compteur de visite

Catégories

27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 18:07
Comment devons-nous nous comporter avec les gens de la masse parmi les rawâfidh ?

Question :

 

Quel est le jugement concernant les 3awâm (gens de la masse) parmi les rawâfidh ?

 

Et comment devons-nous agir avec eux ? 

 

Réponse :

 

Je pense que le questionneur fait la différence entre les gens de la masse et autres qu’eux, et ceci est une bonne démarche. 

 

-Les 3awâm qui ne diffament pas les épouses du Prophète صلى الله عليه و سلم, et qui ne rendent pas mécréants les compagnons, qui ne croient pas que le Coran soit falsifié, mais qui ont en eux un certain rejet, une aversion envers les compagnons, sans pour autant les rendre mécréants ou quoique ce soit qui y ressemble, alors ceux-là sont des égarés, innovateurs, nous ne les rendons pas mécréants.

 

-Quant à celui qui s’associe à leur incroyance en rendant mécréants les compagnons de Mohammed عليه الصلاة و السلام, en diffamant les épouses du Prophète صلى الله عليه و سلم, et à la croyance hypocrite que le Coran serait falsifié et qu’il contiendrait des ajouts et des diminutions, alors lui, est un mécréant à l’image des mécréants juifs, chrétiens et autres, aucune différence entre leur gens de la masse et leur savants. 

 

Quant au comportement envers eux, s’il s’agit d’affaires de ce bas-monde telles que le commerce ou ce qui y ressemble, il est alors autorisé de travailler avec le juif, le chrétien et le râfidhiy ; quant à l’entraide dans les affaires religieuses, alors non, jamais !

 

Car cela serait de l’entraide dans le péché et la tyrannie.

 

Traduction : Oum Oumayr

 

السؤال: ما حكم عوامّ الروافض وكيف نتعامل معهم ؟

الـجــواب: أظن أن السائل يفرِّق بين العوام وبين غير العوام ,وهذه خطوة جيدة

العوام الذين لا يطعنون في زوجات رسول الله صلى الله عليه وسلم ولا يكفِّرون الصحابة ولا يعتقدون في القرآن أنّه محرّف وعندهم شيء من الرفض ,شيء من البغض للصحابة دون تكفيرهم وما شاكل ذلك فهؤلاء ضلاّل مبتدعون لا نكفِّرهم

ومن كان يشارك ملاحدتهم في تكفير أصحاب محمد عليه الصلاة والسلام ,وفي الطعن في زوجات رسول الله صلى الله عليه وسلم ,وفي العقيدة الخبيثة أنّ القرآن محرَّف وزيد فيه ونَقُص فهذا كافر مثل كفّار اليهود وكفّار النصارى وكفّار غيرهم لا فرق بين عوامّهم وعلمائهم

والتعامل معهم ؛إن كان في أمور الدنيا مثل التجارة وما شاكل ذلك فيجوز التعامل مع اليهودي والنصراني والرافضي ,أما التعاون في أمور الدين فلا ,أبداً ؛لأنّه تعاون على الإثم والعدوان

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Groupes égarés - الفرق الضالة
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 18:06
Richesses d'hiver (vidéo)

[Premier sermon] 

 

Louange à Allah جل جلاله, nous Le louons, implorons Son aide et Son pardon.

C’est auprès d’Allah جل جلاله que nous cherchons protection contre les maux de nos âmes et les méfaits de nos actions. 

Celui qu’Allah guide, nul ne peut l’égarer, et celui qu’Il égare, nul ne peut le guider.

Et j’atteste que nulle divinité ne mérite d’être adorée si ce n'est Allah, Unique, sans associé et que Muhammad est Son serviteur et messager, qu'Allah lui accorde Ses éloges et le salue, ainsi que ses compagnons et ceux qui l'auront suivi, et ce jusqu'au jour de la Rétribution. 

 

Ceci dit, chers serviteurs d'Allah… La saison de l'hiver est arrivée! 

 

Cette même saison durant laquelle les yeux sont éblouis par la vision de la terre après qu'Allah l'ait fait revivre par l'eau et qu'elle ait remué, se soit gonflée, et ait fait pousser toutes sortes de splendides couples de végétaux. 

 

C'est aussi une saison que les gens attendent afin de se délivrer de la chaleur de l'été et de l'ardeur de son soleil. 

 

Cette saison -chers serviteurs d'Allah- est bénie, et le musulman l'accueille à bras ouverts, et ce car Allah y a facilité l'accomplissement de certaines adorations qu'il est plus contraignant de pratiquer en d'autres saisons, de même qu'Il y a multiplié la récompense liée aux adorations dont la pratique y est plus pénible. 

