compteur de visite

Catégories

26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 15:22
La da'wa à sa famille et aux étrangers

Question :

 

Un homme fait beaucoup la da’wah concernant le voile et la prière dans sa maison, mais ceux de chez lui, tantôt ils l’écoutent, tantôt ils sont paresseux.

 

Est-ce qu’un homme dans cette situation peut inviter (à l’islam) les gens de l’extérieur (ou attendre que sa famille se réforme d’abord) ?

 

Réponse :

 

Il est clair que le devoir de l’homme n’est pas de faire accepter une chose coûte que coûte, mais son obligation est seulement de faire la da’wah de la manière la plus simple.

 

Que ce soit à la maison ou à l’extérieur.

 

Celui qui donne le succès est Khâliq, Mâlik et nul divinité à part Lui.

 

Il y a dans le Quraan :

 

فَذَكِّرْ إِنَّمَا أَنْتَ مُذَكِّرٌ

Eh bien, rappelle! Tu n’es qu’un rappeleur,

لَسْتَ عَلَيْهِمْ بِمُصَيْطِرٍ

et tu n’es pas un dominateur sur eux.

(Al-Ghaashiya 88:21-22)

 

Dans un deuxième endroit Il dit :

 

لَيْسَ عَلَيْكَ هُدَاهُمْ وَلَٰكِنَّ اللَّهَ يَهْدِي مَنْ يَشَاءُ

Ce n’est pas à toi de les guider (vers la bonne voie), mais c’est Allah qui guide qui Il veut.

(Al-Baqara 2:272)

 

Fatawa Thanaiyyah Madniyyah – volume 1 page 218

copié de ilmpublications.wordpress.com

 

Cheikh ul Hadith Hafiz Thanaullah ‘Issa Khan Madni - الشيخ ثناء الله المدني

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Appel à la religion - الدعوة الإسلامية
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 15:21
Poèmes sur le badinage (les plaisanteries) et ses dangers

88jar2c.png

Mis'ar ibn Kidâm a dit à son fils Kidâm :

 

" Je te prodigue, Ô Kidam, cette recommandation.

Ecoute ce que dit un père envers toi plein de compassion.

Écarte-toi du badinage comme de la dispute,

Car ce sont deux défauts que je n'accepte pas chez un ami.

Les ayant expérimentés, je ne les agrée,

Ni chez un voisin, ni chez un compagnon.

L'ignorant est dénigré auprès des siens

Tant et si bien qu'il devient la risée des gens."

 

Vers mentionnés par Abou Nou'yam, dans Al Hikyah (7/204), à travers une chaine de narrateur sûre.

88jar2c.png

Un autre poète a dit :

 

"Plaisante avec ton ami tant qu'il apprécie tes paroles

Mais évite de le faire devant les gens

Il est bien probable qu'une seule de ces railleries

Ouvre la porte à une esquisse d'animosité."

88jar2c.png

Un autre poète a dit:

 

" Ne plaisante pas excessivement mais si tu le fais

N'y ajoute pas un mauvais comportement

Méfie-toi d'une plaisanterie qui peut vexer

Les plaisanteries précèdent souvent les colères."

88jar2c.png

Un autre poète a dit:

 

" L'orgueil est une bassesse et rester humble t'élève

Celui qui abuse des railleries et du rire est discrédité

L'avidité est pauvreté et se contenter de peu une fierté

Désespérer de ce qu'Allah a décrété est égarement"

88jar2c.png

 

Un autre poète a dit :

 

" Méfie-toi, je te dis, méfie-toi de trop plaisanter

Cela fera de toi un sale gosse bien minable

La lumière de ton visage se dissipera

Et laissera place à l'obscurité de la honte"

88jar2c.png

 

Un autre poète a dit :

 

"Un homme rencontra son frère, son ami

Il lui tint des propos qui ne se pardonnent pas

Puis s'excusa en disant vouloir plaisanter et s'amuser

Malheur à toi, tu serviras de combustible au fond de l'Enfer

Tu l'as cherché en ne cessant de rire et de te moquer

De ceux qui ont maintenant le coeur brisé

Ne sais-tu pas, certes l'ignorance te domine

Que plaisanter peut être la plus grande des insultes."

 

Extrait du livre d'ibn Mouflih : al-âdâb ach-char'iyyah 2/339

 

Les ruses de Satan, Umm Abdillah, p.203   

copié de alhouda.forumactif.com

 

Cheikha Umm ‘Abdillah Al-Wadi’iya - الشيخة أم عبد الله الوادعية

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Poèmes islamiques - قصائد الإسلامي
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 15:20
Invocation à dire lorsque l’on voit une étoile filante (audio)

 

Que convient-il de dire si vous voyez une étoile filante ?

 

Je vous le demande à tous.

 

Quand on voit une étoile filante la plupart du temps elle est à la poursuite des shayatine.

 

وَأَنَّا كُنَّا نَقْعُدُ مِنْهَا مَقَاعِدَ لِلسَّمْعِ فَمَنْ يَسْتَمِعِ الْآنَ يَجِدْ لَهُ شِهَابًا رَصَدًا

 

"Nous y prenions place pour écouter. Mais quiconque prête l’oreille maintenant, trouve contre lui un bolide aux aguets." (Sourate Al Jinn 72:9)

 

À l'affût, elle le suit, et si elle le rattrape, elle le brûle.

