compteur de visite

Catégories

1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 12:04
Le statut juridique du duff (الدف) dans le mariage (audio)

 

Question :

 

Qu'Allah soit bienfaisant envers vous.

 

Le questionneur dit :

 

Quel est le jugement du fait d’employer des femmes pour qu’elles tapent du duff ?

 

Réponse de Cheikh Salih Al Fawzan :

 

Ce n’est pas une bonne profession, taper du duff à l’occasion du mariage est une sounna qui a pour but d’annoncer le mariage.

 

Il ne lui convient donc pas d’en faire une source de revenus.

 

C’est la récompense de cette annonce selon la sounna qui doit être visée et non pas la convoitise de ce bas-monde.

 

 Traduit et publié par an-nassiha.com
 

حرفة ضرب الدف للنساء

السؤال : ما حكم استئجار من يضرب على الدف من النساء؟

الجواب : حرفة ليست طيبة، الضرب بالدف بمناسبة الزواج هذا سنة لأجل إعلان النكاح، فلا ينبغي لها أن تجعل هذا مصدر للتكسب، إعلان السنة يقصد به الأجر ما يقصد به طمع الدنيا

Question :

 

Quel est l’avis juridique de l’islam sur le fait de battre le Duff à l’occasion d’un mariage après le septième jour de celui-ci ?

 

Est-il permis d’utiliser d’autres instruments en dehors du Duff ?

 

Réponse de Cheikh Al-’Outheymine :

 

Le fait de battre le Duff à l’occasion d’un mariage doit se faire la nuit des noces, et ne doit pas se prolonger à d’autres moments.

 

En effet, ce qui est permis à une occasion précise doit se limiter à celle-ci.

 

L’objectif de la permission du Duff  lors du mariage est d’une part, de montrer la joie et le bonheur à cette occasion, et d’autre part de rendre publique cette nouvelle union qui est une prescription religieuse.

 

Toutefois, je ne pense pas qu’il soit permis de prolonger le Duff.

 

Par contre, tous les autres instruments de musique restent sujets à la règle de base, c’est-à-dire l’interdiction.

 

Il est établi d’une voie sûre dans le recueil authentique d’Al-Bukhârî selon Abû Mâlik Al-Ashcarî, qu’Allah l’agrée, que le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, a dit :

 

«Il y aura sûrement dans ma communauté des gens qui rendront licites l’adultère, la soie, l’alcool, et les instruments de musique.»

Rapporté par Al-Bukhârî dans le chapitre des boissons (n°5590). 

 

Ils rendront licites l’adultère, qu’Allah nous en préserve, la soie et l’alcool qui sont bien connus, ainsi que les instruments de musique qui sont tous les moyens de divertissement, sauf ce qui est permis selon les preuves de la Sunna, et qui devient dans ce cas licite.

 

Le fait de battre le Duff à l’occasion du mariage entre dans ce dernier cas.

 

Magazine ad-Dacwa, numéro 1325 du 19/07/1412 h.

traduit par fatawaislam.com

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mariage - divorce - الزواج و الطلاق
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 11:55
Le cumin - الكمون

Il (Cuminum cyminum) est une plante herbacée annuelle de la famille des Apiacées (Ombellifères).

 

Il (ou Cuminum en latin) prend son origine dans l'Orient.

 

Il y apparaît comme épice à fumer ou pour apprêter des mets puisque son goût est terreux lorsque non apprêté.

 

Il appartient à la même famille que le persil.

 

Les synonymes de cette épice sont nombreux et incluent le cumin blanc, cumin de maroc oufaux anis.

 

Plante ombellifère d'Europe de l'Est. Maintenant, elle est plus régulièrement importée du Maroc, de l'Iran, du nord de l'Afrique, de la Chine et des Amériques et le marché important se situe en Europe centrale.

 

La portion consommable de la plante est la graine qui est préalablement séchée et/ou pulvérisée pour en faire une épice.

 

Il est également possible d'en obtenir des huiles essentielles par distillation (procédé chimique consistant à extraire des composés liquides d'une plante).

azer

Bienfaits

 

Les propriétés carminatives et antispasmodiques du cumin ont été confirmées par la recherche. 

 

D'autres propriétés attribuées à cette plante nécessitent d'autres études pour être confirmées.

 

Ce sont notamment des propriétés contre les cancers de l'estomac et du foie, de même que des propriétés protectrices du système cardio-vasculaire.

 

Il est couramment utilisé pour :

 

- digestion difficile

- flatulences

- infections intestinales

- douleurs au niveau de l'estomac, particulièrement au niveau de l'estomac

azer

Remèdes

 

Dans les cas de douleurs abdominales et digestion difficile,et les douleurs des règles, on prendra de ½ à 1 c. à soupe de cumin moulu, avec un peu d'eau (le goût est très prononcé et amer, mais l'effet est quasi instantané).