 

L'imam Ahmad et d'autres ont rapporté d'Abu Sa'id Al Khudri رضي الله عنه que le prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

«L'hiver est le printemps du croyant». 

 

Quant à Al Bayhaqi et un autre groupe de ulémas, ils ont rapporté ces propos dans les termes suivants : 

 

«L'hiver est le printemps du croyant : sa nuit est plus longue et il y prie, et son jour est plus court et il y jeûne». 

 

Ce hadith a été considéré comme bon, entre autres, par Al Haythami. 

 

Et la raison de cela, c'est que l'hiver est une occasion pour le croyant de festoyer sur la place des bonnes œuvres, de s'évader dans de multiples adorations, et d'apaiser son cœur par des œuvres qui lui sont rendues accessibles. 

 

Ainsi le musulman peut, sans contrainte, y jeûner le jour, sans être confronté à la faim ni à la soif, car ces journées sont courtes et fraîches. 

 

Et lorsqu'Abu Hurayra رضي الله عنه dit à ses compagnons : 

 

- Voulez-vous que je vous informe au sujet de la richesse froide? 

- Bien sûr, répondirent-ils. 

- C'est le jeûne en hiver. 

 

Et ces propos ont également été attribués au prophète صلى الله عليه وسلم, sans que cela ne soit pour autant authentique. 

 

Également, l'hiver est une saison au cours de laquelle le musulman a facilement la possibilité de prier la nuit tout en donnant à son âme son droit complet en terme de repos, contrairement aux nuits estivales qui sont courtes et chaudes, et qui alourdissent ainsi le sommeil et rendent difficile le fait d'y prier, car cela nécessite de grands efforts.

 

Il a été rapporté qu'Ibn Mas'ud رضي الله عنه disait, lorsque l'hiver arrivait :

 

«L'hiver vous est venu, c'est une saison bénie, ses nuits sont longues et on y prie, tandis que ses journées sont courtes et on y jeûne». 

 

Et dans ce sens, Al Hasan Al Basri -qu'Allah lui fasse miséricorde- disait :

 

«Quelle bonne période que l'hiver pour le croyant, ses nuits sont longues et il y prie, tandis que ses journées sont courtes et il y jeûne». 

 

Et il a été rapporté que 'Ubeyd Ibn 'Umeyr -qu'Allah lui fasse miséricorde- disait :

 

«Ô adeptes du Coran, vos nuits se sont allongées pour que vous puissiez l'y réciter, récitez le donc; et vos journées se sont raccourcies pour que vous les jeûniez, jeûnez donc». 

 

Il convient donc que le musulman profite de cette occasion bénie, et qu'il réserve certains moments, parmi ces nuits hivernales, pour se retrouver seul avec son Seigneur جل جلاله, en espérant qu'ainsi, une difficulté soit allégée, un péché pardonné, une épreuve levée, ou un degré élevé. 

 

En effet la prière de la nuit fait s'accroitre la foi du croyant, et augmente le rang du musulman en le faisant atteindre la récompense cachée mentionnée dans la parole d'Allah : 

 

  السجدة: 17 - فَلَا تَعْلَمُ نَفْسٌ مَّا أُخْفِيَ لَهُم مِّن قُرَّةِ أَعْيُنٍ جَزَاءً بِمَا كَانُوا يَعْمَلُونَ

 

"Aucun être ne sait ce qu'on a réservé pour eux comme réjouissance pour les yeux, en récompense de ce qu'ils œuvraient!" [La prosternation, verset 17] 

 

Serviteurs d'Allah, il nous a été légiféré de repousser ce froid à l'aide de vêtements et autres moyens, et Allah s'est certes vanté, auprès de Ses serviteurs, de ce qu'Il a créé et mis à leur disposition comme divers types de laine issus des bestiaux, par lesquels ils peuvent se réchauffer, Allah a dit : 

 

 النحل: 5 -وَالْأَنْعَامَ خَلَقَهَا ۗ لَكُمْ فِيهَا دِفْءٌ وَمَنَافِعُ وَمِنْهَا تَأْكُلُونَ

 

"Et les bestiaux, Il les a créés pour vous; vous en retirez des [vêtements] chauds ainsi que d'autres profits. Et vous en mangez aussi" [Les abeilles, verset 5] 

 

Il a également dit : 

 

