compteur de visite

Catégories

1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 21:27
Parmi les signes de la science bénéfique

Parmi les signes de la science bénéfique :

 

Que son porteur ne prétend pas la science et il ne s'enorgueillit face à personne, il ne taxe/affilie pas les autres à l'ignorance sauf celui qui contredit la sunna et ses adeptes, alors il s'exprime à son sujet par colère pour Allâh, et non pas par colère pour son âme, ni dans le but de l'élever (son âme) par rapport aux gens. 

 

Quant à celui dont la science n'est pas bénéfique :

 

Il n'a d'autres préoccupations que de s'enorgueillir avec sa science face aux gens, de montrer le degré de sa science sur eux, de les accuser d'ignorance, de les dénigrer afin de s'élever sur eux, et cela est parmi les plus ignobles caractères et les plus mesquins.

 

Et probablement qu'il a prétendu aux savants qui étaient avant lui l'ignorance, la négligence et l'inadvertance.

 

Il s'impose alors l'amour de son âme et l'amour de son exhibition : En avoir une bonne opinion, et avoir une mauvaise opinion de ceux qui ont précédé.

 

Fadhl 3ilm s-salaf 3ala 3ilm l-khalaf p.71-73

 Traduit par دورة العلوم - Le cercle des sciences - telegram.me/cercle_sciences

 

ومن علامات العلم النافع

أن صاحبه لا يدعي العلم ولا يفخر به على أحد ، ولا ينسب غير إلى الجهل إلا من خالف السنة وأهلها ، فإنه يتكلم فيه غضبًا لله لا غضبًا لنفسه ولا قصدًا لرفعتها على أحد
وأما من علمه غير نافع

فليس له شغل سوى التكبر بعلمه على الناس ، وإظهار فضل علمه عليهم ونسبته إلى الجهل ، وتنقصهم ليرتفع بذلك عليهم ، وهذا من أقبح الخصال وأردئها ، ربما نسب من كان قبله من العلماء إلى الجهل والغفلة والسهو ، فيوجب له حب نفسه وحب ظهورها ، وإحسان ظنه بها وإساءة ظنه بمَن سلف

 فضل علم السلف على علم الخلف 71 – 73

 

Imam Zayn ud-Deen Ibn Rajab al-Hanbali - الإمام زين الدين ابن رجب الحنبلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 21:19
L'imam Al Albânî sa vie et son combat (audio)

Conférence complète : الألباني حياته وجهاده

 

Toutes les louanges reviennent à Allah, nous Le louons et demandons Son aide et nous cherchons refuge en Lui contre nos propres maux et contre nos mauvaises actions ; Celui qu’Allah guide personne ne peut l’égarer et celui qu’Allah égare personne ne peut le guider.

J’atteste qu’il n’y a de divinité adorée avec vérité qu’Allah, Lui Seul : Il n’a aucun associé, et j’atteste que Mohammad صلى الله عليه وسلم est Son serviteur et Son Messager.

La (traduction du sens de la) parole d’Allah dit : 

"Ô les croyants ! Craignez Allah comme Il doit être craint. Et ne mourez qu’en pleine soumission." [Âli ‘Imrân : 3 : 102]

La (traduction du sens de la) parole d’Allah dit : 

"Ô Hommes ! Craignez votre Seigneur qui vous a créés d’un seul être, et a créé de celui-ci son épouse, et qui de ces deux-là a fait répandre
(sur la terre) beaucoup d’hommes et de femmes. Craignez Allah au Nom duquel vous vous implorez les uns les autres, et craignez Allah de rompre les liens du sang. Certes Allah vous observe parfaitement."
 [An-Nisâ : 4 : 1]

La (traduction du sens de la) parole d’Allah dit : 

"Ô vous qui croyez ! Craignez Allah et parlez avec droiture, afin qu’Il améliore vos actions et vous pardonne vos péchés. Quiconque obéit à Allah et à Son messager obtient certes une grande réussite." [Al-Ahzâb : 33 : 71-72]

Ensuite :

La meilleure parole est la parole d’Allah et la meilleure guidance est la guidance de Mohammad صلى الله عليه وسلم.

Les pires choses sont celles qui sont inventées (dans la Religion), et toutes les choses inventées (dans la Religion), sont des innovations (religieuses), et toutes les innovations (religieuses) sont des égarements, et tous les égarements sont en Enfer.

Ceci étant dit:

 

Il y eut récemment au Koweït un colloque regroupant des gens de science salafis ayant pour titre (1) : "L’imâm Al-Albânî : sa vie et son combat"

 

Parmi les gens de science qui ont participé à ce colloque : Cheikh Khâlid ‘Abder-Rahmân Al-Misrî qu’Allah le préserve.

 

Voici la traduction de son intervention dans ce colloque :

 

Nous allons parler ce soir in châa Allah au sujet d’un illustre imam parmi les imams des Gens de la Sunnah mais de plus certains imams de cette époque l’ont décrit comme étant le revificateur de la science du hadîth dans la communauté et celui qui l’a décrit comme tel est l’imam Ibn Bâz -qu’Allah lui fasse miséricorde- et parmi les descriptions les plus complètes et les meilleures que j’ai trouvées au sujet de l’imam AlAlbânî c’est la description faite par l’imam le faqîh le cheikh des chouioukh des Gens de la Sunnah : le mouftî de l’Arabie Saoudite l’imam le faqîh le très savant Mohammad bin Ibrâhîm Âli Ach-Cheikh -qu’Allah lui fasse miséricorde- qui a décrit l’imam Al-Albânî par une sublime description que vous trouverez dans le livre de l’imam le très savant Mohammad bin Ibrâhîm Âli Ach-Cheikh qui est le Recueil de fatâwâ du très savant Mohammad bin Ibrâhîm décrivant Al-Albânî en disant :

 

"Il est un homme de la Sunnah qui défend la Vérité et attaque les gens du Faux".

 

Voici donc trois caractéristiques par lesquelles l’imam Mohammad bin Ibrâhîm, le cheikh des chouioukh des Gens de la Sunnah, le cheikh des deux cheikhs Ibn Bâz et Al-‘Othaymîn, (a décrit l’imam Al-Albânî). 

 

Et si nous connaissons l’époque à laquelle l’imam Mohammad bin Ibrâhîm a dit cette parole et l’année de sa mort et l’année de la vie d’AlAlbânî lorsque l’imam Mohammad bin Ibrâhîm a dit cette immense recommandation nous remarquerons alors une chose étonnante qui est que l’imam Mohammad bin Ibrâhîm décrit l’imam Al-Albânî de cette manière alors que l’imam Al-Albânî avait la cinquantaine ou un peu plus que l’âge de 50 ans ou un peu moins de 50 ans.

 

Puis l’imam Al-Albânî a vécu après le décès de l’imam Mohammad bin Ibrâhîm ce qui se rapproche de 40 ans après qu’il l’ait décrit par ces sublimes caractéristiques en disant : 

 

"Il est un homme de la Sunnah qui défend la Vérité et attaque les gens du Faux". 

 

Donc si tel était le statut de l’imam Al-Albânî auprès de l’imam Mohammad bin Ibrâhîm alors je dis :

 

L’imam Al-Albânî est Abou ‘Abdir-Rahmân Mohammad Nâsir AdDîn Al-Albânî ibn Nouh ibn Najât ibn Âdam Al-Ichqoudrî Al-Albânî qu’Allah lui fasse miséricorde.

 

Et il est affilié à cette famille albanaise à laquelle sont affiliées certaines personnes qui s’occupent du hadîth qui est la famille d’Al-Arna˜out et il est donc Arna˜outî d’Albanie de Chqodrâ (Shkodra) qui est une province et la capitale de l’Albanie à cette époque.

 

Et l’imam Al-Albanî –qu’Allah lui fasse miséricorde- était originaire d’un pays non-arabe : l’Albanie.

 

Il y est né –qu’Allah lui fasse miséricorde- et lorsqu’un gouverneur est arrivé au pouvoir là-bas du nom de Ahmet Zogu qui a commis des choses qui ont forcé beaucoup de gens à émigrer et à sortir de ce pays lorsqu’il y eut de l’oppression envers les gens de l’Islam et sur les gens de la Sunnah qui s’y trouvaient.

 

Nouh, le père de l’imam Al-Albânî, était originaire de ce pays et il est parti à Damas avec son fils Al-Albânî alors qu’il était un petit enfant. 

 

Et l’imam Al-Albânî -qu’Allah lui fasse miséricorde- a grandi à Damas alors qu’il était un petit enfant et il a fait ses primaires à Damas et il a vécu sa vie à Damas et il a étudié à ses débuts et dans son enfance -et il commença jeune- avec son père Al-Hâjj Nouh qui était un mouftî des Ahnâf, un grand parmi leurs grands et il était respecté chez eux parmi les savants hanafis à Damas. 

 

Et donc l’imam Al-Albânî –qu’Allah lui fasse miséricorde- a étudié avec son père et avec certains chouioukh qui vivaient à cette époque-là jusqu’à ce que -comme il l’a dit- la science du hadîth devienne aimée par lui sans que qui que ce soit ne l’oriente vers cette science.

 

Et ceci fait partie des choses étonnantes que cette science devienne aimée par cet imam à ce jeune âge sans que qui que ce soit ne l’oriente vers cette science mais ce n’est que La Grâce d’Allah envers ce grand imam qu’Allah lui fasse miséricorde.

 

Puis le cœur du cheikh -qu’Allah lui fasse miséricorde- s’est attaché aux livres qui traitent de la croyance des pieux prédécesseurs.