 

Et si elle ne le rattrape pas, il répète ce qu’il a entendu au sorcier en y ajoutant des mensonges.

 

.إِلَّا مَنْ خَطِفَ الْخَطْفَةَ فَأَتْبَعَهُ شِهَابٌ ثَاقِبٌ

 

"Sauf celui qui saisit au vol quelque [information]; il est alors pourchassé par un météore transperçant." (Sourate As-Saffat 37:10)

 

وَلَقَدْ زَيَّنَّا السَّمَاءَ الدُّنْيَا بِمَصَابِيحَ

 

"Nous avons effectivement embelli le ciel le plus proche avec des lampes." (Sourate Al Moulk 67:5)

 

La personne qui voit une étoile filante, que doit-elle dire? 

 

Il est rapporté d’Ibn Abbas رضي ألله عنهما qu’il disait : 

 

اللَهُمَ صَوِّبهُ و أصِبْ بِهِ و أكْفِنا شَرَهُ

 

"Ô Allah dirige-la vers lui, et frappe-le, et suffit-nous de son mal."

 

“Ô Allah dirige-la vers lui”; signifie dirige-la vers ce voleur.

“Et frappe-le”; signifie frappe-le avec.

 

Et suffit les musulmans de son mal.

 

 

اللَهُمَ صَوِّبهُ و أصِبْ بِهِ و أكْفِنا شَرَهُ

 

Ô Allah dirige-la vers lui, et frappe-le, et suffit-nous de son mal.

 

 

Ainsi, c'est ce qui est prescrit de dire lorsque vous voyez une étoile filante.

 

Et cela se trouve dans les livres des actions de la journée et la nuit, dans les Sounnan, qui nous rappelle ce que le musulman doit dire la journée et la nuit, et dans cela il y a l’invocation à prononcer lorsque l’on voit une étoile filante.

traduction de l'anglais : AbderRahman abou Maryam
 

Cheikh Mohamed Ibn Hady Al Madkhaly - الشيخ محمد بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Invocation دعاء - Evocation ذكر الله
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 23:38
Une histoire touchante... La tragédie qui l'a amené au bonheur ! (audio)

 

La guidance et le bonheur, sont deux choses inséparables et deux compagnons indissociables, celui donc qui est guidée, est heureux, et celui qui est égaré, est malheureux, car le malheur est le compagnon inséparable de l’égarement.

 

Lorsqu’il y a de l’égarement, il y a du malheur et lorsqu’il y a de la guidée, il y a du bonheur.

 

Gloire à Allâh !

 

Ceci est quelque chose que les gens réalisent :

 

Celui qui était loin d’Allâh et de Son obéissance et était loin de se tenir droit sur Sa religion, puis ensuite a été guidé, sent dans son cœur un plaisir qui était perdu et une douceur qui était inexistante et un goût, qu’il ne sentait pas.

 

Lorsqu’Allah سبحانه و تعالى l’a comblé en le Guidant, il a alors goûté à la douceur et a trouvé le goût du bonheur. Ainsi que la consolation, le repos de l’esprit et l’apaisement de l’âme, des choses qu’il ne trouvait pas auparavant.

bugvu

Et je vous raconte en cette occasion, une histoire étonnante :

 

Un homme m’a contacté il y a des années après salat al-asr et m’a dit : « J’ai une question, mais avant de poser la question, je t’informe de ma situation. »

 

Il dit : « j’ai atteint l’âge de 27 ans et je ne peux bouger de mon corps que ma tête. »

 

Je dis : « Depuis quand es-tu dans cette situation ? »

 

Il répondit : « Depuis deux ans. »

 

Je lui ai dis : « Et quelle est la raison de cela ? »

 

Il dit : « Un accident de voiture. »

 

je lui dis : « Où te trouves-tu ? »

 

Il dit : « A tel endroit. »

 

Je lui dis : « Je désires te visiter ».

 

Je le fis le jour même.

 

Il me raconta son histoire en longueur, je m’assis avec lui pendant plus d’une heure et demie.

 

J’écoutais et prenais des bénéfices, pendant la majorité de ce temps, car il y a dans sa vie une leçon.

 

Il m’a dit une parole qui est le témoin argumentatif de cette histoire et je ne me ferais pas long en détail.

 

Il me dit : «Par Allâh, je jouis d’un bonheur dont j’ai marché longtemps avec mes pieds le cherchant sans jamais le trouver.»

 

Avant l’accident, il était négligent et après l’accident, il est devenu (quelqu’un) de tourner vers Allah, priant et récitant le Qorân.

 

Une noble personne lui a a amené un ordinateur qui fonctionne par le son, car il ne peut bouger sa main.

 

Il l’essaya devant moi en parlant à l’ordinateur qui ouvre la sourate qu’il veut, il parle à la machine, qu’il lui ouvre le verset qu’il veut, il parle à la machine, qui ouvre l’exégèse qu’il veut.

 

Devant lui, se trouve le Qorân qu’il lit, mémorise et lit l’exégèse, sans avoir besoin de tourner les pages de sa main ou devoir appeler quelqu’un pour lui tourner ( les pages ) du Mushâf.

