Se fier à son intelligence fait partie de la stupidité

Publié le par 3ilm.char3i

Se fier à son intelligence fait partie de la stupidité

Se fier à son intelligence fait partie de la stupidité.

 

Un grand nombre d’individus intelligents sont passés à coté de la science à cause de cela.

 

Abjadi l-عoulouwm / 132 

Traduit par Abdoullah Abou Khouzaymah

 Publié par la Page L'Islam c'est la Sounnah et la Sounnah c'est l'Islam

‎قال صديق حسن خان في أبجد العلوم 132

‎الوثوق بالذكاء من الحماقة، وكثير من الأذكياء فاته العلم بهذا السبب

Imam Siddîq ibn Hasan Khân al-Qinwajî - الإمام صديق حسن خان القنوجي

Partager cet article

Ne nous apporte pas de subsistance provenant de l’illicite !

Publié le par 3ilm.char3i

Ne nous apporte pas de subsistance provenant de l’illicite !

Ainsi la femme pieuse parmi les Salaf disait à son mari quand il sortait travailler :

 

"Crains Allâh pour nous et ne nous apporte pas de subsistance provenant de l’illicite ;

car nous patienterons pour la faim dans la vie d’ici-bas et nous ne patienterons pas pour le feu de l’Enfer dans la vie de l’au-delà."

 

قوت القلوب لأبي طالبٍ المكِّي - ٢/ ٤٠٩

Traduit par ناصرأبو معاذالجزائري

Publié par 3ilmchar3i.net

فقَدْ كانَتِ الزوجةُ الصالحة مِنَ السلف تقول لبَعْلِها إذا خَرَجَ إلى عَمَلِه

اتَّقِ اللهَ فينا ولا تأتِنا برزقٍ مِنْ حرامٍ؛ فإنَّا نصبر على الجوع في الدنيا، ولا نصبر على نارِ جهنَّمَ يومَ القيامة

قوت القلوب لأبي طالبٍ المكِّي - ٢/ ٤٠٩

Publié dans Rappels - تذكر

Partager cet article

Il se peut qu’Allâh sorte de ce que tu détestes énormément de bien : L’histoire du mariage du père de l’imâm Mâlik, qu’Allâh lui fasse miséricorde (audio)

Publié le par 3ilm.char3i

Il se peut qu’Allâh sorte de ce que tu détestes énormément de bien : L’histoire du mariage du père de l’imâm Mâlik, qu’Allâh lui fasse miséricorde (audio)

Allâh عز وجل a dit (traduction rapprochée) :

 

"si vous avez de l’aversion envers elles durant la vie commune, il se peut que vous ayez de l’aversion pour une chose où Allâh a déposé un grand bien",

 

l’époux peut voir de son épouse une chose qu’il a en aversion, mais Allâh placera pour lui en cette épouse énormément de bien.

 

Et le musulman ne manque point de bien. 

 

Il a été mentionné qu’Anas, le père de (l’imâm) Mâlik qu’Allâh leur fasse miséricorde, avait épousé une femme qu’il n’avait jamais vu avant leur première nuit de noces.

 

Lorsqu’il entra auprès d’elle, il ne vit guère en elle ce qu’il appréciait en terme de beauté.

 

Et c’est comme s’il l’eut en aversion. 

 

La femme était une femme vertueuse.

 

Elle s’assit devant lui et dit : «Il se peut qu’Allâh sorte, pour toi, énormément de bien de ce que tu as en aversion».

 

Lorsqu’il vit son intelligence, il fut attiré par elle et consomma le mariage avec elle.

 

Et elle lui enfanta un imâm des imâms de cette dounia, l’imâm Mâlik bn Anas, qu’Allâh lui fasse, à lui ainsi qu’à tous les autres imâms des musulmans, miséricorde. 

 

Traduit et publié par cerclesciences.fr

 

 

Cheikh Souleyman Ben Salîm Allâh Ar-Ruheylî - الشيخ سليمان بن سليم الله الرحيلي

Partager cet article

Le jugement de consommer des bêtes sacrifiées ou plats préparés à l'occasion de la célébration de la naissance du Prophète صلى الله عليه وسلم (audio)

Publié le par 3ilm.char3i

Le jugement de consommer des bêtes sacrifiées ou plats préparés à l'occasion de la célébration de la naissance du Prophète صلى الله عليه وسلم (audio)

Question :

 

Qu'Allâh soit bienfaisant envers vous.

 

Est-il autorisé de consommer la viande des bêtes sacrifiées à l'occasion de la célébration de la naissance du prophète صلى الله عليه وسلم ?

 

Réponse :

 

Non, ceci est une innovation.

 

Ceci est une innovation et une fête innovée et ce qui est sacrifié lors de fêtes innovées est illicite et ce qui est préparé comme plats à cet effet est également illicite car cela n'a été fait que pour revivifié l'innovation et la glorifier.

 

Il n'est donc pas autorisé de s'associer à eux dans cela ni de consommer de leur nourriture ni des bêtes qu'ils sacrifient en ce jour car c'est une façon de les encourager, de les aider et d'approuver cette œuvre innovée.

 

Traduit par Khadir Abou ‘AbdiLlah

Publié par la chaîne Telegram على نهج السلف - @surlavoiedessalafs

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Le jugement du buffet à volonté en échange d'une contrepartie

Publié le par 3ilm.char3i

Le jugement du buffet à volonté en échange d'une contrepartie

La louange toute entière appartient à Allâh.

Et que l'éloge et le salut soient sur celui صلى الله عليه وسلم après qui il n'y a plus de messager.

Ceci dit :

 

Je fus questionné et on m'a demandé s'il est permis à un individu d'entrer dans un restaurant en payant une certaine somme, alors qu'il ne connaît pas la quantité de nourriture qu'il va consommer.

 

J'ai répondu en disant qu'il est authentiquement rapporté du Prophète صلى الله عليه وسلم qu'il a proscrit la vente gharar (incertaine), comme l'a rapporté Mouslim dans son sahih au numéro 1513.

 

Mais est-ce que tout gharar est proscrit ?

 

D'autres textes sacrés indiquent que la vente dont le gharar est négligeable fait partie de ce qui est toléré.

 

En effet, tout gharar n'est pas forcément harâm, comme c'est le cas de la vente de la chamelle enceinte.

 

Il ne fait aucun doute que son prix est plus élevé, pourtant c'est une donnée inconnue, est-ce un mâle ou une femelle, est-ce un seul ou plusieurs petits, va t-elle le mettre au monde en vie ou bien mort ?

 

Il en est de même pour la maison, elle est vendue alors que l'état de ses fondations est une inconnue, est-elle solide ou bien fragile ?

 

On ne peut le savoir car ceci est dissimulé dans le sol.

 

Et dans le même registre, il est également permis de vendre le palmier dont la maturité des fruits n'est pas encore visible, à partir du moment où la terre est vendue avec, alors que le Prophète صلى الله عليه وسلم a interdit de vendre les fruits dont on ne peut distinguer la maturité.

 

Ceci car l'interdiction concerne le cas de la vente des fruits seulement et non la vente du terrain.

 

Les savants ont donc mentionné pour cela une règle qui stipule que :

 

«ce qui n'est pas valide par lui même devient valide lorsqu'il survient en conséquence»

 

يصح تبعا ما لا يصح استقلالا

 

Ce gharar est donc toléré parce qu’il survient en conséquence.