 

Il dit qu’Allah lui fasse miséricorde : 

 

"Tous ceux qui étaient autour de moi étaient des Achâ’irah et des Soufites mais Allah m’a fait aimer la croyance des pieux prédécesseurs et Il m’a fait aimer les livres de Cheikh Al-Islâm (Ibn Taymiyyah) et m’a fait aimer la science du hadîth".

 

Et quand il est arrivé à l’âge de 20 ans il dit (à ce sujet) : 

 

"J’ai surpris ma famille et mon peuple par ce qu’ils ne connaissaient pas". 

 

Il dit : 

 

"J’ai commencé à leur reprocher de prier dans des mosquées où il y a des tombes et je ne priais pas dans la Mosquée Omeyade.

Car ils disaient que Yahyâ -alayhi as-salâm- était enterré dans la Mosquée Omeyade".

 

Il dit : 

 

"Cela s’est répandu à mon sujet".

 

Il dit qu’Allah lui fasse miséricorde : 

 

"Jusqu’à ce que les chouioukh à cet endroit se sont lassés de moi et ont trouvé grand que j’interdise aux gens, en termes de clarification religieuse, de prier dans la Mosquée Omeyade mais de plus je leur interdisais avec science de prier dans toutes les mosquées où se trouve une tombe.

Et j’interdisais cela de la manière la plus forte et j’argumentais cela par les ahâdîth et les paroles des imams tels que l’imam Ach-Châfi’î et Ahmad et d’autres.

A tel point que ces chouioukh sont venus chez mon père alors que lui avait une préséance chez eux et qu’il était l’un de leurs savants ahnâf et ils se sont plaints à lui de ce que faisait son fils".

 

Al-Albânî parlait de lui-même qu’Allah lui fasse miséricorde.

 

Il dit : 

 

"Et une nuit mon père m’a convoqué et m’a consulté au sujet de cette affaire".

 

Il dit :

 

"Je lui ai donc expliqué ce que j’avais et je lui ai cité les preuves et qu’il était interdit de construire des mosquées sur les tombes et qu’il était interdit de prier dans ces mosquées".

 

Al-Albânî dit : 

 

"A résulté de cette affaire l’écriture de mon livre "Tahdhîr as-sâjid min ittikhâdh al qoubour masâjid" : "Mise en garde à celui qui se prosterne de prendre les tombes pour mosquées".

Et il fait partie de mes premiers écrits. 

Et donc mon père m’a convoqué et il m’avait appris un métier par lequel je gagnais ma subsistance qui est le métier qui consiste à réparer les montres (les horloges)".

 

Il dit : 

 

"Après l’avoir vu plusieurs fois, il m’a convoqué une nuit et m’a dit : "Tu as le choix entre deux choses : Soit la conformité soit la séparation".

C’est-à-dire : soit tu te conformes à ce que je veux de toi et c’est que tu ne parles plus sur ce genre de sujets et que tu n’interdises pas et que tu ne mettes pas en garde les gens contre le fait de prier dans les mosquées dans lesquelles se trouve une tombe, soit la séparation : que tu partes de la maison".

 

Il dit :

 

"Je lui dis alors : Laisse-moi trois jours afin que je réfléchisse et que je médite au sujet de mon affaire".

 

Il dit : 

 

"Et il –qu’Allah le récompense par un bien- m’avait appris le métier qui consiste à réparer les montres (horloges)".

 

Il dit : 

 

"Après trois jours je suis retourné chez mon père et je lui ai dit : "S’il le faut absolument, alors la séparation".

 

Il dit : 

 

"Et à partir de ce moment-là je suis parti de la maison et j’ai travaillé à réparer les montres et j’ai ouvert un petit magasin afin que j’y gagne ma subsistance en exerçant ce métier".

 

Il dit : 

 

"Et je n’avais pas assez d’argent pour acheter les livres et donc je me rendais à Al-Maktabah Adh-Dhâhiriyyah et j’empruntais des livres et comme je m’y rendais souvent, les responsables de cette bibliothèque se sont mis d’accord avec moi pour que je puisse y dormir lorsqu’ils ont vu que je m’y rendais souvent à tel point que j’ai eu un endroit qui m’y était réservé à Al-Maktabah Adh-Dhâhiriyyah. 

Et là une histoire m’est arrivée qui est l’histoire de la feuille perdue".

 

Le docteur Khâlid Adh-Dhafîrî m’a dit qu’il aimerait parler de cette feuille perdue et je lui ai dit que ce serait donc pour lui.

 

Et donc je laisse l’histoire de la feuille perdue à la demande de Cheikh Khâlid Adh-Dhafîrî mais j’attire l’attention sur le fait que cette histoire que vous allez entendre de Docteur Khâlid Adh-Dhafîrî fut la cause que Cheikh Al-Albânî lise tous les livres de hadîth d’Al-Maktabah Adh-Dhâhiriyyah : les masânîd et les majâmî’ et les ajz☠etc.

 

A tel point qu’il a écrit de sa propre main alors qu’il était encore jeune 40 volumes dans le hadîth.

40 volumes dans le hadîth ayant pour titre "Ar-Rawd An-Nadîr"

 

Et lorsqu’il fut dit à l’imam Al-Albânî qu’Allah lui fasse miséricorde :

 

"Pourquoi ne diffuses-tu pas ton livre "Ar-Rawd An-Nadîr" avec ce qu’il contient comme bénéfices alors que tu y renvoies beaucoup et que tu y retournes pour le takhrîj des ahâdîth et donc pourquoi ne le diffuses-tu pas et ne le répands-tu pas parmi les gens ?".

 

Il dit : 

 

"Car je l’ai écrit et je l’ai compilé à un âge jeune et je ne l’ai compilé que pour moi et donc je ne peux le diffuser et le répandre qu’après l’avoir revu. Mais je ne fais qu’en bénéficier moi-même.

Mais je ne peux pas l’imprimer et le diffuser à la masse des gens".

 

Si nous nous arrêtons à cette petite partie du début de la vie de l’imam Al-Albânî nous y voyons la description véridique dans laquelle l’imam Mohammad bin Ibrâhîm Âli Ach-Cheikh fut véridique lorsqu’il a dit de manière textuelle et ce sont ses mots dans le recueil de fatâwâ de

 

Mohammad ibn Ibrâhîm Âli Ach-Cheikh :

 

"Il est un homme de la Sunnah qui défend la Vérité et attaque les gens du Faux". 

 

Et donc le très savant et imam Mohammad bin Ibrâhîm l’a décrit par ces caractéristiques : 

 

"Il est un homme de la Sunnah".

 

Et je fus surpris lorsque j’ai trouvé que les deux élèves de l’imam Mohammad bin Ibrâhîm qui sont l’imam Ibn Bâz et l’imam Ibn ‘Othaymîn lorsqu’ils furent questionnés au sujet d’Al-Albânî, ils ont dit une parole dans laquelle il y a ces mots dits par l’imam Mohammad bin Ibrâhîm et donc Ibn Bâz a dit :

 

"Il est un homme de la Sunnah et il a une croyance correcte et on peut bénéficier de ses livres et moi je fais partie de ceux qui bénéficient de ses livres et ce qui est obligatoire c’est de retenir la langue quant au fait de le mentionner en mal et (ce qui est obligatoire) c’est de faire des invocations (à Allah) pour lui qu’Il lui augmente le bien et qu’Il lui facilite plus (le bien)".

 

Quant à Ibn ‘Othaymîn il dit : 

 

"Il est un homme de la Sunnah."

Et ici j’attire l’attention sur le sens de la parole "Il est un homme de la Sunnah" chez les savants et quand est-ce que cette parole est dite ? 

L’imam Al-Barbahârî -et d’autres parmi nos imams- a dit et c’est le sens de ce qu’il a dit :

"Et on ne dit pas d’un homme qu’il est un homme de la Sunnah jusqu’à ce qu’il regroupe toutes les caractéristiques de la Sunnah, jusqu’à ce qu’il ait une croyance correcte et jusqu’à ce qu’il soit conforme à tous les fondements de la Sunnah".

 

Et l’attaque envers les gens du faux comme l’a décrit Mohammad ibn Ibrâhîm en ce qui concerne Al-Albânî :

 

"Il est un homme de la Sunnah qui défend la Vérité et attaque les gens du Faux".

 

Le cheikh a attaqué dans sa jeunesse dans la vingtaine mais de plus avant la vingtaine d’années, il était un homme qui attaquait les gens des innovations (religieuses) comme les Soufites et il a attaqué les gens de l’égarement et des innovations (religieuses) parmi les affabulateurs adorateurs de tombes et il a défendu le prêche des Gens de la Sunnah au sujet de l’Unicité surtout dans les traces qui se trouvaient autour d’eux en termes de vénération des tombes et du fait de se réfugier vers les tombes et d’implorer le secours des morts.

 

Et donc il fit cela tôt à tel point que faisait partie de ses premiers ouvrages ce par lequel Mohammad bin Ibrâhîm l’a décrit : "…et attaque les gens du Faux".

 

Et donc il écrivit son livre que nous lisons toujours et dont nous bénéficions encore qui est "Tahdhîr as-sâjid min ittikhâdh al-qoubour masâjid" : "Mise en garde à celui qui se prosterne de prendre les tombes pour mosquées".

 

Et cette attaque est la plus grande lorsque tu attaques les gens du Faux dans leur croyance et il y a une différence entre le fait que l’homme soit un homme de la Sunnah qui se limite à la mettre en application et le fait qu’il attaque les gens du Faux.

 

Il se peut qu’il connaisse la Sunnah et la mette en application pour luimême mais qu’il soit poltron et faiblisse quant au fait d’attaquer les gens du Faux.