النحل: 80 - وَمِنْ أَصْوَافِهَا وَأَوْبَارِهَا وَأَشْعَارِهَا أَثَاثًا وَمَتَاعًا إِلَىٰ حِينٍ

 

"De leur laine, de leur poil et de leur crin [Il vous a procuré] des effets et des objets dont vous jouissez pour un certain temps" [Les abeilles, verset 80]

 

Il convient donc que le musulman repousse le froid et la chaleur, car leur intensité compte parmi les ennemis des enfants d'Adam, que le croyant se rappelle donc, lors des grands froids, la Géhenne, et qu'il demande donc protection contre elle, car ce que vous rencontrez comme froid provient d'elle, comme l'a dit le prophète صلى الله عليه وسلم :

 

«Certes la Géhenne a deux souffles : un pendant l'hiver, et l'autre pendant l'été; ainsi le froid le plus glacial que vous subissez provient de son grand froid et le chaleur la plus torride que vous rencontrez provient de sa chaleur intense». 

 

Qu'Allah fasse, pour nous ainsi que pour vous, du Grandiose Coran, une source de bénédiction, et qu'Il nous fasse tous bénéficier de ce qu'Il contient comme versets et sage rappel.

 

Et après avoir dit cela, je demande pardon à Allah Le Grand, Le Majestueux, de tout péché, pour moi, vous et l'ensemble des musulmans.

 

Demandez-Lui donc également pardon et repentez-vous à Lui, Il est certes Celui qui pardonne et fait miséricorde. 

 

[Deuxième sermon] 

 

Louange à Allah pour Sa bienfaisance; à Lui la reconnaissance pour Son aide et Ses dons; et j'atteste que nulle divinité ne mérite d'être adorée si ce n'est Allah, Seul, sans associé, en proclamant Son immensité, et j'atteste que notre prophète est Muhammad, qu'Allah lui accorde Ses éloges et le salue ainsi qu'à ses adeptes et compagnons, et ce jusqu'au jour de la Rétribution, ceci dit : 

 

Serviteurs d'Allah, 

 

Ibn Al Mubarak a rapporté de Suleym Ibn 'Amir Al Khaba°iri -qu'Allah lui fasse miséricorde-, qu'il a dit :

 

«'Umar Ibn Al Khattab رضي الله عنه surveillait l'arrivée de l'hiver, et écrivait [à ses connaissances] la recommandation suivante : L'hiver est certes arrivé, et c'est un ennemi pour vous, protégez-vous en donc par la laine, les chaussons et les chaussettes, et faites de la laine votre vêtement et votre symbole, car le froid est un ennemi qui arrive vite et qui est lent à s'en aller». 

 

Il incombe donc au musulman de prendre en compte la recommandation d'Al Faruq (1) رضي الله عنه, et qu'il craigne ce froid et qu'il se prépare à l'affronter, surtout lorsqu'il arrive, car c'est à ce moment-là qu'il est le plus nuisible. 

 

Enfin sachez, chers serviteurs d'Allah, qu'Allah جل جلاله vous a donné un ordre, en le débutant par Son propre Être, et le faisant suivre par Ses anges, et enfin par vous-même chers croyants, en effet Il a dit : 

 

 

  أْلحزاب : 56 -إِنَّ اللَّـهَ وَمَلَائِكَتَهُ يُصَلُّونَ عَلَى النَّبِيِّ ۚ يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا صَلُّوا عَلَيْهِ وَسَلِّمُوا تَسْلِيمًا

 

"Certes, Allah et Ses anges font les éloges du prophète; ô vous qui croyez, invoquez pour lui et adressez lui vos salutations" [Les coalisés, verset 56] 

 

Ô Allah, adresse Tes éloges, Ton salut et Ta bénédiction à notre prophète Muhammad, et agrée, ô Allah, les quatre califes et imams monothéistes : Abu Bakr, 'Umar, 'Uthman et 'Ali ainsi que l'ensemble des compagnons de Ton prophète, et agrée nous également par Ta miséricorde, Ta générosité et Ta bienfaisance, ô Toi Le Plus Généreux des généreux. 

Ô Allah, accorde la puissance à l'Islam et aux musulmans, et anéantis les ennemis de l'Islam et secours tes serviteurs monothéistes. 

Ô Allah, accorde à ce pays la sécurité et la stabilité, ainsi qu'à l'ensemble des pays musulmans. 

Ô Allah, accorde nous la sûreté dans nos contrées, et réforme nos imams et ceux qui sont chargés de nos affaires, ô Toi Le Doué de Majesté et de Générosité. 