 

Il demande directement le verset qu’il veut et s’il veut l’exégèse, il la demande directement aussi.

 

Et il dit : «Par Allâh, j’ai trouvé un bonheur dont j’ai marché longtemps avec mes pieds le cherchant sans jamais le trouver.»

bugvu

Que celui qui est bonne santé en tire des leçons, car la guidée et le bonheur ne peuvent être obtenus qu’avec le livre d’Allâh سبحانه وتعالى.

 

Et celui qui la cherche dans autre chose que le livre d’Allâh عز وجل n’obtiendra que la perte et la ruine et la perdition dans ce bas-monde et dans l’au-delà :

 

فَإِمَّا يَأْتِيَنَّكُم مِّنِّي هُدًى فَمَنِ اتَّبَعَ هُدَايَ فَلَا يَضِلُّ وَلَا يَشْقَى

sens approximatif du verset :

 

"Puis, si jamais un guide vous vient de Ma part, quiconque suit Mon guide ne s’égarera ni ne sera malheureux." Taha, v. 123.

 

Prête attention à la parole :

 

…فَمَنِ اتَّبَعَ هُدَايَ

sens approximatif du verset :

 

"…quiconque suit Mon guide…"

 

Car ce qui est demandé au sujet du Qorân, c’est de le suivre et pas seulement de le lire et de donner des droits à ses lettres, car le Qorân n’a été révélé que pour qu’il soit mis en pratique, non pas juste en donnant les droits à ses lettres tout en perdant ses limites, c’est pour cela qu’il est dit :

 

…فَمَنِ اتَّبَعَ هُدَايَ

 

sens approximatif du verset :

 

"…quiconque suit Mon guide…"

 

Le sens qui a pour conséquence le bonheur, c’est le suivi de la guidance et pas seulement de mémoriser le Qorân ou de mémoriser les lettres du Qorân.

 

Le suivi de la guidance du Livre d’Allâh découle de la compréhension et de la méditation du Qorân :

 

كِتَابٌ أَنزَلْنَاهُ إِلَيْكَ مُبَارَكٌ لِّيَدَّبَّرُوا آيَاتِهِ وَلِيَتَذَكَّرَ أُوْلُوا الْأَلْبَابِ

sens approximatif du verset :

 

"[Voici] un Livre béni que Nous avons fait descendre vers toi, afin qu’ils méditent sur ses versets et que les doués d’intelligence réfléchissent !" Sâd, v. 29.

 

Ce sont donc des choses obligatoires afin d’obtenir le bonheur :

 

-La récitation du Qorân.

-La méditation de ses versets.

-Sa mise en application

-Ainsi, que le suivi de sa guidance.

 

Publié par 3ilmchar3i.net

 

 

والهداية والسَّعادة أمران متلازمان وقرينان لا ينفكَّان ؛ فمن كان مهتديًا فهو سعيد ، ومن كان ضالًّا فهو شقي، والشَّقاء قرين الضَّلال الذي لا ينفكُّ عنه ، فمتى وُجِدَ الضَّلال وُجِدَ الشَّقاء، ومتى وُجدت الهداية وُجدت السَّعادة

وسبحان الله !! هـٰذا أمر يُدركه النَّاس ، من كان في بُعدٍ عن الله وطاعته والاستقامة على شرعه ثم اهتدى يُحسّ في قلبه لذَّةً كانت مفتقدة ، وحلاوةً كانت معدومة ، وطعمًا كان لا يشعر به ، فلمَّا أكرمه الله ومَنَّ عليه سُبْحَانَهُ وَتَعَالَى بالهداية ذاق الحلاوة ووجد طعم السَّعادة وقرَّة العين وراحة البال وسكون النَّفس أمرًا لم يكن يجده قبل ذلك

وأحكي لكم في هـٰذا المقام قصَّةً عجيبةً : اتصل بي قبل سنوات رجل بعد صلاة العصر وقال عندي سؤال ؛ ولـٰكن قبل السُّؤال أخبرك بحالي ، قال: أنا أبلغ من العمر سبعًا وعشرين سنة ولا يتحرَّك فيَّ من بدني إلَّا رأسي فقط . قلت: منذ متى وأنت على هـٰذه الحال ؟ قال: منذ سنتين ، قلت: وما سبب ذلك ؟ قال: حادث سيَّارة. قلتُ له : أنت في أيّ مكان ؟ قال: في المكان الفلاني ، قلتُ: أرغب في زيارتك ، وزرته في اليوم نفسه ، وأخذ يتحدَّث لي عن قصَّته حديثا مطوَّلا جلست معه ساعة ونصف ، وفي غالب ذلك الوقت كنتُ مستمعًا ومستفيدًا لأنَّ حياته فيها عبرة ، قال لي كلمة وهي موضع الشَّاهد من القصَّة ولا أطيل بتفاصيلها ، قال لي : « والله إنَّني أحسُّ بسعادة مشيتُ على قدمي كثيرًا أَبحث عنها لم أجدها » ، كان قبل الحادث مفرِّطا، وبعد الحادث أصبح مُقبِلاً على الله ذاكرًا مصلِّيًا تاليًا للقرآن ، أحضر له أحد الأفاضل جهاز كمبيوتر يشتغل بالصَّوت ؛ لأنَّ يده لا تتحرك، وجرَّب أمامي يخاطب الجهاز فتنفتح السُّورة التي يُريد ، يخاطب الجهاز فتنفتح الآية التي يريد ، يخاطب الجهاز فينفتح التَّفسير الذي يريد ، وأمامه القرآن ويقرأ ويحفظ ويقرأ التَّفسير ولا يحتاج إلى تقليب صفحات باليد، أو ينادي أحدًا يقلب له المصحف ، الآية التي يريدها يطلبها مباشرة ويريد تفسيرها أيضًا يطلبه مباشرة ، ويقول: « والله إنَّني أجد سعادةً مشيت على قدمي كثيرا أبحث عنها لم أجدها »

