La fraternité en islâm (audio)

Publié le par 3ilm.char3i

La fraternité en islâm (audio)

La louange toute entière appartient à Allâh, nous le louons, nous implorons son aide et son pardon et nous nous repentons à lui.

Et nous cherchons refuge auprès d'Allâh contre les maux de nos âmes et contre nos mauvaises actions.

Celui qu'Allâh guide, nul ne peut l'égarer, et celui qu'Il égare, nul ne peut le guider.

J'atteste que nul ne mérite l'adoration si ce n'est Allâh, seul sans associé, et je témoigne que Mohammad est son serviteur et son Messager. 

Cela dit, 

"Ô les croyants ! Craignez Allâh comme Il doit être craint. Et ne mourez qu’en pleine soumission." (Âl-'Imrân/102).

 

Serviteurs d'Allâh, la fraternité dans la religion d'Allâh est un lien fort qui lie les croyants.

 

Ils sont en effet frères dans la religion d'Allâh - 'azza wa jalla - , cette foi les rassemble, ils se rencontrent pour celle-ci et s'unissent sous sa bannière.

 

Ils sont certes des frères, même si leurs corps diffèrent, même s'ils vivent à différents endroits et même si leur couleur n'est pas la même.

 

Le croyant aime pour son frère croyant ce qu'il aime pour lui même.

 

Comment en serait-il autrement, alors qu'Allâh a mis ton frère musulman au stade de ta propre personne ?

 

Allâh dit - sens -

 

"Ne vous dénigrez pas vous-même" c'est-à-dire : ne dénigrez pas vos frères.

 

Ce lien fraternel entre croyants est un don qu'Allâh - 'azza wa jalla - nous a fait et pour lequel nous louons Sa noblesse et Sa grâce.

 

Certes Allâh a fait don aux croyants de cette fraternité de foi et la leur rappelle dans sa parole - sens -

 

"et rappelez-vous le bienfait d’Allâh sur vous: lorsque vous étiez ennemis, c’est Lui qui réconcilia vos cœurs. Puis, par Son bienfait, vous êtes devenus frères."

 

Et la faiblesse ne s'est propagée au sein des croyants qu'à cause de la négligence des droits qu'exigent cette fraternité et du manque d'accomplissement de ce qu'Allâh a fait obligatoire vis-à-vis de celle-ci.

 

La force des croyants n'existe que par la foi, et la foi ne peut exister qu'en présence de son anse la plus solide, et son anse la plus solide est «d'aimer en Allâh et de détester en Allâh.»

 

Néanmoins, certains parmi les musulmans - qu'Allah les guide - ne se limitent pas à la négligence quant aux droits de cette fraternité dans la foi, mais ils ajoutent à cela un péché évident, qui est de nuire à leur frère musulman en ayant recours à n'importe quelle sorte de nuisance.

 

Ceux-là ne savent-ils pas que la sacralité du Musulman chez Allâhi 'azza wa jalla est immense ?!

 

'Omar ibnou l-Khattâb porta son regard sur la ka'bah et dit :

 

«Combien tu es éminente et combien ta sacralité est grande, mais le croyant possède chez Allâh une plus grande sacralité encore.»

 

Et pour cette sacralité, certes Allâhou - 'azza wa jalla - se met dans une colère terrible, lorsque son serviteur croyant ou sa servante croyante se voient causer du tort sans droit.

 

Allâhou - 'azza wa jalla - dit - sens - :

 

"Et ceux qui offensent les croyants et les croyantes sans qu’ils l’aient mérité, se chargent d’une calomnie et d’un péché évident."

 

Leur fardeau est une énorme calomnie et un péché évident, c'est-à-dire qu'il n'y a point d'excuse pour le coupable de cela.

 

Ceux-là ont bafoués les droits d'Allâhi - 'azza wa jalla - concernant la préservation de la fraternité relative à la foi.

 

Et ils ont enfreint ce qu'Allâh a rendu sacré en causant du tort à leurs frères musulmans.

 

Et le Prophète (salla Allâhou 'alayhi wa sallama) a dit :

 

«Point de nuisance, ni à soi-même ni à autrui.»

 

Si le musulman ne reçoit aucun bien venant de toi, le stricte minimum est que tu l'épargnes de tes nuisances.

 

N'est-il pas que les façons de nuire aux croyants se propagent, se multiplient et se répandent progressivement.

 

Chaque jour nous, nous voyons émerger une forme de nuisance infligée aux croyants, des mains de ceux qui s'affilient pourtant à la foi et à la fraternité religieuse.

 

Et parmi les pires nuisances infligées aux croyants, il y a le fait de l'accuser et de salir son image devant les gens en ayant recours à la fausseté et au mensonge.

 

Il est rapporté d'Abi Ad-Darda - qu'Allâh l'agrée - qu'il dit :

 

«Quiconque propage une parole au sujet d'un musulman, afin de ternir son image alors qu'il en est innocent, Allâh se fait devoir de le châtier dans le feu de l'Enfer jusqu'à ce qu'il sorte de ce qu'il a dit.»

 

Le grand nombre d'atteintes à l'honneur des musulmans - en particulier aux savants parmi eux et aux étudiants en science - en inventant des choses à leur sujet, en mentant sur eux et en fournissant de fausses accusations contre eux, compte parmi les choses qui contreviennent aux droits de la fraternité établis noir sur blanc dans la religion de l'islâm et constitue une violation des limites d'Allâh ainsi que de ce qu'Il a fait sacré - soubhânahou wa ta'âlâ.

 

Le laxisme dans ce genre d'affaires n'est pas pardonné, jusqu'à ce que le croyant s'en repente et revienne vers Allâhi - soubhânahou wa ta'âlâ.

 

Et sont égaux dans cela, celui qui formule la parole pécheresse à l'égard d'un savant, d'un étudiant ou d'un musulman du commun, et celui qui la transmet et la propage sans s'assurer de son bien-fondé.

 

Comme l'a dit le prince des croyants, 'Ali ibn Abi Tâlib - qu'Allâh l'agrée - :

 

«Celui qui prononce une parole mensongère et celui qui allonge son câble (c'est-à-dire qu'il la propage) sont égaux dans le péché.»

 

Et parmi les formes de nuisances infligées aux croyants : on compte ce qui se produit entre certains d'entre eux, qui s'occupent à mentionner les défauts des autres et à scruter leurs secrets pour ensuite les divulguer aux gens.

 

Ceci est un des plus grands crimes contre lequel le Prophète ( salla Allâhou 'alayhi wa sallama ) nous a mis en garde, duquel les salafs s'éloignaient et avertissaient.

 

Un parmi les compagnons a dit - qu'Allâh l'agrée - :

 

«Nous disions que les individus qui ont le plus d'erreurs sont les plus prompts à mentionner les défauts d'autrui.»

 

C'est pour cela que Le Prophète (salla Allâhou 'alayhi wa sallama) a attiré notre attention sur ceux-là, en disant :

 

«L'un d'entre vous voit la brindille dans l’œil de son frère alors qu'il oublie le tronc qui se dresse en travers du sien ?!»

 

Ceux-là possèdent des capacités, que Shaytân stimule afin qu'ils guettent les erreurs et mettent le doigt dessus.

 

Au point où l'un d'eux peut voir une chose minuscule que l'on ne peut pourtant déceler qu'à la loupe ou ce qui s'apparente à cela.

 

Et c'est là le sens de la parole du Prophète (salla Allâhou 'alayhi wa sallama) :

 

«L'un d'entre vous voit la brindille dans l’œil de son frère.»

 

La brindille est à l'exemple d'un poil sur l’œil.

 

La punition d'Allâh - 'azza wa jalla - fut donc sévère : puisqu'il l'a distrait par le fait de scruter les défauts d'autrui, tandis qu'il lui fit oublier les manquements de son âme, qui sont pourtant immenses, comme le tronc d'un palmier.