Seigneur, accorde nous belle part ici-bas, et belle part dans l'au-delà; et protège-nous du châtiment du Feu! 

Serviteurs d'Allah, certes, Allah commande l'équité, la bienfaisance et l'assistance aux proches. 

Et Il interdit la turpitude, le blâmable et l'oppression. Il vous exhorte afin que vous vous rappeliez. Évoquez donc Allah Le Grand et Majestueux, Il fera mention de vous, et soyez Lui reconnaissant pour l'ensemble de Ses bienfaits, Il vous les augmentera, et le rappel d'Allah est plus grand encore, et Allah sait parfaitement ce que vous faites. 

 

(1) C'est-à-dire 'Umar رضي الله عنه.

 

Traduit par 'Abdu-Rahman Colo 

À Médine, le 12/02/1434, et révisé le 02/02/1435 à Montpellier 

copié de sounnah-publication.com

Cheikh 'Abdas Salam Ibn Barjass - الشيخ عبد السلام بن برجس آل عبد الكريم

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Actualités - أخبار
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 18:05
Discuter dans la salle de bain

Question :

 

Peut-on, dans la salle de bain, lors du Ghusl, parler pour une nécessitée ?

 

Certaines personnes détestent fortement le fait de parler (dans la salle de bain).

 

Veuillez nous expliquez.

 

Réponse :

 

Si pour une nécessitée, une parole doit être prononcée, il n’y a pas de mal.

 

Tout comme il y a le hadith dans le sahih Bukhari :

 

"Prophète صلى الله عليه وسلم était entrain de faire ghusl et Oum Hâni est rentrée.

Puis صلى الله عليه وسلم a demandé : Qui est-ce ?

Oum Hâni a dit : Je suis Oum Hâni."

(Boukhari, Livre du Ghusl, 280)

 

De ce hadith, nous apprenons que si un individu parle dans le cas d’un besoin alors il n’y a pas de mal.

 

Nous devons nous protéger contre le fait de discuter sans aucune raison.

 

 

Ahkamo Masail (Kitab o Sunnat Ki Roshni Mein) P. 122

Fadhilat Ach-Cheikh Mobashir Ahmad Rabbani

copié de ilmpublications.wordpress.com

 

Cheikh Mobashir Ahmad Rabbani - الشيخ مبشر أحمد رباني

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Purification - طهارة
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 18:04
Faire la 'aqiqa pour soi-même, à la place de son père (audio)

 

Question 4 :

 

La Aqiqa de l´adulte pour soi-même est elle valable ? 

 

Réponse :

 

Il a été prouvé dans la sunna par le biais de deux voies de transmission, d'après Anas ibn Malik رضي الله عنه, que le prophète صلى الله عليه وسلم :

 

«a accompli la ‘aqiqa pour Lui-même après la révélation» (1)

 

Certain salaf salih l’ont appliqué.

 

Ibn Sirine a dit :

 

«Si je savais que l’on n’a pas accompli la ‘aqiqa pour moi je le ferai» (2)

 

Al Hassan Al-Basri a dit :

 

«Si l'on n’a pas accompli la ‘aqiqa pour toi, fais le pour toi-même, même si tu es adulte». (3)

 

C’est ainsi qu’il est recommandé que l’homme fasse la ‘aqiqa pour lui-même en lieu et place de son père car la nassika selon le plus fort des avis est obligatoire ; Cette obligation demeure même avec l’âge selon l’aisance (du concerné).

 

Dans le cas où il ne l’a pas fait, il est permis qu’un autre le fasse à sa place parce qu’elle est considérée parmi les rites et pratiques religieuses financières (tout comme la Zakat, les dons, etc). 

 

(1) Rapporté par Abd Ar-Razzaq

(2) Rapporté par ibn abi Chayba

(3) Rapporté par ibn Hazm dans al Muhalla

 

Quarante questions sur les jugements du nouveau-né

 Traduit par twitter.com/ilyessalafi

 

٤- هل تثبت عقيقة الكبير على نفسه؟

aqiqa.png

 

Cheikh Abou Abdil-Mou'iz Mouhammad 'Ali Farkouss - الشيخ أبي عبد المعزّ محمد علي فركوس

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 18:03
Mettre comme condition de ne pas prendre de seconde épouse (vidéo)

Question :

 

Quel est le jugement qu’une femme mette en condition lors du contrat de mariage que son mari n’en épousera pas une autre avec elle ?