 

Tous les autres cas, préparer une tisane en utilisant 1 c. à thé de graines pour 1 verre d'eau.

 

Faites bouillir comme pour une décoction, 1 minute, et ensuite laisser infuser 10 minutes.

 

En prévention, on peut boire cette tisane un peu avant les repas, ou consommer régulièrement le cumin dans la préparation des plats cuisinés.

azer

Contre-indications

 

Aucune.

 

copié de hijama-specialiste.fr

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Médecine prophétique - Exorcisme الطب النبوي
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 10:36
Le ghassoul - الغسول

A la différence des shampooings et savons, le ghassoul ne contient aucun tensioactif et nettoie selon un processus physique.

 

Mélangé à l’eau, le rhassoul gonfle pour former une pâte très douce.

 

Composée de très fines particules, cette pâte absorbe les impuretés et les graisses comme un buvard.

 

Elles s’éliminent ensuite au rinçage.

 

Ce lavage très doux ne supprime pas totalement le film lipoprotecteur de la peau et des cheveux, comme des tensioactifs trop agressifs peuvent le faire.

 

Le ghassoul n’attaque pas la gaine protectrice naturelle du cheveu et il n’irrite pas non plus les glandes sébacées.

 

Il est ainsi particulièrement recommandé pour les peaux sensibles et allergiques.

 

Il est enfin 100% écologique car il ne contient ni tensioactifs ni aucun autre composant polluant.

 

Préparation du ghassoul

 

Mélangez le ghassoul à de l’eau tiède pour obtenir une pâte onctueuse.

 

-Soins du corps : la pâte est appliquée avec des mouvements circulaires pour bien nettoyer la peau.

Le ghassoul peut être facilement utilisé en gommage pour donner à la peau une douceur et un satiné rarement égalés.

 

-Pour les cheveux : appliquez la pâte sur l'ensemble de vos cheveux, de préférence mouillés.

Massez doucement votre cuir chevelu puis laissez reposer environ un quart d’heure.

Rincez soigneusement tout en brossant.

Votre chevelure sera soyeuse, chatoyante et gonflante.

 

Pour donner de la vitalité et de la souplesse à votre chevelure, vous pouvez terminer par un masque fait à base de rhassoul, de l'eau de fleur d'oranger et de l'huile d'argan.

 

-Pour les peaux sèches : mélangez le ghassoul à de l’eau de rose ou de l’eau de fleur d’oranger plutôt qu’à de la simple eau tiède.

Ce soin vous laissera une peau et une chevelure agréablement parfumées.

 

-Pour les peaux très sèches, vous pouvez ajouter au mélange, de l’huile d’amande douce ou d’olive.

 

copié de hijama-specialiste.fr

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Médecine prophétique - Exorcisme الطب النبوي
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 09:28
La rouqya contredit-elle le fait de s’en remettre à Allah (التوكل على الله - at-tawakul) ?

Question :

 

At-Tawakkul consiste à placer une confiance totale et sincère en Allah تعالى pour attirer le bien et repousser le mal, tout en utilisant les moyens licites requis.

 

Avoir confiance en Allah تعالى sans utiliser les moyens nécessaires ne relève pas d’At-Tawakkul, mais plutôt une atteinte contre Allah تعالى et contre Sa Sagesse, béni soit-Il, car Allah Le Très-Haut a instauré pour chaque effet, une cause.

 

La question est donc : Qui est celui qui s’en remet le plus à Allah ?

 

Réponse :

 

Celui qui s’en remettait le plus à Allah était le Prophète صلى الله عليه وسلم.

 

Et bien entendu, il utilisait les moyens nécessaires pour se prémunir contre le mal.

 

Quand il صلى الله عليه وسلم sortait pour la guerre, il mettait sa cotte de maille pour se protéger contre les flèches et les lances.

 

Il en a même mis deux, durant la bataille d’Uhud, pour prévenir ce qui pourrait arriver.

 

Par conséquent, utiliser des moyens nécessaires n’est pas en contradiction avec le fait de s’en remettre à Allah تعالى à condition que l’homme croit que ce ne sont pas que de simples moyens, sans effets, si ce n’est avec la permission d’Allah.

 

Donc, la lecture du Coran sur soi-même ou sur les souffrants parmi les frères malades ne contredit pas le fait de s’en remettre à Allah, car on rapporte de manière authentique que le Prophète صلى الله عليه وسلم, pratiquait Ar-Ruqya sur lui-même en lisant المعوذات - al-ma'oudhate (1) , et il faisait de même sur les souffrants parmi ses compagnons.

 

Et Allah, Seul, détient le savoir absolu.