 

La complétion de la Religion de l’homme est qu’il pratique la Sunnah pour lui-même et qu’il y appelle et qu’il défende ses Gens (les Gens de la Sunnah) et donc à ce moment-là il est nécessaire d’attaquer le Faux.

 

Et le très savant Mohammad bin Ibrâhîm a classé ses paroles de cette sublime manière qui lui a été facilitée (par Allah) (à Cheikh Mohammad bin Ibrâhîm) lorsqu’il a dit :

 

"Il est un homme de la Sunnah qui défend la Vérité et attaque les gens du Faux".

 

(1) Note du traducteur :

Rediffusé par la radio salafi annahj.com Les gens de science suivants y ont participé : Cheikh Khâlid ‘Abder-Rahmân, Cheikh Khâlid bin Dahwî Adh-Dhafîrî, Cheikh Fawwâz Al-‘Awadî, Cheikh ‘Âdil Mansour qu’Allah les préserve tous.

 

Traduction par Mehdi Abou AbderRahman :

 

 

 Publié par spfbirmingham.com

Cheikh Khâlid Ibn AbderRahman Zaky al-Maçry - الشيخ خالد بن عبدالرحمن زكي المصري

Cheikh Khâlid Ibn Dahwî Al-Dhafayrî - الشيخ خالد بن ضحوي الظفيري

Cheikh Fawaz Al-'Awadi - الشيخ فواز العوضي

Cheikh Abou Al-Abbâss Âdil Mansour - الشيخ أبي العباس عادل منصور

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Savants - العلماء
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 20:57
Qui est Ibn Sina (ابن سينا) connu en France sous le nom d'Avicenne ?

Ibn Al-Qaiyym a dit :

 

«Il faisait partie des Qaramita Batinistes (secte chiite extrémiste) qui ne croient pas en la création ni en la résurrection, ni en un Seigneur Créateur, ni en un prophète envoyé par Allah.

Ces hérétiques montraient le chiisme et dissimulaient l'athéisme pur.»

Ighatha al-Lahfan 2/195

 

فكان من القرامطة الباطنية الذين لا يؤمنون بمبدأ ولا معاد ولا رب خالق ولا رسول مبعوث جاء من عند الله تعالى

وكان هؤلاء زنادقة يتسترون بالرفض ويبطنون الإلحاد المحض

إغاثة اللهفان - 2/195

وكان ابن سينا كما أخبر عن نفسه قال أنا وأبي من أهل دعوة الحاكم

فكان من القرامطة الباطنية الذين لا يؤمنون بمبدأ ولا معاد ولا رب خالق ولا رسول مبعوث جاء من عند الله تعالى 

وكان هؤلاء زنادقة يتسترون بالرفض ويبطنون الإلحاد المحض

Ibn Al-Qaiyym a dit : 
 
«L'Imam des athées est Ibn Sina».
Ighatha al-Lahfan 2/267
 
 إمام الملحدين ابن سينا

إغاثة اللهفان 2/267

Ibn Abi Ad-Dam Al-Hamawi Ach-Chafi'i a dit :

 

«Les savants sont unanimes sur le fait qu'Ibn Sina croyait en l'ancienneté du monde (c'est-à-dire que le monde n'est pas créé) et qu'il reniait la résurrection des corps mais pas celle des esprits.

Il a été rapporté qu'il a dit qu'Allah ne connait pas les détails par une science détaillée mais par une science globale.

Donc, les savants de son époque et d'après ceux dont la parole est prise en considération dans les fondements et les branches, ont été catégoriques sur sa mécréance et la mécréance d'Abou Nasr Al-Fârâby à cause de leurs croyances en ces sujets qui sont contraires à la croyance des musulmans.»

Al-Milal wa an-nihal

 

قال ابن أبي الدم الحموي الشافعي

وقد اتفق العلماء على أن ابن سيناء كان يقول بقدم العالم ونفي المعاد الجسماني ولا ينكر المعاد النفساني ونقل عنه أنه قال إن الله لا يعلم الجزئيات بعلم جزئي بل بعلم كلي فقطع علماء زمانه ومن بعدهم من الأئمة ممن يعتبر قولهم أصولاً وفروعاً بكفره وبكفر أبي نصر الفارابي من أجل اعتقاد هذه المسائل وأنها خلاف اعتقاد المسلمين

الملل والنحل

Ibn Salah a dit :

 

«(Ibn Sina) était un diable parmi les diables humains.»

Fatawa Ibn Salah 1/209

 

قال ابن الصلاح في ابن سينا

كان شيطاناً من شياطين الإنس

فتاوى ابن الصـلاح 1/209

Cheikh Al-Fawzan a dit :

 

«Certaines personnes élogent Ibn Sina car c'était un medecin, mais c'est un métier mondain, et certains mécréants sont meilleurs que lui en médecine, alors pourquoi spécifier Ibn Sina ?

Ils disent : Parce qu'il est musulman et une fierté de l'Islam.

Nous disons : l'Islam est innocent de lui et l'Islam n'a pas besoin de lui !

Il ne faut pas l'éloger ni le vanter car c'est un Batiniste et un philosophe athée.»

At-ta'liq al-mukhtasar 'ala al-qasida an-nuniya 3/1328

 

لكن بعض الناس يثني على ابن سينا من ناحية أنه طبيب فقط ، وهذه حرفة دنيوية ، هو طبيب ، وفي الكفار من هو أحذق منه في الطب ، فلماذا يخص ابن سينا؟

يقولون : لأنه ينتسب للإسلام ، وهذا مفخرة للإسلام

 نقول : الإسلام بريء منه ، والإسلام غني عنه والحاصل : أنه لا يُمدح ولا يزكَّى ؛ لأنه باطني من الباطنية ، فيلسوف ملحد، يقول بجواز قدم العالم

 التعليق المختصر على القصيدة النونية - 3/132 ، طبعة عام 1424

 Publié par Dévoilement des sectes - @antiHizbis

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Médecine prophétique - Exorcisme الطب النبوي
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 20:52
«Oussoul ad-da'wah as-salafiyyah» - Les fondements de la da'wah salafiyyah (audio)

De : Hassan Al-'Iraqi - (Qu'Allah le préserve) 

Explications : préfacé par Sheikh 'Ubayd Al Jâbiri & Sheikh Ibn Sa'd As-Suhaymi 

Traduction : Abou Hamaad Sulaiman Al-Hayiti

Cours 01 : 

Introduction du Sheikh ‘Oubeid Al-Jaabiri et du Sheikh Salih As-Souhaymi et présentation du livre et des chapitres.

 

Cours 02 : 

Chapitre 1 : Fondements et compréhensions dont connaissance est nécessaire. Premier point – Définition du mot Minhaaj. Deuxième point – Définition du mot Salaf. Troisième point – Les savants n’ont jamais condamné le terme Salaf. Quatrième point – L’obligation d’appartenir au Manhaj des Salafs. Cinquième point – Relation directe entre la ‘Aqidah et le Manhaj. Sixième point – Se dire Salafi est nécessaire établit par la Shari’ah pour se distinguer des gens de la Bid’ah. Septième point – De se dire Salafi ne veut pas dire qu’on se vante sois même.

 

Cours 03 : 

(Suite du chapitre 1) Huitième point – Le Manhaj du groupe victorieux est le Manhaj Salafi. Neuvième point – La Da’wah Salafiyyah est le juste milieu entre l’excès et le laxisme, l’extrémisme et la négligence. Dixième point – Le Manhaj Salafi a pour référence fondamentale le Qor’an, la Sounnah, le consensus (Al-Ijmaa’) et le consensus est fondé sur le Qor’an et la Sounnah. Onzième point – La Da’wah Salafiyyah se distingue par sa clarté, sa simplicité et sa transparance. Douzième – La Salafiyyah complète et un tout indivisible. 

 

Cours 04 : 

(Suite du chapitre 1) Dixième point – Le Manhaj Salafi a pour référence fondamentale le Qor’an, la Sounnah, le consensus (Al-Ijmaa’) et le consensus est fondé sur le Qor’an et la Sounnah. Onzième point – La Da’wah Salafiyyah se distingue par sa clarté, sa simplicité et sa transparence. Douzième point – La Salafiyyah complète et un tout indivisible. Treizième point – Les méthodologies de la Da’wah à Allah se limitent et doivent s’arrêter aux textes. Quatorzième point – La divergence est de deux catégories.

 

Cours 05 : 

(Suite du chapitre 1) Quatorzième point – La divergence est de deux catégories. Quinzième point – C’est une erreur d’appeler la Da’wah Salafiyyah : Da’wah Wahhaabiyyah. Seizième point – Le groupe qui est décrit dans les Hadiths comme étant le groupe sauvé signifie en fait de suivre la vérité, même si les gens qui la suive sont peu en nombre.

 

Cours 06 : 

(Suite du chapitre 1) Dix-septième point – La dureté envers les gens de Bid’ah est une qualité et non quelque chose de blâmable. Chapitre 2 : La purification et l’éducation (At-Tasfiyah wat-Tarbiyah) représentent un fondement dans la Da’wah Salafiyyah. 1-La signification de At-Tasfiyah. 2-La signification de At-Tarbiyah. 3-Les fruits de At-Tasfiyah wat-Tarbiyah.

 

Cours 07 : 

(Suite du chapitre 2) 4-La globalité du principe de At-Tasfiyah wat-Tarbiyah. 5-La Da’wah au principe de At-Tasfiyah wat-Tarbiyah est la responsabilité de tous selon sa capacité. 6-Les principes que le Salafi doit respecter (Les 14 premiers points sur les 19).

 

Cours 08 : 

(Suite du chapitre 2) 6-Les principes que le Salafi doit respecter (du point 14 au point 19). Que veut-on dire par Al-Moujaadalah?.