 

Il convient donc de faire la différence entre le gharar considérable et le gharar négligeable.

 

Et lorsque nous analysons la réalité du buffet à volonté, nous voyons que celui qui y entre connaît sa propre personne et la quantité qu'il mange habituellement.

 

Tout comme il paiera le montant afin d'être rassasié, il paie en échange du rassasiement, le propriétaire du buffet a lui aussi fait son calcul lorsqu'il a déterminé le montant pour celui qui mange beaucoup ou peu.

 

Le gharar n'a donc pas lieu ici et il n'y a pas de donnée inconnue.

 

Nous n'avons jamais entendu quelqu'un entrer dans un buffet à volonté et se plaindre de ne pas avoir mangé pour le montant qu'il avait payé.

 

Et nous n'avons jamais entendu qu'un restaurateur ait fait des pertes avec un buffet à volonté à cause du gharar.

 

Et les spécialistes du fiqh - qu'Allâh leur fasse miséricorde - ont certes édicté la permission de ce qui s'apparente à ceci et l'imâm An-Nawawî a même rapporté la présence d'un consensus concernant la permission de cela dans son explication de sahih Mouslim.

 

Il dit : 

 

«Les musulmans sont unanimes concernant la permission des choses qui contiennent un gharar négligeable, parmi celles-ci : la vente de vêtement rembourré, même si on ne voit pas le rembourrage, si l'on ne vendait que le rembourrage, ceci ne serait pas permis.

Et ils sont également unanimes sur la permission de louer une maison, une monture ou un vêtement durant une période d'un mois.

Alors qu'un mois peut être composé de 30 ou de 29 jours.

Et ils sont unanimes sur la permission d'entrer au hammâm pour un montant prédéfini alors que la quantité d'eau et le temps passé diffèrent d'une personne à l'autre.

Et ils sont aussi unanimes sur la permission de s'abreuver du robinet en échange d'une contrepartie, alors que l'on ignore la quantité exacte bue et le différentes habitudes des buveurs.»

(Volume 9 page 155)

 

Et lorsqu'il ibn al-Qayyim parla du gharar négligeable qui est toléré, il dit :

 

«Et il en est ainsi de l'entrée au hammâm et du fait de boire du robinet, la quantité n'est pas définie tandis que les gens diffèrent dans ce qu'ils en usent »

 

Il dit plus loin :

 

«Ce n'est pas tout gharar qui est une cause provoquant l'interdiction, si le gharar est négligeable ou s'il n'est pas possible de s'en prémunir, alors il ne constitue pas un élément empêchant la validité du contrat.

Concernant le gharar qui réside dans les fondations des murs, dans le ventre des animaux, ou dans les derniers fruits dont certains affichent la maturité et d'autres non, il n'est pas possible de s'en prémunir.

Et le gharar présent dans l'entrée au hammâm, dans le fait de boire du robinet et dans ce qui s'apparente à cela, est un gharar négligeable.

Et ces deux sortes (de gharar) ne rendent pas la vente interdite.»

(Zâd al-ma'âd volume 5 page 821)

 

Et Cheikh Ibn 'Uthaymin - qu'Allâh lui fasse miséricorde - dit :

 

«Il existe des commerces où l'on vend des plats, ils disent : «Paie 10 et tu peux manger jusqu'à être rassasié».

La réponse apparente est que cela fait partie des choses tolérées car le repas est connu et cela fait partie des choses dans lesquelles on fait preuve de tolérance habituellement.

Quant à l'individu, s'il sait qu'il est un gros mangeur, alors il est obligatoire qu'il le stipule* auprès du propriétaire de l'établissement.

En effet, les gens ne sont pas tous les mêmes.»

(Charh al-moumti' volume 4 page 322)
 

Je dis (par rapport à *), ce n'est pas une condition, comme je l'ai déjà expliqué.

 

Les spécialistes de la jurisprudence ont d'ailleurs permis de louer et de payer un salarié ou une femme qui allaite avec la nourriture que réclame leur ventre, alors que les gens diffèrent dans le besoin de nourriture, certains mangent plus et d'autres mangent moins.

 

On trouve dans zaad al-moustaqni' et dans l'explication de celui-ci, ar-rawd al-mourba' ma'a haachiyati ibni Qaasim :

 

«Il est valable de louer les services du salarié et de la femme qui allaite en les nourrissant et en les habillant».

Ceci est rapporté de Abi Bakr, de 'Omar, de Abî Moussâ concernant le salarié.

Quant à la femme qui allaite, la preuve est la parole d'Allâh - sens - :

"Au père de l’enfant de les nourrir et vêtir de manière convenable" (Al-Baqarah - 233).

(Volume 5 page 299-300)

 

Il est dit dans al-insâf :

 

«Ceci est le madhhab (hanbalite) sans exception, et ce sur quoi sont la majorité de ses adeptes.»

(Volume 14, page 277)

 

Et dans le Moughni :

 

«Et c'est le madhhab de Malik et de Ishâq, en raison de ce qu'a rapporté Ibn Majah selon 'Outbah ibn an-Nouddar qui dit : Nous étions auprès du messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم et il lut «Ṭ’ā, Sīn, Mīm»* jusqu'à atteindre le passage relatant l'histoire de Moussa, puis il dit : «Moussa a certes échangé ses services pendant 8 ou 10 ans contre la chasteté de son sexe et la nourriture de son ventre».

Et ce qui fut une législation pour ceux qui nous ont précédé est une législation pour nous tant que rien n'indique que cela fut abrogé.

Et l'on rapporte de Abi Hourayrah - qu'Allâh l'agrée - qu'il dit :

Je louais mes services contre la nourriture pourvue par Busrah Bint Ghazwan. J'ai servi les gens lorsqu'ils revenaient de voyage et conduit leurs chameaux lorsqu'ils se mettaient en route.»

rapporté par Ibn Mâjah.

Puisque nous avons évoqué que certains parmi les compagnons et autres le faisaient, et que personne n'a contesté, ceci est alors un consensus. Et aussi, puisque ceci est confirmé au sujet de la femme qui allaite par le verset, alors ça l'est aussi pour autre qu'elle par analogie (qiyâs).» fin

(Volume 8 page 68-69 avec quelques accommodations).

* (Sourate les poètes)

 

Je dis :

 

On sait que la location n'est valide que lorsque le prix en est fixé, pourtant ils ont autorisé que cela soit contre la nourriture que réclame son ventre.

 

Et c'est identiquement la même chose que celui qui entre dans un buffet et paie un montant en échange de ce que réclame son ventre comme nourriture, c'est du pareil au même.

 

L'affaire est claire et évidente.

 

Et celui qui s'oppose à ce jugement s'oppose au consensus ramené par l'imâm An-Nawawî.

 

Et nous ne connaissons personne dans le passé, parmi les adeptes de la science, ayant été à l'encontre de cela.

 

Et Allâh est le plus Savant.

 

Sur le site officiel de Cheikh - «حكم البوفيه المتوح الذي بعوض»

Traduit par Abdoullah Abou Khouzaymah

Publié par la page L'Islam c'est la Sounnah et la Sounnah c'est l'Islam

 

Cheikh 'Abdoul Mouhçin Bnou Nâçer al 'Oubeykân - الشيخ عبدالمحسن بن ناصر العبيكان

Partager cet article

Pourquoi te persécutent-ils ?