 

Ceci, afin que la stratégie d'Allâh se concrétise sur lui, qu'il se présente à Allâhi -ta'âlâ - sans s'être repenti de ses fautes et sans lui avoir demandé pardon.

 

Ô musulmans !

 

Craignez Allâh - 'azza wa jalla - concernant la fraternité en religion, et sachez qu'elle compte parmi les plus grands bienfaits d'Allâhi 'azza wa jalla sur vous.

 

Et sachez également que son bien-fondé dans le Livre d'Allâh et dans la sounnah de son Messager (salla Allâhou 'alayhi wa sallama) fait partie ce qui est devenu extrêmement clair pour le commun des musulmans.

 

En effet, quiconque a lu le Corân et la sounnah ou entendu les textes sacrés en lien avec ce chapitre, a clairement vu que l'amour en Allâh ainsi que la fraternité islamique, sont un lien puissant et un fondement immense dans la législation d'Allâhi soubhânahou wa ta'âlâ. 


Ce lien ne peut-être dissout par des intuitions, ni par des suppositions mensongères et caduques, si ce n'est chez ceux qui ont le cœur scellé et la vue voilée par Allâhi - 'azza wa jalla- ils ne peuvent donc suivre la guidée d'Allâh, mais ils suivent plutôt les insufflations de Shaytân.

 

Ô vous musulmans !

 

La position du musulman vis-à-vis des erreurs de son frère musulman est détaillée dans le Livre d'Allâh -'azza wa jalla - et dans la sounnah de son Messager élu - salla Allâhou 'alayhi wa sallama.

 

Lorsque le musulman tombe dans une désobéissance, le couvrir est louable et ordonné à titre préférable et fortement recommandé.

 

Et les croyants sont ceux qui couvrent, tandis que les hypocrites sont ceux qui affichent.

 

Comme l'a dit al-Foudayl ibn 'Iyâd - qu'Allâh lui fasse miséricorde -:

 

«La turpitude se propage au sein des gens, jusqu'à arriver aux pieux qui lui font barrage.»

 

C'est comme cela qu'étaient les pieux prédécesseurs - qu'Allâh les agrée tous - ils couvraient et dissimulaient ce que l'on réprouve d'un croyant et qui pourrait ternir son image comme désobéissance à Allâh.

 

Ceci, afin que Shaytân ne soit pas un soutient pour votre frère, qu'il ne devienne pas son seul compagnon et le fasse errer dans tous les sentiers de l'égarement.

 

En revanche, si le musulman tombe dans une erreur en lien avec la religion d'Allâh, alors réfuter l'erreur est quelque chose de commander, il faut néanmoins user des méthodes qu'Allâh a ordonnées.

 

En effet, ceci ne doit pas être motivé par des raisons personnelles, ni pour donner victoire à sa propre personne, mais c'est plutôt par miséricorde envers le réfuté, afin que son erreur lui apparaisse et aussi par miséricorde envers les gens, afin que la vérité ne se mélange pas avec le faux et qu'ils ne s'égarent.

 

Voilà le sens des réfutations chez les savants, ils veillent à la réalisation de ce but et ils accompagnent chacune de leur réfutation de cette intention.

 

En revanche, lorsque les réfutations deviennent un moteur de haine, de répulsion et de rancœur et n'apportent aucune rectification des erreurs, mais au contraire ne font qu'augmenter la division et la dispersion, alors cela fait partie de ce que les savants ne louent pas et n'agréent pas entre les adeptes de la sounnah et du consensus.

 

Craignez donc Allâh serviteurs d'Allâh !

 

Et préservez ces fondements sur lesquels ont cheminé vos pieux prédécesseurs - qu'Allâh les agrée tous - Ceci eut comme résultat pour eux qu'ils concrétisèrent en terme de prédication à Allâhi - 'azza wa jalla - et de propagation de la science ce que nul autre qu'eux ne put concrétiser ni s'en réjouir.

 

Traduit par Abdoullah Abou Khouzaymah

 Publié par la Page L'Islam c'est la Sounnah et la Sounnah c'est l'Islam

واجب المسلم تجاه أخطاء إخوانه

إن الحمد لله، نحمده، ونستعينه، ونستغفره، ونعوذ بالله من شرور أنفسنا، وسيئات أعمالنا، مَنْ يَهْدِه الله فلا مُضِلّ له، ومَنْ يُضلل فلا هادي له، وأشهد أن لا إله إلا الله وحده لا شريك له، وأشهد أن محمدًا عبده ورسوله صلى الله عليه وعلى آله وأصحابه، وسَلّم تسليمًا كثيرًا إلى يوم الدين
أما بعد
أيها المؤمنون! اتقوا الله عز وجل حق تُقاته، ولا تموتن إلا وأنتم مسلمون

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا اتَّقُوا اللَّهَ حَقَّ تُقَاتِهِ وَلا تَمُوتُنَّ إِلَّا وَأَنْتُمْ مُسْلِمُونَ - آل عمران:102

عباد الله

إن الأُخُوّة في دين الله عز وجل رابطةٌ قويةٌ بين المؤمنين؛ فَهُم إِخوة في دين الله عز وجل، يجمعهم هذا الإيمان؛ فيلتقون عليه، ويَتّحدون تحت رايته، فَهُم إخوة وإن تفرقت أبدانهم واختلفت أماكنهم وتغيرت ألوانهم
يُحِبّ المؤمن لأخيه المؤمن ما يُحب لنفسه، كيف لا والله عز وجل قد نَزّل أخاك المسلم منزلة نفسك؟! فقال الله عز جل

وَلا تَلْمِزُوا أَنفُسَكُمْ - الحجرات 11 أي إخوانكم

إن هذه الرابطة بين المؤمنين رابطةٌ مَنّ الله عز وجل بها علينا، وتَفَضّل وتَكَرّم بها، لقد مَنّ الله على المؤمنين بهذه الأُخُوّة الإيمانية وذَكّرهم بها

وَاذْكُرُوا نِعْمَةَ اللَّهِ عَلَيْكُمْ إِذْ كُنْتُمْ أَعْدَاءً فَأَلَّفَ بَيْنَ قُلُوبِكُمْ فَأَصْبَحْتُمْ بِنِعْمَتِهِ إِخْوَانًا - آل عمران:103

أَلَا وإن الضعف ما بدأ يسري في المسلمين إلا بسبب التفريط في حقوق هذه الأُخُوّة، وضَعْف القيام بما أوجب الله عز وجل تجاهها
فقُوّة المؤمنين لا تكون إلا بإيمان، والإيمان لا يكون إلا بأوثق عُراه

وهو الحُب في الله، والبغض في الله

وإن بعض المسلمين –هداهم الله عز وجل- لم يكتفِ بالتفريط في حقوق هذه الأُخُوّة الإيمانية بل زاد على ذلك إثمًا مُبينًا؛ وهو إلحاق الضرر بإخوانه المسلمين بأي نوعٍ من أنواع الضرر
أفما علينا هذا وأمثاله أن حُرمة المؤمنين عند الله عز وجل عظيمة

رأى ابن عمر الكعبة فقال

ما أعظمكِ، وأعظم حُرمتك! وَلَلْمُؤمن أعظم عن الله حُرمةً منكِ

ولهذه الحُرمة فإن الله عز وجل يغضب غضبًا شديدًا إذا أُوذي عبده المؤمن أو أَمَته المؤمنة بغير حق؛ قال عز وجل

وَالَّذِينَ يُؤْذُونَ الْمُؤْمِنِينَ وَالْمُؤْمِنَاتِ بِغَيْرِ مَا اكْتَسَبُوا فَقَدِ احْتَمَلُوا بُهْتَانًا وَإِثْمًا مُبِينًا - الأحزاب:58

حملوا على ظهورهم البهتان (وهو الكذب الكبير)، وحملوا على ظهورهم الإثم المبين (أي البَيِّن الواضح؛ الذي لا عُذْر للمرء في اقترافه).