 

Réponse :

 

Il est permis à une femme de mettre en condition lors de la conclusion du contrat de mariage, qu’on ne prenne pas une autre épouse avec elle.

 

Car il n’y a pas dans cette condition quelque chose qui nuira à autrui, et s’y trouve un bénéfice pour elle.

 

Quant au bénéfice, il est évident.

 

Et quant à ce qu’il n’y ait aucun tord causé à quiconque, c’est quand le mari n’a pas déjà une épouse.

 

C’est pour cela que si elle met en condition qu’il divorce sa femme avec qui il est déjà (marié), alors cette condition sera interdite (harâm) et nulle (invalide).

 

وجاء في "لقاءات الباب المفتوح" رقم اللقاء 159

traduit par دورة العلوم - Le cercle des sciences

 

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Mariage - divorce - الزواج و الطلاق
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 18:01
Est-il permis de prier avec ses chaussures dans une mosquée avec des tapis ? (audio-vidéo)

 

Question :

 

J'ai aperçu à plusieurs reprises un des prieurs entrain de prier avec ses bottes.

 

Je l'ai informé qu'il ne convenait pas de faire cela dans les mosquées avec des tapis, mais que c'était sur la terre par exemple.

 

Il m'a répondu que ceci était la sunna, en sachant que certains groupes, surtout ceux se trouvant derrière lui sont importunés par son acte ?

 

Quel est donc le jugement de la législation sur cela ? 

 

Réponse :

 

Ce n'est pas permis, car ça perturbe les gens et salit la mosquée.

 

Les mosquées de notre époque ne sont pas comme les précédentes.

 

Avant les mosquées étaient de terre ou de cailloux, rentrer dedans en chaussures ne laissait donc pas de trace. 

 

Mais maintenant, comme vous le savez, les mosquées sont tapissées ou carrelées, donc si lui rentre puis un autre et un autre, la mosquée va se salir et cela nuit à la mosquée et la salit. 

 

L'époque a changé, il doit donc retirer ses chaussures ou ses bottes et prier avec ses chaussettes, s'il a des chaussettes.

 

Il effleure sur ses chaussettes et enfile ses bottes par dessus.

 

Et lorsqu'il souhaite rentrer dans la mosquée, il retire ses bottes et prie avec ses chaussettes.

 

Il ne doit pas perturber les gens, ni salir la mosquée.

 

C'est certes une sunna, mais elle a été confrontée à un méfait qui est la perturbation et la salissure de la mosquée. 

 

traduit par forum.daralhadith-sh.com

 

الصلاة بالحذاء

نص السؤال يقول فضيلة الشيخ وفقكم الله : يقول السائل : بعض المأمومين رأيته أكثر من مرة يصلي في جزمته ، فأخبرته أن ذلك لا ينبغي في المساجد المفروشة وإنما ذلك في البر مثلا ، فقال : بأن هذه هي السنة مع العلم أن بعض الجماعة خاصة من خلفه يكونون متضايقين من فعله فما هو الحكم الشرعي في ذلك ؟

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان
Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Mosquée - appel à la prière - مسجد و الاذان
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 18:00
Comment régler les problèmes de couple en occident ? (audio)

 

Question :

 

Dans les pays d'occident, il y a d'énormes problèmes entre les époux, comme par exemple un homme qui fait le hajr à sa femme à cause de sa transgression envers ses devoirs conjugaux. 

 

Réponse :

 

Les problèmes des gens ne peuvent être réglés que par l'islam.

 

Si les gens s'accrochent à l'islam ils trouveront des solutions à leurs problèmes, il n'y a pas de solution à part l'islam.

 

Concernant les musulmans, nous leurs conseillons de revenir aux gens de science en leurs présentant leurs questions afin que leurs problèmes soient résolus par la volonté d'Allah.

 

Et c'est Allah qui accorde la réussite. 

 

Cheikh Mouhamed Ibn Abdelwahab Al-Wassabee - الشيخ محمد بن عبد الوهاب الوصابي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Mariage - divorce - الزواج و الطلاق
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 18:00
Dire à quelqu'un : «stupide»

Question :

 

Quel est l'avis religieux au sujet d'un homme qui a dit à son camarade : (ô sot) ou (ô stupide) ou (idiot)?

 

Sachant que cette personne insultée a senti de la gêne.

 

Est-il permis de prononcer de tels mots même s'ils n'ennuieront personne?

 

Quel conseil donnez-vous aux jeunes qui se raillent abusivement des autres ?

