولقد كذب أحدهم ابن عثيمين في مجلسي أكثر من عشر مرات فغضبت عليه أشد الغضب وطردته من مجلسي، وقد ألفوا كتباً في ذلك ونشروا أشرطة ، وبثوا الدعايات ضدهم، وملؤوا كتبهم  وأشرطتهم ودعاياتهم بالأكاذيب والافتراءات ؛ ومن بغي الحداد أنه ألف كتاباً في الطعن في  الشيخ الألباني وتشويهه  يقع في حوالي أربعمائة صحيفة بخطه لو طبع لعله يصل إلى ألف صحيفة، سماه " الخميس" أي الجيش العرمرم، له مقدمة ومؤخرة وقلب وميمنة وميسرة

وكان يدَّعي أنه يحذِّر من الإخوان المسلمين وسيد قطب والجهيمانية، ولم نره ألف فيهم أي تأليف، ولو مذكرة صغيرة مجتمعين فضلاً عن مثل كتابه الخميس

7-         غلوهم في الحداد وادعاء تفوقه في العلم ليتوصلوا بذلك إلى إسقاط كبار أهل العلم والمنهج السلفي وإيصال شيخهم إلى مرتبة الإمامة بغير منازع كما يفعل أمثالهم من أتباع من أصيبوا بجنون العظمة، وقالوا على فلان وفلان ممن حاز مرتبة عالية في العلم: عليهم أن يجثوا على ركبهم بين يدي أبي عبد الله الحداد وأم عبدالله

8-         تسلطوا على علماء السلفية في المدينة وغيرها يرمونهم بالكذب: فلان كذاب وفلان كذاب، وظهروا بصورة حب الصدق وتحريه، فلما بين لهم كذب الحداد بالأدلة والبراهين، كشف الله حقيقة حالهم وما ينطوون عليه من فجور، فما ازدادوا إلا تشبثاً بالحداد وغلواً فيه

9-         امتازوا باللعن والجفاء والإرهاب لدرجة أن كانوا يهددون السلفيين بالضرب، بل امتدت أيديهم إلى ضرب بعض السلفيين

10-                    لعن المعين حتى إن بعضهم يلعن أبا حنيفة، وبعضهم يكفره        

ويأتي الحداد إلى القول الصواب أو الخطأ فيقول هذه زندقة، مما يشعر أن الرجل تكفيري متستر

11-       الكبر والعناد المؤديان إلى رد الحق كسائر غلاة أهل البدع فكل ما قدمه أهل المدينة من بيان  انحرافات الحداد عن منهج السلف ورفضوه؛ فكانوا بأعمالهم هذه من أسوأ الفرق الإسلامية وشرهم أخلاقاً وتحزباً

12-       كانوا أكثر ما يلتصقون بالإمام أحمد، فلما بُيِّنَ لهم مخالفة الحداد للإمام أحمد في مواقفه من أهل البدع أنكروا ذلك واتهموا من ينسب ذلك إلى الإمام أحمد، ثم قال الحداد: وإن صح عن الإمام أحمد فإننا لا نقلده، وما بهم حب الحق وطلبه وإنما يريدون الفتنة وتمزيق السلفيين

ومع تنطعهم هذا رأى السلفيون علاقات بعضهم بالحزبيين وبعضهم بالفساق في الوقت الذي يحاربون فيه السلفيين ويحقدون عليهم أشد الحقد ولعلهم يخفون من الشر كثيراً فالله أعلم بما يبيتون

فإذا بين لنا أبو الحسن بالأدلة الواضحة على أن من يرميهم بالحدادية قد اتصفوا بهذه الصفات، فسوف لا نألوا جهداً في إدانتهم بالحدادية، بل والتنكيل بهم بالكتابة فيهم والتحذير منهم ، وإلحاقهم بالحدادية بدون هوادة

وإن عجز عن ذلك فعليه أن يتوب إلى الله عز وجل ويعلن هذه التوبة على الملأ، وإلا فلا نألوا جهداً في نصرتهم ونصرة المنهج السلفي الذي يسيرون عليه والذب عنه وعنهم