Publié le par 3ilm.char3i

Pourquoi te persécutent-ils ?

Cheikh Ahmad Bin Omar Bâzmoul حفظه الله تعالى dit en y répondant :

 

Car tu invites les gens (à Allâh), et tu les mets en garde de deux côtés :

 

- du côté des désirs, et de ce fait les partisans du bas-monde te rejettent, ils rejettent ce sur quoi tu es, et ils te détestent

 

- et les partisans des ambiguïtés aussi te rejettent, ils rejettent ce que quoi tu es, et ainsi ils te combattent, et te persécutent

 

Et toi tu sais que tu n'agis que pour Allâh, et non pas pour ta propre personne.

 

Alors ce que tu subis comme persécutions pour Allâh, il n'y a pas plus doux, plus succulent et plus savoureux, car cela se produit pour Allâh عز وجل.

 

C'est pour cela que si tu te mets en colère lorsque tu es persécuté, alors tu te dois de te remettre en question...

 

- Est-ce que tu appelles à Allâh ?

 

Ou

 

- Est-ce que tu appelles à ta propre personne ?

 

Explication du matn des Trois Fondements, cours n°1

Traduit et publié par la chaîne Telegram @AlmeerathAnnabawiForNonArab

لماذا يؤذونك؟
الشيخ أحمد بن عمر بازمول - حفظه الله تعالى - مجيبًا
 لأَنَّكَ تَدْعُو النَّاسَ وَتُحَذِّرُهُمْ مِنْ جَانِبَيْنِ مِنْ جَانِبِ الشَّهَوَاتِ فَأَهْلُ الدُّنْيَا يَرْفُضُونَكَ يَرْفُضُونَ مَا أَنْتَ عَلَيْهِ وَيُبْغِضُونَكَ وَأَهْلُ الشُّبُهَاتِ أَيْضَاً يَرْفُضُونَكَ وَيَرْفُضُونَ مَا أَنْتَ عَلَيْهِ فَيُحَارِبُونَكَ وَيُؤْذُونَكَ وَأَنْتَ تَعْلَمُ إِنَّمَا تَعْمَلُ للهِ لَا لِنَفْسِكَ فَمَا تَعَرَّضْتَ فِيْهِ مِنَ الْأًذى للهِ فَمَا أَحْلَاهُ وَمَا أَلَذَّهُ وَأَطْعَمَهُ لِأَنَّهُ فِي ذَاتِ اللهِ -عَزَّ وَجَلَّ- ، وَلِذَلِكَ إِنْ كُنْتَ تَغْضَبُ إِنْ أُوذِيتَ فَأَنْتَ عَلَيْكَ أَنْ تُرَاجِعَ
هَلْ تَدْعُو إِلَى اللهِ
أَمْ تَدْعُو إِلَى نَفْسِكَ
المصدر : الدرس الأول من شرح متن الأصول الثلاثة

 

Cliquez pour agrandir

 

Cheikh Ahmad Ibn 'Umar Bâzmoul - الشيخ أحمد بن عمر بازمول

Partager cet article

Comment êtes-vous devenus des barbares ? (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i

Comment êtes-vous devenus des barbares ? (audio-vidéo)

Parmi les atrocités de Daech : au mois de Ramadhân 1437 (2016), nous apprenions la nouvelle effarante du meurtre d’une mère par ses deux fils revendiquant leur appartenance à Daech.

 

Ils ont aussi agressé leur père et leur frère.

 

Cheikh ‘Ali Al-Haddâdi avait alors écrit quelques vers de poésie que je vous laisse découvrir ici traduits.

 

Notons toutefois que la splendeur du poème en langue arabe n’est aucunement comparable à cet essai de traduction.

 

Qu’Allâh le récompense et fasse miséricorde à la défunte. 

Comment êtes-vous devenus des barbares ?

كيف صرتم وحوشا ؟

 

أي قتل وأي غدر يداني .. قتل أمٍّ قضى عليها ابناها

 

Quel crime et quelle scélératesse peut bien s’apparenter

Au meurtre d’une mère que ses deux fils se décidèrent à assassiner ?

 

أغمضا عينها اغتيالا وكانا .. عندها دون قدرهم عيناها

 

Par homicide, ses yeux ils ont clos tandis que

Ces derniers lui étaient bien moins chers qu’eux.

 

أحْزَنَ الجرم كلّ شرق وغربٍ .. أي عينٍ ذا الجرم ما أبكاها

 

Le méfait a attristé le monde du ponant au levant.

Combien d’yeux l’auteur du crime a-t-il rendu larmoyants !

 

فاقَ ذا الجرم حدّ كلِّ خيالٍ .. أخرَسَ الناس أن تُبين لغاها

 

Le criminel a dépassé la limite de toute imagination,

Laissant, sans voix, les gens dans la stupéfaction.

 

تقتلان التي يعزُّ عليها .. لو جرحتم بطعنكم إياها

 

Vous avez assassiné celle qui aurait difficilement supporté,

Que vous soyez blessés dans votre tentative même de la poignarder.

 

أمّكمْ هذه التي لو دعتكمْ .. دعوةَ الشرك لم يحلَّ أذاها

 

Votre mère qui, même si au polythéisme elle vous avait appelés,

La léser n’aurait point été toléré.

 

قولُ (أفٍّ) لها جُناح كبير .. عندَ ربي فكيفَ سفكُ دماها

 

Lui adresser un soupir est un énorme péché

Auprès de mon Seigneur, alors qu’en est-il de son sang versé ?

 

نبؤونا كيفَ صرتمْ وحوشاً .. حارَ فكرُ الذكي فيكمْ وتاها

 

Comment êtes-vous devenus des barbares ? Veuillez nous informer.

L’esprit sagace vous fait défaut et s’est fourvoyé.

 

كيفَ قالَ الذي دعاكمْ وماذا .. كانتِ الشبهة التي ألقاها

 

Qu’a donc dit celui qui vous a appelé ?

Quelle était donc l’ambiguïté qu’il vous a lancée 

 

فذبحتم أمّاً بشهر كريم .. ثم صحتم تكبرون اللهَ

 

Pour en arriver à tuer une mère en un noble mois*

Puis vous avez hurlé, glorifiant Allâh.

 

وانقضضتم على أبيكم كذئبٍ .. بل ككلبٍ به السُعارُ تناهى

 

Ensuite, tels des loups, sur votre père vous vous êtes rués

Ou plutôt comme des chiens dont la rage s’est emparée.

 

وانقضضتمْ على أخيكمْ بطعنٍ .. يالَتلكَ القلوبِ ما أقساها

 

Puis, sur votre frère vous vous êtes jetés à le poignarder.

Comme ces cœurs sont dépourvus de sensibilité !

 

لمْ يعودوا لديكمُ الأهل أهلاً .. كلّهم أصبحوا لديكمْ شِياها

 

La famille, pour vous, une famille n’est plus

Tous à vos yeux sont des moutons, rien de plus.

 

جعلَ اللهُ يومكمْ يوم خزيٍ .. لاتجيبان فيه إلا بِ (ها) - ها

 

Qu’Allâh fasse de votre jour (votre mort) un jour avilissant

Dans lequel vous ne répondrez que par des gémissements.