 

Cours 09 : 

(Suite du chapitre 2) Chapitre 3 : La Salafiyyah est innocente de la Hizbiyyah. Les preuves du Qor’an et de la Sounnah dans l’interdiction de la Hizbiyyah – Plusieurs Hadiths au sujet de l’interdiction – Les citations des Salafs les plus importantes qui blâment la Hizbiyyah. 

 

Cours 10 : 

(Suite du chapitre 3) Parole de Ibn Taymiyyah – Les paroles les plus importantes des ‘Oulamas ultérieurs qui blâment la Hizbiyyah – Les méfaits de la Hizbiyyah (7 points) – Est-ce que la Da’wah Salafiyyah est une Da’wah de Hizbiyyah?.

 

Cours 11 : 

(Suite du chapitre 3) Les faux arguments (Shoubouhaats) auxquels s’accrochent les Hizbiyyines (1-3).

 

Cours 12 : 

(Suite du chapitre 3) Les faux arguments (Shoubouhaats) auxquels s’accrochent les Hizbiyyines (3-9). Les différentes sortes de Hizbiyyah.

 

Cours 13 : 

Chapitre 4 : Les Salafis et les ‘Oulamas. Le statut des ‘Oulamas – Les meilleurs hommes de chaque époque sont les ‘Oulamas – Le rôle des hommes de science est établit sur trois fondements.

 

Cours 14 : 

(Suite du chapitre 4) Le danger de s’écarter des ‘Oulamas – Les ambigüités qui sont propagés contre les ‘Oulamas : Qu’ils ne connaissent pas la réalité des choses.

 

Cours 15 : 

(Suite du chapitre 4) Les ambigüités qui sont propagés contre les ‘Oulamas : Qu’ils ne connaissent pas la réalité des choses.

 

Cours 16 : 

(Suite du chapitre 4) Les ambigüités qui sont propagés contre les ‘Oulamas : Qu’ils ne se préoccupent pas des affaires des musulmans. Chapitre 5 : Connaître la Bid’ah et son effet néfaste sur la Oummah. La définition du mot Bid’ah et ses catégories – Les catégories de Bid’ah.

 

Cours 17 : 

(Suite du chapitre 5) Les catégories de Bid’ah – Le verdict de la Bid’ah dans la religion.

 

Cours 18 : 

(Suite du chapitre 5) Les principes pour connaitre ce qui est Bid’ah – Les cause de la Bid’ah – Le danger des Bid’ahs.

 

Cours 19 : 

(Suite du chapitre 5) La position des Salafs envers les gens de Bid’ah – L’interdiction de s’assoir avec les gens de Bid’ah et d’étudier chez eux – Les preuves du Qor’an.

 

Cours 20 : 

(Suite du chapitre 5) L’interdiction de s’assoir avec les gens de Bid’ah et d’étudier chez eux – Les preuves du Qor’an – Les preuves de la Sounnah.

 

Cours 21 : 

(Suite du chapitre 5) Le verdict au sujet de lire les livres des gens de Bid’ah.

 

Cours 22 : 

(Suite du chapitre 5) Le verdict au sujet de diviser la Bid’ah en cinq catégories - Le verdict au sujet de diviser la Bid’ah en bonne et mauvaise – Le verdict au sujet de débattre avec les gens de Bid’ah.

 

Cours 23 : 

(Suite du chapitre 5) Les règles concernant le boycott des gens de Bid’ah – Les diverses sortes de boycott.

 

Cours 24 : 

(Suite du chapitre 5) Les règles concernant le boycott des gens de Bid’ah – Les diverses sortes de boycott.

 

Cours 25 : 

(Suite du chapitre 5) Les règles concernant le boycott des gens de Bid’ah – Les diverses sortes de boycott.

 

Cours 26 : 

Chapitre 6 : Définition de certaines méthodologies nouvelles. Le parti des Frères Musulmans (Al-Ikhwaan Al-Mouslimoun).

 

Cours 27 : 

(Suite du chapitre 6) Les positions de Hassan Al-Banna – Sayyid Qoutb – Al-Mawdoudi – Mohammad Qoutb.

 

Cours 28 : 

(Suite du chapitre 6) Les positions de ‘Abdur-Rahman ‘Abdul-Khaaliq – Ayman Az-Zawaahiri et Ousaamah Bin Laden – Le groupe des Sourouriyyah – Mohammad Zain ‘Aabidine Sourour.

 

Cours 29 : 

(Suite du chapitre 6) Les positions de ‘Abdur-Rahman ‘Abdul-Khaaliq – Ayman Az-Zawaahiri et Ousaamah Bin Laden – Le groupe des Sourouriyyah – Mohammad Zain ‘Aabidine Sourour. Le groupe des Qoutbiyyounes.

 

Cours 30 : 

(Suite du chapitre 6) Parole de Sheikh Rabi’ Al-Madkhali au sujet des groupes – Le groupe de Jamaa’at Tabligh.

 

Cours 31 : 

(Suite du chapitre 6) Le groupe des Haddaadiyyah – Les règles de ce qui fait sortir du Manhaj Salafi.

 

Cours 32 : 

(Suite du chapitre 6) L’obligation de faire la différence entre l’erreur faite par Ijtihaad et la personne qui appelle à la Bid’ah – Le Manhaj de Al-Mouwaazanaat – Les paroles des savants qui ont critiqué la Bid’ah de Al-Mouwaazanaat.

 

Cours 33 : 

(Suite du chapitre 6) Les preuves du Qor’an et de la Sounnah qu’il n’est pas necessaire de mentionner les bonnes œuvres des gens de Bid’ah contre qui on veut mettre en garde – De mentionner les défauts de certaines personnes sans mentionner leurs qualités fait partie de la Nasihah – La position des Sahabahs et des Taabi’ines envers les gens de Bid’ah – Règles à suivre concernant les individus et les groupes – Ceux qu’il est obligatoire d’honnorer – Ceux qu’il est permis de critiquer et de mettre en garde contre eux – Ceux parmis les Salafs qui ne prennaient pas les narrations des gens de Bid’ah – La paroles des ‘Oulamas au sujet de la mise en garde contre les gens de Bid’ah sans mentionner leur bien – Plusieurs savants ont écrit des livres de Jarh wat-Ta’adil sans mettre comme condition Al-Mouwaazanah – Les méfait du Manhaj d’Al-Mouwaazanaat – Des livres à ce sujet.

 

Cours 34 : 

Chapitre 7 : Le Manhaj Salafi et la Fitnah des néo-Khawaarijs. Qui sont les Khawaarijs. La première apparition des Khawaarijs.

 

Cours 35 : 

(Suite du chapitre 7) La première apparition des Khawaarijs – La position de Ahlous-Sounnah wal-Jamaa’ah envers les Khawaarijs – Que doit faire la personne chez qui les Shoubouhaats des Khawaarijs se sont installées? – Les sortes de Koufr selon les gens de la Sounnah.

 

Cours 36 : 

(Suite du chapitre 7) Les règles du Takfir d’un individu spécifique.

 

Cours 37 : 

(Suite du chapitre 7) La signification et les conditions de La ilaaha illallah Mohammad Rasouloullah – Les annulatifs de l’Islam.

 

Cours 38 : 

(Suite du chapitre 7) Les empêchements du Takfir – La ‘Aqidah de Ahlous-Sounnah wal-Jamaa’ah au sujet des dirigeants et des Sultans injustes.

 

Cours 39 : 

(Suite du chapitre 7) Les paroles des ‘Oulamas dans les questions reliés au jugement par autre que la révélation d’Allah – Les différentes sortes de révoltes contre les dirigeants – Le Manhaj des Salafs avec les dirigeants.

 

Cours 40 : 

(Suite du chapitre 7) Les règles concernant le fait de prendre les Kouffars pour alliés – Les fondements de Al-Walaa wal-Baraa – Les règles au sujet de l’imitation des Kouffars.

 Publié par salafidemontreal.com

Hassan Al-'Iraqi - حسن العراقي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Voie des pieux prédécesseurs - طريق السلف الصالح
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 20:40
L'explication des fondements de la foi islamique (audio)

Explication en langue française du livre intitulé : "L'explication des fondements de la foi islamique" de Cheikh Ibn Saleh Al-'Outhaymine (Qu'Allah lui miséricorde) dont le titre en arabe est "Charh Oussoul Al-Iman".

 

Explications par notre bien aimé sheikh Mhamed Tchalabi en direct de son salon : Apprendre Lislam Sur Le Vrai Minhaj.

 

Introdution du livre :

 

De toutes les sciences, le Tawhid (l’unicité d’Allah) est la plus noble et la plus éminente ; c’est la science qui mérite le plus d’être étudiée, parce qu’elle nous permet de connaître Allah, Ses Noms et Attributs et Ses droits sur Ses serviteurs.

 

Elle est aussi la clé de la voie qui mène vers Allah et le fondement de Sa législation.

 

Ce livre explique donc la foi islamique et ses fondements.

 

Étant donné la place centrale qu’occupe au sein de la religion l’unicité d’Allah, il est du devoir de chaque musulman de lui accorder l’importance qu’elle mérite, notamment en l’étudiant et en l’enseignant, en méditant sa signification et en l’adoptant comme croyance, afin de bâtir sa religion sur une base saine, et d’acquérir une sérénité et une soumission qui le feront parvenir à la félicité...

 

Chapitre I - La religion islamique...

 

La religion islamique est la religion qu’Allah a révélée au Prophète Muhammad (que la paix soit sur lui).

 

Tel un sceau, elle marque la fin des révélations divines.

 

C’est une religion qu’Allah a parachevée pour Ses serviteurs : par elle, Il a accompli sur eux Son bienfait et Il l’a agréée comme religion pour eux.