فليعتبر الإنسان الصحيح وليتعظ ؛ فالهداية والسَّعادة إنَّما تُنال بكتاب الله سُبْحَانَهُ وَتَعَالَى ، ومن طلبها من غير كتاب الله عزَّ وجلَّ لا يُحَصِّل إلّا ضياعًا ولا ينال إلّا تبابًا وخسرانًا في دنياه وأخراه

 فَإِمَّا يَأْتِيَنَّكُمْ مِنِّي هُدًى فَمَنِ اتَّبَعَ هُدَايَ فَلَا يَضِلُّ وَلَا يَشْقَى

وتنبَّه هنا لقوله: ﴿ فَمَنِ اتَّبَعَ هُدَايَ ﴾ لأنَّ المطلوب في القرآن اتَّباعه لا مجرَّد تلاوته وإقامة حروفه ، فالقرآن إنَّما أُنزل ليُعمل به لا لمجرَّد إقامة حروفه مع إضاعة حدوده ، ولهـٰذا قال: ﴿ فَمَنِ اتَّبَعَ هُدَايَ ﴾ ؛ فالمعنى الّذي تترتَّب عليه السَّعادة اتِّباع الهدى لا مجرَّد حفظ القرآن أو حفظ حروف القرآن . واتِّباع هدى كتاب الله عزَّ وجلَّ فرعُ فهم القرآن وتدبُّره ﴿كِتَابٌ أَنْزَلْنَاهُ إِلَيْكَ مُبَارَكٌ لِيَدَّبَّرُوا آيَاتِهِ وَلِيَتَذَكَّرَ أُولُو الْأَلْبَابِ﴾[ص:29] فهي أمورٌ لابدّ منها لتُنال السَّعادة ؛ تلاوةٌ للقرآن ، وتدبُّرٌ لآياته ، وعملٌ به واتِّباع لهداه

bugvu

 

Cheikh 'Abder Razzâq Ibn Abdelmohsin Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبد الرزاق العباد البدر

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Coran - القرآن الكريم
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 23:37
Invocations exaucées (vidéo)

La deuxième question, qu'Allah vous donne la santé :

 

Les mérites de l'invocation à Allah Le Glorifié et Très-Haut, c'est-à-dire quelle est son mérite et les moments (propices) où elles sont acceptées.

 

Et la dernière question, qu'Allah vous donne la santé :

 

Nous entendons beaucoup parler ces derniers jours sur nos frères en Syrie et ailleurs, demandez à Allah L'Exalté qu'Il apaise leurs douleurs, qu'Allah vous rétribue en tout bien.

 

La deuxième question, sur le mérite de l'invocation barakAllahoufikoum, les moments propices où elles sont acceptées et comment invoquer pour nos frères en difficulté en Syrie :

 

Réponse :

 

L'invocation est demandé à tout moment, mais il y a des moments où elles sont plus à même à être acceptées qu'à d'autres moments.

 

Parmi eux (moments):

 

-Invoquer durant la prosternation (as soujoud) 

 

Le Prophète (صلى الله عليه وسلم) a dit :

 

"Le moment où vous êtes le plus près de votre Seigneur est quand vous êtes en prosternation, augmentez-y donc les invocations".

(Mouslim, al-Bayhaqi, Abou 'Ouwana).

 

Elles sont plus à même à être acceptées.

 

-Et parmi eux (moments), en fin de nuit, c'est a dire les derniers heures de la nuits (Al Ashar), il invoque Allah L'Exalté, et Allah le Magnifié, Le Très Haut descend au ciel le plus bas (as sama ad douniya) 

 

Il dit :

 

"qui me demande quelque chose pour que je lui donne ? Qui M'invoque, que Je puisse l'exaucer? Qui Me demande Pardon, afin que Je le pardonne?"

 

Et ceci pour toute les nuits

 

-Les moments donc où les invocations sont acceptées plus que d'autres (moments)

 

-Parmi eux, l'invocation durant la journée du Vendredi (al joumou'a) ainsi que sa nuit, il y a une heure (moment) dans laquelle nulle muslim n'invoque Allah si ce n'est qu'elle sera acceptée 

 

-Et parmi eux, l'invocation durant Ramadan

 

-Et durant la nuit du destin (laylatou al qadr) 

 

-Et parmi eux, l'invocation dans les lieux sacrés, tel que la Mecque (al Haram), et la mosquée du Prophète, et la mosquée d'al Aqsa.

 

-Ainsi que les invocations de nos frères muslims à tout endroit, et surtout ceux dont il leur est arrivée des calamités, nous esperons qu'Allah les apaise et qu'Il apaise leurs difficultés, que ce soit en Syrie ou ailleurs

 

Audio volontairement coupée afin de séparer les deux sujets (questions 1 et 2)

فتاوى على الهواء 28-10-1434هـ مع معالي الشيخ صالح بن فوزان ا

copié de minhaj sunna

 

 
Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان
Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Invocation دعاء - Evocation ذكر الله
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 23:36
Est-il permis d'étendre un tapis de prière sur lequel le nom d'Allah ou celui de Mohammad est mentionné ?

Louange à Allah, l'Unique, et prière et salut sur le Prophète ultime. Après ce préambule :

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance des Fatwas (Al-Iftâ') a délibéré sur la question présentée à son Eminence, le Président Général, de la part du Directeur Général des Douanes. Cette question a été présentée au Comité, de la part du Secrétariat général du Comité des Grands Oulémas.

 

La question :

 

Passent par les services de douanes différentes sortes de tapis de prière de différentes tailles et certains commerçants désirent se renseigner sur la possibilité d'autoriser le passage de tapis de prière sur lesquels est inscrit le Nom d'Allah ou le nom de Mohammad, le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) ou non, comme il apparait à travers le modèle joint que ce genre de tapis s'accroche au mur et ne se pose pas parterre.

 

Après avoir étudié la question, le Comité de la Délivrance des Fatwas a émis la réponse suivante :

 

Il n'est pas permis de laisser passer les tapis sur lesquels est écrit le Nom d'Allah ou celui de Mohammad, le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) et ce, compte tenu de la profanation que cela comporte lorsque ces tapis sont mis parterre pour faire la prière.

 

Le fait que ces tapis peuvent être accrochés sur les murs cela n'est pas toujours respecté par tous ceux qui possèdent ces tapis.

 

En effet, il y a parmi les gens ceux qui les accrochent effectivement sur les murs et d'autres par contre les posent parterre alors que la règle admise dans la Législation musulmane, consiste à barrer le chemin à tout ce qui peut conduire à la violation des interdits d'Allah.

 

Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

السجادة عليها اسم الله

الحمد لله وحده، والصلاة والسلام على من لا نبي بعده.. وبعد

فقد اطلعت اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإِفتاء على ما ورد إلى سماحة الرئيس العام من المستفتي مدير عام الجمارك والمحال إلى اللجنة من الأمانة العامة لهيئة كبار العلماء

والسؤال: يرد عن طريق الجمارك لبعض التجار أنواع مختلفة من السجاد بمختلف المقاسات، وقد استفسر بعضهم عن إمكانية

فسح السجاد التي تحمل لفظ الجلالة أو اسم محمد رسول الله صلى الله عليه وسلم من عدمه، كما يتضح من العينة المرفقة. إن هذه الأصناف تعلق على الحائط ولا توضع على الأرض

وبعد دراسة اللجنة للسؤال أجابت بما يلي

لا يجوز الفسح للسجاد الذي كتب عليه لفظ الجلالة أو اسم محمد رسول الله صلى الله عليه وسلم؛ لما يترتب على ذلك من الإِهانة بافتراشها والصلاة عليها، وكونها توضع على الجدران لا يلتزم به كل من كانت عنده هذه السجاد، بل من الناس من وضعها على الحائط ومنهم من يفرشها في الأرض، ومن القواعد المقررة في الشريعة سد الذرائع الموصلة إلى انتهاك محارم الله

وبالله التوفيق. وصلى الله على نبينا محمد، وآله وصحبه وسلم

فتوى رقم - 1614

(الجزء رقم : 4، الصفحة رقم: 72)

 

La fatwa numéro (1614) 

(Numéro de la partie: 4, Numéro de la page: 72)

copié de alifta.net

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Prière - الصلاة
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 23:36
Conseil pour que les salafis soient comme le cœur d’un seul homme… (audio)

 

Question :

 

Qu’Allâh vous préserve, il y a parfois de nombreuses divergences et des incompréhensions entre les frères salafis.

 

Quels sont votre orientation et vos conseils pour que les frères salafis soient comme le cœur d’un seul homme et qu’ils évitent les troubles et les disputes ?

 

Réponse :

 

Ceci est du à la faiblesse dans la crainte d’Allâh, la fermeté et la droiture.

 

En étant fermes et droits envers les ordres d’Allâh, il ne se produirait pas ce genre de choses. Mais il y a des maladies de l’âme.

 

 

Qu’ils se débarrassent donc de ces maladies de l’âme, qu’ils soient fermes et droits sur la vérité et ils seront comme un seul corps.

 

Comme a dit le Prophète صلى الله عليه وسلم : 

 

«Les croyants sont (dans leur amour, leur miséricorde et leur compassion) à l’exemple d’un seul corps, si l’un de ses membre se plaint, l’ensemble du corps sera touché par l’insomnie et la fièvre.»

 

Je leur recommande donc la crainte d’Allâh, la fermeté et la droiture.

 

Et je recommande ceci à ma propre personne avant eux, qu’Allâh te bénisse.

 

Qu’ils s’efforcent à entretenir la fraternité, l’amour, la compassion, et à se visiter en Allâh.

 

Au lieu de s’échanger de la colère, de l’animosité et de la haine, échangeons-nous de l’amour, de la miséricorde et de la compassion.

 

Et afin de s’écarter des divergences, il faut s’écarter des causes qui mènent à la division.

 

Celui-ci part avec les sourouris (…) ils ont causé de la division et des troubles, celui-là part avec les frères musulmans, celui-ci part dans telle direction, avec tel parti, il part avec tel groupe qui a causé la division, qu’Allâh te bénisse.

 

Ils ont divisé les salafis et ont causé des divergences entre eux.

 

Et les causes sont nombreuses, seul Allah peut les dénombrer.

 

Écartez-vous donc totalement des causes de divergence et veillez à vous accrochez au Livre et à la Sunna.

 

Et rappelez-vous mutuellement le Livre d’Allâh et la Sunna de Son Messager صلى الله عليه وسلم.

 

Ainsi vos cœurs vont s’unir et se rassembler, qu’Allâh vous bénisse, vos cœurs et vos corps vont se rassembler sur la vérité et le bien.

 

 Publié par miraath.fr

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Publié par العلم الشرعي - La science legiferee - dans Voie des pieux prédécesseurs - طريق السلف الصالح
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 23:35
Répliquer aux gens de l'innovation fait partie d'écarter une chose nuisible du chemin

Cheikh Abdurrazzaq ibn Abdul Muhsin Al badr (qu'Allah les préserve tous les deux) a dit concernant le hadith des 70 et quelques branches de la foi :

 

Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : 

 

"La foi comporte plus de soixante ou plus de soixante-dix branches (degrés), dont la plus elevée est l'affirmation qu'il n'y a de divinité vrai digne d'être adoré qu'Allah, et la moindre c'est d'enlever une chose nuisible du chemin et la pudeur est l'une des branches de la foi".

 

separatorr

 

Le sens voulu par "une chose nuisible" (signifie) au sens propre ; ce qui nuit aux gens et obstrue leur chemin dans la quête de bienfaits ici-bas.

 

Mais de plus, le fait d'enlever une chose nuisible, peut signifier au sens figuré, ce qui obstrue les gens dans leur cheminement vers l'obéissance de leur Seigneur.

 

(...)

 

C'est pour cela que la réfutation des gens de l'innovation et la mise en garde des gens contre le faux (qu'ils propagent) et répliquer à leurs ambiguïtés fait partie du fait d'enlever du chemin une chose nuisible, et ceci fait partie de la foi.

 

Tadhkirah charh aquidah al Haafiz Abdul Ghani al Maqdissi (1, p 307)

copié de twitter.com/Abu_Zackariya

 

الرّد على أهل البدع من إماطة الأذى عن الطريق

 قال الشيخ عبد الرزاق بن عبد المحسن البدر - حفظه الله - بعد كلامه عن قول رسول الله صلى الله عليه وسلم

(الإيمان بضع وسبعون شعبة أفضلها لا إله إلا الله وأوضعها إماطة الأذى عن الطريق والحياء شعبة من الإيمان)

[ ...... وكذلك الحال في إماطة الأذى عن الطريق ، فإنَّ الناس مع هذه الشعبة على ثلاثة أقسام :  قسم يميط الأذى عن الطريق ، وقسم يدع الأذى في الطريق ، وقسم يضع الأذى في الطريق . وكلُّهم من أهل الإيمان لكنهم لا يستوون . وفي الحديث فائدة لطيفة ، وهي أنَّ النبي صلى الله عليه وسلم عدَّ إماطة الأذى عن الطريق إيماناً ، والمراد بالأذى : أي الحسي الذي يؤذي الناس ويعيقهم في سيرهم لتحصيل مصالحهم الدنيوية . وعليه فإنَّه من باب أولى أن يكون إماطة الأذى المعنوي الذي يعيق الناس في طريقهم إلى طاعة ربهم إيماناً ، ولهذا كان الرد على أهل البدع وتحذير الناس من باطلهم والرد على شبهاتهم من إماطة الأذى عن الطريق وهو من الإيمان.]

اهـ  من " تذكرة المؤتسي شرح عقيدة الحافظ عبد الغني المقدسي " (ج 1 / ص 307)   كتبه : أبو الوليد خالد الصبحي شبكة الإمام الآجريّ

Cheikh 'Abder Razzâq Ibn Abdelmohsin Al 'Abbâd Al Badr -  الشيخ عبد الرزاق العباد البدر

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Méthodologie - المنهجية
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 23:33
L'expression : «Il a été enterré dans sa dernière demeure» ?!

Question 117 :

 

Quelle est la régle concernant l'expression : "Il a été enterré dans sa dernière demeure" ?

 

Réponse :

 

Dire que quelqu'un a été enterré dans sa dernière demeure est interdit et il n'est absolument pas permis de dire cela, car cela implique que la tombe est la destination finale de l'homme.

 

Une telle supposition renie la Résurrection, or, les mouslims savent que la tombe n'est pas la dernière demeure.

 

Seuls ceux qui ne croient pas au jour de jugement dernier estiment que la tombe est le dernier gite.

 

Un bédouin entendit quelqu'un réciter ces versets (traduction rapprochée) :

 

"La course aux richesses vous distrait, jusqu'à ce que vous visitiez les tombes" Verset 1 et 2 sourate 102

 

Il dit : " Par Allah ! le visiteur ne peut point être résident".