 

(1) NDT : les Sourates : «Le Culte Pur» (Al-Ikhlas), «L’Aube naissance» (Al-Falaq) et «Les Hommes» (An-Nas)

 

Fatwas du traitement par le Coran et la Sounna, op. cit. pp. 15.

copié de rappel01.fr

 

 

 

سئل فضيلة الشيخ محمد بن صالح العثيمين رحمه الله: هل الرقية تنافي التوكل؟
فأجاب بقوله: التوكل هو صدق الاعتماد على الله عز وجل في جلب المنافع ودفع المضار مع فعل الأسباب التي أمر الله بها، وليس التوكل أن تعتمد على الله بدون فعل الأسباب، فإن الاعتماد على الله بدون فعل الأسباب طعن في الله عز وجل وفي حكمته تبارك وتعالى لأن الله تعالى ربط المسببات بأسبابها، وهنا سؤال: مَنْ أعظم الناس توكلاً على الله؟

الجواب: هو الرسول، عليه الصلاة والسلام. وهل كان يعمل الأسباب التي يتقي بها الضرر؟

الجواب: نعم، كان إذا خرج إلى الحرب يلبس الدروع ليتوقى السهام، وفي غزوة أحد ظاهر بين درعين، أي لبس درعين كل ذلك استعداداً لما قد يحدث. ففِعْل الأسباب لا ينافي التوكل، إذا اعتقد الإنسان أن هذه الأسباب مجرد أسباب فقط لا تأثير لها إلا بإذن الله تعالى وعلى هذا فالقراءة قراءة الإنسان على نفسه، وقراءته على إخوانه المرضى لا تنافي التوكل، وقد ثبت عن النبي صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ أنه كان يرقي نفسه بالمعوذات، وثبت أنه كان يقرأ على أصحابه إذا مرضوا، والله أعلم
مجموع فتاوى ورسائل العثيمين - 
17/33

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Médecine prophétique - Exorcisme الطب النبوي
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 09:27
Manuels scolaires d'arabie saoudite à télécharger

Télécharger les livres de tous niveaux (filles ou garçons)

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Langue et civilisation arabe - اللغة العربية
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 09:19
Leurs yeux sont liés aux tiens

L'imam Abu Abd Allah Muhammad ibn Idris Al Shafi'i fit la recommandation suivante au précepteur des enfants d'Ar-Rashid :

 

"La première chose par laquelle tu dois commencer l'éducation des enfants du Commandeur des croyants est ta propre réforme...

 

En effet, leurs yeux sont liés aux tiens !

 

Le beau a leur regard sera ce que toi tu estimes beau.

Le mauvais a leur regard sera ce que tu détestes.

 

Enseigne-leur le Livre d'Allah et ne les y contrains pas, afin qu'ils ne s'en lassent pas.

 

Ne les en sépare pas pour qu'ils ne s'en détournent pas.

 

Puis, transmet leur la plus chaste des poésies et le plus noble des hadiths.

 

Ne les emmène pas d'une science à une autre, sans qu'ils ne la maîtrisent.

 

En fait, les paroles qui se bousculent à l'ouïe, égarent la compréhension."

 

Histoires des compagnons et des pieux predecesseurs, Ibn Al jawzi, p.307 

 

Imam Jamal Ad-Din Abu al-Faraj Ibnoul Jawzih - الإمام أبي الفرج عبد الرحمن بنُ عليّ بن الجوزي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 02:54
Mise en garde contre Mohamed Ahmed Lo (محمد أحمد لو) le sénégalais (vidéo)

Cette semaine j'ai envoyé sur CAIM les paroles d'éloges de deux Sheikhs concernant le Sheikh Mohammad Ahmad Loh.

 

La première parole est celle de Sheikh Salih As-Souheymi et la deuxième parole est celle de Sheikh Falaah Isma'il Al-Moudakaar (Note du webmaster : Après, les savants nous ont avertis au suet de au sujet Sheikh Falaah Isma'il Al-Moudakaar Ici)

 

Tout indique que ces deux grands Sheikhs ont prononcés ces éloges selon ce qu'ils possèdent de connaissance et de savoir concernant le Sheikh Loh.

 

Toutefois j'aimerais clarifié un point très important qui est que malgré ces paroles élogieuses des 'Oulamas, le Sheikh Mohammad Ahmad Loh a commis de nombreuses erreurs très sérieuses dans le Manhaj, qui ne peuvent être ignorées puisqu'elles sont supportées par des preuves audios et vidéos.

 

Il est donc de notre devoir dans ce cas de mettre en garde contre ces erreurs dans le but de protéger les gens contre de tels égarements.