وعلى السلفيين الصادقين أن ينصروهم وينصروا  المنهج الذين يسيرون عليه، ويأخذوا على يد من ظلمهم وظلم منهجهم، وحذار حذار أن يقع أحد منهم فيما وقع فيه الحدادية ، أو في بعض ما وقعوا فيه، وهذا هو الميدان العملي لتمييز الصادقين من الكذابين، كما قال تعالى

( ألم أحسب الناس أن يتركوا أن يقولوا آمنا وهم لا يفتنون ولقد فتنا الذين من قبلهم فليعلمن الله الذين آمنوا وليعلمن الكاذبين)

وأسأل الله الكريم رب العرش العظيم أن يعصم السلفيين جميعاً في كل مكان من السقوط في هذا الامتحان، ولا سيما في بلاد اليمن التي ظهرت فيها سنة رسول الله e عبر المنهج السلفي

كـــتبه

ربيع بن هادي المدخلي

20/2/1423هـ

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Groupes égarés - الفرق الضالة
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 20:55
Mise en garde sur le docteur Mouhammad Ahmad Lo (audio en arabe)

 

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Individus et réfutations - أشخاص و ردود
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 20:50
Quelle est la différence entre : «moushaf» et «coran» ?

Question :

 

Quel est la definition du terme "moushaf" et qu´est ce qui la differencie de celle du "qu´ran" ?

 

Réponse :

 

-Al Azhari a dit :

 

"On a nommé "le moushaf" ainsi car il regroupe, entre les deux extrémité (du Livre d´Allah) l´ensemble des feuillets qui on été décrétés."

 

-Et quant au Coran, Abou 3Oubaydah a dit:

 

"On le nome "le Coran" car il regroupe et rattache l´ensemble des versets (entre eux)".

 

et Allah est le plus Savant.

 

Traduction Abou Haroun AbdoulMalik 

copié de alqayim.net

 

 الجواب : قَالَ الأَزهري: وَإِنَّمَا سُمِّيَ الْمُصْحَفُ مُصْحَفًا لأَنه أُصحِف أَي جُعِلَ جَامِعًا لِلصُّحُفِ الْمَكْتُوبَةِ بَيْنَ الدَّفَّتَيْنِ

وأما القرآن ؛ فقال أبو عبيدة: سمِّي القرآن لأنه يجمع السُّوَرَ ويضمها . والله أعلم

Cheikh Abou Al-Hassan 'Ali Al-Ramly - الشيخ أبو الحسن علي الرملي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Coran - القرآن الكريم
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 20:48
Le prêche de la femme musulmane

Question :

 

La femme doit-elle prêcher l’Islâm en dehors de son foyer et de quelle manière ?

 

Réponse :

 

La femme doit prêcher l’Islâm au sein de sa famille, auprès de son mari et de ses proches parents des deux sexes.

 

Elle peut en plus prêcher l’Islâm en dehors de son foyer, mais en milieu féminin (exclusivement), à condition de ne pas avoir à voyager non accompagnée de son mari ou d’un très proche parent et à condition d’être à l’abri de toute tentation, d’obtenir l’autorisation du mari, de répondre à une nécessité et de ne pas négliger un droit familial plus important. 

 

Fatâwa 12/249-250

Publié par manhajulhaqq.com

 

عمل المرأة في الدعوة خارج بيتها

س 4: هل للمرأة مجال للدعوة الإسلامية خارج بيتها وكيف؟

ج 4: للمرأة مجال للدعوة في بيتها لأسرتها من زوج ومحارم رجالاً ونساء، ولها مجال في الدعوة الإسلامية خارج بيتها للنساء
إذا لم يكن في ذلك سفر بلا زوج ولا محرم، ولم يخش الفتنة، وكان ذلك بإذن زوجها إن كانت متزوجة ودعت إلى ذلك الحاجة، ولم ينشأ عن ذلك ضياع ما هو أوجب عليها من حقوق أسرتها
وبالله التوفيق وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

السؤال الرابع من الفتوى رقم - 4996

(الجزء رقم : 12، الصفحة رقم: 250)

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Appel à la religion - الدعوة الإسلامية