 

Réponse :

 

Il n'est pas permis au musulman de mépriser son coreligionnaire ou de le qualifier de caractéristiques défectueuses, encore moins de lui donner des surnoms qu'il n'accepte pas, conformément à ce qu'Allah L'Exalté a dit:

 

"Ô vous qui avez cru! Qu’un groupe ne se raille pas d’un autre groupe: ceux-ci sont peut-être meilleurs qu’eux. Et que des femmes ne se raillent pas d’autres femmes: celles-ci sont peut-être meilleures qu’elles. Ne vous dénigrez pas et ne vous lancez pas mutuellement des sobriquets (injurieux). Quel vilain mot que «perversion» lorsqu’on a déjà la foi. Et quiconque ne se repent pas... Ceux-là sont les injustes." (Les appartements verset 11)

 

Et selon cette parole du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam):  

 

"Le musulman est le frère de son coreligionnaire; il ne doit ni le mépriser ni refuser de lui porter secours. Tout musulman est sacré pour tout autre musulman : son sang, ses biens et son honneur."

rapporté par 'Ahmad et Al-Boukhârî.

 

Celui qui succombe à de tels actes de méprise et de raillerie contre ses frères doit en repentir et demander pardon auprès de ces derniers.

 

Qu'Allah vous accorde la réussite et que les prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

      حكم قول يا نجي أو يا أحمق

س: رجل يقول لزميله: (ياغبي) أو (يا أحمق)، أو (يا أبله) ، ما حكم ذلك؟ علمًا أن أخاه يشعر بضيق في صدره، هل يجوز أن نتلفظ بتلك الكلمات حتى لو لم يشعر بضيق، وبماذا تنصح الشباب الذين يفرطون في الاستهزاء بالآخرين ؟

ج : لا يجوز للمسلم أن يحقر أخاه المسلم، أو يصفه بصفات النقص، ولا أن يلقبه بالألقاب التي لا يرضاها؛ لقوله تعـالى:  يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا لاَ يَسْخَرْ قَوْمٌ مِنْ قَوْمٍ عَسَى أَنْ يَكُونُوا خَيْرًا مِنْهُمْ وَلاَ نِسَاءٌ مِنْ نِسَاءٍ عَسَى أَنْ يَكُنَّ خَيْرًا مِنْهُنَّ وَلاَ تَلْمِزُوا أَنْفُسَكُمْ وَلاَ تَنَابَزُوا بِالأَلْقَابِ بِئْسَ الاسْمُ الْفُسُوقُ بَعْدَ الإِيمَانِ وَمَنْ لَمْ يَتُبْ فَأُولَئِكَ هُمُ الظَّالِمُونَ  ، ولقوله صلى الله عليه وسلم:  المسلم أخو المسلم لا يحقره ولا يخذله، كل المسلم على المسلم حرام، دمه وماله وعرضه  رواه أحمد والبخاري ، ومن حصل منه شيء من احتقار إخوانه أو الاستهزاء بهـم - فإن عليه التوبة وطلب المسامحة من إخوانه.

وبالله التوفيق، وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم.

(الجزء رقم : 26، الصفحة رقم: 385)

الفتوى رقم - 16047

 

(Numéro de la partie: 26, Numéro de la page: 385)

La Fatwa numéro (16047)

copié de alifta.net

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Expression - التعبير
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 13:27
Concernant la venue de Haytham Sarhan en France...

Concernant la venue de Haytham Sarhan en France, Cheikh Mohammed ibn Hadi al-Madkhali a dit:

 

Regardez auprès de qui il va et assimilez-le à eux car les salafs ont dit : "Jugez les gens selon leurs fréquentations" !

 

S'il va chez des salafis clairs dans leur minhaj, considérez-le comme eux.

 

Et s'il va chez des gens bizarres, alors considérez-le comme eux ! 

 

Ainsi étaient les salafs ! 

 

Ils ne nous ont pas laissé livrés à nous-mêmes, mais ils nous ont donné des règles fondamentales, donc nous n'avons qu'à les suivre !

 

(fin de la parole du cheikh al-Madkhali)

Commentaire de Souleyman al Gwadeloupi:

 

Bismillah ar-Rahman ar-Rahim !
Louange à Allah, Seigneur des mondes !

Que la prière et le salut soient sur notre prophète Mohammed, ainsi que sur sa famille, ses compagnons et tous ceux qui les suivent convenablement jusqu'au Jour de la Rétribution !