فهؤلاء ضَيّعوا حقوق الله عز وجل في حِفْظ الأُخُوّة الإيمانية، وانتهكوا حُرمات الله عز وجل في إلحاق الضرر بإخوانهم المسلمين
والنبي عليه الصلاة والسلام يقول

لَا ضَرَرَ وَلَا ضِرَار

فإذا لم يكن للمسلم منك خيرٌ فلا أقل من أن تَكُفّ أذاك عنه

ألَا وإنّ صُوَر أَذِيّة المؤمنين تنتشر وتكثر، وتفشو شيئًا فشيئًا؛ ففي كل يومٍ تُخرِج لنا الأيام صورةً من صُوَر أَذِيّة المؤمنين، تقع على أيدي بعض مَنْ ينتسب إلى الإيمان والأُخُوّة في الدين!
من أعظم ذلك ضررًا أَذِيّة المؤمن، اتهامه وإلحاق ما يشينه أمام الناس بالباطل والزور؛ فقد ثَبَت عن أبي الدرداء رضي الله تعالى عنه أنه قال

أيما امرئ أشاع على امرئ مسلم كلمةً فهو منها بريءٌ ليَشينه بها كان حَقًّا على الله عز وجل أن يُعَذِّبه بها في نار جهنم حتى يأتي بنفاذ ما قال

فكثرة الوقوع في أعراض المسلمين –لا سيما مَنْ كان من العلماء منهم، أو من طلبة العلم- بالافتراء عليهم والكذب عليهم، وإلصاق التُّهم الباطلة بهم هو مما يُنافي حقوق الأُخُوّة التي ثبتت بقَطعِيّات الشريعة الإسلامية، وهو انتهاكٌ صريحٌ لحدود الله وحُرماته تبارك وتعالى

فالتساهل في هذا الأمر جريمةٌ لا تُغتفَر حتى يتوب منها المؤمن ويرجع إلى الله سبحانه وتعالى

ويستوي في ذلك مَنْ نَطَق بكلمة الإثم إزاء عالِمٍ، أو طالب عِلْمٍ، أو إزاء رجل مسلم، أو إزاء امرأة مسلمة، يستوي هو ومَنْ نَقَلها ونَشَرها من غير تَثَبُّت، كما قال أمير المؤمنين علي بن أبي طالب رضي الله تعالى عنه، كما رواه أبو الشيخ عنه بإسنادٍ صحيح

القائل كلمة الزور والذي يَمُد بحبلها في الإثم سواء

ومن صُوَر أذِيّة المؤمنين: ما يقع من بعضهم من الاشتغال بذِكْر عيوبهم، والتتبع لعوراتهم ونَشْرها بين الناس؛ فذلك من الجرائم الكبيرة التي حَذَّر النبي عليه الصلاة والسلام منها، وجاء فِعْل السلف مُجانِبًا لها، مُحَذِّرًا منها
فقد قال بعض الصحابة رضي الله تعالى عنه

كُنّا نُحَدّث أن أكثر الناس خطايا أقربهم لذِكْر عيوب الناس

ولهذا؛ نَبّه النبي صلى الله عليه وسلم على هؤلاء في قوله

يُبْصِرُ أحَدُكُمُ الْقَذَاةَ في عَيْنِ أخِيهِ، وَيَنْسَى الْجِذْعَ مُعترضًا فِي عَيْنهِ؟!

فهؤلاء لهم قُدرة يَؤزّها الشيطان لتَصَيّد الأخطاء والوقوع عليها، حتى أنهم ليرون الشيء الصغير الذي لا يُرى إلا بالمجهر ونحوه، وهذا الذي أشار إليه النبي صلى الله عليه وسلم في قوله

يُبْصِرُ أحَدُكُمُ الْقَذَاةَ في عَيْنِ أخِيهِ

والقَذاة: هو كالشعر ونحوه إذا وَقع في العين.
فكان أن عَاقَبه الله عز وجل بعقوبةٍ صارمة؛ حيث ألهاه بِتَتَبّع هذه العيوب، وأنساه عن عيب نفسه؛ الذي هو كبير جدًّا، كجذع النخل، وذلك ليحق مَكْر الله عز وجل عليه، فيقدم على الله تعالى وهو غير تائبٍ من هذا الذنب، غير مستغفر له

فـ يا أيها المسلمون! اتقوا الله عز وجل في أُخُوّة الدين، واعلموا أنها من أعظم نِعَم الله عز وجل عليكم، واعلموا أن تقريرها في كتاب الله وفي سُنّة رسول الله صلى الله عليه وسلم أصبح من أوضح الواضحات لدى عموم المسلمين
عموم المسلمين
فكل مَنْ قرأ الكتاب والسُّنة، وكل مَنْ استمع إلى نصوص الكتاب والسُّنة في هذا الباب: تَبَيّن له أن المحبة في الله، وأن الأُخُوّة الإسلامية رابطةٌ عظيمة وأصلٌ كبير في شَرْع الله سبحانه وتعالى.
فلا يُزال هذا الأصل بأمورٍ تخمينية، وظنون كاذبةٍ فاسدة، إلا عند مَنْ خَتَم الله عز وجل على قلوبهم وطَبَع عليها، وجَعَل على أبصارهم غِشاوة؛ فلا يهتدون بهَدْي الله عز وجل، وإنما يهتدون 
بوحي الشيطان، أعاذنا الله عز وجل وإياكم من ذلك

أيها المسلمون
إن موقف المسلم من الأخطاء التي يقع فيها أخوه المسلم بَيّنةٌ في كتاب الله عز وجل، بَيّنةٌ في سُنّة المصطفى صلى الله عليه وسلم
فإن وَقَع المسلم في معصيةٍ فَسِتْره محمودٌ مأمورٌ به على جهة الاستحباب والتأكيد، وإن المؤمنين هُم الذين يسترون، وإن المنافقين هُم الذين يفرحون، كما قال الإمام الفُضَيل بن عياض رضي الله تعالى عنه ورَحمه

إن الفاحشة لتسري في الناس حتى إذا جاءت إلى الصالحين كانوا خُزّانها

فهكذا كانت السلف رضي الله تعالى عنهم يسترون، ويطوون ما يُنكَر عن مؤمنٍ مما يشينه في معصية الله عز وجل؛ وذلك لئلا يكون الشيطان عَوْنًا على أخيكم، فيتفرّد به، ويَهيم به في كل وادٍ من أودية الضلال

وأما إذا وقع المسلم في خطأ يتعلق بشرع الله عز وجل فإن رَدّ هذا الخطأ مأمورٌ به، ولكن بالطرق التي أَمَر الله سبحانه وتعالى بها؛ فلا يكون الرَّد لحظ النّفس، ولا للانتصار لها، وإنما يكون رحمةً بالمردود عليه؛ حتى يتبين له الحق
وأيضًا يكون رحمةً بالناس، وأن لا يلتبس عليهم الحق من الباطل فيضلوا
فهذا هو مُراد أهل العلم من الردود، فيُراعون هذا المقصد، ويستصحبونه في كل رَدٍّ يقومون به
أما أن تكون الردود داعيةً إلى البغضاء والتنافر والشحناء، لا تُثمر تصحيحًا للأخطاء، وإنما تزيد فُرْقةً وشَتاتًا فذلك مما لا يحمده أهل العلم ولا يرضاه بين أهل السُّنة والجماعة

فاتقوا الله تعالى عباد الله، وارعوا هذه الأصول التي سار عليها سلفكم رضي الله تعالى عنهم وأرضاهم، فكان أن حققوا من الدعوة إلى الله عز وجل ونَشْر العلم ما لم يُحَقّقه غيرهم، وما لم يسعد به سواهم

Cheikh 'Abdas Salam Ibn Barjass - الشيخ عبد السلام بن برجس آل عبد الكريم

Partager cet article

La perte de temps ! (audio)

Publié le par 3ilm.char3i

La perte de temps ! (audio)

Et je conseille à tous ceux à qui ma parole-ci parvient, je leur conseille de porter une grande attention au Livre d’Allâh.