 

Aussi, Allah n’accepte de personne une religion autre que l’Islam.

 

Allah - Le Trés Haut - dit (traductions rapprochées) :

 

(Muhammad n’a jamais été le père de l’un de vos hommes, mais le Messager d’Allah et le dernier des Prophètes.) [Al Ahzab, 40.]

 

(Aujourd’hui, J’ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J’agrée l’Islam comme religion pour vous.) [Al Maïda, 3.]

 

(Certes, la religion acceptée d’Allah, c’est l’Islam.) [Al Imrane, 19.]

 

(Et quiconque désire une religion autre que l’Islam, ne sera point agréé, et il sera, dans l’au-delà, parmi les perdants.) [Al Imran, 85]

 

 

Chapitre II - Les piliers de l’Islam...

 

Les piliers de l’Islam sont les bases sur lesquelles il se fonde. L’Islam compte cinq piliers évoqués dans ce hadith du Prophète (que la paix soit sur lui) rapporté d’après Ibn Oumar (qu'Allah soit satisfait de lui) :

 

«L’Islam est fondé sur cinq (piliers) : l’unicité d’Allah - et dans une autre version : l’attestation qu’il n’y a d’autre divinité (digne d’adoration) qu’Allah et que Muhammad est Son serviteur et Envoyé ; l’accomplissement de la prière, le paiement de la zakat ; le jeûne du ramadan et le pèlerinage. »

Lorsqu’il cita cette parole, un homme lui dit : «C’est plutôt : le pèlerinage et le jeûne du ramadan».

Il répondit : «Non, c’est le jeûne du ramadan et le pèlerinage ; c’est ainsi que je l’ai entendu de la bouche du Messager d’Allah (que la paix soit sur lui).»

[Rapporté par Al Boukhari et Mouslim et les termes du hadith sont ceux de Mouslim.]

 

Chapitre III - Les fondements de la croyance islamique...

 

Les fondements sont la croyance en Allah, en Ses Anges, à Ses Livres, en Ses Messagers, au Jour dernier et en la prédestination bonne comme mauvaise. 

 

- La foi en Allah comporte quatre points : 

1- La croyance en l’existence d’Allah 

2- La foi en la Seigneurie d’Allah 

3- La foi en la divinité d’Allah 

4- La foi en Ses Noms et Attributs

 

 

 

 

- La foi en les Anges

 

- La foi en les Livres sacrés

 

- La foi en les Messagers

 

 

- La croyance au Jour dernier

1- L’épreuve de la tombe

2- Les supplices et les délices de la tombe

 

- La croyance en la prédestination

 

- Les objectifs de la croyance islamique (fin du livre)

 

 

 

 

 

 Publié par tchalabi.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Croyance et innovations - الإيمان، العقيدة و بدع
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 20:37
Combien de temps passes-tu en étant silencieux ?

Le silence sans lecture, sans évocation et sans invocation n'est ni une adoration ni un ordre prescrit mais il ouvre plutôt la porte aux insufflations.

 

En conséquence, s'occuper par l'évocation d'Allah est meilleur que le silence.

 

Source: al fataawaa al koubraa, 2/298

 Traduit et publié par l'équipe al Miirath : @al_miirath

 

فَالسُّكُوتُ بِلَا قِرَاءَةٍ وَلَا ذِكْرٍ وَلَا دُعَاءٍ لَيْسَ عِبَادَةً، وَلَا مَأْمُورًا بِهِ، بَلْ يَفْتَحُ بَابَ الْوَسْوَسَةِ، فَالِاشْتِغَالُ بِذِكْرِ اللَّهِ أَفْضَلُ مِنْ السُّكُوتِ، وَقِرَاءَةُ الْقُرْآنِ مِنْ أَفْضَلِ الْخَيْرِ

الفتاوى الكبرى 2/298

 

Cheikh Ul-Islam Taqiyud-din Ibn Taymiyyah - الشيخ الإسلام بن تيمية

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Invocation دعاء - Evocation ذكر الله
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 20:25
Vivre auprès des non-musulmans en occident (dossier)

Louange à Allah, Prière et Salut sur le Messager d’Allah, ses proches, ses Compagnons et ceux qui sont guidés par son droit chemin.

 

Le prophète - Que les éloges et le salut d'Allah soient sur lui - et ses compagnons après lui ont fait preuve de bonté et de générosité envers les non-musulmans parmi les juifs, les chrétiens et les païens afin d’adoucir leur cœur à l’Islam.

 

Ceci n’était pas dans le but d’accepter leur polythéisme, leur mécréance, leur péché et leur opposition à l’Islam.

 

Plutôt, le but était de les inviter à l’Islam, à sa beauté et sa justice.

 

Ceci fait partie des manières d’appeler les gens à la beauté de l’Islam.

 

Combien de non-musulman ont embrassé l’Islam simplement à cause du bon caractère et du bon comportement qu’ils ont observés chez un musulman.

 

Par conséquent, on ne doit pas sous-estimer l’effet du bon comportement. Abdullah ibn ‘Amr a mentionné qu’il avait égorgé une chèvre et a ensuite demandé a son servant :

 

« En as-tu envoyé a notre voisin juif ?

En effet, j’ai entendu le Prophète - Que les éloges et le salut d'Allah soient sur lui - dire:

« Djibril n’a cessé de faire des recommandations en faveur du voisin à tel point que j’ai pensé qu'il allait avoir une part dans l'héritage »

 

Abu Moussa écrivit une lettre à un non-musulman et le salua par le « Salaam ».

 

Alors il fut dit à Abou Moussa : « Tu le salues alors qu’il n’est pas musulman »

Il répondit, « il m’a écrit, et m’a salué, alors je le salue en retour. »

 

Cheikh Al-Albani - qu’Allah lui fasse miséricorde - a dit qu’il est permis d’initier le salut (à un non-musulman) avec autre chose que le Salam comme par exemple dire : « comment allez-vous, ce matin ? » ou « Comment allez-vous, ce soir ? » ou tout simplement « comment allez-vous ? ».

 

‘Alqamah - qu’Allah lui fasse miséricorde - a dit : « Abdullah Ibn Massoud saluait les non-musulmans par un signe de la main ».

 

Si un non-musulman dit à un musulman « As-salamou ‘alaikoum (la paix soit sur vous) », alors ce dernier (le musulman) réponds par la même salutation c’est-à-dire « wa ‘alaikoum Salam (et que la paix soit sur vous) » ; Et cet avis dans les salutations est appuyé par le dire de Ibn ‘Abbas:

 

« Réponds aux salutations de Salam (paix) en provenance de juifs, chrétiens, ou de majouss. Ceci parce qu’Allah a dit dabs une traduction rapprochée : « Si on vous fait une salutation, saluez d'une façon meilleure ; ou bien rendez-la (simplement). » (nissa v.86)

 

Ce qui a été rapporté par Saïd Ibn Jubayr, à propos de Ibn Abbas qui a dit : « Si Pharaon lui-même me disait que Dieu te bénisse alors je lui répondrais toi aussi ! »; Ceci vient appuyer les propos précédents.

 Publié par dinealhaqq.fr

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 20:19
Choisir une femme belle... ? (audio-vidéo)

Il est rapporté de l’Imam Ahmad Ibn Hanbal, qu’il a dit :

 

"Il incombe à l’homme, s’il veut se marier, d’interroger au sujet de la beauté de la femme, si elle lui plait, il demande alors au sujet de sa religion, si celle-ci lui plaît il l’accepte, et si elle ne lui plait pas alors il la refuse".

 

Donc son consentement et son refus auront été pour quoi ?

 

Pour la religion.

 

Et les jeunes de nos jours inversent les choses : Il demande en premier au sujet de la religion...

 

S’ils lui disent : "C’est une femme pieuse, elle prie, elle jeûne et ci et ça", alors il demande au sujet de sa beauté, s’ils lui disent : "Couci-couça", il la délaisse.

 

Son refus aura été pour quelle raison ?

 

Pour la beauté.

 

Non !

 

L’imam Ahmad enseignait aux gens que le sujet n’est pas tel quel.

 

Interroge au sujet de la beauté, car la beauté est requise, interroge au sujet de la beauté, et si sa beauté te plait, alors demande au sujet de sa religion, et si sa religion te plait alors tu l’épouses et si sa religion ne te plait pas tu la refuses.

 

Tu l’auras alors accepté en raison de la religion et tu l’auras refusé en raison de la religion.

 

Est-ce clair ?

 

Et ceci est une indication de l’imam Ahmad que la beauté est une chose requise et l’instinct la désire.

 

Mais j’avertis ici sur certaines choses :

 

La première

 

La beauté excessive peut être un obstacle pour le jeune homme dans son adoration, dans son travail et dans sa vie, cela va le distraire.

 

Et ceci est l’explication de ce qui est rapporté d’après Abu Bakr As-Siddiq رضي الله عنه ou d’après Omar Ibn Al Khattâb رضي الله عنه, qu’il a ordonné à un de ses fils de divorcer son épouse, ils dirent :

 

"car elle l’a distrait par sa beauté".

 

Le fils ne voulait que s’asseoir à côté d’elle c’est tout, il ne veut aller ni à droite ni à gauche, il reste juste assis près d’elle (le cheikh rigole) qu’est-ce qu’il veut !

 

Lorsque le père vit l’état du fils il lui ordonna de la divorcer.

 

Pourquoi ?

 

Car il craignit pour la religion de son fils à cause d’elle, car elle est belle et sa beauté l’a distrait.