 

ما عرفتم من الشريعة زعماً .. غير ذبح فأين - من أحياها

 

Vous n’avez connu de la législation soi-disant

Que l’égorgement mais où est «quiconque lui fait don de la vie»** ?

 

قدْ أتيتمْ منَ الجرائمِ شيئاً .. كلّ رطب ويابسٍ قد أباها

 

Ce crime que vous avez commis,

Toute chose fraîche ou sèche le renie.

 

ما ارتضاها سوى الخوارجِ يوماً .. فبذا الفعلِ حِزبُهم يتباهى

 

Personne ne l’a agréé un jour hormis les khâriji,

Leur faction se vante de ce genre d’agissements.

 

فخذوا الحِذر واحذروا كلّ داعٍ .. قدْ أثارَ الثورات أو زكّاها

 

Prenez donc garde et soyez méfiants

Envers tout prédicateur fomentant les révoltes ou les louant.

 

بدأَ الدربَ ذو الخويصر قِدْماً .. ونتاجُ الإخوان قد أحياها


Dhu Al Khouaysirah*** a montré la voie anciennement

Et les dérivés des ikhwân l’ont revivifiée plus récemment.

 

فكرُ (بنّا) و(سيّد) وبنوهم .. كفّرَ الناسَ واستحلَّ دماها

 

L’idéologie de Banna, Qutb et de leurs enfants…

Ils ont excommunié les gens et rendu licite leur sang.

 

خدعوا الناسَ بالشعارات حتى .. جرجروهمْ إلى جحيمِ لظاها

 

Ils les leurrèrent de leurs slogans,

Jusqu’à les tirer vers un feu ardent.

 

وفتاوى الأعلامِ كمْ قدْ أبانتْ .. منْ أرادَ النجاةَ يتبعْ سَناها

 

Et combien les fatawa d’illustres personnages ont mis en lumière,

Que celui qui veut le salut suive donc l’éclat de ces dernières.

 

* Ramadhân

** En référence au verset 32 de la sourate Al-Mâ’idah (traduction rapprochée) :

{C'est pourquoi Nous avons prescrit pour les enfants d'Israʾil (Israël) que quiconque tuerait une personne non coupable d'un meurtre ou d'une corruption sur la terre, c'est comme s'il avait tué tous les hommes. Et quiconque lui fait don de la vie, c'est comme s'il faisait don de la vie à tous les hommes. En effet Nos messagers sont venus à eux avec les preuves. Et puis voilà, qu'en dépit de cela, beaucoup d'entre eux se mettent à commettre des excès sur la terre.}

*** C’est celui qui a dit au Prophète صلى الله عليه وسلم lorsqu’il distribuait le butin :

«Sois juste, Ô Muhammad car tu ne l’as pas été.»

Il lui a alors répondu : «Malheur à toi, et qui donc sera équitable si je ne le suis pas ?» Umar رضي الله عنه lui dit : «Laisse-moi frapper le cou de cet hypocrite, Ô Messager d’Allâh !»

Le Messager d’Allâh dit alors : «Cet homme a des compagnons qui lisent le Qur’ân mais il ne dépasse pas leurs gosiers. Ils sortent de la religion comme la flèche sort de sa cible.»

Rapporté dans Sunan Ibn Mâjah (vol.1 hadith n°172) et authentifié par Al-Albâni

 

Traduit par Oum Suhayl 

 Publié par 3ilmchar3i.net

بسم الله الرحمن الرحيم

هذا تسجيل صوتي لقصيدة بعنوان : كيف صرتم وحوشا ؟

في الرد على الداعشيين اللذين قتلا أمهما وطعنا أباهما وأخاهما

للشيخ علي بن يحيى الحدادي حفظه الله

مدة التسجيل الصوتي: ثلاث دقائق. نص القصيدة

بسم الله الرحمن الرحيم

قال الشيخ علي بن يحيى الحدادي حفظه الله تعالى

أصبحنا يوم الجمعة ١٩ / رمضان/ ١٤٣٧ه‍ على خبر مفزع مزلزل، شابان يقتلان أمهما ويطعنان أباهما وأخاهما بدافع العقيدة الخارجية التكفيرية.

فكانت هذه الأبيات التي أسال الله أن ينفع بها

كيف صرتم وحوشا ؟

أي قتل وأي غدر يداني .. قتل أمٍّ قضى عليها ابناها

أغمضا عينها اغتيالا وكانا .. عندها دون قدرهم عيناها

أحْزَنَ الجرم كلّ شرق وغربٍ .. أي عينٍ ذا الجرم ما أبكاها

فاقَ ذا الجرم حدّ كلِّ خيالٍ .. أخرَسَ الناس أن تُبين لغاها

تقتلان التي يعزُّ عليها .. لو جرحتم بطعنكم إياها

أمّكمْ هذه التي لو دعتكمْ .. دعوةَ الشرك لم يحلَّ أذاها

قولُ (أفٍّ) لها جُناح كبير .. عندَ ربي فكيفَ سفكُ دماها

نبؤونا كيفَ صرتمْ وحوشاً .. حارَ فكرُ الذكي فيكمْ وتاها

كيفَ قالَ الذي دعاكمْ وماذا .. كانتِ الشبهة التي ألقاها

فذبحتم أمّاً بشهر كريم .. ثم صحتم تكبرون اللهَ

وانقضضتم على أبيكم كذئبٍ .. بل ككلبٍ به السُعارُ تناهى

وانقضضتمْ على أخيكمْ بطعنٍ .. يالَتلكَ القلوبِ ما أقساها

لمْ يعودوا لديكمُ الأهل أهلاً .. كلّهم أصبحوا لديكمْ شِياها

جعلَ اللهُ يومكمْ يوم خزيٍ .. لاتجيبان فيه إلا بِ (ها) (ها)

ما عرفتم من الشريعة زعماً .. غير ذبح فأين (من أحياها)

قدْ أتيتمْ منَ الجرائمِ شيئاً .. كلّ رطب ويابسٍ قد أباها

ما ارتضاها سوى الخوارجِ يوماً .. فبذا الفعلِ حِزبُهم يتباهى

فخذوا الحِذر واحذروا كلّ داعٍ .. قدْ أثارَ الثورات أو زكّاها

بدأَ الدربَ ذو الخويصر قِدْماً .. ونتاجُ الإخوان قد أحياها

فكرُ (بنّا) و(سيّد) وبنوهم .. كفّرَ الناسَ واستحلَّ دماها

خدعوا الناسَ بالشعارات حتى .. جرجروهمْ إلى جحيمِ لظاها

وفتاوى الأعلامِ كمْ قدْ أبانتْ .. منْ أرادَ النجاةَ يتبعْ سَناها

رحم الله الأم المغدورة هيلة العرين وشفى الله زوجها وابنها وحمى الله وطننا الغالي وبلاد المسلمين من كل سوء. د. علي بن يحيي الحدادي ١٤٣٧/٩/٢٢

 

Cheikh 'Ali Ibn Yahya Al-Hadâdy - الشيخ علي بن يحيى الحدادي

Partager cet article

L'homme, ça ne lui fait pas mal d'être poignardé, car il s'attend à tout !

Publié le par 3ilm.char3i

L'homme, ça ne lui fait pas mal d'être poignardé, car il s'attend à tout !

L'homme, ça ne lui fait pas mal d'être poignardé, car il s'attend à tout.