 

Le livre d’Allâh contient guidance et lumière et il est la base de tout bien (traduction relative) :

 

{certes, ce Qur’ân guide vers ce qu’il y a de plus droit}, {dis : «pour ceux qui croient, il est une guidée et une guérison»} 

 

Et Il Sobhânah a dit (traduction relative) :

 

{et Nous avons fait descendre sur toi le Livre, comme un exposé explicite de toute chose, ainsi qu’un guide, une grâce et une bonne annonce aux musulmans}

 

Il incombe dès lors aux savants, aux étudiants en science, à tous ceux qui récitent de mémoire ou en lisant le Livre d’Allâh de porter une grande attention à ce Livre grandiose, de se tourner de tout leur cœur vers lui en le lisant, en le méditant et en compréhension, durant les moments propices, de jour comme de nuit, lors des moments oisifs, afin de tirer profit des Paroles de son Seigneur, afin de connaître son Seigneur et afin d’agir en conséquence.

 

Il Sobhânah a dit (traduction relative) :

 

{un Livre béni que Nous avons fait descendre vers toi, afin qu’ils méditent sur ses versets et que les doués d’intelligence réfléchissent !}

 

et (traduction relative) :

 

{ne méditent-ils pas sur le Qur’ân? Ou y a-t-il des cadenas sur leurs cœurs ?}

 

Il incombe donc aux musulmans de manière générale et tout particulièrement aux savants et aux étudiants en science de porter un soin attentif au grandiose Qur’ân, une attention particulière, complète, en le méditant, en le comprenant, en multipliant sa récitation, en recherchant les bénéfices puis d’agir.

 

Et confronté à une problématique, le savant se tourne vers son confrère, cherchant avec lui sur ce qui est équivoque, revenant aux tafsîrs célèbres dans lesquels beaucoup de bien se trouve, comme celui d’Ibn Jarîr, d’Al Baghawî, d’Ibn Kathîr ainsi que d’autres.

 

Il y retourne devant ce qui est équivoque et tire profit en solutionnant ce qui lui a posé problème, revenant aux preuves dans les ahâdîths si la solution lui a échappé dans le verset, mais sans être négligent.

 

Et toutes les Louanges reviennent à Allâh, ces livres sont facilement accessibles ainsi que les outils figurants dans les livres traitant des termes singuliers, de la langue, des hadîth, des fondements du fiqh, du glossaire des hadîth et tous les autres dont l’étudiant en science a besoin.

 

Concernant celui qui lit le Qur’ân mais qui n’est pas un savant, Allâh lui facilitera les choses s’il médite et saisit le sens.

 

Il s’y trouve aussi un adoucissement pour son cœur, un renforcement pour sa foi, un rappel de l’au-delà et des droits d’Allâh : il augmentera ainsi en science, guidée et piété.

 

Il ne sera guère privé de science qui pourrait lui être bénéfiques ou de biens.

 

Ensuite, nous avons la sunna du Messager صلى الله عليه وسلم, elle qui est la seconde révélation et fondation.

 

Quiconque la renie mécroit.

 

Quiconque la renie arguant qu’elle est inutile est un mécréant égaré et ce à l’unanimité des musulmans.

 

Elle est la seconde fondation révélée par Allâh à son Prophète, en exégèse du Livre d’Allâh, guider vers ce qui s’y trouve et exposer les autres jugements en suivant la sunna.

 

Il Sobhânah a dit (traduction relative) :

 

{et vers toi, Nous avons fait descendre le Qur’ân, pour que tu exposes clairement aux gens ce qu’on a fait descendre pour eux} 

 

Et Allâh a institué Son prophète afin qu’il expose aux gens, qu’il leur clarifie ce qui pouvait ne pas l’être pour eux dans le Livre d’Allâh.

 

Ainsi la sunna clarifie le Qur’ân, y guide et l’expose.

 

Je conseille donc à mes frères -gens de science et étudiants en science- de porter un soin attentif et diligent à la sunna, de réviser ses textes et chaînes de transmissions, d’être diligent à en mémoriser ce qu’il peut.

 

Je conseille également de mémoriser « ‘oumdatou l-hadîth » et « boulough l-marâm » ; ces deux livres sont en effet très profitables, tout particulièrement pour l’étudiant en sciences.

 

Ces deux livres sont précieux.

 

Et s’il peut mémoriser « muntaqa l-akhbar », alors c’est un bien sur un bien et lumière sur lumière.

 

Quoi qu’il en soit, le minimum serait de mémoriser « ‘oumdatou l-hadîth » du shaykh Abdelghanî et « boulough l-marâm » du hâfidh bn Hajar, ces deux livres figurant parmi les meilleurs et plus bénéfiques livres qui soient.

 

Je conseille donc à mes frères de les mémoriser, de leur accorder une grande attention étant donné qu’ils aident à comprendre le Livre d’Allâh et ce qui est venu dans la sunna.

 

Je conseille aussi à tous mes frères et sœurs, ajouté à ce qui a été dit précédemment sur le soin attentif à porter au Livre d’Allâh et à la sunna, d’écouter le Qur’ân à la radio.

 

Il n’est pas aisé à certains de pouvoir lire le Qur’ân, leur lecture pouvant même s’avérer être faible : il leur incombe alors d’écouter le Qur’ân à la radio, énormément de bien et profits s’y trouvent, dont l’étudiant en sciences peut profiter ainsi que les gens du commun ou non, hommes et femmes.

 

Je conseille donc l’écoute de la station du Qur’ân à la radio, de s’y occuper d’en tirer profit, tout comme je conseille également le programme « ‘nour ‘alà d-darb » au cours duquel un groupe de savants est interrogé et répond.

 

Je conseille donc d’écouter ce programme, d’en tirer profit, tout particulièrement aux communs des musulmans et musulmanes puisque le bénéfice tiré est énorme.

 

Le croyant et la croyante tirent profit de ce programme alors qu’ils se trouvent dans leur lit, dans leur voiture et il s’agit là d’un bienfait parmi les bienfaits d’Allâh et une grâce d’Allâh. Ils doivent donc s’occuper avec cela et s’en emparer comme butin.

 

Voici ce que j’avais à dire, je ne veux pas éterniser le discours.

 

J’implore Allâh Azza wa Jall de m’accorder ainsi qu’à vous la science bénéfique et l’œuvre pieuse.

 

Traduit et publié par cerclesciences.fr

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié dans Rappels - تذكر

Partager cet article

Qu'est-ce que le pardon «al-maghfirah - المغفرة» ? (audio)

Publié le par 3ilm.char3i

Qu'est-ce que le pardon «al-maghfirah - المغفرة» ? (audio)

Ils ont dit : al-maghfirah est dérivée de "al-mighfar - المغفر".


Al-mighfar est une chose que le guerrier met sur sa tête pour la recouvrir et qui le protège des flèches (ndt : une coiffe de maille).

 

Il permet donc à la fois de recouvrir et de protéger.

 

Ainsi, lorsque tu dis : "J'implore le pardon d'Allâh" (أستغفر الله) ou bien "Pardonne-moi Ô Mon Seigneur" (رب اغفر لي), tu demandes, en somme, deux choses.