 

Et cela signifie que ce qui est voulu par "beauté", Ô mon frère, c'est que tu n'exagères pas (dans ce critère), surtout aujourd’hui Ô jeunes, en cette époque dans laquelle se sont multipliées les chaînes télévisées qui exhibent des jeunes filles d’une belle apparence.

 

Alors le jeune garde en lui-même l’image d’une de ces images et se met à la rechercher, il veut une femme telle que celles-là.

 

Ceci est une erreur, et cela ne convient pas.

 

Ce qui incombe au jeune c’est de rechercher une femme bien, correcte, jolie, qui ne soit pas repoussante ou hideuse, sans défauts ni difformités.

 

Et ce point, il est essentiel aux gens d’y prêter attention.

 

Ce qui est voulu des savants lorsqu’ils évoquent la beauté ce n’est pas que l’homme recherche cette beauté qui distrait, ou cette beauté qui détourne l’homme de son adoration.

 

Le deuxième point sur lequel j’attire l’attention au sujet de la beauté

 

Ceux qui ont expérimenté et ont connu le cas des femmes.

 

Il dit : "Par Allâh ! Avec la vie commune et la bonne relation toutes choses changent."

 

Comment ?

 

Il dit : "J’ai épousé une femme, d’une grande beauté, mais lorsque j'ai cohabité avec elle, et j’ai vu qu’elle était hautaine et orgueilleuse, qu’elle n’accomplissait pas correctement les tâches du foyer, qu’elle n’agissait pas convenablement avec moi, et que je n'entendais d’elle que des paroles déplaisantes, je me suis mis à la détester, je la voyais avec sa beauté et je la détestais".

 

Il dit : "Je n’ai ressenti la délectation du mariage, la saveur du bonheur conjugal, et la joie d’être un époux et qu’elle soit une épouse, que lorsque je l’ai divorcé et que j’ai épousé une deuxième femme d’une beauté moindre que la sienne, mais qui serait presque d’un niveau normal, j’ai éprouvé le repos et la quiétude que le Qur’ân mentionne au sujet de la relation entre un homme et son épouse".

 

Aussi, le troisième point sur lequel je veux attirer l’attention

 

C’est que la véritable beauté, c’est la beauté dans la manière d’agir, la beauté des qualités, la beauté du bon rapport entre la femme et son époux.

 

Et si l’homme épouse une femme dont la beauté est banale, cela à fortiori بإذن الله avec son bon comportement et sa bonne obéissance, quand il la regardera, elle le réjouira.

 

Cet homme là, qui avait une belle épouse, dit après un certain temps : "J’en suis arrivé, lorsque je la regardais, à ressentir de l’affliction et du ressentiment, elle ne m’apaisais pas, je ne suis pas apaisé".

 

Ainsi la véritable beauté qu’il incombe à l’homme de rechercher, c’est la beauté des qualités et de la religion, avec la simplicité, qu’il n’exagère pas et qu’il ne soit pas dupé par les photos qu’il voit et il recherche des femmes selon ces photos là, cela est contraire à la législation, et même certains salafs ordonnaient à leur fils de divorcer leur épouse du fait qu’ils voyaient le fils se distraire par sa beauté.

 

S’il se distrait par sa beauté c’est fini, il ne voudra plus aller travailler, il ne voudra plus partir au combat au moment de combattre.

 

Que peut bien vouloir un père avec une telle femme pour son fils ?

 

Il lui ordonnait donc de divorcer car elle l’a distrait, car elle l’a préoccupé.

 

Est-ce clair ?

 

Alors nous disons que ce qui est voulu par la beauté, c’est la beauté normale, dans le sens qu’il ne doit pas y avoir de défauts sur la femme, dans le sens que la femme ne doit pas avoir de défauts.

 

Et si la femme est belle dans son corps ou son visage alors par sa mauvaise façon d’agir elle fera fuir l’homme d’elle-même.

 

Traduit par Oum Omayr

Publié par 3ilmchar3i.net

والإمام أحمد ابن حنبل روي عنه انه قال

" ينبغي للرجل اذا أراد أن يتزوج أن يسأل عن جمال المرأة فإن أعجبه سأل عن دينها ، فإن أعجبه قبلها والا لم يعجبه ردها"
فيكون قبوله ورده لماذا ؟ للدين والشباب اليوم يعكسها يسال اول شيء عن الدين فإذا قالولو ذات دين تصلي وتصوم وكذا وكذا سال عن جمالها قالولو والله نص نص تركها فصار قبولو وردوا على ايش ؟ على الجمال
لا
الامام احمد كان يعلم الناس ان المسالة ليست هكذا اسال عن الجمال فان الجمال مطلوب ، اسال عن الجمال فان اعجبك جمالها اسال عن دينها فان اعجبك دينها اخذتها وان لم يعجبك دينها رددتها فتكون قد قبلتها من اجل الدين ورددتها من اجل الدين واضح وهذا يدل من الامام احمد ان الجمال شيء مطلوب والفطرة تريده لكن انبه هنا تنبيهات
التنبيه الاول : ان الجمال الزائد قد يكون معيقا للفتى عن عبادته وعن عمله وعن حياته يشغله: وهذا هو محمل ماورد عن ابي بكر الصديق رضي الله عنه أو عن عمر ابن الخطاب -رضي الله عنه- انه امر احد ولده ان يطلق زوجة قالوا لانها اشغلته بجمالها الولد ماكان يبغي يجلس جنبها بس ، مايبغي يروح لايمين ولا شمال يظل جالسا جنبها

( يضحك الشيخ )

ايش ابغا...
فلما راى الاب حال الولد امر بطلاقها ليش ؟
لأنه خشي على دين ولده منها لانها جميل جمال اشغلته مما يفيد انه ليس المطلوب بالجمال انك يااخي تبالغ خاصة احنا اليوم ياشباب في هذا العصر التي كثرت فيه القنوات التي تعرض الفتيات ذوات الصور المليحة فان الشاب يضع في نفسه صورة من هذه الصور ويبحث عنها يريد امراة مثلها هذا خطأ وهذا ما ينبغي الذي ينبغي للشاب أن يطلب إمرأة مليحة جيدة يعني جميلة ليست ذميمة ولا قبيحة لا عورة ولا شوهة وكذا ، إمرأة وهذه نقطة لابد للإنسان أن ينتبه لها
فليس مقصود العلماء عندما يذكرون الجمال أن يطلب المرء ذلك الجمال الذي يشغل أو ذاك الجمال الذي يفتنن به الإنسان عن عبادته النقطة الثانية التي انبه عليها في موضوع الجمال
الذين جربوا وعرفوا حال النساء يقول : والله بالعشرة وحسن المعاملة كل شيء يتغير
كيف ؟
يقول :أنا تزوجت إمرأة ذات جمال شديد لكن لما عاشرتها ورأيتها مغرورة ومتكبرة ولا تحسن عمل البيت ولا تحسن التعامل معي ولا أسمع منها من الكلام ما يعجبني صرت أكرها ، صرت لما أراها بجمالها أكرها يقول : ما شعرت بلذة الزواج وبلذة السعادة الزوجية وبلذة أني زوج وهذه زوجة إلا لما طلقتها وتزوجت إمرأة ثانية أقل جمال منها ، بل تكاد تكون في المستوى العادي  شعرت بالراحة والسكون الذي ذكره القرآن في العلاقة بين الرجل وزوجته  إذا النقطة الثالثة التي اريد أن انبه عليها : أن الجمال الحقيقي هو جمال المعاملة جمال الأخلاق جما ل حسن التبعل بين المرأة وبين زوجها والإنسان إذا أخذ إمرأة جمالها عادي  فان ذلك حري بإذن الله مع حسن خلقها وحسن تبعلها أنه إذا نظر إليها سرته هذا الرجل اذا كان عنده إمرأة جميلة  يقول بعد فترة صرت لما انظر إليها أشعر بقهر وبغيظ ، ماترحيني ماني مرتاح فالجمال الحقيقي الذي ينبغي للانسان أن يبحث عنه هو جمال الاخلاق والدين مع يعني الامر العادي لا يبالغ ولا يغتر بالصور التي يراها  ويطلب من النساء على هذه الصورة فان هذا خلاف الشرع بل كان بعض السلف يأمر من ولده أن يطلق المرأة من أجل أنه رأى الولد إنشغل بجمالها  إذا انشغل بجمالها خلاص ماعاد يبغي يروح يشتغل ، ماعاد يروح يجاهد وقت الجهاد  إيش إبغا الأب من هذه المرأة لولده فيأمرها بطلاقها لأنها أشغلته ، لأنها أشغلته واضح  فإذا نقول المقصود بالجمال : الجمال العادي أي بمعنى أن المرأة لايكون فيها عيوب ، بمعنى أن المرأة لايكون فيها عيوب وإذا كانت المرأة جميلة في جسدها أو في وجهها
فإنها بسوء معاملتها تنفر الرجل منها

والإمام أحمد ابن حنبل روي عنه انه قال

" ينبغي للرجل اذا أراد أن يتزوج أن يسأل عن جمال المرأة فإن أعجبه سأل عن دينها ، فإن أعجبه قبلها والا لم يعجبه ردها"
فيكون قبوله ورده لماذا ؟ للدين والشباب اليوم يعكسها يسال اول شيء عن الدين فإذا قالولو ذات دين تصلي وتصوم وكذا وكذا سال عن جمالها قالولو والله نص نص تركها فصار قبولو وردوا على ايش ؟ على الجمال
لا
الامام احمد كان يعلم الناس ان المسالة ليست هكذا اسال عن الجمال فان الجمال مطلوب ، اسال عن الجمال فان اعجبك جمالها اسال عن دينها فان اعجبك دينها اخذتها وان لم يعجبك دينها رددتها فتكون قد قبلتها من اجل الدين ورددتها من اجل الدين واضح وهذا يدل من الامام احمد ان الجمال شيء مطلوب والفطرة تريده لكن انبه هنا تنبيهات
التنبيه الاول : ان الجمال الزائد قد يكون معيقا للفتى عن عبادته وعن عمله وعن حياته يشغله: وهذا هو محمل ماورد عن ابي بكر الصديق رضي الله عنه أو عن عمر ابن الخطاب -رضي الله عنه- انه امر احد ولده ان يطلق زوجة قالوا لانها اشغلته بجمالها الولد ماكان يبغي يجلس جنبها بس ، مايبغي يروح لايمين ولا شمال يظل جالسا جنبها