 

Par contre ce qu'il lui fait le plus mal, c'est lorsqu'il se retourne et il constate que celui qui l'a poignardé, n'est nul autre que son Cher frère, pour lequel il a fait beaucoup de sacrifice.

 

Sur la chaîne Telegram de Cheikh - @Moh1Rz2H3

Traduit et publié par la Chaîne Telegram Dévoilement des ruses des pseudo-savants - @kashalghita

 

 

Cheikh Mohammad Ibn Ramzân Al-Hadjiri - الشيخ محمد بن رمزان الهاجري

Partager cet article

Profiter des offres et promotions commerciales durant les fêtes et célébrations des mécréants (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i

Profiter des offres et promotions commerciales durant les fêtes et célébrations des mécréants (audio-vidéo)

Question :

 

Une question portant sur les offres promotionnelles d’actualité en ce moment dans certains grands centres commerciaux. 

 

Réponse :

 

Il n’y a pas de mal à ce que le musulman profite de ces offres promotionnelles du nouvel an ; car à travers elles, le musulman ne les célèbre pas religieusement et il ne s’agit pas d’une fête mais plutôt, elles ne sont que des occasions commerciales prodiguées sur le moment.

 

Le musulman peut donc en profiter, surtout que nous savons que d’un point de vue économique, ces promotions ne reposent pas sur la célébration du nouvel an en lui-même mais elles sont plutôt bâties sur la liquidation et le bilan budgétaire en fin d’année.

 

Les entreprises écoulent donc leur stock et ce qui reste constitue généralement des gains.

 

Les entreprises baissent alors leurs prix afin de se débarrasser du surplus : c’est pourquoi elles s’y mettent un mois et demi avant la fin de l’année, étant donné que la société base ses bilans budgétaires sur son année fiscale. 

 

D’un point de vue économique, ces opérations promotionnelles n’ont donc aucun lien avec la célébration de noël.

 

Et même si cela était fait pour noël, cela ne nuit en rien au musulman qui lui ne s’associe pas à eux en le célébrant.

 

Cela ne fait donc pas partie des emblèmes de la fête de noël mais il s’agit plutôt d’un acte accompli en ce jour-là.

 

Et il y a une différence entre ce qui est fait pour la célébration et ce qui est fait durant ce jour.

 

De même en est-il concernant les coupons de réductions donnés aux salariés musulmans dans les pays mécréants, coupons qui sont utilisés durant la fête de noël ou pour le nouvel an : les sociétés qui les emploient leur offrent un chèque cadeau de la société.

 

Il est permis au musulman de les utiliser lors de ce jour car ce jour ne fait pas partie des emblèmes de la fête mais il est seulement utilisé lors de ce jour-là et il n’y a pas de mal ni de problème à ce que le musulman en tire profit. 

 

Traduit et publié par cerclesciences.fr

Cheikh Souleyman Ben Salîm Allâh Ar-Ruheylî - الشيخ سليمان بن سليم الله الرحيلي

Partager cet article

Avoir peur de l'avenir (audio)

Publié le par 3ilm.char3i

Avoir peur de l'avenir (audio)

Question :

 

Noble Sheykh, qu'Allâh vous accorde le succès, le questionneur dit :

 

Je préserve mes cinq prières quotidiennes, les accomplissant à l'heure.

 

Je récite régulièrement le Qour'an, et accomplis les jeûnes surérogatoires ; et toute La Louange revient à Allâh.

 

Mais parfois, j'ai la crainte de l'avenir concernant ma subsistance et celle de mes enfants, particulièrement ces derniers temps.

 

Cela me cause soucis, tristesse et confusion.

 

Quel est votre conseil concernant cela ?

 

Réponse :

 

Ceci provient de Shaytan.

 

Tu dois chercher refuge auprès d'Allâh contre cela.

 

Si tu ressens ça, tu cherches refuge auprès d'Allâh, en ayant une bonne opinion d'Allâh et en te reposant sur Lui.

 

Allâh rendra les choses faciles par Sa Volonté. 

 

Traduit et publié par sounnah-publication.blogspot.com

الخوف من المستقبل - الرزق والمعيشة

فضيلة الشيخ وفقكم الله يقول : أحافظ على الصلوات الخمس في أوقاتها وأحافظ على قراءة القرآن وعلى صيام التطوع ولله الحمد ولكن ينتابني في بعض الأحيان الخوف من المستقبل مستقبل المعيشة والرزق وعلى مستقبل أبنائي ورزقهم خاصة في هذه الآونة الآخيرة مما أدخل على نفسي الهم والغم والحيرة يقول : ما توجيهكم ونصيحتكم لي في هذه الأمور ؟

العلامة صالح الفوزان حفظه الله  : هذا من الشيطان ، عليك بالإستعاذة من هذا الشيء ، إذا أحسست بشيء من هذا فاستعذ بالله ، وأحسن الظن بالله وتوكل على الله والله ييسر الأمور إن شاء الله لك ولأولادك , نعم

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Fait partie de la bonne relation de l'homme envers son épouse qu'il dorme avec elle dans un même lit

Publié le par 3ilm.char3i

Fait partie de la bonne relation de l'homme envers son épouse qu'il dorme avec elle dans un même lit

Fait partie de la bonne relation de l'homme envers son épouse qu'il dorme avec elle dans un même lit et avec une même couverture car ceci est la guidée du Prophète صلى الله عليه وسلم.

 

Quant à celui qui est insensible et vide, qui dort seul et son épouse dort seule, alors peut être que cela ira plus loin et alors l'époux dormira dans une chambre seul et l'épouse dans une autre chambre seule.

 

Et nul doute que ceci fait partie d'une mauvaise cohabitation.

 

Et Allâh تعالى a dit (sens rapproché) :

 

"Elles sont un vêtement pour vous et vous êtes un vêtement pour elle".

 

Et il n'y a pas plus grande proximité que l'être humain avec son vêtement.

 

التعليق على صحيح مسلم / ج2 / ص182

Traduit par Abdoullaah Abu Edem

Publié par 3ilmchar3i.net

قال الشيخ ابن عثيمين رحمه الله

من حسن معاملة الرجل امرأته أن ينام معها في فراش واحد وفي لحاف واحد؛ لأن هذا هو هدي النبي صلى الله عليه وسلم، أما أولئك القوم الجفاة الذي ينام وحده وزوجته وحدها وربما يذهب إلى أبعد من ذلك فينام في غرفة وهي في غرفة فلا شك هذا من سوء المعاشرة، وقد قال الله تعالى

"هن لباس لكم وأنتم لباس لهن"

 ولا أبلغ من صلة الإنسان بلباسه

(التعليق على صحيح مسلم / ج2 / ص182)

 

Cheikh Mohammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Le jugement relatif au perçage de plus d’un trou à l’oreille de la femme

Publié le par 3ilm.char3i

Le jugement relatif au perçage de plus d’un trou à l’oreille de la femme

Question :

 

Il s’est répandu dans le milieu des femmes de percer l’oreille plus d’une fois ; il se peut que cela arrive à cinq trous pour une seule oreille afin de mettre des boucles pour la parure.

 

Nous désirons, donc, vous interroger sur le jugement de cet acte, et fait-il partie de l’embellissement autorisé à la femme ?

 

Et qu’Allâh vous bénisse !

 

Réponse :

 

Louange à Allâh, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu’Allâh عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. 

Cela dit :

 

À la base, il n’est pas permis à la femme de modifier quoi que ce soit de sa constitution physique en ajout ou en diminution, en recherchant la beauté, que ce soit pour son époux ou autre sauf ce dont le Texte [religieux] a fait exception, ou ce qui engendre une nuisance tant physique que morale.

 

Et le fait de percer l’oreille de la femme pour la parure est permis ; il réalise l’intérêt de se parer par ce qui est autorisé autant pour la petite et la grande ; et cela n’est pas considéré telle une modification interdite de la création d’Allâh, car l’Islam lui a autorisé de se parer vu Sa Parole - qu’Il soit Très-Haut - (Sens du verset) :

 

"Quoi ! Cet être [la fille] élevé au milieu des parures et qui, dans la dispute, est incapable de se défendre par une argumentation claire et convaincante" [s. Az-Zoukhrouf (l’Ornement) : v. 18]

 

Et percer son oreille est un moyen pour se parer, et cela est attesté par le hadith du Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم à ‘Â’icha رضي الله عنها dans le hadith rapporté par Oummoû Zar‘ :

 

«J’étais pour toi tel Aboû Zar‘ pour Oummoû Zar‘», avec ce qu’a dit Oummoû Zar‘ : «Il [Aboû Zar‘] m’a parée de tant de bijoux qui tremblaient à mes oreilles.» (1) 

 

Et dans les Sahîh (d’Al-Boukhârî et de Mouslim), lorsque le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم a incité [un jour] à l’aumône, «les femmes jetèrent leurs boucles d’oreilles» (2)

 

Et il suffit dans la permission que la femme perce ses oreilles le fait qu’Allâh et Son Messager ont su ce que les gens ont fait et ils les ont approuvés, et si c’était une chose qu’ils ont interdite, la charia l’aurait démontré, car «retar­der la démonstration d’une chose au moment du besoin n’est pas permis» (3)

 

Cela étant, quant à l’ajout de plus d’un trou dans chaque oreille, il nécessite un argument qui appuiera son jugement ; car, ce qui est établi est : ce qui est autorisé – exceptionnellement – par la charia doit se limiter au maximum de ce que cette dernière indique et ne doit pas le dépasser.

 

Bien plus, faire plus [d’un trou] est une déformation et une défi­guration contraire à la base précédente (c’est-à-dire, ne pas déformer la création d’Allâh sans besoin), en plus que c’est une ressemblance aux partisans de la dépravation et du libertinage parmi les juifs et les chrétiens, et il est confirmé dans le hadith :

 

«Quiconque se fait ressembler à un peuple, il en fait partie.» (4)

 

Le savoir parfait appartient à Allâh سبحانه وتعالى, et notre dernière invocation est qu’Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

 

(1) Recueilli par : Al-Boukhârî (5189) et Mouslim (2448), d’après le hadith rapporté par ‘Â’icha رضي الله عنها.

(2) Rapporté par : Al-Boukhârî (964) et Mouslim (884), d’après Ibn ‘Abbâs رضي الله عنهما.

(3) Cf. : Touhfet Al-Mawdoûd d’Ibn Al-Qayyim (215).

(4) Recueilli par Aboû Dawoûd (4031), d’après le hadith d’Ibn ‘Oumar رضي الله عنهما. Ce hadith est authentifié par Al-‘Irâqî dans Takhrîdj Al-Ihyâ’ (1/359), et jugé haşane (bon) par Ibn Hadjar dans Fath Al-Bârî (10/271), et Al-Albânî dans Al-Irwâ’ (1269).

 

Alger, le 30 de Rabî‘ Al-Awwal 1429 H, correspondant au 6 avril 2008 G

Fatwa n° 884

Catégorie : Fatwas relatives à la Famille - La femme

Traduit et publié par ferkous.com

في حكم الزيادة على الثُّقْبِ الواحد في أُذُنِ الأنثى

السؤال : انتشر في أوساطِ النساءِ ثَقْبُ الأُذُنِ أَكْثَرَ مِن مرَّةٍ، قد تصل إلى خمسِ ثقوبٍ في الأُذُنِ الواحدةِ لأجلِ وَضْعِ الأقراط فيها للتزيُّن؛ فنَوَدُّ سؤالَكم عن حُكْمِ هذا العمل، وهل هو مِن التزيُّن المُباح للمرأة؟ وبارَكَ اللهُ فيكم

الجواب : الحمدُ لله ربِّ العالمين، والصلاة والسلام على مَنْ أرسله اللهُ رحمةً للعالمين، وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدِّين، أمَّا بعد

فالأصلُ أنه لا يجوز للمرأة تغييرُ شيءٍ مِن خِلْقتها بزيادةٍ أو نَقْصٍ الْتماسَ الحُسْنِ، لا للزوج ولا لغيره، إلَّا ما اسْتَثْنَاه النصُّ أو ما يحصل به الضررُ والأذى الحسِّيُّ أو المعنويُّ. وثَقْبُ أُذُنِ الأنثى للزِّينة جائزٌ، مُحقِّقٌ للمصلحة في التحلِّي بالمُباح للصغيرة والكبيرة على حَدٍّ سواءٍ، ولا يُعَدُّ ذلك مِن التغيير لخَلْقِ اللهِ المحرَّمِ لأنَّ الإسلام أَذِنَ لها بالتحلِّي لقوله تعالى

أَوَ مَن يُنَشَّؤُاْ فِي ٱلۡحِلۡيَةِ وَهُوَ فِي ٱلۡخِصَامِ غَيۡرُ مُبِينٖ - ١٨ الزخرف

، وثَقْبُ أُذُنها وسيلةٌ للتحلِّي، ويشهد لذلك قولُ النبيِّ صلَّى الله عليه وسلَّم لعائشةَ رضي الله عنها في حديثِ أُمِّ زَرْعٍ

«كُنْتُ لَكِ كَأَبِي زَرْعٍ لِأُمِّ زَرْعٍ»، مع قولِ أُمِّ زرعٍ: «أَنَاسَ مِنْ حُلِيٍّ أُذُنَيَّ»

(١)

، أي: مَلَأَهُما مِن الحُلِيِّ حتَّى صارَ يَنُوسُ فيها، أي: يتحرَّك ويَجُولُ، وفي الصحيحين لَمَّا حرَّض النبيُّ صلَّى الله عليه وسلَّم على الصدقة «جَعَلَتِ المَرْأَةُ تُلْقِي خُرْصَهَا...» (٢) الحديث، والخُرْصُ: هو الحَلْقةُ الموضوعةُ في الأُذُن.

ويكفي في جوازِ ثَقْبِ الأنثى أُذُنَيْها أنَّ اللهَ ورسوله عَلِمَ بفعلِ الناسِ وأَقَرَّهم عليه؛ فلو كان ممَّا نهى عنه لَبيَّنه الشرعُ؛ إذ

«تَأْخِيرُ البَيَانِ عَنْ وَقْتِ الحَاجَةِ لَا يَجُوزُ»

(٣)

هذا، وأمَّا الزيادةُ على الثُّقب الواحد في كِلا الأُذُنين فتحتاج إلى دليلٍ يُسْنِد حُكْمَها؛ لأنَّ المقرَّر أنَّ: ما أَذِن فيه الشرعُ ـ استثناءً ـ فيُقْصَرُ على أقصى ما يدلُّ عليه ولا يُتعدَّى مَحَلُّه، بل إنَّ الزيادة عليه تشويهٌ ومُثْلَةٌ مُخالِفةٌ للأصل المتقدِّم، فضلًا عن التشبُّه بأهل الفِسْق والفجور مِن اليهود والنصارى، وقَدْ ثَبَتَ في الحديث

«مَنْ تَشَبَّهَ بِقَوْمٍ فَهُوَ مِنْهُمْ»

(٤)

والعلمُ عند الله تعالى، وآخِرُ دعوانا أنِ الحمدُ لله ربِّ العالمين، وصلَّى الله على محمَّدٍ وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدِّين، وسلَّم تسليمًا

الجزائر في: ٣٠ ربيع الأوَّل ١٤٢٩ﻫ
الموافق ﻟ: ٠٦ أبريل ٢٠٠٨م

(١)

 مُتَّفَقٌ عليه: أخرجه البخاريُّ في «النكاح» بابُ حُسْنِ المُعاشَرةِ مع الأهل (٥١٨٩)، ومسلمٌ في «فضائل الصحابة» (٢٤٤٨)، مِن حديث عائشة رضي الله عنها.

(٢)

 مُتَّفَقٌ عليه: أخرجه البخاريُّ في «العيدين» بابُ الخُطْبةِ بعد العيد (٩٦٤)، ومسلمٌ في «صلاة العيدين» (٨٨٤)، مِن حديث ابنِ عبَّاسٍ رضي الله عنهما.

(٣)

 انظر: «تحفة المودود» لابن القيِّم (٢١٥).

(٤)

 أخرجه أبو داود في «اللباس» بابٌ في لُبْسِ الشهرة (٤٠٣١) مِن حديث ابنِ عمر رضي الله عنهما. وصحَّحه العراقيُّ في «تخريج الإحياء» (١/ ٣٥٩)، وحسَّنه ابنُ حجرٍ في «فتح الباري» (١٠/ ٢٧١)، والألبانيُّ في «الإرواء» (١٢٦٩)

الفتوى رقم: ٨٨٤

الصنف: فتاوى الأسرة - المرأة

Cheikh Abou Abdil-Mou'iz Mouhammad 'Ali Farkouss - الشيخ أبي عبد المعزّ محمد علي فركوس

Partager cet article

Récompense celui qui t'a annoncé une bonne nouvelle !

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Récompense celui qui t'a annoncé une bonne nouvelle !

Lorsque tu vois de ton frère une chose susceptible de le ravir, comme une nouvelle réjouissante ou un songe plaisant ou ce qui s'y apparente, il t'incombe de lui en faire la bonne annonce car tu lui procures ainsi de la joie.

 

Il convient de récompenser celui qui t'a annoncé une bonne nouvelle avec un présent adéquat à la situation, car Ka'b ibn Mâlik رضي الله عنه a donné ses deux vêtements à celui qui lui a annoncé la bonne nouvelle.

 

Ndlt : * C'était l'un des 3 compagnons رضي الله عنهم restés en arrière lors de l'expédition de Tabûk.

 

Explication de Riyâd AsSâlihîn 1/152

Sur le compte Twitter - @Binothaymeen

Traduit par Oum Suhayl 

 Publié par 3ilmchar3i.net

ينبغي لك إذا رأيتَ من أخيك شيئاً يسرُّهُ كأن يكون خبراً ساراً، أو رؤيا سارّة، أوما أشبه ذلكَ أن تبشرهُ بذلك لأنك تدخلُ السرور عليه
ينبغي مكافئةُ من بشرك بهديةٍ تكون مناسبة للحال، لأن كعب بن مالك - رضي الله عنه - أعطى الذي بشرهُ ثوبَيْهِ

شرح رياض الصالحين ١ / ١٥٢

 Récompense celui qui t'a annoncé une bonne nouvelle
Cliquez pour agrandir

 

Cheikh Mohammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Étaler sa vie sur les réseaux sociaux (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Étaler sa vie sur les réseaux sociaux (audio-vidéo)

Et de nos jours والله المستعان toutes les affaires des gens sont révélées, même ce qui se passe dans les maisons est propagé !

 

La femme, si elle cuisine un plat, elle photographie et envoie.

 

Si elle lave le carrelage, elle photographie et envoie.

 

Elle photographie son lit, son sac, etc.

 

Et les hommes, aussi.

 

Tout est dévoilé à présent sur ces réseaux sociaux, quels qu'ils soient.

 

Et en réalité, ceci est de l'incorrection.

 

Et il incombe aux musulmans de ne pas imiter ces frivolités et de préserver les secrets de leurs maisons, même pour ce qui est des choses simples.

 

Il nous est apparu que cela pouvait être une cause pour s'attirer le mauvais oeil ou qu'un fléau s'abatte.

 

58ème min environ

Traduit par Oum Suhayl 

 Publié par 3ilmchar3i.net

 

Cheikh Souleyman Ben Salîm Allâh Ar-Ruheylî - الشيخ سليمان بن سليم الله الرحيلي

Partager cet article

Épousseter son lit pour en retirer les nuisances déposées par Satan

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Épousseter son lit pour en retirer les nuisances déposées par Satan

D’après Azhar ibn Sa’îd : J’ai entendu Abû Umâmah dire :

 

"Certes, Satan vient à la couche de l'un d'entre vous après que son épouse la lui ait disposée et préparée ; il jette alors dessus un béton, un caillou ou quelque chose afin de le mettre en colère contre son épouse.

 

Ainsi, s’il trouve cela, qu'il ne s'irrite pas contre son épouse car il s’agit de l’oeuvre de Satan."

 

Rapporté par Al-Bukhâri dans AI-Adab Al-Mufrad sous le numéro 1191 et jugé "hasan"

Cheikh Zayd ibn Hâdi Al-Madkhali a dit en commentaire :

 

L'épouse de l'homme lui prépare son lit puis Satan investit la famille et y place une nuisance, il place ce qui nuit au propriétaire du lit, comme une épine, un clou, un bâton ou toute autre nuisance.

 

Et ceci est bien connu et expérimenté.

 

Son but - والعياذ بالله - est d’aliéner l'épouse dans l'esprit de l'homme.

 

Ainsi, si l'homme trouve dans son lit ces choses immondes, il se courrouce et se met à s'interroger : "Qui a fait cela ? Comment avez-vous fait cela ?", et ce qui s'y apparente.

 

Et la porte des hostilités entre l'homme et sa femme s'ouvre et peut le conduire jusqu'au divorce.

 

Et ce sont là les vils objectifs de Satan que de semer la discorde et la désunion entre l'homme et son épouse.

 

C'est pourquoi il a été ordonné à l'Homme lorsqu'il se met au lit, de l'épousseter avec l'envers de son pagne, il époussette son lit avant de s’y allonger avec l'envers de son pagne s'il en possède un, ou avec toute autre chose, comme le turban, ou le vêtement ou toute autre chose afin de s'assurer qu'il est valide.

 

'Awn Al-Ahad As-Samad 'alâ sharhi al-adab al-mufrad (vol.3 p.320)

 

Ndt : Cheikh 'AbderRazzâq Al-Badr a expliqué dans son commentaire de Al-Adab Al-Mufrad (cours n°150) que Satan pouvait placer lui-même la nuisance dans le lit de l’homme ou bien charger un jeune enfant de la maison de le faire en lui insufflant ce geste.

 

Traduit par Oum Suhayl 

 Publié par 3ilmchar3i.net

 

Cheikh Zayd Ibn Mohammed Ibn Hâdy Al Madkhali - الشيخ زيد بن محمد بن هادي المدخلي

Partager cet article

Les trois plus graves maux affectant les étudiants en science

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Les trois plus graves maux affectant les étudiants en science

Les trois plus graves maux affectant les étudiants en science :

 

1- L'amour du leadership 

 

Ce qui a pour conséquences la jalousie, le mensonge, l'animosité, l'inimitié, et la guerre acharnée entre eux.

 

Et j'ai même vu parmi eux, celui qui utilise l'exagération dans la critique et l'éloge, afin d'y parvenir.

 

Particulièrement avec la profusion d'ignorants qui pensent que plus tu critiques davantage tes frères, et tu durcis le langage, fais preuve de virulence contre eux, et amplifies l'insulte, l'injure, et les serments accentués, et plus tu es fort dans la sunna, et plus méritoire que quiconque dans ce domaine. 

 

2- Les femmes 

 

Shaytân lui insuffle un moyen de prédication et de délivrance d'avis juridiques, et comme quoi elles sont dans le besoin, et qu'il faut absolument leur répondre, faire preuve de sagesse envers elles dans la prédication.

 

Il ouvre alors la porte aux conversations avec elles en privé, avec tendresse et douceur, leur laissant l'occasion de laisser libre cours à la parole, jusqu'à tomber dans leur tentation. 

 

3- L'argent 

 

Shaytân lui insuffle de collecter de l'argent au nom de la prédication, et il lui délivre d'étonnants et étranges avis juridiques par le biais de son insufflation, jusqu'à ce qu'il soit convaincu qu'il est détenteur d'une vérité, sans parler de celui dont l'âme est faible. 

 

En résumé, laisser libre champs et se lâcher dans les causes menant à ces tentations, constitue un mal immense sur l'étudiant en science. 

Ce sont des maladies répandues. 

Et le remède réside dans la sincérité, la crainte révérencielle, la science, et l'obstruction des voies y menant. Et Allâh est Le plus Savant. 

 

Posté sur sa chaîne Telegram le 04/10/2018 - @alramly

Traduit par la chaîne Telegram غيث القلوب - @ghaithqolob

 Publié par 3ilmchar3i.net

أعظم ثلاثة أدواء تصيب طلبة العلم

1- حب الرياسة
ويترتب عليه الحسد والكذب والبغضاء والعداء والحرب الطاحنة بينهم، بل رأيت منهم من يستعمل الغلو في الجرح والتعديل للوصول إلى هذا، خصوصا مع كثرة الجهال الذين يظنون أنك كلما أكثرت من الطعن في إخوانك وغلظت الألفاظ وشددت عليهم وبالغت في السب والشتم والأيمان المغلظة؛ كلما كنت أصلب في السنة وأولى من غيرك في هذا المجال

2- النساء
يوسوس له الشيطان ذريعة الدعوة والإفتاء وأنهن محتاجات ولابد من إجابتهن والحكمة معهن في الدعوة فيفتح المجال لمحادثتهن على الخاص برقة ولطف ويترك لهن المجال في التوسع في الكلام حتى يقع في فتنتهن

3- المال
يوسوس له الشيطان أن يجمع المال لأجل الدعوة، ويفتي له فتاوى عجيبة غريبة بوسوسته حتى يقتنع أنه صاحب حق ، عداك عمن نفسه ضعيفة

باختصار فتح الذرائع والتوسع في الأسباب الموصلة لهذه الفتن شر عظيم على طالب العلم
هذه أمراض منتشرة
والعلاج في الإخلاص والتقوى والعلم وسد الذرائع. والله أعلم

Cheikh Abou Al-Hassan 'Ali Al-Ramly - الشيخ أبو الحسن علي الرملي

Partager cet article

Ah, si seulement ma mère ne m’avait pas enfanté… (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Ah, si seulement ma mère ne m’avait pas enfanté… (audio-vidéo)

En tout état de cause, je dis que nous devons - et je m’adresse cette parole à moi-même en premier lieu avant de vous l’adresser, en demandant à Allâh de tous nous y aider, je me le conseille à moi-même d’abord puis je vous le conseille.

 

Je dis : nous devons tous nous soucier de notre âme et lui demander des comptes.

 

Si les commerçants ne s’endorment pas avant d’avoir revérifiés les registres de leur commerce, entre ce qu’ils ont dépensé et déboursé et ce qu’ils ont gagné, alors il incombe à plus forte raison aux commerçants de l’au-delà d’être encore plus soucieux car leur commerce est plus important.

 

Le commerce des gens mondains, en quoi leur profite-t-il ? 

 

Dans le meilleur cas - si vraiment, il leur apporte quelque chose - il leur fait bénéficier de jouissances uniquement physiques, sachant que ce commerce est touché par l’angoisse et le chagrin.

 

Si une marchandise est endommagée, cela le préoccupe ; s’il y a dans son pays des périls : des brigands de chemin ou des voleurs, il devient encore plus anxieux. 

 

Alors que c’est tout le contraire concernant le commerce de l’au-delà (traduction rapprochée) :

 

{Ô vous qui avez cru ! vous indiquerai-je un commerce qui vous sauvera d’un châtiment douloureux ? vous croyez en Allâh et en Son messager et vous combattez avec vos biens et vos personnes dans le chemin d’Allâh, et cela vous est bien meilleur, si vous saviez ! Il vous pardonnera vos péchés et vous fera entrer dans des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux}

 

Il sauve du châtiment ; par son biais, Allâh pardonne les péchés et introduit aux jardins d’éden - c’est-à-dire les jardins de la demeure éternelle (traduction rapprochée) :

 

{et dans des demeures agréables dans les jardins d’Eden} (trad relat), des demeures agréables dans leurs constructions et dans leur matériau. 

 

Pensez-vous que les édifices du Paradis soient faits de pierre ?

 

Non, comme l’a dit le Prophète صلى الله عليه وسلم :

 

«deux jardins d’or : leurs récipients comme leur contenu ; et deux jardins d’argent : leurs récipients comme leur contenu».

 

Par Allâh, si l’Homme restait en prosternation du jour où il est devenu pubère jusqu’à sa mort, cela serait un prix faible en comparaison à ce butin grandiose.

 

Et s’il n’y avait eu que le fait d’être épargné du feu, cela aurait été suffisant.

 

Parfois, l’être humain réfléchit et se dit : «Ah si seulement je n’étais pas né» ou «Je me contenterai d’être épargné du feu».

 

Et Omar bn l-Khattâb, qu’Allâh l’agrée, avait dit :

 

«J’aurais aimé être un arbre que l’on taille, j’aurais aimé que ma mère ne m’enfante jamais»

 

Car l’Homme a peur.

 

Il peut penser être maintenant en sécurité du fait qu’il prie et jeûne et fait l’aumône et accomplit le hajj et est bienfaisant envers ses parents… mais il peut y avoir dans son cœur - et nous demandons à Allâh la préservation et le salut - un ressentiment qui conduit à une mauvaise fin, et auprès d’Allâh est le refuge.

 

Traduit et publié par cerclesciences.fr

Cheikh Mohammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié dans Rappels - تذكر

Partager cet article