 

La première :

 

La dissimulation, à savoir que tes défauts soient cachés des gens.

 

Si les gens avaient connaissance des péchés à ton actif, ils ne te rendraient pas même le salâm.

 

Comme a dit le poète :

 

Par Allâh, s'il savaient ce qu'enfouit mon âme
Ceux qui me rencontrent ne m'adresseraient pas même le salâm

 

Tu demandes donc à Allâh de te dissimuler.

 

La deuxième :

 

Tu demandes à Allâh une protection contre le péché, une protection contre le châtiment.

 

Tout pécheur mérite punition.

 

Si une personne dit : le pardon (al-maghfirah), c'est le fait de ne pas saisir/sanctionner pour un péché.

 

Nous disons : c'est en partie son sens.

 

Sa signification (complète) est de cacher le péché et ne pas demander de compte
à son propos.

 

Tafsir Sourate Ash-Shura - Cours n°2 - 11ème minute environ

Traduit par Oum Suhayl 

 Publié par 3ilmchar3i.net

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Invoquer Allâh en faveur du défunt près de la tombe de ce dernier et le tenir informé des nouvelles de ce bas-monde ? (audio)

Publié le par 3ilm.char3i

Invoquer Allâh en faveur du défunt près de la tombe de ce dernier et le tenir informé des nouvelles de ce bas-monde ? (audio)

Question :

 

Lorsque je vais au cimetière rendre visite à un proche décédé, je lui fais face et tourne le dos à la qiblah, puis je le salue et lui annonce quelques nouvelles réjouissantes.

 

Sur ce, je me place face à la tombe et fais en sorte qu ‘elle soit entre la qiblah et moi puis je lève les mains pour invoquer en sa faveur.

 

Cet agissement est-il correct ?

 

Réponse :

 

C'est justement la sunnah.

 

C'est justement la sunnah.

 

Tu lui fais face au moment de le saluer.

 

Tu le salues en lui faisant face, comme pour le vivant.

 

Et lorsque tu souhaites invoquer, tu fais face à la qiblah, tu places la tombe entre toi et la qiblah, puis tu invoques pour lui.

 

Na'am.

 

(Le lecteur) :

 

Et qu‘en est-il d'annoncer au défunt des choses réjouissantes ?

 

Réponse :

 

Je ne sais pas.

 

Je ne connais pas d'origine à cela.

 

Je ne connais pas d'origine à cela.

 

Na'am.

 

Le défunt apprécie les invocations, et non pas que tu l'informes des affaires mondaines.

 

Il a grand besoin d'invocations.

 

Invoque en sa faveur.

 

Sur le site de Cheikh - alfawzan.af.org.sa

Traduit par Oum Suhayl 

 Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Médire le savant constitue une offense à sa personne et à ce qu'il porte de la législation

Publié le par 3ilm.char3i

Médire le savant constitue une offense à sa personne et à ce qu'il porte de la législation

Soyez vigilants quant à ces questions délicates et ne vous précipitez pas.

 

Ne dédaignez pas le fait de médire des savants qui nous ont précédés et les suivants.

 

Car médire du savant ne constitue pas seulement une offense à sa personne, mais c'est à la fois une offense à sa personne et à ce qu'il porte de la législation.

 

Car si les gens ont une mauvaise opinion de lui, ils n'accepteront plus ce qu'il dit de la législation d'Allâh.

 

Ainsi, le désastre sera plus grand encore pour la législation (que pour la personne du savant).

 

Traduit par Oum Suhayl 

 Publié par 3ilmchar3i.net

Cliquez pour agrandir

 

Cheikh Mohammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Le Paradis est une ascension

Publié le par 3ilm.char3i

Le Paradis est une ascension

Le Paradis est une ascension, or l'ascension est un exercice difficile.

 

Quant au Feu -والعياذ بالله-, il s'agit d'une descente, à la progression facile, abrupte.

 

Ainsi, la plupart des âmes empruntent le chemin dénué de toute difficulté, les menant droit au Feu.

 

Sur le compte Twitter @nad_chimie

Traduit par Oum Suhayl 

 Publié par 3ilmchar3i.net

معالي الشيخ د. صالح الفوزان

الجنة صعود والصعود صعب وأما النار -والعياذ بالله- فهي انحدار، سهلة الطريق، منحدر، فأكثر النفوس تسلك الطريق الذي ليس فيه صعوبة فيُفضي بها إلى النار

كلمات رمضانية 17-رمضان-1433هـ

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Demandons à Allâh l’affermissement au moment de la mort (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i

Demandons à Allâh l’affermissement au moment de la mort (audio-vidéo)

 Tu crois au jour dernier, c’est-à-dire que tu crois que tu vas mourir.

 

Nous savons tous que nous allons mourir, c’est une réalité qu’aucun être vivant ne peut contredire.

 

Nous savons tous que nous allons mourir mais qui oeuvre dans les bonnes actions comme s’il allait mourir ?

 

Nous savons tous que nous allons mourir, œuvrons nous donc comme celui qui va mourir ?

 

Nous, nous agissons comme celui qui pense s’éterniser sur terre !

 

Alors que la mort relève de l’inconnaissable et qu’elle viendra soudainement.

 

Seul Allâh, celui qui l’a destiné ainsi que son heure et son endroit, sait quand elle va venir car nulle âme ne sait ce qu’elle acquerra demain, et nulle âme ne sait dans quelle terre elle mourra.

 

Cela relève de l’inconnaissable et personne ne connaît cela, il n’y a qu’Allâh seul qui sait, et si la personne sait qu’elle va mourir ; elle est dans la certitude qu’elle va mourir, il se peut que la mort vienne maintenant et si la mort vient, alors que je me trouve sur la désobéissance, cela est une chose dangereuse, car les gens seront ressuscités dans l’apparence sur laquelle ils sont morts; s’ils étaient pieux ou mauvais.

 

Et c’est pour cela que les pieux avaient peur de la mauvaise fin, car certes l’un d’entre vous accomplit les actes des gens du paradis jusqu’à ce qu’il ne reste entre lui et le paradis qu’une coudée, le destin le rattrape et voilà qu’il accomplit les actes des gens de l’enfer et entre donc en enfer.

 

Il se peut que la personne accomplisse les actes des gens du paradis pendant 60 ou 70 ans et qu’on lui scelle sa fin de vie par une mauvaise fin, nous demandons à Allâh la préservation et le salut.

 

La personne se doit de craindre d’avoir une mauvaise fin, car personne parmi les humains n’a de contrat provenant d’Allâh qui indiquerait que la personne mourra musulmane.

 

Il se peut que la personne meure mécréante; en effet, tu vois parfois ce qui y ressemble, celui qui tombe malade d’une dure et douloureuse maladie comme les différents types de cancer, je demande à Allâh qu’Il nous accorde la préservation, plus particulièrement lorsque le cancer atteint le foie également le pancréas, certes sa douleur est insupportable.

 

Et lorsque cette douleur vient, il se peut qu’il s’oppose à Allâh تبارك وتعالى et meurt donc en étant mécréant, il se peut qu’on lui demande de dire au moment de la mort : "lâ ilaha ila Allâh" et qu’il y mécroit et sort donc (de ce bas-monde) sur autre que la religion de l’islam, nous demandons donc à Allâh l’affermissement au moment de la mort.

 

Ils (les salafs) invoquaient Allâh par cette invocation bénie : "Ô Allâh, nous te demandons l’affermissement au moment de la mort", car la mort a des affres et lors de l’agonie, la personne est dans une situation épouvantable.

 

Et personne parmi ceux qui l’entoure ne pourra alléger une quelconque part de ses supplices, plutôt ils ne peuvent même pas ressentir le mal qui le touche, il sera  seul à souffrir.

 

Tu souffriras seul au moment de la mort !