 

Celui donc qui visite doit reprendre le chemin tôt ou tard.

 

La résurrection est donc une vérité.

 

Ainsi, il ne faut pas utiliser cette expression, car la dernière demeure est le Paradis ou l'Enfer lors du jour de la Résurrection.

 

Fatawas sur les piliers de l'islam question 117 page 309-310 

 Publié par adh-dhikr.blogspot.com

 

س117: ما حكم قولهم ((دفن في مثواه الأخير))؟

الجواب: قول القائل ((دفن في مثواه الأخير)) حرام ولا يجوز، لأنك إذا قلت في مثواه الأخير فمقتضاه أن القبر آخر شيء له، وهذا يتضمن إنكار البعث، ومن المعلوم لعامة المسلمين أن القبر ليس آخر شيء، إلا عند الذين لا يؤمنون باليوم الآخر، فالقبر آخر شيء عندهم، أما المسلم فليس آخر شيء عنده القبر، وقد سمع أعرابي رجلاً يقرأ قوله –تعالى-:

(أَلْهَاكُمُ التَّكَاثُرُ) (1) (حَتَّى زُرْتُمُ الْمَقَابِرَ) (التكاثر:1،2)

  فقال ((والله ما الزائر بمقيم)) لأن الذي يزور يمشي فلا بد من بعث وهذا صحيح

لهذا يجب تجنب هذه العبارة فلا يقال عن القبر إنه المثوى الأخير، لأن المثوى الأخير إما الجنة، وإما النار في يوم القيامة

Je tiens à attirer l'attention sur une affaire que certaines personnes disent sans s'en rendre compte, qui est que lorsqu'is parlent d'une personne morte, ils disent : "Il est parvenu à sa dernière demeure", en voulant signifier par là la tombe. 

 

Et cela est une erreur évidente car la tombe n'est pas le dernier lieu de séjour. 

 

Mais au contraire, le dernier lieu de séjour sera soit le paradis soit l'enfer. 

 

Quant à la tombe, l'Homme y entrera et le quittera. 

 

Et son passage dans la tombe n'est que comme celle du visiteur : Il reste un moment puis s'en va.

 

 Traduit par دورة العلوم - Le cercle des sciences - telegram.me/cercle_sciences

 

أنبه على مسألة يقولها بعض الناس وهم لا يشعرون، وهي أنهم إذا تحدثوا عن شخص مات  قالوا: "ثم نقل إلى مثواه الأخير" يعنون بذلك القبر، وهذا غلط واضح؛ لأن القبر ليس هو المثوى الأخير، بل المثوى الأخير إما الجنة وإما النار، أما القبر فإن الإنسان يأتيه ثم ينتقل عنه، وما مجيئه في القبر إلا كزائر بقي مدة ثم ارتحل
( فتاوى نور على الدرب / ج1 / ص273)

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Expression - التعبير
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 23:32
Je vis en Angleterre et je pratique ma religion, dois-je faire la hijrah ? (vidéo)

Question :

 

La question du frère concerne la hijra.

 

Il vit en Angleterre, en pays non musulman.

 

Le gouvernement britannique ne lui pose aucun souci quant à prier ou aller à la mosquée y prier.

 

Et des mosquées existent ici.

 

Or, (le frère) demande s’il lui serait mieux, c'est à dire comme il se trouve des musulmans الحمد الله ;

S'il lui est obligatoire de faire la hijra de ce pays vers cet autre pays où les règles islamiques sont établies ;

Ou peut il rester ici, aller à la mosquée et prier et également appeler à l'Islâm dans ce pays ? 

 

Réponse :

 

C'est une question importante, en particulier en ce qui concerne celui qui était mécréant puis Allâh le guida et il devint musulman. 

 

Et en toute franchise, nous disons qu'il est obligatoire à tout musulman dans tous les vastes pays d'Allâh, lorsqu’Allâh le guida à l'Islâm après avoir été mécréant, de faire la Hijrah de ce pays vers un pays musulman où les règles d'Allâh عز و جل sont établies.

 

Car le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit:

 

"Le musulman et le polythéiste ne doivent pas voir le feu l'un et de l'autre".

 

Dans ce hadith authentique, il صلى الله عليه وسلم pointait ce que les Arabes et en particulier les Bédouins avaient l'habitude de faire avant l'Islâm, lorsque chacun d'eux avaient l'habitude d'allumer un feu devant sa tente.

 

Donc il صلى الله عليه وسلم a dit qu'il incombe au musulman que sa demeure soit loin de celle d'un polythéiste, de telle sorte que si chacun d'eux allumait un feu devant sa tente, leurs feux ne seraient pas visible les uns aux autres en raison de la grande distance entre eux deux.

 

Ceci est  le sens de sa parole صلى الله عليه وسلم :

 

"Le musulman et le polythéiste ne doivent pas voir le feu de l'un et de l'autre".

 

Et dans un autre hadîth:

 

"Celui qui se mélange avec un polythéiste, alors il est comme lui"

 

(ce qui signifie) celui qui se mélange à eux avec son corps, son habitation et ses interactions sociales, et c'est ce qui lui advient la plupart du temps, alors il sera comme lui dans l'égarement, même si la proportion de l'égarement diffère, comme c'est le cas avec la foi.

 

Tout  comme la foi a des degrés, l'égarement a de même des degrés.

 

Donc, quiconque se mélange à un polythéiste, il est alors comme lui.

 

Puis, il صلى الله عليه وسلم a souligné cela avec une expression contenant un grave effroi qui est sa parole صلى الله عليه وسلم :

 

"Je me désavoue de tout musulman qui réside parmi les polythéistes"

 

Et la raison à cela est que fait partie de disposition naturelle de s'imprégner de ce qui l'entoure (ndt :comme comportement, caractéristiques), d'autant plus qu'il prend le mal et n'absorbe le bien qu’avec difficulté .

 

Et le Prophète صلى الله عليه وسلم a indiqué cette réalité dans certains ahâdiths authentiques telle que sa parole صلى الله عليه وسلم :

 

"L’exemple du compagnon pieux est comme celui du vendeur de musc : soit il t'en donne un peu, soit tu pourras lui en acheter, soit tu sentiras émanant de lui un parfum agréable".

 

Ainsi, il صلى الله عليه وسلم explique que si un musulman se mélange avec des gens pieux, il s'imprégnera d'eux, de manière certaine et le niveau le plus bas de cette imprégnation dans cet exemple (précédent), est qu'il se dégagera de lui un agréable parfum.

 

Et vice-versa, il صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"L’exemple du mauvais compagnon est comme celui du forgeron : soit il brûlera tes vêtements soit tu sentiras émaner de lui une odeur nauséabonde ". 

 

En résumé, ce hadîth signifie que le compagnon est quelqu'un qui conduit vers (quelque chose).

 

S’il est pieux, il poussera son partenaire vers le bien et si il est mauvais et corrompu, il poussera son partenaire vers le mal.

 

Ensuite, le Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم nous a rapporté, un exemple, qui se passa parmi les communautés existantes avant nous.

 

Il  صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Un homme parmi ceux avant vous avait tué 99 personnes puis voulut se repentir.

Il interrogea alors au sujet de la personne la plus savante de la terre et on lui indiqua un dévot, c'est à dire quelqu'un qui adore (beaucoup) mais qui était ignorant et n'était pas une personne de science.

Il alla à lui et lui dit : "J'ai tué 99 personnes et je veux me repentir. Y a t il un repentir  pour moi ? "

Il répondit: " tu as tué 99 personnes et tu veux te repentir ! Il n'y a pas de repentir pour toi. "

Donc ce tueur ne fit rien sauf à le tuer (également) et ainsi il compléta le nombre à cent personnes qu'il tua sans droit.

 Cependant, il était sérieux dans sa volonté à retourner à son Seigneur et se repentir à Lui.

Alors il ne cessa d’interroger au sujet de la plus savante personne sur terre jusqu'à ce que cette fois, on lui indiqua véritablement une personne de science.

Il  le questionna et lui dit: "J'ai tué cent personnes sans droit. Un repentir m’est possible ? "

Il répondit: "Et qui se mettra entre toi et ton repentir ? Mais (et ici est le témoin de ce que nous avançons - as-shahîd) tu es dans une terre de mal, donc quitte la et va à telle ville dont les habitant sont pieux".  

Il quitta donc sa ville, allant -repentant vers son Seigneur- en direction de cette ville aux gens pieux, compte tenu du fait que la personne de science lui avait conseillé cela. 

Sur le chemin, son terme de vie arriva.

Les Anges de la Miséricorde et les Anges du Châtiment divergèrent le concernant, chacun prétendant qu’il devait aller avec eux.

Les Anges du Châtiment savaient de sa vie la propagation du mal et par conséquent virent qu'ils devraient prendre son âme.

 

Et les Anges de la Miséricorde voyaient comme le Messager صلى الله عليه وسلم a dit dans un autre hadîth :

 

"Certes, les actions sont basées sur les dernières"  

 

Et cet homme était sorti, repentant se dirigeant vers son Seigneur.

Donc nous-  les Anges de la Miséricorde- sommes en droit de prendre son âme .

Allâh leur envoya alors un arbitre, qui leur dit: "Mesurez la distance qui est entre lui et chacune des deux villes, et celle dont il est le plus proche, mettez le avec ces gens ».  

Ils mesurèrent et trouvèrent qu’il était plus proche de la ville aux gens pieux.

Alors les Anges de la Miséricorde prirent son âme."      

 

Le point à retenir de ce hadith authentique, qui est dans les deux Sahih d'al-Boukhari et Mouslim, est que cette noble personne de science savait que cet homme que l'audace (جرأة) avait conduit à tuer 99 personnes puis qui compléta ce nombre avec l'adorateur ignorant, de sorte que ceux tués sans droit soient 100 personnes, (donc) ce savant indiqua que cette âme ordonnant le mal n'a été aidée vers cela (ndt : l’ordonnance du mal) que par l'environnement dans lequel elle vivait et où elle passa la plupart de sa vie.

 

Et donc il lui conseilla de sortir de cette terre de mal vers le pays pieux.

 

copié de دورة العلوم - Les cercle des sciences

 

 

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Emigration - الهجرة