 

On m'a fait parvenir des éléments que je ne connaissais pas auparavant à ce sujet et j'ai souvent cherché a donné au Sheikh Loh des excuses en me disant que les Shouyoukhs allaient le conseiller sur ces erreurs.

 

Mais malgré cela, il est obligatoire qu'une mise en garde soit faite par rapport aux problèmes et aux erreurs présentes dans certains des propos de Sheikh Ahmad Loh qui sont très graves.

 

Voilà pourquoi je m'excuse sincèrement, car je constate que les deux audios que j'ai envoyé sur le forum ont causé de la confusion, ce qui n'étais pas du tout mon intention. Je suis profondément désolé pour cela.

 

Et je vous mets ici quelques liens qui réunissent ce que de jeunes frères Salafis du Sénégal ont rassemblés comme erreurs sur le Sheikh :

 

 

Bien entendu, pour ce qui est du verdict sur la personne, cela revient aux savants de se prononcer, c'est pourquoi des frères se chargent présentement de contacter les 'Oulamas pour les informer des erreurs présentes.

 

Le Sheikh Loh est en contact avec les 'Oulamas, ils le conseillerons donc aussitôt qu'ils ont pris connaissance de ces erreurs.

 

Puis si le Sheikh Loh (qu'Allah le guide et le couvre de son pardon) revient sur ses erreurs, Al-Hamdoulillah, cela ne fera qu'augmenté son degré, car de revenir à la vérité est un grand mérite pour une personne, qui démontre son humilité et sa modestie.

 

Et c'est ce que je souhaite et c'est également ce que je pense que le Sheikh fera surement In sha Allah.

 

Mais qu'il revienne sur l'erreur ou non, le devoir de mettre en garde contre l'erreur est une obligation qui est indépendante de la suite des évènements...

 

Et cela n'est pas spécifique au Sheikh Ahmad Loh, mais s'applique toute personne qui travaille dans la Da'wah en général, Wallahou A'lam!  

 

Et voici quelques paroles de conseil du Sheikh Mohammad Amaan Al-Jaami, tirées de son livre La croyance Islamique et son histoire (p. 100 à 103) que je cite comme Nasinah pour moi-même, pour le Sheikh Ahmad Loh et pour tous ceux qui sont actifs dans la Da'wah : 

 

(Puis Ibnoul-Qayyim (Rahimahoullah) dit (Que la miséricorde d’Allah soit sur l’Imam Ash-Shaafi’i pour avoir ouvert aux gens cette porte en disant : 

 

(Si d’aimer la famille de Mohammad (Sallallahou 'Alahi wa sallam) est de la religion des Rafidahs, alors que les hommes et les Jinns témoignent que je suis un Raafidi.)

 

Si on suivait et qu’on s’arrêtait pour appliquer sur ceux qui font la Da’wah aujourd’hui la méthode de l’Imam Ibnoul-Qayyim – qu’il a qualifié de « porte ouverte par l’Imam Ash-Shafi’i pour les gens » – on les trouverait différents :

 

Des gens qui appellent à Allah et qui sont éprouvés par toute sorte de nuisances dans le chemin d’Allah, de la même façon que les premiers ont été éprouvés dans la clarification de la vérité et le bon conseil des hommes dans les questions qui concernent leur ‘Aqidah, leur adoration, leur caractère, leur principes et leurs politiques.

 

Jusqu’à ce qu’on leur donne des sobriquets dans le but de faire fuir d’eux les gens, comme les surnoms; Wahhaabiyyah, ou ceux qui amène une religion nouvelle, ou un cinquième Madh-hab… et d’autres sortes de ruses pour faire fuir les gens.

 

Tout cela commença depuis le début de la Da’wah, mais ils ont endurés et sont restés fermes jusqu’à ce qu’Allah leur donne la victoire et que la Da’wah soit entre leur main et qu’elle soit conduite d’une bonne manière et c’est ainsi jusqu’à maintenant.  

Et ceux qui étaient ennemis de cette Da’wah sont devenus ses alliés et la situation à complètement changé.

 

Et je vais mentionner comme exemple, une anecdote qui s’est produite avec un Daa’iyah diplômé de l’université Islamique qui est allé travailler dans un des pays africains, et il y travaille toujours.

 

Je l’ai visité là où il travaille et ce Daa’iyah est très fort dans sa connaissance et dans ce qu’il fait comme travaille.

 

Il a une très bonne connaissance de la science du Hadith, du Tafsir, de la ‘Aqidah et selon ce qui m’a semblé, il était sincère dans sa croyance et dans son attachement à l’Islam.

 

C’est ce que je penses et je ne peux purifier quelqu’un à la place d’Allah.

 

C’est Allah qui le connaît mieux que nous.

 

Ce Daa’iyah asseyait ses étudiants en sciences Islamiques dans son humble demeure et dans la mosquée en plus de son travaille dans l’école.

Il leur enseignait et leur faisait comprendre leur religion.

 

Lorsqu’il a commencé à être de plus de plus en plus connu dans le pays et que les étudiants de sciences Islamiques se tournaient vers lui, les Soufis commencèrent à être embêtés par cela.

 

Et les personnes les plus détestés par les Soufis sont toujours les étudiants en sciences Islamiques, car les Soufis vivent de visites, de cadeaux et ils cherchent à rendre les gens esclaves par toutes sortes de charlatanisme, de prétentions de prodiges et de fêtes de Mawaalid (fêtes de naissance du prophète (Sallallahou 'Alaihi wa sallam) et des soi-disant saints) de même que toutes sortes de trucs courants dans leur vie. Ils se sont donc révoltés contre ce Daa’iyah et se mirent à lui faire du mal et à jeter des nuisances devant sa porte et sur son chemin vers la mosquée.

 

Leur excuse étant qu’il nuit à leur gagne pain et a porté atteinte à leur statut.

 

Ils ont donc porté plainte chez le dirigeant de cette ville – qui était chrétien – et il s’est occupé de l’affaire pour préserver la paix et la sécurité, comme on dit.

 

Le Daa’iyah s’est présenté devant le dirigeant, ainsi que ses opposants parmi les Shouyoukhs Soufis, et la cause à été posée. Le dirigeant a demandé aux Soufis ce qu’ils reprochaient au Daa’iyah ?

 

Ils ont voulu déformer les choses pour lui montrer l’affaire comme étant laide et mauvaise.

 

Ils dirent : Ce Sheikh nous est venu avec une nouvelle religion qui est contraire à notre religion et notre croyance et nous sommes les fidèles des voies Soufies bien connues.

Personne avant celui-ci ne s’était opposé à nous.

Le dirigeant chrétien leur dit :

Où avez-vous étudiez les enseignements de la religion Islamique ?

Ils dirent : Nous avons appris ici dans ce pays et dans les pays avoisinants.

Puis il leur dit : D’où vous vient ce Sheikh avec la nouvelle religion comme vous avez dit ?

Ils dirent : Il nous vient de l’Arabie Saoudite.

Puis le dirigeant dit au Daa’iyah : O Sheikh ! Où as-tu étudié ?

Le Daa’iyah dit : J’ai étudié à Makkah et à Al-Madinah.

Ce Daa’iyah était un élève de l’école Dar Al-Hadith à Makkah, avant l’ouverture de l’université Islamique de Madinah.

Puis il s’inscrit à l’université Islamique de Madinah et en sortie avec un diplôme de la faculté de Shari’ah.

Le dirigeant dit : As-tu un diplôme ?

Il dit : Oui, j’ai un diplôme de l’université de l’université Islamique de Al-Madinah An-Nabawiyyah.

Le dirigeant dit alors aux Soufis : Votre affaire à vous est étrange ! N’est-ce pas que l’origine de votre religion vient de l’Arabie Saoudite, de Makkah et de Al-Madinah ?

Ils dirent : Certes.

Il dit : comment pouvez-vous vous opposez à un savant qui détient un diplôme universitaire en Islam de la ville de votre messager et il vous vient de l’endroit d’où vient la base de votre religion ? Il se mit donc à les réprimander comme ils le méritent.

 

Il est clair que c’est un chrétien et qu’il ne connaît l’Islam que d’une manière générale.

 

Mais étant donné qu’il est éduqué et qu’il comprend qu’il se peut que les Shouyoukhs Soufis possèdent des superstitions qui n’ont aucuns fondements dans l’Islam, comme celles qui sont présentes chez les vieux prêtres dans le christianisme, ceux qui répètent certains rituels qui n’ont pas de fondements dans le christianisme ; comme les superstitions présentes chez certains musulmans, comme on le remarque.

 

Puis il leurs dit, que lui et ses compagnons, en revenant de leurs études en Europe, ont trouvés chez les vieux prêtres des choses qui n’avaient aucune bases dans le christianisme et  je crains que ce même genre de choses soient présentes chez les Shouyoukhs  Soufis.

 

En ce qui concerne votre compagnon, il a étudié et il possède un diplôme, je vous conseille donc d’étudier chez-lui si vous le voulez, sinon, ne vous opposez plus à lui après ce jour.

 

Les Shouyoukhs Soufis furent écrasés et la vérité ainsi que celui qui défend la vérité fut victorieux avec l’aide du dirigeant chrétien, d’une grande victoire à laquelle on ne s’attendait pas.

 

C’est à partir de cet évènement que la voix de la vérité fut élevée dans cette ville et dans les villes voisines.

Cette affaire a eu des échos partout dans le pays et c’est ainsi que la vérité fut victorieuse et que la fausseté fut démolie.

« Allah supportera cette religion par l’homme pervers. »

C’est ainsi que le messager d’Allah (Sallallahou 'Alaihi wa sallam) a dit. Allahou Akbar !  Il est réellement le messager d’Allah !

 

La position du dirigeant chrétien et sa façon de poser les questions eu un grand impact sur la propagation de la Da’wah Salafiyyah et sur la défaite des Soufiyyahs ou du moins, sur la réduction de leur voix, dans plusieurs régions de la république dans laquelle travaillait ce Daa’iyah.

 

La république en question est un des pays les plus en avancé dans la Da’wah, parmi les pays africains jusqu’à maintenant.

 

Je connais d’autres exemples de ce genre, mais je crois que cet exemple est suffisant. C’est un exemple vivant que la bonne conclusion est pour les pieux et que la facilité vient avec la difficulté, comme Allah nous l’a dit. A la fin, la vérité a toujours le dessus et elle n’est jamais en dessous ; et l’aube doit venir, même si la nuit est longue.

 

Les gens qui appellent à Allah n’ont qu’à s’armer de science et de patience et a enduré les difficultés sur le chemin d’Allah, tout en faisant preuve de sincérité envers Allah, la bonne fin sera à eux, car la bonne fin est aux gens qui craignent Allah, et :

 

فَإِنَّ مَعَ الْعُسْرِ يُسْراً  إِنَّ مَعَ الْعُسْرِ يُسْرا

(Après la difficulté vient, certes, une facilité ! Après la difficulté vient, certes, une facilité!) (Ash-Sharh : 5-6.)

 

Car deux facilitées ne peuvent pas être battu par une difficulté !

 

Malgré qu’il existe également une autre catégorie de  gens qui font la Da’wah et ce sont ceux qui n’ont pas reçu le succès.

 

Ceux qui ont cherché à se faire aimer des gens qu’ils sont venu appeler et guider et ils ont essayés de flatter les Shouyoukhs Soufis, sous prétexte d’utiliser la sagesse et la douceur.

 

Mais cette catégorie de Dou’aat est peu nombreuse par rapport aux Dou’aat qui ont eu du succès dans leur Da’wah comme dans l’exemple mentionné plus tôt.

Et le succès vient d’Allah.

 

Et nos jeunes qui se préparent pour appeler à Allah avec connaissance, et qui s’arment de savoir et de connaissances en se préparant pour ce travail Islamique Salafi consciencieux doivent :

 

-Premièrement :

Travailler fort pour acquérir le savoir et regarder beaucoup dans les livres de la Sounnah et les livres de ‘Aqidah, ainsi que les livres sur la foi.

Sans oublier l’étude des différentes branches de la langue arabe.

 

-Deuxièmement :

Étudier les biographies des Dou’aats (pluriel de Daa’iyah) et des réformateurs du passé et du présent; dans le but de prendre leur direction et de suivre leur exemple dans leurs méthodes de Da’wah et dans leur patience et endurance et dans le fait qu’ils ne se laissaient pas affecter par les mauvais sobriquets qu’on leur donnait pour faire fuir les gens et par lesquels les ennemis de la Da’wah cherchent à éloigner les gens de l’acceptation de la Da’wah.

 

-Troisièmement :

S’écarter des affiliations (Al-Intima’) à différentes Jamaa’ah, groupes, ou mouvements qui prétendent travailler pour l’Islam, dans ce qui apparaît aux gens, alors qu’ils ont d’autres intentions. 

 

L’étudiant en science Islamique ne doit pas se placer comme Daa’iyah pour ces groupes et ces mouvements, travailler pour leur compte et en leur nom et sous leur organisation et leur bannière en accord ou en désaccord avec la Sounnah.

Surtout quand son savoir et sa raison ne sont pas encore mûrs.

Ce genre d’affiliation est un obstacle sur le chemin de la science bénéfique qui est sincère pour Allah Seul.

Ce genre d’affiliation fait parti des choses qui mettent la corruption dans les cœurs et qui détruisent le sens de l’amour en Allah et de la haine en Allah, alors que c’est un sens qui doit être au-dessus de tout entre les musulmans.

 

-Quatrièmement :

L’étudiant en science Islamique doit lutter contre lui-même pour se forcer à avoir la sincérité pour Allah (Al-Ikhlaass) et de rester conscient du fait qu’Allah l’observe et le voit à chaque instant.

Il doit également ne pas chercher la glorification des gens ou chercher leur agrément – car c’est là que se trouve la Colère d’Allah et Son Courroux – en étant d’accord avec eux alors qu’ils pratiquent les Bid’ahs et les superstitions qu’ils pratiquent, sous prétexte d’utiliser la sagesse, comme certains le prétendent.

Et Cela n’a rien à voir avec  la sagesse du tout ; car en résumé, la sagesse est de mettre la douceur là où il faut et de mettre la dureté la où il faut.

 

Il ne faut jamais que l’étudiant de science Islamique oublie que celui dont la glorification embelli et le blâme enlaidit est Allah lui Seul.

 

En ce qui concerne la glorification de la créature, elle ne te profite en rien ; de même que son blâme ne te nuit en rien.

 

Alors que recherches-tu par tes flatteries et tes adulations ?

 

Et je demande a mes frères et soeurs Salafis au Sénégal et ailleurs, de vraiment faire des efforts dans la quête du savoir, de faire preuves de patience dans ce chemin !

 

Et d'agir avec douceur et sagesse !

 

Wa Billahit-Tawfiq

Wa sallallahou 'alaa nabiyyina Mohammad, wa 'alaa Aalihi wa Sahbihi wa sallam.

 

copié de salafisdemontreal.com

 

Abou Hammaad Sulaiman Dameus Al-Hayiti

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Individus et réfutations - أشخاص و ردود
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 00:32
Le linceul - الكفن

-Il est obligatoire d’envelopper le mort dans un linceul.

 

La valeur du linceul est payée par l’argent propre du défunt ; le Prophète sallallahou 'alaihi wa sallam a dit à propos de celui qui est mort en état de sacralisation :

 

« Enveloppez-le dans ses deux tissus. »

 

La valeur du linceul passe avant la dette, le testament et l`héritage.

 

-S`il ne possède pas la valeur du linceul, ceux qui sont tenus d’assurer ses dépenses d’entretien —nafaqa— doivent s’en charger ; à savoir ses propres ascendants —usûlih— et ses propres descendants qui sont son père ou son grand—père, son fils ou son petit fils. Sinon, c’est à la trésorerie —bayt al-mâl— de l’état de s’en occuper.

 

Autrement, n`importe quel musulman au courant de sa situation doit s’en charger.

 

-Pour s’acquitter de l’obligation concernant le linceul, il suffit d`envelopper le mort d’un tissu couvrant tout son corps.

 

-Il est préférable que le linceul soit formé de trois draps blancs, car le Prophète fut enveloppé dans trois draps blancs. (1)

 

-On parfumera les draps par des fumigations, on les étalera en couches superposées, on mettra un parfum spécial pour les morts -hunût- entre les draps et sur lesquels on étendra le mort sur son dos, puis on mettra du coton parfumé entre ses fesses pour qu’il n’en sorte pas une mauvais odeur.

 

-Il est préférable de mettre une serviette avec du coton dessus qu’on passera du bas ventre au derrière du défunt.

 

-Il est préférable de mettre le parfum -hunût- sur ses yeux, dans ses narines, sur ses lèvres, dans ses oreilles et sur les parties du corps qui touchent la terre quand on se prostene -sujûd-.

 

Il n’y a pas de mal à parfumer le corps en entier car certains compagnons l’ont fait.

 

Ensuite on mettra le bord du premier drap sur son côté droit, puis l’autre bord sur son côté gauche.

 

-On retirera la serviette qui couvre ses parties intimes .

 

On fera les nœuds, qui sont au nombre de sept, pour que les draps ne se dispersent pas.

 

-On nouera le surplus du linceul au niveau de la tête et au niveau des pieds.

 

On enlèvera les nœuds dans la tombe.

 

Nul grief si le nombre de nœud est inférieur à sept, du moment que le linceul tient bien autour du corps.

 

-On peut toutefois utiliser, comme linceul, une tunique et un pagne -izâr- seulement, mais il vaut mieux appliquer les consignes précitées.

 

(1) Unanimement accordé.

 

source : Pratiques funéraires : 40 Fatwas de Savant, 241 innovations émunérées par le Cheikh al-Albany

 

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mort et funérailles - الموت والجنازة
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 19:09
Se teindre les cheveux

Question :

 

Le jugement concernant le fait que la femme teigne ses cheveux en blond et brun, par exemple, mais pas en noir ?

 

Réponse de Sheykh ibn 'Uthaymin :

 

La règle de base à ce sujet est la permission (*), sauf si cela arrive au stade de ressembler aux mécréants, libertines et dévergondées, alors cela est interdit.

 

(*) Parce que cela fait partie des habitudes et non des adorations.

 

La règle de base concernant cela est donc la permission.

 

Bien plus, que la femme se fasse belle pour son mari fait partie des choses recommandées, du moment qu'elle arrive pas au stade de ressembler aux méréantes.