 

Celui que tu aimes le plus ainsi que le plus proche de toi ne pourra rien porter de ton fardeau, même s’il pleure auprès de toi et qu’il lave tes pieds par ses pleurs et ses larmes, il ne pourra rien faire en ta faveur et tu rencontreras Allâh seul. 

 

Traduit et publié par ahlsunnahtraduction.com

Cheikh Muhammad Sa’îd Raslân - الشيخ محمد سعيد رسلان

Partager cet article

La corruption apparente n'est que le reflet de la corruption intérieure ! (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i

La corruption apparente n'est que le reflet de la corruption intérieure ! (audio-vidéo)

Question :

 

Lorsque certaines personnes - qu'Allâh les guide et nous guide - ont certains péchés et que nous les conseillons, elles pointent leur cœur de leur main en disant : «La chose la plus importante est celle-ci».

 

Comment pouvons-nous répliquer à ce genre de personnes ?

 

La réponse : 

 

La parole de certaines personnes consistant à dire : «La piété se trouve ici», en réaction à ton conseil, est une parole véridique car le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

«La piété se trouve ici» en pointant du doigt sa poitrine.

 

Et il صلى الله عليه وسلم le répéta trois fois. 

 

Or, celui qui a dit : «La piété se trouve ici» est celui صلى الله عليه وسلم qui a dit :

 

«N'est-ce pas que dans le corps se trouve un morceau de chair : lorsque celui-ci est sain, le corps tout entier sera sain et lorsqu'il est corrompu, le corps tout entier sera corrompu ?». 

 

De ce fait, la corruption de l'apparence reflète certes la corruption intérieure.

 

Et nous disons à celui qui a dit : «La piété se trouve ici» que si ce qui s'y trouve renferme piété, ce que nous aurions vu des œuvres apparentes aurait été en accord avec la piété. 

 

En effet, si le cœur craint, les membres craindront inévitablement conformément à la parole du Prophète صلى الله عليه وسلم :

 

«Lorsque celui-ci est sain, le corps tout entier sera sain et lorsqu'il est corrompu, le corps tout entier sera corrompu».

 

Et par cela nous aurons répliqué à son argument.

 

Et nous disons : si tu avais été véridique - donc, que ton cœur avait été pieux - les membres auraient suivi dans la piété. 

 

Alliqaa'ou achahrii, 5/11

✅ Traduit et publié par l'équipe al Miirath - @al_miirath

حكم من تنصحه فيرد بأن المهم ما في القلب

السؤال : بعض الناس -هدانا الله وإياهم- إذا كان عنده بعض المعاصي ثم تقدم إليه بالنصيحة أشار بيده إلى قلبه، فقال: أهم شيء هذا، فبماذا نرد على مثل هذا الصنف من الناس؟

الجواب : هذا الذي يفعله بعض الناس إذا أُلقيت إليه النصيحة قال: التقوى ها هنا، كلام حق؛ لأن النبي -صلى الله عليه وآله وسلم- قال

التقوى هاهنا

 وأشار إلى صدره. قالها ثلاث مرات، ولكن الذي قال: التقوى ها هنا هو الذي قال

ألا وإن في الجسد مضغة إذا صلحت صلح الجسد كله، وإذا فسدت فسد الجسد كله

 وعلى هذا فإن فساد الظاهر يدل على فساد الباطن، ونقول لهذا الذي قال

التقوى ها هنا

نقول: لو كان ما ها هنا فيه تقوى لكان ما نراه من الأعمال الظاهرة مطابقاً للتقوى؛ لأنه إذا اتقى القلب لا بد أن تتقي الجوارح، لقول النبي -عليه الصلاة والسلام

إذا صلحت صلح الجسد كله، وإذا فسدت فسد الجسد كله

 وبذلك نبطل حجته ونقول: لو كنت صادقاً أن قلبك متقٍ لاتقت الجوارح

‎اللقاء الشهري ج5 ص11

Cheikh Mohammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié dans Rappels - تذكر

Partager cet article

Toutes choses passent et changent

Publié le par 3ilm.char3i

Toutes choses passent et changent

Saches que le temps n’est pas immuable.

 

Allâh عز وجل dit :

 

وَتِلْكَ ٱلْأَيَّامُ نُدَاوِلُهَا بَيْنَ ٱلنَّاسِ

 

Traduction rapprochée :

 

"Ainsi faisons-nous alterner les jours (bons et mauvais) parmi les gens." (Sourate Âl ‘Imrân, v.140)

 

Se succèdent pauvreté et richesse, humiliation et puissance, victoire des alliés et des ennemis.

 

Le bienheureux est celui qui, en toute circonstance, s’attache à un seul fondement qu’est la crainte d’Allâh عز وجل.

 

De cette manière, s’il s’enrichit, cela l’embellira ; s’il s’appauvrit, cela lui ouvrira les portes de la patience ; s’il jouit d’une bonne santé, elle complétera le bienfait dont il jouit ; s’il est éprouvé, cela le portera ; et que le temps l’élève ou le rabaisse, le mette à nu, l’affame ou le rassasie, cela ne lui nuira en rien, car toutes ces choses passent et changent, alors que la piété, qui est le fondement du salut, le protège et veille. 

 

Elle le prend par la main quand il fait un faux-pas, et le maintient dans la limite de la Législation.

 

Le malheureux est celui qui est trompé par un plaisir obtenu sans aucune piété, car ce plaisir se transformera et l’abandonnera perdant.

 

Attache-toi donc à la piété en toute situation, et ainsi tu ne trouveras que largesse dans la difficulté, et santé dans la maladie.

 

C’est là sa rétribution en ce monde, et pour l’au-delà, cela est connu.

 

Les Pensées Précieuses - Pages 126/127 - Édition Tawbah

Publié par salafislam.fr

اعلم أن الزمان لا يثبت على حال كما قال عز وجل

 و تلك الأيام نداولها بين الناس

فتارة فقر و تارة غنى و تارة عز و تارة ذل و تارة يفرح الخوالي و تارة يشمت الأعادي فالسعيد من لازم أصلا واحدا على كل حال و هو تقوى الله عز وجل فإنه إن استغنى زانته و إن إفتقر فتحت له أبواب الصبر و إن عوفي تمت النعمة عليه و إن إبتلى حملته و لا يضره إن نزل به الزمان أو صعد أو أعراه أو أشبعه أو أجاعه لأن جميع تلك الأشياء تزول و تتغير و التقوى أصل السلامة حارس لا ينام يأخذ باليد عند العثرة و يواقف على الحدود

و المنكر من غرته لذة حصلت مع عدم التقوى فإنها ستحول و تخلية خاسرا و لازم التقوى في كل حال فإنك لا ترى في الضيق إلا السعة و في المرض إلا العافية هذا نقدها العاجل و الآجل معلوم

Imam Jamal Ad-Din Abu al-Faraj Ibnoul Jawzih - الإمام أبي الفرج عبد الرحمن بنُ عليّ بن الجوزي

Publié dans Rappels - تذكر

Partager cet article

Inscription à la newsletter

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

 

Partager cet article

Le prétendant prie et a un bon comportement, mais le père refuse de lui marier sa fille

Publié le par 3ilm.char3i

Le prétendant prie et a un bon comportement, mais le père refuse de lui marier sa fille

Question :

 

Salam aleykoum wa rahmatullahi wabarakatouhou,

Qu’Allah vous illumine ainsi que votre famille.

Voici la question d’une sœur :

 

Un homme musulman est venu demandé ma main et mon père a refusé sans raison valable.

 

Le prétendant prie et a un bon comportement, mais comme il est d’origine algérienne (et moi espagnole) mon père dit que le prétendant veut uniquement les papiers et que nos origines ne sont pas compatibles.

 

A cause de cela, mon père se met souvent en colère, a un mauvais comportement envers moi et me menace de couper les liens de parenté.

 

Quel conseil pouvez vous lui donner ?

 

Ai-je le droit de prendre un autre tuteur afin de me marier à cet homme ou pas ?

 

Jazak Allahu khayr

 

Réponse :

 

Wa alaykoum as Salam wa rahmatuAllah wa barakatuh.

 

1- si le père de cette sœur n'est pas musulman, il ne peut pas être son tuteur.

 

2- alors dans ce cas elle cherche un autre tuteur dans ses proches de sa famille, s'ils sont musulmans eux aussi, si non elle désigne un imam qui fera l'affaire.

 

3- si un tuteur musulman refuse de marier sa fille ou sa sœur à un musulman -pratiquant la charia et à un bon comportement- sans causes, ou à des raisons non acceptables, dans ce cas elle le dépasse à un autre, comme on l'a cité avant.

 

Question :

 

Que faire cheikh si son père coupe les liens de parenté si elle prend un autre tuteur ?

 

Elle a peur de tomber dans le grand péché d’avoir rompu les liens familiaux.

 

Réponse :

 

Amine et à vous de même.

 

Si c'était un tuteur musulman, et refuse de la marier pour des causes acceptable on peut la conseiller de ne pas faire ce qui cause la coupure des liens familiaux, mais si c’est le contraire il n’y a pas de crainte inchaAllah.

 

Question/réponse posée en français sur le compte Whatsapp de Cheikh par le frère Zakaria Abou Neyla

 Publié par la page Sur la trace de nos prédécesseurs

Cheikh Nadjîb Djelouah - الشيخ نجيب جلواح

Partager cet article

Conseil à celui qui se repent d'un péché, puis récidive (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i

Conseil à celui qui se repent d'un péché, puis récidive (audio-vidéo)

Ce questionneur demande :

 

Il commet un péché dont il se repent, mais récidive.

 

Que lui conseillez-vous ? 

 

Réponse :

 

Certes, shaytân flaire le cœur du serviteur et scrute ce qu'il contient de plus faible, s'en faisant ainsi un accès vers le serviteur.

 

Alors ô mon frère, peut-être as-tu une faiblesse dans cette porte par laquelle shaytân rentre et sort à sa guise.

 

Tu dois donc y prendre garde, et renforcer ton âme concernant ce point dont tu as connaissance.

 

Ne désespère pas de ton âme.

 

En effet, parmi les moyens les plus insidieux de shaytân, il y a qu'il mène l'individu à désespérer de son âme, lui disant "tu n'as aucun bien en toi", "tu ne renonceras pas à ce péché", "tu mourras sur ce péché".

 

Ne perds pas espoir en le bien.

 

Et aussi longtemps que tu commettras des péchés ô mon frère, que le tourment du péché te consumera, et que tu te repentiras sincèrement, puis tu reviendras (à Allâh), alors cela prouve le bien en toi.

 

Mais tu as besoin d'un surcroît de résolution.

 

Tente donc de t'éloigner des lieux où tu t'isoles avec ce péché, autant que tu le peux.

 

Et refoule ce péché autant que possible.

 

En supposant que ce dernier prenne le dessus sur toi et advienne, alors refoule-le, même si ce n'est qu'une heure plus tard.

 

Puis refoule.

 

Puis refoule.

 

Et si tu fais preuve de sincérité envers Allâh, alors Allâh te rendra véridique dans tes actes.

 

Mais sache que tu te tiens sur un chemin de bien.

 

Et ne désespère pas de ton âme, efforce-toi à renforcer davantage ton âme, à refouler ce péché et à ne pas y succomber. 

 

Traduit par la chaîne Telegram غيث القلوب - @ghaithqolob

 Publié par 3ilmchar3i.net

 

Cheikh Souleyman Ben Salîm Allâh Ar-Ruheylî - الشيخ سليمان بن سليم الله الرحيلي

Partager cet article

La permission de l’amour fou

Publié le par 3ilm.char3i

La permission de l’amour fou

Et s’il n’y avait pour permission de l’amour fou que le hadith rapporté avec une bonne chaîne de transmission qui est le hadith de Suwayd Ibn Sa’îd, d’après ‘Alî Ibn Mus-hir, d’après Abû Yahyâ Al-Qattâb, d’après Mujâhid, d’après Ibn ‘Abbâs qui rapporte que le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Celui qui est fou amoureux, mais reste chaste, dissimule cela, et meurt, est martyr."

 

(Ibn Al-Qayyim va évoquer ce hadith à la fin du chapitre.)

 

(Ce serait suffisant).

 

(Ibn Al-Qayyim mentionna ensuite plusieurs chaînes de transmission de ce hadith.)

 

De même, le maître des premiers et derniers, le Messager du Seigneur de l’univers صلى الله عليه وسلم vit Zaynab Bint Jahsh رضي الله عنه et dit :

 

"Gloire à Celui qui retourne les cœurs !"

Ad-DaL îfah – 6848.

Shaykh Al-Albânî qualifie ce hadith de Munkarjiddan, ce qui est un degré de faiblesse très élevé. 

 

Elle était l’épouse de Zayd Ibn Hârithah, son esclave affranchi.

 

Lorsqu’il voulut la répudier, il lui dit :

 

"Crains Allâh et garde ton épouse." 

 

Mais lorsqu’il la répudia, Allâh سبحانه وتعالى, du haut des sept cieux, la maria à Son Messager صلى الله عليه وسلم.

 

C’est Allâh qui fut son tuteur et le tuteur de son mariage à Son Messager صلى الله عليه وسلم.

 

Il établit le contrat de mariage au-dessus de Son Trône, et révéla à Son Messager صلى الله عليه وسلم :

 

"Rappelle- toi quand tu disais à celui qu’Allâh avait comblé de bienfaits ; comme toi-même l’avais comblé : « Garde ton épouse et crains Allâh », et tu cachais au fond de ton âme ce qu’Allâh allait rendre public. Tu craignais les gens, et Allâh est plus digne de ta crainte." (Sourate Al-Ahzâb, v.37)

 

Et Dâwud عليه السلام qui avait quatre-vingt-dix-neuf épouses, puis aima une femme, et l’épousa, complétant ainsi à cent.

Tafsîr At-Tabarî – 23 / 150-151, il s’agit d’un hadith qui n’est pas authentique.

 

Az-Zuhrî a dit :

 

"Le premier amour fut en islam : l’amour du Prophète صلى الله عليه وسلم pour ‘Â-ishah رضي الله عنه."

Il s’agit d’un récit mensonger, voir AI-Mawdûcât – 2/267.

 

Et Masrûq la nommait :

 

"la bien-aimée du Messager du Seigneur de l’univers صلى الله عليه وسلم."

 

Abû Qays, l’esclave affranchi de ‘Abd Allâh Ibn ‘Amr a dit :

 

"‘Abd Allâh Ibn ‘Amr m’envoya demander à Umm Salamah : Le Prophète صلى الله عليه وسلم embrassait-il ses épouses alors qu’il jeûnait ?

- Non.

- ‘Â-ishah رضي الله عنه  a dit que le Prophète صلى الله عليه وسلم l’embrassait alors qu’il jeûnait.

- Lorsque le Prophète صلى الله عليه وسلم voyait ‘Â'ishah, il ne pouvait s’en empêcher, par amour, mais moi non."

Al-Irwâ’ - 4/84. La chaîne de transmission comporte deux imperfections.

 

Sa’d Ibn Ibrâhîm rapporte de ‘Âmir Ibn Sa’îd et de son père :

 

"Ibrâhîm, l’ami intime d’Allâh عليه السلام, rend visite à Hâjar chaque jour depuis le Shâm sur Al-Burâq, en raison de son amour éperdu pour elle, et le peu de patience face à son absence."

I’tilâl Al-Qulûb - 311.  La chaîne de transmission n’est pas authentique.

 

Al-Kharâ’itî mentionne Ibn ‘Asâkir dans At-Târikh - 31/178, la chaîne de transmission n’est pas authentique que :

 

"‘Abd Allâh Ibn ‘Umar رضي الله عنه acheta une servante byzantine qu’il aimait éperdument.

Un jour, elle tomba d’une de ses mules, il essuya la terre de son visage et l’embrassa.

Elle lui disait constamment : "Maître, tu es bon."

Puis elle s’enfuit, il éprouva pour elle un amour intense et dit :

]e pensais être bon, mais elle est partie 

Et aujourd’hui je sais que je ne suis pas bon"

 

Abû Muhammad Ibn Hazm a dit :

 

"Nombre de califes bien guidés et d’imams ont aimé."

Tawq Al-Hamâmah - 5.

 

Un homme dit à ‘Umar Ibn Al-Khattâb :

 

"- Ô Commandeur des croyants ! J’ai vu une femme, et je suis tombé éperdument amoureux d’elle.

Il répondit : - C’est une chose que tu ne contrôles pas."

 

Nous répondons à tout cela, et c’est Allâh qui accorde le succès :

 

À ce sujet, il est nécessaire de distinguer l’illicite du permis, et l’utile du nuisible, et de ne pas juger la chose blâmable et réprouvable, ou louable et acceptable, de manière globale.

 

Mais il faut exposer sa disposition légale et dévoiler ce qu’il en est en mentionnant ses implications.

 

Sinon, l’amour fou n’est, en soi, ni louable ni blâmable, et nous mentionnerons l’amour bénéfique et nuisible, permis et illicite.

 

Sache que le plus bénéfique, obligatoire, élevé, et grandiose des amours est celui pour l’amour duquel les cœurs ont été créés, et dont la nature des créatures consiste à Le déifier.

 

C’est sur lui qu’ont été établis les deux et la terre et créés les êtres.

 

Il est l’essence de l’attestation qu’il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allâh, et la divinité est celle que les cœurs déifient par l’amour, la vénération, la glorification, la soumission, la sujétion et la servitude.

 

L’adoration ne convient qu’à Lui seul, et l’adoration consiste en la perfection de l’amour associée à la perfection de la soumission et de l’humiliation.

 

L’association en cette servitude compte parmi les pires injustices, qu’Allâh ne pardonne pas.

 

Allâh سبحانه وتعالى est aimé pour Lui-même, de tous les points de vue, et tout ce qui qui est autre que Lui n’est aimé qu’en conséquence de Son amour.

 

Péchés et Guérison - Pages 307/308 - Édition Tawbah

Publié par salafislam.fr

ولو لم يكن في العشق من الرخصة المخالفة للتشديد إلا الحديث الوارد بالحسن من الأسانيد ، وهو حديث سويد بن سعيد بن علي بن مسهر عن أبي يحيى القتات عن مجاهد عن ابن عباس يرفعه

من عشق وعف ، وكتم فمات فهو شهيد

ورواه سويد أيضا عن ابن مسهر عن هشام بن عروة عن أبيه عن عائشة مرفوعا ، ورواه الخطيب عن الأزهري عن المعافى بن زكريا عن قطبة عن ابن الفضل عن أحمد بن مسروق عنه ، ورواه الزبير بن بكار عن عبد العزيز الماجشون عن عبد العزيز بن أبي حازم عن ابن أبي نجيح ، عن مجاهد عن ابن عباس

وهذا سيد الأولين والآخرين ورسول رب العالمين - صلى الله عليه وسلم - نظر إلى زينب بنت جحش - رضي الله عنها - فقالت

سبحان مقلب القلوب

، وكانت تحت زيد بن حارثة مولاه ، فلما هم بطلاقها ، قال له

اتق الله وأمسك عليك زوجك

، فلما طلقها ، زوجها الله سبحانه من رسوله - صلى الله عليه وسلم - من فوق سبع سماوات ، فكان هو وليها وولي تزويجها من رسوله - صلى الله عليه وسلم - ، وعقد نكاحها من فوق عرشه ، وأنزل على رسوله - صلى الله عليه وسلم

 وإذ تقول للذي أنعم الله عليه وأنعمت عليه أمسك عليك زوجك واتق الله وتخفي في نفسك ما الله مبديه وتخشى الناس والله أحق أن تخشاه - سورة الأحزاب : 37

وهذا داود نبي الله عليه السلام ، لما كان تحته تسع وتسعون امرأة ، ثم أحب تلك المرأة فتزوجها وكمل بها المائة

قال الزهري

 أول حب كان في الإسلام ، حب النبي - صلى الله عليه وسلم - عائشة - رضي الله عنها

 وكان مسروق يسميها

حبيبة رسول الله - صلى الله عليه وسلم

وقال أبو قيس مولى عبد الله بن عمرو

أرسلني عبد الله بن عمرو إلى أم سلمة ؛ أسألها : أكان النبي - صلى الله عليه وسلم - يقبل أهله وهو صائم ؟ فقالت : لا ، فقال : إن عائشة - رضي الله عنها - قالت : إن النبي - صلى الله عليه وسلم - كان يقبلها وهو صائم ، فقالت أم سلمة - رضي الله عنها - : إن النبي - صلى الله عليه وسلم - كان إذا رأى عائشة لا يتمالك عنها

وذكر سعيد بن إبراهيم عن عامر بن سعيد عن أبيه ، قال

كان إبراهيم الخليل عليه السلام يزور هاجر في كل يوم من الشام على البراق من شغفه بها ، وقلة صبره عنها

وذكر الخرائطي أن عبد الله بن عمر - رضي الله عنهما - اشترى جارية رومية ، فكان يحبها حبا شديدا ، فوقعت ذات يوم عن بغلة له ، فجعل يمسح التراب عن وجهها ويقبلها ، وكانت تكثر من أن تقول : يا بطرون أنت قالون ، تعني : يا مولاي أنت جيد ، ثم إنها هربت منه ، فوجد عليها وجدا شديدا ، وقال

قد كنت أحسبني قالون فانصرفت     فاليوم أعلم أني غير قالون 

قال أبو محمد بن حزم

وقد أحب من الخلفاء الراشدين والأئمة المهديين كثير

وقال رجل لعمر بن الخطاب - رضي الله عنه

يا أمير المؤمنين ، رأيت امرأة فعشقتها ، فقال : ذلك ما لا تملك

فالجواب ، وبالله التوفيق

أن الكلام في هذا الباب لا بد فيه من التمييز بين الواقع والجائز ، والنافع والضار ، ولا يحكم عليه بالذم والإنكار ، ولا بالمدح والقبول من حيث الجملة ، وإنما يبين حكمه ، وينكشف أمره بذكر متعلقه ، وإلا فالعشق من حيث هو لا يحمد ولا يذم ، ونحن نذكر النافع من الحب والضار ، والجائز والحرام

اعلم أن أنفع المحبة على الإطلاق وأوجبها وأعلاها وأجلها محبة من جبلت القلوب على محبته، وفطرت الخليقة على تأليهه، وبها قامت الأرض والسماوات، وعليها فطرت المخلوقات، وهي سر شهادة أن لا إله إلا الله، فإن الإله هو الذي تأله القلوب بالمحبة والإجلال، والتعظيم والذل له والخضوع والتعبد، والعبادة لا تصلح إلا له وحده، والعبادة هي: كمال الحب مع كمال الخضوع والذل، والشرك في هذه العبودية من أظلم الظلم الذي لا يغفره الله، والله تعالى يحب لذاته من جميع الوجوه، وما سواه فإنما يحب تبعا لمحبته

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Partager cet article