( يضحك الشيخ )

ايش ابغا...
فلما راى الاب حال الولد امر بطلاقها ليش ؟
لأنه خشي على دين ولده منها لانها جميل جمال اشغلته مما يفيد انه ليس المطلوب بالجمال انك يااخي تبالغ خاصة احنا اليوم ياشباب في هذا العصر التي كثرت فيه القنوات التي تعرض الفتيات ذوات الصور المليحة فان الشاب يضع في نفسه صورة من هذه الصور ويبحث عنها يريد امراة مثلها هذا خطأ وهذا ما ينبغي الذي ينبغي للشاب أن يطلب إمرأة مليحة جيدة يعني جميلة ليست ذميمة ولا قبيحة لا عورة ولا شوهة وكذا ، إمرأة وهذه نقطة لابد للإنسان أن ينتبه لها
فليس مقصود العلماء عندما يذكرون الجمال أن يطلب المرء ذلك الجمال الذي يشغل أو ذاك الجمال الذي يفتنن به الإنسان عن عبادته النقطة الثانية التي انبه عليها في موضوع الجمال
الذين جربوا وعرفوا حال النساء يقول : والله بالعشرة وحسن المعاملة كل شيء يتغير
كيف ؟
يقول :أنا تزوجت إمرأة ذات جمال شديد لكن لما عاشرتها ورأيتها مغرورة ومتكبرة ولا تحسن عمل البيت ولا تحسن التعامل معي ولا أسمع منها من الكلام ما يعجبني صرت أكرها ، صرت لما أراها بجمالها أكرها يقول : ما شعرت بلذة الزواج وبلذة السعادة الزوجية وبلذة أني زوج وهذه زوجة إلا لما طلقتها وتزوجت إمرأة ثانية أقل جمال منها ، بل تكاد تكون في المستوى العادي  شعرت بالراحة والسكون الذي ذكره القرآن في العلاقة بين الرجل وزوجته  إذا النقطة الثالثة التي اريد أن انبه عليها : أن الجمال الحقيقي هو جمال المعاملة جمال الأخلاق جما ل حسن التبعل بين المرأة وبين زوجها والإنسان إذا أخذ إمرأة جمالها عادي  فان ذلك حري بإذن الله مع حسن خلقها وحسن تبعلها أنه إذا نظر إليها سرته هذا الرجل اذا كان عنده إمرأة جميلة  يقول بعد فترة صرت لما انظر إليها أشعر بقهر وبغيظ ، ماترحيني ماني مرتاح فالجمال الحقيقي الذي ينبغي للانسان أن يبحث عنه هو جمال الاخلاق والدين مع يعني الامر العادي لا يبالغ ولا يغتر بالصور التي يراها  ويطلب من النساء على هذه الصورة فان هذا خلاف الشرع بل كان بعض السلف يأمر من ولده أن يطلق المرأة من أجل أنه رأى الولد إنشغل بجمالها  إذا انشغل بجمالها خلاص ماعاد يبغي يروح يشتغل ، ماعاد يروح يجاهد وقت الجهاد  إيش إبغا الأب من هذه المرأة لولده فيأمرها بطلاقها لأنها أشغلته ، لأنها أشغلته واضح  فإذا نقول المقصود بالجمال : الجمال العادي أي بمعنى أن المرأة لايكون فيها عيوب ، بمعنى أن المرأة لايكون فيها عيوب وإذا كانت المرأة جميلة في جسدها أو في وجهها
فإنها بسوء معاملتها تنفر الرجل منها

والإمام أحمد ابن حنبل روي عنه انه قال

" ينبغي للرجل اذا أراد أن يتزوج أن يسأل عن جمال المرأة فإن أعجبه سأل عن دينها ، فإن أعجبه قبلها والا لم يعجبه ردها"
فيكون قبوله ورده لماذا ؟ للدين والشباب اليوم يعكسها يسال اول شيء عن الدين فإذا قالولو ذات دين تصلي وتصوم وكذا وكذا سال عن جمالها قالولو والله نص نص تركها فصار قبولو وردوا على ايش ؟ على الجمال
لا
الامام احمد كان يعلم الناس ان المسالة ليست هكذا اسال عن الجمال فان الجمال مطلوب ، اسال عن الجمال فان اعجبك جمالها اسال عن دينها فان اعجبك دينها اخذتها وان لم يعجبك دينها رددتها فتكون قد قبلتها من اجل الدين ورددتها من اجل الدين واضح وهذا يدل من الامام احمد ان الجمال شيء مطلوب والفطرة تريده لكن انبه هنا تنبيهات
التنبيه الاول : ان الجمال الزائد قد يكون معيقا للفتى عن عبادته وعن عمله وعن حياته يشغله: وهذا هو محمل ماورد عن ابي بكر الصديق رضي الله عنه أو عن عمر ابن الخطاب -رضي الله عنه- انه امر احد ولده ان يطلق زوجة قالوا لانها اشغلته بجمالها الولد ماكان يبغي يجلس جنبها بس ، مايبغي يروح لايمين ولا شمال يظل جالسا جنبها

( يضحك الشيخ )

ايش ابغا...
فلما راى الاب حال الولد امر بطلاقها ليش ؟
لأنه خشي على دين ولده منها لانها جميل جمال اشغلته مما يفيد انه ليس المطلوب بالجمال انك يااخي تبالغ خاصة احنا اليوم ياشباب في هذا العصر التي كثرت فيه القنوات التي تعرض الفتيات ذوات الصور المليحة فان الشاب يضع في نفسه صورة من هذه الصور ويبحث عنها يريد امراة مثلها هذا خطأ وهذا ما ينبغي الذي ينبغي للشاب أن يطلب إمرأة مليحة جيدة يعني جميلة ليست ذميمة ولا قبيحة لا عورة ولا شوهة وكذا ، إمرأة وهذه نقطة لابد للإنسان أن ينتبه لها
فليس مقصود العلماء عندما يذكرون الجمال أن يطلب المرء ذلك الجمال الذي يشغل أو ذاك الجمال الذي يفتنن به الإنسان عن عبادته النقطة الثانية التي انبه عليها في موضوع الجمال
الذين جربوا وعرفوا حال النساء يقول : والله بالعشرة وحسن المعاملة كل شيء يتغير
كيف ؟
يقول :أنا تزوجت إمرأة ذات جمال شديد لكن لما عاشرتها ورأيتها مغرورة ومتكبرة ولا تحسن عمل البيت ولا تحسن التعامل معي ولا أسمع منها من الكلام ما يعجبني صرت أكرها ، صرت لما أراها بجمالها أكرها يقول : ما شعرت بلذة الزواج وبلذة السعادة الزوجية وبلذة أني زوج وهذه زوجة إلا لما طلقتها وتزوجت إمرأة ثانية أقل جمال منها ، بل تكاد تكون في المستوى العادي  شعرت بالراحة والسكون الذي ذكره القرآن في العلاقة بين الرجل وزوجته  إذا النقطة الثالثة التي اريد أن انبه عليها : أن الجمال الحقيقي هو جمال المعاملة جمال الأخلاق جما ل حسن التبعل بين المرأة وبين زوجها والإنسان إذا أخذ إمرأة جمالها عادي  فان ذلك حري بإذن الله مع حسن خلقها وحسن تبعلها أنه إذا نظر إليها سرته هذا الرجل اذا كان عنده إمرأة جميلة  يقول بعد فترة صرت لما انظر إليها أشعر بقهر وبغيظ ، ماترحيني ماني مرتاح فالجمال الحقيقي الذي ينبغي للانسان أن يبحث عنه هو جمال الاخلاق والدين مع يعني الامر العادي لا يبالغ ولا يغتر بالصور التي يراها  ويطلب من النساء على هذه الصورة فان هذا خلاف الشرع بل كان بعض السلف يأمر من ولده أن يطلق المرأة من أجل أنه رأى الولد إنشغل بجمالها  إذا انشغل بجمالها خلاص ماعاد يبغي يروح يشتغل ، ماعاد يروح يجاهد وقت الجهاد  إيش إبغا الأب من هذه المرأة لولده فيأمرها بطلاقها لأنها أشغلته ، لأنها أشغلته واضح  فإذا نقول المقصود بالجمال : الجمال العادي أي بمعنى أن المرأة لايكون فيها عيوب ، بمعنى أن المرأة لايكون فيها عيوب وإذا كانت المرأة جميلة في جسدها أو في وجهها
فإنها بسوء معاملتها تنفر الرجل منها

Cheikh Mohammad Ibn 'Omar Ibn Sâlim Bâzmoul - الشيخ محمد بن عمر بن سالم بازمول

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Mariage - divorce - الزواج و الطلاق
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 20:17
Il est obligatoire que les musulmans se respectent mutuellement

Maintenant, il y a sur la scène des catégories de ce genre :

 

Si la personne commet une seule erreur ou bien qu'elle ignore un sujet, ils s'écrient : «Par Allah c'est un ignorant !».

 

Ce sont des voies destructrices !