Ayant remarqué que, suite à la propagation de cette parole de cheikh Mohammed ibn Hadi concernant la venue de Haytham Sarhan en France, des gens ont commencé à critiquer le site sounnah-publication et à émettre des doutes sur l'authenticité de ce qui a été rapporté du cheikh, mais carrément certains se sont permis de dénigrer le cheikh Mohammed ibn Hadi al-Madkhali (qu'Allah le préserve), j'aimerais apporter quelques détails afin de calmer les ardeurs de certains bi idhnillahi ta'âlâ !


1) C'est moi-même, Souleyman al-Gwadeloupi, qui ai posé la question au cheikh en lui disant ce qui suit : "Cher Cheikh ! Haytham Sarhan vient de plus en plus souvent en France et les jeunes sont en doute sur le fait d'assister à ses cours, donc que devons-nous leur dire ?".


C'est alors que cheikh a donné cette réponse, et ceci car il y a beaucoup de choses ambiguës autour de Haytham Sarhan que certains savants connaissent (pas tous).


Donc le cheikh ne voulait pas encourager les jeunes à aller assister à ses cours jusqu'à ce que ces choses soient éclaircies.

Je signale qu'il y avait plusieurs étudiants du cheikh qui étaient présents lorsque je lui ai posé la question, mais ceci n'a pas été enregistré car :


- d'une, nous étions en train de marcher sur la route menant de la mosquée à la maison du cheikh,
- et de deux, la question est venue spontanément, c'est-à-dire sans préparation, donc je n'avais pas de quoi enregistrer.


Maintenant, ceux qui doutent de cette parole, qu'ils contactent le cheikh par téléphone, ou qu'ils envoient des étudiants lui poser la question, et ils verront que le cheikh confirmera cette parole que j'ai très bien entendue et mémorisée, puis que j'ai transmise telle qu'il me l'a dite.

Je précise aussi que c'est le cheikh lui-même qui a insisté pour que je propage sa parole, en me disant exactement :

"Transmets cela de ma part aux gens de France ! Transmets cela de ma part aux gens de France ! (2 fois)

Dis-leur que cheikh Mohammed ibn Hadi vous dit :

"Regardez auprès de qui il va et assimilez-le à eux car les salafs ont dit :"Jugez les gens selon leurs fréquentations" !
S'il va chez des salafis clairs dans leur minhaj, considérez-le comme eux. Et s'il va chez des gens bizarres, alors considérez-le comme eux ! 
Ainsi étaient les salafs ! Ils ne nous ont pas laissé livrés à nous-mêmes, mais ils nous ont donné des règles fondamentales, donc nous n'avons qu'à les suivre !"


Ceci, en sachant que, contrairement à ce qui est en train de se propager en France et dans le monde, lorsqu'une personne véridique rapporte une information, cette information est acceptée jusqu'à preuve du contraire !


Aucun savant n'a émis comme condition à l'information du véridique qu'elle doit être enregistrée ou écrite !

Ce sont plutôt des innovateurs tels qu'Aboul-Hassan al-Ma-ribi du Yémen qui ont apporté cette condition innovée, afin d'annuler les témoignages de personnes véridiques qui rapportent ce qu'ils ont entendu des ennemis de la Salafiya dans leurs assises privées ou non-enregistrées.

Cela a très bien été démontré par les savants salafis, notamment par cheikh Rabi' al-Madkhali (qu'Allah le préserve) dans ses répliques à Aboul-Hassan.


Donc ceux qui disent : "Moi, je n'accepte que les écrits et les paroles que j'ai vus ou entendus de moi-même directement", suivent le raisonnement de l'innovateur Aboul-Hassan et ses semblables, volontairement ou involontairement - qu'Allah les guide - !

Et d'ici quelques temps in cha Allah, les réfutations des savants de la Sunna à cette ambiguïté d'Aboul-Hassan seront traduites et propagées bi idhnillah !

 

2) Qu'est-ce qui gêne ces gens-là dans la parole de cheikh Mohammed ibn Hadi ?
Le cheikh a cité une règle connue chez les salafs et qui est reconnue à l'unanimité des savants de la Sunna anciens et contemporains.


Cette règle a été cité par 'Abdoullah ibn Mas'oud et elle est en totale conformité avec le Coran et la Sunna, comme par exemple la parole du Prophète (sallAllahou 'alayhi wa sallam)  :

 

"L'homme est sur la religion de son compagnon, donc que chacun d'entre vous regarde bien qui il prend comme compagnon."

 

Et d'autres versets ou hadiths qui vont dans ce sens.