 

Page 193 du Recueil de fatawas concernant les femmes - chap. La parure et les vêtements, aux éd. al hadith

fdg

Question :

 

Quel est le jugement relatif au fait de teindre les cheveux complètement en quelque couleur que ce soit, rouge, jaune, blanc, doré ?

 

Quel est le jugement relatif aux mèches : c'est une mode qui est venue de l'Occident et qu'ont acceptée nos femmes.

 

Il s'agit de teindre des mèches de cheveux éparpillés en une couleur autre que celle des cheveux, soit blanche, rouge ou dorée en sorte que les cheveux soient teints en partie, une autre gardant la teinte naturelle ?

 

Réponse de Sheykh al Fawzan :

 

Teindre les cheveux comporte les détails suivants :

 

- Il est recommandé de teindre les cheveux blancs, en dehors du noir, avec du henné, du pastel, du carthame et du jaune, mais les teindre en noir n'est pas permis car le Prophète -sallallahu 'alayhi wa salam- a dit :

 

"Changer ces cheveux blancs mais évitez-leur le noir." [1]

 

Aussi, cela est général pour l'homme et la femme.

 

- Si ce ne sont pas les cheveux blancs, il faut les laisser tels qu'ils sont sans les changer [2] sauf si la couleur enlaidit, ils seront alors teints en sorte de remédier à cette difformité en donnant une couleur adéquate.

 

Quant aux cheveux naturels, sans la moindre difformité, il faut les garder naturels car il n'y a aucune raison de les changer.

 

- Enfin, si teindre les cheveux se fait d'une façon comportant une ressemblance aux mécréantes et à suivre des habitudes importées, il ne fait aucun doute que cela est illicite, que ce soit en une teinte unie ou sous forme de mèches.

 

[1] Rapporté par Ahmad, t. 3 p. 316, 322 et 338; Muslim, t. 4 p. 1663; Abu Dawud, n°44204 et al Nasa²i, t. 8, p. 138

[2] Il n'y a aucune preuve à ce sujet. Au contraire, la règle de base appuie la permission comme l'ont dit le Sheykh ibn 'Uthaymin et le Sheykh al-Mani (pour la fatwa du sheykh al Mani se referer au livre à la page 193)

 

Page 194-195 du Recueil de fatawas concernant les femmes - chap. La parure et les vêtements, aux éd. al hadith

copié de entre-soeurs.over-blog.fr

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Femme en islam - المرأة في الإسلام
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 21:36
Profiter de ce qu'il y a chez les mécréants

Question :

 

Comment profiter de ce qu’il y a chez les mécréants sans tomber dans les choses illicites ?

 

Est-ce que les intérêts d’ordre général (Masâlih Mursala) ont un lien avec cette question ?

 

Réponse :

 

Ce que font les ennemis d’Allah et nos ennemis qui sont les mécréants se subdivisent en trois catégories :

 

Le culte et l’adoration,

Les habitudes,

L’industrie et le travail.

 

Concernant le culte et l’adoration : tout le monde sait qu’il est interdit au musulman de les imiter dans leur culte, et celui qui les imite dans leur culte et leur adoration un grave danger pèse sur lui, qui l’entraînera peut-être vers l’apostasie et la sortie de l’islam.

 

Concernant les habitudes : comme par exemple, dans les vêtements et autres, il est formellement interdit de les imiter car le Prophète a dit :

 

« Celui qui imite un peuple fait partie des leurs. » Ahmad (2/50-92)

 

Concernant l’industrie et le travail : il existe en ce domaine un intérêt général, et il n’y a pas de mal à étudier, à profiter de leurs expériences dans ces domaines et de leurs produits.

 

Ceci n’entre pas dans l’imitation des mécréants puisqu’il s’agit ici de participer aux choses utiles à la communauté.

 

En ce qui concerne la seconde question : Est-ce que les intérêts d’ordre général (Masâlih Mursala) ont un lien avec cette question ?

 

Les intérêts d’ordre général ne peuvent être pris comme preuve indépendante, mais on dira : si on reconnaît avec certitude que ces intérêts d’ordre général sont un vrai avantage, la loi islamique lui reconnaît sa légitimité.

 

Mais, si la loi ne reconnaît pas la validité de ces intérêts, ils ne seront pas pris en considération comme des intérêts d’ordre général, même si celui qui les applique les considère comme telles.

 

Maintenant, si cet avantage n’est ni consenti ni annulé, on examinera l’origine de cette affaire : si elle rentre dans le cadre du culte et de l’adoration, elle sera alors illicite.

 

Si elle ne rentre pas dans le cadre du culte, on pourra dire qu’elle est permise.

 

Ainsi, on vient de démontrer que les intérêts d’ordre général ne sont pas des preuves indépendantes en tant que telles.

 

Fatwa concernant la Foi, p. 255-256

copié de fatawaislam.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Emigration - الهجرة