 

Il est obligatoire que nous respections les savants, que nous respections les étudiants en science, que les musulmans se respectent mutuellement, et que nous ne rendions pas licite l'honneur des autres à la moindre opportunité que tu trouveras, tu la saisiras pour léser ton frère musulman.

 

"Bienvenue Ô étudiant en science" p. 342

 Traduit et publié par قناة محمد تشلابي - telegram.me/MTchalabi


قال الشيخ ربيع المدخلي - حفظه اللّه تعالى
الآن في الساحة أصناف من هذا الشكل ، الإنسان إذا أخطأ خطأ واحدًا أو جهل مسألة قالوا : واللّه جاهل ! هذه المناهج هدَّامة يجب أن نحترم العلماء ، وأن نحترم طلاب العلم ، وأن يحترم المسلمون بعضُهم بعضًا ، وألا نستحل الأعراض بأقل فرصة تجدها تنتهزها للنيل من أخيك المسلم
[مرحبا يا طالب العلم ص 342]

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 20:16
La place du comportement dans la voie salafi (audio-vidéo)

Question :

 

Qu'Allâh soit bienfaisant envers vous.

 

Avez-vous un conseil à adresser aux jeunes salafi qui ont été éprouvés par le mauvais comportement de certains frères ?

 

Réponse :

 

Je pense que cela est une affaire importante, d'une importance extrême.

 

La jeunesse salafi, il faut impérativement qu'elle comprenne que la salafiyya n'est pas simplement une apparence.

 

Ni une pensée que la personne porte.

 

Ni (simplement) une croyance et une conception dans son cœur et sa raison.

 

Sans toutefois qu'apparaissent les fruits de cela dans ses comportements, dans ses oeuvres et dans son apparence.

 

Ceci est une erreur flagrante.

 

Et nous, en jugeant à partir de notre connaissance de beaucoup de nos frères de beaucoup d'horizon de cette chère nation qui est la nôtre, nous souffrons beaucoup à cause de cela.

 

C'est-à-dire que nos comportements ne sont pas au niveau requis.

 

Et notre prêche a certes besoin de progresser vers l'avant, et d'attirer les gens, et de se propager entre eux, car nous avons la certitude que nous portons le bien et la vérité éclatante par laquelle la communauté pourra sortir de son sommeil, de ses ténèbres et de son égarement.

 

C'est donc pour cela qu'il faut que nous fassions parvenir cette vérité aux gens du meilleur des moyens, et par le chemin le plus simple.

 

Et c'est pour cela que le salafi parmi nous doit prendre garde, puis il prenne encore garde au fait d'être la cause de la fuite des gens de la voie : As-salafiyya.

 

Car le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Il y a certes parmi vous (des personnes) qui font fuir."

 

Alors prends garde à être l'un de ceux qui font fuir !

 

Il faut impérativement que ta devise soit en concordance avec ce qu'a ordonné le prophète صلى الله عليه وسلم.

 

Quand il envoyait des précheurs, que leur disait-il صلى الله عليه وسلم ?

 

"Facilitez et ne compliquez pas, annoncez la bonne nouvelle et ne faites pas fuir".

 

Et quand vous divergez, qu'a-t-il dit صلى الله عليه وسلم ?

 

"Obéissez l'un à l'autre".

 

Il est donc impératif que la facilitation soit apparente dans nos comportements et dans notre parole et dans notre manière de nous comporter avec les gens.

 

Car c'est la douceur qui réforme les gens.

 

Et le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Certes, Allâh est doux et il aime la douceur en toute chose".

 

Et le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"La douceur n'a pas été dans une chose sans l'embellir et elle n'a pas été retirée d'une chose sans l'enlaidir."

 

Il nous faut impérativement améliorer nos comportements. 

 

Car les bons comportements sont la religion, c'est la religion !

 

Ibn Al-Qayyim رحمه الله تعالى a dit :

 

"Le comportement est la religion entière."

 

Et il dit :

 

"Quiconque t'a surpassé dans le comportement, il t'a surpassé dans la religion."

 

C'est-à-dire qu'il est impossible qu'une personne vienne et dise qu'elle observe la pratique religieuse, qu'elle observe correctement (la religion) et qu'elle est droite, alors que ses comportements sont mauvais, cela n'existe pas !

 

Celui qui est religieux et droit, et qui prétend qu'il avance conformément à la méthodologie des salafs et (conformément) à la Sounnah du maître des envoyés, il faut impérativement qu'il soit doté de bons comportements.

 

Car le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Les croyants ayant la foi la plus parfaite sont ceux qui possèdent le meilleur caractère."

 

Et il a dit صلى الله عليه وسلم :

 

"Ceux qui seront les plus proches de moi le jour du jugement sont ceux d'entre vous qui possèdent les meilleurs comportements."

 

Ces ahadith nous sont destinés ! 

 

Il est impératif que nous les observions fermement : C'est-à-dire que nous trouvons très étrange un frère, dont il est probable que l'apparence soit salafi et qu'il soit droit, mais tu ne peux quasiment pas trouver un sourire apparaître sur son visage !

 

Alors que le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Ne méprise rien du bien ! Ne serait-ce que de rencontrer ton frère avec un visage avenant."

 

Cela ne te charge de rien !

 

Mets de la réjouissance sur ton visage !

 

Laisse les gens, quand ils te voient et te regardent ils ressentent une sérénité et ils ont plaisir à te voir !

 

Un sourire !

 

Il ne charge de rien du tout.

 

Tu n'es pas chargé !

 

Tu en es récompensé.

 

Tu atteins, par son biais, un salaire auprès d'Allâh عز وجل tu pénètres dans le cœur d'autrui.

 

Et il nous est demandé de nous faire aimer des autres, il nous est demandé de nous faire aimer des autres : Il nous est demandé (d'agir) de sorte que les autres nous aiment.

 

Ce n'est pas obligé qu'ils nous détestent !

 

Car certains gens te disent : "Moi je ne tiens pas compte de lui !"

 

Si !

 

Il t'est demandé à ce qu'il t'aime, et que tu te fasses aimer de lui.

 

C'est pourquoi, comprenez-moi (prêtez votre attention) : Quand un homme est entré chez lui, le Prophète صلى الله عليه وسلم dit à Aïcha رضي الله عنها lorsqu'il le vit, il dit :

 

"Quel mauvais frère de tribu !".

Puis il entra chez lui et Aïcha رضي الله عنها a alors dit :
"Il l'accueillit alors avec son visage, d'une manière telle qu'il aurait un statut (élevé) auprès de lui."
Elle trouva cela étrange : Il lui parla d'une parole douce et agréable comme si cet homme faisait partie des gens préférés du Prophète صلى الله عليه وسلم.
Quand l'homme sortit, elle questionna le prophète صلى الله عليه وسلم à ce sujet :
"Comment dis-tu à son propos : "Quel mauvais frère de la tribu !" Puis quand il entre tu lui parles et montres un plaisir (à t'entretenir avec lui)."
Il dit alors :

"Ô Aïcha, répondit le Prophète صلى الله عليه وسلم, le pire des gens auprès d'Allâh le jour du jugement est celui que les gens délaissent pour éviter son mal."

 

Il faut impérativement que nous rencontrions les gens avec un beau visage.

 

Et c'est pour cela que 'Amr Ibn Al-'Ass quand il questionna le Prophète صلى الله عليه وسلم :

 

"Quelle est la personne la plus aimée auprès de toi ?"

 

Quand il vit que le Prophète صلى الله عليه وسلم se comportait avec lui d'un comportement qui laissait penser qu'il faisait partie des gens les plus aimés auprès de lui.
 

C'est alors qu'après l'avoir questionné, il comprit qu'il n'était pas (le plus aimé), ils suivent un ordre : Abou Bakr puis 'Omar jusqu'à... il s'est arrêté à cette limite.
 

Voilà ce qui est demandé. 
 

Il nous est demandé d'adopter un bon comportement avec les gens :
 

Que nous souriions à leurs visages,
Que nous leur adressions le salut,
Que nous faisions preuve de douceur à leur égard,
Et que nous leur commandions avec douceur.

 

Comme le disait l'Imam Al-Albani رحمه الله, une parole qu'il disait à ses élèves :
 

"Certes cette vérité est lourde."
 

La vérité, le prêche que vous portez, il s'y trouve une lourdeur...
 

Pourquoi une lourdeur ?
 

Car les passions et les ambiguïtés se sont accrues et elles ont éloigné les gens de la religion et de la pratique religieuse ainsi que la connaissance de la Sounnah.
 

Il a dit :
 

"Alors, ne lui rajoutez pas de la lourdeur par vos mauvais comportements ! "
 

Alors n'alourdissons pas cette vérité avec nos comportements !
 

Il nous incombe de nous adoucir, et que nos comportements soient bons et beaux afin qu'Allâh nous agrée, afin que nous concrétisions pour notre prêche la propagation, l'atteinte des endroits de la terre les plus éloignés et  (l'atteinte) du plus grand nombre d'êtres humains.

Car le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit dans le hadith authentique comme dans le mousnad de l'Imam Ahmed et autres :
 

"Certes celui qui est facile (sociable), calme et doux, proche des gens, Allâh l'interdit à l'enfer."
 

De la même façon il nous est obligatoire d'être calmes, doux et faciles à vivre avec les gens. 
 

Et Allâh Le Très-Haut est plus savant.

 

Retranscription par une soeur de l'équipe du site 3ilmchar3i.net

Traduit et publié par La da'wah des mashaykh d'Algérie en langue française : @MashaykhDZ

Cheikh Toufiq 'Amrouni - الشيخ توفيق عمروني

 

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Comportement - أخلاق و آداب