Donc ces gens ont-ils un problème avec cette règle tirée du Coran et de la Sunna et des paroles des salafs salihs ?!

 

3) Cheikh Mohammed ibn Hadi a dit :"S'il va chez des salafis clairs dans leur minhaj, considérez-le comme eux. Et s'il va chez des gens bizarres, alors considérez-le comme eux !".

 

Donc si ceux qui nous ont critiqué sur la propagation de cette parole considèrent que les personnes chez qui Haytham va aller sont des salafis clairs dans leur minhaj, il n'y a pas de problème !

Mais en voyant l'acharnement de certain(e)s, on comprend que ces gens considèrent que les personnes chez qui Haytham va aller ont des problèmes de minhaj, ce qui expliquerait leur déchaînement suite à cette parole du cheikh que nous avons propagée !


4) Certains ont dit que nous avons tellement la rage contre le CEP que nous ferions tout pour le descendre, et que c'est la raison de notre propagation de cette parole.


Je dis tout simplement : Qui a parlé du CEP ici ?


Nous n'avons pas du tout évoqué le CEP dans cette affaire, mais certain(e)s sont tellement accrochés aveuglément au CEP, qu'ils deviennent paranoïaques et vivent dans la psychose -qu'Allah les guérisse - !

Il faut que les gens arrêtent de croire que le CEP est le centre de gravité de la da'wa salafiya en France !


La da'wa salafiya existait en France bien avant l'émergence du CEP, bien avant même qu'il ne soit au stade d'idée et de projet dans les pensées de ces fondateurs, donc revenons sur terre chers frères !


Le CEP ne représente pas la da'wa salafiya en France !


5) Pour l'instant, le cas de Haytham est ambiguë, c'est pourquoi les savants qui lui reprochent des choses ne veulent pas se prononcer maintenant.


Mais si la situation ne s'arrange pas et que l'obligation s'en fait sentir, les savants parleront clairement de lui en détail.


Qu'Allah préserve tous les musulmans de l'égarement et des ambiguïtés !
Wa sallAllahou wa sallam 'ala nabiyina Mohammed wa 'ala âlihi wa sahbihi ajma'ine !

 

Publié par sounnah-publication.com

 

Cheikh Mohamed Ibn Hady Al Madkhaly - الشيخ محمد بن هادي المدخلي

Souleyman Abou 'Ali al-Gwadeloupi

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Individus et réfutations - أشخاص و ردود
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 08:18
Le comportement de la femme lors des salutations avec les hommes (vidéo)

Le questionneur interroge au sujet de passer le salâm en le prononçant (à voix haute aux femmes).

 

Réponse :

 

Quant à passer le salâm en le prononçant : Si elle et lui sont à l'abri de la fitna (tentation) alors il n'y a pas de mal à lui dire : "Assalâmou 'aleykoum".

 

Mais, s'il craint que passer le salâm conduise ensuite à ce que ce que cela peut comprendre comme fitna, alors non. 

 

Comme il est dit : "Un regard, puis un sourire, puis le Salâm, puis une parole, puis un rendez-vous, puis la rencontre."

 

Donc, si il ne craint pas la fitna pour lui-même et qu’il ne la craigne pas pour elle, alors il n'y a pas de mal à dire : "Assalâmou 'aleykoum."

 

Les épouses du Prophète صلى الله عليه وسلم avaient l'habitude d'être accueillies avec le Salâm.

 

Et l'aide d'Allâh est demandée.

 

Question :

 

Est-ce que cela s'applique aussi bien au fait de répondre, Ô Cheikh ?

 

Cheikh :

 

Hein ?

 

Question :

 

Est il obligatoire à la femme de répondre au salaam ?

 

Cheikh :

 

Il est du devoir de la femme, oui, elle doit répondre. 

 

La même chose s'applique sur elle : Si elle craint la fitna pour elle ou qu'elle craigne de mettre l'homme à l'épreuve, alors elle répondra en elle-même.

 

Ou elle bougera ses lèvres avec un certain son de telle sorte qu'il ne l'entende pas.

 

Mais si elle ne la craint pas pour elle-même ou s’il est un mahram pour elle, alors il n'y a pas de mal dans sa réponse : "Wa 'aleykoumou s-salâm".

 

Toutefois, si elle craint l'apparition d'une fitna, alors rien n'équivaut à la sécurité du cœur.

 

Traduit et publié par cerclesciences.fr

Cheikh Abou ‘Abdir-Rahman Mouqbil ibn Hâdi al Wâdi’i - الشيخ مقبل بن هادي الوادعي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة